WARENGHEM (inc. Armorik)

Distillerie Warenghem

 

alt

Catégorie:

Distillerie de Malt & de Grain,

mais aussi d'autres eaux-de-vie

 

Pays :

France

RĂ©gion :

Bretagne

Statut:

En Activité

Date de Création:

1900 (1983 pour le whisky)

Nombre d'alambics:

2 (un de wash, un de spirit)

Production Annuelle:

non précisée

Adresse Postale:

Distillerie Warenghem, Route de Guingamp, Boutill, 22300 Lannion

_______________________________________________________________________________________________________________________

Description:

Léon Warenghem (originaire du Pas-de-Calais), créé la distillerie en 1900.  A l’origine, la distillerie ne produisait pas de whisky, mais divers spiritueux, dont tout d’abord « L’Elixir d’Armorique », un digestif à base de plantes toujours produit à l’heure actuelle !), des eaux de vie de fruits, du Chouchen à base de miel, etc…), puis plus tard même de la bière. C’est une affaire de famille (c’est son fils, Henri, qui contribuera à diversifier la production en choisissant de produire des liqueurs) ou de familles au pluriel devrais je dire car Yves Leizour s’associe au Warenghem en 1967.

Il faudra attendre 1983 et son fils Gilles Leizour pour que la distillerie décide de produire également du whisky. La distillerie dispose de deux alambics (un de wash, un de spirit) à cet effet. 1987 est une année cruciale pour la distillerie, et pour le whisky français également car c’est l’année de sortie des premières bouteilles du premier blended whisky français, tout simplement nommé « WB » ou « Whisky Breton ». Composé de 75 % de whisky de grain (du blé, local) & de 25 % de single-malt, ce blended-whisky de 3 ans d’âge est déjà marqué par une typicité de bon aloi (marin, floral, fruité & malté) qui le démarque de nombre de blended-whiskies écossais disponibles en France (souvent trop aseptisés), mais dans le même temps, du fait de sa large distribution en grandes surfaces (n’oublions pas que c’est aussi grâce à un breton que le whisky a pu être démocratisé en France…), il connaît le même problème que Glenfiddich auprès des connaisseurs, soit un certain dédain…mais en définitive, le succès des deux marques perdurera au fil des années, probablement grâce à la qualité constante maintenue depuis sa création. Notons encore que contrairement à d'autres blends, même écossais, le "Whisky breton" (disponible un temps en version plus concentrée en malt sous le nom de "Galleg", puis plus récemment en "Breizh Whisky") est un des rares cas de Single-blend, c'est à dire d'assemblage de whisky de malt et de grain provenant de la même distillerie. En Ecosse il y a peu d'équivalents, surtout dans l'époque contemporaine, mais dans le passé les distilleries BEN NEVIS et LOCHSIDE ont pu mettre en bouteille, à de rares occasions des single-blend, notamment en version de négoce.

C’est en 1994 que débute la production d’« Armorik », officiellement distribué en 1999.  Armorik peut se targuer d’être historiquement le premier single-malt français, élaboré en Bretagne, LA région précurseur du whisky pour notre pays. Commercialisé tout aussi largement que le « Whisky Breton », ce 4 ans d’âge entre naturellement largement dans la composition de ce blended-whisky duquel il se rapproche beaucoup du point de vue du goût…(ça semble être une tautologie de le dire, mais j’entends par là que le choix du whisky de grain a été suffisamment judicieux pour ne pas masquer le caractère de la distillerie, et rappelons que contrairement à la majorité des blended-whiskies écossais, il n’y a donc qu’un seul single-malt mis à contribution ici…C’est ce qu’on appelle parfois un « single-blend », peu courant, même en Ecosse).

La distillerie produira par la suite deux autres versions de leur blended-whisky, une dite « Galleg » en 2008 (qui titre à 42 % et, fait rare, a bénéficié d’abord d’une maturation de 6 mois en fûts de sherry, avant d’être mis à vieillir dans des fûts de Bourbon, puis enfin d’être assemblé à du whisky de grain-il est très légèrement tourbé). « Galleg » comporte donc 50 % de whisky de malt et 50 % de whisky de grain ce qui en fait un blended-whisky très concentré en arômes. L’année suivante, la distillerie proposera une version simplement nommée « Breizh Whisky » (variante du « Galleg », surtout en termes de packaging). En matière de single-malt, la distillerie Warenghem déclinera progressivement « Armorik » en plusieurs versions, allant d’une légère touche de sherry (cf le « Sherry finish » réservé aux grandes surfaces), à une version de 10 ans d’âge millésimée (« 2002 »), provenant d’un fût de sherry de 3 ème remplissage et proposée brut de fût (à 56,1 %) en passant par une version dite « Classic » (de 5 ans d’âge vieillie en fûts de Bourbon et non filtrée à froid) titrant à 46 %, distribuée (notamment) et initiée par La Maison du Whisky, une version dite « Double-Maturation » (élevée en fûts neufs français d’Armorique, puis en fûts de Sherry) qui a su évoluer (et gagner en titrage de 42 à 46 %), et plusieurs éditions limitées, voire confidentielles (souvent des single-casks) brut de fût (« Cask strength ») en 2008 par exemple (je me rappelle d’un splendide « Double-sherry cask » à 63 %), en 2009 ou encore en 2011 pour la première version du « Single-Cask » (un 8 ans d’âge de double-maturation et titrant 55 %).

Une distillerie qui a encore semble t’il bien des choses à nous proposer…d'autant plus que depuis fin 2013 elle évolue désormais mieux armée à l'international, ses whiskies étant désormais distribués à l'étranger par l'historique maison de négoce Gordon & MacPhail, alors, bon vent, Warenghem!

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop