POURQUOI CE SITE ?

 

Ce projet (au départ un livre-guide) s’adresse à la fois aux passionnés, avec de l’information pointue, mais aussi aux néophytes, ou simplement à des internautes enclins à trouver une idée de cadeau ou un achat initiatique, ce grâce aux listes thématiques, à des rubriques spécifiques plus faciles d’accès… Il tente également de proposer des passerelles entre Whisky et Art (car je suis également artiste-peintre, entre autres choses).

 

1/ DU LIVRE AU SITE :

 

J'ai d'abord tenté de le faire éditer sous forme de livre, mais, malgré quelques compliments, aucun des éditeurs contactés pour ce projet que j’avais rédigé entre 2006 et 2011 n’a accepté de publier mon livre, ni un livre sur le whisky aussi spécialisé, ni un livre aussi important en termes de nombre de pages, et ni un livre aussi libre également, peut être ?… Le temps de réfléchir à d'autres alternatives et de trouver des personnes plus techniciennes que moi en terme de maîtrise de l'outil informatique et voilà, quelques années après, je redémarre aujourd'hui sur un projet alternatif passant par "la toile" !

 

Oui, malgré mes réticences (l’offre de sites consacrés au whisky étant bien plus pléthorique ces dernières années sur internet), j’ai décidé en 2011 avec l’aide d’amis et de proches de tenter cette expérience, en pensant apporter peut être quelque chose d’un peu différent de ce qui existe déjà, et j’espère complémentaire tant avec les sites commerciaux qu’avec les sites de passionnés…en voici le cheminement initial (j'ai souhaité vous en livrer quelques étapes intermédiaires, en espérant ne pas vous ennuyer ce faisant):

  

Ce qui m’a donné envie de commencer ce projet, c’est la quantité de notes et de documentation (1700 notes de dégustation & 600 pages environ à ce jour-chiffres de 2012 environ) que, par passion, j’ai pu amasser depuis quelques années, certes, mais aussi le plaisir que j’ai à discuter du whisky, avec quelques amis passionnés, parfois avec des inconnus, dans des dégustations dans des pubs, chez des cavistes, dans des Salons du Whisky, via des forums de sites spécialisés sur internet, ou tout simplement dans les immenses rayonnages des hypermarchés, ou en comparant distilleries et versions officielles ou de négoce (de l’embouteilleur indépendant classique aux sociétés qui font un travail plus créatif de sélection des fûts et d’affinage, etc.. ), sans complaisance ni compromission. L’envie de répondre aux questions que l’on me posait régulièrement, au fil de ces rencontres, envie aussi de leur proposer un outil d’aide à la compréhension et à la dégustation du whisky, mais aussi de leur propre goût.

 

 

2/ UN SITE MI-INFORMATIF, MI-SUBJECTIF & UNE VISION « ARTY » DU WHISKY:

 

Comme je l’indique dans la partie «·Liens·» du site, je sais qu’il existe certes «·sur la toile·» un nombre important de sites consacrés au whisky, mais il faut savoir que la grande majorité d’entre eux sont soit des sites commerciaux (de boutiques d’achat en ligne, de portails plus ou moins étoffés de cavistes), soit des blogs de passionnés, soit des forums le plus souvent présentés sous forme de blogs, qui plus est parfois rédigés en langue anglaise, pour la grande majorité d’entre eux, ce qui n'est pas toujours facile pour le public français. Tous ont le mérite d'exister, et certains sont excellents, clairement, ils font référence, même pour beaucoup d'amateurs, mais d’autres sont moins intéressants ou insuffisamment mis à jour. Comme il faut être beau joueur et que mon objectif n'est pas du tout de concurrencer mais d'être complémentaire, vous trouverez une liste de sites internets utiles (liste non exhaustive mais significative et évolutive) dans l'onglet "liens".

 

 Mon approche pour ce site, au-delà d’une évidente envie de transposer mon livre en tout cas dans ses grandes lignes et dans son approche ouverte avec une touche artistique, est donc de tenter de concilier, et je sais que ce n’est pas une tâche facile, les avantages des uns sans les inconvénients des autres. Pour résumer, proposer un contenu descriptif et une mise en page qui se rapproche de la clarté des sites commerciaux (pour les meilleurs, je pense à un site français et un site anglo-saxon), tout en conservant l’esprit et la recherche d’exhaustivité des meilleurs sites d’écrivains déclarés ou non du whisky, là encore francophones et anglophones (ils se reconnaîtront sans doute aussi).

 

 3/ UN CHOIX, PAS DE FORUM...

 

Par contre, tout aussi clairement, mon choix a été très rapide pour refuser d’inclure un forum dans mon site, car malgré l’intérêt potentiel des échanges (si l’on excepte certaines dérives inhérentes au genre), un forum est souvent difficile à gérer d’une part, demande une énergie que je préfère consacrer à autre chose d’autre part, à savoir rester sur le plan de la diffusion d’une passion, et à la communication détaillée de mes attachements –les notes de dégustation, par exemple- comme aussi de commenter l'actualité du whisky, sans langue de bois, ce qui demande déjà un travail considérable. Vous pourrez vous exprimer directement dans l'onglet contact, en m'envoyant un mail (pas sérieux s'abstenir). Etant donné le travail que cela représente, et le fait que les avis circuleront par ailleurs (je le sais par expérience-les internautes sont parfois très durs avec les rares livres sur le whisky disponibles en France), je ne publierais que les critiques que je jugerais constructives, qu'elles soient positives ou négatives. Je répondrais autant que possible à vos demandes, en vous demandant de l'indulgence, d'avance pour les délais (ce site n'est pas une activité que je mène à plein temps !). Lorsqu'il s'agira de demandes plus générales ou provenant de nombreux internautes, ou sur un sujet que l'on peut rattacher à un sujet traité dans l'Editorial à venir, c'est dans ce cadre que je vous répondrais, collectivement le cas échéant. Merci d'avance de votre participation.

 

  

4/ LA QUESTION DE L’INDEPENDANCE:

 

 

A ce sujet je tenais à préciser pour des raisons éthiques que j’ai exercé temporairement la fonction d’ambassadeur (assistant-interprète, plus exactement) lors de salons en France pour la Tasmania distillery de 2010 à 2012. J’ai commencé à m’intéresser au travail de cette distillerie en 2007, suite à une rencontre fortuite un jour à Londres avec un négociant australien (Graham Wright, qu'il en soit remercié ici) qui m’a mis en contact avec les distilleries de son pays, ce pour mon projet de livre. J’ai été impressionné par les samples reçus de la part de la Tasmania distillery à cette époque (whiskies dont les scores figurent sur le site web depuis 2007) – bien avant qu’ils ne soient disponibles en France- et lorsque plus tard, l'un des responsables de la distillerie m’a sollicité pour donner un coup de main sur les Salons français, plus précisément pour les "Whisky Live Paris" de 2010, 2011 & 2012, je n'ai pas pu dire non. Cela a été une expérience enrichissante, qui a créé des liens, mais m'a permis aussi de me rendre compte de certaines réalités du marché du whisky, et du marché français en particulier, me permettant de rencontrer un nombre considérable de personnes, visiteurs amateurs ou professionnels.

 

Mon livre n’ayant toujours pas trouvé d’éditeur à cette époque, j’ai souhaité tenter cette expérience, comme d’autres (voir paragraphe suivant) afin de mieux connaître ce domaine. Les notes de dégustation et commentaires des premières versions testées du single-malt Sullivans Cove (Tasmania distillery, en Australie) en 2007, sont donc antérieures à mon travail auprès d'eux, et le lecteur constatera que «paradoxalement» certaines notes que l’on pourrait juger excessives (concernant certains fûts en particulier) n’ont plus été aussi élevées par la suite, à ce jour en tout cas. Aujourd'hui j'ai préféré, compte tenu de la sortie du site, prendre un peu de distance avec un poste d'ambassadeur, mais je serais amené probablement, un jour ou l'autre, à m'exprimer sur les whiskies de ce pays, qui ont beaucoup évolué depuis leurs débuts, au dires même des distillateurs australiens.

 

De même, le lien quasi-amical créé avec John Glaser de la société Compass Box, qui m’a reçu en 2007* dans le cas de mon projet de livre ne m’a pas empêché par la suite de donner des scores parfois durs pour certains de ses whiskies lorsque je constatais qu’ils n’étaient pas à la hauteur de son talent (ce qui heureusement n’arrive pas souvent·!). *Il s’agissait aussi d’un voyage satisfaire ma curiosité personnelle pour l’assemblage et pour son approche en partie similaire d’une certaine façon à celle de l’artiste-peintre que je suis aussi. Cette approche demeure aujourd’hui encore un cas à a part, dont je regrette qu’elle ne fasse pas plus d’émules. Lorsque je fais mes assemblages maison pour m’exercer, je pense autant à lui qu’aux grands master-blenders historiques comme Richard Paterson ou à des «·occasionnels surdoués·» de l’assemblage comme Doug McIvor, ou encore (il ne faut jamais les négliger·!) aux master-blenders & master-distillers comme Graham Coull de Glen Moray, ou bien ceux des distilleries d’Islay comme Robert Hicks, qui font un travail remarquable dans l’ensemble…

 

* = Vous pouvez également lire ce que pense John Glaser de mon projet dans les rubriques "Références" et "Invités" du menu de gauche du site.

 

En réalité, pour autant que je puisse le constater, et avec les réserves d’usage qui m’empêchent d’en dire davantage sans risquer des poursuites, personne n’est complètement ou totalement ou définitivement indépendant dans l’exercice du journalisme professionnel ou de la critique en amateur du whisky. Ceci dit, certains mettent un point d'honneur à tester le plus possible les whiskies à l'aveugle et acheter eux-mêmes leurs échantillons ou bouteilles. Mais, les professionnels, en effet, "c'est le jeu", sollicitent beaucoup ces spécialistes pour leur promotion, que ce soit pour parler des nouveautés ou de leur activité en général, et il n’y a pas plus de transparence dans ce domaine que dans d’autres. Il est difficile et délicat de connaître les éventuelles contreparties et limites de ces collaborations (…).

 

Je ne prétends donc pas ici à l’objectivité ou à l’équité la plus totale, cela paraît impossible, par définition (voir aussi le chapitre sur le système de notation à ce sujet), mais lorsque je teste un nouveau whisky, j’essaie de maîtriser les émotions que suscitent les whiskies ou leur réputation, d’en tenir compte, oui, mais aussi de les mettre en balance avec des notions toutes simples et prosaïques comme est-ce suffisamment complexe, équilibré, gourmand, long en bouche, naturel, mûr (comparé au temps passé en fût), et de les tester en plusieurs occasions (voir aussi les différentes manières de noter suivant les conditions de dégustation).

 

5/ Un VOEU :

 

J’espère que vous prendrez plaisir en tout cas à lire ces notes et ces notices autant que j’ai pris plaisir à les rédiger (pas toutes, certes·!), et que cela vous apportera des informations ou impressions utiles pour votre quête de découverte du whisky, que vous soyez amateur, passionné ou professionnel !

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop