KARUIZAWA « 1986 » (Bottled 2008, 22 ans), emb. N°1 Drinks, S.C. (N°7387), 60,7 %

Imprimer
96-98/100 -Note confirmée (confirmed rating)
Karuizawa_1986_2008_SC_7387_60.7_MINI
Description du produit

KARUIZAWA « 1986 Â» (Bottled 2008, 22 ans), emb. Number One Drinks,

Single-Cask (N°7387), n.c.f., n.c., Cask Strength, 60,7 %

 

 CatĂ©gorie: SINGLE-MALT   

 

 karuizawa_1986_2008_sc_7387_60.7_comp

 

Pays:                           Japon

RĂ©gion :                       Honshu

Version :                      De nĂ©goce, mais que l’on peut considĂ©rer comme semi-officielle, par NUMBER ONE DRINKS

Gamme :                      « VINTAGE Single Cask Malt Whisky Â»

Age:                             Non prĂ©cisĂ© (22 ans)

Date de distillation :       1986

Date de mise en bouteille : 12/02/2008

MillĂ©sime (Vintage) :      1986

Maturation (en fĂ»ts de): Sherry Butt (fĂ»t de XĂ©rès de 480 Ă  520 litres, voire plus)

Affinage :                     Aucun

Remplissage :               Non prĂ©cisĂ© (1er sans doute)

Nombre de FĂ»ts :          1 seul (Single-cask)

NumĂ©ro(s) de FĂ»t(s) :   7387

Nombre de bouteilles :   528

A.B.V. (% d’alcool) :       60,7 %

Filtration (type de) :       Non filtrĂ© Ă  froid

Coloration (caramel ajoutĂ©) : Non

Contenant (remarque) :  Etui carton crème (très minimaliste)

Contenant (volume) :     70 cl

Indication de Prix:          121 € Ă  sa sortie (en 2008, prix MdW), comptez bien plus maintenant, plus de 1000 € (mais en principe Ă©puisĂ©)

A Noter :                              

Un problème de délitement des bouchons de cette gamme s’est posé en 2008 à la sortie des premiers Karuizawa en France, avec une crainte pour l’étanchéité, crainte relayée auprès des responsables de Number One Drinks, qui ont remplacé les bouchons sur demande, et ont promis de les remplacer par des bouchons plus solides, dès l’épuisement des stocks, théoriquement vers 2011/2012, mais je n’en ai pas confirmation. Merci de vos retours.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Note confirmée (confirmed rating): 96-98/100

(Commentaires et note révisés en 2012 et légèrement augmentés en 2015 avec remise en forme complète de la notice)

 

Couleur: AmbrĂ©e, Ă  reflets orangĂ©s, cuivrĂ©s, presque « laquĂ©s Â». Le Sherry est bien là…pas de doute.

Nez: De prime abord un rien soufrĂ©, puis après une certaine aĂ©ration, dĂ©veloppe des notes fruitĂ©es et Ă©picĂ©es, de fleurs capiteuses (lys), mais aussi de cuir, de bois de santal, de cèdre (avec peu d’astringence). Redoutable alliance entre le fruitĂ© le plus concentrĂ© (fruits mĂ»rs confiturĂ©s, avec leur peau, dont pruneaux, abricot, pĂŞche un peu trop mĂ»re, du coing, voire de la bergamote confite) et son caractère fumĂ© et mĂŞme un peu tourbĂ© (nous ne sommes toutefois pas chez YOICHI, la tourbe est ici plus en arrière-plan, très modĂ©rĂ©e. Profil assez Ă©picĂ© et plus herbacĂ© qu'il n'y paraĂ®t. Absolument s-o-m-p-t-u-e-u-x !

Bouche: D’abord assez intense, Ă©picĂ©e et puissante (plutĂ´t habituel sans dilution !), puis très vite des notes fruitĂ©es très denses tapissent la bouche et reprennent celles du nez. Le fruit est charnu, avec la peau, presque confiturĂ©, duveteux. Ensuite viennent encore d’autres notes plus douces de fruits confits, fruits secs, d’autres notes encore d’une belle complexitĂ© (dont de belles notes de fleurs capiteuses et de bois prĂ©cieux, de la cire, des oranges confites, des herbes sauvages, des Ă©pices variĂ©es), et, cerise sur le gâteau, ce KARUIZAWA d’une gĂ©nĂ©rositĂ© inouĂŻe est magnifiĂ© en finale (interminable, cela va sans dire) par de classieuses notes de fumĂ©e et de tourbe. Quel festival ! Finale très longue et Ă©picĂ©e, d’une grande complexitĂ©. Pointe de gingembre sec.

Réaction à l’aération: Bonne, il faut lui laisser un peu de temps. Dix minutes devraient suffirent, mais trop de temps pourrait laisser s’exprimer un peu trop les notes soufrées, qui restent cependant modérées ici.

RĂ©action Ă  la dilution: C’est incroyable ! Il y a Ă  peine besoin d’ouvrir ce malt exceptionnel, mais lorsqu'on s'y rĂ©sout, de manière modĂ©rĂ©e (quelques gouttes suffisent), c’est alors un festival de sensations aussi complexes que satisfaisantes, les fruits explosent dans votre bouche, le profil discrètement fumĂ©, boisĂ© et floral s’insère dans un ensemble très harmonieux, et Bacchus n’a qu’a bien se tenir ! Profil plus apaisĂ© au fur et Ă  mesure des dĂ©gustations (quoique assez variable, suivant le contenant-j'ai du le reconditionner Ă  plusieurs reprises), mais il est important de ne pas laisser trop d'air dans la bouteille sans quoi l'on verrait son profil se durcir quelque peu.

 

Conclusion: Un must, ce KARUIZAWA issu d’un seul fĂ»t est une rĂ©ussite totale, une merveille. Meilleur que certains millĂ©simes d'âge comparable parus Ă  la mĂŞme pĂ©riode (1988,1992). Il n’est guère surclassĂ© que par le millĂ©sime 1967 embouteillĂ© en 2009. La confirmation si besoin qu’il s’agissait lĂ  vraiment d’une très belle distillerie !

 

Addendum (01/2015) : Certes depuis j'ai eu l'occasion de dĂ©couvrir bien qu'autres versions (sauf erreur de calcul au total 17), et au moins 5 ou 6 plus belles, ce qui me fait relativiser celle-ci, mais elle demeure archĂ©typale, significative si vous prĂ©fĂ©rez, de la qualitĂ© du distillat. D'autres versions sont Ă  peine supportables sur le plan du boisĂ© intense et aux tannins très fermes, Ă  l'astringence et Ă  l'amertume très prononcĂ©es, tandis que d'autres, notamment un "NOH" 1977, Ă©tait Ă  la fois très boisĂ©, très Ă©picĂ© et très fumĂ©....un profil dur, limite pour moi aussi, mais très beau. D'autres versions exaltent Ă  la fois le fruitĂ©, le floral, le bois prĂ©cieux, un rien de fumĂ©e et encore plein d'autres notes (je pense Ă  un sublime millĂ©sime "1979" sur lequel je reviendrais prochainement. Le problème, par contre, c'est dĂ©finitivement la question des prix. Comme je le disais Ă  mon ami Hollandais Govert, l'on peut acheter encore en direct des KARUIZAWA, mais c'est difficile, ils partent vite (avec rĂ©servation Ă  l'avance), et une bonne partie est proposĂ©e dĂ©sormais par le biais d'une loterie (notamment sur les sites anglo-saxons) pour pouvoir accĂ©der Ă  la vente. HĂ©las, pour nombre de bouteilles, celles-ci  Ă  peine achetĂ©es dans les 300 Ă  400 €, se retrouvent sur des sites d'enchères Ă  dix fois leur prix d'achat, entre 3000 et 4000 €. Par exemple certains vieux millĂ©simes comme le "1967" qui se vendaient Ă  239€ en 2009 se retrouvent maintenant Ă  plus de 10000€ dans les ventes aux enchères…KARUIZAWA devient donc plus spĂ©culatif que PORT ELLEN alors que cette dernière a Ă©tĂ© fermĂ©e bien des annĂ©es avant elle.

 

__________________________________________________________________________________________________________________________________

ENGLISH VERSION :

A powerful & gourmet KARUIZAWA, fruit and spice driven, that needs a dash of water to be tamed. It is drying a bit over time. A must have, and a single-cask (one of the first available in France) among the best from the vintages available at this time & from a nearly similar age (1988,1992). Confirms if needed that KARUIZAWA was really a great distillery!

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop