MICHTER'S

MICHTER’S

 

Catégorie :

Distillerie de Whiskeys de plusieurs types (voir plus bas), dont Bourbon, Rye (utilisant en partie du whiskey provenant d’autres distilleries en attendant la pleine mise en production de ses nouvelles installations)

 

 

 

michters_pot_still_against_barrels_obpic

Un des alambics de MICHTER'S, photographié dans le bâtiment qui contient aussi des fûts (Photo © Michter's distillery)

 

Pays :

Etats-Unis

RĂ©gion:

Kentucky

Statut:

En Activité

Date de Création:

1753

Nombre d'alambics:

2 (1 de Wash, 1 de Spirit)

Production Annuelle:

Entre 10000 et 25000 fûts par an (information précise secrète)

Adresse Postale:

Michter’s Distillery, LLC., Louisville, Kentucky 40216

____________________________________________________________________________________________________________________________

Description:

MICHTER’S, distillerie méconnue en Europe, revendique le titre de la plus ancienne distillerie américaine (1753), d’abord sous le nom de Shenk (mais on mentionne aussi le nom de Bomberger’s), du nom de son fondateur John Shenk, un fermier installé en Pennsylvanie, à l’époque. Suite à une période de surproduction de seigle, Shenk décide un jour de produire du whiskey avec cet excédent, en construisant une petite distillerie, de ses propres mains. Le whiskey produit par la distillerie était si renommé qu’à la fin de la guerre d’Indépendance, le général George Washington décida de la racheter pour pouvoir réconforter ses soldats face à un hiver s’annonçant rude. Le destin de la distillerie fut ensuite plus tortueux, avec de nombreux changements de propriétaires, une faillite, son statut parfois pratiquement de musée de la distillation, jusqu’à la vente totale du matériel et des stocks de whiskey dans les années 1970 et sa fermeture en 1988. Une partie du whiskey utilisé par la distillerie (environ 10 %) provient d'autres distilleries, en attendant que la distillerie soit en pleine production.

La distillerie produisit même un Bourbon nommé « HIRSCH Reserve » en 1974, commercialisé par Preiss Imports. Mais c’est durant les années 1990 que la distillerie renaît, s’installant désormais à Louisville, dans l’Etat du Kentucky, grâce à la volonté de deux hommes, Joseph J. Magliocco (très impliqué à l’époque dans une société de vins et de spiritueux) et Richard Newman (surnommé Dick Newman, c’est un vétéran décoré de la guerre de Corée qui a géré plusieurs marques de whiskey, dont OLD GRANDAD, su sein de la National Distillers, puis WILD TURKEY). MICHTER’S a pour ambition de faire renaître un véritable whiskey à l’ancienne mais pouvant rivaliser avec les productions d’autres pays du whisky. Pour ce faire, elle utilise des méthodes particulières, rares, voire uniques dans le milieu du whiskey. Willie Pratt, le maître-distillateur fort expérimenté (40 ans, au service notamment de Brown-Forman) de MICHTER’S, a eu carte blanche, comme me l’explique Matthew T. Magliocco (directeur général des ventes et associé-rencontré au cours du dernier salon professionnel « Cocktail Spirits », à Paris), pour mettre en œuvre ces méthodes de production coûteuses et exigeantes :

En effet, non seulement le choix a été fait de réduire le titrage du distillat avant le passage en fûts en le réduisant à 51,7 %, mais aussi de chauffer les chais afin de provoquer plusieurs cycles supplémentaires de chauffe, et d’aller extraire les saveurs au cœur du fût (en allant chercher la fameuse « ligne rouge », là ou la vanille est la plus concentrée). Ainsi, au négatif, la part des anges (évaporation) est beaucoup plus importante qu’à l’accoutumée (d’où un coût élevé du whiskey, et une disponibilité moindre), mais au positif celui-ci est plus fin, délicat et plus concentré à la fois (j’en ai fait l’expérience), mais cela n’est pas tout. MICHTER’S réutilise ses fûts une deuxième fois, (ce qui normalement est interdit par la loi américaine, mais il n’est pas le seul-et joue sur un toastage, puis un brûlage des fûts), et, par ailleurs, préfère filtrer à froid ses whiskeys, et les conditionne dans des bouteilles aux étiquettes proches de celles des origines de la distillerie. Elle tient à préciser également le temps de séchage préalable des fûts qu’elle utilise (18 mois environ). La distillerie dispose de 2 petits alambics. MICHTER’S propose près d’une dizaine de références de whiskeys, incluant un Rye, un assemblage de grains nommé « (Unblended) American Whiskey » (unblended signifie ici sans ajout d’alcool neutre), un autre type de Bourbon nommé «Sour Mash », un « Straight Rye », ainsi que des versions plus âgées (10 et 25 ans). MICHTER’S n’est pas encore distribué en France, mais avec une telle qualité, je pense que cela ne devrait plus tarder.

 

LA GAMME:

 

-MICHTER’S « BOURBON » US-1, Small Batch, n.a.s (+4 ans d'âge), 45,7 % (91,4 % US PROOF)

-MICHTER’S « Unblended AMERICAN WHISKEY » US-1, Small Batch, n.a.s (+4 ans d'âge),

41,7 % (83,4 % US PROOF)

-MICHTER’S « SOUR MASH », US.1, Small Batch, n.a.s (+4 ans d'âge), 43 % (86 % US PROOF)

-MICHTER’S « STRAIGHT RYE » US.1, Single-Barrel, n.a.s. (+4 ans d'âge), 42,4 % (84,8 % US PROOF)

 

 

LES EDITIONS LIMITEES:

 

 

-MICHTER’S « STRAIGHT RYE » 10 ans, limited edition, Single-Barrel, 46,4 % (92,8 % US PROOF)

-MICHTER’S « BOURBON » 10 ans d’âge, limited edition, Single-Barrel, 47,2 % (94,4 % US PROOF)

 

-MICHTER’S « STRAIGHT RYE » 25 ans, limited Edition, Single-Barrel, 58,7 % 

(117,3 % US PROOF)

-MICHTER’S « BOURBON » 20 ans d’âge, limited Edition (204 bouteilles), Single-Barrel,

57,1 % (114,2 % US PROOF)

-MICHTER’S « BOURBON » 25 ans d’âge, limited Edition, Single-Barrel, 54,3 % 

(108,6 % US PROOF)

-MICHTER’S « CELEBRATION » (Sour Mash Whiskey), limited Edition (273 bouteilles), 30 ans d’âge, 56,15 % (112,3 % US PROOF)

 

 

 

Cliquez ci-dessous pour voir les notes de dégustation

(please click below to view my tasting notes):

 

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop