Editorial No 35

 

EDITORIAL No 35

 

« J o u r n é e   d e s   S p i r i t u e u x   F r a n ç a i s »

 

Texte mis en ligne le : 31/03/2021 - Mise à jour du : 31/03/2021

 

GREG’S WHISKY GUIDE

à l’honneur de participer à la première

JOURNEE DES SPIRITUEUX FRANCAIS

organisée ce Mercredi 31 Mars 2021

 

www.spiritueuxfrance.fr

 

 

0_jfds_visuel_horiz_av_desktop-scaled_red

 L'un des visuels officiels de cette campagne avec l'adresse internet de cette opération...

 

 

 Je suis honoré d’avoir été sollicité pour cette première JOURNEE DES SPIRITUEUX FRANCAIS, organisée par le bloggeur (via Instagram) Franck DI NAPOLY & le bloggeur & youtubeur Cédric FERREIRA de « So Whisky ». Pas moins de 150 acteurs de l’univers des Spiritueux Français (distilleries, maisons de négoce/affineurs, distributeurs, etc.) sont dans cet aventure incroyable qui regroupe plus de 500 participants au total, médias compris. Le Mercredi 31 Mars, tous ces différents acteurs, chacun à sa manière et dans sa spécialité, évoqueront un ou plusieurs spiritueux français, et/ou aspect de leur métier avec passion, sur les réseaux sociaux (Instagram étant le leader choisi comme étendard principal de cette journée, mais cela se passera aussi sur les autres réseaux, le cas échéant, comme pour moi, par exemple, qui ne suis pas sur ce média, sur Linkedin & Twitter, ou je relayerais ce message, ainsi qu’ici même & via une vidéo sur ma chaîne youtube.

Les OBJECTIFS de cette journée : Soutenir et mettre en avant les acteurs de la scène française des spiritueux, créer un rendez vous annuel, enfin organiser une journée de type « Black Friday » des spiritueux français, avec des remises exceptionnelles.

 

Pour en savoir plus : www.spiritueux.france.fr

 

 POUR CONTACTER directement ses ORGANISATEURS :

 

 Franck DI NAPOLY : franck@spiritueuxfrance.fr

 

Cédric FERREIRA : cedric@spiritueuxfrance.fr

 

 

 

 

GREG’S WHISKY GUIDE & cette journée :

 

Lors de cette journée et au-delà, je posterais sur les réseaux sociaux auxquels je participe, à savoir Twitter & Linkedin, sur mon site de whisky & sur ma chaîne Youtube des sujets ou instantanés pour sensibiliser le public français à la richesse de notre patrimoine en matière de spiritueux. Vous trouverez ci-dessous, pour ce qui me concerne, après un bref sujet intitulé « Le Saviez-vous ? », toute une série de liens, pour ce qui me concerne,vers des sujets liés au thème d’aujourd’hui :

 

 

 j.d.s.f._vignette_gs_modif_v2c_dd

 C'est assez naturellement que j'ai rejoint cette aventure, m'intéressant à de nombreux spiritueux. Voici une partie de ma collection...

et l'un des visuels de cette opération. Photo : © Grégoire Sarafian (autorisation de reproduction pour

promouvoir cette campagne & pour usage privé).

 

LIEN VERS LA VIDEO CORRESPONDANT A CETTE IMAGE ICI : VIDEO

 

 

 

LES SPIRITUEUX FRANCAIS : LE SAVIEZ-VOUS ?

 

 

ABSINTHE :

 

Spiritueux à base de plantes d’absinthe (surnommée notamment « La Fée verte »), prisée par les peintres impressionnistes (de Degas à Van Gogh, en passant par Manet, Picasso ou bien sûr Toulouse-Lautrec...), tout comme le gratin des écrivains de l’époque (Baudelaire, Hemingway, Joyce, Rimbaud, Verlaine...), il fut interdit en 1915. L’absinthe ou « grande absinthe » est une plante à fleurs composées de la famille des Astéracées et qui est connue pour ses vertus médicinales depuis l’Egypte Antique, vertus antiseptiques, toniques, anti-inflammatoire, ente autres vertus...L’essence de grande absinthe ou « thuyone »,  autrefois non régulée, lorsqu’elle était trop concentrée, était jugée responsable d’effets secondaires importants & est toxique à haute dose, mais il ne faut pas oublier que c’est d’abord son fort taux d’alcool, soit 75 % dans sa version ancienne, qui peut en être responsable en cas d’abus. Des chercheurs ont plus récemment dans le XX ème siècle, émis des doutes sur la toxicité légendaire de la thuyone, évoquant plutôt l’interaction avec d’autres substances contenus dans l’Absinthe (comme par exemple certains composés anisés) comme responsable des maux en question...Quoiqu’il en soit, les versions modernes de l’Absinthe sont, rassurez-vous, plus sérieusement régulées, mais, comme pour les autres alcools (voire davantage), son abus peut se révéler dangereux. Pour en savoir plus sur le mode de consommation recommandé pour l’absinthe, voir ici:

 L'Absinthe

 

 

0_jfds_2_absinthe_glasses

 Le rituel de la dégustation de l'Absinthe, avec la cuillère perforée & le morceau de sucre.

 

 

 

ARMAGNAC :

 

Issu de la distillation du vin des coteaux de Gascogne (Sud-Ouest) en une seule passe (une distillation), tandis que pour le Cognac c’est 2 fois, l’Armagnac, considérée comme probablement la plus ancienne eau-de-vide de France (700 ans) pouvait, par décret (Fallières, 1909) provenir de 10 cépages différents, mais de nos jours, 75 % provient de l’Ugni blanc, et le reste est réparti, éventuellement (car il existe des Armagnac mono-cépage) entre les 3 autres suivants : Folle Blanche, Baco (près de 20%) ou encore Colombard. Le distillat d’Armagnac, peut titrer entre 52% et 72%, mais il est bien souvent, par tradition, plus faible, entre 52% et 60%. Comme l’indique le B.N.I.A. (Bureau National Interprofessionnel de l’Armagnac), « Dès sa distillation, l'Armagnac est mis en vieillissement dans des « pièces » : des fûts de chêne de 400 litres issus pour l'essentiel des forêts de Gascogne ou du Limousin. Ces pièces sont entreposées dans des chais où la température et l'humidité sont importantes pour la qualité du vieillissement (...) ». Et « Les eaux-de-vie restent en pièces neuves jusqu'au moment où la dissolution des matières du bois est optimale. Elles sont ensuite transférées dans des fûts plus âgés pour éviter un goût de bois excessif et continuer leur lente évolution : les substances boisées s'affinent, des arômes de vanille et de pruneau se développent, le caractère « rancio » apparaît, et le degré alcoolique diminue progressivement par évaporation de l'alcool (c'est la « part des anges »). L'eau-de-vie prend une belle couleur ambrée puis acajou ». Pour en savoir plus, voir le site officiel du B.N.I.A.:

 L'Armagnac (B.N.I.A.)

 

 

 0_jfds_armagnac_darroze_1990_2013_48

L'un des plus beaux ARMAGNACS jamais dégustés, un DARROZE du Domaine de Bertruc de 23 ans d'âge,

mis en bouteille en 2013 au degré naturel. Photo : © Grégoire Sarafian (autorisation partielle de la reproduire comme indiqué pour la précédente photo);

 

 

 

BENEDICTINE :

 

Un jour, en 1863, à Fécamp, en Normandie (ou est encore située de nos jours le Palais de la Bénédictine, véritable palais aux multiples trésors construit par l’architecte Camille Albert, renfermant musée d’art ancien & contemporain, une ancienne bibliothèque & bien sûr la distillerie), Alexandre le Grand (non, ce n’est pas une blague, ni le même !), un négociant en vins, découvre un manuscrit datant de 1510 de près de 600 pages, écrites en Gothique par le moine Dom Bernardo Vincelli, essentiellement de la philosophie, mais, dans ses dernières pages, comprenant aussi des recettes de formules médicinales, dont celle d’un « élixir de santé » à base de 27 plantes & épices. Il mettra un an à la comprendre et à l’adapter pour en faire la « liqueur des moines bénédictins de l’Abbaye de Fécamp », et il construisit un palais autour de la distillerie qui ne fut terminé qu’en 1888. Par ailleurs, de nombreux artistes ont participé à la réalisation d’oeuvres publicitaires (ou indirectement liées) vantant la célèbre liqueur, que ce soit des peintres (Paul Gauguin, Henri Rousseau, dit « Le Douanier  Rousseau », Henri de Toulouse-Lautrec), ou des illustrateurs (Lopes Silva, Sem) ou les deux (Alphons Mucha, Albert Brenet). Pour en savoir plus, voir leur site:

La Bénédictine

 

 

benedictine_range_red_2d

 Sur cette photo officielle de la distillerie, l'on peut apercevoir les foudres et fûts de grande taille utilisés par la distillerie,

ainsi que les alambics en arrière-plan de la gamme de liqueurs de la maison.

 

 

 

CALVADOS :

 

Née officiellement au XVI ème siècle, selon le journal de Gilles De Gouberville (mais en 1884 officiellement), cette eau-de-vie issue de la distillation de cidre de pommes (jusqu’à 200 variétés différentes, en pratique plutôt la moitié) obtient son A.O.C. en 1942. Particularité : Il peut être distillé une fois ou deux fois (comme par exemple, obligatoirement, pour l’appellation « Calvados Pays d’Auge », soit environ 25 % de la production actuelle). Le Calvados peut aussi inclure dans sa fabrication du cidre issu de poires dénommé « Poiré », comme dans le « Calvados Domfrontais » (à chaque fois qu’un suffixe de région est accolé à « Calvados », les fruits doivent provenir de la région en question, mais pour le Domfrontais, la distillation peut être simple ou double et le vieillissement de trois ans minimum). Pour en savoir plus (ludiquement !), voir cet article de Whisky Magazine & Fine Spirits France en ligne:

Le Calvados

 

 

0_jfds_calvados_venerable_uncorked

 Pour parler de Calvados, il me fallait rendre hommage à Roger GROULT, qui n'est plus parmi nous aujourd'hui,

que j'ai eu la chance de rencontrer une fois et qui avait créé cette belle version de plus de 18 ans d'âge.

Photo: © Grégoire Sarafian (idem)

 

 

 

COGNAC :

 

Le Cognac, issu de la distillation du vin en 2 passes (2 distillations) produit principalement dans les Charentes, est très réglementé. Le B.N.I.C. (Bureau National Interprofessionnel du Cognac), veille à ses intérêts, mais aussi, lors de sa participation à des salons, à sensibiliser le public à ce spiritueux qui, pour 98 % de sa production, est exporté à l’étranger. Le B.N.I.C. représente 4 276 viticulteurs, 117 bouilleurs de profession et 283 négociants. 80 % du stock de Cognac est détenu par les négociants, mais 80 % de ceux-ci ne le mettent pas en bouteille eux-mêmes. A Noter que Les millésimes pour le Cognac étaient interdits jusqu’en 1988 ! Tout comme pour l’Armagnac (c’est un peu moins vrai pour le whisky, mais cela peut arriver, notamment après 40 ans passés dans le même fût), le vieillissement d’un Cognac peut être stoppé, au bout notamment de plusieurs décennies, afin de limiter l’influence du bois (son « extraction ») sur le distillat et être soit transvasé dans un autre fût (neuf ou usagé, traité ou non par brûlage/toastage), soit mis en sommeil (vieillissement stoppé) en grosses bonbonnes de verre dénommées « dame-jeanne ». Pour en savoir plus, voir le site du B.N.I.C. (lien ci-dessous) et mon reportage sur ma visite à deux maisons de Cognac en 2013 (lien ci-dessous également):

Le Cognac (B.N.I.C.)

 

 

 

cognacs_in_collection 1ad

 Même si les autres spiritueux sont minoritaires dans ma collection centrée d'abord sur le whisky, évidemment,

je suis heureux d'avoir cet éventail (certes encore modeste) de représentants du Cognac français. (Photo idem).

 

 

 

GIN :

 

A ce sujet dont je suis moins familier car plus récent (pour le gin français en tout cas), je ne peux que vous recommander un article pour La Revue du Vin de France qu’il a co-écrit avec Geoffrey Avé en 2020 (inclut une brève vidéo), car c’est l’un des plus grands spécialistes de spiritueux au monde, et il est français, j’ai nommé Alexandre Vingtier (j’ai eu la chance de l’interviewer pour ma chaîne youtube lors d’un direct en français, je vous conseille cette vidéo également). Je recommande également toute sa bibliographie: Il a écrit, entre autres, sur le rhum, et créé la revue « Rumporter ». C'est également un spécialiste de niveau mondial du whisky, du saké & et de bien d’autres spiritueux:

6 Gins français à découvrir (article)

 

 

 

0_jfds_citadelle_gin_44_red

Un Gin français, le CITADELLE de la maison FERRAND, plus connue pour ses Cognacs, bien typé de notre terroir.

Photo: idem

 

 

 

RHUM :

 

La popularité du rhum français n’est plus à démontrer, même si c’est évidemment le rhum blanc qui demeure le plus populaire, notamment pour l’élaboration de cocktails, mais il ne faut pas négliger le travail entrepris dans les Antilles Françaises pour élaborer du rhum vieilli en fûts (et notamment les régions ayant obtenu une A.O.C. comme la Martinique, ou une I.G.P. comme certains rhums de la Guadeloupe, de la Guyane ou de la Réunion). Le rhum français, lorsqu’il est conforme au cahier des charges strict de « Rhum des Antilles Françaises » de l’arrêté du 22/01/2015 paru au Journal Officiel le 28/01/2015, distingue 5 catégories de rhums (« blanc », « brun », « élevé sous bois », « vieux », « grand arôme ») et définit allant jusqu’à sa couleur et ses caractéristiques organoleptiques générales, ainsi que, bien entendu, comme pour les autres alcools, les additifs autorisés. C’est très complexe, aussi, je préfère vous renvoyer à cet arrêté, à télécharger en PDF sur un site officiel:

Le rhum (Cahier des charges de l'Indication Géographique Rhum)

 

 

 

 0_jfds_rhum_saint_james_xo_43

 Très peu de Rhums hélas encore dans ma collection, mais celui-ci de chez SAINT JAMES en Martinique en est l'un des meilleurs rapports qualité/prix !

Photo: Idem

 

 

 

WHISKY :

 

La date la plus importante à retenir, c’est 1987, et la sortie du premier whisky français (qui est breton), simplement nommé « Whisky Breton », et élaboré par la distillerie Warenghem en assemblant du whisky de grain (blé noir, rare) & de l’orge maltée produite par la même distillerie située à Lannion en Bretagne. Leur premier single malt sortira en 1998, et c’est là que l’histoire des autres distilleries commence vraiment...Suivront dans un premier temps d’autres distilleries bretonnes (GLANN AR MOR/G.A.M. & Kornog, mais aussi la C.W.W, leur maison de négoce, La Distillerie des MENHIRS/Eddu), puis CLAEYSSENS/Wambrechies (Nord) et Gilbert HOLL/Lac’Holl (Alsace) en 2000, Domaine MAVELA/P&M en 2001 (Corse), BERTRAND/Uberach en 2002 (Alsace), ROZELIEURES/Grallet-Dupic en 2003 (Lorraine), HEPP en 2005 (Alsace), et, depuis, bien d’autres, ainsi que des maisons de négoce ou affinage, mais j’aurais l’occasion d’en reparler cette année.

Même si mon sujet (celui dans le menu de gauche) n’est pas à jour depuis un moment (j’ai des soucis techniques avec ce menu et tout son contenu), plusieurs sujets français ont été publiés via le menu du haut, que ce soit à l’occasion de reportages sur des salons (ex. Whisky Live Paris, Cocktail Spirits), des dégustations thématiques ou des gros plans sur des distilleries (NORTHMAEN, WARENGHEM). Plusieurs vidéos y sont également consacrées sur ma chaîne et ce n’est que le début...

 

 

 

whiskies_fr_in_gs_coll_2ad

Un aperçu de ma collection de whiskies français, récemment étoffé, mais à la vitesse ou de nouvelles distilleries sortent de terre,

difficile à suivre ! Une période difficile cependant, vu le caractère souvent artisanal de ces distilleries, souvent liés à une activité

brassicole et j'espère qu'elles pourront la traverser sans trop d'encombres, et si cette opération peut y aider, tant mieux !

 

 

 

LIENS vers MON SITE internet & MA CHAINE YOUTUBE (par sujet) :

 

WHISKY :

 

Voici le lien vers une vidéo générale de présentation des whiskies français  (en français):

https://www.youtube.com/watch?v=Z6eVEqTAVEM&t=530s

Voici le lien vers le sujet sur mon site à propos de la distillerie NORTHMAEN (bilingue):

http://www.gregswhiskyguide.com/actualites/gros-plan-focus/279-gros-plan-no-4-sur-la-distillerie-northmaen.html

Voici le lien vers le sujet révisé en 2021 sur mon site à propos de la distillerie WARENGHEM (bilingue):

http://www.gregswhiskyguide.com/actualites/gros-plan-focus.html

Voici le lien vers ma vidéo consacrée aux blended whiskies de la distillerie WARENGHEM (en français):

https://www.youtube.com/watch?v=NuIKZM-kYCs&t=185s

Voici le lien vers un direct en vidéo sur ma chaîne Youtube avec l’affineur Aymeric ROBOREL DE CLIMENS :

http://www.gregswhiskyguide.com/actualites/gros-plan-focus.html

 

 

 

a.r.d.c._whisky_brut_d_amphore

La révélation en whisky français, et au delà, en tout cas pour moi, de l'année 2020, ce "Brut d' Amphore" (des amphores ayant contenu

du Cabernet Franc pour l'affinage-C'est un distillat de chez la distillerie HEPP) d' Aymeric ROBOREL DE CLIMENS, issu d'un remarquable

travail de sélection et d'élevage & affinage, fruit de l'expérience de 20 ans de celui-ci dans le domaine des vins, à Bordeaux. 

 

 

 

COGNAC:

 

Voici le lien vers le sujet sur mon site à propos de ma visite à Saintes en 2018, chez 2 maisons de Cognac, GROSPERRIN & VALLEIN-TERCINIER, et une brève visite à un producteur de Pineau des Charentes de la marque FRANCOIS 1er:

http://www.gregswhiskyguide.com/actualites/gros-plan-focus/238-gros-plan-no-2-voyage-au-pays-du-cognac.html

 

 

 

cognac_vt_sb_46

 Là encore un savoir faire issu de 5 générations pour ce Cognac de la maison VALLEIN-TERCINIER que j'ai eu la chance de visiter

il y a quelques années, une distillerie artisanale menée de main de maître par Catherine ROUDIER-TERCINIER, avec notamment

ce Cognac qui fait clairement de l'oeil aux amateurs de whisky, par sa présentation "qui coche toutes les cases".

 

 

 

TOUS SPIRITUEUX:

(avec un Bilan de 10 ans de Salon "Cocktail Spirits"):

https://www.gregswhiskyguide.com/actualites/2019-09-02-13-49-53/261-cocktail-spirits-2017.html

 

 

 

cns_2017_photos_red

 Ah, le bon vieux temps des salons, comme ils me manquent ! Ici l'incontournable salon "COCKTAIL SPIRITS" (2017)

et le non moins incontournable "Bar des Innovations" ou l'on pouvait déguster les nouveautés en matière de spiritueux (mais pas seulement), celles

soigneusement sélectionnées, de France comme de l'étranger.  Les personnes derrière le comptoir sont habituellement de véritables experts en la matière.

Un remarquable travail d'année en année depuis 2007 que ce salon organisé par Thierry DANIEL.

 

 

 

Enfin je vous engage à regarder en mode "recherche" sur mon site internet

les différents reportages consacrés depuis plusieurs années aux salons suivants :

"Whisky Live Paris", "Salon Club-Expert Dugas", salon "Cocktail Spirits", entre autres...

 

 

RAPPEL:

 Mon site de whisky: www.gregswhiskyguide.com

Mon compte Twitter: “Greg’s Art, Ideas & Whisky” (GregsWhiskyG)

Mon compte Linkedin : « Grégoire Sarafian »

Mon site d’ artiste peintre (dont un onglet whisky): https://www.gregoiresarafian.com/

 

 

Editorial No 34

 

 

 LE WHISKY JAPONAIS, HISTOIRE & Nouvelles REGLES :

(JAPANESE WHISKY: HISTORY & NEW REGULATIONS)

 

an_upd_edito_34_jap_wh 01

 

 

Sujet publié le : 20/02/2021-Mise à Jour du : 21/02/2021

First published : 20/02/2021-Updated : 21/02/2021

 

 

 

A NOTER/PLEASE NOTE:

La version anglaise de ce sujet, en résumé, ainsi qu’un aperçu de ma collection de whiskies japonais, sera visible à partir de ce jour en vidéo sur ma chaîne Youtube, voir lien ci-dessous :  

(The ENGLISH version of this topic, summerized, and an overview of my own Japanese whisky collection, will be available later on today in video on my Youtube channel, link below/PS : To find my tasting notes about some of these whiskies, please use the « Recherche » search mode-for instance "Whisky Live Paris" 2013 & 2014 reports for instance, or browse on the left Menu)

 

 

 an_upd_edito_34_jap_wh 9

 Lien VIDEO /Video Link

 

 

 1/ NOUVELLES REGLES CONCERNANT LA DEFINITION DU WHISKY JAPONAIS (Février 2021):

 

 

Ce mois-ci, la « Japan Spirits & Liqueurs Makers Association » ou JSLMA, a fait une annonce importante concernant les règles définissant l’étiquettage & la présentation du Whisky japonais (« Labeling Standards »). C’est l’équivalent, si vous voulez, de la « Scotch Whisky Association » (souvent citée par son abréviation « SWA ») concernant le whisky écossais. Ces nouvelles règles ont été instituées par les membres de l’association eux-mêmes, qui inclut des professionnels, incluant les deux plus gros producteurs (NIKKA & SUNTORY), afin de redéfinir ce qu’est le « Whisky Japonais », certaines pratiques depuis ces 2 dernières décennies en particulier, ayant jeté la confusion dans l’esprit du public, et le public néophyte en particulier (plus vulnérable aux astuces du marketing). En effet, les producteurs & négociants japonais, pouvaient jusqu’ici présenter, y compris en supermarché, des références avec étiquette arborant des calligraphies japonais et mentionnant « whisky japonais » ou « japanese whisky », alors qu’en réalité (voir plus loin une liste non exhaustive à ce sujet), il n’en était rien, pour la totalité ou une partie du contenu, les dites distilleries & assembleurs ou sociétés d’assemblage indépendantes, important des whiskies non japonais (souvent écossais & canadiens) en vrac, pour ensuite (avec ou sans affinage en fûts de type différents, et mis en bouteille au Japon) les présenter comme whiskies japonais.

C’est donc pour cette raison, après plus de 60 ans de « flou » dans la définition du whisky japonais (les premières règles datant des années 1950 s’attachant davantage à un contrôle qualité minimal et surtout sur la plan de la comptabilité & déclarations au fisc japonais, tout était possible, malgré les plaintes des consommateurs avertis & les mises en garde aux lecteurs de blogs ou abonnés de chaînes de whisky), que le conditionnement publicitaire des whiskies japonais sera dorénavant davantage contrôlé, la loi entrant en application le 1 er avril 2021, mais devenant obligatoire qu’à partir du 1 er Avril 2024.

 

 

 

an_upd_edito_34_jap_wh 7

La carte du Japon montrant, en blanc, les principales distilleries actives, et en noir celles qui sont fermées (merci à T.W.E. pour la photo).

 

 

 

QUE SONT CES NOUVELLES REGLES ? 

 

Voici, en résumé et traduit, l’essentiel du document divulgué par la « Japan Spirits & Liqueurs Makers Association » ou JSLMA.

Il est notamment stipulé que (Article 1, traduction personnelle depuis l’anglais) : « Le but de ces règles concernant les inscriptions sur les étiquetages de whisky japonais (ainsi qu’ils sont définis comme « Règles d’étiquetage ») est de répondre à des questions au sujet de l’étiquetage spécifique au whisky afin de contribuer au choix approprié de références de whisky japonais par le consommateur japonais & étranger, et, ce faisant, de protéger l’intérêt de ces consommateurs, en s’assurant que la compétition entre producteurs est loyale & dans un souci d’amélioration de la qualité ». NDLR: L’article veut donc éviter les confusions possibles entre ce qui est indiqué sur les étiquettes et le contenu des bouteilles.

 

Article 5, alinéa 1 : REGLES D’USAGE POUR LE TERME SPECIFIQUE DE WHISKY :

 

(…) Si la mention « Japanese whisky » ou « Japanese Whiskey » est utilisée sur une étiquette (et elle devra ne pas être séparée par d’autres mots ou accompagnée d’autres mots sur la même ligne), elle devra dorénavant répondre aux critères suivants:

1/ Ingrédients bruts: L’orge maltée doit être toujours utilisée, mais d’autres céréales peuvent être incluses dans la composition du whisky. (NDLR : Cette disposition semble exclure l’orge non maltée).

2/ Eau: L’eau utilisée pour la production doit être extraite du sol japonais. (NDLR : Sol, mer, ou fleuve, peu importe, mais il faut comprendre qu’elle ne devra pas être importée de l’étranger).

3/ Le lieu de production : location: La saccharification, la fermentation & la distillation doivent être réalisées dans une distillerie située au Japon. NDLR : Par saccharification, l’on entend l’opération de maltage (humidification de l’orge, pour aider à développer l’embryon qui détruira les parois solides du grain afin de libérer dans l’amidon l’enzyme dite « amylase » qui permet la transformation de l’amidon en sucre. Ce qui ressemble alors à une farine verra ses sucres extraits lors du brassage, par adjonction successives de différents bains d’eau chaude…).

4/ La Distillation: Elle doit être réalisée au maximum en dessous de 95 % d’alcool par volume. (NDLR : Elle est autorisée à maximum 94,8 % en Ecosse, mais concernant les singles malts, en alambic à repasse (« Pot Still ») elle dépasse rarement les 80 %, tandis que la distillation en colonne continue (« Column Still ») des single grains elle, peut les dépasser.

5/ Maturation: Le distillat doit être vieilli au Japon en fûts de bois n’excédant pas les 700 litres, et ce pour une durée minimale de 3 ans. (NDLR : Le fait important à retenir ici, au-delà des règles concernant la capacité en litres et la durée du vieillissement, identique à l’Ecosse, c’est surtout-grosse différence-qu’il n’est pas fait mention du type de bois, donc l’usage du chêne n’est pas obligatoire!).

6/ Conditionnement: La mise en bouteille doit se faire au Japon. (NDLR : Concernant le whisky écossais, dans le seul cas des blended whiskies, les producteurs sont autorisés à réaliser la mise en bouteille dans les pays concernés par les importations de ces whiskies, tandis que c’est interdit pour les single malts).

7/ Teneur alcoolique légale: Bottled spirit Le distillat mis en bouteille doit titrer au minimum 40% d’alcool par volume.

8/ Colorants: L’adjonction de caramel pur est autorisé. (NDLR : Concrètement, cela signifie que l’usage de l’essence de caramel-le plus souvent le E150a-est autorisé, comme pour les whiskies écossais).

NDLR : En pratique, certains producteurs devront changer soit la composition de leurs whiskies pour se conformer à ces règles, soit devront renommer leurs productions « Whisky » au lieu de « Japanese Whisky » (comme stipulé à l’Article 6), soit renoncer à être approvisionnés en alcool le cas échéant (négociants).

 

an_upd_edito_34_jap_wh 7b

Le TOGOUCHI "Premium" blended whisky, typiquement le genre de whisky (composé de grain canadien & de malt écossais) concerné par cette nouvelle régulation...

 

 

 

L’Article 3, alinéa 2 est également important:

 

Il précise que dans le cas ou le contenu de ces whiskies ne serait pas conforme aux méthodes de production décrites à l’article 5, il est interdit de faire usage des notions ou termes suivants dans le conditionnement du whisky :

« Noms de personnes évoquant le Japon ; nom de villes, régions, lieux célèbres, montagnes, rivières du Japon ». « Drapeau Japonais » ; « Nom d’ère de l’histoire du Japon » ; « Tout autre élément de conditionnement laissant entendre que le produit puisse satisfaire aux exigences décrites dans l’Article 5 ». (NDLR: Limite de l'exercice, je remarque que l'article 5 ne mentionne pas la calligraphie japonaise !).

Notons que le site de vente en ligne « Master Of Malt » fait état de la réponse du groupe NIKKA à ces nouvelles règles, réponse qui, en résumé, est celle-ci :

« Le groupe expérimente depuis sa création en 1934, dans sa production de whisky, différentes combinaisons de levures, temps de fermentation, méthodes de distillation, types de fûts & types de vieillissement ». (…) « La formule unique de chaque produit est créée par les assembleurs de NIKKA, en choisissant parmi la grande variété whiskies que conserve NIKKA, y compris des whiskies produits sur site & au-delà des mers, afin de parvenir à un profil de dégustation idéal. NIKKA WHISKY continuera à rechercher des goûts optimaux et ce avec constance. NIKKA WHISKY continuera à offrir une large gamme de whiskies avec un profil unique afin de satisfaire les amateurs de whiskies de par le monde. »

NDLR: NIKKA reconnaît l’usage régulier de whiskies étrangers (et l’on sait qu’il possède la distillerie écossaise BEN NEVIS et que celle-ci exporte vers le Japon 75 % de ses whiskies ou distillats purs), mais n’y renonce pas pour autant. Cela signifie donc qu’elle commercialisera certaines de ses références whiskies sans la mention « Japanese » accolée à « Whisky ». Il sera intéressant de voir ce que fera son concurrent direct, SUNTORY, qui lui possède 4 distilleries écossaises de whisky, mais aussi un certain nombre de distilleries irlandaises & américaines de whisky.

 

 

an_upd_edito_34_jap_wh 1

Le NIKKA "SUPER Rare Old" blended whisky, également concerné, par ces nouvelles règles, contient en partie du malt japonais, mais aussi du BEN NEVIS,

single malt écossais, mais là le résultat est bluffant. Si l'influence du BEN NEVIS est perceptible, celles des malts des 2 distilleries japonaises du groupe

également. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 

GREG’S WHISKY GUIDE vous donne quelques CONSEILS & MENTIONS, en conclusion :

 

Même si certains producteurs connus utilisent des whiskies non japonais pour réaliser notamment leurs blended whiskies (la catégorie la plus concernée par le problème à mon avis), si vous pensez que la qualité est généralement au rendez-vous, ne soyez peut être pas aussi radicaux en éliminant tout whisky japonais faisant appel en partie à des distillats étrangers, en revanche, personnellement aussi, ceux qui utilisent 100 % de distillat étrangers sont totalement coupables lorsqu’ils embouteillent un whisky sous l’appellation « Whisky Japonais », et lorsque, de plus, il s’agit de producteurs totalement inconnus, il me semble que le risque est plus grand de tomber sur quelque chose de très moyen, qui serait probablement moins cher en version écossaise assumée, par exemple. Donc, goûtez les si vous pouvez avant d’acheter (chez votre caviste, chez un ami, en allant à des dégustations, etc.), et renseignez vous sur la toile (forums, sites de critique de whiskies sérieux, etc....

Voici pour vous aider, une liste de marques de whiskies japonais susceptibles de contenir en tout ou partie des whiskies d’autres pays, liste que je choisis de diviser en deux, la première concerne les whiskies dont je suis convaincu, par recoupements, qu’ils ne proviennent pas d’une distillerie authentique du Japon (donc du négoce avec source inconnue), puis une liste de marques dont je sais qu’elles ont dans leur portefeuille au moins une distillerie authentique au Japon, et dont ils se servent pour alimenter ces blended whiskies ou blended malts. Bien entendu, ces listes sont non exhaustives :

 

1/ WHISKIES NON DISTILLES AU JAPON :

En fait, soit des « WORLD BLENDS » qui ne disent pas leur nom (whiskies de différents pays du monde, même si ce n’est que de 2 pays différents, comme le plus souvent l’Ecosse & le Canada), soit des whiskies (par exemple) d’Ecosse, qui sont en faits des « anonymes » ou « undisclosed » en anglais.

FUJIKAI, KURAYOSHI (Mondo Shuzo), KOMA GUJI, IWAI, TENJAKU, TOGOUCHI, TOKINIKA, YAMAZAKURA...

2/ WHISKIES EN PARTIE AU MOINS NON DISTILLES AU JAPON :

Il s’agit surtout les blended whiskies & blended malts, mais notez que toutes les références de ces marques ne sont pas concernées, certaines étant 100 % japonaises, alors que d’autres références du même groupe peuvent l’être, en revanche, et devenir alors des « WORLD BLENDS »). J’ai ajouté par ailleurs entre parenthèses les distilleries réelles qui les alimentent en single malt):

Certaines références assemblées de chez NIKKA (Yoichi & Miyagikyo distilleries), SUNTORY (Yamazaki & Hakushu distilleries), AKASHI (White oak distillery), HATOZAKI (Kaikyo Distillery), AMAHAGAN (Nagahama distillery), dont il est indiqué, avec transparence, pour une fois, qu’il s’agit d’un « World Blend ».

 

 

 

an_upd_edito_34_jap_wh 11

 Une partie de ma collection, ici les whiskies de grain et les blended whiskies, blended malts, les plus concernés à priori par le sujet,

même si tous les whiskies sur cette photo ne sont pas sourcés ailleurs qu'au Japon. Photo : © Grégoire Sarafian

 

 

***

 

 2/ HISTOIRE DU WHISKY JAPONAIS (1923-2021+) révisée en 2021 :

 

A NOTER : Pour trouver mes notes de dégustation sur un certain nombre de ces whiskies (notamment les single malts, mais pas seulement), merci de consulter les éditoriaux précédents (le cas échéant) et les entrées du Menu de gauche du site (même si je ne peux plus les modifier sans problème, d’ou cette mise à jour), ces elles contiennent nombre de notes de dégustation (n’hésitez pas à utiliser le mode « Recherche », même s’il n’est pas parfait, à cet effet…

 

INTRODUCTION :

 

Bien que certaines sources fassent remonter la création des premiers whiskies japonais au XIX ème siècle, c'est assez peu probable, car il s'agit davantage d'après mes sources d'assemblages de whiskies écossais importés puis mis en bouteille au Japon avec des noms japonais (déjà bien présents au XIX ème, suite aux échanges avec les premiers européens, des hollandais notamment), ceux-ci n’ayant que peu à voir avec les whiskies japonais d’aujourd’hui. Les essais ayant eu lieu à partir de l'année 1870 pour produire du whisky à partir de recettes locales et d'ingrédients uniquement locaux (à partir d'alcool de riz, de pomme de terre -alcool nommé "shochu"- ou encore de maïs) ayant apparemment échoué, les japonais se mirent alors en quête du savoir-faire étranger en la matière et écossais en particulier. Par ailleurs malgré l’hypothèse d’antériorité probable de la distillerie EIGASHIMA SHUZOU ou WHITE OAK, qui produit notamment le blended whisky AKASHI (celle-ci existait depuis 1888 & produisait d’autres spiritueux, mais n’aurait débuté la production de whisky vers 1919-une hypothèse contestée, mais qu'il me faut tout de même signaler-l'article sera modifié si confirmation), je m’en tiendrais donc ici à la version la plus communément admise, avec les réserves énoncées ci-dessus, faute de certitudes à ce sujet.

 

 

an_upd_edito_34_jap_wh 1d

Il nous est difficile d'avoir accès à prix raisonnable aux single malts de la distillerie WHITE OAK, aussi, voici un blended whisky qui en contient (dans sa version marquée par le sherry dite "Meïseï" disponible sur le marché français en flacon de 50 cl. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

***

 

 Les premiers whiskies japonais furent donc officiellement créés dans les années 1920 par deux hommes, Masataka TAKETSURU (né en 1895-mort en 1979) et Shinjiro TORII (né en 1878), associés dans un premier temps.

 

Masataka TAKETSURU, appartenant à une famille produisant du saké de longue date (depuis 1733), et un essai pour créer du whisky chez la société SETTSU SHUZO, entreprend en effet des études de chimie en Ecosse, en 1918, à l’Université de Glasgow, puis s’y marie avec une écossaise, Jessie Roberta COWAN, que l’on surnommera affectueusement plus tard « Rita ». Durant ce voyage, il sera amené à travailler dans plusieurs distilleries, dont notamment, d’après plusieurs sources, la distillerie LONGMORN, dans la région du Speyside, et dont la légende dit qu’il s’inspira de la forme de ses alambics pour concevoir ceux de sa première distillerie (YOICHI). Plusieurs sources mentionnent également son séjour sur la presqu’île de Campbeltown, ou il aurait bien étudié les alambics de la distillerie GLEN SCOTIA.

Une fois rentré au Japon, avec sa femme, en 1920, il se rend chez Shinjiro TORII, viticulteur à l’époque, et, grâce à ce qu’il a retenu du fonctionnement des distilleries écossaises, l’aide à ouvrir la première distillerie japonaise, dans la vallée de YAMAZAKI près de Kyoto, qui est aussi le nom choisi pour la distillerie (au sein de la société KOTOBUKIJA Group). Créée en 1923 (la première production est effectuée en 1924, elle dispose aujourd’hui de 12 alambics différents). Plus tard, Shinjiro TORII, désireux d’occidentaliser le nom de sa société, ajoutera le préfixe « sun » (clin d’œil à l’empire du soleil levant !) et transforme son nom en mettant un Y à la fin, ce qui donne «SUNTORY ».

 

 

 yoichi_dist_voy_h 65_comp

 L'emblématique couple co-fondateur du whisky japonais: Masataka Taketsuru, et sa femme Jessica Roberta Cowan, surnommée "Rita" (Photo : © Nikka).

 

 

 En 1934, Masataka TAKETSURU quitte l’entreprise pour fonder sa propre société d’abord nommée DAI NIPPON KAJU K.K., pqui sera ensuite abrégée en NIKKA, plus tard propriété du groupe de brasseurs ASAHI BEER GROUP. NIKKA et SUNTORY deviennent alors deux groupes économiquement rivaux : SUNTORY (situé près de Kyoto), dont les whiskies de la distillerie YAMAZAKI font depuis la moitié des années 2000 seulement tout juste leur entrée dans le marché japonais (YAMAZAKI est le premier single malt japonais diffusé largement, sur place, en 1984), puis, en 2000, dans le marché français des cavistes non spécialisés en whisky.

La distillerie YAMAZAKI a par la suite amplifié sa production de whiskies en construisant deux distilleries de grande ampleur, la première en 1973, HAKUSHU, dans les « Alpes Japonaises du Sud », puis une seconde, voisine, HAKUSHU HIGASHI, en 1981, avant de les réunir en une seule, HAKUSHU, qui devient alors une des deux ou trois plus gigantesques distilleries de whisky au monde, et la plus grande (pas moins de 24 alambics, de forme et à destination différentes) après celle de GLENFIDDICH, en Ecosse (28 alambics). Elle possède également une distillerie de grain nommée CHITA, dont un single-grain va être bientôt commercialisé en tant que tel. Signalons encore que le groupe SUNTORY est également propriétaire de 3 distilleries écossaises (4 depuis 2014) : AUCHENTOSHAN, BOWMORE, GLEN GARIOCH, puis, en 2014, le groupe SUNTORY se joint au groupe JIM BEAM au sein de leur filiale BEAM-SUNTORY qui comprendra désormais également les marques KNOB CREEK, BASIL HAYDEN, LEGENT élaboré en collaboration entre les deux master-blenders, le japonais Shinji FUKUYO & l’américain Fred NOE, le blend écossais TEACHER’S, les distilleries de malt LAPHROAIG, en Ecosse, COOLEY/KILBEGGAN, en Irlande, le blended whisky Canadien CANADIAN CLUB, et bien sûr les blended whiskies japonais du groupe SUNTORY que sont les HIBIKI & TOKI.

 

 

 

suntory_yamazaki_distillery_inside_jp_s

L'extraordinaire centre d'accueil (autrefois avec un nombre hallucinant d'échantillons exposés & un...alambic !) de la distillerie YAMAZAKI.

Merci à JapanJourneys.jp pour la photo.

 

 

 Shinjiro TORII, maître-distillateur et premier maîre-assembleur de SUNTORY:

 

Shinjiro TORII fait plusieurs essais, y compris avec des whiskies d’origine écossaise, avant de lancer en 1929 le premier whisky 100 % japonais, un blended-whisky nommé SUNTORY « SHIRO FUDA » (sa version actuelle est nommée « WHITE LABEL »), qui ne rencontrera pas le succès escompté, à cause de son goût trop prononcé, trop fumé, trop typé (et surtout trop écossais). D’autres blended-whiskies suivront, et c’est en 1934 avec le SUNTORY « KAKUBIN » (à la bouteille carrée) et qui existe toujours que Suntory rencontra enfin le succès, grâce à une formule d’assemblage prenant en compte réellement pour la première fois le goût japonais, en tout cas pour le plus grand nombre quelque chose de plus fin et plus équilibré, avec une apparence de légèreté. Dans les années 1980, le SUNTORY « ROYAL » (d'abord en version sans mention d'âge, en 1960, puis en 12 et 15 ans d'âge) était sinon le du moins l’un des tous premiers whiskies en terme de vente sur le plan mondial avec, dit-on, rien que pour le marché intérieur, plus de 15 millions de caisses vendues. C’est un remarquable blended-whisky d’une complexité rare, et qu’hélas on ne peut trouver en France.

 

 

suntory_royal_15_ans_blended_wh_43

Le SUNTORY "Royal" 15 ans (ici une version des années 1990/2000), un excellent blended whisky. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 LES PRINCIPAUX ASSEMBLAGES du groupe SUNTORY:

 

LES BLENDED-WHISKIES:

 

-Suntory « WHITE » (1929) -anciennement nommé « SHIRO FUDA »

-Suntory « KAKUBIN » (1934)

-Suntory « Torys WHISKY » (1946)

-Suntory « OLD »(1950)

-Suntory « GOLD »

-Suntory « RED »

-Suntory « SHIROKAKU »

-Suntory « ROYAL » (1960), lancé pour commémorer le 60 ème anniversaire du travail de S. Torii.

-Suntory « ROYAL » 12 ans et de 15 ans d’âge –voir la note de dégustation pour le 15 ans: cliquez ici

-Suntory « RESERVE » / -Suntory « CREST » 12 ans (1989)

-Suntory « HIBIKI » 12, 17, 21, 30 ans d’âge (référence créée en 1989 pour le 17 ans, mais le 12 ans d’âge est le dernier arrivé dans cette gamme, puisqu’il fut lancé en 2009 pour fêter le 110e anniversaire de Suntory. Il y avait aussi une version sans compte d'âge, la première exportée en France, et qui va être relancée de nouveau en 2015).

A Noter : « HIBIKI » signifie « Harmonie » et sa bouteille en forme de carafe possède 24 facettes faisant référence à la fois aux 24 heures d'une journée et aux saisons de l’ancien calendrier lunaire japonais.

 

 

suntory_hibiki_21_ans_43_comp

Le SUNTORY "HIBIKI" 21 ans d'âge,43 %, l'un des plus beaux whiskies japonais dégustés à ce jour par votre serviteur.

 

 

 

LES BLENDED-MALTS:

Apparemment, dans le passé, SUNTORY, beaucoup moins connu que NIKKA pour ses blended-malts en a produit cependant quelques-uns, voici les rares références que j'ai pu trouver de ces versions...

-Suntory « PURE MALT », 43 %

-Suntory « HOKUTO MALT whisky », 50,5 %

-Suntory « ZEN-PURE MALT whisky », 40 %

 

 

LES SINGLE MALTS:

 

Pour des raisons de place, je ne reviendrais pas ici en détails sur l'offre en single-malt passée du groupe SUNTORY (voir les entrées spécifiques dans le menu de gauche et dans une Masterclass que j'avais suivie il y a quelques années, lien ci-dessous). L'offre actuelle, hors quelques rares éditions limitées depuis la pénurie en whiskies âgés de 2015, se résume à une référence par distillerie, YAMAZAKI & HAKUSHU, versions nommées "Distiller's Reserve", sans compte d'âge.

 

 

 /an_upd_e_hakushu_12_ans_2013_43_comp

Le regretté 12 ans d'âge de la distillerie HAKUSHU, encore trouvable, mais un peu cher, finalement bien meilleur que son remplaçant, avec son côté minéral, vert, mais aussi finement tourbé. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 
 
 

Masataka TAKETSURU, le co-fondateur du Whisky Japonais & le maître-assembleur de NIKKA :

 

Quant à la société NIKKA (Nikka whisky distilling & co ltd), elle produit tant des blends et des purs malts que des single-malts. Une première distillerie, YOICHI est construite en 1934, sur l’ïle d’HOKKAIDO, par Masataka TAKETSURU, ce qui en fait la distillerie située la plus haut nord du Japon, et par exemple, située sur la même latitude que Toronto ou Vladivostok ! Le premier whisky commercialisable par la distillerie date donc de 1940. Au cœur d’une forêt proche dans l’esprit de TAKETSURU de celles du Speyside, malgré son éloignement de la capitale Tokyo, et du climat parfois rigoureux, la distillerie a comme particularité, outre de disposer depuis de sa propre tonnellerie et de pouvoir utiliser de l’eau de source et de la tourbe locale.

De plus, ses 6 alambics sont chauffés au charbon, à l’ancienne, c’est à dire à l’Ecossaise, là ou la quasi-totalité plupart des distilleries d’Ecosse ont abandonné ce mode de chauffe au profit de celui plus neutre de la vapeur d’eau ou du gaz. Nul doute que cela influe sur le goût particulièrement fumé du whisky, tout comme c’était le cas par exemple dans certains anciens LONGROW (produits par la distillerie écossaise SPRINGBANK). Du point de vue aromatique, c’est de la complexité et du caractère des malts de la distillerie écossaise HIGHLAND PARK que ces single-malts charpentés, fumés, plus ou moins tourbés et fruités se rapprochent le plus à mon sens, mais cela est une autre histoire (voir notes de dégustation). Il existe un lien complexe entre le terroir et le résultat obtenu après maturation, lien difficile à définir mais qui a avoir avec de nombreux facteurs (que ce soit l’eau, la tourbe, les fûts, etc…).

 

 

 

 

 yoichi distillery by h_1comp

La distillerie YOICHI, l'une des 2 distilleries les plus au Nord du Japon, une distillerie parfois sous la neige et dont les whiskies ont souvent été primés internationalement. Merci à H. pour la photo.

 

 

 Par la suite, le groupe décide de construire en 1969 une deuxième distillerie, MIYAGIKYO, également nommée SENDAÏ, sur l’ïle d’HONSHU cette fois. Cette distillerie, entourée de montagnes et bordée par deux rivières (les rivières HIROSEGAWA et SHINGAWA), est située dans une région plus hospitalière (moins humide et plus chaude) que celle de YOICHI. Ses single-malts, issus de 8 alambics (mais la distillerie produit aussi des single-grains), sont d’un caractère plus doux et chocolaté que ceux de YOICHI, et entrent également, comme ceux de YOICHI dans la composition des blends et des purs-malts de la marque NIKKA. Le groupe NIKKA rachète par ailleurs lui aussi une distillerie écossaise, mais une seule, à savoir BEN NEVIS (qui exporte vers elle 75 % de ses single malts, pour alimenter ses blended whiskies & blended malts, le cas échéant. Depuis quelques années, la troisième distillerie, NISHINOMIYA, une distillerie de grain, ne produit plus, et la production de whisky de grain, destinée aux assemblages du groupe, est élaborée dans les locaux mêmes de la distillerie MIYAGIKYO.

 

 

 

an_upd_edito_34_jap_wh 12

Trois versions du single malt de la distillerie MIYAGIKYO aujourd'hui indisponibles, du jeune whisky sans compte d'âge (à gauche) au single cask de 19 ans d'âge (à droite), en passant par un 10 ans d'âge ayant failli être concerné (car mis en bouteille en 2011) par le problème de Fukushima. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

 

NIKKA, tout comme SUNTORY, produit autant des blends et des purs malts (nom japonais conservé de nos jours tandis qu'en Ecosse, la dénomination "Blended-malts" doit désormais s"y substituer), que des single-malts. Timidement, mais sûrement, NIKKA a même commencé à commercialiser des single-grains il y a quelques années des whiskies qui ne sont pas passés inaperçus aux yeux des amateurs dans les Salons du Whisky internationaux ou ils ont été présentés (comme par exemple à Paris, en 2005). Ainsi les NIKKA "Coffey Grain" (voir explication plus haut), sortis tout d'abord en version brut de fût & single-casks, puis en version plus largement produite, à partir d'un grand nombre de fûts et réduite à 45 % (en 2012 pour cette dernière). Viendra s'ajouter à la gamme un peu plus tard, l'expérimental NIKKA "Coffey Malt", une version assemblant les brassins des 2 distilleries de malt du groupe pour les distiller non pas en alambic de type Pot Still mais en alambic à distillation continue, de type column still (le nom "Coffey" provient de son inventeur, Aeneas Coffey, un irlandais, dans les années 1830).

 

 

 

an_upd_edito_34_jap_wh 16b

Le NIKKA "Coffey Malt" (rien à voir avec le café !), l'un des whiskies les plus pâtissiers du marché. Photo : © Grégoire Sarafian

 

 

 Des blended-whiskies comme le NIKKA « From the barrel » (un semi-brut de fût titrant 51,4 %) ou des « Pure-malts » comme les NIKKA « RED », WHITE » et « BLACK » (tous en flacon de 50 centilitres et titrant 43 %) jouissent d’une popularité grandissante depuis quelques années en France, popularité loin d’être usurpée de l’avis de nombreux experts internationaux en whiskies, et mes notes personnelles de dégustation n’y dérogeront certainement pas. Depuis, d'autres versions sont sorties, comme en 2012 un nouveau blended-whisky à plus forte proportion de malt, le "NIKKA BLENDED WHISKY" (en flacon de 70 cl et à 40 %), hélas depuis remplacé par le « NIKKA DAYS », bien plus léger. Il existe également un grand nombre d'autres blended-whiskies ou blended-malts produits chez NIKKA, mais une partie est réservée pour le marché intérieur, et pour l'autre les versions sont trop nombreuses ou irrégulièrement disponibles en France pour les évoquer ici (voir plutôt les éventuelles notes de dégustation).

 

 

 

an_upd_edito_34_jap_wh 12b

Le NIKKA "From the Barrel", un blended whisky mis en bouteille à 51,4 % (ce qui est rare), la référence de whisky japonais sans doute la plus populaire en France,

depuis plus de 10 ans. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 

Les PRINCIPAUX BLENDED-WHISKIES du groupe NIKKA :

 

- « SUPER NIKKA », 43 % (créé en 1962) -version fruitée, végétale et un peu salée.

- « SUPER NIKKA » 15 ans, 43 % -version fruitée, végétale, un peu salée, plus structurée.

- « BLACK NIKKA », 40 % (crée en 1965) -un des blends d’entrée de gamme de la maison Nikka.

- « BLACK NIKKA » 8 ans, 40 % -une version un peu fumée, épicée, maltée.

- « BLACK NIKKA SPECIAL », 42 % (années 1970 ?)-version un peu plus chocolatée, légèrement fumée, et avec du caramel ajouté.

- « THE BLEND OF NIKKA », 45 % (ou « The BLEND SELECTION »)-un des blends les plus sophistiqués de la maison Nikka.

- « THE BLEND OF NIKKA » 17 ans, 45 %, 66 cl –L’expression « Malt base whisky » qui figure aussi sur l’étiquette ainsi que des informations officielles laissent entendre que c’est un des blends de la maison Nikka à la plus forte proportion de malt par rapport à la proportion de grain. Remarquable.

- « GOLD & GOLD », sans mention d'âge, 43 % (créé en 1968) –Tourbé et épicé, malté et sucré.

- « FROM THE BARREL », sans mention d'âge, 51,4 % (50 cl) -en fait un presque 12 ans d’âge fumé, avec une forte proportion de grain, composé de fûts de Bourbon et de Sherry, puis remis à marier en fûts de Bourbon.

« BLENDED-WHISKY » sans mention d'âge, 40 % (nouveauté 2012-marché Européen seulement)

- « PREMIUM BLENDED WHISKY » 12 ans, 40 % (titrage à confirmer)-Tout récent (fin 2014), non testé. Pour le moment réservé au marché japonais. Contient une partie de fûts plus âgés que 12 ans. Il est vendu dans un coffret en carton fort et une est conditionné dans un nouveau type de flacon luxueux, le même que pour le 40 ans d'âge.

- « PREMIUM BLENDED WHISKY » 40 ans, 40 % (titrage à confirmer)-Tout récent (fin 2014), non testé. Contient les plus vieux fûts des deux distilleries qui le composent, à savoir du millésime "1969" pour MIYAGIKYO & du millésime "1945" pour YOICHI. Limité à 200 bouteilles pour l'Europe, il est vendu dans un coffret bois dans un nouveau type de flacon luxueux, avec un verre pour la "modique" somme de 3600 € (à l’époque).

S’y ajoutent certaines éditions limitées, comme par exemple le coffret de 4 whiskies rares de 12 ans d’âge, sélectionné par la Maison du Whisky, avec un single-malt YOICHI, un single-malt MIYAGIKYO, un single-grain, et donc un blended-whisky, assemblage de ces trois whiskies, toutes versions en brut de fût à environ 58 %.

 

LES PRINCIPAUX BLENDED-MALTS (ou « PURE-MALTS ») de NIKKA:

 

-« ALL MALT », 40 %, 70 cl -une version assez ancienne qui comporte à la fois des single-malts du groupe ainsi qu’une certaine quantité d’orge maltée distillée dans un alambic à colonne, ordinairement utilisé pour les whiskies de grain. Assez onctueux et fondu.

- « PURE-MALT »/« RED », 43 %, 50 cl–le plus fruité des trois, car il contient un fort pourcentage de malt de la distillerie MIYAGIKYO, mais il est également tourbé, plus ou moins suivant les lots.

-« PURE-MALT »/« BLACK », 43 %, 50 cl–le plus tourbé des trois, et le plus marqué par le style YOICHI, dont il contient un fort pourcentage, mais aussi sans doute par du BEN NEVIS. Rappelons que la marque a reconnu utiliser des single-malts occidentaux dans ses assemblages, dont cette distillerie écossaise dont elle est propriétaire…

-« PURE-MALT »/« WHITE », 43 %, 50 cl–le plus fumé des trois, mais sans cette note de tourbe grasse et d’encens des single-malts de la distillerie YOICHI) et sans doute….le moins japonais aussi ! Il semble qu'il soit composé d'une bonne part de LAPHROAIG ou de BOWMORE suivant les cuvées. Mais ne vous y trompez pas, cela demeure un bon whisky !

- « TAKETSURU »/ »PURE MALT » sans mention d’âge, 43 % (nouveauté 2013), 70 cl –cette série des « Taketsuru » a été conçue afin de célébrer le travail et l’héritage du fondateur Masataka Taketsuru, mais aussi de sa compagne surnommée « Rita » d’origine écossaise (son portrait et son histoire figurent sur les versions avec étui du 12 ans d’âge), voir l'histoire de la société NIKKA. Il existe une version « Sherry finish » sans mention d’âge (nouveauté 2013, Japon seulement?-non encore testée)

- « TAKETSURU »/ »PURE MALT » 12 ans, 43 %, 70 cl-sans doute le plus connu des « pure-malt » du groupe en France, aussi parce que c’est la version sans doute la plus répandue et une des moins onéreuse (et un des whiskies japonais les plus légers).

- « TAKETSURU »/ »PURE MALT » 17 ans, 43 %, 70 cl-une version plus conséquente que le 12 ans d’âge, avec davantage de fûts de Sherry impliqués dans le vieillissement. Le TSURU 17 ans « Pure Malt », 43 % (en bouteille normale ou en carafe opaque en céramique) est une variante plus boisée du précédent.

- « TAKETSURU »/ »PURE MALT », 43 %, 70 cl-une version prestigieuse qui a fait la renommée, avec le 17 ans, de la marque. Des éditions limitées commémoratives du 21 ans ("Madeira finish", "Port Finish", et "Non Chill-filtered") sont sorties en 2014 pour fêter le 80 ème anniversaire de NIKKA (voir le reportage sur le salon Whisky Live Paris 2014).

- « TAKETSURU »/ »PURE MALT » 35 ans, 43 %, 70 cl-une version comportant des fûts qui sont parmi les plus anciens des distilleries MIYAGIKYO et YOICHI.

 

 

 

nikka_taketsuru 21_yo_43_comp3

Le NIKKA "Taketsuru" 21 ans, en hommage à son fondateur, un des plus grands whiskies japonais, maintes fois primés. Merci à H. pour la photo.

 

 

 

LES SINGLE MALTS:

Pour des raisons de place, je ne reviendrais pas ici en détails sur l'offre en single-malt passée du groupe NIKKA (voir les entrées spécifiques dans le menu de gauche et celles consacrées notamment au Whisky Live Paris 2013 & 2014). L'offre actuelle, hors quelques rares éditions limitées depuis la pénurie en whiskies âgés de 2015, se résume à une référence par distillerie YOICHI & MIYAGIKYO, versions simplement nommées "Single Malt", sans compte d'âge.

 

 
 

 an_upd_edito_34_jap_wh 10

Le YOICHI "Single Malt", sans compte d'âge, la seule référence actuellement disponible à prix raisonnable pour cette distillerie (ma 2 ème préférée au monde, soit dit en passant!), en attendant sans doute l'année 2030 ou 2031 pour voir revenir les comptes d'âge. Une belle version, malgré tout. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 

 LES RECOMPENSES ET HEURES DE GLOIRE DU WHISKY JAPONAIS :

 

Il est utile de rappeler que dans ces trois catégories principales, aujourd’hui dénommées en Ecosse « blended-whiskies», « blended-malts » (bien que sur les étiquetttes japonaises on continue à les nommer « pure-malts »), et « single-malts », que ce soit chez NIKKA, chez SUNTORY, chez KIRIN ou ailleurs, plusieurs de leurs whiskies ont obtenu les plus hautes distinctions des jurys internationaux dans les catégories de « Meilleur Whisky de type Single-Malt » de l’année, que ce soit en 2001 (pour un YOICHI 10 ans single cask en version brut de fût), en 2003 (YAMAZAKI 12 ans), en 2005 (YAMAZAKI 18 ans), en 2006 (HAKUSHU 18 ans), en 2007 (pour le YOICHI millésimé 1987), ou en 2008 avec un KARUIZAWA millésimé 1981 (Cask 103), plus d’autres distinctions pour les blended-whiskies et blended-malts, comme par exemple pour le blended whisky SUNTORY HIBIKI 30 ans (Whisky Magazine, via les « World Whiskies Awards », l’élira Meilleur Blended-Whisky au Monde » en 2007 & en 2008.

 

 

 

yoichi_the_2001_best_sc_winner_comp

 L'une des vitrines du centre d'accueil des visiteurs de la distillerie YOICHI ou figure un Single-Cask

 brut de fût primé meilleur single-malt au monde en 2001 ! (Merci à H; pour la photo).

 

 

 

 

Bien entendu, l’on ne saurait oublier ici d’évoquer l’heure de gloire (1h42 en fait) du superbe blend SUNTORY "HIBIKI" 17 ans (primé en 2005, 2007, 2009, 2012, 2013), la véritable vedette dufilm de Sofia COPPOLA « LOST IN TRANSLATION », sorti en 2003, un film dans lequel le personnage principal, joué par l’acteur Bill MURRAY, censé faire sa publicité, en demande « du vrai » pour être « plus inspiré » dans sa composition. La célèbre actrice Scarlet Johansson y figure aussi, c’est le second rôle principal.

 

 

bill_murray_lost_in_translation

Bill MURRAY en train de vanter les mérites du blend…et la « vraie vedette » du film, le SUNTORY "HIBIKI" 17 ans.

 

 

 

Oui, la liste des whiskies japonais loués, encensés, primés dans le monde serait trop longue. Seuls des néophytes ou des personnes mal informées, ou encore de mauvaise foi peuvent encore rire des des whiskies japonais ou prétendre que leur qualité ne vaudra jamais celle des écossais… Aux détracteurs de ces whiskies, en effet, l’on pourrait, pour aller dans leur sens, ajouter, sans trahir un grand secret, que les whiskies japonais seraient également de grande qualité car, après avoir racheté certaines distilleries écossaises, cela leur permettrait d’utiliser une partie du stock de whisky de ces distilleries pour « booster » leurs blends et leur « purs-malts », en une proportion difficile à connaître. J’en ai eu depuis, la confirmation, par plusieurs (bonnes) sources, concernant certaines marques.

Par ailleurs, et on le constatera à la lecture des notes de dégustation des whiskies japonais, la notion de terroir est quasiment une certitude ici (la qualité de l’eau, parfois filtrée au travers de la lave, la typicité des notes fumées, très particulières, évoquant de l'encens, le Sherry qui ne donne pas la même influence que dans le Speyside, les fûts de chêne japonais, le lieu de vieillissement, l’orge, qui est en partie locale, etc.. tous ces éléments, et peut être d’autres, concourent à faire du single-malt japonais un élève qui a parfois dépassé le maître écossais dont il s’est largement inspiré à ses débuts).

 

 

 

an_upd_edito_34_jap_wh 5

Ma table, prête, juste avant de tourner la vidéo en anglais sur le même sujet. Des acquistions d'une autre époque. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 

LES AUTRES PRODUCTEURS DE WHISKY AU JAPON :

 

En dehors de ces deux grands groupes, il existe bien d’autres distilleries, indépendantes ou regroupées en sociétés, soit produisant des whiskies destinés au marché local, soit d’importation vers l’Europe ou le reste du monde, comme les distilleries du groupe KIRIN (3eme producteur japonais), associé à SEAGRAM (en partie racheté par Pernod-Ricard), à savoir notamment FUJI GOTEMBA (créée en 1973, près du célèbre Mont FUJI, et qui produit essentiellement des single-malts destinés aux blended whiskies & blended-malts, ou en éditions très limitées, mais également un single-grain) et il y a quelques années la distillerie KARUIZAWA.

Ainsi, KARUIZAWA, distillerie fondée en 1955, rachetée par KIRIN en 2007, est une petite distillerie à la fois artisanale et sophistiquée, située au centre de l’île d’HONSHU, dans une région viticole, sur les hauteurs, près du Mont ASAMA (un volcan encore en activité et dont la lave, une fois séchée, influence dit-on le goût du whisky car elle sert à filtrer l’eau de la source utilisée pour le produire, une eau très alcaline et très minéralisée). La distillerie KARUIZAWA, connue aussi sous le nom de SENRAKU OCEAN, est une distillerie créée vers 1955, et dont une des particularités principales est d’utiliser exclusivement comme orge la célèbre variété « Golden promise » (autrefois étroitement associée à la distillerie The MACALLAN –aujourd’hui elle a en effet choisi de diversifier les variétés d’orge utilisées), de rester à l’échelle artisanale (cuves de fermentation ou « washbacks » en pin d’Oregon, seulement 4 alambics au total, et utilisation pour partie d’ex-fûts de Sherry d’Espagne pour l’élevage de son whisky). Les premières productions disponibles en France furent des "Pure-malts" (dont on ne peut garantir que d'autres single-malts non japonais ne soient pas inclus dans l'assemblage) de 12, 15 et 17 ans d'âge (le 12 ans contenant du 31 ans d'âge de Karuizawa), tous réduits à 40 % mais tout de même non dénués de qualités. Pendant un temps l'on pouvait même trouver une version de 8 ans d'âge dans une enseigne très populaire...

 

 

an_upd_edito_34_jap_wh 3b

Que dire ? Deux millésimes d'anthologie, à la fois beaux, bons & rares, donc, hélas sujets à spéculation...Merci aux personnes qui m'ont permis de déguster ces merveilles, elles se reconnaîtront...Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 

Les single-malts de la distillerie KARUIZAWA, autrefois davantage tourbés, sont commercialisés et importés en Europe notamment par la société Number One Drinks, sous forme de single-casks millésimés et mis en bouteille bruts de fût, jusqu’à des millésimes plutôt rares et parmi les plus anciens encore disponibles pour des distilleries japonaises, comme par exemple un millésime 1960, présenté en 2012. La distillerie ne distille plus depuis l’an 2000 (date de la dernière période de production dont sont issus notamment les « Asama » -une des rares mises en bouteille alliant plusieurs fûts de la distillerie depuis plusieurs années, dont une version réduite à 46 % et assemblant des fûts de 1999 et 2000). Elle fermera ses portes en 2010, la société de négoce Number One Drinks (fondée en 2006 par David Croll et Marcin Miller, premier rédacteur de "Whisky Magazine") ayant racheté tout le stock de fûts en 2011/2012.

 

Il existe nombre d’autres distilleries, certaines ouvertes (CHICHIBU, dont les whiskies sont développés sur 3 sites), d’autres en sommeil (MARS SHINSHU) fermées (KAGOSHIMA, HANYU, SHIRAKAWA), d’autres encore en construction ou en projet en passe d’aboutir, comme la distillerie MONDE SHUZOU, de la société TOKUOKA limited. On parle même d’un single-malt nommé USUIKYOU. En fait certains whiskies de la distillerie sont désormais importés en France par l'importateur et distributeur français "Les Whiskies du Monde". Ainsi le public français peut trouver les single-malts ISAWA 10 & 25 ans d'âge réduits à 43 % chez certains cavistes.

La distillerie MARS SHINSHU, par exemple, fondée en 1953, est située à Kagoshima, près de Nagano, sur l’île d’ Honshu, était jusqu'à il y a peu de temps en sommeil. Elle possède 2 alambics, s’approvisionne en eau provenant de 2 sources voisines, et utilise des fûts tant de Bourbon, de Brandy que de Sherry, et faisait importer du malt tourbé d’Ecosse. On estime aujourd’hui le stock disponible à 500 fûts. Le single-malt le plus courant produit par la distillerie est le KOMAGATAKE 10 ans d’âge, mais des versions plus âgées (22, 24 ans) commencent à être disponibles, toutefois uniquement à ma connaissance vendues à l’intérieur du marché japonais. Mais, depuis peu, elle peut enfin présrnter ses propres single malts de production récente (voir photo):

 

 

an_upd_edito_34_jap_wh 17

La distillerie MARS a pu présenter en 2020 un single malt dénommé "The First", distillé en 2016 & 2017, et titrant 59 %.

 

 

 

La distillerie SHIRAKAWA est une ancienne distillerie située à Fukushima, dont les origines en tant que distillerie de whisky sont un peu incertaines. L’on convient que la production semble avoir débuté en 1947, au moment ou la distillerie avait été rachetée par la société TAKARA, dont le directeur Takara SHUZOU produisait auparavant du Saké et du Shochu, ainsi que de la bière, et le groupe MERCIAN. Par la suite, on apprit que TAKARA avait racheté également la distillerie écossaise TOMATIN. SHIRAKAWA était pendant longtemps plutôt une usine comportant une chaîne d’embouteillage de spiritueux plutôt qu’une distillerie. Le fleuron de la distillerie de whisky fût le single-malt SHIRAKAWA, encore disponible aujourd’hui (mais à prix très élevé dit on) en 12 ans d’âge et en 32 ans (un brut de fût à 55 %), malgré la fermeture de la distillerie en 2002.

Il est évident que la catastrophe de FUKUSHIMA du 11 mars 2011 n'a rien arrangé. Tout ce qu'il faut espérer c'est que le stock de fûts de la distillerie ait été déplacé avant la catastrophe. Je n'ai pas d'informations sur ce sujet.

 

La distillerie EIGASHIMA SHUZOU (ou "WHITE OAK") existait depuis 1888 et produisait divers spiritueux, mais certaines sources parlent de début de production de whisky vers 1919. Cependant, la distillerie actuelle, située dans la ville d’Akashi, près de la mer de Setouchi, dans la région de Kobe, ne fût fondée officiellement qu’en 1985. Elle produit à la fois du Saké, de la bière et du whisky. Elle possède deux alambics et son malt est importé de Grande-Bretagne. La production de whisky est intermittente, donc son single-malt, nommé AKASHI, n’est disponible que de manière très limitée. La plupart de la production était destinée à un blended-whisky nommé « WHITE OAK », désormais disponible en France en plusieurs âges et finitions.

 

La distillerie KAGOSHIMA, (parfois nommée SATSUMA), propriété de la société HOMBO Spirits, distillant également du shochu, fût fermée circa 1984, était située dans une région volcanique, juste en face du volcan Sakurajima, très au sud du Japon, sur l’île de KYUSHU. Le single-malt produit par le distillerie a souvent porté le nom de SATSUMA, et est encore disponible par exemple en version brut de fût dite « TRIPLE-CASK », un 20 ans d’âge, mis en bouteille en 2004.

 

Parmi les distilleries les plus réputées, l'on trouve HANYU, une distillerie aujourd’hui fermée, mais dont Ichiro Akuto, le directeur d'une distillerie voisine, CHICHIBU, et de la société de négoce Ichiro's Malt, tente de reprendre le flambeau. HANYU, distillerie située près d’une ville du même nom, près de la rivière Tone, au milieu de rizières à perte de vue. Gérée par la société TOA, dont la famille Akuto, HANYU est créée en 1946 et dispose tout d’abord d’un seul alambic, puis de 2, ainsi qu’un à distillation continue. Cette ancienne brasserie et distillerie de saké, possédait sa propre chaîne d’embouteillage et utilisait des fûts neufs et usagers dont des fûts de Sherry. Elle commercialisait et importait également du whisky écossais. Suite à une production intermittente et une faillite financière, la distillerie cesse de distiller en 2000, et la société fait démanteler les installations de production en 2004. Le petit-fils d’Isoujo AKUTO, un des fondateurs, à savoir Ichiro AKUTO, décide alors de s’en tenir à faire revivre le nom de la distillerie en faisant mettre en bouteille des single-malts de l’ancienne distillerie essentiellement en single-casks et brut de fût en édition limitée, avec le label « Ichiro’s Malt » au sein de la société Venture Whisky Limited. Mais c’est aussi désormais grâce à la société de négoce Number One Drinks (fondée par Marcin MILLER et David CROLL, des anciens responsables de Whisky Magazine Japon et Grande-Bretagne), que les single-malts HANYU sont distribués notamment en Europe, ainsi que ceux d’autres distilleries (KARUIZAWA) ou des assemblages inédits jusqu’alors (le blended-malt GINGKO). Leur packaging original (reprenant les motifs des cartes à jouer sur la quasi-totalité de l’étiquette) et leur réputation leur vaut une belle fortune critique et un avenir assuré aux descendants des fondateurs.

 

 

 an_upd_edito_34_jap_wh 3c

La fameuse série des "Cartes à jouer" de HANYU, très recherchées, ici en nombre déjà significatif ! Merci à H. pour la photo.

 

 

 

Ichiro AKUTO pourra par la suite enfin lancer la construction d’une nouvelle distillerie, CHICHIBU, qu’il a souhaité plus artisanale encore (orge locale, tourbe locale, petite production) projet qu'il achève en 2007. Le succès est tel, et les ambitions de son créateur élevées, qu'il doit ouvrir une nouvelle distillerie, non loin de la première, en 2019. Toutes sortes d'expérimentation y sont réalisées, de manière toujours artisanale, chaque sortie de bouteille étant anticipée, avec hélas, une inflation des prix avant même leur arrivée sur le marché français (comptez au moins 150 € pour une bouteille, et souvent plus. Mais la qualité est là, en général...

 

 

 /chichiibu_the_first_2008_61.8_comp

 

Le fameux CHICHIBU "The First" (un jeune 3 ans d'âge, mais déjà gourmand & élégant, floral, minéral, délicatement tourbé), mis en bouteille à 61,8 % en 2011.

 

Il existe aussi des distilleries de SINGLE-GRAINS au Japon, mais l’on possède peu d’information à ce sujet. Tout au plus signalons celle du groupe NIKKA, située à NISHINOMIYA à HYOGO (Honshu, créée circa 1962), mais dont les chais de vieillissement sont situés ailleurs, à TOCHIGI. Signalons également la distillerie KAWASAKI qui est fermée, mais dont le négociant "La Part des Anges" (par le biais de Number One Drinks qui à elle aussi quelques fûts) a embouteillé les millésimes « 1976 » et « 1981 » en 2009. Rappelons aussi le nom de la distillerie de grain de SUNTORY, nommée CHITA.

 

 

chita_nas_single_grain_2018_43_cp

Tout simplement un des plus jolis et complexes single grains disponibles à l'heure actuelle à mon avis. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 

LA PENURIE DE VIEUX WHISKY JAPONAIS DE 2014/2015 :

 

Il me faut aussi mentionner la crise de 2014 (pénurie de stocks de single malts âgés & spéculation sur les références single cask, etc. (et la série télé « Massan »!), NIKKA retirer en 2015 tous les comptes d’âges de ses singles malts (MIYAGIKYO, YOICHI) et « pure malts » (« TAKETSURU ») pour garder le seul B.W. de 12 ans d’âge. SUNTORY sera contraint de faire de même et abandonner les comptes d’âge de ses single malts HAKUSHU, YAMAZAKI et de son blended whisky principal « HIBIKI ». Pour en savoir plus sur le sujet, voir l’article consacré à celui-ci sur le site :

La pénurie de whisky au Japon (Editorial No 15)

 

 

LE FUTUR DU WHISKY JAPONAIS EST DEJA LA :

 

De nombreux projets de distilleries & distilleries déjà actives ont éclot depuis quelques années, citons par exemple la distillerie AKKESHI, sur Hokkaïdo, fondée en 2015, qui souhaite suivre l’exemple tourbé des distilleries d’Islay, et qui a sorti son premier single malt en 2019, la distillerie KAIKYO à Hoygo (Honshu), construire sur le site de la brasserie AKASHI) en 2017, dont le premier single malt est prévu pour 2022, la distillerie Mars TSUNUKI (proprieté du groupe HUMBO SHUZO) fondée en 2016, à Kagoshima, dont le premier single malt est sorti en 2020 sous le nom de « TSUNUKI The First », KANOSUKE (2017), KURAYOSHI (2017), NAGAHAMA (2016), NUKADA (2016), OKAYAMA (2011), SABUROMARU (1990, but whisky only since 2016), SAKURAO (2018), YASATO (2019), YUZA (2018), et enfin SHIZUOKA (fondée en 2015) dont le premier single malt, nommé « Prologue K », est sorti en janvier 2021.

 

 

 

an_upd_edito_34_jap_wh 13

Le premier single malt "Prologue K" de la nouvelle distillerie SHIZUOKA, sorti en Janvier 2021, bénéficie déjà de bonnes critiques...

 

 

 

Editorial No 33


 

 

LE WHISKY FRANCAIS, UNE SERIE A VENIR SUR LE SITE

& SUR MA CHAINE YOUTUBE

 

(FRENCH WHISKY : SERIES of Videos & Articles to be coming soon

in this website & on my Youtube channel as well)

 

 

Sujet publié le : 16/12/2020-Mise à Jour du : 08/01/2021

First published : 16/12/2020-Updated : 08/01/2021

 

 

 

INTRODUCTION :

 

L’année qui s’écoule a été particulièrement dure pour moi, que ce soit sur le plan familial, de la santé, etc.…mais elle l’a été également pour nombre d’entre vous, j’en suis conscient, aussi, il me/nous faut aller de l’avant, notamment dans la perspective de l’année 2021 à venir. Je vais vous présenter progressivement des sujets sur des whiskies de divers pays (que ce soit l’Ecosse ou le reste du monde), en français et/ou parfois en anglais, que ce soit sur mon site internet ou sur ma chaîne Youtube. Vous l’aurez compris, en cette année 2020, j’ai du faire le choix de publier principalement des vidéos (et le plus souvent en anglais) et très peu sur le site, car c’était devenu intenable pour moi (…), mais en 2021, je vais reprendre la rédaction d’articles concernant mon site internet, pour des raisons pragmatiques, ils seront cependant désormais divisés en deux catégories: 1/ Des articles sur le whisky français & en français uniquement. 2/ Des articles sur des whiskies écossais & du reste du monde, et suivant leur disponibilité & également mes propres impératifs, ces articles pourront n’être rédigés qu’en anglais, directement. J’espère que vous comprendrez cette petite mais significative évolution.

Par ailleurs, je vous souhaite de passer DE JOYEUSES FETES DE NOEL en famille ou pas, comme vous le pourrez, avec responsabilité, que ce soit concernant la maîtrise de votre consommation d’alcool (n’oublions pas le vieil adage « Buvons moins, mais buvons mieux! », et prenons le temps de déguster…), mais aussi les précautions à prendre concernant la crise sanitaire.

 

 

decorations_de_noel_ 2_vf_520

 

 

 ENGLISH SUMMARY : The year that was has been particularly tough for me, family wise, health wise, etc...but I know it has been so as well for many of you as well, I know that, so I have to go forward, as we’re arriving in year 2021. So I will present you progressively topics about several countries whiskies, in French & sometimes in English, in my website & in my Youtube channel as well. You might have understood it, while this year 2020 I had to choose to publish mainly videos (& most often in English), et very few articles on my website, and it was hard to continue like that. But in 2021, this will change, and for practical reasons, and about my web site, I have decided to divide my articles into 2 categories: 1/ Articles about French whiskies in French only 2/ Articles about Scottish whiskies & more generally, World Whiskies, and according to their availability (market wise, but not only) & my choices, these articles might be written directly & only in English. I hope you will understand this little but significant evolution.

Besides, I would like to wish you to have A MERRY CHRISTMAS, in family or not, as you can & wish, responsibly, not only about alcohol consumption (let’s not forget the famous motto « Drink less, but drink better », and take the time to enjoy our tastings…), but also about the precautions to take according to the current sanitary situation & risks.

 

 

YOUTUBE:

 

En attendant mon prochain article, voici une VIDEO que je vous recommande de visionner, car elle annonce ce qui va suivre concernant notamment le WHISKY FRANCAIS, sachant que des sujets bien sûr vont encore être tournés en vidéo, sur ma chaîne Youtube au sujet du whisky français, mais aussi sur d'autres sujets (whiskies écossais & autres), liés à des sujets de fonds ou d'actualité, et aux nombreux dons ou échanges de samples (voire bouteilles, mais c'est plus rare) reçus ou en cours (des whiskies de plusieurs pays différents), mais aussi de mes acquisitions de ces derniers mois...(merci de cliquer sur le titre en violet).

ENGLISH: While waiting to my next article to come, here is a VIDEO I recommend to you (if you are understanding French) to announce you my next videos about FRENCH WHISKIES. I did invest quite a lot lately to expand my French whisky collection & I did receive some samples as well (not only about French whiskies, but also about Scottish ones & other countries ones), so a lot of work to do in the end of this year & beginning of the next one...This will be coming as videos but also some articles mainly in French, but I wanted to let you know that I will also do some videos in English to summerize the French whisky scene with some recommended references with tasting notes. Stay tuned ! (to see my current video, please click on the violetlink below the picture).

 

 

visuel_video_comp_capt.1v_vignette

 Greg's Whisky Guide Video / Whiskies FRANCE

 

 

 

WHISKIES FRANCAIS /FRENCH WHISKIES:

 

 

Voici une LISTE DES WHISKIES FRANCAIS (liste non exhaustive, et qui va être complétée prochainement, ici entre parenthèses les noms des whiskies communément disponibles) qui seront chroniqués l’an prochain (voir certains déjà d’ici la fin de l’année) sur ma chaîne Youtube & mon site internet, classés par distillateur & par négociant/affineur, avec mention de leur produit le plus connu le cas échéant) :

ENGLISH Summary: Here is the (for now non exhaustive, to be completed) LIST OF FRENCH WHISKIES that should be covered next year (& some maybe by the end of the year) on Greg’s Whisky Guide, sorted by producer & then by indie bottler/refiner (with a mention of their most famous brand or expression, in case of need to identify the producer/I.B.):

 

DISTILLERIES :

Wambrechies, Warenghem (Armorik, diverses versions), Glann Ar Mor (nombreuses versions & idem pour Kornog, sa version tourbée), Distillerie des Menhirs (Eddu "Gold"), Northmaen ("Thor Boyo", "Kenning", etc...), Hepp ("The Johnny Hepp", "Tharsis/Sherry"), La Rouget De Lisle (BM "Macvin"), Miclo (Welche’s Whisky), Bercloux, J. Michard, Lehmann ("Elsass Whisky"), Moon Harbour ("Dock 1"), et peut être d’autres à venir...

NEGOCIANTS/AFFINEURS (I.B.) :

Benjamin Kuentz (3 versions), Aymeric Roborel De Climens (au moins 3 versions), et peut être d’autres à venir…

 

 

selection_panoramique_wh_fr_gs_coll_v_red

Vue de l'essentiel de ma collection de whiskies français, avec ici une bouteille par nom de marque différent (autrement j'ai plus de 20 bouteilles différentes).

Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

AVIS aux Producteurs & Négociants/Affineurs de Whisky Français :

 

Pour des raisons évidentes, je ne peux couvrir la totalité de la production du marché français & même pas sa moitié: Aux dernières nouvelles, il y aurait 82 producteurs de whiskies français, rassemblant distilleries & négociants/éleveurs. Si certes tous ne sont pas encore en production/activité (je pense que seule une quarantaine de distilleries peut déjà présenter un 3 ans d'âge, par exemple, tandis que d'autres débutent à peine leur première saison de distillation), l'offre s'est considérablement accrue ces dernières années, et la distribution de ces whiskies n'est pas forcément encore optimale, nombre d'entre eux demeurant confidentiels à l'échelle déjà nationale. Personnellement, mais j’ai pas mal investi dernièrement dans l’acquisition de whiskies français, mais j’ai également reçu des samples & parfois des bouteilles & comme je l’ai dit dans ma vidéo (voir lien ci-dessus), j’ai préféré attendre jusqu’à maintenant pour traiter le sujet, même si, bien évidemment, il ne pourra être exhaustif, je n’en ai pas les moyens, mais je ferais mon maximum pour vous donner un aperçu significatif de la production française au travers d'exemples choisis pouvant représenter un intérêt pou l'amateur de whisky écossais, par exemple, mais pas seulement.

Aussi, pour ceux d’entre vous qui seraient intéressés par une revue de leurs whiskies, je suis à votre disposition (merci de me contacter sur la page contact du site, ou via mes comptes Twitter & Linkedin, détails en fin de chaque vidéo) et accepterais un éventuel échantillon, aux conditions habituelles :

1/ Acceptation d’avance avant d’envoyer l’échantillon que ma critique ne sera pas nécessairement favorable.

2/ Acceptation que celle-ci ne sera pas publiée immédiatement après réception, mais dès que possible, étant donné le nombre d’échantillons ou bouteilles « à couvrir » en retard.

3/ Acceptation, pour cause de transparence aussi grande que possible concernant mon approvisionnement en whisky, lorsqu'il ne s'agit pas d'un achat, de la mention du don de l'échantillon,

dans le cas d'un don de la part d'un professionnel.

Important: En cas de coup de coeur, soyez assurés que votre whisky recevra le maximum de couverture possible, associant article, vidéo, mention éventuelle dans un direct, réseaux sociaux...

 

UN GRAND MERCI à ceux & celles qui ont déjà répondu présent bien avant cet appel (que ce soit des producteurs, des négociants/affineurs ou encore des particuliers partageant leur collection française), c'est important, surtout en cette période sans salons & ou même avant cela, c'était parfois compliqué pour moi d'y assister.

 

 

Editorial No 32

 

 

 

APPRENDRE LE WHISKY / LEARNING ABOUT WHISKY (Part 1) :

(An article in French & in English)

 

Sujet publié le : 01/06/2020-Mise à Jour du : 01/06/2020

First published : 01/06/2020-Update : 01/06/2020

 

 

 RAPPEL : Greg's Whisky Guide est aussi sur Youtube, voir lien ci-dessous:

REMINDER: Greg's Whisky Guide is also on Youtube, please click the link below:

GWG / Youtube

 

 

Toutes photos © E.W.A./Droits réservés sauf pour les autres sujets que l’EWA, ou précisé

All pics: © Courtesy of E.W.A./copyrighted except for other topics than EWA or stated

 

 

 

Dans cet article, qui est le premier d’une série de plusieurs, je vais, après avoir évoqué quelques généralités et conseillé quelques livres et sites internet/chaînes youtube, vous parler d’une expérience que je m’apprête à faire, afin de valider mes compétences sur le whisky, avec l’EDINBURGH WHISKY ACADEMY, qui lance aujourd’hui même d’ailleurs la version française de ses cours sur le whisky (mais aussi sur un autre spiritueux, le gin), un événement assez rare pour être signalé, car il y a peu de cours avec certification d’état comme celui-ci en France & en français (en dehors du domaine du vin, bien sûr), hormis par exemple, l’UNIVERSITE DES EAUX DE VIE de SEGONZAC, près de Poitiers, mais qui n’est pas centrée spécifiquement sur le whisky (voir plus bas).

Dès ce jour, Lundi 1 er Juin, en effet, l’ACADEMIE DU WHISKY (ou « EDINBURGH WHISKY ACADEMY »), privée, mais qui bénéficie de l’agrément des autorités gouvernementales écossaises (« Scottish Qualifications Authority »), lancera la version française de son enseignement, qu’il soit à distance ou avec des relais sur place, de ce qu’elle enseigne en Ecosse. Comme vous le verrez plus loin ci-dessous, contrairement à la concurrence, notamment de certaines entreprises privées dans d’autres pays, ici c’est du sérieux, comme vous le verrez au chapitre 2 de cet article, et je vais en savoir davantage bientôt, en suivant certains de ses cours et en vous en rendant compte ici, par exemple...A suivre, donc !

 

ENGLISH VERSION : In this article, the first of several ones, I will, after having explained some generalities about whisky learning & advised some of my articles or videos about this topic, will talk to you about a new experience I am about to do in order to validate my whisky experience, trying the first course called « Introduction to Whisky Certificate » from EDINBURGH WHISKY ACADEMY, which, by the way, will launch today its first French version of his courses about whisky (but also about gin), a rare enough event to be brought to your attention, because there are very few courses with a serious (regional & governmental, here) certification here in France & in French language (except about wine of course), except for instance the SEGONZAC SPIRITS UNIVERSITY in France, but, as we will see it below, on the second chapter, it is not specialized in whisky specifically.

On the contrary, today on first day of June, the « EDINBURGH WHISKY ACADEMY » (or E.W.A.), which is private, but whose diplomas are recognized & certified by the Scottish & so the UK government as well, will launch for the first time his French version of his courses, wether they’re be on line or on site (with some new locations outside Scotland). Contrarily to some other competitors in whisky training abroad, as you will see later on (in chapter 2 of this article), this one is serious, and you will learn more about it also with me, following some of these courses & keeping you posted here, for instance, so it is to be followed !

 

 

1/ APPRENDRE LE WHISKY/GENERALITES :

(LEARNING ABOUT WHISKY / GENERALITIES)

 

Apprendre le whisky n’est pas une chose aisée, cela demande du temps, de l’argent, de la patience & de la curiosité...Personnellement, j’ai d’abord appris sur le whisky grâce à des livres, bien avant qu’internet soit déployé partout et « la règle » si j’ose dire pour apprendre quelque chose, en partie à tort, sinon les bibliothèques & librairies n’existeraient plus ou ne seraient que numériques...d’ailleurs l’un des ouvrages les plus importants sur le whisky jamais publié, celui d’Alfred BARNARD, nommé « The Whisky Distilleries of the United Kingdom » date de ...1887 ! Bien sûr il existe une version (partielle) numérisée accessible gratuitement en ligne, mais ou est le charme, d’autant plus que BARNARD avait aussi adjoint à son récit de visites de distilleries (162!) de superbes gravures.

ENGLISH VERSION : Learning about whisky is not a easy thing, it needs time, money, patience & some curiosity...Me I first learned about whisky through books, before internet was everywhere & « the rule », partly mistakenly, because if book shops & libraries wouldn’t exist, all would be digital only...Incidentally, one of the most importants whisky books ever published, the Alfred BARNARD one, named « The Whisky Distilleries of the United Kingdom » was first published in...1887 ! Of course a partial digital version of it did exist, and is available for free on line, but where is the charm of it in digital, especially because BARNARD did join to his distillery visits (162!) some beautiful engravings.

 

 ewa_alfred_barnard_book_w.a._nr

 

Donc rien ne remplace la littérature sur le whisky (vous trouverez ici un lien vers ma bibliographie papier sur mon site, même si elle date un peu, à compléter avec le lien vers ma vidéo sur les livres de whisky de ma collection, voir lien également), mais bien sûr internet nous est précieux aussi aujourd’hui pour la rapidité d’accès à des sites internet ou blogs (voir lien également ci-dessous sur une sélection de sites) ou depuis deux décennies surtout l’accès à des vidéos blogs (ou vlogs) sur le whisky, ou, il faut bien le dire, plus encore que côté blogs, on trouve tout et n’importe quoi, tout le monde souhaitant désormais faire des vidéos sur le whisky, qu’il soit expérimenté sur le sujet ou non...Ceci étant dit, cela peut être parfois rafraîchissant sur l’approche du whisky (et certains vlogs sont brillants et ouverts à ce sujet), mais, plus globalement, je préfère lorsqu’il s’agit de s’enquérir de l’intérêt d’un whisky considérant la dépense également, m’appuyer sur des « valeurs sûres » que sont certains sites ou vidéo blogs...C’est personnel.

ENGLISH VERSION : So yes, nothing replaces whisky litterature (you will find here a link to my paper library on my website, even if it is a bit old now, but you can complete it now with my video about whisky books which is mainly in English by the way, see link below), but of course internet is precious today, to have a quick access to internet websites & blogs about whisky (see several links about that below). Sure sometimes you can come across not really reliable information there, and even now more in videoblogs (« vlogs ») now that it is trendy to have a whisky related youtube channel apparently, wether you really know about whisky or not...That said, some can bring a fresh approach to whisky discovery, and are really brilliant about that. More generally, though, if you ask me, when it comes to learn about a whisky I might be interested to buy, I prefer to rely on safe bet ones, I mean websites, blogs or video blogs I am sure about their experience & tastes...It is personal choice, yes.

 

AVANT DE VOUS CONSEILLER aussi la lecture de mon site ou le visionnage de certaines vidéos sur le sujet sur ma chaîne youtube, j’aimerais ajouter ceci, comme des ...

 

 

CONSEILS POUR DECOUVRIR MIEUX LE WHISKY :

(SOME ADVISES TO DISCOVER WHISKY EASILY)

 

-Apprenez à déguster les whiskies étape par étape, toujours avec de l’eau à côté, et ne consommez pas trop d’alcool à la fois, afin d’optimiser vos expériences de dégustations. Mieux vaut déguster un ou deux whiskies (à raison d’un centilitre et demie par whisky) en prenant son temps, qu’en boire une dizaine en peu de temps sans comprendre vraiment ce qui se passe et avec les risques de santé que cela comporte.

ENGLISH VERSION : Learn to taste whiskies step by step, always having water on the side, don’t drink too much alcohol at a time, in order to maximize your tasting experiences. It is better to focus on tasting one or two whiskies (with say 1,5 cl of per whisky) taking your time than try a dozen or so in a small amount of time without really understanding what’s going on, with, « on top of that », the health risks involved.

 

-Aiguisez votre nez & votre palais en allant au marché, dans un jardin floral, une parfumerie, dans la nature, dégustez du vin, d’autres spiritueux, sentez, voire goûtez le cas échéant, enrichissez votre mémoire olfactive, faites aussi appel à vos souvenirs familiaux, qu’ils soient gastronomiques ou non, et vous verrez que tout cela forme un tout, fait sens…

E.V. : Sharpen your nose & palate visiting a market place, a botanical garden, a perfumery, visit the countryside, taste some wines, other spirits, breathe, nose, taste when it is possible, enrich your own olfactory memory (or your sensory library if you prefer), use your family memories, wether they are gourmet ones or not, you will see that all this is a whole, makes sense.

 

 

 

epices_market_exemple_libre_de_ droit

Un marché aux épices en France, l'idéal pour découvrir des senteurs auxquelles l'on n'est pas forcément habitué, pour pouvoir ensuite les reconnaître.

 

 

 

-Allez dans les salons de whisky, et, sans faire d’excès, choisissez quelques stands sur lesquels vous dégusterez quelques références, échangerez avec l’hôte du stand, mais aussi avec votre caviste spécialisé, inscrivez vous à des masterclass (c’est très éducatif et l’on peut aussi poser des questions).

E.V. : Visit whisky festival & shows, and drinking responsibly, select a few stands only where you will try some of their references, talk with the stand’s host, or/and talk to your local wine & spirits retailer, even more if he is specialized in whisky, join some masterclasses (there are some affordable ones), you will see it is educational & you can ask questions too there.

 

  

ewa_gs_stand_wlp_2014_michters_w_mm_red

  Whisky Live Paris 2014, votre serviteur avec Matt Magliocco de la distillerie MICHTER'S © Constantin Sarafian

 

 -Ne dépensez pas déraisonnablement votre argent, si vous voulez découvrir le whisky en dehors du cadre d’un salon ou d’une dégustation privée organisée par d’autres, achetez en ligne (ou localement le cas échéant) des échantillons de 2, 3 ou 5 cl...Plusieurs boutiques en ligne le font de manière massive (je veux dire avec beaucoup de choix), d’autres s’y sont mis plus récemment (et chez nous, qui écrivons ou publions des vidéos sur le whisky, les échanges de samples sont monnaie courante, mais n’achetez pas d’échantillons à des inconnus, renseignez-vous avant sur le sérieux de l’offre). Aussi, si vous êtes sympa et rencontrez des collectionneurs, c’est avec plaisir qu’ils vous feront déguster quelques unes de leurs bouteilles, vous pourriez être surpris de la générosité des passionnés du whisky, pour certains en tout cas (j’ai eu la chance de vivre cela), car, vous le comprendrez vite, l’échange et le partage autour du whisky dans cet univers (certains disent même communauté) est une valeur forte & essentielle.

E.V. : Don’t spend your money unreasonably on whisky, if you want to discover whisky outside a show or a private tasting, you can now more & more buy samples on line (2, 3, 5 cl sometimes)...There are several shops on line who do this, a few ones even more massively, other possibilities exist too, especially for a bit more experienced whisky drinkers & reviewers, for instance we swap whisky samples often, but me I don’t like to buy samples from private people, and I discourage this to new comers as well, even more if you don’t know the person, do your search first to see if the person is reliable, but also, if you come across a collector & you’re are gentle & open minded, you might be surprised by the generosity of some of them (I experienced it my self), because, you’ll understand it quickly, sharing & exchanging views about whisky are strong & essential values in this domain (some even use the word community).

 

 

ewa_masterclass_mackmyra_lisa_nj2_2015

Masterclass MACKMYRA chez le caviste Nicolas Juhlès à Paris en 2015 avec Lisa Collins. © Grégoire Sarafian

 

 

-Enfin, prenez votre temps et échangez avec d’autres personnes (au même niveau que vous ou plus expérimentés), notamment lors de dégustations collectives, publiques ou privées dans un cadre détendu (par exemple vous pouvez rejoindre un club de whisky, aussi, si les prix d’adhésion sont raisonnables), ou privées et vous verrez que si chaque expérience est unique, vous trouverez des terrains d’entente sur certaines odeurs & saveurs.

E.V. : Last but not least, take your time to speak to other people (wether they are more experienced than you or not), when going to collective tastings or more private ones (you can also join a Whisky Club, if their subscribing prices are reasonable) and you will see that even if everyone’s experience & taste is unique, you will find some common grounds about some smells & flavors.

 

LIEN VERS MA BIBLIOGRAPHIE PAPIER SUR LE WHISKY /LINK TO MY PAPER LIBRARY:

http://www.gregswhiskyguide.com/liens/livres-whisky-books.html

LIEN VERS MA BIBLIOGRAPHIE INTERNET /LINK TO MY INTERNET LIBRARY:

http://www.gregswhiskyguide.com/liens/sur-la-toile-web-links.html

LIEN VERS MA VIDEO SUR LA LITTERATURE DU WHISKY/LINK TO MY VIDEO ABOUT MY WHISKY LIBRARY :

https://www.youtube.com/watch?v=F_mk4mrktKA&t=1557s

LIEN VERS MES VIDEOS SUR "QU’EST CE QUE LE WHISKY ?"/LINK TO MY VIDEOS ABOUT "WHAT IS WHISKY ?"

https://www.youtube.com/watch?v=E6HbviEQxFs

https://www.youtube.com/watch?v=I9VhE8efpEI&t=734s

LIEN VERS MON SITE INTERNET SUR QUELQUES PAGES CONCERNANT L’HISTOIRE DU WHISKY ECOSSAIS,

LA FABRICATION, LES FUTS, etc.../ LINK TO MY WEBSITE PAGES ABOUT WHISKY MAKING & more

(sorry French language are often the majority here):

http://www.gregswhiskyguide.com/guide/histoire-du-whisky.html

http://www.gregswhiskyguide.com/guide/la-fabrication.html

http://www.gregswhiskyguide.com/guide/vocabulaire-du-whisky-casks.html

http://www.gregswhiskyguide.com/guide/2019-09-02-14-02-39.html

 

 

2/ APPRENDRE LE WHISKY/UNIVERSITES PUBLIQUES & PRIVEES :

(Learning about whisky, in private or public Universities)

 

 

UNIVERSITE DES EAUX DE VIE DE SEGONZAC (FRANCE) :

 

L’Université des Eaux de Vie de Segonzac, que j’avais déjà contactée il y a quelques années, forme aux métiers des spiritueux, forme depuis plus de 20 ans des étudiants du commerce des spiritueux (master en droit, gestion et commerce des eaux-de-vie et boissons spiritueuses, pouvant être couplé avec un master professionnel en commerce international). D’après l’Université, les 2/3 des étudiants diplômés précédemment ont trouvé du travail dans la filière des vins et spiritueux. La base de données de l’Université est impressionnante, avec plus de 80.000 articles & une spirithèque. En pratique, d’après ce que j’ai compris après consultation du site & 45 minutes d’entretien avec sa directrice, il forme surtout des jeunes qui vont ensuite travailler dans l’univers du commerce ou de la production du Cognac, ce qui a une certaine logique, mais bien sûr l’on peut en sortir en sachant des bases pour fabriquer du whisky (certains en sont partis ouvrir ensuite leur distillerie, mais il n’y a hélas que 40 heures consacrées au whisky, m’avait-on aussi précisé, ce qui dans mon cas, compte tenu aussi des coûts de déménagement, entre autres, n’étaient pas pertinent, ce qu’elle a reconnu, aussi parce que je lui ai parlé de mon expérience sur le sujet, CV à l’appui). Cet établissement demeure cependant intéressant pour les étudiants français souhaitant une approche globable voire commerciale des spiritueux, à mon avis.

 

 

universite_des_e_d_v_de_segonzac_capt1

L'Université des Eaux de Vie de Segonzac, près de Poitiers, forme au spiritueux depuis 20 ans. © Université de Segonzac

 

 

ENGLISH VERSION : The University of Spirits of Segonzac (a town in South West of France, near a bigger city called Poitiers), that I did contact several years ago, provides since 20 years training courses about spirits trade (some being international ones), and 2/3 of previous students did find a work in the wine & spirits domains. The University’s data base is impressive, with around 80000 articles & a spirit library. Having talked to the director of this university 45 mn & seen their website, this is mainly a place where young students will learn the basis of spirits trade, spirits production too (you can learn how to distil, for instance), but most of them will end working in the Cognac production companies nearby, and alas only 40 hours are devoted to learning about whisky, and in my case, with also some costs to get to stay there almost a year long, were not worth, and the director agreed with that, also after having seen my whisky resume). However, I think this University is still relevant for students in the need of a global (& probably rather trade related) of spirits.

http://www.segonzac.fr/fr/information/88943/universite-eaux-vie

 

 

 

EDINBURGH WHISKY ACADEMY (E.W.A.) :

 

L’ACADEMIE DU WHISKY D’EDINBURGH ou « EDINBURGH WHISKY ACADEMY » (E.W.A.) a été fondée en 2015 par Kirsty McKERROW (une écossaise dont la famille historiquement a créé le blended whisky MACKINLAY’S, oui celui transporté par l'expédition de 1907-1909 de Sir Ernest SHACKLETON et dont quelques caisses de bouteilles ont été retrouvées en 2007 dans la glace de l'Antarctique et que le maître-assembleur Richard PATERSON a tenté de recréér peu après), auparavant ambassadrice des distilleries ARBEG & GLENMORANGIE en Suède. Désireuse d’apprendre davantage au sujet du whisky, elle retourne en Ecosse et ne trouve pas l’offre courante de formation satisfaisante. Aussi, aidée par son frère Ian qui la rejoint en 2017 à Edinburgh, et d’un panel d’experts (dont je vais vous reparler ci-dessous), elle fonde cette académie qui forme le public au whisky & au gin, avec une qualification qui a l’agrément des autorités gouvernementales écossaises (« Scottish Qualifications Authority »), que ce soit sur place, sur plusieurs sites (dont des visites exclusives de distilleries inclues dans ses cours), ou bien par correspondance, avec cependant des relais physiques dans plusieurs pays (c’est prévu aussi pour la France).

 

 

ewa_arniston_house_venue_south_of_edinb

L'un des lieux les plus prestigieux d'enseignement de l'Edinburgh Whisky Academy, à Arniston, au Sud d'Edinburgh.

 

 

ENGLISH VERSION : The EDINBURGH WHISKY ACADEMY (aka E.W.A.) was founded in 2015 by Kirsty McKERROW (a Scottish born woman whose family has historically had a role in the whisky industry by creating the whisky brand & blended whisky MACKINLAY’S, yes the famous brand with some of the bottles of the Sir Ernest SHACKLETON's expedition that were found in 2007 into the Antarctic ice & recreated by Richard PATERSON), who was prior to that a Brand ambassador for ARBEG & GLENMORANGIE distilleries in Sweden. In fact, willing to learn more about whisky, she returned to Scotland but didn’t found a relevant offer for that, so she decided to create a Whisky Academy in Edinburgh, helped by her brother Ian who joined her in 2017, along with other people including a group of experts (more details below about them), and, an important thing to mention there, these courses have the official Scottish certification by the SQA (« Scottish Qualifications Authority »), wether you do those courses on line or on site in Edinburgh, or in one of the new places they will have around the world from now on.

https://www.edinburghwhiskyacademy.com/

 

 

 ewa_directing_team_kristy_plus2

Une partie de la direction de l'E.W.A., avec, de gauche à droite Ian McKERROW (directeur financier), Kirsty McKERROW (fondatrice & directrice) & Malcom TODD, directeur de la stratégie)

 

 

L’Académie, contrairement à d’autres entreprises privées plus ou moins sérieuses, fait appel à des vrais personnes impliquées dans l’industrie du whisky, comme par exemple durant 40 ans pour John RAMSAY, l’ancien maître-assembleur du groupe Edrington durant 17 ans, responsable de l’assemblage des marques FAMOUS GROUSE, CUTTY SARK, THE GLENROTHES ou encore HIGHLAND PARK. Elle emploie également, entre autres, Pete ROBSON, maître spécialiste du maltage avec 30 ans d’expérience au Royaume-Uni & également référent auprès du comité des certifications concernant le maltage pour l’industrie...ou encore Jenny KARLSSON que j’ai déjà rencontrée à Paris quand elle travaillait pour SPRINGBANK, mais elle a aussi travaillé pour le négociant WEMYSS MALTS & le groupe BROWN-FORMAN, soit 15 ans de carrière dans l’industrie du whisky).

Du côté des membres de l’académie relevant de la presse et de l’histoire du whisky, les noms de Gavin D. SMITH (auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur le whisky, dont des collaborations sur les rééditions du « Malt Whisky Companion » de feu Michael JACKSON, ou encore avec le maître-assembleur Richard PATERSON), ou encore Dominic ROSKROW (également une vingtaine d’ouvrages à son actif, avec des prix littéraires à la clé) suffisent personnellement à me convaincre du sérieux de l’entreprise. J’ai d’ailleurs découvert cette académie réellement qu’il y a quelques semaines, grâce à l’invitation de John ROBERSTON (le directeur du «  Business Development » de l’académie) sur la chaîne youtube de la distillerie TOMATIN animée par Scott Adamson « The Softer Side Sessions » (épisode #9 du 22 Mai 2020 dans lequel j’ai posé pas mal de questions sensibles dans la boîte de dialogue et j’ai obtenu un certain nombre de réponses encourageantes). Je vous encourage à le visionner, en voici le lien :

https://www.youtube.com/watch?v=K8l3twHZWOc

 

 

 

ewa_courses_edinburgh_capt1

La superbe salle de cours de l'E.W.A. au sein du château d'Arniston près d'Edinburgh.

 

 

ENGLISH VERSION : This academy, contrarily to some private more or less serious companies around the world, call on people in the team who have a real link with the whisky industry, like for instance, John RAMSAY, Edrington Group’s Malt master for 17 years, working as a master blender on brands like FAMOUS GROUSE, CUTTY SARK, THE GLENROTHES or HIGHLAND PARK. Another big name also is the experts pane, Pete ROBSON, Malt master, with 30 years of expérience in the U.K. but he has also been the Chairman of the Industry Exam Committee, the Examiner for the Malting Industry Exam, the Chairman of the Malting Diploma Association & a member of the Maltsters Association of GB Technical, so yes, to put a long story short, a barley expert. I can also name someone I had the chance to meet while she was working for SPRINGBANK distillery, Jenny KARLSSON, who also work for WEMYSS MALTS independent bottler & BROWN-FORMAN group & gathers 15 ans of career in the whisky industry. This to name a few...

On the historian & press side of the Academy team, one can note such famous names as Gavin D. SMITH (the author of 20 books about whisky, and important collaborations such as the one on the revised 2010 & 2017 editions of legendary Michael Jackson’s « Malt Whisky Companion »), or Dominic ROSKROW (also the author or 20 books & an awarded one...more details on the E.W.A.’s website, see link below). So all these names & careers behind them finished to convince me of how serious this company is. Besides, I discovered the Academy only a few weeks ago, when the TOMATIN distillery youtube channel & his « The Softer Side Sessions » (May, 22 & No 9 episod, presented as always by Scott Adamson) received John ROBERSTON (E.W.A.’s Business Development Manager) & I was pleasantly surprised that he answered to all my questions, even the most sensitive & with no double speak ones, which is great. I really encourage you to watch this live show, and here is the link to it :

https://www.youtube.com/watch?v=K8l3twHZWOc

 

 

g.motion_et_john_ramsay_glenrothes_twt 

L'un des experts de l'Académie du Whisky d'Edinburgh,le maître-assembleur John RAMSAY (ici à droite, avec Gordon MOTION),

à l'époque de son travail chez The GLENROTHES. Un gage de sérieux indiscutable.

 

 

Concernant les diplômes, pour ne citer que ceux sur le whisky (pour plus de précisions voir le lien plus loin ci-dessous), il y a par exemple ces 3 modules, « Introduction to Whisky Creation », « Diploma in Single Malt Whisky » ou encore, « Diploma in the Art of Tasting Whisky » (voir le lien vers le site pour les prix). Sans détailler tout ici, je peux déjà vous signaler que les cours couvrent l’histoire, le commerce du whisky, comprenant les matériaux de base, la production, la distillation, la maturation, avec des activités diverses et supports vidéos, et, à ce que j’ai compris aussi, parfois également la visite d’une distillerie.

Notez qu’en ce moment, à cause de la crise sanitaire (Covid-19), j’ai constaté sur le site internet en préparant ce numéro un rabais de 30 % sur tous les cours (ce qui m’a été confirmé), ce qui n’est pas négligeable, surtout que comparés à d’autres concurrents, il me semble que l’offre de cette académie est plutôt raisonnable (certains sites américains sans aucun lien avec l’industrie du whisky et qui ne font que du marketing demandent près de 4000 dollars pour 2 jours de cours, essentiellement basés sur le marketing...vous aurez une grosse médaille en or pour la peine, no comment… !). Voici, ci-dessous, le lien vers LES COURS EN FRANCAIS :

https://www.edinburghwhiskyacademy.com/online-courses/fra/certificat-dintroduction-au-whisky

 

 

 

ewa_sqa_approval_of_ewa_diploma

La certification officielle S.Q.A. des diplômes de l'Edinburgh Whisky Academy.

 

 

ENGLISH VERSION : About the Diplomas provided by this academy, to quote only some about whisky (more details on the website, with the link below), there are for instance these 3 ones, named « Introduction to Whisky Creation », « Diploma in Single Malt Whisky » & « Diploma in the Art of Tasting Whisky » (see the link below the E.W.A. for the different courses rates). I can’t detail everything here, but I can already tell you that these courses include topics about history of whisky, whisky trade, production materials & devices (barley, brewing, distillation, maturation), with diverse medium, and, if I’m not mistaken, this can sometimes include a distillery visit.

Last but not least, while I was browsing the E.W.A.’s website to learn more about them (& this was confirmed to me by them) I was told that because of the Covid crisis, all the courses have a 30 % discount, which could be interesting, especially because, compared to some other competitors, it seems to me that the E.W.A. rates are rather reasonable (some American companies, with no link to the whisky industry & marketing oriented ask for around 4000 dollars for just 2 days of courses, then you’ll have your certificate, not valid everywhere, and a big golden medal on top of that...No comment!). I added above (under the French text), the link to the French courses.

 

 

 

Editorial No 31

 

COMMUNIQUE :

(Public Release)

 

Mise à jour du (update) : 18/05/2020

 

Vous avez sans doute constaté depuis quelques mois un ralentissement important des publications d'articles sur le site, indépendant de ma volonté, vous m'en voyez navré, mais cela va reprendre progressivement, dès que possible. Vous trouverez cependant un article récent concernant un dîner thématique d'associations culinaires ou j'ai été invité, autour des single malts de la distillerie ABERLOUR (lien ci-dessous). 

Par ailleurs, étant donné l'actualité difficile, j'ai décidé durant cette période d'orienter mon travail critique & informatif davantage sur la production de vidéos ainsi que de diffusions en direct ("Live") sur ma chaîne Youtube "Greg's Whisky Guide" (voir lien plus bas), en espérant que cela convienne à mes lecteurs. J'ai reçu avant le début du confinement nombre d'échantillons que je dois désormais évaluer (sans parler des bouteilles de ma collection récemment ouvertes), en parler sur des vidéos et/ou en publier la version écrite pour ce site. J'aviserais au cas par cas. Je vous invite donc à visiter régulièrement spécialement la rubrique "EXPRESS NOTES" (notes de dégustation) de mon site et bien sûr prioritairement ma chaîne Youtube (svp, n'oublier pas de lire aussi le texte de description, car jy consacre souvent du temps et cela complète la vidéo). Merci de votre compréhension et prenez soin de vous !

 

ENGLISH Version: You probably note that I didn’t publish a lot of articles since a while, this due to personal reasons linked to my health, and I am sorry about that but I'm resuming little by little the writing. However you will find a recent article about a dinner with food pairings I was invited to, about the ABERLOUR distillery single malts (see link below).

Besides, regarding the difficult news, I have decided during that time to focus more on producing videos & live streams than articles on my Youtube channel called « Greg’s Whisky Guide » (see link below as well), hoping that this will suit my readers.

I have received before this lockdown time a lot of samples I have to assess (& opened also some bottles from my collection), but I will decide on a case-by-case basis which ones will go on my website (watch this space, and on the « EXPRESS NOTES » section especially (tasting notes) & which ones will rather be reviewed on my Youtube channel. So, please check out both. Thanks for your understanding & take care !

 

Lien vers le reportage sur le dîner ABERLOUR / Link to the ABERLOUR Diner report below :

Dîner ABERLOUR 06/02/2020, Le Loft du Pianiste, Paris

 

 aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 1

 

 

Rappel/Reminder :

 

GREG'S WHISKY GUIDE est également sur YOUTUBE,

voici le lien vers mes VIDEOS et Diffusions en DIRECT:

 

GREG'S WHISKY GUIDE is also on YOUTUBE,

here is the link to my VIDEOS & LIVE STREAMS:

 

Greg's Whisky Guide on Youtube

 

aultmore_18_yo_review_screen_capture1_red

 

 NOTE : Si vous avez apprécié une vidéo de ma chaîne, n’hésitez pas à mettre un pouce « j’aime » à la vidéo, à éventuellement laisser un commentaire (ces 2 actions aident au référencement des vidéos par youtube), ainsi que de vous abonner si pas déjà fait, et, enfin, pour vous tenir au courant des prochaines vidéos ou directs, de cliquer sur la cloche de notification située à droite de la mention « s’abonner ». Vous pouvez aussi me retrouver (et me contacter si besoin) sur ma page Twitter : "GregsWhiskyG".

NOTE (ENGLISH) : Thanks for watching & if you like the video, please click the like button & subscribe to my channel if not already done & also to click on the notification bell to stay tuned about my next videos & live streams. Reminder :  My Twitter handle is « GregsWhiskyG ».

 

 

EVENEMENT/EVENT:

 

J'ai eu le plaisir d'être récemment invité sur la prestigieuse chaîne Youtube américaine de Mark Gillespie, écrivain, bloggeur, radio & vidéo bloggeur également WHISKY CAST, sous titrée "Cask Strength Conversation" le 8 Mai 2020 avec d'autres invités, voici l'annonce sur Twitter de cet événement, puis le lien avec un visuel & une capture d'écran avec tous les invités :

I was recently honored to be invited on prestigious Mark Gillespie's American Youtube channel "WHISKY CAST", subtitled "Cask Strength Conversation" on May, 8 of tihs year 2020, among other guests. Mark has a podcast, a blog & a Youtube channel. Here is the advertising picture on Twitter (below) the link to the live & a screen save with all the guests :

 

whiskycast_08.05.20_gs_guest_adv1_red

 

LIEN/LINK:

Greg as a guest on Mark's channel, click here/cliquez ici

 

 whiskycast_friday_08.05.20_gs_guest_screens

 

 

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop