FRANCE

Brève présentation :

 

 Article achevĂ© (mĂŞme si Ă  complĂ©ter) mais illustrations encore en cours, merci de votre patience !

 

1/ Les différents types de whiskies français

2/ Les principales rĂ©gions du whisky français 

3/ Petit panorama historique du whisky français 

 

 

Armorik_n_WB_Warenghem_pionnier_W.F.

Trois versions du single-malt ARMORIK et la version blended-whisky "de luxe" de la distillerie WARENGHEM, pionnier du whisky français

(Photo © Grégoire Sarafian).

 

 

1/Les différents types de Whiskies français :

 

 

 Les BLENDS (ou BLENDED WHISKIES):

 

Assemblages de nombreux whiskies de malt en petite quantité avec un ou plusieurs whiskies de grain en plus grande quantité. Comportent entre 25 et 40 % de single-malt, parfois plus. Ils sont presque toujours réduits par adjonction d’eau à 40 ou 43 % d’alcool par volume. Beaucoup sont conçus de manière à pouvoir supporter le choc thermique de l’adjonction de glaçons. Cependant, contrairement à leurs confrères écossais, ils ne sont pas réalisés en quantité industrielle et sont d’une qualité généralement moins variable et ont, me semble t’il, plus de typicité (et de caractère régional) que leurs concurrents écossais. Les plus fins (et les plus riches en malt) des Blended-whiskies français peuvent concurrencer sans problème leurs rivaux écossais, voire même certains single-malts par leur finesse et leur complexité.

 

Les BLENDED-MALTS (parfois dénommés PURE-MALTS):

 

Assemblage de quelques whiskies de type single-malt, mais sans ajout de whisky de grain. Ils sont presque toujours réduits par adjonction d’eau à 40 ou 43 % d’alcool par volume. Il en existe très peu de spécifiquement français, certaines sociétés de négoce embouteillant des blended-malts anonymes (souvent écossais) pour le marché français. La qualité est là, en revanche, souvent.

 

Les SINGLE-MALTS:

 

Comme leurs homologues Ă©cossais, il s’agit de whiskies provenant d’une seule distillerie, et constituĂ©s de nombreux fĂ»ts d’annĂ©es diffĂ©rentes (si la bouteille porte une mention d’âge, ce sera celui du plus jeune entrant dans la composition-alors millĂ©simĂ©, ou non), ou d’un assemblage de fĂ»ts de la mĂŞme annĂ©e (il est alors millĂ©simĂ©) ou d’un petit nombre de fĂ»ts (small batch) ou d’un seul fĂ»t (single-cask). Ils sont gĂ©nĂ©ralement rĂ©duits par adjonction d’eau Ă  40 ou 43 % d’alcool par volume, par l’évaporation avec les annĂ©es ou non rĂ©duits (cask strength, ou en français brut de fĂ»t). En revanche, ce qui diffère quelque peu des whiskies Ă©cossais, c’est qu’il existe très peu de vieux fĂ»ts de whiskies français, et très peu de whiskies français avec un compte d’âge, qui d’ailleurs souvent n’excède pas 10 ou 12 ans. N’oublions pas que la France, rĂ©cente dans le domaine de la production du whisky (alors qu’elle est plus que centenaire pour la production  de Cognac, par exemple) produit du whisky de manière continue et commercialisĂ©e non confidentiellement que depuis environ 20 ans.  Le « retard Â» Ă  rattraper sur les principaux pays producteurs de l’époque (Ecosse, Irlande, Etats-Unis, Canada, Japon) ainsi que la volontĂ© de se dĂ©marquer d’eux « aromatiquement parlant Â» ont fait que ces whiskies sont souvent davantage typĂ©s qu’on ne s’y attendrait, pour le meilleur, mais aussi parfois pour le pire. A chacun d’apprĂ©cier. Au positif, ils tirent le meilleur parti de leur rĂ©gion (ingrĂ©dients, vieillissement, etc…) et n’ont pas besoin d’être aussi âgĂ©s que les whiskies Ă©cossais pour leur faire concurrence, comme on le verra plus loin.

 

 

Les SINGLE-GRAINS, et autres WHISKIES (de BLE, etc…):

 

Whiskies provenant d’une seule distillerie, mais de grain (blé, maÏs, avoine, seigle, etc…) à 85 % et d’orge non malté. Type de whisky plus neutre en goût ayant surtout servi à alimenter les assemblages des blends. Plus personne de documenté n’a désormais de doute sur les qualités des vieux single-grains écossais, souvent proches des bourbons, mais aussi des irlandais. En France, en revanche, ce type de whisky n’est pas ou peu produit. Ce qui s’en rapproche le plus sur le papier, c’est par exemple un whisky nommé EDDU, élaboré à partir de blé noir (ou sarrasin) par la Distillerie des Menhirs.

 

 

2/Les principales régions du whisky français:

  

 

 ALSACE:

 

     - Distillerie BERTRAND (crĂ©Ă©e en 1874 Ă  Uberach)

      (Single-malt « UBERACH Â»- crĂ©Ă© en 2006)

-Distillerie GILBERT HOLL (créée circa 1981 à Ribeauvillé)

(Un premier whisky, le LAC HOLL, dit « Pure-Malt Â», lancĂ© en 2004)

* ELSASS WHISKY

*- Distillerie MEYER (Produit du whisky français depuis 2007 à Saint-Pierre Bois)

(un Blend et un single-malt MEYER’S)

 

 

AUVERGNE (région du Bourbonnais):

 

-Distillerie de Monsieur Balthazar (créée à Hérisson, en 2003)

(Straight Bourbon « HEDGEHOG Â»)

 

 

BRETAGNE:

 

-Distillerie WARENGHEM (Créée en 1900, à Lannion)

(Plusieurs Blends dont le premier blend français en 1987 « Whisky Breton Â», et le premier single-malt français « Armorik Â» en 1998, aujourd’hui disponible en de nombreuses versions)

 

-Distillerie des MENHIRS (Créée en 1921 à Plomelin)

(Whisky EDDU  Ă  base de blĂ© noir et un blend, le GREY ROCK)


 

-Distillerie GLANN AR MOR (CrĂ©Ă©e en 1999 Ă  Pleubian)

(un single-malt, en versions tourbées ou non tourbées, parfois avec affinage)

& * société CELTIC WHISKY COMPAGNIE

(assemblages de whiskies Ă©cossais & irlandais essentiellement, Ă©galement distributeur

de whiskies de négoce d’Ecosse)

 

-Distillerie KAERILIS (Produit du whisky français depuis 2011 à Palais, Belle-Ile en Mer)

(Après avoir fait vieillir et affiner des whiskies écossais sur place, elle élabore depuis 2011 son propre whisky

qui sera de type single-malt)

 

 

BOURGOGNE:

 

*Whiskies de nĂ©goce de Michel COUVREUR 

(assemblages de whiskies Ă©cossais essentiellement)

 

 

CHAMPAGNE:

 

- Distillerie GUILLON (créée en 1997, à Louvois)

(Blend et single-malts, dont une version tourbée-nombreux affinages)

 

 

CORSE:

 

- Distillerie MAVELA (alliée à la brasserie Pietra)

(Blended whisky « Altore Â» et Pure-malt « P & M Â», avec affinage ou levures parfumĂ©es Ă  la châtaigne)

 

 

HAUTES-ALPES:

 

-Distillerie Domaine des Hautes Glaces (créée en 2009 à Saint-Jean D’Hérans)

(Single-malt bientôt disponible-New make produit pour la première fois en 2011, disponible en plusieurs

versions, avec maturations multiples)

 

 

 LORRAINE:

 

 - Distillerie GRALLET-DUPIC (crĂ©Ă©e en 1890, Ă  Rozelieures)

(Single-malt GLEN ROZELIEURES, dont une version en fûts de Sherry)

 

 

NORD-PAS DE CALAIS:

 

-Distillerie CLAEYSSENS (crĂ©Ă©e en 1817 Ă  Wambrechies)

(Single-malt en plusieurs versions)

 

 

NORMANDIE:

 

-Brasserie* & Distillerie NORTHMAEN (créée en 997*

Ă  La Chapelle Saint-Ouen,vers Rouen)

(whisky “THOR BOYO”-sans précision de type)

 

 

 

3/Petit panorama historique du whisky français:

 

La réputation de nombre de whiskies non produits dans les cinq principaux pays qui dominent le marché (ECOSSE, IRLANDE, USA, CANADA, JAPON) étant plutôt mauvaise auprès des connaisseurs, l’on serait tenté dans un premier temps à la prudence, dans un pays plus connu pour la qualité de ses vins bien sûr, mais aussi pour ses autres spiritueux, dont le COGNAC et l’ARMAGNAC, relativement proches du créneau commercial et gustatif du whisky mais bel et bien concurrents, d’où le dénigrement systématique de nombre de producteurs et cavistes-distributeurs de ces alcools, tant pour ce qui concerne les malts écossais, et plus encore pour les whiskies français.

Cependant, parmi les outsiders les plus sĂ©rieux produisant des whiskies susceptibles d’élargir l’offre, il faudra bien reconnaĂ®tre aujourd’hui que la France, grâce Ă , d’une part des produits originaux plus ou moins passĂ©s par le « goĂ»t français Â»(dans le moins intĂ©ressant des cas), et d’autre part grâce Ă  l’association entre le meilleur de l’Ecosse et le meilleur de la France (dans le plus heureux des cas) se trouve bien ĂŞtre, contre certaines idĂ©es reçues, un pays producteur de whisky de plus en plus significatif, et ce par la richesse de ses rĂ©gions, dont celle initiatrice, puis fer de lance depuis deux dĂ©cennies surtout, de la Bretagne, en plein essor ces dernières annĂ©es …

La France, en effet, après les premières distilleries bretonnes, pionnières Ă  la fin des annĂ©es 1980 avec en tĂŞte et en vĂ©ritable Ă©claireur la distillerie WARENGHEM, (crĂ©Ă©e en 1900 par LĂ©on WARENGHEM, mais d’abord pour fabriquer des liqueurs) et son blend «  WHISKY BRETON Â» (premier whisky français distillĂ© en alambic Ă  repasse, et vieilli en France, c’est un blend Ă  base de 25 % de malt de  5 ans d’âge et 75 % de blĂ© de 4 ans d’âge), commercialisĂ© pour la première fois en 1987, sous l’impulsion de Gilles LEIZOUR, son directeur, puis en 1998, c’est au tour de leur premier single-malt « ARMORIK Â».

La France voit donc renaĂ®tre un certain regain d’activitĂ© en termes de production de whisky sur son sol, concentrĂ© surtout en Bretagne, confirmĂ© par la suite par la crĂ©ation de La Distillerie des Menhirs, Ă  Plomelin, fondĂ©e en 1921, et qui lance en 2002 son premier whisky, Ă  base de blĂ© noir (l’EDDU Silver). Il fut suivi d’un blend, le « GREY-ROCK Â» (en 2003, avec 30 % de blĂ© noir), et d’un autre EDDU, le « GOLD Â» (7 ans d’âge, lancĂ© en 2006 et titrant 43 %  d’alcool).

Puis apparaĂ®t ensuite la distillerie GLANN AR MOR, la « dernière nĂ©e Â» des distilleries françaises, en 2005, mais qui produit depuis 1999, et dont le projet Ă  plus de 9 ans dĂ©jĂ . Elle appartient Ă  la sociĂ©tĂ© de nĂ©goce Celtic Whisky Compagnie, une entreprise dynamique et dĂ©jĂ  primĂ©e sur le plan international. On trouve donc lĂ , avec la Bretagne, une rĂ©gion de prĂ©dilection (plusieurs de ces distilleries utilisant l’eau de mer, donc justifiant le qualificatif de terroir, malgrĂ© les ravages d’une surexploitation agricole et chimique de presque toute cette rĂ©gion).Le premier single-malt de cette distillerie voit enfin le jour en 2009, avec les premiers fĂ»ts de 3 ans d’âge embouteillĂ©s.

La distillerie KAERILIS, située sur Belle-Ile en mer, elle, après avoir tenté l’expérience de faire vieillir (souvent avec un affinage) en France du distillat écossais, tente l’aventure de créér un single-malt local.

 Il serait injuste toutefois de passer sous silence d’autres rĂ©gions de France productrices comme la Champagne (distillerie GUILLON), le Nord-Est (avec la distillerie WAMBRECHIES), la Corse (blend-whisky ALTORE, et blendeded-malts Â« P & M Â»,  Ă©laborĂ©s par la distillerie MAVELA en collaboration avec la brasserie PIETRA). La distillerie Bertrand, en Alsace, est Ă©galement une des dernières distilleries en date Ă  proposer un whisky français, l’ Â« UBERACH Alsace whisky Â» qui titre Ă  43,8 %…(2006).

 

De nombreux projets d’ouverture de distilleries * ou de sociétés de négoce de whiskies semblent être prêts à voir le jour en France, et en particulier en Bretagne, mais pas seulement, alors gageons que nombre d’entre elles réussiront, en tout cas c’est ce que nous leur souhaitons, afin d’élargir encore l’offre dans notre pays marqué notamment par la civilisation celte, ce que l’on a parfois tendance à oublier…

 

*Dernière minute (16/10/2016): Parmi celles produisant plus rĂ©cemment, signalons entre autres,  la distillerie de Monsieur Balthazar (qui produit un Straight Bourbon whiskey nommĂ© HEDGEHOG, Ă  65 % de maĂŻs, le reste composĂ© d’orge et de seigle) Ă  HĂ©risson, dans le Bourbonnais, en Auvergne, ou encore Northmaen, en Normandie qui Ă©labore (avec un nom Ă©vocateur et risquĂ©) un whisky nommĂ© « THORBOYO Â» !

Peut ĂŞtre un peu plus sĂ©rieusement (je plaisante !), un nouveau venu, le Domaine des HAUTES GLACES, nĂ© de la rencontre d’un ingĂ©nieur agronome et d’un Ĺ“nologue, mais aussi de la collaboration avec une famille d’agriculteurs « bio Â» (qui les fournissent en cĂ©rĂ©ales), va-t-il nous prouver qu’une vraie « qualitĂ© française Â» peut s’imposer avec le temps, non sans originalitĂ© en ce qui les concerne…? Nous verrons (ils proposent depuis un "Rye" whiskey sous le nom de "Vulson Whiye Rhino Rye", titrant 41 %).

Philippe Jugé, journaliste du whisky et depuis peu secrétaire général de la Fédération du Whisky de France, qui rassemble les producteurs et embouteilleurs de whisky de France, dénombrait à la mi-2016 plus de 40 distilleries françaises susceptibles de produire du whisky dont 32 distilleries en activité....

 

 

Pour plus de précisions sur le sujet, je vous renvoie aux liens vers les sites webs plus specialises, comme celui de France Whisky notamment...

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop