BALLANTINE'S

BALLANTINE'S

 

Catégorie:

Maison d'assemblage : Blended-whiskies, mais aussi des  blended-malts

 

 

BALLANTINES_la_gamme

 

Pays :

Royaume-Uni, Ecosse

RĂ©gion:

Ecosse

Statut:

En fonctionnement

Date de Création:

1827

Propriétaire:

Groupe Pernod (division de Pernod-Ricard)

Production Annuelle:

58 millions de litres

Adresse Postale:

-voir leur site web: www.ballantines.fr

__________________________________________________________________________________________________________________________

Description:

La famille des whiskies Ballantine représente, avec Johnnie Walker, le mieux de ce que la distillation écossaise peut nous offrir : des whiskies de style spécifique (à part le tourbé). L’histoire remonte à 1827, bien avant que les blends, un tout nouveau genre à l'époque, ne soient connus et appréciés du plus grand nombre.  Ce whisky fut lancé suite à des tests de dégustation sur la clientèle des bars écossais.

C’est à 18 ans que George Ballantine a établi son épicerie dans le Cowgate à Edimbourg, après un apprentissage de 5 ans auprès d’un certain Andrew Hunter, marchand d’alcools et épicier. Bientôt George s'est mis à revendre du whisky, un alcool riche importé des Highlands. Son succès en moins de 4 ans a permis plus de standing au Candlemaker Row et puis, 5 ans tard, au South Bridge au cœur de la cité. Il comprenait bien la source principale de ses bénéfices, se décrivant désormais comme marchand de vin et épicier. L’ironie de sa promotion sociale était que l’on vendait de moins en moins de whisky aux classes très aisées, mais la vente au détail demeurait la base de son fonds de commerce.

George ne s’est marié qu’à 30 ans et a eu 3 fils: Archibald, George et Daniel. Avec leur arrivée à l’âge adulte, George père a décidé de faire mieux connaître son nom en fondant une filiale George Ballantine and Son à Glasgow tandis que George Ballantine and Sons continuaient comme marchands de vin et de thé dans les quartiers chics d’Edimbourg. A Glasgow, le vieux George Ballantine vendait toujours du vin mais se focalisait de plus en plus sur le whisky, un choix fort astucieux. Son négoce en vins l’a amené à vieillir le whisky dans des fûts de sherry permettant un degré d’uniformité intéressant. George est mort en 1891 mais son fils George et petit-fils, George, lui aussi, ont poursuivi le développement de la marque à Glasgow. Bientôt celle-ci s’est vue décerner un brevet de fournisseur de la reine Victoria et puis du roi Edouard VII.

La famille a coupé tous ses liens avec la marque, en vendant les affaires d’Edimbourg et de Glasgow à James Barclay et R. A. McKinlay en 1919. Ces derniers ont transformé George Ballantine and Son en société anonyme suivie d’expansion avec l’achat de James and George Stodart et la marque Old Smuggler.

Cette dernière devait se révéler merveilleusement prophétique. Sous la famille Ballantine, les ventes outre-mer étaient déjà florissantes mais, avec la Prohibition aux USA, elles devaient se multiplier au-delà des rêves les plus fabuleux. Bien que le whisky ne pût pas s’exporter aux USA, Barclay a assuré des livraisons fabuleuses vers Nassau et le Canada, les 2 points de passage principaux pour le trafic ! Souvent les photographies des prises par les douanes montraient des bouteilles de Ballantine’s.

Cependant, des contacts de l’époque ont évolué vers l’achat de la société par Hiram Walker-Gooderham and Worts de Toronto, propriétaire des énormes distilleries de Canadian Club et de Gooderham & Worts. La nouvelle entreprise constituait alors un tel poids sur le marché américain qu’elle a été forcée à réagir aux difficultés croissantes d’approvisionnement en grain et en malt. Harry Hatch de Hiram Walker a donc commencé par l’achat des distilleries de Miltonduff et de Glenburgie dans le Speyside, et il a construit une distillerie de grain, face aux tergiversations de Sir Henry Ross, président de Distillers.

L’imposante distillerie de Dumbarton a donc été bâtie pour fournir en grain la marque Ballantine que Hiram Walker cherchait à faire la plus exportée. Elle a été terminée en 1938, mais 1939-45 a empêché l’exportation des millions de cartons par an aux USA.

Dumbarton fournit encore le gros du grain à Ballantine’s, mais Inverleven, la petite distillerie malt des Lowlands construite dans son ombre, est silencieuse depuis 1992.

Aujourd’hui BALLANTINE'S a appartenu comme Hiram Walker à Allied Domecq, avant d'être rachetée par Pernod-Ricard en 2005. Chaque année, environ 5 millions de cartons sont vendus, faisant de BALLANTINE'S la marque la 3 ème marque la plus diffusée dans le monde, et la première en Europe.

LA GAMME :

BALLANTINE'S existe en version d'entrée de gamme plutôt populaire nommée Finest, composée de 40 whiskies (grains et malts), dont le coeur de l'assemblage est constitué des single-malts GLENBURGIE et MILTONDUFF.

Ensuite, le blend se décline en une version de 12 ans d'âge, qui a parfois été aussi nommée Gold Seal, puis 17 ans d'âge, 21 ans et 30 ans d'âge.

Certaines éditions limitées sont parfois réservées à des cavistes (ou chaînes de cavistes) en particulier. Ainsi, en France, les boutiques Nicolas (et parfois des boutiques de vente en ligne) ont vendu en fin d'année (notamment en 2011 & 2012) une édition limitée nommée simplement "Christmas Reserve", sobrement décorée et livrée dans un étui blanc.

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop