Playlist (Music) March 2021

 

 

 

GREG'S PLAYLIST, or
."Music, Not Muzak!"

 

 La SĂ©lection musicale de Greg’s Whisky Guide:

 

 

MES DECOUVERTES MUSICALES RECENTES/MA SELECTION:

(MY RECENT MUSICAL DISCOVERIES/MY PLAYLIST)

 

NOTE to ENGLISH Speaking Readers: I added as much as I could in most recent posts a line or two, or when I had time or for special occasions/highlights in English for you, guys, so I hope it will make it easier....Also please don't hesitate to scroll a lot in this section as it is full of articles & links to other music I did enjoy over the years and wanted to share with you ! Music is part of my life for a long time, i just can't live without it, while I can live without whisky, believe it or not...So I hope you will find at least a few songs you will like here. As usual, i bought the physical records (or mp4 when not possible) of most of the references listed here, because we have to support the artists when we love them, so I encourage you to do the same if their music strike a chord into you. Cheers !

 

 DerniĂšre Mise Ă  jour/Latest Update : 14/04/2021  

 

 

-MYRKUR : Album « FOLKESANGE Â» (2020), Genre : Black Metal/Folk (ici 99 % Folk) -Pays : Danemark.

Commentaire (VF): Un tournant pour cette talentueuse artiste danoise Amalie Bruun (chanteuse, multi-instrumentiste, modĂšle, actrice
) qui habituellement sous le nom de MYRKUR mĂȘle Folk Scandinave (ici chantĂ© en danois, mais aussi en suĂ©dois, mais aussi en anglais) et Black MĂ©tal & Pagan MĂ©tal, choisit sur cet album magistral de prendre quasiment exclusivement (hormis le piano et des percussions contemporaines) l’option Folk traditionnel Scandinave, Ă  sa maniĂšre, et c’est une brillante rĂ©ussite. DĂšs le premier titre « Ella Â», le ton est donnĂ©. La voix d’Amalie peut s’exprimer de maniĂšre plus apaisĂ©e et joyeuse, et dans toute son Ă©tendue, et c’est envoĂ»tant. Produit par Christopher Juul du groupe folk HEILUNG, l’album regorge d’instrumentation & d’ambiances mĂ©dievales, renaissance & entre autres, celtiques, avec un joli mariage entre piano et viĂšle traditionnelle suĂ©doise (Nickelharpa, ou Hurdy Gurdy en anglais). Je n’entrerais pas dans le dĂ©tail des chansons, pour moi c’est un ensemble et un pĂ©riple haut en couleurs Ă  se prendre d’une traite...Un vrai bonheur & mon « Album de l’AnnĂ©e 2020 Â».

 

 

0_myrkur_volkesange_2020_cover

 

 

Comment (ENGLISH Summary) : Danish artist Amalie Bruun (who not only sings, but plays a lot of instruments, is a model & actress too) known in the Metal community from her current band MYRKUR, climbs another step here into an almost full non Metal but rather Ancient Scandinavian Folk record, partly with ancient or folkish instruments (Nickelharpa, a kind of Hurdy Gurdy), partly with piano for instance, in a well made marriage, and this is brilliant. Produced by Christopher Juul (from the Folk band HEILUNG), the album is a mix of Celtic, Folk, Medieval & Renaissance, traditional Scandinavian songs, held by Amalie’s beautiful & bewitching voice & brings us often a very dynamic range of songs, and of course more joyfully melodies than the beautiful but more somber & metal influenced previous records. This is a real treat & it became quickly my Album of the Year 2020 Â».

Titre choisi (selected song) : "Ella"

 

 ***

 

 

-MADISYN WHAJNE : Album « SAVE YOUR HEARTS Â» (2020), Genre : Indie-/Dream-Pop-Rock -Pays : Canada.

Commentaire (VF): Le premier album de Madisyn Whajne (une canadienne d’origine amĂ©rindienne, et mĂȘme d’une des plus anciennes tribus-Ojibwe, et avec une histoire personnelle particuliĂšre, davantage dans l’excellente interview rĂ©cente par Graham Coath son podcast & chaĂźne youtube, voir lien : "A Better Way Of Life"), est un bain de fraĂźcheur juvĂ©nile, plus que bienvenu par les temps qui courent (oui, ça le mot qui commence par un c...), pĂ©tri d’influences de girl-bands des annĂ©es 80/90 (des GO-GO’s Ă  The PRIMITIVES, et mĂȘme une petite touche BLONDIE qui n’est pas pour me dĂ©plaire !), mais aussi la Dream-Pop/Rock indĂ© Canadienne contemporaine (ALVVAYS, notamment sur « Summer Love Â», un des tubes de l’album). L’album est d’une timiditĂ© touchante (peut ĂȘtre aussi du Ă  certains choix de production concernant la voix), et plus variĂ© qu’il n’y paraĂźt de prime abord, entre titres au tempo rapide & au ton lĂ©ger (« One Shot Â», « Fire Â», ou le tube « Killing Desire Â»), aux ballades plus intimistes aux allures parfois de tubes (le splendide « Save My Heart Â») ou la gravitĂ© n’est jamais loin, mais sans affects (le superbe « Dagger Â»). Musicalement, c’est un dosage habile de guitares un brin sixties (Madysin est Ă©galement guitariste), d’une excellente section rythmique & de synthĂ©s douillets. Une artiste attachante Ă  suivre !

 

 

0_madysin_whajne_save_our_hearts_lp_cover

 

 

Comment (ENGLISH Version) : Singer-song writer & guitar player Madisyn Whajne (a Native American with roots as old as the Ojibwe tribe, and a very special personal story...More about her in an excellent interview by Graham Coath for his podcast/youtube channel, with the link : "A Better Way of Life") offers us with « Save your Hearts Â» a more than welcomed by those difficult times (yes, starting by « the c-word Â» crisis) bath of youthful fresh air, with a lot of influence from Eighties but also Nineties girl bands such as the GOGO’s or the PRIMITIVES, a kind of slight BLONDIE touch in it as well, and also some more recent Canadian Dream Pop (such as ALVVAYS, in one of the album’s hit, « Summer Love Â»). The album has a touching kind of shyness in Madisyn’s singing (but it can also come from some production choices regarding the vocals), and provides more variety than one could think at first listen, from uptempo & light songs (« One Shot Â», « Fire Â», or the hit « Killing Desire Â»), to more intimate ballades that become hits (such as the splendid « Save My Heart Â»-link below), in which some gravity isn’t so far, but never with affects (the superb « Dagger Â»). Musically, this is a handy mix between a bit sixties sounding guitars (let’s not forget Madysin is also a guitar player), a solid rythmic section & a comfy keyboard/organ. An endearing artist to follow !

Titres choisis (selected songs):

"Dagger"

"Save My Heart"

 

 

 ***

 

 

-DVNE : Album « ETEMEN AENKA Â» (2020), Genre : Progressive Metal/Sludge -Pays : Royaume-Uni (Ecosse)/UK.

Commentaire (VF): 2Ăšme album du groupe fan de Frank Herbert, pour moi qui dĂ©couvre le groupe cette annĂ©e, l’ombre sludgesque de MASTODON ou NEUROSIS plane au dessus du groupe, mais aussi des passages plus typĂ©s Post-Rock, ou l’on passe d’une voix growlĂ©e Ă  un chant clair assez haut perchĂ©, de passages atmosphĂ©riques souvent Post-Rock (voire psychĂ©-Prog 1970’s, comme les synthĂ©s utilisĂ©s), Ă  des passages plus orageux et tendus. Le chant clair peut s’avĂ©rer dĂ©concertant au dĂ©but, mais il s’insĂšre bien dans une logique assez progressive malgrĂ© tout, avec des accents, comme sur « Omega Severer Â» de gĂ©nie, qui rappĂšlent, dans l’accĂ©lĂ©ration du tempo du break, mais aussi le chant exarcerbĂ© et haut perchĂ© qui s’y joint, et la beautĂ© du solo de guitare, THE MARS VOLTA. Un album impressionnant et, je pense, Ă©pique !

 

 

0_dvne_etemen_aenka_2020_2e_lp_cover

 

 

 

Comment (ENGLISH Version) : This is the second album from this overtly Frank Herbert fan Scottish band. Strongly influenced by Prog/Sludge Metal bands such as MASTODON (most obvious influence here), but also from varied Post-Rock & Post-Metal bands (NEUROSIS comes to mind a bit too), it gets more complicated & interesting when you discover other influences such as psychedelic Prog from the 1970’s or Stoner oriented more recent ones (hence the band’s visual too). So, yes, lots of contrasts there, musically & voice wise too (growled or clear, sometimes the singing can be challenging, climbing on high notes you won’t expect from this genre of music, but reminding me a bit (in the album’s probable masterpiece « Omega Severer Â») of The MARS VOLTA’s exuberance (same style of getting suddenly faster, with a great guitar solo & high pitched singing). An impressive album & an epic one I think !

Titre choisi (selected song) : "Omega Severer"

 

 ***

 

-EXAUGURATE : EP « CHASM OF RAPTUROUS DELIRIUM Â» (2020), Genre : Death Metal -Pays : Etats-Unis/USA.

Commentaire (VF): TrĂšs bien produit, le premier EP du groupe amĂ©ricain EXAUGURATE est une vraie claque de vieux Death Metal caverneux & inspirĂ©, dans la lignĂ©e de DEAD CONGREGATION (jusqu’à la pochette!), ou encore de CRUCIAMENTUM (dont provient un des membres du groupe) ou GRAVE MIASMA. Alternant comme eux passages lourds, gras, lents & rapides pour asseoir sa noirceur, le quatuor qui a retenu toutes les leçons des maĂźtres d’INCANTATION dans l’art de prendre l’auditeur par les tripes, nous dĂ©livre 20 minutes de pur bonheur Ă©lectrique, et j’ai hĂąte d’en entendre davantage dans un album, et aussi peut ĂȘtre de les voir essayer de se dĂ©marquer un peu de leurs influences ? Mon coup de coeur MĂ©tal de l’annĂ©e 2020.

PS: Un disque dĂ©couvert par l'intĂ©rmĂ©diaire de l'excellente chaĂźne youtube "Kens Death Metal Crypt"  que je recommande particuliĂšrement aux amateurs de Death Metal / Lien: "Kens Death Metal Crypt"

 

 

0_exaugurate_ep_2020_chasm_cover

 

 

Comment (ENGLISH Version) : Great production here for a start, and this is also what made me highlight this record among others...EXAUGURATE is an American band who plays a cavernous style of Death Metal, as notioriously played for instance by DEAD CONGREGATION, but also, way before them, INCANTATION in the first place. The band comprises members from other bands such as CRUCIAMENTUM, which I also thought about style wise, and I like the way the band manages here to catch us, alternating between slow, thick & heavy passages (dark as
f...) with faster ones, talking to our guts, for a pure electric & dark 20 minutes treat. Sure, I am in a hurry to hear more from them, and maybe to see them go beyond their influences, but this is my Metal Favorite of the Year 2020.

PS: A record I discovered thanks to the excellent Youtube channel "Kens Death Metal Crypt" (see link below) that I recommend to all Death Metal fans out there: "Kens Death Metal Crypt"

EXAUGURATE (Link) (but please, as usual, buy it !): ("Chasm of Rapturous Delirium")

 

***

 

 

-ULCERATE : Album «  STARE INTO DEATH AND BE STILL Â» (2020), Genre : Death Metal Technique -Pays : Nouvelle-ZĂ©lande/New Zealand.

Commentaire (VF): DĂ©jĂ  le 6 Ăšme album en 17 ans, les nĂ©o-ZĂ©landais impressionnent toujours, autour de leur exceptionnel batteur Jamie Saint Merat, sans qui le groupe ne serait pas ce qu’il est tant ce batteur est la vĂ©ritable colonne vertĂ©brale et sans aucun doute une grande partie de l’ñme du groupe. Les batteurs ayant rĂ©agi sur youtube Ă  son travail soulignent par ailleurs une approche Jazz. Il ne faudrait pour autant pas nĂ©gliger les autres membres du groupe, Michael Hoggard, le guitariste, et Paul Kelland (chant, basse) qui effectuent un travail encore une fois remarquable. L’album est trĂšs bon, toujours avec ce sentiment d’urgence qui n’appartient qu’à ce groupe, blastbeats & ambiance de fin du monde garantie, mais aussi des passages plus lents et atmosphĂ©riques avec, de sublimes rĂ©sonances de guitares qui permettent Ă  la fois des respirations salutaires chez l’auditeur, et l’ancrage dans un univers plus personnel. Ceci Ă©tant dit je prĂ©fĂšre la production du prĂ©cĂ©dent album « Shrines of Paralysis Â», notamment pour le mixage du chant plus clair & un cĂŽtĂ© moins Ă©touffĂ©. Un grand album, malgrĂ© ces lĂ©gĂšres rĂ©serves.

 

 

0_ulcerate_stare_into_death_and_be_still_cover

 

 

Comment (ENGLISH Version) : New Zealand’s « End of the World’s Music Â» combo (I like to think that) strikes back with another (& the 6th one!) powerfull but, as always, full of contrasts (shall I call them « ambient or atmospheric moments Â» ? Maybe a question to think about
) record. Jamie Saint Merat’s drumming is, as always too, the skeleton and/or the heartbeat of ULCERATE’s music, and the band won’t be what it is without him...Drummers say he has some Jazz reflexes, and reviewers often point out the intensity of his playing, but we might all forget to underline how the other members talented are...Michael Hoggard’s riffing is brilliant & the singer Paul Kelland (who also plays the bass, discretely but efficiently) is growling strongly all the way, but there are a lot of instrumental passages that makes it an easier pill to swallow & help to install a dramatic ambience...sustained by some sublime guitar resonances. Though I like this album & respect all the hard work there, I have to say I prefer the previous one, « Shrines of Paralysis Â», probably because of the singing mix & the general mix, that I found a bit too compressed or say a bit muffled here. Still a great album, mind you.

Titre choisi (selected song) : "Dissolved Orders"

 

 

 

« NOT SO OLDIES, BUT ALREADY GOODIES Â» :

 

 

-GRAVENHURST : Hommage/Tribute overview:

Genre : Indie-Rock/Folk/ShoeGaze/Electronic Music -Pays : Royaume-Uni/UK.

Commentaire (VF): Difficile Ă  classer, le groupe de Nick Talbot (dĂ©cĂ©dĂ© en 2014 Ă  seulement 37 ans), devenu bien plus qu’un projet solo, m’a touchĂ© par son tissage unique de mĂ©lodies intimistes et « discrĂštement Ă©corchĂ©es Â» (mĂȘme les instrumentaux!), mĂȘlant ou alternant rudesse & extrĂȘme subtilitĂ© d’arrangements & d’ambiances, qu’elles soient acoustiques, Ă©lectriques, avec synthĂ© ou orgue, et quelque part entre Rock 1960’s US, Kraut-Rock 1970’s, voire mĂȘme un rien Bluesy, Rock alternatif typique des annĂ©es 90 (Lo-Fi, Slow-core, parfois limite Noisy Pop), ballades Folk/Pop Ă©thĂ©rĂ©es, voire Dream Pop, etc...et le plus souvent chantĂ©es & jouĂ©es avec une grande dĂ©licatesse, et d’une mĂ©lancolie infinie. J'ajouterais que le morceau qui peut ĂȘtre reprĂ©sente le mieux toute la complexitĂ© du groupe est le long & complexe "Song from under the Arches", sur l'album "FIRES IN DISTANT BUILDINGS" (2005). Coup de coeur « rĂ©tro Â» 2020 pour ce groupe que j’ai dĂ©couvert qu’en 2020.

 

 

0_gravenhurst_fires_in_distant_buildings_lp

 

 

Comment (ENGLISH version) : Hard to categorize, Nick Talbot’s band (who died in 2014 at 37 yo only), has become over the years way more than a solo project, and did touch me by its unique weaving of intimate melodies & « discretely tormented Â» songs (even the instrumental pieces), mixing or alternating strong rock riffing with much subtlier arrangements & ambiances, whether they are acoustic ones, electric ones, using keybooards or an organ, somewhere between 60’s US Rock, but also 70’s German Kraut-Rock, a touch Bluesy as well, Alt-Rock from the 90’s (Lo-Fi, Slow-core, even sometimes some Shoegaze & Noisy Pop), ethereal Folk/Pop ballads, maybe some Dream-Pop too...and most often sung & performed with a great delicacy, and of an infinite melancholy. I will add that the song that maybe represents the most GRAVENHURST's complex & contrasted style might be this beautiful & long piece that is the "Song from under the Arches", on the album "FIRES IN DISTANT BUILDINGS" (2005). GRAVENHURST is my Favorite « Retro Â» 2020 discovery for me (& I know I’ve been late !) :

Voici un aperçu en 5 morceaux/Here is an overview in 5 songs :

1/  "Down River" (album: « Fires in Distant Building Â», 2005)

2/ "Cities Beneath The Sea" (album: « Fires in Distant Building Â», 2005)

3/ "Song from under the Arches"  (album: « Fires in Distant Building Â», 2005)

4/ "The Western Sands" (instrumental) (album: « The Western Lands Â», 2007)

5/ "Hourglass"  (album: « The Western Lands Â», 2007)

 

 

A ECOUTER AUSSI/ALSO RECOMMENDED (2020):

 

 

-DRACONIAN : Album « UNDER A GODLESS VEIL Â» (2020), Genre : Gothic-Doom Metal -Pays : SuĂšde/Sweden.

Titre choisi (selected song) : « The Sethian » :

https://www.youtube.com/watch?v=YvXXxuHkNxg

 

-MY DYING BRIDE : Album « THE GHOST OF ORION Â» (2020), Genre : Doom-Death Metal -Pays : Royaume-Uni (Angleterre)/UK.

Titre choisi (selected song) : « Tired of Tears » :

https://www.youtube.com/watch?v=sBEU0jZYohA

 

-IN CAUDA VENENUM : Album « G.O.H.E. Â» (2020), Genre : Progressive Black-Metal -Pays : France.

(Album) : https://www.youtube.com/watch?v=aHf_hqARccs&t=174s

 

-HARAKIRI FOR THE SKY : Album « MAERE Â» (2020), Genre : Melodic Black Metal -Pays : Autriche/Austria.

Titre choisi (selected song) : «  Us Against December Skies » :

https://www.youtube.com/watch?v=p9X46XCF7vA

 

 

 

DECOUVERTES D’ALBUMS MOINS RECENTS A SIGNALER :

(LESS RECENT RELEASES DISCOVERIES TO HIGHLIGHT)

 

 

-DEATH GRIPS : Album « NO LOVE DEEP WEB Â» (2012), Genre : Experimental Hip-Hop -Pays : Etats-Unis/USA.

Titre 1 choisi (first song selection): « NO LOVE Â» :

https://www.youtube.com/watch?v=2MHhLDCJ57E

Titre 2 choisi (second song selection), LIVE du titre/title « GUILLOTINE Â» (extrait initialement de l’album « EXMILITARY Â», 2011) :

https://www.youtube.com/watch?v=BinKCtUTWBA

 

-BLACK CROWN INITIATE : Album « SELVES WE CANNOT FORGET Â» (2016), Genre : Death Metal Progressif & Technique -Pays : Etats-Unis/USA.

Titre choisi (selected song): « Belie The Machine Â» :

https://www.youtube.com/watch?v=0BjNpW-6aZY

 

-HELIOSAGA : Album « TOWERS IN THE DISTANCE Â» (2014), Genre : MĂ©tal Symphonique -Pays : Etats-Unis/USA.

Titre choisi (selected song) :: « Hide Away Â»

https://www.youtube.com/watch?v=UXnvQkYk_9E

 

 

Playlist (Music)

 

GREG'S PLAYLIST, or
."Music, Not Muzak!"

La SĂ©lection musicale de Greg’s Whisky Guide:

 

 Greg's Musical Selection/Greg's Whisky Guide recommended albums or singles:

  (I recently added a few lines for each recent album or single post /review in English for you, guys!)

 

DerniĂšre Mise Ă  jour/Latest Update : 18/06/2020

 

 

 DerniĂšre minute (31/05/20): ALERTE NOUVEAU COUPS DE COEUR ♄♄♄:

Last minute (31/05/20): NEW FAVORITE ARTISTS ALERT :

 

 

En France (in France) : VIDEO CLUB : Un duo trĂšs jeune (ils ont commencĂ© Ă  publier leurs chansons Ă  17 ans) originaire de Nantes formĂ© en 2018 par AdĂšle Castillon & Matthieu Reynaud (tous deux musiciens : AdĂšle Ă©crit les paroles et Matthieu la musique) et qui compose des chansons redoutablement efficaces (avec un succĂšs qui dĂ©passe le fait qu'ils chantent en français, voir les commentaires sur youtube...), des chansons d'amour, souvent, et sur l'Ă©poque, avec des influences principalement situĂ©es dans le son synthĂ©/pop/new wave des annĂ©es 1980 (TAXIGIRL, VISAGE, voire ETIENNE DAHO ; Matthieu en interview revendique le cĂŽtĂ© rĂ©tro en recherchant mĂȘme les synthĂ©s les plus anciens et reprĂ©sentatifs), mais aussi un certain courant contemporain français (pop, hip hop soft, ou nĂ©o-gothique/new wave, que ce soit ANGELE ou bien FAUVE) mais ce qui m'impressionne beaucoup c'est l'aisance & la maturitĂ© de composition et d'exĂ©cution, le caractĂšre proche de la Dream Pop notamment par la qualitĂ© de ses mĂ©lodies & ses arrangements d'un BEACH HOUSE (un gros compliment!), toutes proportions gardĂ©es et diffĂ©rences de style considĂ©rĂ©es Ă©videmment, et cotĂ© complicitĂ©, l'intimitĂ© du duo anglais BIG DEAL, mĂȘme si AdĂšle & Matthieu ne chantent pas souvent en mĂȘme temps. La production (par le pĂšre de Matthieu souvent), impeccable, renforce encore ce cĂŽtĂ© nostalgique (annĂ©es 1980) qui est trĂšs attirant pour quelqu'un qui a vĂ©cu cette pĂ©riode musicale, mais aussi, apparemment pour une gĂ©nĂ©ration beaucoup plus jeune qui se reconnaĂźt dans cette douceur mĂ©lancolique et amoureuse (nombreux concerts Ă  guichet fermĂ© alors le groupe n'a pas encore sorti son premier album-semble t'il, car annoncĂ© pour cette annĂ©e, et pour la chanson "Amour Plastique", youtube signale plus de 37 millions de vues !). Un vrai espoir & une fraĂźcheur inattendue que ce jeune duo de talent (extraits Ă  Ă©couter aprĂšs la version anglaise):

 

video_club_photo_groupe_rec_red_v2

 

(ENGLISH): A quite young (they started around 16 yo) but with a much mature music than their age French duet from Nantes (Brittany) formed in 2018 by AdĂšle Castillon & Matthieu Reynaud (both singers & musicians) playing a very catchy "old school" (hear 1980's) Electro-Pop, Synth-Pop with several touches of varied styles (even some soft hip hop flow) including French 1980's New Wave (TAXIGIRL, ETIENNE DAHO, VISAGE) but with less emphasis on drums, or more recently ANGELE or FAUVE maybe, but also some non French music which frankly I struggle to give examples...(I might risk a kinda BEACH HOUSE perfection in melodies, even if it is different...and also the complicity of the English duet BIG DEAL, even if the French duet doesn't often sing together at the same time like them). It has something strikingly French but at the some time has an international sound (& love song themes, often, which seem to please international audience as well, despite the fact that the band writes his songs in French (over 37 millions of views for instance on youtube for the single called "Amour Plastique"). Let's mention though they did a beautiful cover of an English song "What are you so afraid of" de XXXTentacion) that could please anyone & be named for me as "Retro Synth/Dream Pop" in my opinion...A very exciting mix I have to say. They already released 6 singles, and did several sold out shows. Here are some excerpts of their music :

Amour Plastique

Roi

En nuit

 

Aux Pays-Bas (Netherlands): BLACKBRIAR: Un sextuor de la ville d'Assen, aux Pays-Bas, qui dĂ©but en 2014 et a dĂ©jĂ  produit 3 mini albums et 6 simples, 5 vidĂ©os mais pas encore d'albums, et a tournĂ© avec EPICA. Le style du groupe est un mĂ©lange de mĂ©tal Gothique, Symphonique & d'un cĂŽtĂ© presque "Romantic Pop/Rock Alternatif" qui le rend plus accessible. Par contre, ce qui le distingue des autres groupes Ă  chanteuses (sans connotation pĂ©jorative), c'est le timbre particulier de la chanteuse Zora Cock, haut perchĂ© et un rien acidulĂ© & son style mĂ©lancolique & romantique (on pourrait mĂȘme parler de "Gothic Dream Pop"), mais aussi un joli mĂ©lange (tant du cĂŽtĂ© vocal que du cĂŽtĂ© musical) de puissance & de douceur Ă  la fois, pour nous rĂ©galer de chansons mĂ©lodiques et accrocheuses. Voir ma sĂ©lection de 3 titres aprĂšs la version anglaise...

 

 

blackbriar-bandphoto-2017_red

 

 

(ENGLISH): BLACKBRIAR is a 6 members band from Assen, led by singer Zora Cock (which has an acidulous, youthful & high pitched voice), which recorded since 2014 already 3 EP's, 6 singles & 5 videos, toured with for instance EPICA, their style can be described as Gothic Metal/Symphonic Metal with a touch of Alternative Rock & even for me some Gothic Dream Pop, here are some excerpts showing a very appealing mix of sweetness, strength & sublime vocal harmonies, nicely produced catchy melodic songs:

Arms of the Ocean

I'd Rather Burn

Mortal Remains

 

Aux Etats-Unis (in the U.S.A.): WINDHAND : Le groupe amĂ©ricain (de l'Ă©tat de Virginie), WINDHAND fut formĂ© en 2009 et comprend actuellement la chanteuse Dorthia Cortrell, les guitaristes Asechiah Bogdan & Garrett Morris, le bassiste Nathan Hilbish & le batteur Jeff Loucks. Le style du groupe est souvent classĂ© "Doom Metal", mais selon moi c'est davantage une combinaison de Stoner & de Doom Metal avec beaucoup d'effets de fuzz dans les guitares, avec un son Ă  la SLEEP ou encore SAINT VITUS (l'on pourrait parler d'Ă©quivalent fĂ©minin de ce groupe avec WINDHAND, mais leur style est plus Ă©thĂ©rĂ© Ă  mon avis). Ces guitares "fuzz", cette basse Ă©paisse & cette lourde batterie, combinĂ© Ă  un chant atypique, presque masculin (mĂ©dium) constituent une base sur laquelle ils posent de lancinantes mĂ©lodies et puissants riffs qui finissent par entrer dans votre tĂȘte et vous conduisent Ă  en vouloir toujours plus encore. Le groupe a 4 albums studio Ă  son actif (tous recommandĂ©s), 3 albums en collaboration (splits) & 2 albums live que je n'ai pas encore pu Ă©couter. Voici (aprĂšs la version anglaise) quelques titres que j'ai choisi pour vous...

 

 

windhand_band_eternal_return_lp_red

 

 

(ENGLISH): WINDHAND is a 4 members band from Richmond (Virginia) formed in 2009 by singer Dorthia Cottrell (singer), Asechiah Bogdan & Garrett Morris (guitars), Nathan Hilbish (bass) & Jeff Loucks (drums). Their style is often classified as Doom Metal, but I'll correct that stating it is rather a Stoner/Doom Metal band (with a lot of fuzz, sounding more like SLEEP or SAINT VITUS than MY DYING BRIDE, for instance). Fuzzy guitars, thick bass & heavy drums with a half distant but characterful voice are composing strong & nagging melodies that are slowly but surely sticking into your mind, leaving you wanting for me after the listening. They recorded already 4 studio albums (all recommended), 3 split records & 2 live albums (2014, 2019). Here are some examples of that:

Orchard

Feral Bones

Halcyon

 

 PRECEDENTS COUPS DE COEUR /PREVIOUS FAVORITE (02/20/2020)

 

 Voici mes deux coups de coeur du moment, en commençant par le plus rĂ©cent, une chanteuse amĂ©ricaine de 29 ans, qui s'est fait connaĂźtre durant le concours de chant "American Idol" 2011, Haley REINHART, un coup de coeur absolu et immĂ©diat, Ă  l'issue de l'Ă©coute de juste quelques titres (reprises & compositions personnelles). DĂ©couverte grĂące encore une fois aux suggestions de YouTube, alors que je cherchais Ă  Ă©couter des reprises du titre "Seven Nation Army" des WHITE STRIPES, je tombe sur une collaboration entre le groupe de jazz POST MODERN JUKEBOX (que je recommande par ailleurs) et une certaine Haley REINHART.

 

 

haley_reinhart_chfil_2016_red

 

 

C'est le coup de foudre, l'interprĂ©tation jazzy est Ă©poustouflante, la chanteuse est Ă  l'aise dans tous les styles (Pop, Soul, R&B, Jazz toutes Ă©poques, voire mĂȘme Folk, etc...), et tous les registres (graves, mĂ©dium, rauques, clair et aigu, suave, lĂ©ger, subtil, ou en voix pleine)...Elle sait tout faire, avec un charme et une malice jouissive, trĂšs communicative, et en concert, c'est apparemment encore plus flagrant. Autre reprise extraordinaire, celle de "Creep", de RADIOHEAD. Haley REINHART a dĂ©jĂ  4 albums Ă  son actif, "Listen Up!" (2012), "Better" (2016), "What's that Sound" (2017), "Lo-Fi Soul" (2019), ainsi que de nombreuses collaborations. Elle sera en concert Ă  Paris au mois de Mai ! Voici quelques unes de ses prestations :

Seven Nation Army (cover)

Creep (cover)

Haley sings with Jeff Goldblum & his orchestra

Don't know how to love you (original, 2018)

 

ENGLISH Summary:  My first favorite discovery of this year is a 29 y.o. American female singer discovered by chance (& an American Idol 2011 contestant), named Haley REINHART, following Youtube suggestions about covers from THE WHITE STRIPES song "Seven Nation Army" I was first looking for, and I fell in love instantly with her. Her range is absolutely incredible, from low to high register, from a low raspy, sultry note to higher & lighter ones, from Pop to vintage Jazz, R&B and Soul music to almost Folk music, and she is so joyful when she sings that her collaborations & live performances are very infectious (watch for instance the collaboration with Jeff Goldblum linked above). She did record 4 albums (list above in the French section) & did collaborate already with quite some people, and mainly with a vintage Jazz band called POST MODERN JUKEBOX I also recommend. I'm very happy she will be performing in Paris in a few months !

 

 â™„♄♄

 

Autre coup de coeur, le trio amĂ©ricain ANIMALS AS LEADERS, formĂ© en 2007, autour du virtuose de la guitare Ă  8 cordes, Tosin Abisi, mais aussi de Javier Reyes (autre guitariste Ă  8 cordes, qui compense le choix de ne pas avoir de bassiste) et de Matt Gartska (batterie, Ă  partir du 2 Ăšme album) et un style de musique difficile Ă  classer, tellement il est ouvert et inventif, mais que l'on pourrait qualifier de Metal Progressif Instrumental, avec des influences importantes des styles Jazz contemporain, Djent Metal, Hard-Rock classique (pour le jeu de guitare solo Ă  la Satriani/VaĂŻ), entre autres, et parfois des Ă©lĂ©ments de World musique et d'Ambient, ou d' Electronica, en grande partie grĂące au travail de l'ingĂ©nieur du son Misha Mansoor. Un groupe ultra-technique, donc, mais qui n'a pas oubliĂ© d'ĂȘtre suffisamment mĂ©lodique pour attirer l'auditeur, avec des moments plus calmes et envoĂ»tants. Un groupe brillant Ă  suivre !

 

 

animals_as_leaders_live_ba_red.

 

 

Le groupe est l'auteur de 4 albums, du plus métal, le premier, éponyme "Animals As Leaders" (2009), et son célÚbre morceau de bravoure "Cafo", au dernier album "The Madness of Many" (2016), en passant par l'aérien 'Weightless" (2011, pour l'instant mon préféré, mais je découvre encore leur style récent), et "The Joy of Motion" (2014). Voici quelques extraits de leurs albums:

Cafo

An Infinite Regression

Arithmophobia

Crescent

 

ENGLISH Summary:  Another current favorite of mine, is the American instrumental band called ANIMALS AS LEADERS, a fantastic Progressive Metal with a lot of Jazz & Djent Metal influences, as well as sometimes some World Music, Ambient & Electronica touches (helped for that by a sound ingeneer called Misha Mansoor), and some Classic Hard-Rock touches for the solo guitar play (Satriani or VaĂŻ styles often comes to mind). A band I also discovered by chance, following Youtube suggestions. Led by virtuoso guitarist (using an 8 strings instrument) Tosin Abisi, composed also of another guitarist using 8 strings (replacing a bass player in a way, as there isn't none in this band) Javier Reyes, and of Matt Gartska (after the first album) on drums. Instrumental, super technical, the band's style manages to be enjoyable, because they like to keep enough paced or fast melodic elements in their music, so it's not guitar-nerd or prog-nerd only music in my opinion. The band recorded 4 albums (listed above in the French section), all brilliant. A band to follow...See links above to some of their music.

 

 ***

 

 

MES DECOUVERTES DE L'ANNEE 2019 :

(MY MUSICAL DISCOVERIES OF YEAR 2019)

 

Voir lien vers ma vidéo (et ses liens musicaux) sur ma chaßne Youtube:

(Please watch my video about it on my Youtube channel & its musical links)

Cliquez ici / Click here

 

whispering_sons_obpic_red

 

WHISPERING SONS, le nouvel espoir venu de Belgique !

 

 

Premier coup de coeur de l'année 2019, découvert par hasard grùce aux suggestions de YouTube, les belges de WHISPERING SONS, qui avaient déjà défrayé la chronique en 2015 avec leur EP "Endless Party" et des prestations live époustouflantes (dont celle que je cite ci-dessous), et aprÚs d'autres singles, ont sorti en 2018 ce premier album "Image" que je recommande chaudement...(notamment le single "Waste" ou "Alone"). La presse a parlé de post-punk influencé par Joy Division, oui, c'est possible en partie, mais c'est méconnaßtre la scÚne & le son du début des années 1980 à laquelle ce groupe se réfÚre en partie, et notamment également l'influence de XMal Deutschland ou Skeletal Family pour la brilliance des guitares et l'urgence de leur intensité, mais aussi pour les passages plus lents et lourds, les graves gothiques d'un Bauhaus, par exemple... voire parfois The Cure des débuts, la scÚne anglaise noisy pop & shoegaze des années 1990 (Manchester, etc...). TrÚs inspiré, le groupe mené par une chanteuse atypique, Fenne, à la voix grave (quasiment comme Nico) et l'engagement physique fort sur scÚne, sait tirer partie d'une alliance redoutable entre un synthé nappant mais aussi souterrainement rampant, avec épaisseur, se lovant autour d'une guitare éclatante et "virale" dans ses mélodies, tenu aussi par la trÚs solide paire rythmique (basse & batterie électronique) et des compositions trÚs concises et au format pop. je dois aussi souligner l'expérience des musiciens (qui étaient dans un groupe longtemps avant leur rencontre avec la chanteuse). Bravo WHISPERING SONS ! Fortement recommandé !

First favorite of year 2019, discovered by chance following Youtube suggestions, Belgian band WHISPERING SONS, who had previously been noticed for their "Endless Party" EP in 2015 & some stunning live performances (such as this one quoted/linked below), were back in 2018 for their first album called "Image", that I warmly recommend...(for example the single "Waste" or "Alone"). The press talked about a strong post-punk style influenced by Joy Division. Sure I can hear that, partly, but for me, this is not knowing how wide (varied) the 1980's scene & sound could be, so you can also get other bands influence, such as Xmal Deutschland or Sketelal Family for the guitar's brilliance & their urgent intensity, but also, for the slower & heavier moments the gothic depths of Bauhaus, for instance... or maybe the early The Cure, and also the 1990's noisy pop & shoegaze scene (Manchester, etc...). Very inspired, the band is lead by an uncommon female singer, Fenne (with a deep voice & huge commitment-no far from Nico's voice), who knows how to get the best out of the alliance of coating & crawling keyboards, wrapped around a glowing & "viral" guitar (viral in his melodies), also sustained by a pretty solid rythmic section (bass & electronic drums). I have here to point out how experimented the musicians are, all from a previous band prior to picking this singer. Add to this quite precise & pop-sized compositions and you get the picture. Kudos to WHISPERING SONS for bringing us such strong melodies. Highly recommended !

 

"Alone" extrait de l'album "Image" (2018)

 

 

whispering_sons_image_2018_lp_cover_red

 

Je terminerais par un concert phénoménal vu sur Youtube, concert fait à Fribourg en 2017, qui montre bien à mon sens le talent immense de ce groupe :

Concert in Freiburg, 2017 (posted by danimatt666)

 

 

 

ADDENDUM (05/06/2019): J'ai eu l'occasion de voir WHISPERING SONS en concert le 15/05/2019 Ă  Paris, au Gibus, et j'ai Ă©tĂ© trĂšs impressionnĂ©:  AprĂšs une premiĂšre partie française "sympathique" (BE FOREST) mais sans grand intĂ©rĂȘt (du sous-SLOWDIVE Ă  la française, sans beaucoup d'Ăąme, davantage des intros ambient que de vrais morceaux, mais Ă  leur dĂ©charge ce ne sont pas les seuls Ă  tomber dans ce travers, MASSIVE ATTACK aussi...), le jeune groupe belge WHISPERING SONS dĂ©barque pour un faux dĂ©but de concert, presque 2 minutes de morceau pour faire un sound-check impressionnant, avec au final un son exceptionnel, trĂšs professionnel, trĂšs clair (et meilleur tout en Ă©tant moins fort que le premier groupe) et une prestation splendide. Fenne, la chanteuse, semblait fatiguĂ©e au dĂ©but du concert par une tournĂ©e europĂ©enne gigantesque en termes de dates (jĂ©tais Ă  5 mĂštres de la scĂšne), cependant elle, comme tous les membres du groupe, a tout donnĂ© sur scĂšne (du murmure au hurlement) durant un concert qui a permis Ă  chaque musicien de s'exprimer, avec une grande prĂ©cision et un engagement sans faille, pour environ une heure de concert passionnĂ©, Ă©nergique et brillant, reprenant la set list de la plupart des concerts qu'ils ont fait ces 2 derniĂšres annĂ©es.

Parmi les grands moments de ce concert, citons les flamboyants tubes "Got a Light", "Hollow", Stalemate", "Alone" (on ne compte plus le nombre de tubes du dernier album), le trĂšs Ă©nergique "White Noise" qui dĂ©calque, ou encore le torturĂ© "Waste" (le public devient de plus en plus rĂ©ceptif), sans parler des titres un peu plus contrastĂ©s ou lents comme "Skin" ou l'imparable final "Insights" (avec son mur de guitares-mĂȘme s'il n'y en a qu'une elle remplit l'espace Ă  merveille aidĂ©e d'un synthĂ© "organique & rampant"), et les hurlements de Fenne poussant le public au paroxysme...pour s'achever sur le gĂ©nial morceau en deux temps "No Image" (d'abord une ballade au piano presque seul & voix et enfin tout le groupe pour une accĂ©lĂ©ration salvatrice et jouissive). S'il y avait un mot pour rĂ©sumer l'esprit de leur musique, je dirais l' "urgence". Un concert Ă©poustouflant, donc...et, pour avoir parlĂ© un peu avec la section rythmique, avec le guitariste aprĂšs le concert (et Ă  leur manager avant), WHISPERING SONS est vraiment un groupe modeste, accessible et trĂšs prometteur (ce avec un seul album, un mini-album et deux singles), pour moi un des plus grands groupes actuels malgrĂ© leur jeunesse, Ă  suivre impĂ©rativement ! Bravo....Fait rare Ă  signaler, pour une fois dans un concert de rock, plusieurs d'entre nous ont remerciĂ© le groupe Ă  la fin (en donnant du "merci" et du "bravo", qui sont plutĂŽt d'habitude l'apanage de concerts classiques ou de variĂ©tĂ©s), tellement leur prestation Ă©tait remarquable. *****

 

 

whispering_sons_lie_paris_2019_05_15

Le groupe WHISPERING SONS sur scÚne à Paris au Gibus le 15 mai 2019 © Photo Grégoire Sarafian

 

 

 

ENGLISH COMMENT ADDED on 05/06/2019 : I saw the band in concert in Paris (at The Gibus) on May, 15 and I have to say I was very impressed ! An hour of pure energy, passion, brilliance & a rare sense of emergency. Obviously the band did a lot of gigs before this one & I could feel at the beginning of the concert how the singer, Fenne, was tired by a pretty long EU tour, but she (& all the boys) gave all she got on stage and I felt privileged to see that (note that in the end of the gig it's one of the very rare rock show where I saw people-yes me first-thank the band for their concert, with "bravo" & "merci" at several times, and that says a lot about the commitment the band puts into his performances live). I won't enter too much into the set list which is almost the same for a year or two (according to the recorded live shows seen on youtube) but is now plainly efficient and flawlessly performed. The rythmic section is dangerously impressive, the guitar sounds gorgeous & the keyboards are awesome as a "thickener of the sound". Fenne goes from a whispering voice to (at times) some savage yells with ease (the final mandatory song "Insights" is terrific in every way, voice wise as well ! -only the first part of the encore song "No Image" let us breathe for a while, more atmospheric...before its more dynamic end). I love the guitar sound & play but also how the "organic yet crawling" keyboards compliment the guitar but also helps to build the sound along with the equally flawless rythmic section.

The hits were coming one after the other, endlessly, with their catchy riffs & choruses ("Got a Light", "Hollow", Stalemate", "Alone"are awesome here once again), while the more martial ones such as "White Noise" finished to mesmerize the audience. Its getting warmer & warmer (the audience wants more) and for a band that is so young with just an album, a mini-album & 2 singles it is very impressive and encouraging for the future. I'm blown away by their performance starting with this false start 2 minutes sound check that showed how "pro" they were-their sound was impeccable and despite a bit less loud than the first part, a shy French Slowdive "replica like" band named BE FOREST, not very inovative I have to say and struggling to get any emotion out of their music. WHISPERING SONS's sound was more precise and expressive. A Fantastic gig and I have to mention a very cool band to meet after the show (I spoke a bit with the guitarist, bassist, drummer & earlier on with their manager), probably not aware yet how big they are already. Definitively one of the best bands around worldwide, and one to watch ! *****

 

 

 

***

 

COUPS DE COEUR DE FIN 2018:

LATE 2018 FAVORITE :

 

-DHAFER YOUSSEF : Albums "SOUND OF MIRRORS" (2018) ou "BIRDS REQUIEM" (2015) & prestations live, par ex. en Tunisie.

Certains pourraient qualifier cette musique de "World" (de Tunisie), mais les influences sont multiples, provenant notamment du Jazz,

et j'y vois une sublime fusion entre plusieurs traditions, incluant pour moi une touche Ă©mouvante de Soufisme.*****

Soupir Eternel

 

dhafer_youssef_birds_requiem_cover_red

 

 

-ITAMAR BOROCHOV: Albums "BLUE NIGHTS" (2018) ou "BOOMERANG"(2016)  & prestations live, notamment en France...

J'ai découvert ce trompettiste par hasard. Là aussi il y a du jazz (la base de sa musique), mais aussi des influences ethniques

(il vient de Jaffa, en Israël, une ville carrefour multi-culturelle), son jeu est d'une sensibilité bouleversante. *****

Blue Nights

 

itamar_borochov_blue_nights_cover_red

 

 

 

REDECOUVERTES BRILLANTES /BRILLIANT RE-DISCOVERIES:

 

 Dans un tout autre genre, prĂ©curseur & puissant, je redĂ©couvre en ce moment les amĂ©ricains de MELVINS, les papes du "Sludge" Metal :

Albums "BULLHEAD" (1991), "LYSOL" (1992) & "HOUDINI" (1993)

HOUDINI

 

melvins_houdini_cover 

 

 

 

Dans un genre "Avant-Garde Experimental Black Metal" de NorvĂšge DODHEIMSGARD, l'album: "A UMBRA OMEGA" (2015):

"Avant-gardiste, barré, théùtral, mais super maßtrisé, un tour de force" (chronique publiée sur Amazon.fr le 05/11/18, et révisée le 13/11/2018 ici):

Le dernier album en date (2015) des NorvĂ©giens de DODHEIMSGARD (de nouveau avec leur chanteur originel Aldhran) est une sorte d'OVNI dans le monde du MĂ©tal, peut ĂȘtre encore plus que les opus prĂ©cĂ©dents, que je dĂ©couvre que depuis peu. Au bout de plusieurs Ă©coutes, j'apprĂ©cie de plus en plus cette terre de contraste qu'est cet album, classĂ© Black Metal, parfois Ă  tendance Industrielle, mais qui est aussi original que les approches des français de BLUT AUS NORD, DEATH SPELL OMEGA ou les australiens de PORTAL, les polonais de BATUSHKA et j'en passe....Musicalement, les racines "True Norvegian Black Metal" sont un peu lointaines: On les trouve bien plus sur leur premier album "Kronet Til Konge" (1995), mais leur Black Metal teintĂ© d'influences industrielles et Ă©lectro s'est transformĂ© en sorte de "MĂ©tal Circus Theatre" expĂ©rimental, avec des transitions plus ou moins abruptes de passages blastĂ©s autant Death que Black vers des passages plus atmosphĂ©riques, acoustiques, voire aux consonances jazzy & thĂ©Ăątrales Ă  la fois (pour le cĂŽtĂ© barrĂ©, ce serait un Devin Townsend qui aurait Ă©coutĂ© beaucoup de Zappa). Mais c'est le nom du groupe de rock progressif amĂ©ricain SLEEPY TIME GORILLA MUSEUM qui pourrait le mieux ĂȘtre associĂ© Ă  cette folie.

Ayant rĂ©cemment rĂ©Ă©coutĂ© l'album "666 International "(1999), qui n'est pas le prĂ©cĂ©dent, je trouve que le dernier album en est un peu la continuitĂ©, mais poussĂ© plus loin et dĂ©barrassĂ© d'une certaine tendance Indus/Punk qu'on pouvait parfois trouver de trop...c'est en tout cas mon cas. Beaucoup d'instruments sont utilisĂ©s dans le disque, en plus de la guitare, basse, batterie, y compris du synthĂ© et des cuivres, mais c'est la basse (fretless semble t'il) qui m'impressionne le plus tant elle est audible et parvient dans cette brutalitĂ© relative et contrastĂ©e Ă  tirer des passages entiers vers des mĂ©lodies irrĂ©sistibles alors que l'impression de chaos prĂ©vaut (il faut aussi louer l'immense travail -dans ces deux registres aussi-du chanteur !). Au fur et Ă  mesure des Ă©coutes (oui l'album est long -prĂšs de 70 mn), c'est la cohĂ©rence du tout qui apparait de plus en plus, la variĂ©tĂ© des ambiances et des instrumentations, malgrĂ© des contrastes systĂ©matiques recherchĂ©s en parties Black/blastĂ©es et parties plus Indus/thĂ©Ăątrales, et il est difficile d'en extraire tel ou tel morceau pour mettre en relief ses qualitĂ©s. S'il fallait le faire cependant pour vous donner une idĂ©e, je vous dirais d'Ă©couter (en entier) "God Protocol Axiom" (13'12) pour comprendre la richesse de ce travail, qui incorpore mĂȘme certaines idĂ©es de Death Metal ExtrĂȘme que l'on pourrait trouver chez les Australiens d'ULCERATE. En rĂ©sumĂ© un chef d'oeuvre qui n'en a pas l'air, mais dĂ©voile peu Ă  peu ses qualitĂ©s... Je pense aussi que c'est probablement leur meilleur album Ă  ce jour !

 

A UMBRA OMEGA

 

 dodheimsgard_a_umbra_omega_cover

 

***

 

 

Sélection de quelques sorties des années 2017 & 2018, voire avant:

(Selected years 2017 & 2018, or before album releases)

 

 

 -AT THE GATES: "To Drink from the Night itself" (2018) :  Retour en force des mythiques suĂ©dois, dans un esprit pas si Ă©loignĂ© de leur chef d'oeuvre "Slaughter of the Soul" (1995).

The mythic Swedish Death Metal band is back, with a style that is very close to the old days one, with catchy but also angry songs, and also, towards the end of the album, some grandiose moments that could be the soundtrack of a dramatic war movie.

A Stare bound in Stone

-JAGA JAZZIST: "Starfire" (2015): Le dernier album en date des génies norvégiens du Jazz contemporain expérimental, avec cette légÚreté, passion et pertinence qui est la leur. Subtil !

Norwegian genious experimental Jazz JAGA JAZZIST band is back with once again a great album, with this passionate as well as unpredictable (with a lightness here that is almost aerial sometimes) & relevant style that is theirs. Subtle ! The single (& title track) is a perfect summary of the album, of their talent as well as of their very special "fusion" style. Once again, for me it is one of the most important bands I have come across these 20 last years, beyond all genres.

Starfire

-LEPROUS: "Live at Rockefeller Music Hall" (2016) & leurs 2 derniers albums studio : "The Congregation" (2015), "Malina" (2017): Un intéressant groupe de métal progressif norvégien mené par un chanteur (& aux synthétiseurs) charismatique à la voix haut perchée. Belle énergie et beaux arrangements sur une écriture musicale tendue mais ouverte.

I recently discovered this excellent norwegian band which has really a unique style in my opinion. Classified as "progressive metal", the band covers different styles, from their almost Metal core debuts (but with a more demanding intertwine of rythms & breaks than the average band) to a more progressive (almost indie pop/rock sometimes) approach especially in the 3 albums I have picked there), and always the lead singer's (& keyboardist) so particular high pitched tone. Once you get used to that contrast during the most powerful moments, you discover a quite lyrical and endearing band. You can discover them through the live album (who displays all their energy & versatility) or through their 2 last studio ones ("Malina" being their "calmest" record to date).

The Flood (live)

-SAMSARA: "When the Soul Leaves the Body" (2017) :  Premier album d'un groupe de Slovaquie formĂ© en 2009 et issu de divers projets antĂ©rieurs (Death/Black Metal) dont le groupe MORS OMNIA SOLVIT, ici c'est du Funeral Doom Metal mĂ©lodique flamboyant, de toute beautĂ©, avec violoncelles, synthĂ©s, parties de guitares Ă©tincelantes, rythmes lourds et ambiances fortement atmosphĂ©riques, et Ă  plusieurs reprises de sublimes mĂ©lodies entĂȘtantes. C'est juste magnifique !

This is a first album from a band from Slovakia formed in 2009 after several projects including a band called MORS OMNIA SOLVIT, playing a mix of Black Metal & Death Metal at the time. Here it is a bit different, with an ambitious very melodic & blazing Doom to Funeral Doom Metal style, with some very catchy songs, beautiful cello & synths parts, but also shiny guitars, heavy rythms, and highly atmospheric music all the way, with some sublime melodies. Simply stunning !

When The Sun Leaves the Body (recommended song "Between Two Worlds")

 

 

  PRECEDENTES CHRONIQUES (PREVIOUS REVIEWS) :

 

 

-DARKSWORN : « Into the Dark Storm Â» (Auto-production,Oregon, USA, 2018) -Melodic Death Metal (chanteur & multi-instrumentiste). Album en streaming proposĂ© Ă  l'Ă©coute (voir en fin de chronique):

J’ai dĂ©couvert presque par hasard & via les rĂ©seaux sociaux DARKSWORN, nom derriĂšre lequel se cache Alan Blaisddell, un artiste multi-instrumentiste diplĂŽmĂ© de l’Ecole de musique de Berklee et originaire d’Hillsboro, en Oregon (Etats-Unis). L’artiste dĂ©veloppe depuis 2013 certaines des compositions dĂ©voilĂ©es ici Ă  travers ce premier album datant de l’annĂ©e 2016. Je dois dire que j’ai Ă©tĂ© assez impressionnĂ© non seulement par sa technique, mais aussi par ses talents de compositeur qui plus est pour un « one-man band Â». Le style pratiquĂ© est le Death Metal mĂ©lodique (ou «MĂ©lo-Death Â»), avec 4/11 titres instrumentaux, les autres avec du chant guttural (ou growlĂ©) uniquement, plutĂŽt dans les graves, entre le chant d’ AMON AMARTH (qu’il affectionne particuliĂšrement) et un certain style Old school Death Metal, par exemple Ă  la CIANIDE des dĂ©buts. L’artiste joue tous les instruments, et il n’échappe pas Ă  certains moments Ă  chercher Ă  prouver sa dextĂ©ritĂ© par des montĂ©es d’arpĂšges Ă  la guitare, ce qui m’a fait un peu craindre le pire au dĂ©but du disque, puis, constatant ses qualitĂ©s de compositeur et de producteur de sa propre musique (difficile de se dire qu’il est seul maĂźtre Ă  bord Ă  la premiĂšre Ă©coute), j'ai Ă©tĂ© bluffĂ© par de rĂ©els dĂ©veloppements & breaks mĂ©lodiques, un travail variĂ© sur tout l’album, ici et lĂ  des riffs de toute beautĂ©, des ambiances prenantes, avec par ailleurs un chant honnĂȘte, plutĂŽt bon mĂȘme (on s'y habitue au bout de plusieurs Ă©coutes), sans ĂȘtre exceptionnel, certes. Parmi les titres les plus impressionnants, je retiendrais le premier, l’instrumental « Embark Â», le troisiĂšme « Collide Andromeda Â» (qui tĂ©moigne Ă  lui seul de la cohĂ©rence de la dĂ©marche), ou encore le quatriĂšme titre « Chimeira Â», Ă©galement instrumental, avec un sublime chorus de guitare, menĂ© par un motif entĂȘtant au piano au second plan.

Parmi les meilleurs titres chantĂ©s, citons le 2 Ăšme titre « Dimensions Â» qui semble ouvrir un vortex vers d’autres mondes, avec une belle voix growlĂ©e. Notons aussi par exemple le trĂšs changeant « No War Worth Fighting Â» (titre 5), aux influences mĂ©lo-death suĂ©doises ou finlandaises (INSOMNIUM ?), mais aussi Death amĂ©ricain ou encore ce splendide leitmotiv de « Treading on Mercury Â» (titre 6). Oui, il y a parfois des maladresses (notamment concernant le son et le jeu des synthĂ©s, clairement un point faible, par exemple sur « The Ancient Â», l'intro...), ou des enchaĂźnements parfois un peu alambiquĂ©s (il fallait que je la fasse, celle-lĂ , pardonnez-moi!), mais de maniĂšre gĂ©nĂ©rale, le talent est tellement lĂ  qu’il l’emporte sur les rĂ©serves Ă  mon avis. Du cĂŽtĂ© des influences, elles sont multiples et je ne vais pas toutes les citer (disons juste AT THE GATES & OMNIUM GATHERUM, certainement une influence forte de GOJIRA aussi (et une pointe par moments d' IMMOLATION), et pour les guitaristes solistes peut ĂȘtre PATRICK RONDAT ?), car elles s’intĂšgrent bien dans le tout qu’est ce album Ă  la fois virtuose et inspirĂ©, sombre et lumineux et au final trĂšs vivant. Et Ă  la premiĂšre Ă©coute du dernier album en date (nommĂ© « Rogue Â», 2017), l'on est dans la mĂȘme veine...Oui, c'est un artiste Ă  suivre !

 

 

darksworn_into_the_dark_storm_cover

 

 

ENGLISH SUMMARY : I discovered this (one-man) band almost by chance, through social media. Behind DARKSWORN is a multi-instrumentist guy named Alan BLAISDELL, from Hillsboro, Oregon (U.S.A.), Bachelor in music business through Berklee College of Music, working some ideas for the album reviewed here since 2013. As I discovered this first album « Into the Dark Storm Â» before the latest (named « Rogue Â», 2017), I will mostly talk about this one, though I can tell after a first listen that the latest is more or less in the same league. DARKSWORN’s music is a solid, and Alan’s talent as a composer & his skills as a guitarist, but also for other instruments, are really impressive & I think indeniable (and hearing only the third track « Collide Andromeda Â» should convince you of it), and the Melo-Death style he practises is not easy to hold, among a solid concurrency. 4/11 of the tracks of this album are instrumental (and first frankly I was afraid it turns too much into a virtuose demonstration, which is current in Metal music), but aren’t useless to settle the very concise & stylish style DARKSWORN has. The singing is pretty much only in a growled mode, somewhere between AMON AMARTH’s one (a band he quotes in his bio for that) and Old-School Death Metal bands such as the early CIANIDE albums. Frankly, Alan's voice is not an exceptional one, but "does very decently the job" (which I can tell after several listens, liking it more than at the beginning).

But for the general style, I’d rather quote combined influences of AT THE GATES, OMNIUM GATHERUM, for sure some GOJIRA and a hint of  IMMOLATION at times as well. On the demonstrative side of the guitar play, one could also maybe compare it to some PATRICK RONDAT’s works. It’s very hard to tell he’s the only player of this record on board, even after a few listens. The work on this album is varied and has really interesting developpments & breaks, and catching & unexpected melodies too : The instrumental « Chimeira Â», for instance is really a highlight of the record (with an irrestible chorus), as well as the first sung track called « Embark » . The fifth track « No War Worth Fighting Â» also shows a great versatility within a track, some Swedish & Finnish Melo-Death influences (INSOMNIUM?) & also American ones, while « Dimensions Â» seem to open a mysterious vortex in space. I have also to mention « Treading on Mercury Â»'s (track 6) splendid leitmotiv, chorus & ending (!), and, in general, the ability of DARKSWORN to captivate the listener through varied ambiances & melodies, which makes the album listen very pleasant. On the negative chapter, there are some unexpected if not clumsiness let’s say weaker choices that should be corrected in my opinion, regarding the sound & the play of keyboards or prepared piano sound (for ex. in « The Ancient Â» intro), which surprises a bit compared to the very high standards for all the rest of the play (guitars, drums & bass are flawless) and a few delicate breaks, but the talent is so high in this album that, at the end of the day, its qualities win the game in my opinion. The influences are numerous and not overpowering the artist’s style (I have mentioned some earlier), and I think the result is what counts, and it is a quite virtuose one, offering a skillful, inspired, dark & full of light album at the same time, and very vivid as well. So, yes, it is an artist to follow !

 

 

darksworn_alan_portrait_gwg_red

Alan BLAISDELL, le talentueux multi-instrumentiste derriĂšre DARKSWORN...Merci Ă  l'artiste pour les visuels.

 

Lien ci-dessous pour écouter et télécharger gratuitement, sur une durée limitée. Pour en savoir plus, merci de consulter le site internet de l'artiste https://darksworn.com/:

Here's a link to hear & download for free for a limited period, click here -To learn more about DARKSWORN, please visit his website: https://darksworn.com/

 Into The Dark Storm (album, 2016)

 

 

***

 

 

-PORTAL : Album “Ion” (Profound Lore Records, 2018): Australie, Experimental Horror-Death Metal. Extrait de l'album proposĂ©:"Phreqs" (voir aprĂšs la critique).

 

« ION Â», le nouvel album du groupe de mĂ©tal extrĂȘme et expĂ©rimental australien PORTAL est rĂ©cemment sorti, 5 ans aprĂšs le prĂ©cĂ©dent, « VEXOVOID Â» (2013), diversement accueilli. Pour ceux qui ne connaissent pas ce groupe, c’est un groupe qui est parti d’un Death Metal brutal & technique pour aller vite vers un Death Metal expĂ©rimental, mystĂ©rieux et avant-gardiste, avec parfois des passages « ambient Â», et un style aussi dĂ©nommĂ© Horror-Metal, car sa thĂ©matique est axĂ©e en partie sur le monde effrayant des monstres d’Edgar Poe et H.P. Lovecraft, de cĂ©lĂšbres auteurs du genre Fantastique auxquels on pourrait adjoindre Guy De Maupassant pour des nouvelles comme « Le Horla Â». Pour moi c'est aussi l'un des rares groupes dont la musique m'Ă©voque la notion d'abstraction.

Le groupe, fondĂ© en 1994 (mais qui ne publiera son premier single « The End Mills Â» qu’en 2002), est composĂ© actuellement de 5 membres, tous masquĂ©s sur scĂšne. Il Ă©volue dans une sorte d’« Art total Â», ou pochette de disque, dĂ©cor de scĂšne, nom des membres du groupe, titres & paroles occultes, mais aussi musique et chant sont Ă  l’unisson pour incarner l’horreur en un univers quasi-parallĂšle et totalitaire, comme l’illustre bien l’extraordinaire clip-vidĂ©o du titre « Curtain Â» issu du prĂ©cĂ©dent album, mais aussi la pochette Ă©nigmatique et futuriste du dernier album, avec cet atome portant une charge Ă©lectrique provoquant d’improbables Ă©clairs. Le style unique prend toute sa dimension sur scĂšne avec ces costumes impressionnants (notamment celui du chanteur) et un mode d’apparition sur scĂšne Ă  la fois thĂ©Ăątral et un brin ritualiste (le chanteur, masquĂ©, parfois drapĂ© d’un grand voile de dignitaire religieux quasi-extra-terrestre, traverse la salle, escortĂ© par un Ă©claireur et un garde du corps, avant de monter sur scĂšne et de dĂ©clarer que « le portail est ouvert Â»).

ConcrĂštement, le rythme des morceaux est trĂšs rapide, avec de nombreux trĂ©molos de guitare (caractĂ©ristique parfaitement illustrĂ©e par le premier titre chantĂ© « ESP ION AGE Â», ses changements de rythmes incessants, ses rĂ©pĂ©titions de riffs de guitares et son chant « souterrain Â», mais aussi quelques dissonances). Ce qui choque Ă  la premiĂšre (voire mĂȘme Ă  la deuxiĂšme !) Ă©coute, c’est que contrairement aux prĂ©cĂ©dents albums (y compris malgrĂ© tout « VEXOVOID Â»), la production est beaucoup plus claire et peut ĂȘtre mĂȘme que les musiciens jouent une octave au-dessus, en tout cas c’est l’impression que cela donne, et cela surprend. Tous les instruments sont trĂšs audibles, et en particulier les guitares, trĂšs acĂ©rĂ©es (comme dans le titre « Phreqs Â», d’un paroxysme significatif) et presque comme destinĂ©es Ă  jouer du Black Metal norvĂ©gien
mais bien plus vite ! L’album dure 37 minutes seulement, mais c’est amplement suffisant Ă©tant donnĂ© la densitĂ© des morceaux.

Le couple basse/batterie n’est plus aussi Ă©touffĂ© que dans les albums « OUTRE Â» (2007) ou encore « SWARTH Â» (2009), deux albums pourtant fort intĂ©ressants, mais plus « sourds Â» (c’est voulu et cela fonctionne trĂšs bien). Le chant, trĂšs mystĂ©rieux, n’a jamais Ă©tĂ© aussi audible que sur « ION Â», et il est singuliĂšrement important pour incarner cette ambiance Ă  la fois Ă©touffante, survoltĂ©e, tranchante & mystĂ©rieuse. Les intros, outros et interludes, plus ou moins brefs (parfois avec des boucles), servent de fixateurs d’ambiance occulte comme de respirations (tantĂŽt Ă  la limite de l’Industrial ambient, tantĂŽt dans un registre plus organique) Ă  cette cavalcade impressionnante de riffs, puis, comme pour le final « Olde Guarde Â», particuliĂšrement inquiĂ©tant, se termine par une sorte d’accouchement de monstres qui marque les esprits, sur fonds de vinyle qui grĂ©sille. Nous sommes dans une cathĂ©drale Ă©lectrique vide, envahie par un fantĂŽme d’un autre temps. L’introduction de « Crone Â» est aussi intĂ©ressante avec ces intrications de riffs qui dĂ©bouchent sur une orgie ultra-rapide & mĂ©canique cette fois de riffs cataclysmiques. Le morceau suivant, « Revault of Volts Â», lui, est encore plus Ă©lectrique, avec, Ă  un moment donnĂ©, en « surimpression Â», d’autres riffs surgis de nulle part, ou plutĂŽt surgis de la pochette de centrale Ă©lectrique futuriste, comme un choc d’ « ions Â» qui n’ont pas vraiment de logique mĂ©lodique, mais dramatisent le titre. Je ne vais pas dĂ©tailler tous les titres, mais signalons Ă©galement « Sphores Â», qui lui enfonce le clou de l’ambiance chaotique (en couches successives de riffs et loops) jusqu’à crĂ©er une bouillie Ă©lectrique rugissante qui nous laisse sur place (on a mĂȘme l’impression que le vent s’en mĂȘle). Cette Ă©touffante atmosphĂšre, qui nous paralyse durant 37 minutes (croyez-moi, c’est tellement dense que l’on n’a pas besoin que cela dure davantage !), nous ramĂšne quelque peu Ă  leurs dĂ©buts et au disque « SEEPIA Â» (2003), seul disque vraiment comparable, mais possĂšde, je le crois, une dimension supplĂ©mentaire qui transcende les difficultĂ©s d’apprĂ©hension du style si unique de PORTAL. A noter que deux des musiciens de PORTAL (le chanteur surnommĂ© « The Curator Â» et le batteur surnommĂ© Â« Ignis Fatuus Â», sont Ă©galement membres d’un combo encore plus noir et pesant nommĂ© IMPETUOUS RITUAL.

Pour prendre une mĂ©taphore liĂ©e au whisky, je dirais enfin que cet album montre le groupe « Ă  nu Â», comme un brut de fĂ»t, non filtrĂ© Ă  froid et qui plus est non colorĂ© au caramel. LĂ  vous ne pouvez rajouter de l’eau pour l’adoucir, mais baisser un peu le volume, le rĂ©Ă©couter pour vous en imprĂ©gner davantage, peut-ĂȘtre ? Un disque difficile d’accĂšs, comme toute la discographie du groupe, il ne faut pas se le cacher, mais dont le son trĂšs cru facilite paradoxalement la comprĂ©hension du style, pour peu que l’on soit ouvert d’esprit et j’ajouterais dĂ©jĂ  un peu familier du Death Metal ou du Metal extrĂȘme en gĂ©nĂ©ral. PORTAL est un peu l’enfant terrible qui aurait pu naĂźtre d’un MORBID ANGEL plus technique encore et d’un BLUT AUS NORD plus organique encore. « ION Â» est en conclusion une rĂ©ussite dans un genre trĂšs particulier et trĂšs confidentiel, qui mĂ©rite le dĂ©tour, mais des albums comme « SWARTH Â» ou « OUTRE Â», voire encore « SEEPIA Â» le mĂ©ritent je pense Ă©galement. Un album impressionnant, mais Ă  ne pas mettre Ă  portĂ©e de toutes les oreilles, clairement.

Lien vers un titre de l'album (new album track):

"PHREQS"

Lien vers un titre live (old live track) :

"KILTER" (live)

 

 

portal_ion_album_cover _full_size_red

 

 

AN ENGLISH SUMMARY: Australian Extreme Horror-Metal band PORTAL is back with a new album simply titled "ION", an offer that’s a bit more demanding than the previous one, for the new comer & even for the connoisseur, as its production is drastically different, as if someone had undusted & cleared up every component of the sound, from the drums to the vocals (much cleaner than in every one album, for instance than “OUTRE”, 2007, which is, besides, a great album), including the guitars that sound as sharp as razors. It is also as if it was an octave above, or a bit accelerated. With a bit different background theme as well, more “scientific” & futuristic than “fantastic” (the cover of the album shows a futurist electrical power plant seem to provokes some giant lightning and the theme is then what happens to an “ion”, so we are far from the usual quote of Poe & Lovecraft darkness improbable crawling monsters). The climate is still very dark though, with an intro and even more the outro (with some disturbing organic distorted voice that never seem to articulate something understandable or to come to life really
). I am also fascinated by the "abstract" quality of this music.

What I like about this band is that how mysterious it can be, and this right from the start of their career (1994, even if their first EP “The End Mills” was released only in 2002), with a mask & a rope for each musician & an even more extravagant outfit for the singer, which evolved in time, from an old clock on his head (yes, you read well!) to a big ceremonial dress with a dark veil to hide his face. The way the band is dressed fits with their occult & fantastic genre usual inspiration (until this album, works from Edgar Allan Poe & H.P. Lovecraft), with the cryptic lyrics, the album cover (weird & almost abstract, like no other), the movies sometimes shown on stage, all these aspects contribute to a kind of “Total Art” which stands out from the Brutal & Technical Death Metal scene this band mainly comes from. It is not only experimental & violent & fast (with incredibly skillful tremolos), it is also totally ambient & atmospheric. But it is also organic & creepy, and something to be taken as a whole experience. It is so dense that the 37 minutes album duration is more than enough to enter this dark & fast kingdom of horror. So in terms of resemblance, I could say that this album is closer to their first album “SEEPIA” (2003) than to the one just prior to the new one “VEXOVOID” (2013), but opening a new territory for the band. I like their previous muffled or suffocated sound though (another stand out album for me is “SWARTH”, 2009), but somewhere I would say that it seems only live acts can probably tell how unique & extreme & fascinating this band can be, or this album, which is outstanding, but clearly not for everyone.

 

 

 

 CHRONIQUES PRECEDENTES/ (PREVIOUS REVIEWS):

 

 

BLONDIE: Album “Pollinator” (2017) –Etats-Unis, Pop. Morceau choisi: “My Monster” (Ă©crit par Johnny MARR, ex-The SMITHS):

 

Le groupe mythique est de retour, avec un album par moments surproduit et avec au moins un titre soumis un Ă  impĂ©ratif rĂ©solument commercial (comme le montre le titre « Fun Â»), mais malgrĂ© tout, grĂące Ă  quelques moments dynamiques (belle intro chantĂ©e avec Joan JETT que ce « Doom or Destiny Â») et de belles envolĂ©es, il nous fait oublier les quelques albums prĂ©cĂ©dents pas forcĂ©ment transcendants. En fait c’est peut-ĂȘtre l’album le plus rĂ©ussi depuis « No Exit Â» de 1999, en tout cas pour une bonne moitiĂ© de l’album, que ce soit un « Long Time Â» Ă  l’intro/couplet musicalement auto-plagiaire (eh, oui c’est quasiment le thĂšme de « Heart of Glass Â», vĂ©rifiez vous-mĂȘme...) mais excellent, ou encore le tube « Already Naked Â», l’éthĂ©rĂ© et urgent Ă  la fois « Gravity Â», « Fragments Â» et bien sĂ»r ce petit bijou Ă©crit par Johnny MARR (ex-The SMITHS), malgrĂ© la mauvaise production des chƓurs. Ne boudons pas notre plaisir, il y a vraiment lĂ  de beaux restes Ă  cette aventure maintenant de plus de 40 ans (41 pour les enregistrements, 43 pour la formation du groupe) et Debbie HARRY est encore en forme Ă  71 ans !

AN ENGLISH SUMMARY: -A good (if not great?) BLONDIE album, much more exciting than others recent ones, sure a bit "overproduced" in my opinion ("Fun" is so terrible for that), but interesting. Several tracks (those quoted above) are quickly staying in your head for quite a while ! Debbie's is still in good shape & voice, and Chris & Clem are back in top form as well in my opinion. 

https://www.youtube.com/watch?v=0kPk2ZRuARE

 

 

blondie_pollinator_lp_2017_cover 

 

 

 

 

Lana DEL REY : Album “Lust for life” -Etats-Unis, Pop. Morceau choisi: “Love” (single en avant premiùre du CD, sortie fin Juillet 2017):

EnvoĂ»tante et essentielle, dans le mĂ©lange Ă  la fois provocateur et surannĂ© dont elle a le secret. L’on jugera Ă  l’écoute de l’album entier, mais il me semble que la production soit en progrĂšs. Le petit emprunt a LYKKE LI (cf "Love out of Lust") me gĂšne un peu, mais le morceau est tellement beau que je l'excuse. De nombreuses collaborations sur cet album (au vu de quelques morceaux diffusĂ©s) pourraient casser un peu la langueur que j'ai tant aimĂ© sur l'album "Honeymoon", mais c'est Ă  confirmer ou infirmer. A suivre.

DerniĂšre minute (16/01/2018): Sur son dernier album, si un titre est visiblement encore plus troublant question plagiat, c'est bien "Get Free", dont les complets, et une partie du refrain, sont Ă  mon avis totalement "empruntĂ©s" Ă  RADIOHEAD (titre "Creep"), Ă  tel point que le groupe RADIOHEAD poursuit en justice Lana DEL REY Ă  ce sujet. LĂ  ou cela se complique, c'est que la notion de plagiat avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© Ă©voquĂ©e Ă  l'Ă©poque de la sortie de "Creep", en 1992, car le titre ressemble un peu Ă  "The Air I breathe", du groupe The HOLLIES, qui lui, est bien plus ancien, puisqu'il remonte aux annĂ©es 1960. Par ailleurs, on le dit peu, mais le fameux "dĂ©crochage" Ă©lectrique (riff tranchant) avant le refrain de "Creep", lui, est tout de mĂȘme trĂšs inspirĂ©, Ă  mon humble avis, du jeu de Joey Santiago, le guitariste principal du groupe The PIXIES !

AN ENGLISH SUMMARY: -Bewitching as often, "the glamoures Liz" is back with a gorgeous first single & listening to the whole album will tell is it is a good as this (lots of vocal & compositional collaborations may sometimes break a bit this, but it seems that production is in progress in that stunning single). I have to say though that it seems that she kind of "borrowed" the musical deaf/dark back theme of the song to LYKKE LI's track called "Love out of lust" in my opinion...But the most obvious plagiarism inthis album remains the one about Lana DEL REY title "Get Free", with all the verses exactly similar to RADIOHEAD's hit "Creep" (back in 1992). What's more weird is that RADIOHEAD themselves were accused of plagiarism when they did that track that is not unsimilar to a much older track from the 1960's written by the band The HOLLIES ("The Air to Breathe")... RADIOHEAD is currently sueing Lana DEL REY for that "second" plagiarism.

https://www.youtube.com/watch?v=3-NTv0CdFCk

 

 

 

 

lana_del_rey_lust_for_life_lp2017_cover

 

 

 

Chelsea WOLFE : Album "Hiss Spun" –Etats-Unis, Pop-Rock/Industriel-MĂ©tal. Morceau choisi: “16 Psyche” (single en avant-premiĂšre du CD, sortie prĂ©vue en Septembre 2017):

 

Sur ce morceau, mais aussi sur deux autres mis en ligne depuis, l’on retrouve la passion sourde et la puissance de l’album prĂ©cĂ©dent « Abyss Â», avec la suave et sensuelle voix de Chelsea WOLFE sur un fond musical de plus en plus noir, entre Industrial Metal & Doom Metal, entre Dark Pop & Noise aussi. J'aime !

AN ENGLISH SUMMARY: -Haunting as hell, the lady in black (did some of you get the Metal allusion? ok, nevermind...) is back for more Dark Pop infused Industrial-more-and-more-Doomesque Metal music (or is it the contrary?) that really makes it more appealing (to me, at least!). Other tracks recently posted gave me the chills too...Enough to pre-order the album quickly. Congrats, Chelsea !

https://www.youtube.com/watch?v=OexeAtxr24E

 

 

 

chelsea_wolfe_hiss_spun_lp2017_cover

 

 

 

 

ALVVAYS : Album“Antisocialities” -Canada, Independant Rock. Morceau choisi: “In Undertow” (single en avant premiĂšre du CD, sortie prĂ©vue fin le 08/09/2017):

Dynamique, chaleureuse et pleine de couleurs, portĂ©e par la voix fraĂźche et sereine de la chanteuse & guitariste Molly RANKIN, mais aussi par de solides musiciens derriĂšre, la musique flirtant parfois avec la Dreampop du quatuor de Toronto fait mouche une fois encore dĂšs le premier single (vraiment trĂšs bien Ă©crit) et donne bien envie d'Ă©couter le reste ! (DerniĂšre minute: "Dreams Tonite", le second morceau mis en ligne est superbe Ă©galement!). De la Dream Pop/Rock Ă  son apogĂ©e...Petit bĂ©mol cependant, aprĂšs l'Ă©coute de l'album plus d'une fois: Il est trop court (Ă  peine plus de 32 mn!) et les 2 meilleurs titres sont au dĂ©but (les premiers-"In Undertow" & "Dreams Tonite"), le cĂŽtĂ© up-tempo lĂ©ger de la majoritĂ© des titres les rend un peu moins "urgents" que le premier titre, et rien n'arrive d'ailleurs rĂ©ellement Ă  rivaliser avec le niveau et la production du premier titre "In Undertow", vĂ©ritable hit (hormis peut ĂȘtre le titre "Not my Baby"?). C'est dommage. Ceci Ă©tant dit, c'est un bon album, de qualitĂ© et je le recommande.

AN ENGLISH SUMMARY: -Very impressed by this new single (the other one I've heard "Dreams tonite" is different, but very catchy too). Catchy, well written, with a nice production, and leaded by the serene & sweet Molly RANKIN's voice, supported by a quite efficient band, it's really a cracker in my opinion, the kinda song that stucks in your head long time after I've heard it. Dream Pop/Rock at it's best, folks ! Well done, guys, once again (I loved a lot your first record). A slight criticism though, hearing now more than twice the whole album, nothing really manages to rival the 2 first tracks ("In Undertow" & "Dreams Tonite") exept maybe the track "Not my Baby"?-I have to say that "In Undertow" is such a stunning track (a hit) that a few songs after it feels the rest of the album has been maybe a bit too quickly written & besides it is way too short (a bit more than 32 mn). Other than that, quite a pleasant album to hear, and I recommend it!

In Undertow

 

 

 

alvvays_2elp_cover_reduced

 

 

 

 

 

SEPTIC FLESH : Album“Codex Omega” -GrĂšce, Symphonic Death Metal. Morceau choisi: “Dante's Inferno” (premier titre de l'album, sorti rĂ©cemment):

Les maĂźtres grecs de SEPTIC FLESH sont de retour avec leur dixiĂšme album, une nouvelle proposition toute aussi exigeante et de trĂšs haut niveau. Le style complexe du groupe semble encore en progression, avec cet assemblage unique de Death violent et dĂ©terminĂ© (teintĂ© d’un peu de Black Metal Ă©galement), de mĂ©tal symphonique Ă©pique, de nappes de synthĂ©s majestueuses, et qui prend le temps de varier tempos et ton (entre lourdeur pachydermique, mid-tempo, speed-tempo et envolĂ©e lyrique plus aĂ©rienne) le tout menĂ© par un chanteur une fois encore impressionnant, Spiros « Seth Â» Antiniou, capable de prendre plusieurs types de voix/styles diffĂ©rents (y compris du chant clair) au cours du mĂȘme morceau, avec de surcroĂźt de magnifiques choeurs et cette petite touche gothique qui subsiste malgrĂ© tout et vient nous rappeler leurs dĂ©buts, mais aussi parfois leurs origines, avec des arrangements incluant ici plus discrĂštement des instruments mĂ©diterranĂ©ens (on trouvera plus d’influence grecque cependant chez leurs compatriotes de ROTTING CHRIST), mais aussi des passages acoustiques de toute beautĂ©. La section rythmique est implacable et rĂ©agit au millimĂštre. Je ne dĂ©taillerais pas chaque titre, car pour moi cet album est Ă  apprĂ©hender comme un tout, comme un album-concept.

Le rĂ©sultat est grandiose, comme du reste dans nombre de leurs albums rĂ©cents, je pense qu’on tient lĂ  un de leurs meilleurs albums avec « Communion Â» sorti en 2008, « The Great Mass Â» sorti en 2011, ou encore « Titan Â» sorti en 2014. Le groupe tient vraiment la dragĂ©e haute Ă  la concurrence, et il est, dans son genre, aussi typique que NILE et aussi abouti, si ce n’est un rien plus exigeant dans son Ă©volution rĂ©cente, me semble t’il. Un album vraiment riche, et trĂšs certainement un des tous meilleurs de l’annĂ©e 2017. Le style de SEPTIC FLESH est personnel, ne doit rien Ă  personne, et il est redĂ©fini Ă  chaque album, ce qui est assez impressionnant, dans une progression certes linĂ©aire mais d’une qualitĂ© irrĂ©prochable (peu de groupes sont capables de rendre leur propos aussi lisibles par une production Ă  la hauteur de leurs ambitions). Donc, oui cet album est une tuerie, encore une fois !

 

ENGLISH SUMMARY:

The mighty Greeks from SEPTIC FLESH are back with their 10th album, another still demanding & of very high level offering. The sophisticated yet very powerful blend of the most violent/determined Death Metal (tainted with a bit of Black Metal as well), the most epic symphonic arrangements, and the most diverse & appropriate vocals for that music (including a few clean vocals-...lead singer Spiros "Seth" Antiniou is once again quite impressive), with every instrument playing its role (from traditional to modern synth sample, and so as the additional vocals) in unison for a grandiose moment. There are even signs of their Greek origins through a few discrete passages using local instruments, though this “greekness” is more present in another Greek band called ROTTING CHRIST. There are also hints of their gothic origins & beautiful short acoustic passages. The rhythmic section is tenacious. I prefer not to explain my interest track by track because I think it's better to comprehend it as a whole work, a bit like a concept-album.

It is a very rich offering, I believe it is one of their best records, along with “Communion” (2008), “The Great Mass” (2011), or also “Titan” (2014). It seems that nothing stops the progression of SEPTIC FLESH’s talent. I really think that, as I said on Twitter, they are truly the masters of a genre they personify themselves at the max, and even redefining it each time...They have nothing to envy to a band like NILE, for example, and one may even consider they are a bit more ambitious than them these last years in my opinion. The production is very impressive and at the service of their music to let it be the most expressive as possible. So yes, once again, this new album rules, and is probably one of the very best albums of year 2017!

Extrait de l'album/ Album excerpt:

Dante's Inferno

 

 

septic_flesh_codex_omega_cover

 

 

 

 

Parmi les sorties récentes, signalons également:

(Other interesting releases out recently)

 

LONDON GRAMMAR : Album :“Truth is a beautiful thing” (2017) -Grande Bretagne, Pop/IndĂ©pendant. Morceau choisi: “Rooting for you”:

 

Les magnifiques mĂ©diums & graves de la voix d’Hannah REID font encore mouche sur ce premier morceau a capella dĂ©voilĂ© avant l’album
D’autres titres sont plus classiques, mais c'est un groupe Ă  suivre.

AN ENGLISH SUMMARY: -Hanna REID's medium & deep voice is back & this is spot on, once again. This a cappella song shows how engaging her voice is & these discrete arrangments in other songs (sure, a bit more classic than this naked stuff) work well too. Besides, a band that can really get magic live too...Just remember this live take in Montreux festival (a long version of her hit "Hey Now": Hey Now (live)

Un morceau du dernier album (ici en version enregistrée en concert) / Here a song from the latest album, but recorded live :

Rooting for you (live)

 

 

 

 london_grammar_truth_is_lp2017_cover

 

 

 

VERA BLUE : Album :“Perennial” (2017) -Australie, Pop. Morceau choisi: “Hold”:

La chanteuse australienne Celia PAVEY est de retour avec un projet diffĂ©rent, moins folk (mĂȘme si sur "Settle", par exemple, l'on sent encore cette marque de style), tendance soul-pop (voire mĂȘme parfois trip-hop comme sur le titre choisi ici par votre serviteur), loin des cĂ©lĂšbres reprises (ou compositions originales) guitare acoustique/voix qui ont fait dĂ©couvrir sa voix sublime et son jeu subtil lors du tĂ©lĂ©crochet THE VOICE Australie en 2013 -avec une reprise incroyablement belle de "Scarborough Fair" de SIMON & GARFUNKEL que je ne rĂ©siste pas Ă  vous prĂ©senter ici, pour ceux qui ne la connaĂźtraient pas encore : Scarborough Fair canticle, by Celia PAVEY

Attention cependant, ici comme souvent hĂ©las avec les chanteurs liĂ©s Ă  la tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© (que ce soit Karise EDEN ou encore Ella HENDERSON-des artistes impressionnants), leur talent souvent naturel est quelque peu Ă©limĂ© sur certains morceaux par une production par trop aseptisante, commerciale et rĂ©ductrice aux genres Ă  la mode, ce que je dĂ©plore. 

AN ENGLISH SUMMARY: -Like many people who watched singer, guitar player & songwriter Celia PAVEY for the first time in The VOICE Australia back in 2013, I instantly fall in love with her voice & natural stage presence. And I still believe she's at the best when playing acoustic & singing without any studio tricks (same problem for such other great singers such as Karise EDEN or Ella HENDERSON, from singing contest shows as well, alas their records are often too overproduced and tend to hide some of their talent in my opinion, but fortunately only partly). Here she's back after several records under the VERA BLUE name, for a more pop/soul oriented project that may not be usually my cup of tea, but some songs are really fine and the one I've picked for you below is one of them (my favorite of the album with "Mended"), a song which has a nice kinda Trip-hop kick...

Un titre du dernier album:

Hold

 

 

vera_blue_perennial_lp_cover_red 

 

 

 

DISTANT DREAMS : Album : « It All Start from Pieces Â» (2017) -Pologne, Post-Rock/Progressive Rock/Djent (soft):

 

TrĂšs mĂ©lodique, cet album instrumental Ă©galement trĂšs atmosphĂ©rique est en fait le rĂ©sultat du travail d’un conglomĂ©rat issu d’horizons divers et tous rĂ©unis par l’envie de proposer de belles ambiances et des dynamiques contrastĂ©es dans lesquelles de beaux solos de guitare Ă©voluent, tour Ă  tour ponctuant ou accompagnant le cheminement de ce voyage, avec par moments l’influence de GOD IS AN ASTRONAUT, entre autres groupes, mais aussi l’ombre d’un Joe SATRIANI, par exemple. Ouvert d’esprit, cet album trĂšs bien produit par ailleurs est un concentrĂ© de ce qui se fait de mieux dans tous les genres dont les musiciens sont issus. J’ai pris beaucoup de plaisir Ă  son Ă©coute.

AN ENGLISH SUMMARY:-Very melodic, this quite atmospheric instrumental album is in fact a collaboration with musicians with different stories & locations, united here for the sake of "Post-Rock meets Progressive Rock", if I may say. Dynamic songs, gorgeous melodies, in which partly classic inspired guitar solos take their mark very well (nice & easy as some old good Joe SATRIANI, for instance). Open minded musicians giving their best to transport you into the best of their different genres. A very pleasant to hear gem.

https://www.youtube.com/watch?v=953o5iD688Q

(album en streaming)

 

 

distant_dreams_lp_2017_cover

 

 

 

MECHINA : Album: â€œAs Embers Turns to Dust” (2017) -Etats-Unis/ Symphonic & Industrial Death metal, avec influence importante du style Djent:

 

Une belle fusion entre prog-mĂ©tal, mĂ©tal industriel soft et Djent (mĂȘme si c’est parfois un peu trop redondant-cependant je trouve que cet album semble plus Ă©quilibrĂ© que les prĂ©cĂ©dents de ce point de vue, le rendant plus digeste), mais aussi un style assez personnel classĂ© dans le symphonique mais que personnellement je verrais davantage dans un style B.O. (cinĂ©matographique, je veux dire) tellement il se passe des choses (bruits de fond, voix rĂ©citantes, chƓurs façon opĂ©ra ou DEAD CAN DANCE, et j’en passe). Un album prenant Ă  Ă©couter comme une continuitĂ© d’atmosphĂšres grandioses


AN ENGLISH SUMMARY: -An impressive fusion between soft Industrial metal, Djent metal, Symphonic metal, and I'll say mostly "Moviesque" music. A lot is going on here, with different moods, spoken words, voices (including DEAD CAN DANCE like gorgeous vocals), and all in all, it is grandiose music for the most open ears, of course, and probably the most balance of their discography. Great stuff!

https://www.youtube.com/watch?v=sw0UCFa7CjE

(album en streaming)

 

mechina_as_embers_turns_to_dust_lp2017_cover.

 

 

Ou encore :

PROLIFERHATE: New Single & Video : “Euphorion” (2017) -Italie (Turin), Metal Progressif:

Les italiens de PROLIFERHATE (groupe créé en 2012) nous reviennent avec un titre plutÎt inspiré (avec au passage une production béton !) et dans cette veine quelque peu lyrique et puissante qui nous avait déjà marqué dans le titre " Der grossman" (issu de l'album "In No Man"s Memory", début 2017). L'influence notable d'OPETH semble cette fois mieux digérée, tout comme le Métal Core, délaissé. PROLIFERHATE nous propose plutÎt un Métal costaud résolument progressif flirtant avec le Gothic/Métal lyrique (limite Death Metal par moments) assez atmosphérique, et toujours quelques passages en chant clair. Pas sûr que ce soit une nouvelle orientation, car les turinois aiment bien varier les plaisirs et ne pas s'enfermer dans une tendance unique. A suivre (l'album est sorti) !

AN ENGLISH SUMMARY: -PROLIFERATE is an Italian band that proves that you can mix several sub genres of Metal, keep some good melody (clear & growly singing alterned too) and still write good, subtle & powerful songs than can please early OPETH, PARADISE LOST or INSOMNIUM fans all the way. Atmospheric moments are great too, and I think they have a great potential, so good luck, guys and looking forward to hear your first album (it's out now, it's called "In No Man's Memory").

Euphorion

 

 

Retour sur quelques sorties de l'année 2016 découvertes récemment :

 (Recently discovered 2016 albums -a short survey)

 

 

IF THESE TREES COULD TALK: Album : “The Bones of a Dying World” (2016) -Etats-Unis (Portland), Post-Rock/Post Metal:

 

Les nouveaux hommes forts du Post-Rock instrumental fusionnĂ© avec le Post-MĂ©tal (qui s’ajoutent bien sĂ»r aux maĂźtres que sont les RUSSIAN CIRCLES) reviennent avec un album sublime tout en puissance, en tensions et en envolĂ©es lyriques au son gras et net (eh oui ils sont trois Ă  pratiquer la guitare chez I.T.T.C.T.). Le rĂ©sultat est majestueux et ne déçoit pas, et peut ĂȘtre mĂȘme surpasse les productions prĂ©cĂ©dentes. Ne ratez pas le final de l’album, vraiment superbe


AN ENGLISH SUMMARY:-One of the most impressive both Post-Metal & Post-Rock band, from Portland, U.S.A. was back in 2016 with one of the best albums of the 2 genres (challenging famous bands such as RUSSIAN CIRCLES), with a sublim alliance of urgent melodies, lyric flights & a very good sound, powerfull & expressive (yes, they are 3 guitar players in action there!). The result is majestic & never disappoint all album long, and maybe be the peek of their career. Don't miss the final track, it's really superb. I just love them.

https://www.youtube.com/watch?v=IdqRK7D3Qvc

(album en streaming)

 

 

if_these_trees_could_talk_the_bones_lp_2016_cover

 

 

TREES OF ETERNITY : Album : “Hour of the Nightingale” (2016) -Finlande, Doom Metal atmosphĂ©rique.:

 

La mort d’un cancer de la chanteuse Aleah STANBRIDGE l’an dernier a empĂȘchĂ© celle-ci de voir son travail aboutir et je me rĂ©jouis que l’album soit malgrĂ© tout sorti. Sa voix envoĂ»tante et unique coure dĂ©licatement tout le long de l’album, souvent presque murmurante, tandis que les musiciens jouent un Doom Metal plutĂŽt classique mais non sans intĂ©rĂȘt. Un beau premier (et dernier ?) album.

AN ENGLISH SUMMARY: -Last year I learned that this band's singer was finally going to record an album, long after their first beautiful Demo/EP  in 2009. The project was a bit classic Doom Metal (from Finnish musicians) with alterned masculine growling voice & feminine clean voice, but with a good time given to the gorgeous, subtle, thin but sensitive voice of Aleah STANBRIDGE, a singer originally from South Africa (yes, like another great female singer, Heike LANGHANS now with Swedish Doom Metal band as well DRACONIAN). She recorded the album & alas quickly died after that from cancer, so alas she couldn"t see the fame of her work. The result is less bewitching than the first demo, ok, as sometimes the heavy production & style buries a bit too much at times her delicate sweet voice, but all in all, this album remains a beautiful testimony of her talent, an that's why I wanted to mention it here. R.I.P., Aleah !

https://www.youtube.com/watch?v=sTAYLA6hIis

(album en streaming)

 

 

trees_of_eternity_hour_of_the_nightingale_lp_2016_cover

 

 

 

aleah_stanbridge_portrait_pic_red

 Aleah Stanbridge (1976-2016, R.I.P.)

 

 

Coup de coeur pour ce groupe découvert récemment:

(Current favorite band recently discovered)


SPC ECO : Groupe anglais (il faut dire « SPACE ECHO Â»), binĂŽme constituĂ© de Dean GARCIA (ex-CURVE !) et de Rose BERLIN (sa fille), plus des collaborateurs occasionnels, ce groupe reprend en partie lĂ  ou CURVE s’est arrĂȘtĂ©, mais pour ses dĂ©buts, est Ă©galement sous l’influence de MY BLOODY VALENTINE, puis avec la quasi-disparition des guitares pour ses albums les plus rĂ©cents, l’accroissement des nappes de synthĂ© et une ryhtmique plus organique Ă©voque tantĂŽt le Trip Hop d'un MASSIVE ATTACK, tantĂŽt Ă  la fois d'autres tendances en Dark Wave,  Dream Pop, Electronica, Shoegaze, et bien sĂ»r le travail antĂ©rieur de CURVE, en plus apaisĂ©. La voix douce, chaude et aigĂŒe de Rose BERLIN, souvent proche du murmure, nous berce avec langueur dans chacune des facettes de son art dĂ©voilĂ©es depuis la crĂ©ation du groupe en 2007. Les compositions, assez mĂ©lancoliques, sont souvent trĂšs bien Ă©crites, avec de beaux arrangements musicalement ouverts, mĂȘme si le groupe a Ă©voluĂ© au fil du temps vers une musique Ă  la fois plus accessible, minimale & intimiste, en conservant toutefois cette ambivalence « sombre et lumineuse Â» Ă  la fois. Un groupe trĂšs attachant Ă  suivre.

 

 AN ENGLISH SUMMARY: -I recently discovered this band while listening once again to Dean GARCIA's first band CURVE, a very good (still underated in my opinion !) band that operated mostly between 1990 & 2005, the year they broke up. Toni HALLIDAY was CURVE'S stunning voice, and Dean GARCIA multi-instrumentist, playing with guitars, loops, various rythm boxes, machines & synths....If you don"t get the picture, please have a listen to CURVE's albums, they're worthy ! So what a surprise to learn (thanks to youtube right suggestions/related artists column ! that Dean was continuing to play & record in 2017 and that he had a band with his own daughter (Rose BERLIN) lead singing in it ! And what a band, and what a voice (I'm in love with it since i've discovered it). The band started where CURVE stopped, but also including some "MY BLOODY VALENTINE-meets-MASSIVE ATTACK" influences (not bad, mind you !) in the first albums, to slowly but surely transform into a kind of Dark wave/Indie Pop band, with less guitar & more synths, but, most important, more and more of the sweet, delicate, bewitching and soothing Rose BERLIN's voice, getting me sometimes really emotional on some intimate tracks such as "Under my skin" or "Meteor". A more than beautiful voice that deserves more recognition in my opinion. Hats off to this band who's my favorite discovery of the moment! Said it....(Please hear my selection below).

 

 

 

 

 

spc_eco_anomalies_cover

 

 

-Albums conseillés (parmi ceux que j'ai pu découvrir):

 

-“Sirens ans Satellites” (2013)

 

-“The Art of Pop”          (2014)

 

-“Dark Matter” (2015)

 

-“All We Have is Now” (2016)

 

-“Anomalies” (2016)

 

 

-“Calm” (2017)

 

 

 

rose_berlin_ch_spc_eco_rec_red 

 

L'envoûtante Rose BERLIN, chanteuse de SPC ECO...

 

 

-Morceaux choisis (Favorite Tracks Selection) :

Falling Stars

Delusional Waste

Push

Meteor

Under My Skin

Incomplete

 

 

 

Mention spéciale pour un groupe re-découvert récemment:

 (A special mention for a recently re-discovered band)

 

INSOMNIUM : Groupe finlandais, de style Death metal mĂ©lodique, ce groupe est passĂ© maĂźtre dans l'exercice d'allier mĂ©lodies entĂȘtantes avec mid-tempos ou rythmes rapides bien sentis alternĂ©s de passages plus atmosphĂ©riques (mais aussi alternance de chant clair et chant growlĂ©). Je recommande particuliĂšrement ces deux albums:

AN ENGLISH SUMMARY:-INSOMNIUM is a Finnish Melodic Death Metal band, master in working hauntings mid-tempo or speed rythm melodies while alterned with more atmospheric or even acoustic moments. Synths & guitars are tied together with often a gorgeous production that perfectly fits their "joyful & melancholic at the same time" style (also alterning clean voice with -more often- a growled voice, and it's often impressive, as in the 2 albums I recommend you below:

-Album : “One for sorrow” (2011)

https://www.youtube.com/watch?v=S5EAoQ0XfT4

(album en streaming)

 

 

insomnium_one_for_sorrow_lp2011_cover

 

 

 

-Album: “Shadows of a Dying Sun” (2014)

https://www.youtube.com/watch?v=J7sPD9i4uFk

(album en streaming)

 

 

insomnium_shadows_of_the_dying_sun_lp2014_cover

 

 

 

***

 

 

Vous trouverez ci-dessous une brÚve critique sur certains des albums suivants, tous recommandés par votre serviteur (des albums plus ou moins récents) de tous styles avec, pour débuter une chronique approfondie de l'album de KERRETTA (leur dernier en date).

 

COUP DE COEUR

(FAVORITE):

 

-KERRETTA : Album "Pirohia" (2014):

-Un envoûtant & bluffant mélange de Post-Rock, de Prog & d'autres styles, en provenance de Nouvelle-Zélande.

 Morceau en Ă©coute (favorite track): Ossein Trail

 

 

kerretta_pirohia_2014_cover

 

La critique de Greg's Whisky Guide: 

J'ai récemment découvert par hasard ce disque sorti en 2014, aprÚs un EP ("Antient", en 2008) et les albums "Vilayer" (2009) et "Saansilo" (2011). KERRETTA est un trio néo-zélandais, originaire d'Auckland, composé de William Waters (basse), Hamish Walker (batterie) et de David Holmes (guitares). KERRETTA est une formation quasiment inconnue en France, sauf de quelques initiés, pourtant s le groupe a tourné en Europe et en Amérique du Nord avec de grands noms du post-rock comme GOD IS AN ASTRONAUT, EXPLOSIONS IN THE SKY, mais aussi du rock indépendant, comme THE BREEDERS.

 
Et je dois dire que dÚs les premiÚres secondes, j'ai été séduit par la pertinence de leur proposition musicale. Un mélange unique de gravité (à la limite du sombre), de puissance, de lumiÚre et de sérénité, ce clair-obscur si bien illustré par la pochette du disque, avec cet orage qui menace, sur une mer pour le moment calme, mais qui pourrait s'agiter à tout moment.
 
Le style de KERRETTA n'est pas si aisĂ© Ă  dĂ©finir, tant il a recours Ă  plusieurs ficelles pour dire ce qu'il a Ă  dire, que ce soit la puissance de la rythmique, semblant parfois tout droit issue d'un album de rock progressif de KING CRIMSON (celui de "Red"), mais aussi rĂ©solument post-rock, voire post-mĂ©tal (quelque part entre GOD IS AN ASTRONAUT, NEUROSIS & RUSSIAN CIRCLES), mais utilisant aussi ici et lĂ  des claps ("Ossein Trail"', le titre d'ouverture), voire de la flĂ»te, et sortant de l'instrumental par instants, pour s'ancrer dans le rĂ©el et mĂȘme la tradition nĂ©o-zĂ©landaise (comme le titre chantĂ© en langue maori "Kawea Tātou Ki Ngā Hiwi").
 
Par moments aussi pointe un brin de math-rock, avec des plans rythmiques un rien alambiqués mais qui retombent toujours sur leurs pieds. Cela donne comme un caractÚre expérimental à ce post-rock/post-métal. Mais le plus souvent, c'est un post-rock étincelant et trÚs brillamment élaboré que produit le trio, avec un son assez personnel, et des mélodies lancinantes culminant par des plans d'une intensité dramatique certaine, sur des formats courts, sans avoir besoin de 15 minutes pour l'exprimer, comme d'autres formations.
 

L'album "Pirohia", fruit d'un Ă©norme travail tant de composition que de recherches sonores, est trĂšs bien produit, avec une prĂ©cision sur le son de chaque instrument je dois dire assez remarquable. Sec et incisif, flamboyant et ultra-atmosphĂ©rique, il a tout pour plaire Ă  un amateur exigeant de musique post-rock, et, Ă  mon avis, Ă©galement au delĂ  (peut ĂȘtre aussi aux amateurs de rock progressif, de rock indĂ©pendant, mais aussi de jazz, notamment). Si, en revanche, vous ne jurez que par le dernier COLDPLAY, passez votre chemin. Cet album sera trop compliquĂ© pour vous.

 

***

 

-DYSRHYTHMIA : Album "Test of Submission" (2012):

Autre coup de coeur majeur rĂ©cent, je dois dire, mĂȘme si l'album est un peu ancien...ils ont depuis sorti un nouvel opus. A noter, deux de ses membres font aussi partie de GORGUTS, un groupe de Death MĂ©tal avant-gardiste canadien.

Morceau en Ă©coute (favorite track) : The Line always snaps

-Un trio instrumental, lĂ  aussi, alliant dissonance (toute relative, mĂȘme si trĂšs prĂ©sente) & mĂ©lodie, avec brio et inspiration parfois Crimsonnienne. Un album colossal, d'une grande complexitĂ©, plus mĂ©lodique qu'il n'y paraĂźt de prime abord (on le classe parfois en "Avant-Garde MĂ©tal"), et dont l'intensitĂ© rime souvent avec urgence, et ce avec une virtuositĂ© jamais grandiloquente. Un style lĂ  encore quelque part entre Rock Progressif, Jazz-Rock, et Death Metal progressif, pour un album trĂšs diffĂ©rent de celui de KERRETTA, et dont je vous reparlerais sous peu !

DerniĂšre minute (02-10/11/2016): AprĂšs plusieurs Ă©coutes du dernier album du groupe, nommĂ© "The Veil of Control", je peux vous confirmer qu'il est phĂ©nomĂ©nal... Il ne m'a fallu que 5 secondes (avec le titre Ă©ponyme qui ouvre l'album, et sa partie "blastĂ©e", inattendue...) pour dĂ©cider que j'allais l'acheter...Il dĂ©gage Ă  la fois une puissance, une sĂ©rĂ©nitĂ©, une inspiration inouĂŻe. De plus jamais le mot "fusion" n'a Ă©tĂ© aussi pertinent qu'ici, ou plus encore que chez KERRETTA, des styles aussi extrĂȘmes qu'apparemment contradictoires comme le Death Metal ou le Jazz-Progressif s'unissent pour une dĂ©monstration de force et d'Ă©motions qui ne sont jamais bien loin. Oui, dĂ©cidĂ©ment, DYSRHYTHMIA est un groupe gĂ©nial Ă  suivre de prĂšs !

The Veil of Control (streaming)

 

 

dysrhythmia_the_veil_of_control_cover_red

 

 

***

 

 Autres recommandations de Greg's Whisky Guide:

 

 

-THE AWAY DAYS :"World Horizon" (single) (2016) -En provenance d'Istanbul, ce groupe turc qui chante en anglais, que l'on pourrait classer en "Dream Pop/Indie/ShoeGaze", sait, single aprĂšs single (ce titre est extrait de leur premier album) manier ambiances Ă©thĂ©rĂ©es, mĂ©lodies catchy, basses profondes et guitares saturĂ©es sur un fond rythmique lancinant, une combinaison qui m'avait sĂ©duit dĂšs leur single "Best Rebellious" en 2015. Un groupe Ă  suivre ! 

Morceau en Ă©coute: World Horizon

et ausssi...

-THE DROiDS: "The Droids" (2016): -Minimaliste & organique, de la Synth-rock Pop efficace, généreuse (21 titres), menée par la belle voix de Sarah ...

-DERKETA : "In Death We Meet" (2012) -24 ans aprÚs, le premier groupe de Death/Doom féminin sort un must délicieusement "Old School" pour le coup. Pas sûr qu'il y aura une suite à cet opus, alors profitons-en...

-DINOSAUR JR: "Give a Glimpse of What Yer Not" (2016) -Du grand art pour ce "grunge sentimental" unique, je suis fan !

-GOJIRA :"Magma" (2016) -Les français reviennent avec plus de variĂ©tĂ©, mais aussi de la rage (celle du deuil, ici), bien jouĂ©...Laissez vous sĂ©duire par "Silvera", un des singles de l'album, ou par l'entĂȘtant "Stranded".

-LIGHTS THAT CHANGE: "Byzantium" (2016) -Un joli saut dans le temps (années 85/95) féminin et crystallin, un vrai plaisir.

-NEUROSIS: "Fire within Fires" (2016)  -Un retour attendu et convaincant des Ă©corchĂ©s vifs d'Oakland...Puissant, et comme souvent, alternant accalmies planantes et lourds passages sludge.

-NETHERBIRD: "The Grander Voyage" (2016)  -FormĂ©s en 2004, les suĂ©dois de NETHERBIRD reviennent avec un superbe album de Black/Death atmosphĂ©rique assez Ă©pique, d'une grande maĂźtrise et avec parfois des accents Ă  la DISSECTION.

-OH HIROSHIMA : "In Silence We Yearn" (2015) -Un envoûtant mélange de Post-Rock mélancolique et d'Indie/Pop & de Shoegaze (le chant, surtout), plutÎt inattendu, à surveiller...

-RUSSIAN CIRCLES : "Guidance" (2016) -Avec un peu moins de surprise, certes, le trio US enfonce cependant le clou de "Memorial" avec ce nouvel opus tout aussi remuant.

-SOJOURNER : "Empires of Ash" (2016) -Un impressionnant premier disque de ce groupe néozélandais de Pagan/Black Metal atmosphérique. Influencé par SUMMONING, le groupe parvient à instaurer une ambiance épique unique et envoûtante (notamment grùce à l'apport d'un piano, de flûtes et passages acoustiques et de chant féminin).

-SKEPTICISM: "Ordeal" (2015) -Les finlandais reviennent plus déterminés que jamais à jouer leur "Chapel Doom Ritual", on en redemande...Solennité, voix profonde, orgue bien présent, rythmes lourdes et lents, rien n'a changé mais tout ce qu'on aime est là, enregistré en live...avec de nouveaux morceaux et des réinterprétations d'anciens titres....

-SCHAMMASCH: "Triangle" (2016) -Du Black Métal inventif et avant-gardiste de Suisse, déclinant son talent sur 3 disques, dont le dernier, trÚs atmosphérique et quasi-instrumental. L'album fait un rien écho à celui également de 3 disques enregistré par SWALLOW THE SUN en 2015. Assez différent malgré tout, il a en commun de ménager autant de phases contemplatives.

-ULCERATE ("Shrines of Paralysis") -Le morceau "Extinguished Light" est impressionnant et exigeant, je suis impatient de découvrir le reste du coup. Du Death Metal brutal & mélodique malgré tout, et qui respire l'urgence. Sortie le 28 octobre.

-WARPAINT ("Heads Up") -Le single "New Song" augure bien de cet album qu'on devine déjà assez mature et serein...avec toujours ce plaisir (communicatif) de jouer ensemble. J'adore ce groupe "plus qu'indépendant". A suivre.

 

...A suivre !

 

 ***

 

Ici ceux et celles que cela intĂ©resse trouveront une liste de morceaux de musique que j’apprĂ©cie et sur lesquels je souhaiterais attirer l’attention, Ă  un moment ou Ă  un autre, dans la ou les rubriques correspondantes (cela peut se cumuler). C’est une idĂ©e que j’ai eu, il y a quelques annĂ©es, lorsque j’ai commencĂ© Ă  travailler sur l’idĂ©e de Correspondances entre Whiskies et Arts (cf le tableau ou sont associĂ©s une cinquantaine de whiskies et des morceaux de musique, un tableau, un livre, un film, un acteur, etc
). Donc, croyez le ou non, ceci n’a rien Ă  voir avec celle d’autres sites sur le whisky, et je l’aurais produite Ă©galement sur un autre projet de site qui me tient Ă  cƓur, cette fois sur la peinture...

Mes correspondances : Correspondances (Whisky & Art matching)

 

Autrement, voici quelques morceaux ou albums assez reprĂ©sentatifs de mon goĂ»t, la musique accompagnant ma vie depuis trĂšs longtemps, systĂ©matiquement pendant mes crĂ©ations plastiques, mais aussi parfois quand j’assemble des whiskies chez moi, parfois Ă©galement quand j’en dĂ©guste, j’ai donc pensĂ© que cela pouvait peut ĂȘtre intĂ©resser autrui.

 

Note importante: Merci de noter que certains de ces artistes peuvent ne pas ĂȘtre, Ă  l’heure ou j’écris ce sujet, encore signĂ©s par une maison de disques, et ont besoin (encore plus) de votre soutien, que ce soit (si vous apprĂ©ciez leur travail, bien sĂ»r) par l’achat de leurs albums ou singles, aller Ă  leurs concerts, les soutenir sur les rĂ©seaux sociaux, etc
comme j’essaie de le faire autant que possible, aussi, d’avance merci pour eux.

 

Here's a LIST OF RECORDS, SINGLES, VIDEOS of different kinds of MUSIC I love, from old to recent ones, with a few words in french (most of the time). I usually listen to music when I paint, but sometimes also when a do my home-blendings of whisky. You can also have a look just above ("Correspondances" link) on a special topic I've written a few years ago that associates a whisky with a work of art (a painting, but could be also a piece of music, a poem, a movie, an actress, etc...).

Important Note about the artists I'm mentioning: This could be famous artists as well as perfect unknown ones, friends or underrated ones, all I wish to support them equally, mentioning them & advising you to listen to them and if possible buy their productions, go to their concerts, etc... as I do the most I can, so if you like them, please support them, on social medias as well, thank you in advance. Hope you will enjoy these selections. Some of those artists are also supported on my Twitter account..see above !

 

A Noter:

Vous pouvez trouver des visuels (voire des vidéos) associés à de l'audio d'assez bonne qualité de ces musiques en streaming sur cette adresse (my favorite video channel to see & hear them):

http://www.youtube.com/?gl=FR&hl=fr

 

L'auteur tient à préciser qu'il a acquis la plupart des supports solides (CD) des musiques citées dans cette section, lorsque c'était possible, sauf exception/rareté hors de prix, et aussi qu'il utilise souvent le moteur de recherche musicale suivant qu'il apprécie, combiné avec youtube, pour découvrir de nouvelles musiques (my favorite music browser to learn about them) :

http://www.allmusic.com/

 

***

 

 

MA SELECTION DE DISQUES DE L'ANNEE 2015 & 2016 tous styles (Liste Ă©volutive, non exhaustive) : 

 

 

My Selection of Year 2015/2016 Releases (all styles), in an open, evolving short list: 

 

 

 

 

ALBUM METAL DE L'ANNEE 2015 (METAL ALBUM OF THE YEAR, 2015) :

 

 

 

-SWALLOW THE SUN : Titre en écoute "Lost and Catatonic", extrait de l'album "Songs from the North I, II & III", 2015, label Century Media (groupe de JyvÀskilÀ, Finlande):

 

Style: "Doom-Death Metal Progressif"/classĂ© Hard-Rock. Le sextet finlandais revient avec un album encore un peu plus progressif, mais nĂ©anmoins dans le prolongement du prĂ©cĂ©dent qui avait apportĂ© plus d'ouverture au style du groupe, l'album "Emerald Forest and the Blackbird" (2012). Le choix d'enregistrer un triple-album est passablement culottĂ©, et n'est pas sans risques, et en premier lieu celui de lasser l'auditeur. Or, mĂȘme si bien sĂ»r tout le monde n'a pas forcĂ©ment matĂ©riellement le temps de l'Ă©couter dans son intĂ©gralitĂ© Ă  chaque fois (moi le premier), c'est le contraire qui se produit. En effet, trĂšs intelligemment, le groupe Ă  segmentĂ© les compositions en atmosphĂšres distinctes, mais pas forcĂ©ment opposĂ©es.

 

En clair un premier disque ou alterne chant clair et chant growlĂ©, ambiances Doom lourdes et passages plus progressifs, ce parfois dans un mĂȘme titre (citons le splendide et ambitieux "Silhouettes", par exemple, ou l'hymne "Lost and Catatonic"), tandis que le deuxiĂšme fait office de long intermĂšde acoustique, non dĂ©nuĂ© de moments forts Ă©galement (je pense Ă  l'Ă©pique "Pray for the Winds to come", par exemple, ou le morceau Ă©ponyme "Songs from the North" et son beau break en finlandais comme chantĂ© "par une fĂ©e"). Le disque dĂ©bute d'ailleurs par une belle et sombre entrĂ©e au piano (en fait un instrumental dont les 3 minutes passent trĂšs vite). Le troisiĂšme disque est peut ĂȘtre un peu plus difficile d'approche, car il est le plus dur et le plus noir, avec une approche davantage Funeral Doom, mais il recĂšle de belles envolĂ©es, fussent elles sombres telles que sur "Empires of Loneliness".

 

Ce qui m'a conquit dans ce disque et qui transcende le genre, c'est son ouverture d'approche et d'instrumentation (j'ai beaucoup pensé à ULVER durant une bonne partie de l'album), tout comme ses qualités musicales et vocales (je le préfÚre personnellement à ceux de la premiÚre période du groupe), et ce tour de force du triple-album ou franchement je ne vois rien à jeter, et enfin cette joie teintée de mélancolie qui est unique (certes surtout dans les 2 premiers disques). L'album n'est pas parfait pour autant, il aurait pu aller plus loin encore dans la recherche musicale, l'inventivité, mais il est un beau cadeau, un bel objet musical et surtout un véritable voyage sonore (sans parler de la pochette et du concept) que je me devais de saluer. 18,5/20


Lost and Catatonic


 

 

 

swallow-the-sun-songs-from-the-north-i-ii-iii

 

 

 

 

 

Mention spéciale/Special Prize (distinction) pour DRACONIAN, album "Sovran" & pour sa chanteuse Heike Langhans

 

 

 

 

 

ALBUM POP-ROCK DE L'ANNEE 2015 (POP-ROCK ALBUM OF THE YEAR, 2015) :

 

 

 

 ...Les deux albums de BEACH HOUSE...tout simplement:

 

 

 

-BEACH HOUSE : Titre en Ă©coute "Space Song", extrait de l'album "Depression Cherry", 2015, label Sub-Pop (groupe de Baltimore, Etats-Unis):

 

Style: "Dream Pop"/classé Rock Indépendant. Le génial duo composé d'Alex Scally & Victoria Legrand revient avec un album légÚrement différent, parfois dans une veine noisy-pop impregnée de MY BLOODY VALENTINE (comme sur "Sparks"), minoritaire il est vrai, et la plupart du temps fidÚle à leurs plages planantes et ludiques à la fois, le synthé bien en avant, ou encore sur une osmose guitare/synthés/chant épique (avec un sublime riff de guitare) que leur envieraient les PIXIES d'aujourd'hui avec "Space Song". Je ne ressens pas le besoin de détailler nécessairement tous les titres, car il faut écouter l'album d'une traite...pour se plonger avec délectation dans un bain de bonheur "dans la maison sur la plage". Oui, contrairement à ce que j'ai entendu ici ou là, cet album est pour moi une vraie réussite. 18,5/20

 

Space Song

 

 

 

beach_house_depression_cherry_cover_cp

 

 

 

 

-BEACH HOUSE : Titre en Ă©coute "Somewhere tonight", extrait de l'album "Thank Your Lucky Stars", 2015, label Sub-Pop (groupe de Baltimore, Etats-Unis):

Style: "Dream Pop"/classĂ© Rock IndĂ©pendant. J'apprends que le groupe avait enregistrĂ© mais gardĂ© de cĂŽtĂ© un autre album peu aprĂšs "Depression Cherry", or le voilĂ , Ă  la surprise gĂ©nĂ©rale, dans les bacs depuis le 16 Octobre: Il comporte 9 titres pour une durĂ©e d'environ 41 minutes. Une premiĂšre Ă©coute rapide de celui-ci me laisse Ă  penser que c'est loin d'ĂȘtre une sĂ©quelle du prĂ©cĂ©dent, mais bien un approfondissement de certaines approches, vers quelque chose de plus Ă©purĂ© et parfois plus nettement rock ou new wave, si j'ose dire, voire plus expĂ©rimental, comme sur "Elegy to the VoĂŻd". Mais c'est toujours du BEACH HOUSE, et pas du plus mauvais, comme nous le verront un peu plus loin...

 

Ecoute aprĂšs Ă©coute je me dis que c'est une autre facette que nous livre BEACH HOUSE ici en quelque sorte, nous amenant vers quelque chose Ă  la fois de plus ancien, de carrĂ©ment annĂ©es 1960 ("Majorette"), annĂ©es 1950 ("Somewhere Tonight"), de pas si loin de l'album "Teen Dream" ("She's so lovely"), voire mĂȘme le cĂŽtĂ© mĂ©canique de "Devotion", tandis que "All your yeahs" sonne presque comme du Lykke LI faisant du BEACH HOUSE avec Simon Gallup de THE CURE Ă  la basse...(oui, d'accord, je plaisante un peu aussi). "One thing", lui, opĂšre le tour de force de faire la synthĂšse des BREEDERS et des PIXIES...Ă  la sauce BEACH HOUSE...La fausse note dans ce trĂšs beau tableau, si j'ose dire, c'est tout de mĂȘme le thĂšme musical de "Common Girl", vĂ©ritable auto-plagiat, puisque c'est exactement la mĂȘme mĂ©lodie qui est utilisĂ©e dans le titre "Out on the Sea" sur l'album "Bloom".

 

Hormis cela (le titre est superbe, ceci dit), c'est vraiment du pur rĂȘve et que ce soit "The Travellers" ou "Elegy to the Void", ou le groupe prend vraiment le temps de dĂ©velopper son propos et un improbable solo distordu et dissonant, sublimement PIXIESesque (ou VELVETien?) qui porte le disque vraiment haut...Puis c'est "Rough Song", telle une berceuse improbable (Victoria Legrand n'a jamais aussi bien chantĂ©...), pour enfin nous conduire Ă  l'apothĂ©ose qu'est le dĂ©chirant "Somewhere Tonight", vĂ©ritable chef d'oeuvre de rĂ©appropriation d'un thĂšme annĂ©es 1950, en un slow sublime et susceptible de faire fondre le plus rebelle des coeurs. DĂšs l'intro, c'est la rĂ©dition assurĂ©e...guitare,orgue,chant, tout est lĂ  pour nous faire craquer. Wow, dĂ©cidement, quel disque ! 18,75/20

 

Somewhere Tonight

 

 

 

 

 

beach_house_t.y.l.s._cover_cp2.

 

 

 

 

 

Mention spéciale/Special Prize (distinction) pour CHELSEA WOLFE, album "Abyss"

 

 

 

 

 

SIMPLE POP/ROCK DE L'ANNEE 2015 (POP-ROCK EP OF THE YEAR, 2015) :

 

 

 

-UMMAGMA : Titre en Ă©coute "Lama", extrait du EP/simple "Frequency", 2015, label Raphalite Records (groupe ukrainien-canadien):

 

Style: "Shoegaze/Dream Pop"/classĂ© Rock IndĂ©pendant. Le trĂšs crĂ©atif duo composĂ© d'Alexander Kretov & de Shauna McLarnon, auteur dĂ©jĂ  de deux albums et d'un split CD, nous revient avec un splendide EP qui comporte de prestigieuses collaborations comme celles de Robin Guthrie (de COCTEAU TWINS), de Malcom Holmes (d'O.M.D.) ou encore du talentueux groupe anglais LIGHTS THAT CHANGE (trĂšs prometteur au vu des singles "Starlight" et "Voices"-j'en reparlerais Ă  l'occasion de la sortie de leur premier album "Byzantium" en 2016). Le style d'UMMAGMA n'est pas forcĂ©ment facile Ă  dĂ©crire. Tout part d'une ambiance musicale Ă©thĂ©rĂ©e, qui rappelle les meilleurs moments du label 4AD (mais avec un cĂŽtĂ© jovial), avec ses guitares cristallines rĂ©solument shoegaze/indie-pop, et puis d'un seul coup, sans crier gare, une mĂ©lodie imparable dĂ©barque et vous emporte, comme dans le single "Lama", ou, sur une base plutĂŽt Electronica (comme sur "Orion"), la voix de Shauna se dĂ©ploie avec une aisance et un bonheur de chanter indĂ©niable, communicatif. Le format est Ă  la fois pop, rock indĂ©pendant, mais pourrait ĂȘtre autre tant le groupe semble ouvert Ă  toutes sortes d'expĂ©rimentations, boucles et ambiances variĂ©es. Un vrai bonheur...J'ai hĂąte de voir ce que cela va donner sur le prochain album. 18,5/20

 

Lama 

 

 

 

ummagma_frequency_cover

 

 

 

 

Pas de deuxiĂšme prix/ No runner up...

 

 

 

 

ALBUM CULTE ANCIEN SOUS-ESTIME -ici du MĂ©tal extrĂȘme-Choix 2016 (CULT UNDERESTIMATED OLDIES -here some METAL- RECORDS-2016 pick) :

 

 

 

-INFESTER : Titre en Ă©coute "Chamber of Reunion", extrait de l'album "To the Depths, In Degradation", label Moribund records, 1994 (groupe de Seattle, Etats-Unis):

Style: "Death Metal" (avec influence Black/Gore/Grind/Doom Metal)"/classĂ© Hard-Rock. Ce trio infernal de Seattle (Jason Oliver: Chant, guitare/Todd Stevenson: Basse/Dario J. Derna: Batterie) sort, aprĂšs deux EP apocalyptiques (dont l'impressionnant "Darkness Unveiled"-sa version demo est encore plus noire: Demo 1992) en 1992, dĂ©jĂ  Ă  la fois trĂšs sombres & trĂšs techniques, cet album impressionnant de folie (au chant, Jason Oliver semble comme possĂ©dĂ© par moments et alterne -ou cumule juqu'Ă  plus de 3 sortes de chant diffĂ©rents sur l'album, allant de l'incantation Black, Ă  la folie Grindcore-voire Gore Metal au pur growl Death Old School), mĂȘle passages lents Death et Doom Metal plus lourds qu'un bulldozer (aux breaks assez groovy d'ailleurs-et non dĂ©nuĂ© d'humour), avec des passages de "Death Epic Metal" grandiose, soutenu par un synthĂ© discret et improbable, des riffs absoluments meurtriers de Tod Stevenson et, "pire encore", un jeu de batterie complĂštement dĂ©ment, bluffant et fort Ă  propos (il faut dire aussi que la production est parfaite). Certes la totalitĂ© de n'album ne montre pas autant de crĂ©ativitĂ© que dans les trois premiers titres (par exemple, "Chamber of Reunion" est vraiment reprĂ©sentatif de ce qu'ils sont capables de faire, sans limites), mais INFESTER, dans cet album un peu long pour le genre (il dure quand mĂȘme 53'42), fait preuve d'un style assez unique en son genre, vĂ©ritablement dĂ©vatasteur, jouissif et addictif pour tout amateur de MĂ©tal extrĂȘme digne de ce nom...Dommage que ce fut le chant du cygne. Entre 15 et 19/20....

 

Chamber of Reunion

 

 

 

 

infester_lp_1994_cover 

 

 

 

 

 

AUTRES ALBUMS OU EP REMARQUABLES RECENTS  (OTHER REMARKABLE RECORDS) :

 

 

 

-BELL WITCH : Titre en Ă©coute "Suffocation, A Drowning: II-Somniloquy (The Distance of Forever)", extrait de l'album "Four Phantoms", label Profound lore records, 2015 (groupe de Seattle, Etats-Unis):

Style: "Doom Metal (voire Sludge, Drone Metal/Funeral Doom Metal)"/classé Hard-Rock. L'impressionnant duo que forme Dylan Desmond (basse électrique, chant) et Jesse Shreibman (batterie, chant) propose avec cet album une lente et longue descente dans les tourments de l'ùme, d'une densité rare. D'une lourdeur et répétition confinant parfois au style Drone (la basse, évidemment surboostée, grasse et accordée trÚs bas), elle est parfois un peu dure à suivre, je dois dire. Avec une dominante de chant clair parfois rehaussée de growls ou hurlements, de choeurs et des passages plus nostalgiques, quelques sublimes solos, de trÚs longs morceaux, l'on est quelque part entre ESOTERIC, EVOKEN, LURKER OF CHALICE et bien sûr SLEEP. C'est superbe. Mention spéciale pour la pochette peinte qui évoque pour moi à la fois l'école romantique allemande & suisse du XVIII Úme siÚcle et bien sûr l'Hudson River School et ses paysages grandioses et mystérieux. Un album abyssal...18, voire plus/20

 

Extrait LP (Album excerpt)

 

 

 

bell_witch_four_phantoms_cover_cp

 

 

 

-CADAVERIA : Titre en Ă©coute "Death, again" (entre autres), extrait de l'album “SILENCE”, label Scarlet Records, sortie du disque fin 2014/dĂ©but 2015, enregistrĂ© en novembre 2014 (Biella, Piemont, Italie)-Je ne le dĂ©couvre que maintenant....mais il me semblait intĂ©ressant de l'inclure dans cette liste plus rĂ©cente:

Style: "Gothic & Dark Power/Horror/Heavy-Thrash Metal"/classé Hard-Rock.

Il y a beaucoup de groupes de MĂ©tal que l’on nomme parfois avec mĂ©pris « Ă  chanteuse Â» (pas moi). Cela existe dans des sous-genres (lĂ  encore pas de mĂ©pris, juste de la prĂ©cision) comme le Gothic MĂ©tal, le MĂ©tal Symphonique, le Pagan MĂ©tal, le NĂ©o MĂ©tal, plus rarement le Black MĂ©tal, le Doom MĂ©tal, etc
.et Dieu sait combien j’apprĂ©cie le chant fĂ©minin, ou les groupes entiĂšrement fĂ©minins, ce dans la Pop, le Rock, comme le MĂ©tal toutes tendances confondues (entre autres genres). Il y a des chanteuses qui excellent dans le chant guttural ou Black, comme Angela Gossow (ex-ARCH ENEMY), il y a aussi celles qui excellent dans un chant de soprano ou mezzo classique (trop d’exemples-citons juste allez une de mes prĂ©fĂ©rĂ©es, Sarah Jezabel DEVA ou encore celle d'EPICA), mais rarement les deux Ă  la fois (si, parfois, l’ex-chanteuse du groupe français ETHS, Candice, ou encore feu celles du sublime groupe fĂ©minin de Black MĂ©tal de Porto Rico nommĂ© MATRIARCH, et ce titre: Sinful Decadence, extrait de l'album "Revered unto the Ages", 2007) ou en tout cas dans un chant clair de qualitĂ© et un chant guttural de qualitĂ©....Et puis il y a la singuliĂšre Raffaella Rivarolo
.alias CADAVERIA (le nom du groupe-un quintet-mais aussi du nom de scĂšne de cette dame). CADAVERIA est, rappelons-le, un groupe italien formĂ© en 2001, aprĂšs la participation de la chanteuse dans le groupe OPERA IX (entre 1992 et 2001).

Et lĂ  je ne sais pas pourquoi, album aprĂšs album (« Silence Â» est le cinquiĂšme), mĂȘme s’ils ne sont pas exempts de dĂ©fauts (notamment un certain abus Ă  mon goĂ»t de plans « NĂ©o-mĂ©tal Â»), j’ai toujours une tendresse et une admiration pour cette chanteuse, sa voix unique, sa dĂ©marche sincĂšre et son concept d’« Horror Metal Â» empruntant tour Ă  tour des Ă©lĂ©ments au Black MĂ©tal, au Gothique MĂ©tal, au Heavy MĂ©tal, voire Power MĂ©tal, et j’en passe. Elle passe du chant clair et doux au chant guttural, hargneux, avec une facilitĂ© dĂ©concertante et j’y trouve mĂȘme dĂ©sormais un peu plus de fluiditĂ©, voire de naturel. EntourĂ©e d’un solide groupe, Ă  la section rythmique sans failles, elle peut laisser libre court Ă  son imagination florissante, une fois encore, dans un style globablement "Heavy Gothique" si l'on peut dire. Les thĂšmes ? Globalement toujours les mĂȘmes chez CADAVERIA, autour de l’amour & la mort, l’introspection permanente, le bien, le mal, les sentiments humains, la tristesse, la douleur, et le doute en tĂȘte. Et ne vous fiez donc pas Ă  cette pochette faussement sobre, ce visage de clown un rien cynique...Elle ne vous prĂ©pare pas Ă  ce qui va suivre, Ă  savoir un mĂ©lange de sensualitĂ© et de violence, de mĂ©lancolie et de hargne.

J’avais adorĂ© l’hymne Ă  la fois classicisant et dĂ©lirant "Spell" sur le premier album « The Shadows Madame Â» (2002), la puissance incisive des guitares et le sens dramatique d’ "Irreverent Elegy" sur l’album « Far Away from Conformity Â» (2004), ou encore le trĂšs maĂźtrisĂ© "Before the Apes came" (sous l'influence de TOOL?) sur l’album suivant « In Your Blood Â» (2007), sans parler du contrastĂ© "Flowers in Fire" (avec un cĂŽtĂ© MADDER MORTEM) sur l’album « Horror Metal Â» (2012). J'ai retrouvĂ© Ă  la fois les qualitĂ©s de ces titres et une synthĂšse de ceux-ci sur cet album.

Ce nouvel album, « Silence Â», dĂ©marre trĂšs fort avec "Velo (The Other Side of Hate"), un titre pur et dur mais aussi d’une grande maturitĂ©, dĂ©voilant subtilement plusieurs facettes du chant et de la musique de CADAVERIA, alternant vitesse et mid-tempo, effets dramatiques (sur le refrain, aidĂ© de synthĂ©s subtils, ou encore sur le break final), bref, c’est somptueux et Ă  mon sens non seulement le meilleur titre de l'album, mais sans doute un des 5 meilleurs titres enregistrĂ©s par le groupe Ă  ce jour. Impressionnant...

Si le titre suivant, « Carnival of Doom Â», est un peu moins spectaculaire que le premier titre, mais bon (avec un cĂŽtĂ© curieusement stoner dans les couplets), CADAVERIA se paie ensuite le luxe avec « Free Spirit Â» d’un titre qui sonne comme un hit, par Ă©tapes, mais parfois rythmiquement presque comme du MADDER MORTEM. J'aime particuliĂšrement aussi "The Soul That Doesn't Sleep" (peut ĂȘtre le meilleur titre avec "Velo" ?). Sur l’excellent « Death Again Â», les paroles en anglais sont parfois interrompues par une phrase en italien (c’est aussi une partie du charme du groupe, cette pointe d’accent qui se devine ici ou lĂ  dans la prononciation de l’anglais), et il y a une belle progression mĂ©lodique, le tout en alternance presque Ă©gale entre chant guttural et chant clair.

Sans dĂ©tailler nĂ©cessairement tous les titres, soulignons Ă©galement "Almost Ghostly Â», qui est un peu dans l’optique du prĂ©cĂ©dent titre citĂ©, sauf qu’il contient quelques accĂ©lĂ©rations meurtriĂšres du plus bel effet, et aussi le vĂ©ritable tube cachĂ© qu’est « Loneliness Â» (et son mid tempo au chant clair, gothique Ă  souhait-superbe !) ou encore le magistral titre final "Strangled Idols", ou une sorte de new wave rejoint le gothique (oui j'ai d'ailleurs plusieurs fois pensĂ©, en Ă©coutant cet album Ă  la noirceur sensuelle d'une SIOUXSIE SIOUX...), puis tout cela se mĂȘle pour devenir
du pur CADAVERIA.

Un album dĂ©cidĂ©ment bien construit, avec une chanteuse et un groupe au top de leur forme, pour un disque par ailleurs impeccablement produit Ă  mon sens. Dans cet album, c'est davantage la synthĂšse (entre puissance, mĂ©lodie, hymnes et complaintes) que la dispersion (c'est pour cela aussi que c'est mon prĂ©fĂ©rĂ© des 5 albums du groupe), mĂȘme si le groupe brasse encore plusieurs styles. Il y a une maĂźtrise, une variĂ©tĂ©, une sincĂ©ritĂ© qui peuvent plaire Ă  la fois Ă  des amateurs de metal gothique ou d'heavy metal, avec juste suffisamment de plans plus proches du black, du doom voire du death (ce toutes proportions gardĂ©es, Ă©videmment) pour plaire Ă  d'autres. Mais je ne vois pas d'Ă©quivalent Ă  citer tellement CADAVERIA possĂšde une personnalitĂ© unique (la voix et la personnalitĂ© de la chanteuse y Ă©tant pour beaucoup), que l'on pourrait peut ĂȘtre qualifiĂ© de heavy gothique metal. Un excellent cinquiĂšme opus, et qui mĂ©rite cette note (mĂȘme si j’ai d’abord pensĂ© y mettre un 15 ou un 16/20), rien que pour le premier titre ! (et je confirme cette note aprĂšs plusieurs Ă©coutes). 18/20

Death, again

 

 

cadaveria_silence_album_cover_gwg

 

 

 

-CHELSEA WOLFE : Titre proposé en écoute: "Grey Days", extrait de l'album "Abyss", 2015, label Sargent House (artiste de Los Angeles, Etats-Unis):

Style: "Dark (Electro-Gothic-Folk) Pop-Rock"/classĂ© Rock IndĂ©pendant. La difficile Ă  classer Chelsea WOLFE revient avec un magnifique album trĂšs mĂ©lancolique, aprĂšs le superbe et trĂšs sombre "Pain is Beauty". Un album un rien diffĂ©rent donc, avec la collaboration de plusieurs artistes qui ont pu influer sur le rendu final, notamment Mike Sullivan, le guitariste de RUSSIAN CIRCLES (elle avait collaborĂ© Ă  leur album "Memorial", chaudement recommandĂ© Ă©galement ici), qui a pu peut ĂȘtre apporter un son plus Ă©lectrique, qui couplĂ© Ă  des sons plus industriels, musclent ainsi l'ensemble. Mais ce n'est pas rĂ©ellement de MĂ©tal ou de Post-rock dont il s'agit ici, mais plutĂŽt de continuer Ă  explorer, en "creusant plus profond", l'Ă©trange univers (trĂšs beau mais assez sombre, quelque peu Dark Wave dans l'esprit) de la dame.

 

Les passages pop alternent avec les mini-descentes aux enfers davantage électro-indus-métal (l'archétype du morceau qui fonctionne bien sur ce mode est évidemment "Carrion Flowers", et ses incantations si personnelles et efficaces), avec une voix parfois vocodée évoquant une P.J. HARVEY au paroxysme (comme dans "Iron Moon"), ou d'autres avec plus de douceur et d'une beauté à couper le souffle ("Grey Days", mon morceau favori de l'album, avec l'apport dramatique des cordes, le martÚlement funÚbre et martial de la batterie, presque du trip-hop). Curieusement parfois, l'on est pas si loin d'une Lana DEL REY plus sombre encore, (comme dans les couplets d' "After the Fall"), mais, au delà d'une certaine omniprésence des basses, électriques ou rythmiques un rien indus, c'est du pur Chelsea WOLFE, qui le plus souvent fait mouche, comme dans "Simple Death". Un album d'une grande beauté. 18,5/20

 

Grey Days

 

 

 

chelsea_wolfe_abyss_cover_cp

 

 

 

-CRUCIAMENTUM : Titre en Ă©coute: "The Conquered Sun (The Dying Light beyond Morpheus Realms)", extrait de l'album "Charnel Passages", 2015, label Profound Lore records (groupe de Birmingham, Royaume-Uni):

Style: "Death Metal"/ClassĂ© Hard-Rock. AprĂšs l'excellent EP "Engulf in Desolation" (2011), le talentueux trio anglais nous revient avec un album qui enfonce le clou d'un style presque Old School (le son, les solos), trĂšs caverneux (vous avez dit INCANTATION des dĂ©buts, GRAVE MIASMA ?-Il y a un peu de cela puisque l'un de ses membres a aussi officiĂ© chez ce dernier...) et je dois le dire, assez jouissif dans l'ensemble. Bien sĂ»r, si l'on Ă©coute attentivement, le son est plus contemporain qu'il n"y paraĂźt, mais le travail sur la profondeur du son est Ă©tonnamment intemporel et riche (par moments, l'on pourrait ĂȘtre aussi chez IMMOLATION). Le cĂŽtĂ© mystĂ©rieux est d'ailleurs renforcĂ© par des synthĂ©thiseurs intervenant ça et lĂ  en arriĂšre-plan toujours, mais redoutablement efficaces, comme le sont le batteur, le bassiste et le guitariste/chanteur (j'adore ses growls Ă©pais et bien caverneux) pour le coup vraiment communs au son de GRAVE MIASMA. J'ai choisi comme extrait le morceau plutĂŽt lent et majestueux qui ouvre l'album, car je le trouve vraiment reprĂ©sentatif du style du groupe et de ses qualitĂ©s (aussi parce que certaines parties de l'album sont un peu plus classiques, moins originales). Oui, disons-le, CRUCIAMENTUM fĂȘte ses dix ans d'existence avec un album d'une qualitĂ© certaine. 16,5/20

The Conquered Sun

 

 

cruciamentum_charnel_passages_cp

 

A Noter: L'album de BELL WITCH comme celui de CRUCIAMENTUM sont publiés sur le label Profound Lore Records, que je ne peux que vous recommander, puisque plusieurs groupes de ce label figurent parmi mes favoris, que ce soit les plutÎt expérimentaux PORTAL (dont j'ai déjà parlé ici), LURKER OF CHALICE ou encore MITOCHONDRION, le funeral Doom EVOKEN (vraiment un leader du mouvement), le Black Metal atmosphérique d'AGALLOCH (de premier ordre), les Death métalleux de DEAD CONGREGATION ou encore justement GRAVE MIASMA....

 

 

-DRACONIAN : Titre proposĂ© Ă  l'Ă©coute: "Stellar Tombs", extrait de l'album "Sovran", 2015, label Napalm Records (groupe d’Amal/VĂ€stra Götaland, SuĂšde):

Style: "Gothic Doom Metal"/classĂ© Hard-Rock. Le groupe de Gothic-Doom MĂ©tal suĂ©dois fondĂ© en 1994, qui nous avait laissĂ© en 2012 meurtris par le dĂ©part de la talentueuse chanteuse Lisa JOHANSSON, revient avec un nouvel album intitulĂ© « SOVRAN Â» (Ă  la pochette Ă©nigmatique bien plus rĂ©ussie que celle de l’album prĂ©cĂ©dent !), et une nouvelle chanteuse, Heike LANGHANS, originaire d’Afrique du Sud, au timbre doux et dĂ©licat, mais aussi Ă  la palette large (elle a officiĂ© auparavant en solo au sein de LOR3L3I, un fascinant projet de style Dark Wave/Ambient/Electronica, Ă©galement au sein d’ISON, un groupe de Post-Rock au style Ă©thĂ©rĂ© et dĂ©licatement mĂ©lancolique, presque ambient, ou encore, entre autres, d’INFERIUM) bien rĂ©sumĂ© par le titre suivant de LOR3L3IStarnova

 

 Avec son entrĂ©e dans DRACONIAN, j’avais peur que son style mĂ©lancolique, doux et envoĂ»tant (mais aussi trĂšs ouvert musicalement) se perde dans un style Doom MĂ©tal malgrĂ© tout assez balisĂ© (que j'apprĂ©cie par ailleurs). Ce n’est pas le cas, globalement, mĂȘme si ça l’est forcĂ©ment un peu sur quelques titres (ce n’est pas un carton plein), mais je demeure persuadĂ© qu’elle pourrait faire Ă©voluer encore le groupe si on lui laissait davantage de place en tant que compositeur. Cette voix, qui se situe quelque part entre celle de Sharon DEN ADEL (de WITHIN TEMPTATION) et de Chelsea WOLFE, Ă©pouse Ă  merveille le style mĂ©lancolique et puissant du groupe, et parvient finalement Ă  rivaliser avec le chant « growlĂ© Â» (guttural) du leader du groupe, Ă  savoir Anders JACOBSSON (lĂ©gĂšrement moins convaincant que dans le prĂ©cĂ©dent album) et Ă  Ă©galer, voire dĂ©passer l'aura de la chanteuse prĂ©cĂ©dente. L’album dĂ©bute par le titre « Heavy lies the Crown Â», un lourd morceau Doom Ă  l’intro et au leitmotiv/riff quelque peu malheureux (pour moi c'est quasiment du plagiat d’un titre de MY DYING BRIDE, mais je n’arrive pas Ă  retrouver lequel !), puis Ă©volue heureusement vers « un peu plus de DRACONIAN Â», et il faudra attendre les parties chantĂ©es par Heike et les premiĂšres nappes de synthĂ©tiseurs pour (tenter) de se convaincre qu’on est quand mĂȘme ailleurs.

 

L’album se poursuit heureusement par une majoritĂ© de titres plus personnels
Il comporte son quota de tempos moyens et lents (« Pale Tortured Blue Â», « The Wretched Tide Â» ou encore « No Lonelier Star Â», mon prĂ©fĂ©rĂ© des trois), assez classiques (avec alternance de parties chantĂ©es fĂ©minines et parties growlĂ©es masculines plus dures), mĂ©lancoliques Ă  souhait, et plusieurs tubes en puissance (qui devraient marquer les esprits en concert), comme « Stellar Tombs Â», Ă  l’intro rapide trompeuse, ou encore le magnifique « Dishearten Â», avec son intro/thĂšme dramatique typique du groupe, et je suis d’ailleurs ravi que l’apport des synthĂ©tiseurs soit si central et Ă  la fois discret pour appuyer les mĂ©lodies. La section rythmique est assurĂ©e, sans faille, les envolĂ©es vocales de la nouvelle chanteuse, mĂ©lancoliques plus que lyriques font mouche, les guitares parfaitement en place, leurs solis Ă©clatants, alors on se surprend Ă  fredonner certains passages qui sonnent dĂ©jĂ  comme des classiques (comme dans « Rivers Between Us Â», ou Daniel ANGHEDE, du groupe CRIPPLED BLACK PHOENIX vient, en « guest vocalist Â» faire du chant clair, certes pas renversant, mais correct). L’album s’achĂšve, dans sa version digipack en tout cas, par un superbe bonus, Ă  la mĂ©lodie entĂȘtante (et aux accents par moments trĂšs PARADISE LOST), « With Love and Defiance Â».

 

Un album trĂšs attendu par votre serviteur (trop, sans doute ?), un album de qualitĂ© et qui ne dĂ©cevra pas les amateurs du groupe (et mission largement accomplie au passage pour la nouvelle chanteuse, qui apporte manifestement une touche plus nostalgique Ă  l’ensemble), restĂ©s sur le superbe prĂ©cĂ©dent album « A Rose for the Apocalypse Â» (2011), et que je recommande Ă©galement, mais, Ă©coutant Ă©galement d’autres styles, encore une fois je me plaisais Ă  rĂȘver que la belle Heike allait influer davantage sur le style et les compositions (certes elle participe Ă  l’écriture des paroles) en ouvrant vers un cĂŽtĂ© Dark Wave qu’il me plairait de voir intĂ©grer au son DRACONIAN. Cela viendra peut ĂȘtre avec le temps, qui sait ? Mais ne vous y trompez pas, « SOVRAN Â» est, malgrĂ© ces rĂ©serves (et le premier titre qui fait penser Ă  du plagiat-c'est aussi entre nous ce qui m'a fait baisser un peu la note et ne pas le dĂ©clarer album de l'annĂ©e), vraiment un bel album. 18/20

Stellar Tombs

 

 

draconian_sovran_cover_1_cp_p_gwg

 

 


-RITUAL CHAMBER: Titre proposĂ© Ă  l'Ă©coute: "Void Indoctrination", extrait de l'album “OBSCURATIONS (To Feast on the Seraphim)”, label Profound Lore, sortie du disque le 26/02/2016 (San Francisco, Etats-Unis):

Style: "Dark/Funeral/Doom-Death Metal"/classĂ© Hard-Rock. 

Aussi lourd que BELL WITCH, aussi occulte et expĂ©rimental (et parfois dissonant) que BLUT AUS NORD, aussi caverneux que GRAVE MIASMA, le premier album sous le nom de RITUAL CHAMBER de Dario J. Derna alias Numinas, qui suit le mini-album dĂ©mo « The Pits of Tentacled Screams Â» (2014), frappe trĂšs fort avec cet opus plus noir que noir (dans la lignĂ©e du prĂ©cĂ©dent opus/demo, peut ĂȘtre en un rien plus "propre" cĂŽtĂ© son). Petit rappel, Dario J. Derna, originaire de San Francisco, fut le gĂ©nial batteur de DRAWN AND QUARTERED, avant d’ĂȘtre le claviĂ©riste d’EVOKEN durant 7 ans (et notamment sur l'excellent album "Quietus"-du Funeral Doom Metal fortement recommandĂ© par votre serviteur!), mais il fut aussi membre de FUNEBRARUM, et bien sĂ»r le leader d’INFESTER, avec ce fameux et unique album culte « To the Depths, in Degradation Â» de 1994), et enfin l’auteur du projet black-mĂ©tal sorti sous le nom de KRHOM.

Depuis l’inquiĂ©tante puis trĂšs lourde (dans le sens de puissante) introduction de « Into the Collective Coffin Â» jusqu’à l’apothĂ©ose que constitue le dernier titre de l’album, Ă  savoir « As Dust as the Animal Â», en passant par le fin-du-mondiste Â« The Eternal Eye Â» (avec un cĂŽtĂ© SUNN O))) dans le caractĂšre rĂ©pĂ©titif dans les aigus/les trĂ©molos) c’est un festival de basses trĂšs profondes, Ă  la fois de guitares accordĂ©es trĂšs bas et de basse massive et grasse Ă  souhait, et des Ă©clats plus aĂŻgus par moments, comme dans « The Aphotic Dread Â», ou en osant parfois les dissonances en chorus, comme sur « A Parasitic Universe Â». A la fois trĂšs rapide et mĂ©nageant des moments plus lents et lourds (comme dans le gĂ©nial « Beings of Antropy Â»), avec des rĂ©sonances lentes Funeral Doom rappelant Ă  de brefs moments EVOKEN, MORGION, voire ESOTERIC, l’album fait mouche Ă  chaque titre
.

Occulte et blasphĂ©matoire, le mĂ©tal de RITUAL CHAMBER est malgrĂ© tout parsemĂ© d’éclairs de lumiĂšre, sous la forme de brefs solis dramatisants qui lui donnent du relief, et de riffs de gĂ©nie (le thĂšme de « Void Indoctrination Â», un de mes titres prĂ©fĂ©rĂ©s, avec ses trĂ©molos dramatiques) et qui contribuent Ă  maintenir une grande tension dramatique, dans quasiment tous les titres, et c'est ça aussi la force de RITUAL CHAMBER, cette "noire urgence". La batterie est plus sobre que chez DRAWN AND QUARTERED, mais demeure redoutablement efficace et millimĂ©trĂ©e. Ce qui est vraiment renversant, c’est l’épaisseur du son et la justesse de la prĂ©sence de chaque instrument, sans parler du chant, gras (jusqu’à presque une forme d’effacement, comme dans les premiers mĂ©faits de TEITANBLOOD, alors que plus gĂ©nĂ©ralement, l'on est plutĂŽt proche des premiers INCANTATION), trĂšs grave, abyssal. Et dire que ce petit chef d’Ɠuvre de noirceur est rĂ©alisĂ© par un seul homme
 Un one-man band qui sonne vraiment comme un groupe, c’est encore mieux ! Je dois dire que cet album constitue d'ores et dĂ©jĂ  un bon prĂ©tendant au meilleur album MĂ©tal de l'annĂ©e 2016, mĂȘme si l'annĂ©e vient Ă  peine de commencer. Qu'on se le dise... 18,75/20

Void Indoctrination

 

 

ritual_chamber_obscurations_lp_2016_gwg

 

 

***

 

 

MA SELECTION DE DISQUES DE L'ANNEE 2014 et avant (Liste évolutive, non exhaustive), part 1 /Rock Indépendant, émissions TV, etc...style Rock Indépendant, Pop-Rock, Post-Rock, Shoegaze, etc... :

 

My Selection/Playlist among Indie-Rock, Pop, Post-Rock genres albums from 2014 & before :

 

 

 

 

-A SWARM OF THE SUN : Titre "These Depths Were Always Meant for Both of Us", extrait de l'album "The Rifts", 2015 (groupe suédois):

Style: "Dark Post-Rock" (cela n'engage que moi). Epatant groupe découvert ce jour....j'avais envie de vous le faire partager...c'est juste sublime :

 

These Depths Were Always Meant for Both of Us

 

 

 

 

a_swarm_of_the_sun_lp_the_rfits_2015_gwg

 

 

 

 

-DISAPPEARER : Titre « Blue Â», extrait de l’album « Disappearer », 2014 (groupe de Lisbonne, Portugal):

Style: "Progressive Industrial Post-Rock". Dans ce groupe essentiellement instrumental, un fascinant mĂ©lange d’influences multiples, dont celle de MY BLOODY VALENTINE, mais pas seulement. Ici un des morceaux les plus intĂ©ressants et prenants, avec un peu de chant, en arriĂšre-plan, quelque part entre les flamboyants GOD IS AN ASTRONAUT et les regrettĂ©s THE ANGELIC PROCESS.

 

Blue

 

 

 

disappearer_album_ponyme_2014_cover_

 

 

 

 

 

-DROWNER: Album « Static Ways », 2012 (un groupe de Houston, Texas, Etats-Unis-ne pas confondre avec "Drowners". DROWNER est chez l'éditeur Saint Marie Records):

Style: "Shoegaze", planant, annĂ©es 1990’s
.avec l’envoĂ»tante voix d’Anna Bouchard.

 

Breathe

 

 

-THE AWAY DAYS: Titre « Best Rebellious », single de 2014 (le groupe n’a pas encore d’album Ă  son actif, mais plusieurs excellents singles et vidĂ©os, 2014. Il est originaire d'Istanbul, en Turquie):

Style: "Shoegaze/Dream-Pop", planant et trùs catchy
.avec notamment un excellent chanteur & guitariste, Oğuz Can Özen.

 

Best Rebellious

 

 

 

-THE SLOWREADERSCLUB: Titre « Don’t Mind Â», extrait de l’album Ă  venir (pas de prĂ©cisions de date, un groupe en provenance du Royaume-Uni):

Style: "Indie-Rock" (avec une touche pop), dans le sillage de groupes indépendants anglais parfois proches des premiers EDITORS.

 

Don't Mind

 

 

 

 

-THE UNION TRADE: Titre « Murmurations », extrait de l’album "A Place of Long Years", 2015 ; un groupe crĂ©Ă© en 2006 et en provenance de San Francisco, Etats-Unis:

 

Style: "Indie-Electro-Post-Rock" (?), une musique majoritairement instrumentale, assez planante, avec une touche pop et des beats rĂ©currents, d'une modernitĂ© atmosphĂ©rique & Ă©lectro faisant le grand Ă©cart entre HOOVERPHONIC par exemple (pas seulement pour la dĂ©licate voix pop fĂ©minine en arriĂšre-plan) et du post-rock Ă  la EXPLOSIONS IN THE SKY, avec une apparence d'easy-listening trompeuse....alors qu'on est parfois sur un terrain hypnotique un peu  Ă  la PIANO MAGIC, alors, en fait, c'est plus intĂ©ressant qu'il n'y paraĂźt au premier abord:

 

Murmurations

 

 

 

 

the_union_trade_l_2015_cover_gwg

 

 

 

 

Autre dĂ©couverte trĂšs rĂ©cente, Ă©galement recommandĂ©e: 

 

-CVANTEZ, un groupe français avec une chanteuse, Kim, et l'album "Tigers" (date non précisée), dans une plaisante veine Indie-rock 1990's (voire 1980's parfois), quelque part entre les premiers SWELL (comme sur "Shade", notamment), PAVEMENT, THE BREEDERS et SONIC YOUTH, en moins expérimental toutefois. Signalons notamment les trÚs catchy "Positions" et "Shade", "Tapes", ou le "CUREiste"-si j'ose dire-"So Low", le plus nostalgique "That Diving", la ballade assez Kim Gordonnienne qu'est "She required", ou encore la belle (et culottée) reprise acoustique de "Lucretia" de The SISTERS OF MERCY:

 

Album "TIGERS"

 

 

 

cvantez_tigers_album

 

 

 

 

 

MA SELECTION DE DISQUES DE L'ANNEE 2014 et avant (Liste Ă©volutive, non exhaustive),

part 2 / Divers courants du METAL, etc... :

 

My Selection of year 2014 (and before) records, in METAL & various genres (Part 2) :

 

 

 

-GOREMENT: Album « The Ending Quest », 1994 (groupe de Nyköping, SuĂšde)-rĂ©Ă©ditĂ© chez Century Media augmentĂ© de prĂ©cĂ©dent enregistrements : « Within the Shadow of Darkness Â» – The Complete Recordings, 2012. Il ne s'agit donc absolument pas d'une nouveautĂ©, mais d'une rare et relativement rĂ©cente rĂ©Ă©dition que je n'ai dĂ©couverte qu'il y a peu de temps. Le groupe, formĂ© en 1989, n'existe plus, il s'est sĂ©parĂ© en 1996.

Style : « Death Metal avec Ă©lĂ©ments de Gothic-Doom Metal Â». Un album culte assez rare, pour les amateurs tant des premiers PARADISE LOST, que de BOLT THROWER ou ENTOMBED, voire mĂȘme ATHEIST pour le cĂŽtĂ© prog-jazz, le tout avec un sens mĂ©lodique certain. Fascinant !

 

Album "The Ending Quest"

 

 

gorement_the_ending_quest_1994


 

-ONEIRONAUGHT: Titre « Fed and Happy Â», album « Enlist Today Â», 2013 (groupe de Brooklyn, N.Y., Etats-Unis).

Style: "Heavy-Prog-Rock" (avec de sĂ©rieuses incursions dans divers styles de MĂ©tal et de Jazz). Un quatuor instrumental qui revendique haut et fort ses influences, encore un peu en quĂȘte de personnalitĂ© Ă  mon avis, mais trĂšs habile et ouvert musicalement. Ils assurent !

Fed and Happy

 

 

 

oneironaught_enlist_today_2013_lp_cover_red.

 

 

-PROLIFEHATE: Titre « Der Grossman Â», tirĂ© de l’album Ă  venir (sauf erreur) « In No Man's Memory », 2014 (groupe de Turin, Italie):

Style: "Progressive-Death Metal". Un fort potentiel pour un groupe formĂ© qu’en 2012. A suivre.

 

Der Grossman

 

 

***

 

 

POP (TĂ©lĂ©-RĂ©alitĂ©/TĂ©lĂ©-Crochet-Music TV Shows) :

Pour une fois je vais dĂ©buter cette sĂ©quence que par une majoritĂ© d’interprĂštes masculins de l’édition 2015 de « The Voice UK Â», puis par une jeune chanteuse amĂ©ricaine de « America’s Got Talent Â» et enfin par des chanteuses du concours français « Nouvelle Star Â» et « The Voice France Â» (Corse):

 

-Emmanuel NWAMADI et son Ă©blouissante performance (quel registre impressionnant, plusieurs octaves, et quelle sensibilité un morceau hors du temps, hypnotique, ce qui a mĂȘme empĂȘchĂ© Tom Jones de se concentrer sur le buzzer pour voter pour lui) avec une reprise de Sade rĂ©arrangĂ©e de maniĂšre si originale: 

The Sweetest Taboo (cover)

-Steve McCRORIE (un Ă©cossais !) et sa poignante interprĂ©tation d’ « All I Want Â»: All I want (cover)

-Daniel DUKE (qui nous vient d’Irlande du Nord)et son subtil et magique (et si doux, et si
mieux !) rĂ©arrangement du morceau « 500 miles Â» de The Proclaimers Â»:  500 Miles (cover)

-Vikesh CHAMPANERI et son interprĂ©tation habitĂ©e, teintĂ©e de fascinantes consonances indiennes (Ă  la limite du sacrĂ©) du tube d’Adele : Hometown glory (cover)

...Mais je vais quand mĂȘme citer quelques femmes:

-Jade HEWITT (qui nous vient de Sheffield) m'a ébloui certes par son charme mais aussi par son timbre de voix chaud et parfois rapeux et son énergie de rockeuse, capable de s'adapter à de nombreux styles à en juger par ses vidéos sur youtube....Le tout avec une attitude générale trÚs positive, une bonne humeur trÚs communicative: Here for the Party

Je ne pouvais Ă©galement tout de mĂȘme pas passer sous silence au moins une autre interprĂ©tation fĂ©minine de ce concours, Ă  savoir celle d’Hanna SYMONS, qui plus est chantĂ© par l’auteur (elle a en fait co-Ă©crit ce morceau avec la talentueuse Becky HILL -du concours « The Voice UK 2012 Â»- pour le groupe RUDIMENTAL Powerless

De la mĂȘme maniĂšre, loin de lĂ , aux USA, je me devais de parler de la fascinante chanteuse dĂ©couverte cette annĂ©e dans The Voice USA, entre autres excellentes chanteuses (je ne peux lĂ  aussi toutes les citer), Ă  savoir Monika LEIGH, qui marche un peu, non sans une classe folle, sur les traces d'une Grace SLICK (de Jefferson Airplane) ici: The Thrill is gone (cover)

Je vous signale aussi une vidĂ©o de 2014 dont j’ai dĂ©jĂ  parlĂ© sur Twitter, mais dont je ne me lasse pas, un vrai remĂšde Ă  la morositĂ© : Julia GOODWIN, une amĂ©ricaine de 16 ans, qui m'a impressionnĂ© par sa fraĂźcheur et son talent, en reprenant un morceau de Billy Joel. Magnifique : New York State of Mind

 

 

En FRANCE aussi "on ne chÎme pas", avec quelques beaux talents, révélés au plus grand nombre

par le biais  des TĂ©lĂ©-crochets "NOUVELLE STAR" et "THE VOICE-France" 2015:

 

-EMJI, gagnante du concours « Nouvelle Star Â» 2015, Ă©blouissante de talent, de capacitĂ©s vocales et d’émotion (pour moi elle devrait ĂȘtre signĂ©e par une maison de disques d’urgence !), tant en français qu’en anglais, ici avec une reprise de Sia : Chandelier (cover)

-PAULINE, du concours « Nouvelle Star Â» 2015, Ă  l’aise en français comme en anglais (elle fut inspirĂ©e sur "Home" de Edward Sharpe and the Magnetic Zeros), dans un registre parfois pas Ă©vident, plus fragile qu’EMJI, souvent sur le fil du rasoir, mais, j’en persuadĂ©, qui a bien des choses Ă  dire. Sa reprise d’ Â« Osez Josephine Â», controversĂ©e, m’avait bien plu, et son Ă©mouvante interprĂ©tation encore ce soir (19/02/15) de « Quelques mots d’amour Â» devrait convaincre les indĂ©cis. La voici avec cette reprise un peu « Velvetienne-Niagaresque Â» (Ă  mon humble avis) de Bashung : Osez JosĂ©phine (cover)

 
 

CONCOURS "The VOICE France" 2015 -Mise Ă  jour du : 03/05/2015 :

 

Sans conteste, je pense que l'on peut dire que la rĂ©vĂ©lation la plus spectaculaire de cette nouvelle saison de « The Voice France 2015 » a Ă©tĂ© celle de Battista ACQUAVIVA: Je ne pouvais passer sous silence l’extraordinaire talent & palette (plus de 3 octaves, y compris colorature) de la chanteuse et musicienne (qui plus est fĂ©rue de musique ancienne, ce qui peut que me plaire. Un hĂ©ritage familial, son pĂšre, Ă©galement acteur, est un musicien et et un musicologue) venant de Corse (un tour sur youtube suffit Ă  dĂ©montrer qu’elle n’a rien d’une dĂ©butante). Voici donc Battista et sa reprise (qui plus est accompagnĂ©e d’une cetera-une variĂ©tĂ© de de cistre, instrument Ă  cordes pincĂ©es proche d’un luth, mais Ă  fond plat et Ă  8 cordes) d’un morceau traditionnel corse, le « Psaume de David Â»: 

Psaume Ă  David (arrangement)

L'émission étant achevée à l'heure ou je mets à jour ces lignes, une émission bien mieux animée que l'autre grùce au talent, à la classe et au tact de Nikos Aliagas (il fallait le dire), il me faut aussi parler de 3 autres candidats (au moins...mais ces 4 noms sont mes préférences au final), avec bien sûr d'abord une pensée particuliÚre et émue pour le gagnant, Lilian RENAUD, qui m'a vraiment donné le frisson avec sa reprise d' ''Octobre", de Francis Cabrel, mais aussi de "Les mots bleus", de Christophe.

Les Mots bleus

Mais le concours a Ă©tĂ© aussi pour moi l'occasion de dĂ©couvrir aussi le grand talent de Guilhem VALAYE, un chanteur expĂ©rimentĂ© dotĂ© de beaucoup de charisme et de sensibilitĂ©, avec la barre placĂ©e trĂšs haut d'entrĂ©e de jeu lorsqu'il reprend de maniĂšre magistrale "La Nuit je mens" d'Alain Bashung, touchant tous les juges, Zazie en tĂȘte chez qui Guilhem choisit d'aller (signalons le travail remarquable de coach de Zazie cette saison Ă  cette occasion, pour une premiĂšre, bravo !), une reprise dont je me souviendrais longtemps.

La Nuit je mens

Notons que Guilhem VALAYE officie également au sein de son groupe 3 MINUTES SUR MER (que je ne peux que vous recommander, j'essaierais d'ailleurs d'aller l'entendre prochainement), dont voici deux prestations (la premiÚre est une composition originale, sauf erreur de ma part, et la deuxiÚme une reprise de NIAGARA...avec un son qui m'a rappelé l'ambiance du premier album des Cowboy Junkies, juste sublime...):

DĂ©jĂ  Loin (live)

Pendant que les champs brûlent (live)

Enfin pour moi l'autre rĂ©vĂ©lation fĂ©minine du concours fut la libanaise Hiba TAWAJI, qui m'a littĂ©ralement envoĂ»tĂ© dĂšs son audition avec une chanson arabe, puis avec des reprises frisant parfois la montĂ©e au paradis directement (si j'ose dire, je ne suis pas croyant!). Certaines reprises en français ou en anglais furent Ă©galement excellentes (mais pas toutes Ă  mon avis). Je n'ai hĂ©las pas pu retrouver l'autre prestation prĂ©fĂ©rĂ©e d'elle pour vous mettre le lien, mais Ă  retrouver peut ĂȘtre sur MyTF1.fr (?). A l'heure ou j'Ă©cris ces lignes, j'apprends d'ailleurs qu'elle va ĂȘtre signĂ©e par une maison de disques importante, elle qui est dĂ©jĂ  bien connue dans son pays...FĂ©licitations !

Les Moulins de mon coeur (version arabe-autre Ă©mission)

 

 

Bonne Ă©coute !  (la musique guĂ©rit tout...ou presque !)

 

Happy listening ! (music heals everything, or almost !)

 

 

***

 

CONCERT-REPORTAGE (20/12/14): De retour du concert de The SIRENS au Divan du Monde Ă  Paris, side-project de trois chanteuses en solo depuis quelques annĂ©es qui se sont regroupĂ©es pour une tournĂ©e mondiale qui s'achevait Ă  Paris, avec un rĂ©pertoire variĂ© chantĂ© Ă  une, deux ou trois voix suivant le morceau, et une set-list puisant Ă  la fois dans la carriĂšre passĂ©e des chanteuses avec leur groupe le plus important, dans leur discographie solo (ou avec un autre groupe) rĂ©cente, plus trois chansons composĂ©es par elles-mĂȘmes pour cette tournĂ©e assez exceptionnelle, dont "Sisters of the Earth"). En effet, qui aurait pu supposer (et mĂȘme rĂȘver!) il y a quelques annĂ©es de voir ces magnifiques et diffĂ©rentes voix rĂ©unies pour nous ravir ainsi: Anneke Van GIERSBERGEN (ex-The GATHERING, de Hollande, dont elle a chantĂ© notamment "Saturnine" et "Strange machines", "In Motion #1" ainsi que des titres de sa carriĂšre solo comme "1000 Miles away from you" ou encore "Treat me like a Lady"), Liv KRISTINE (ex-THEATRE OF TRAGEDY et dĂ©sormais LEAVES EYES + carriĂšre solo-de NorvĂšge-belles reprises de "Venus" et "Siren") et Kari RUESLATTEN (ex-THE 3RD AND THE MORTAL, en carriĂšre solo-de NorvĂšge-reprises, entre autres, de "Why so Lonely" et "Death-Hymn" et aussi de "Ride" issu de sa carriĂšre solo). Liv KRISTINE a jouĂ© par ailleurs au moins un morceau de son dernier album "Vervain" (2014).

 

souvenirs_concert_sirens_20.12.14_cp

Les trois sirĂšnes se sont gentiment prĂȘtĂ©es au jeu des dĂ©dicaces (Kari a signĂ© sur la place de concert, Ă  gauche).

Quel beau trio en tout cas, accompagné de 5 excellents musiciens, bref, ce fut une soirée inoubliable !

 

Le concert fut Ă©pique, avec un trĂšs bon son et beaucoup de puissance, mais aussi de la subtilitĂ© (excellent groupe, qui, si j'ai bien compris est celui d'Anneke), avec de trĂšs beaux moments, que ce soit individuellement, a cappella (dont 2 parties en langue norvĂ©gienne, puis mĂȘme un "Pie Jesu" fabuleux par Liv et un "Silent Night" par Anneke), seules ou Ă  deux avec le groupe, ou Ă  trois. Beaucoup de plaisir pris apparemment par les chanteuses et le groupe, en fin de tournĂ©e ce soir chez nous, du partage, un peu complicitĂ©, la salle comblĂ©e par un "Strange machines" bien balancĂ© (vais-je rĂ©sister, je ne sais pas -oui, elles Ă©taient aussi sublimes Ă  voir!) et par les vieux morceaux des trois groupes. Les morceaux Ă©crits pour l'occasion sont plutĂŽt dans une veine gothique-mĂ©tal, trĂšs entrainants, une composition par chanteuse, et le style musical de la soirĂ©e a oscillĂ© entre folk norvĂ©gien, pop-rock (dont le sublime morceau un rien celtique, "Trollferd" de Kari RUESLATTEN, aidĂ©e de Liv KRISTINE, accompagnĂ©es par un membre du groupe jouant d'un Ă©trange violoncelle Ă©lectrifiĂ©), du mĂ©tal gothique (principalement), voire du death mĂ©tal progressif (pour un des morceaux de THE 3RD AND THE MORTAL, formation encore sous-estimĂ©e), ou mĂȘme une pointe de trip hop (un morceau de la carriĂšre solo de Kari RUESLATTEN, "Ride", l'autre, "Saturnine", moins marquĂ©, de The GATHERING). Beaucoup d'Ă©motion pour moi que ce concert, occasion rare d'entendre 3 des plus belles voix du mĂ©tal (et au delĂ ) ensemble, sans parler du fait de constater l'accessibilitĂ© et la gentillesse de ces 3 sirĂšnes Ă  la fin du concert, aux signatures...super sympa. En plus, Anneke m'a avouĂ© aimer beaucoup les single-malts, cool! (vĂ©ridique). 

 

 

concert_the_sirens_20.12.14_kari_liv_2cp

 Rare reprise d'un morceau de Kari RueslĂ€tten ("Ride") puis un titre folk ("Trollferd") en norvĂ©gien avec en Liv Kristine...

 

Pour avoir une idée de l'ambiance et des titres joués lors de cette tournée, voici des extraits :

(here are some excerpts of their concerts during the tour in Europe):

cliquez ici / click here (1)

cliquez ici / click here (2)

cliquez ici / click here (3)

 

 

the_sirens_ob_logo_comp2

 

 

Great night this 20 of December, 2014 in Paris (in Le Divan du Monde venue), with The SIRENS, a gathering of three super singers (probably my three favorite female singers in metal, and beyond, even if there are others who are great too- such as Sharon Den Adel, Lisa Johansson, Heike Langhans), Anneke Van GIERSBERGEN (ex-THE GATHERING, currently in a solo career), Kari RUESLATTEN (ex-THE 3RD AND THE MORTAL, in a solo career as well or with her band AGUA DE ANNIQUE) and Liv KRISTINE (ex-THEATRE OF TRAGEDY, in a band called LEAVES' EYES and in solo as well) performing with (if I understood it well) Anneke's own band. The show was awesome, with varied ambiances from folk to trip hop, mainly gothic metal, heavy metal, but also some progressive death metal vibrations when they played some great songs from the past, such as "Death-Hymn" (from THE 3RD OF THE MORTAL-a great underestimated Norvegian band, very influental-impressive) or "Strange machines" (from THE GATHERING-one of the evening's highlight!), but also others from their solo careers plus some rare & stunning a cappella performances from all three singers, simply gorgeous (did I also mentioned how sexy & classy at the same time they were on stage?-ok, I stop !).

A clever set list helped keep up the suspense and let every singer sing at least a song alone and others at two singers & other songs all together. It gaves some previously unseen combinations of singers & enhance the ambiance dramatically. I never dreamed of this to happen, such great (and different singers) playing together with passion and an evident pleasure to perform & to communicate that to us (also I guess a very special moment for them as well as it was the last date of the tour?). It was very interesting to see Kari RUESLATTEN on stage for instance because few people had the chance to hear old great songs from 1995's "Tears laid on Earth" album in France, but also to hear some beautiful Norvegian folk song ("Trollferd") helped by Liv KRISTINE & a guy from the band playing with a strage electric cello (another highlight of the show), or even a great trip-hop track "Ride" (here "metallized" a bit-no complain!) from her solo career. Liv KRISTINE owns the stage very impressively, and Anneke VAN GIERSBERGEN becomes easily everyone's friend with such a smile & mood & charm !

Now I'm "just" hoping for an album from them and hopefully another tour next year, with a live recording? I also wanted to commend these 3 stars from being so gentle, available after the show for the fans and for everyone. It is not everybody who does that so naturally. Thanks, ladies, I love you ! -Thanks also, Santa, it was a beautiful gift they gave us...

 

 

***

 

Addendum (27/11/14) : Deux gros COUPS DE COEUR trÚs puissants, découverts récemment:

 

 Two recent favorite, discovered lately, but severely addictive for me,

looking forward to see them on stage:

 

 

L'un est Ă  la lisiĂšre du MĂ©tal et du Post-Rock (le groupe amĂ©ricain RUSSIAN CIRCLES) et l'autre, PORTAL (qui vient d'Australie) clairement dans le MĂ©tal extrĂȘme Ă  la fois technique et d'une ambiance hallucinante (sans parler de leur look insensĂ© sur scĂšne). Deux groupes assez diffĂ©rents, mais tous deux intenses et travaillant Ă©normĂ©ment leur son...Mention spĂ©ciale aussi pour les pochettes de ces deux disques, superbes et efficaces, donnant bien le ton du contenu:

RUSSIAN CIRCLES: Parmi plusieurs albums intĂ©ressants (dont l'Ă©clectique "Geneva" en 2009), j'ai Ă©tĂ© littĂ©ralement scotchĂ© (oui, je sais, c'est facile sur ce site, mais il fallait la faire Ă  un moment ou un autre!) par l'album trĂšs noir qu'est "Memorial" (2013), classable Ă  la fois dans le Post-Rock et dans une sorte de Post-MĂ©tal Ă  la ISIS ou EXPLOSIONS IN THE SKY, voire mĂȘme par moments NEUROSIS (avec parfois mĂȘme une poussĂ©e vers des rythmes et ambiances Death, comme sur le fantastique morceau "Burial") et trĂšs contrastĂ© malgrĂ© tout (oui, il y a aussi quelques moments calmes, entre Ambient et Prog). Ce qui me plaĂźt aussi c'est une certaine parentĂ© Ă©motionnelle (intensitĂ©) plus que vraiment stylistique avec GOD IS AN ASTRONAUT. L'album (instrumental) se conclut par un titre chantĂ© par une envoĂ»tante invitĂ©e, Chelsea WOLFE (dont je recommande aussi, au passage, l'album "Pain is Beauty"): 

Memorial

russian circles_memorial_2013_lp_330cp

 

 

PORTAL: Un groupe de MĂ©tal extrĂȘme (proche du Death Metal, mais aussi du Noise Metal, etc...) dĂ©jĂ  auteur de 4 albums plus "claustrophobes" les uns que les autres (mĂȘme si le dernier "'Vexovoid", de 2013, est "relativement" plus accessible), avec des textures incroyables, d'une grande noirceur, digne du "Mordor" (comme un internaute l'a Ă©crit un jour), il faut dire que leurs textes sont souvent inspirĂ©s de l'Ă©crivain H.P. Lovecraft. Une noirceur sans pareil (on pense parfois Ă  un improbable croisement entre MORBID ANGEL et BLUT AUS NORD) servie par un quasi-inĂ©dit jeu de textures, de trĂ©molos de guitares, de sur ou sous-mixage de certains instruments aussi (basse, batterie, par moments industriels), d'effets et de chants incantatoires aux paroles occultes, c'est ce qui Ă  mon sens est le plus impressionnant dans l'album "Outre" (2007):

Outre

portal_outre_2007_lp_330_cp

 

 

"GREG'S WHISKY GUIDE WARMLY RECOMMENDS":

 

PARMI L'ACTUALITE du DISQUE 2014 (voire 2013, ou mĂȘme avant), QUELQUES ALBUMS, SINGLES ou ARTISTES A SUIVRE RECOMMANDES PAR GREGS'S WHISKY GUIDE:

Dans cette sĂ©lection entiĂšrement refaite vous trouverez des albums de l'annĂ©e 2014, des albums dont la sortie est prĂ©vue cet automne 2014, plus quelques sĂ©lections de 2013 voire avant qui m'avaient Ă©chappĂ© jusqu'alors. J'ai cette fois dĂ©libĂ©rement mĂ©langĂ© les styles, de la pop la plus lĂ©gĂšre (enfin, quoique....) au mĂ©tal le plus extrĂȘme. Pas eu le temps en revanche de compiler mes dĂ©couvertes en musique classique, ancienne Ă  baroque, contemporaines et "world", mais l'on retrouve parfois des choses de cet ordre en filigrane dans la sĂ©lection ci-dessous:

AMONG SOME RECENT (or less) RELEASES, MY SELECTION/PLAYLIST:

 (First a selection of bands of various origins & styles, from Pop to Extreme Metal that impressed me recently -or in recent years-This selection do not include classical or medieval or contemporary or World music, but you may find some slight influences of these styles in the musics below):

 

-AGALLOCH: Album « The Serpent and the Sphere », 2014 (groupe de l'Oregon, Etats-Unis): Celestial Effigy

Style: "Progressive Black/Pagan Atmospheric Folk & Epic Metal", avec des passages acoustiques parfois. Remarquable.

-ALVVAYS: Titre « Archie, Marry me », album éponyme à venir, 2014 (Canada): Archie, Marry Me

Style: "Dream Pop"...J'adore ce mélange de Blondie et de noisy-pop sucrée remis au goût du jour.

-BIG DEAL: Album "June Groom", 2013 (Grande Bretagne), dont: Golden Light

Style: "Dream Pop/Indie Rock"...(par moments proche des Pixies, de Sonic Youth ou Pavement). Une révélation pour moi que ce duo, à suivre de prÚs...

-ELLA HENDERSON: Album "Chapter One", 2014* (*Ă  venir d'ici Octobre /Grande-Bretagne), dont: Ghost

mais j'attire votre attention plutĂŽt sur ses prestations live intimistes: Hold on, I'm going home/Love me again

Style: "Soul/Pop". L'ex-candidate de X-Factor triomphe sur la toile avec notamment de belles compositions qui sont pour moi bien plus fortes que leur version studio plus formatée, alors on ne peut pas passer à cÎté d'une telle voix.

-ENTHRONED: Album "Sovereigns", 2014 (Black MĂ©tal-Belgique), dont:-Plus de morceau disponible gratuitement.

-FEN: Albums "Epoch" (2011), ou "Dustwalker" (2013), Grande-Bretagne, dont le titre: Hands of Dust

Style: "Black Metal Avant-Gardiste"-J'ajouterais atmosphérique et assez marqué par le Post-Rock

-FURS: Titre « Just Kids » (singles, 2013) ou : Just Kids

Style : "Independant Rock". Joli mélange d'ambiances et intéressante chanteuse.

-HEIKE LANGHANS (ici dans son one-woman band LOR3L3I): Titre: The Tides of Oblivion

Style : "Dark Wave/Electronica/Ambient, etc...": Découvert presque par hasard cette artiste à la voix sublime en apprenant qu'elle allait remplacer Lisa Johansson dans le groupe de Gothic-Doom Métal suédois DRACONIAN. Bonne nouvelle ! Ce qu'elle fait est certes différent, mais l'apport de son univers, je l'espÚre en tout cas, rendra le groupe encore plus ouvert et fascinant...

-INTERPOL: Album "El Pintor" (sortie prĂ©vue d'ici l'automne, 2014), dont le titre: Ancient Ways

Style : "Independant Rock". Les New Yorkais reviennent avec, au vu de quelques titres sur youtube, un album typique mais audacieux (mix, compos) et qui devrait bien "donner" en concert ! Come here !

-J. MASCIS: Album "Tied to a Star" (Etats-Unis, 2014), dont: Wide Awake

Style: "Indie-Rock", avec un soupçon de "Grunge sentimental" (Jay Mascis est le leader de DINOSAUR JR). Irrésistible. Seul ou en groupe, Jay Mascis opÚre toujours avec bonheur, c'est un remontant sans pareil !

-MAR DE GRISES: Albums "Draining the Waterheart" (2008) et "Streams Inwards" (2010)  dont le titre suivant: Shining Human Skin 

Style: Cet étonnant groupe en provenance du Chili est classé dans le Doom Métal atmosphérique, mais il dépasse ce cadre à mon avis, ou plutÎt, comme d'autres groupes de ce style, s'ouvre vers de belles contrées progressives et ambient.

-MASTODON:  Album "Once More Round the Sun", 2014 (de Floride, Eats-Unis), dont: High Road

Style: "Post-Sludge/Hardcore Progressive Metal"/Ici vers un cÎté plus rock...TrÚs bon, et quel batteur !

-MORRISSEY: Album "World Peace is not your Business", 2014 (Grande-Bretagne), dont:

Earth is the loneliest Planet

Style: "Post-Indie/Pop"...on ne présente plus l'ancien leader de THE SMITHS, ici trÚs en forme...

-THE ROPES: Titres: The Man who refused to be born (2013) et: Black All Day, Bright All Night

Style: "Post-Indie/Pop". J'ajouterais avec un soupçon (plus ou moins fort) de "Dark Wave/Electronica". Excellent...

-SEPTIC FLESH: Album "Titan", 2014 (de GrĂšce), dont: Order of Dracul

Style: "Symphonic-Black/Gothic-Death Metal"-Ils sont devenus les maßtres en la matiÚre, avec une intégration réelle du classique symphonique (collaborant avec un orchestre de maniÚre suivie) dans l'écriture.

-ST. VINCENT: Album Ă©ponyme (Etats-Unis, 2014), dont: Rattlesnake

Style " Fusion Pop/Jazz" avec une touche expérimentale trÚs nette, mené par la talentueuse chanteuse et guitariste Annie Clarke

-SUNN O))) & ULVER: Album réalisé en commun "Terrestrials", 2014 : Terrestrials

Style: "Drone & Ambient Post-Black Metal", une collaboration exceptionnelle et planante avec les norvégiens d'ULVER.

-VALLENDUSK: Album « Black Clouds Gathering », 2013 (d'Indonésie), et le superbe: Among the Giants

 Style: "Atmospheric Post-Black Metal", avec des envolĂ©es mĂ©lodiques extraordinaires, une belle surprise.

 

 

 ***

 

 

BILAN des Meilleurs Moments et ARTISTES découverts lors d'émissions de Télé-réalité musicale en 2014 (en bref/Selection):

SUMMERIZING Some Interesting MUSIC Reality-TV Shows BEST discovered ARTISTS in 2014 (Short Selection):

Quelques uns des artistes (le plus souvent des auteurs-compositeurs-interprÚtes, mais pas toujours) qui m'ont particuliÚrement touché dans différentes émissions (The Voice UK, The Voice Australia, X Factor USA, etc...). En voici quinze (cliquez sur les titres/direct link on tracks):

 

-ANNA McLUCKIE, et son extraordinaire reprise Ă  la harpe celtique de Daft Punk :  Get Lucky

-ALEX & SIERRA et leur touchante reprise de "Say Something" ou encore "Toxic":  Say Something

-AMELIA O'CONNELL et son Ă©blouissante reprise de Leona Lewis: The First Time I Ever Saw Your Face

-ELISE BAKER et son excellente et si apaisante reprise de Taylor Swift: Safe and Sound

-EMILY ADAMS et sa parfaite et vibrante reprise d'Etta James :  I'd rather go blind

-EMILY REX et sa reprise d'une chanson issue d'une B.O. de film de Tim Burton: Pure Imagination

-GABRIEL & CECILIA, et leurs audacieuses harmonies sur cette reprise et d'autres: Titanium

-JOHN LINGARD et sa trÚs professionnelle interprétation du titre de Vance Joy: Riptide

-SOPHIE MAY WILLIAMS, délicieusement jazzy et sensuelle sur le titre de Cindy Lauper: Time after Time

-LEE GLASSON et son improbable mais sublime reprise de Kylie Minogue: Can't get you Outta my Head

-LIONEL COLE et son timbre charmeur jazzy en diable sur un classique: Unforgettable

-LEVERGNE SCOTT-ROBERTS et sa reprise trĂšs pure de la talentueuse artiste Ellie Goulding: Explosions

-RACHAEL O'CONNOR (qui n'a que 16 ans!) reprenant brillamment le "Clown" d'Emili Sande: Clown

-ROBBIE BALMER et la sensibilitĂ© avec laquelle il chante du Bonnie Raitt: I can't make you love me

-SALLY BARKER et son Ă©mouvante reprise de Nina Simone: Don't let me be misunderstood

 

 

Et aussi (and also):

 

-NERINA PALLOT et son dernier album intitulé "Year of the Wolf" (2011). Cette fantastique chanteuse possÚde une technique et un timbre incroyable, voir ses titres live et en acoustique...et sa reprise au piano/voix de "Love will tear us apart" de Joy Division est brillante... Put your Hands up

 

-ULCERATE et, parmi les trois excellents derniers albums de ce groupe nĂ©o-zĂ©landais, l'album que je conseille le plus, intitulĂ© "The Destroyers of All" (2012). Attention, musique extrĂȘme, alors Ăąmes sensibles s'abstenir (ou non, affaire de point de vue!) et surtout attention....chef d'oeuvre...combinant le meilleur du Death metal contemporain brutal & technique, dissonances contrĂŽlĂ©es incluses, celles d'un Immolation, par exemple, avec le meilleur du Post-rock & Post-Hardcore planant et torturĂ© d'un Neurosis, spĂ©cialement... Le rĂ©sultat de cette intelligente fusion est bluffant: Complexe, intense, subtil et urgent comme pas deux, flamboyant et Ă©pique, atmosphĂ©rique et essentiel...C'est 19/20 (et pas moins) pour moi! Une des plus grosses claques de ces derniĂšres annĂ©es, tous styles confondus...Pour ceux que cela intĂ©resse, voici l'album: The Destroyers of All, Full Lp 2012

 

-M.I.A. et son nouvel album intitulĂ© "Matangi". La chanteuse anglaise d'origine tamoul mĂȘle toujours de maniĂšre fascinante (mais certes parfois aussi pas trĂšs digeste) et sensuelle culture musicale indienne & rythmes occidentaux Ă©lectroniques ou Ă©lectriques en tout genre... Warriors

 

-STEPHEN MALKMUS & THE JICKS: L'ancien leader du fabuleux groupe PAVEMENT revient avec "Wig Out at Jagbags" (2014), un album dans lequel on retrouve ici ou là la magie d'antan et au delà les qualités atypiques de songwriter du bonhomme avec son nouveau groupe toujours bien en place. Houston Hades

 

-WARPAINT, groupe féminin de rock indépendant, entre dreampop et shoegaze, impressionnant par son ancien EP "Exquisite Corpse" (2009) revient avec un nouvel album éponyme (2014), envoûtant. Elephants

 

-ST VINCENT, un groupe que je découvre à peine, mené par l'étonnante Annie Clarke, chanteuse et guitariste, qui propose un rock riche d'influences multiples et original, notamment dans l'album "Strange Mercy" (2011). Voici une superbe session enregistrée par leur label 4AD qui donne une idée de leur travail (enregistrée en 2011):

4AD Session (Chloe in the afternoon/Surgeon/Strange Mercy/Year of the Tiger)

 

 

 ***

 

 

Un BILAN des Meilleurs Moments et ARTISTES découverts lors des émissions de Télé-réalité musicale de 2013:

SUMMERIZING Some Interesting MUSIC Reality-TV Shows, BEST discovered ARTISTS in 2013:

Souvent dĂ©criĂ©es, et avec raison pour partie (la scĂ©narisation de l'Ă©motion des candidats, du jury et du public, l'importance du look plus qu'on ne le dit au delĂ  des auditions Ă  l'aveugle, dans la 2Ăšme partie, etc...sans parler de la dominante soul, r & b, hip hop, dance, pop souvent rĂ©cente qui laisse peu de place Ă  d'autres styles ou pĂ©riodes de musiques-c'est aussi le goĂ»t majoritaire des diffĂ©rents jurys-la preuve en est malheureusement la scandaleuse non-sĂ©lection de Bronwen LEWIS-voir plus loin), ces Ă©missions ont tout de mĂȘme le mĂ©rite de nous faire dĂ©couvrir parfois de rĂ©els talents, qui pour certains sont dĂ©jĂ  des auteurs-compositeurs en quĂȘte d'un contrat avec une maison de disques, et pour les autres ont simplement un besoin de reconnaissance de leur talent (je ne parlerais des mauvaises raisons pour s'y prĂ©senter ici, cela peut exister aussi). Ainsi c'est avec plaisir que j'ai suivi sur internet un des  2 ou 3 concours les plus pointus de ces concours Ă  mon sens (le concours français Ă©tant pour moi relativement dĂ©cevant), Ă  savoir le concours "The Voice", mais surtout dans les versions "U.K." et "Australia". Un autre concours que je trouve Ă©galement intĂ©ressant, par exemple, est le concours "X Factor U.K. " (plus dur pour les candidats car ils auditionnent face au jury et au public (plus visible, plus nombreux). Je ne pouvais pas commencer l'annĂ©e sans faire part de mon admiration pour certains artistes que je vous encourage Ă  dĂ©couvrir ici (j'ai mĂȘlĂ© les concours 2012 et 2013):

 

1/ En premier lieu, sans aucun doute, la chanteuse, guitariste et auteur-compositrice folk-pop Célia PAVEY (Australie) qui m'a littéralement époustouflé par son talent, les "couleurs" de sa voix et son large registre, via plusieurs reprises (celle de Gorillaz est incroyable) et notamment par celle de Simon & Garfunkel de "Scarborough Fair". Je dirais enfin que selon moi elle aurait du gagner ce concours:

Scarborough Fair

2/ Puis parmi les autres vidéos de cette chanteuse, Célia PAVEY, qui a fort heureusement été signée par une maison de disques entre temps (je n'ai pas encore pu en avoir un aperçu significatif, le disque étant déjà épuisé chez certains vendeurs en ligne, mais j'ai cru déceler des soucis de production assez commerciale masquant un peu son talent), j'ai été touché par la prestation de Célia qui chante ici avec sa soeur sur le morceau suivant, "Bloom", une reprise de The Paper Kites, reprise qui pour moi, de par son naturel, "home made" et son esprit à la fois joyeux, mélancolique et trÚs frais, vaut tout l'or du monde:

Bloom

3/ J'ai aussi beaucoup aimé la voix chaude et la sensibilité de la gagnante du concours anglais ou "The Voice U.K." si vous préférez, de cette année, à savoir l'irlandaise Andrea BEGLEY, voici donc une de ses plus belles prestations (la premiÚre!), reprenant "Angel" de l'éblouissante Sarah MacLachlan:

Angel

4/ Une des finalistes Ă  ce mĂȘme concours, irlandaise elle aussi, Leah McFALL, s'est par ailleurs distinguĂ©e par sa technique spectaculaire et sa palette trĂšs large, et on lui souhaite vraiment le meilleur (ici sur "Lovin' you"):

R.I.P.

5/ L'annĂ©e prĂ©cĂ©dente, le concours "X Factor U.K." 2012, avait Ă©tĂ© marquĂ© par une vraie dĂ©couverte, celle d'une anglaise de 16 ans nommĂ©e Ella HENDERSON, dont j'ai beaucoup aimĂ© la sincĂ©ritĂ©, l'engagement et le parcours... au delĂ  de son audition, sa reprise de "Rule the World" de Take That est pour moi tout simplement "stellaire" (je vous laisse dĂ©couvrir les autres reprises et mĂȘme une composition personnelle sur youtube):

Rule the World

6/ Par ailleurs, pour ne pas ĂȘtre trop long sur le sujet, cĂŽtĂ© masculin, il nous faut souligner la trĂšs belle prestation (et transformation un peu aussi) de l'anglais James ARTHUR, gagnant du concours "X Factor U.K." 2012, qui de reprises en reprises Ă  montrĂ© une Ă©motion forte et un cĂŽtĂ© Ă©corchĂ© vif qui ne doit pas masquer l'originalitĂ© de sa dĂ©marche mixant plusieurs styles, la preuve cette splendide reprise du mĂ©ga-tube de No Doubt, "Don't Speak", qui ne s'avĂ©rait Ă  priori pas Ă©vidente Ă  reprendre au masculin. (Je conseille Ă©galement la reprise de "Hometown Glory" d'Adele ou encore "Sweet Dreams" d'Eurythmics):

No Doubt

Hometown Glory

 

Enfin, en guise de post-scriptum, des candidates non sélectionnées, ou qui ne sont pas allées assez loin à mon avis dans ces durs concours, histoire de rendre justice à leur talent:

7/ La celtique et envoûtante voix de la chanteuse galloise Bronwen LEWIS, 19 ans, chantant alternativement en gallois et en anglais "Fields of Gold", candidate malheureuse (non sélectionnée!) de "The Voice U.K." 2013, mais qui a je crois signé un contrat avec une maison de disque depuis, suite à sa magnifique prestation que voici. Je lui souhaite vraiment bonne chance :

Fields of Gold

8-9/ Un de mes autres coups de coeur (Ă  tout point de vue), Alice FREDENHAM, 28 ans, et sa voix chaude et sensuelle, "vintage" dirais-je mĂȘme, lors de ses deux prestations (fragiles mais trĂšs belles) d'abord Ă  "The Voice" puis Ă  "Britains got talent":

Lady is a Tramp

My Funny Valentine

 

 Comme on ne peut pas tout citer, quelques derniers noms....mais la liste est non exhaustive...

-Abi SAMPA (et son Ă©tonnant & excellent apport de musique indienne dans la pop anglaise)

-Ash MORGAN (et son coeur gros comme ça sur par exemple sur "Never tear us apart"...)

-Emma JADE GARBUTT & Mike WARD, deux différents artistes, concurrents, mais tellement bien assortis lors

des "Battles", pour un combat qui a abouti davantage Ă  un magnifique duo "country" sur "Landslide" de Fleetwood

Mac. Le voilĂ  : Landslide

-Leanne JARVIS (et sa superbe reprise de "Alone" de Heart, notamment, ou "Where have you been")

-Liam TAMNE (reprenant brillamment le difficile "This woman's work"...de Kate Bush)

-RAGSY (notamment sur "Starlight" de Muse ou sur "Local boy in the photograph" des Stereophonics)

-SMITH & JONES (trĂšs sympathique duo avec reprise trĂšs fraĂźche de "Candy"...), et j'en passe...

 

Signalons tout de mĂȘme le trĂšs bon niveau de The Voice Australia dont je soutiens la gagnante 2012,

la formidable et originale Karise EDEN...ici : It's a Man's World 

ou encore les belles voix de Kelsie RIMMER et Brittany CAIRNS que j'espÚre vite ré-entendre !

 

Bien sûr je ne peux passer sous silence l'extraordinaire prestation et parcours d'Andreas KUMMERT

dans "The VOICE of GERMANY" (gagnant en 2013), voici son audition (une reprise d'Elton John):

Rocketman

 

PS: DĂ©solĂ© je ne parlerais pas des versions françaises de ces Ă©missions (pour des raisons trop longues Ă  expliquer, disons qu'entre autres elles me paraissent souvent moins intĂ©ressantes (et sans le panache des Ă©ditions anglo-saxonnes), ce sans prĂ©juger d'Ă©ventuels talents qui pourraient s'y produire (et j'en ai entendu, mĂȘme si personnellement, si j'avais Ă  appuyer sur le fameux bouton, je ne l'aurais fait qu'une fois sur 3, voire sur 5 environ par rapport aux Ă©ditions anglo-saxonnes).

 

***


 

 *Morceaux choisis du moment (sĂ©lection 21/10/13) / First current PLAY LIST :

 

Je n'ai pu découvrir que peu de nouveautés pour le moment, sachant que je découvre encore des choses datantde 2012...(voire d'avant, bien entendu) alors voici juste quelques références pour vous en attendant de pouvoir y consacrer plus de temps, charge pour vous de chercher les liens:

 

-GOD IS AN ASTRONAUT (dernier album « Origins », 2013), un de mes groupes favoris (quasi-instrumental) qui nous revient en forme, avec un album plus électro-métal tout en demeurant trÚs atmosphérique et post-rock, dont les titres "Calistoga", Spiral Code", "Transmissions", "Red Moon Lagoon".

-BLUE FOUNDATION (album « Life of a Ghost", 2007), dont "Eyes on Fire", ou "Ghost" ou sur l'album "Sweep of Days", plus rĂ©cent, ou figure "Sweep", qui nous montre le groupe danois Ă©voluer quelque part entre Hooverphonic et New Order...ou encore l'envoĂ»tant morceau "Bonfires" et sa discrĂšte trompette jazzy....et j'en passe. Ce n'est pas une nouveautĂ©, certes, mais il y a lĂ  par moments de jolies choses pour un groupe que j'ai dĂ©couvert par hasard il y a peu. De la dream pop  et du rock Ă©thĂ©rĂ© au dĂ©but, puis du trip-hop mĂȘlĂ© Ă  cela...devenant plus Ă©lectronique avec le temps. Un groupe avec une chanteuse (Kirstine Stubbe TeglbjĂŠrg) Ă  la voix sublime...Je suis sous le charme, je dois dire !

-SATYRICON (dernier album éponyme, 2013) ou l'on retrouve le groupe de black-métal norvégien évoluer encore un peu dans leur style récent (qui n'a pas plu à tous leurs fans, mais à moi, si), aprÚs le superbe "Age of Nero" qui date déjà de 2008. Le dernier album oscille entre parties atmosphériques, d'autres plus typiques du style récent puissant, black-death, et puis il y a "Phoenix", cette perle étonnante, déconcertante à la premiÚre écoute, mi-ballade, mi-hymne métal-pop ou le chanteur Satyr (qui fait du chant clair ici!) sonne comme....Nick Cave, si, si ! Je ne vois pas d'autre comparaison ! Mine de rien, c'est chouette...et fait preuve d'ouverture dans un genre parfois fermé.J'aurais pu aussi parler de l'album d'Enslaved "Rittir"....à suivre.

 

 

*Morceaux choisis de 2 listes prĂ©cĂ©dentes (sĂ©lections des 17/05/12 & 08/13) :

Previous PLAY LIST Selected excerpts:

 

-BEACH HOUSE (album « Bloom”, 2012) dont les titres : « Myth», “Wild”, “Lazuli”, “The Hours”, “Wishes”.

-CRYSTAL CASTLES : (album « III Â», 2012), dont : « Kerosene Â», « Plague Â», « Insulin Â»,  Transgender Â», « Affection ».

-CYNIC (EP ”Carbon-Based Anatomy”, 2011), le EP entier mais bien sĂ»r d’abord le titre Ă©ponyme


-DARK DARK DARK (album « Wild Go Â», 2011), dont "Hear me", "Tell me", "Who needs who".

-GOD IS AN ASTRONAUT (album « God is an Astronaut Â», 2008), dont "Echoes", "Shadows", "Shores of Orion".

-GOJIRA (album « L’enfant sauvage”, 2012), par exemple le titre Ă©ponyme


-INTERPOL  (album « Interpol Â», 2010), dont les titres : « Success Â», « Lights Â», "Safe without", etc


-KLAXONS (album « Surfing the Void Â», 2010), dont "Echoes", "Flash over", "Twin flames", "Extra-astronomical".

-LANA DEL REY (new track from “Paradise” edition of “Born to die” LP, 2012) “Gods & Monsters”.

-LYKKE LI (album “Wounded Rhymes”, 2011) : « I Follow Rivers Â», “Love out of Lust”, "Unrequited love".

-OM : (album « Advaitic Songs Â», 2012), par exemple « State of non-return Â».

-SATYRICON: (album « The Age of Nero Â», 2008), dont “Black Crow is a Tombstone”, “The Sign of the Trident”.

 

*Artistes sous-estimés ou disparus-2000/2013:

Underestimated BANDS -departed or still existing:

 

-BROADCAST (albums “Haha Sound”, 2003 ; EP “Pendulum”, 2003 ; album “Tender Buttons”, 2005)-n’existe plus †)

-CATLEYA (album “II”, 2010) dont : « Puisqu’on est lĂ  Â», « A ton Alarme Â», « Les GĂ©ants Â».

 Aujourd’hui deux des membres fondateurs ont crĂ©Ă© un side-project nommĂ© « HI COWBOY Â» (album Ă  venir-voir leur site).

-GOD IS AN ASTRONAUT (album « God is an Astronaut Â», 2008)

-TEARWAVE (album “Different Shades of Beauty”, 2008)

-THE ANGELIC PROCESS (album “Weighing Souls with Sand”, 2007- n’existe plus, suite au dĂ©cĂšs du guitariste-chanteur)

 

*FAVORIS de la derniÚre Décade (sélection par roulement)-2000/2010:

DECENIAL FAVORITES

 

-JAGA JAZZIST: Album « What we must Â», 2005, dont le titre “All I know is Tonight”.

-E.S.T. : Album “Leucocyte”, 2008, dont le morceau de la suite Leucocyte : « Ab Initio Â».

-IDAHO : Album « Levitate Â», 2001.

-OPETH : Album « Blackwater Park Â», 2001.

 

*BEST ALBUMS OF 2012 / Albums de l’annĂ©e 2012 Ă  retenir (sĂ©lection):

 

1-BEACH HOUSE (album « Bloom”, 2012) dont les titres : « Myth», “Wild”, “Lazuli”, “The Hours”, “Wishes”, etc


2-SANTIGOLD (album “Master of my Make-Believe”, 2012) dont “Disparate Youth”, “God from the Machine,” etc


3-EVOKEN (album “Atra mors”, 2012) dont le titre : “”Descent into chaotic dream”, etc


4-CRYSTAL CASTLES : (album « III Â», 2012) dont : « Kerosene Â», « Plague Â», « Insulin Â»,  Transgender Â», etc...

5-ULCERATE: (Album "The Destroyers of All"), dont...tous les titres (c'est presque un concept album)

 

*BEST TRACK OF 2012 / Titre de l’annĂ©e 2012 Ă  retenir (sĂ©lection):

 

-LANA DEL REY : « Born to Die Â» (de l’album du mĂȘme nom, 2012).

 

 

*OLDIES But GOODIES / Ces bons vieux morceaux ou albums

(sélection par roulement-toutes époques) -en cours de mise à jour (updates to come):

 

-Alfred DELLER chantant les titres de diffĂ©rents auteurs (dont John Dowland) suivants sur l’album « The THREE RAVEN Â» : “I Will Give my Love an Apple”, “Heigh Ho, The Wind and the Rain”, “Lord Rendall”, et tant d’autres


*Guillaume DE MACHAUT, Guillaume DUFAY, Claudio MONTEVERDI, Cipriano DE RORE, Gilles BINCHOIS, Josquin DES PRES, William BYRD, Johannes OCKEGHEM, John DOWLAND, Jean-SĂ©bastien BACH, etc...

-ABBA : L'album "Voulez-vous" (1979), un des premiers vinyles que j'ai achetés...

-BLONDIE : Presque tout (almost everything!) et notamment mon album favori "Eat to the Beat", 1979.

-BJORK : Beaucoup de choses, et la démarche globale. Quelques titres : "Unravel", "The Anchor Song", Joga".

-COCTEAU TWINS : Album “Victoria Land’, 1986.

-CURVE : Album « DoppelgĂ€nger Â», 1992, dont le titre « Lillies Dying Â».

-DEAD CAN DANCE: Album "Within the Realm of a Dying Sun", 1987

-DINOSAUR JR: Album “You’re living all over me”, 1987.

-HELIUM VOLA : Double-album “FĂŒr Euch, dir ihr liebt”, 2009.

-JOHNNY CASH: Album “American IV”: The Man comes Around”, 2002 (dont le titre Ă©ponyme).

-JOY DIVISION : Tout
(everything!)

-KATE BUSH : Tout
(everything!)

-KING CRIMSON : Album “Red”, 1974, dont le titre & chef d’oeuvre absolu “Starless”.

-MAZZY STAR: Album “Among my Swan”, 1996).

-PAVEMENT: Album “Slanted and Enchanted”, version remasterisĂ©e et augmentĂ©e (1992/20..).

-RIDE: “Nowhere” (remastered & extended), 1990/2001.

-SAINT VITUS: Album « Born too late Â», 1986.

-SCORPIONS : De 1972 Ă  1984, dont les albums "Fly to the Rainbow", "In Trance", Tokyo Tapes", "Love Drive"

-THE GATHERING: Album “Souvenirs”, 2003.

-THE PIXIES: Album : "Doolittle", 1989

-THE 3RD AND THE MORTAL : Album “Tears laid in Earth”, 1994

-THEATRE OF TRAGEDY : "Theatre of Tragedy", 1995

-TORI AMOS : Pas mal de choses... dont les albums "Little Earthquakes" (1992), "Scarlet's Walk" (2002)

-U.F.O.: Coffret “Chrysalis Years : 1973-1979”(5 CD), parution 2011.

 


Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop