Interviews

Ici vous trouverez des interviews de personnalités du monde du whisky, mais aussi parfois de personnes en dehors de ce milieu, mais que j'ai jugées susceptibles d'apporter quelque chose au débat. Vous pourrez retrouver certaines des personnes interviewées également dans la rubrique "Portraits".

Graham Coull (Glen Moray) VA

 

Graham COULL

 

 

GLEN MORAY Distillery (Speyside, SCOTLAND)

 

 

Master-Blender, Master-Distiller & Distillery Manager

 

 

 

graham_coull_in_g.m._warehouse

 

 

 

QUESTIONS to GRAHAM COULL, Master-Distiller of GLEN MORAY (founded in 1897), at the occasion of the 120th distillery anniversary in 2017, for ® GREG’S WHISKY GUIDE website, driven by Gregoire Sarafian, head of website www.gregswhiskyguide.com :

 

 

ENGLISH version

 

Updated : 18/04/2017

 

Hi Graham, I’m very pleased to interview you even at a distance (I hope some day I’ll be able to make it at the distillery and talk to you from within a warehouse!) for this very special occasion. (Please just answer below the questions & I’ll translate them for our French audience. The interview will be published on a bilingual base though).

 

 

1/Gregs’s Whisky Guide (GWG): This year 2017 sees the 120 th anniversary of GLEN MORAY distillery who’s production started on September, 13 of year 1897. What are your thoughts about this celebration year ? Are they special events organized by the owner & the distillery itself ? I heard of special anniversary bottlings, for instance…Can you tell us more ?

Graham Coull (G.C.): This year is a big year for the Distillery. It is a chance to reflect on the history and achievements of the Distillery The birthday will be celebrated with a special limited edition bottling called “Mastery’. It contains a blend of several Glen Moray vintages all with their own story to tell.

 

 

2/ (GWG): One has also to notice that, as we celebrate your 120th anniversary, you are yourself only the 5th master-distiller on the distillery’s history, so how does it make you feel  & what do you consider as your

tribute to this distillery (what you have brought), in terms of production policy, innovations, etc… ?

(G.C.): I feel very proud to carry on the great work of my predecessors. Working on the spirit they laid down is a privilege and a pleasure. It is also my duty to develop the Distillery and its whiskies – during the last few years I have managed the expansion of the Distillery and the extensions to the Glen Moray range.

 

 

 

 glen_moray_elgin_heritage_collection 2b

The new "Elgin Heritage" GLEN MORAY collection, with 2 new bottlings (15 & 18 y.o.). Thanks to Graham Coull for this picture.

 

 

3/ (GWG): What is your background in the industry (or beyond if you like) before you got to take care of GLEN MORAY?

(G.C.): My first job after studying Chemistry at Edinburgh University was in Brewery making beer. I then made the natural transition from beer to whisky joint William Grant & Sons at Glenfiddich Distillery in 1994.

I started in Bottling then Moved to distillation looking after Glenfiddich, Balvenie & Kininvie.

I then joined Glen Moray as Distillery Manager in 2005.

 

 

4/ What is your first (good) memory of a whisky you tasted in your life?

My first memory of drinking whisky was with my father in the 1980’s. It was Macallan which was his favourite.

 

 

 

 macallan_the_18_1970_43_ob_v_stripe

A "1970" Vintage from The Macallan...(or when it deserves to be called "The...") bottled around 1988. Picture: © Grégoire Sarafian

 

 

5/(GWG): I noticed you were of the few master-distillers who enjoys communicating (especially on social media) about other distilleries whiskies you came across & liked (which I find very fair by the way), so could you quote 3 recent favorite of yours and explain why?

(G.C.): I enjoy tasting a variety of whiskies because there is always something to learn.

Recent favourites of mine have been:

Scapa 16 – wonderfully smooth and dear to my heart having shared it with close family and friends.

Caol Ila 18 – my favourite peated whisky. So elegant and well balanced. A great end of the night dram.

Glencadam 14yo Oloroso Sherry Cask – maybe not so well known but this whisky has the balance of age, Sherry character and strength spot on.

 

 

 

scapa_16_ans_ob_2009_40_red

 The last (on a regular core range) age statement bottling from SCAPA distillery, a few years ago. Picture: © Grégoire Sarafian

 

 

 

6/(GWG): I have been tasting your whiskies for more than 15 years now & I can tell there have been some (often welcome) changes over time, but also that at GLEN MORAY a house style has been maintained & that the distillery has even always had a sense of pioneering, aside with GLENMORANGIE, for instance in terms of wood finishes (not everyone knows you were the first to use white wine casks, back in 1999…). In 2017, what assessment can you make about these questions and how do you see the near future for the distillery’s ability to stay on this innovation ground?

(G.C.): I have a free hand to source different casks from all over the world. My recent purchases have been Rhum, Virgin Oak, Marsala and Cabernet Sauvignon. Add to this the more mainstream Sherry and Port gives me plent of opportunities to experiment in the future.

 

 

 

glen_moray_12_yo_2004_madeira_finish_46

 The remarkable "2004" vintage (a 12 y.o.) bottled in 2016. A beautiful Madeira finish. Picture: © Grégoire Sarafian

 

 

7/ (GWG): GLEN MORAY has unfortunately often been overlooked by some whisky amateurs because of its wide availability in supermarkets & affordable prices policy (a bit like GLENFIDDICH), because of the 40 % ABV chosen for most of the core range, but probably also because it’s the heart of a very « ordinary considered » Label 5 blended whisky. What do you answer to these people ?

(G.C.): All I can say to people is to give Glen Moray a try. The variety within the range is quite wide and I would hope that there is at least one Glen Moray out there for everyone!

 

 

8/(GWG): GLEN MORAY single malt house style is kind of unique even within the vast Speyside distilleries offer. I can tell how in my opinion but how would you define it yourself and can you please describe the variety of styles your core range (and beyond maybe with the limited edition) provides to the customers ?

(G.C.): Glen Moray is a full bodied sweet Speyside whisky. This sweetness comes through in all Glen Moray offerings. This sweetness is then enhanced by using ex Bourbon, Port, Chardonnay and Oloroso sherry in the core range.

 

 

 glen_moray_chardonnay_cask_dist_bottling_2017.

The "Distillery bottling only" (& some for good folks of Whisky Live London 2017 it seems!) 2017 Chardonnay finish bottling

I have tasted a previous one (an advance sample) that was really good, back in 2010...Tasting notes to follow soon...

 

 

 

9/ (GWG): What is the proportion (approx. percentage) of the whisky you produce that goes only to GLEN MORAY single malts & in which blended whiskies brands goes the rest?

(G.C.): About 40% is retained for Single malt use and the remainder is for use in Label 5 and swapping with other Distillers.

 

 

10/ (GWG): Greg’s Whisky Guide has recently listed his favorite 75 whiskies of all time and one of those was a GLEN MORAY though not a bottling but a cask sample (a 37 yo vintage 1971 sherry cask sampled in 2008 at approx.. 54 % which fetched 98,5/100 & Beyond any category). Among the tasting notes I will publish & present to the readers at this occasion, and there will be some exclusive & unreleased ones such as the terrificly well made 6 y.o. (the 2010 finished in P.C. sherry cask but also peated!). I’ve noticed a lot of innovations or attempts to push the distillery boundaries further, and not only in terms of finishes. This is quite an exciting time now for GLEN MORAY & some bottlings or experiments are really top class ones, so what can you tell us about how you work on these special bottlings?

(G.C.): Patience is the key. I like to mature the whiskies until they are ready rather than when they are needed. Creating a whisky and watching it develop is probably the best part of my job!

 

 

 

glen_moray_petits_samples_inedits_s.dugas_2016.

 Three experimental finishes (2 were peated as well!) proposed to tasting last year in France in a professional spirits show.

You will find my tasting notes about these vintage great whiskies on the "Focus on...GLEN MORAY distillery" section.

Picture: © Grégoire Sarafian

 

 

 

11/(GWG): What would you say to some of our (especially French) readers who may have not came across your whiskies yet in order to make them want to try them?

(G.C.): As I have said previously I would hope there is a whisky in the Glen Moray range for everyone. The trademark sweetness of Glen Moray makes it very easy to drink!

 

 

12/ (GWG): Among GLEN MORAY’s own whisky production, can you quote 2 regular expressions you particularly like and why, and 2 limited editions expressions you particularly like and explain why?

(G.C.): Glen Moray Classic Portwood Finish – beautifully rounded with subtle wine flavours

Glen Moray 12 y.o. is a traditional Speyside whisky matured in ex bourbon casks which gives it lovely toffee vanilla flavours and a little spice.

 

 

 

 glen_moray_e.c._port_cask_finish_2015_40

 The "Port cask finish" from the core range "Elgin Classic". It's a n.a.s., but a good value in my opinion. Picture: © Grégoire Sarafian

 

 

 

13/ (GWG): As I have the pleasure to meet every year or so at whisky shows on the distillery’s stand your wife Fay, can you tell us more about her specific role in GLEN MORAY & at this special occasion can she offer us her thoughts as well about one or two expressions of GLEN MORAY she particularly likes and explain why? (Please thank her in advance for her answers).

(G.C.): I could not do my job without her support. We attend many whisky events together and her knowledge of Glen Moray is very good! Her favourite Expressions are Glen Moray 12 y.o. and 18 y.o. both matured in ex bourbon casks.

 
 

 

 

 graham_coull_w_his_wife_salon_dugas_2014

Graham Coull & his lovely wife Fay, in a French professional spirits show in Paris, 2014. Picture: © Grégoire Sarafian

 

 

 

14/ (GWG): The year 2016 (& even more this year for sure) has been the year of the explosion of the fashion (or serious trend, we don’t know yet) for craft distilleries (or so-called) all over the world & the challenge for the others to innovate or try to push the boundaries to reconquer (if needed) the customers. Some of these attempts I believe have to be taken very seriously (I think for instance of WESTLAND distillery approach) as they question in a way the ability of Scottish distilleries to explore all the ways they not necessarily intend to follow in the past & the present, such as using varied kinds of barley, brewery yeast instead of distillery yeast (the latter being the most used today), different durations of the mashing or fermenting process, different woods, etc… What are your thoughts about that ? Can Scottish whisky distilleries still innovate in2017 in your opinion?

(G.C.): I think there is room for everyone but Scotch whisky distillers must maintain high standards of quality and consistency to ensure that Scotch whisky goes from strength to strength. There are so many permutations in terms of age, cask type etc. I don’t think we will ever stop innovating.

 

glen_moray_18_a_elgin_heritage_coll_2016_47.2_obpic

 The pretty convincing new 18 y.o. from GLEN MORAY's new "Elgin Heritage" collection, with an "whisky anoraks friendly"-ABV of 47,2 %  !

 

 

 

 

15/ (GWG): Last but not least question, what are your goals for the distillery for this very special year for GLEN MORAY, year 2017?

(G.C.): My goals are to enjoy the special year and try and introduce many more people to Glen Moray. Cheers!

 

***

 

Thanks a lot once again for yours answers, Graham!

 

Graham Coull (Glen Moray) VF

 

 

Graham COULL

 

 

Distillerie GLEN MORAY (Speyside, ECOSSE)

 

 

Maître-assembleur, Maître-distillateur & Directeur de la distillerie

 

 

graham_coull_in_g.m._warehouse

 

 

QUESTIONS à GRAHAM COULL, Maître-Distillateur de GLEN MORAY (1897), Directeur de la Maison du Whisky, à l’occasion des 120 ans de la distillerie ainsi que du fait que celui-ci est le 5 ème directeur de l’histoire de la distillerie, par Grégoire Sarafian, rédacteur en chef du site internet www.gregswhiskyguide.com :

 

Version française (traduite par votre serviteur) pour GWG

Mise à jour du 18/04/2017

 

Bonjour Graham, je suis ravi de vous interviewer même à distance (sachant que j’aimerais un jour pouvoir visiter la distillerie et deviser avec vous depuis l’intérieur des chais, qui sait!), pour cette occasion très spéciale.

 

1/ Greg’s Whisky Guide (GWG) : Cette année 2017 voit survenir le 120 ème anniversaire de la distillerie GLEN MORAY dont la production a débuté le 13 septembre 1897. Quels sont vos réflexions à propos de cet anniversaire ? Y a-t-il des événements particuliers organisés par le propriétaire comme par la distillerie ? J’ai entendu parler de mises en bouteilles spéciales, des éditions anniversaires…Peut-on en savoir davantage ?

Graham Coull (G.C.) : Cette année est une grande année pour la distillerie. C’est une chance unique de se pencher sur l’histoire et les réussites de la distillerie. L’anniversaire sera célébré par la sortie d’une édition limitée nommée « Mastery » (NDLR : « Maîtrise », en français). Il s’agit d’un assemblage contenant plusieurs cuvées millésimées de GLEN MORAY, chacune avec sa propre histoire à raconter…

 

 

2/(GWG) : A l’occasion de la célébration du 120 ème anniversaire de la distillerie, l’on remarque également que vous n’êtes que le 5 ème maître-distillateur depuis sa création en 1897, alors que ressentez-vous à ce sujet et que pensez-vous avoir apporté comme contribution personnelle à la distillerie en termes de politique de production, voire innovations ?

(G.C.) : Je suis très fier de perpétuer l’immense travail de mes prédécesseurs. Travailler avec l’héritage qu’ils m’ont laissé est un privilège et un plaisir. C’est aussi mon devoir de développer la distillerie et ses whiskies : Durant ces dernières années j’ai pu avec succès agrandir la distillerie tout comme ajouter de nouvelles références à la gamme officielle de GLEN MORAY.

 

 

 

 glen_moray_elgin_heritage_collection 2b.

La nouvelle collection "Elgin Heritage"de GLEN MORAY, avec 2 nouveautés (les 15 & 18 ans). Merci à Graham Coull pour la photo.

 

 

3/(GWG) : Quel est votre parcours dans l’industrie du whisky (ou au-delà si vous le souhaitez) avant votre poste chez GLEN MORAY?

(G.C.) : Mon premier travail, après mes années d’études de chimie à l’université d’Edimbourg, fut de produire de la bière au sein d’une brasserie locale. La transition oh combien naturelle entre bière et whisky fut faite pour moi en travaillant pour William GRANT & Sons à la distillerie GLENFIDDICH en 1994. J’ai débuté à la chaîne d’embouteillage, puis j’ai poursuivi dans la distillation, supervisant par la suite les trois distilleries de malt, GLENFIDDICH, The BALVENIE & KININVIE. C’est en 2005 que je rejoins GLEN MORAY en tant que directeur de la distillerie.

 

 

4/(GWG) : Quel est votre premier (bon) souvenir de dégustation d’un whisky?

(G.C.) : Mon premier souvenir de whisky date des années 1980, en compagnie de mon père. Le single malt The MACALLAN était son whisky favori.

 

 

macallan_the_18_1970_43_ob_v_stripe

Un The MACALLAN de la grande époque (mis en bouteille vers 1988), un nom qui méritait vraiment sa particule. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 

 

5/(GWG) : J’ai remarqué que lors de leurs interviews, peu de maître-distillateurs aiment communiquer au sujet des whiskies qu’ils apprécient lorsqu’ils proviennent d’autres distilleries…tandis que vous vous citez volontiers sur les réseaux sociaux vos découvertes (ce que je trouve très « fair play » au passage !), aussi pourriez-vous citer 3 récents coups de cœur et nous dire pourquoi ?

(G.C.) : Oui, j’apprécie de déguster plusieurs sortes de whiskies, parce que j’estime qu’il y a toujours quelque chose à en retirer (à en apprendre). Quelques coups de coeur récents:

-SCAPA 16 ans : D’une merveilleuse douceur et cher à mon coeur car souvent partagé avec ma famille et mes amis.

-CAOL ILA 18 ans : Mon whisky préféré dans la catégorie des tourbés. Si élégant et si équilibré. Un grand whisky de veillée...

-GLENCADAM 14 ans, “Oloroso Sherry Cask”: Peut être pas le plus connu, mais pour moi l’équilibre de ce whisky, son caractère marqué par le sherry et sa force mettent vraiment en plein dans le mille...

 

 

 

 scapa_16_ans_ob_2009_40_red

Le SCAPA officiel 16 ans (ici de 2009), ancienne version très prisée par Graham Coull. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

6/ (GWG) : Cela fait plus de 15 ans que je déguste du whisky et je peux attester qu’il y a eu un certain nombre de changements depuis mes débuts, mais aussi que chez GLEN MORAY en particulier l’on a pu maintenir un style maison et qu’en fait la distillerie a même été pionnière, aux côtés de GLENMORANGIE, en ce qui concerne notamment les affinages (je pense que peu de gens savent en effet que vous avez été les premiers à élaborer des affinages avec des fûts ayant contenu du vin blanc…). En 2017, que pensez-vous de cet état de fait et que voyez-vous pour l’avenir de la distillerie en termes d’innovation ?

(G.C.) : J’ai la liberté de pouvoir sourcer différents types de fûts dans le monde entier. Mes récentes acquisitions: Des fûts de rhum (NDLR: de chez DEPAZ, notamment!), des fûts neufs (“Virgin Oak”), des fûts de Marsala et de Cabernet Sauvignon. Si vous ajoutez à cela les plus courants fûts de Sherry et de Porto, vous voyez que j’ai plein d’opportunités pour faire des expériences dans les années à venir.

 
 

 

 glen_moray_12_yo_2004_madeira_finish_46

Le splendide GLEN MORAY millésimé "2004" sorti l'an dernier, un affinage en fûts de Madère de toute beauté. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

7/(GWG) : La distillerie GLEN MORAY a souvent été regardée de haut par un certain nombre d’amateurs du whisky à cause de sa large diffusion dans les hypermarchés et aussi en raison de sa politique de prix plutôt raisonnable (un peu comme GLENFIDDICH), également en raison du titrage majoritairement à 40 % de sa gamme régulière, voire aussi en raison du fait que GLEN MORAY est le cœur du considéré comme « très ordinaire » blended whisky Label 5. Qu’avez-vous à répondre à ces amateurs ?

(G.C.) : Tout ce que je puis dire c’est qu’il faut donner sa chance à GLEN MORAY, essayer. Il y a un vaste choix dans la gamme régulière et il y a au moins un GLEN MORAY qui puisse convenir à chacun!

 

 

8/ (GWG) : Le style de la distillerie GLEN MORAY est d’une certaine façon unique même parmi la vaste offre des whiskies du Speyside. Je peux dire en quoi c’est le cas à mon avis, mais comment vous-mêmes définiriez-vous cela & pouvez-vous nous décrire la variété de styles qu’offre la gamme régulière, mais aussi dire un mot des éditions limitées ?

(G.C.) : GLEN MORAY est un whisky du Speyside qui a du corps et qui est doux à la fois. Cette douceur se ressent dans toutes les versions disponibles. Elle est renforcée dans les versions de la gamme régulière utilisant un élevage ou affinage ayant contenu du Bourbon, du Porto, du Chardonnay ou du Sherry de type Oloroso.

 

 

 

glen_moray_chardonnay_cask_dist_bottling_2017

 L'édition limitée embouteillable à la distillerie (un affinage en fûts de Chardonnay), un brut de fût également disponible

pour le Salon Whisky Live London 2017. Restez à l'écoute, car il est bien possible qu'un échantillon me parvienne bientôt ! A suivre...

 

 

9/ (GWG) : Quelle est la part du whisky produit par la distillerie qui va dans la marque de single malt GLEN MORAY d’une part et quels sont les marques de blended whiskies dans lesquels on trouve du GLEN MORAY ?

(G.C.) : Environ 40% de la production est conservée pour faire des single malts, et le reste est pour partie destiné à entrer dans la composition des blended whiskies “LABEL 5”, et pour partie mise de côté pour les échanges avec les autres distilleries (NDLR: en vue d’entrer dans la composition des blends de la maison)

 

 

10/ (GWG) : Le site Greg’s Whisky Guide a récemment publié un palmarès des 75 whiskies préférés de votre serviteur, et parmi ceux-ci, il se trouve qu’il y a un GLEN MORAY mentionné, un échantillon de fût en fait de 37 ans d’âge, millésimé 1971 tiré du fût en 2008 et titrant environ 54 %. Parmi mes notes de dégustations concernant la distillerie, je présenterais mes notes précédentes à l’occasion de ce « Gros Plan », mais aussi celles d’échantillons de fût rares tels que celui-ci et d’autres plus récents comme le superbement conçu 6 ans d’âge millésimé 2010 affiné en fûts de sherry P.X. & tourbé ! J’ai remarqué pas mal d’expérimentations intéressantes susceptibles de pousser un peu plus loin les choses, et pas seulement en termes d’affinages. C’est une période plutôt excitante pour GLEN MORAY et certains de ces essais sont vraiment de premier ordre. Aussi pourriez-vous nous dire comment travaillez-vous sur ce genre d’éditions limitées et expérimentations ?

(G.C.) : La clé de cela est la patience. J’aime travailler à la maturation des whiskies jusqu’à qu’ils soient prêts, plutôt que jusqu’à que l’on en aie besoin. Créer un whisky et le voir se développer est probablement la plus meilleure partie de mon travail!

 

 

glen_moray_petits_samples_inedits_s.dugas_2016

 Trois millésimes (1988, 1995, 2010) expérimentaux avec affinage (parfois tourbé !) de GLEN MORAY dégustés par votre serviteur 

et dont vous pourrez trouver les notes de dégustations inédites dans le "Gros Plan" consacré à la distillerie. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

11/(GWG) : Que pourriez-vous dire à nos lecteurs (spécialement les français) qui ne connaîtraient pas encore vraiment vos whiskies afin de leur envie de les déguster ?

(G.C.) : Comme je l’ai précisé auparavant, j’espère qu’il y a un whisky dans la gamme GLEN MORAY pour chacun. La marque de fabrique caractéristique de GLEN MORAY, cette douceur, en fait un whisky très facile à boire.

 

 

12/(GWG) : Dans la gamme de whiskies de GLEN MORAY, pourriez-vous citer deux versions de la gamme régulière et 2 versions parmi les éditions limitées que vous aimez particulièrement et nous expliquer pourquoi ?

(G.C.) :

-GLEN MORAY Classic Portwood Finish, 40 % : D’une belle rondeur, avec de subtiles notes provenant du vin de Porto.

-GLEN MORAY 12 ans, 40 %: Un traditionnel whisky du Speyside whisky élevé dans des fûts ayant contenu du Bourbon, ce qui lui donne d’adorables notes de caramel, de vanilla, et un peu d’épices.

 

 

glen_moray_e.c._port_cask_finish_2015_40

 Le subtil affinage Porto dans la gamme sans compte d'âge de GLEN MORAY. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

13/(GWG) : A l’occasion de presque chaque salon ou un stand GLEN MORAY figure, j’ai le plaisir de rencontrer votre femme Fay, aussi pourriez-vous nous dire quel est son rôle au sein de GLEN MORAY et par la même occasion (spéciale cette année) aurait-elle la gentillesse de nous donner son avis au sujet d’une ou deux bouteilles produites par la distillerie qu’elle apprécie particulièrement et nous expliquer pourquoi ? (Remerciez-là de ma part s.v.p. pour ses réponses).

(G.C.) : Il m’est impossible de concevoir ce travail sans son aide et son soutien. Nous nous rendons ensemble à de nombreux événements liés au whisky et sa connaissance de GLEN MORAY est vraiment bonne!

Ses deux versions préférées sont le GLEN MORAY 12 ans d’âge et le 18 ans d’âge, tous les deux élevés en fûts ayant contenu du Bourbon.

 
 

 

 

 graham_coull_w_his_wife_salon_dugas_2014

Graham Coull & sa charmante épouse Fay, ici au Salon Club-Expert Dugas 2014. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

14/(GWG) : L’année 2016 (et certainement l’année qui débute encore davantage) a vu l’explosion de la mode (ou tendance sérieuse, on ne sait pas encore) des distilleries artisanales (ou prétendues telles) dans le monde, et le défi pour les autres distilleries de tenter d’innover ou de repousser les limites du possible pour reconquérir, le cas échéant, de la clientèle. Je pense que certaines de ces tentatives doivent être prises au sérieux (et notamment la démarche de la distillerie WESTLAND) dans la mesure ou elles interpellent la capacité des distilleries écossaises à explorer des voies qu’elles n’ont pas forcément voulu suivre jusqu’ici, mais aussi de nouvelles voies, en utilisant notamment différentes variétés d’orge, de procédé de brasserie-incluant la levure de brasserie au lieu de la levure de distillerie (cette dernière est la plus couramment utilisée de nos jours), différents procédés ou durées de fermentation, différents types de bois, etc…Qu’en pensez-vous ? Les distilleries écossaises peuvent-elles encore innover en 2017?

(G.C.) : Je pense qu’il y a de la place pour tout le monde, mais aussi que les distilleries écossaises de whisky

doivent maintenir des critères élevés de qualité et de continuité afin de s’assurer que le whisky écossais

conserve sa prééminence sur la durée. Il y a tellement de possibilités de permutations en termes de choix d’âge, de choix de fûts, etc...Je ne pense pas que nous cesserons un jour d’innover.

 

 

 

glen_moray_18_a_elgin_heritage_coll_2016_47.2

 Le nouveau 18 ans d'âge de la collection "Elgin Heritage", avec son titrage intéressant (47,2 %) a tout pour plaire aux amateurs chevronnés.

Retrouvez ma note de dégustation (je l'ai noté 91/100) dans le "Gros Plan ..." consacré à la distillerie.

 

 

 

15/(GWG) : Dernière question mais pas la moindre, quels sont vos objectifs pour la distillerie pour cette année très spéciale pour GLEN MORAY, l’année 2017 ?

(G.C.) : Mes objectifs sont d’apprécier cette année très spéciale et de faire connaître GLEN MORAY à encore beaucoup d’autres personnes. Santé !

 

 

***

 

(GWG) : Graham, encore un grand merci d’avoir répondu à toutes ces questions !

Daryl Haldane

 

Interview de:

 

Daryl HALDANE, de la distillerie HIGHLAND PARK

 

Global Brand Advocate

(Ambassadeur général de la marque)

 

Interview finalisée le 02/10/2013, traduite le 12/10/2013 par votre serviteur

 

 Daryl Haldane Highland Park

 Daryl Haldane devant les murs de pierre noire de la distillerie (Photo: © Highland Park)

 

 

1/ Questions Générales:

 

1 -   De nombreux changements ont eu lieu ces dix dernières années dans le monde du whisky. Lequel jugez vous le plus important, et, selon vous, a t’il eu des conséquences positives ou négatives?

Durant des années nous nous sommes fiés au seul compte d’âge des whiskies pour guider nos consommateurs vers la qualité, vers toujours une meilleure qualité. Je me réjouis qu’en tant qu’industrie, nous nous soyons aujourd’hui détachés de cette dépendance, et je pense que les gens comprennent désormais que le goût peut être exceptionnel tant pour des whiskies jeunes que pour d’autres plus âgés. Le but doit être la recherche de grands whiskies, et à Highland Park nous avons des joyaux de tous âges.

 

2 -  Quel futur prévoyez-vous pour les whiskies de qualité (les single-malts écossais spécialement), dans un marché ou l’essentiel des ventes est réalisé par les blended-whiskies, et ou peu de grands groupes possèdent la plupart des distilleries? En d’autres termes, ne craignez-vous pas qu’une certaine uniformisation devienne le maître-mot pour les whiskies qui seront mis en bouteille durant la prochaine décennie? (je fais également allusion à l’utilisation massive, voire exclusive de fûts de Bourbon de premier remplissage pour l’élaboration de nouveaux whiskies, et notamment pour les plus jeunes).

       Je ne pense pas que cela arrive un jour chez nous. Afin de rester compétitifs, nous devons continuer à innover dans ce que nous proposons. Je suis persuadé que les choses vont changer dans la décennie qui arrive. Je pense que les distillateurs écossais deviendront plus créatifs, en jouant sur le type de fûts utilisés, l’assemblage, les niveaux de tourbe, etc...Je pense toujours que le whisky de grain peut jouer aussi son rôle dans cette histoire du whisky en perpétuelle évolution.

 

3–  Durant la décennie 1990-2000, et au delà, nous avons vu proliférer certaines modes, dont les affinages en tout genre. L’auteur est ravi que la distillerie Highland Park ne se soit jamais commise dans ce genre de choses (bien que certaines options puissent être intéressantes à tenter, non sans precautions...).

Pensez vous que l’on s’inquiète trop à ce sujet, et à celui de la généralisation de la sortie d’éditions sans compte d’âge pour beaucoup de distilleries, et dans ce dernier cas, les distilleries font elles seulement cela à cause de la rupture de stocks de fûts âgés (à cause de la demande importante provenant des pays dits des “B.R.I.C.S.)?

A mon avis, il est clair que nous sommes contraints par les questions d'âge. Un whisky est prêt quand il est prêt, et je ne vois pas de raison pour laquelle nous devrions nous lier les mains nous mêmes en déclarant l’âge d’un whisky. Tant que nous pourrons faire confiance aux producteurs pour nous assurer qu’il n’y a pas de compromis quant à la qualité, nous pourrons être assurés de voir naître de belles nouveautés de la part de tous, en provenance de l’Ecosse toute entière. Notre série des “Guerriers” (NDLR: la gamme “Warrior Series”) en est l’exemple. L’entrée de gamme de cette nouvelle série est le “Svein”, et c’est un Highland Park sensationnel.

 

4 –  A quel point les single-malts des années 1960/1970 sont-ils différents de ceux de maintenant ou de ceux des deux dernières décennies? (je pense en cela à des versions anciennes de Highland Park, comme par exemple une millésimée 1959, embouteillée en 1980-dans une bouteille officielle trapue). Qu’est ce qui explique, selon vous, ces différences (si elles existent)? Sont elles dûes à des décisions de services de marketing, à des changements techniques (le type d’orge utilisés, le type de levures, l’éventuel remplacement des alambics, le type de fûts, l’automatisation, la transmission du savoir-faire entre les équipes dans le temps, etc...?). Auriez vous des exemples?

     Nous avons commencé à produire Highland Park en tant que marque de single-malt en 1979. Avant cela, le profil aromatique doux et fumé de nos whiskies était recherché par les assembleurs, produisant des blended-whiskies tels le “The Famous Grouse”. Il y avait donc de la qualité, de la cohérence dans ce que nous faisions. Nous maltons notre propre orge et nous fûmons 100 % de cette orge (NDLR : avec de la tourbe locale, différente de celle d’Islay). Dans le passé cette pratique n’était pas toujours suivie. Lorsqu’il faisait grand vent, la fumée s’échappait facilement du toit en pagode (NDLR : ...des clapets mobiles du toit). Dans un jour calme, en revanche, la fumée restait sagement sur l’orge en train de sécher. Donc suivant le jour en question, notre distillat était soit inhabituellement fumé, soit très légèrement fumé.

      En 2005 nous avons résolu le problème en installant un système de pales de type “hélicoptère", ce qui permet désormais d’assurer un flux régulier de la fumée vers le toit. Aujourd’hui nous essayons de conserver le caractère du distillat à chaque saison, alors que les niveaux de fumée ont pu davantage varier dans le passé. Alors, lorsque vous vous servirez un verre de vieux Highland Park, vous pourriez donc très bien être en mesure de dire si l’orge à été maltée durant un jour venteux ou durant un jour calme sur Orkney...

 

Highland park officiel 25 ans 48.1

Le Highland Park officiel 25 ans, ici en version à 48,1 % (donc pas le même lot que celui évoqué par Daryl Haldane).

 

 

2/ Sur votre politique de production, voire sur des questions techniques:

 

5 - D’abord une question sensible. L’on entend régulièrement dire que les fûts vendus par les distilleries aux négociants (ou aux intermédiaires, dits “brokers”) sont souvent de qualité inférieure à celle de deux conservés par la distillerie pour ses propres productions. Il semble que ce soit clairement le cas pour Highland Park (même s’il y a de notables exceptions), qu’en pensez-vous?

Nous savons ce dont nous avons besoin pour nos assemblages d’Highland Park. C’est bien entendu notre priorité. La chose importante à retenir, c’est que les négociants mettent souvent en bouteille un fût à la fois. Nous nous pouvons avoir jusqu’à 50 fûts pour un assemblage. Donc ce qui intéresse les négociants, c’est de mettre en avant les singularités entre les différents fûts, et je pense que c’est le seul argument de vente qu’ils aient. Mais cela offre aussi à des fûts uniques, au caractère unique, l’opportunité d’être dégustés en tant que tels.

 

6 -  Que pouvez-vous nous dire sur la double-maturation? Est-ce que le fait de changer de place le distillat durant la maturation affecte la stabilité de celui-ci? Hormis l’assemblage entre des fûts de chêne américain et de chêne espagnol, est-ce que la distillerie Highland Park a déjà eu recours à d’autres types de fûts? Y-a t’il une durée idéale de seconde maturation à votre avis (je pense au cas de vins mûtés, que ce soit du Porto, du Madère, du Sherry-pas aux vins classiques). Avez vous déjà tenté des maturations en fûts de Porto?

       Oui, nous avons mis à vieillir du Highland Park dans des fûts de Porto, mais il ne s’agit pas de fûts de seconde maturation, mais plutôt de maturation intégrale. Ils sont mis à vieillir depuis environ 12 ans. Ce que nous allons faire de ces fûts? Qui sait... Ils ont échappé à notre vigilance, et n’ont pas été portés à notre attention pendant une longue durée. Nous continuons à utiliser des fûts de Sherry de type Oloroso, et nous ne pensons pas que l’on obtiendra de meilleurs résultats en ayant recours à des affinages.

 

7 -   Une question dans le prolongement de la précédente, Daryl : Gerry Tosh (NDLR : le responsable de la marque, son ambassadeur principal si vous préférez) explique souvent dans ses interviews l’intérêt de combiner les deux types de fûts utilisés majoritairement par la distillerie, à savoir les fûts de chêne américain (“American Oak”) et les fûts de Xérès européens (“Spanish Oak”-Sherry). Avez-vous déjà eu recours pour la maturation du distillat, même pour des experiences, à différents types de Sherry tel l’Amontillado, l’Amoroso, le Fino ou le Pedro-Ximenez?

      Non nous n’y avons pas eu recours. Si cela avait eu lieu, il aurait fallu de longues années de maturation pour qu’il puisse changer véritablement le caractère de notre whisky. Le fût est ce qui nous donne le caractère et la saveur, pas le sherry. Si nous faisions des affinages durant par exemple 4 à 6 mois, alors nous pourrions voir des réminiscences du Sherry influer sur le profil aromatique final. Il en va de même pour les autres types de Sherry que vous citez, ils auraient leur part dans le style maison...

 

8 -   Comment choisissez-vous les fûts qui sont utilisés pour créér les différents versions d’Highland Park?

Quand nous évaluons les whiskies, nous les sélectionnons d’abord par leur couleur (NDLR : depuis 2007 la distillerie dit ne plus utiliser de colorant –du caramel ajouté-pour ses whiskies). Nous n’utilisons pas de caramel ajouté donc nous devons nous reposer sur les fûts de Sherry (chêne européen) de premier remplissage pour la couleur. Pour le profil aromatique, nous voyons d’abord ce que ces fûts ont à nous apporter, puis jugeons en conséquence du pourcentage de fûts de Sherry de second remplissage (ou davantage) nécessaire pour l’élaborer. Nous faisons de même pour nos fûts de Sherry provenant de chênes américains, puis les choisissons pour l’assemblage. C’est tout un processus. Max MacFarlane en est le responsable.

 

9-   Nous voyons parfois des versions de négoce de whiskies de la distillerie Highland Park à un fort titrage, bien plus que nous aurions pu le penser. A quel pourcentage d’alcool remplissez-vous les fûts avant vieillissement?

         Nous remplissons nos fûts avec un alcool à 69,8 % A.B.V. (alcool par volume).

 

 Warrior Series

La gamme complète des "Warrior Series"...du moins cher (à gauche) au plus cher (à droite), tous sans mention d'âge (renseignement pris, c'est en effet tenu secret, mais l'on peut en avoir une idée en comparant leur prix et leur place dans la gamme...personnellement je pense à une amplitude 8/10 ans d'âge pour le premier et sans doute 30 à 40 ans d'âge pour le dernier).

 

 

3/ Les gammes de Highland Park :

 

10- A votre avis, en quelques mots, qu’est-ce-qui pourrait le mieux résumer l’identité spécifique & l’intérêt des whiskies de la distillerie Highland Park.

     Je dirais : “Délicatement fumé et étonnamment doux”. Nous utilisons une variété de tourbe sans résidus d’arbres (NDLR : en raison d’un climat très venteux, il n’y a pas d’arbres sur les îles Orcades) et des fûts de chêne ayant contenu du Sherry, et ce sont ces deux éléments qui rendent les saveurs de Highland Park si unique.

 

11 - Qui chez Highland Park définit l’amplitude de vos gammes de single-malts, le choix des versions réservées au marché hors-taxe (“global travel retail editions”), des versions millésimées? En fait quelle est la marge de manoeuvre du maître-distillateur par rapport à la division marketing (sans parler de la politique du groupe Edrington qui possède la distillerie)?

C‘est un travail d’équipe. L’équipe de marketing doit savoir comprendre la demande du public. Le fabricant du whisky, lui, doit connaître son stock et sa disponibilité pour rencontrer cette demande, tandis que le maître-distillateur (Graham Manson, qui est aussi le directeur de production-NDLR) prépare le whisky pour les considérations à plus long terme. Nous travaillons tous de concert pour que cela puisse se réaliser.

 

12 - Lequel de vos whiskies considérez vous comme le meilleur dans l’histoire de la distillerie, et le meilleur de la dernière distillerie? (merci de donner des exemples précis....).

      Le Highland Park 25 ans à 45,7 % (l’édition 2013) qui a récemment gagné le prix du “Meilleur spiritueux au monde “ et 100 points à l’Ultimate Spirits Challenge. Qui suis-je pour contester cela? Par ailleurs j’aime aussi le Highland Park 21 ans à 47,5 %. Il a un goût de paradis.

 

13 -Comment décidez-vous, lorsque vous choisissez des fûts pour l’assemblage de vos single-malts (ou pour créér une nouvelle version) du nombre de fûts qui seront utilises à cet effet?

Nous réalisons des assemblages-test à partir de petits samples. Nous avons un panel de dégustateurs qui va ensuite tester ces versions. Si tout va bien, l’assemblage choisi sera reproduit à plus grande échelle afin de le commercialiser.

 

14. -Combien de fûts sont utilisés pour le 18 ans d’âge de la gamme régulière, comparativement à la version d’avant 2007 (date du changement de packaging). Est il vrai que la version la plus récente des deux comporte moins de fûts de plus de 18 ans que la version précédente, cela étant dû, dit on, à la raréfaction de fûts plus ages? (j’ai cru comprendre que pendant longtemps, des fûts de 20 à 30 ans d’âge étaient même utilisés, certes en petite quantité). L’édition la plus récente n’a t’elle que des fûts de 18 ans d’âge?

       Concernant le 18 ans d’âge, nous utilisons toujours un assemblage de plusieurs âges, au delà de 18 ans d’âge. Mais aucun assemblage ne sera jamais le même, car il n’y a pas de recette exacte. C’est la part amusante dans ce que nous faisons. Je ne peux pas trop en dire au sujet des anciennes versions du 18 ans, tout ce que je peux dire c’est que ce ne sont pas tous des 18 ans d‘âge...

 

15-  Est-ce pour cette raison que vous avez développé, comme d’autres distilleries, de nouveaux millésimes et des versions sans mentions d’âge plutôt que de nouvelles expressions avec mention d’âge?

      Les versions millésimées ont été créées dans le but de définir une séparation nette entre le marché hors-taxe (NDLR : versions duty-free dites “global travel retail editions”) et le marché intérieur.

 

16Vous représentez une des distilleries les plus célébres et une des plus respectées dans le monde du whisky, bien que nombre de personnes dégustent votre single-malt sans le savoir (en tant qu’ingrédient important du blended-whisky “The Famous grouse”). Les passionnés du whisky (dont je suis) reconnaissent que vous avez franchi une étape, en 2007, lorsque vous avez décidé d’abandonner l’ajout de caramel à vos single-malts. Alors, beaucoup d’entre nous, moi le premier, s’interrogent sur ce qui sera la prochaine étape pour la distillerie dans le sens de la recherche de davantage encore d’authenticité ? Est ce que vous allez décider de ne plus filtrer à froid vos whiskies, de remonter le degré d’alcool (comme Bunnahabhain et Ledaig l’ont fait), ou encore explorer les possiblités de travail du bois comme l’ont fait par exemple Compass Box ou Glenmorangie?

      Nous travaillons plus que d’autres sur la politique du choix du bois, c’est même au coeur de ce que nous faisons. Mais l’endroit le plus propice à l’expérimentation et excitant pour nous est notre aire de maltage. Nous avons étudié récemment la possibilité d’utiliser de l’orge locale et nous allons voir comment cela pourrait se développer dans le futur. Nous ne ferons pas de suivisme, nous voulons faire ce que nous sentons être juste et aussi écouter nos consommateurs.

 

17 -En tant que consommateurs, comment devons-nous juger de la qualité d’un single-malt brut de fût (je pense par exemple au 12 ans d’âge version cask strength de la maison, nommé “Hjarta”, sorti il y a quelques années)? Devons nous le juger pur ou dilué? Quelle est la quantité d’eau idéale selon vous?

Ajoutez de l’eau petit à petit jusqu’à ce que vous sentiez que c’est la bonne quantité d’eau pour votre palais. Personnellement j’aime déguster mon whisky même réduit à 40 %, d’autres le préfèrent à 50 %. Vous savez, c’est comme commander un steack au restaurant, c’est très personnel. Dégustez le comme vous l’aimez.

 

18-  Que pensez-vous des “Small batches” (NDLR : petits lots de fûts) comparés aux single-malts produits à grande échelle? Selon vous qu’est ce qui parmi ces deux options est le plus efficace pour exprimer toutes les qualités des single-malts d’Highland Park en particulier?

     Les single-casks donnent une idée de la personnalité d’un seul fût. Je pense que les small batches (ou les assemblages plus larges) vous permettent d’avoir une idée plus générale de ce que Highland Park crée. Cela vous assurera de retrouver la douceur et le caractère fumé dans chaque bouteille. C’est là ou le role de Max (NDLR : Max MacFarlane, “whisky maker”) est si important. J’aime déguster mon whisky, sachant qu’il a sélectionné des fûts spécialement pour cette version là en particulier que je déguste.

 

19.   Que peut-on attendre dans un future proche de la part de la distillerie, après la gamme “Warrior series” et les deux dernières expressions à venir de la “Valhalla collection” (“Odin” & “Freya”) ?

Nous avons de bonnes choses qui arrivent bientôt. Je pense aussi que les 2 derniers whiskies de la “Valhalla collection” vont vraiment être quelque chose d’unique. Le mois de février approche et je suis impatient d’y être pour voir ce que les gens vont en penser. Au delà de Valhalla, il faudra voir...

La “Warrior series” a suscité une forte demande, nous sommes incrédules devant un tel intérêt pour cette gamme. J’aime le fait que nous ne sommes pas là dans le territoire typique du whisky et je pense que cela va entraîner par la suite d’autres incursions en dehors de ce territoire.

 

20. Quand pensez-vous venir en France pour peut être assister à un Salon du whisky? Une distillerie d’une telle importance mérite mieux que le sort qui est réservé au public français. Beaucoup d’amateurs de la distillerie (moi le premier!) pensent que vous devriez envoyer un ambassadeur écossais ...alors à bon entendeur, merci d’avance !

 J’étais là en fait l’an dernier, tandis que les premières versions de la “Valhalla collection” étaient déjà très recherchées. Je viendrais peut être l’an prochain.

 

Group of HP Bottles 

A gauche des éditions récentes de la distillerie, à droite deux anciennes versions d'avant 2007 (Photo © Grégoire Sarafian).

 

 

 

Greg’s Whisky Guide:

 Un grand merci pour vos réponses à cette interview à distance...

 

(Traduction : Grégoire Sarafian -12/10/2013)

 

 

Frank McHardy

(J. & A. Mitchell-Distillerie Springbank)

Directeur de la production de Springbank

 

frank mch n g.s. s.i.s. 2011
 

Frank McHardy (& votre serviteur en visite sur le stand) au festival "Spirit in the Sky" en Belgique en 2011 (ph. © J.Houberdon)

 

Préambule : Je vous propose une interview de Frank McHARDY, directeur de la production chez J. & A. Mitchell & co, Ltd, propriétaire de la distillerie de SPRINGBANK, qui travaille depuis 50 ans maintenant dans l’industrie du whisky et est membre du panel de dégustation de CADENHEAD’S, maison de négoce liée à la distillerie…(voir également son portrait dans ce même onglet). L’interview est un peu ancienne (automne 2008), mais certaines questions sont toujours d’actualité ! Pour le reste, ou lorsque j’ai considéré qu’il y avait une précision utile à apporter, j’ai ajouté ici ou là quelques brefs commentaires. (NDLR : 24/09/13)

 

A/ Questions d’ordre général:

 

1.-Il y a eu un certain nombre de changements dans le monde du whisky au cours de cette dernière décennie. Lesquels considérez-vous être les plus significatifs ? Et les jugez-vous positifs ou négatifs, et pourquoi ?

L’un des changements les plus importants est le regain d’intérêt pour les distilleries plus petites qui produisent leur propre marque de Single Malt. Cela doit être un bénéfice pour tout le monde, y compris pour les clients de ces produits. Les clients pourront ainsi identifier les producteurs de ces whiskies, et, dans le cas où ils auraient des questions sur ces whiskies, ils pourraient parvenir plus facilement s’adresser aux bons interlocuteurs au sein de la société en question.

    2.-Quel type d’avenir est-ce que vous prévoyez pour les whiskies de qualité comme le votre, dans un marché où les chiffres d’affaires sont réalisés par les blends, et dans un marché où les deux sociétés les plus importantes sont propriétaires de la plupart des distilleries? L’uniformisation de la production va-t-elle le mot clé pour les embouteillages de la prochaine décennie ?

Notre Société a un bel avenir dans le marché des Single Malts et, aussi longtemps que évitons la surproduction, nous continuerons à avoir un bon marché pour nos produits. Nous ne pouvons pas nous comparer aux "deux grandes" sociétés dont le marché principal reste les blends, c'est-à-dire les whiskies d’assemblage. (NDLR : Frank McHardy fait allusion aux deux grands propriétaires de distilleries et de marques de blended-whiskies, à savoir M.H.-Diageo & Pernod-Ricard.).

      3.-Qu’est-ce que vous pensez de cette mode croissante d’embouteillages « single-casks », et d’affinages de toutes sortes ? En fait, pourriez-vous définir ce qu’est pour vous un authentique single-malt whisky (ou bien, un Blended-malt) aujourd’hui ? Jusqu’à quel point pouvez-vous aller en faisant évoluer un whisky sans qu’il ne perde son authenticité ?

L’embouteillage d’un fût individuel de single-malt produit des expressions de whisky très intéressantes. A la condition que le whisky soit de bonne qualité, je ne vois pas d’inconvénients majeurs à l’embouteillage de fûts individuels. Je pense que les "affinages" peuvent dés fois augmenter le prix sans ajouter de la qualité.  J’ai une assez nette préférence pour la maturation intégrale dans différents types de chêne plutôt que les finitions d’assez courte durée. Parfois le chêne peut donner trop de saveur en étouffant le whisky, donc il faut faire très attention avec les "finitions".

    4.-Certains collectionneurs importants de whisky comme Mr Begnoni (dont on a pu avoir un aperçu de sa collection au salon « Whisky Live Paris » en 2006 et en 2007, notamment) ont présenté des vieux single-malts whiskies à ces occasions, avec un profil aromatique parfois bien éloigné de leur éventuelle version moderne. A quel point considérez-vous vous-même ces versions anciennes différentes de celles d’aujourd’hui ou encore de celles mises en bouteille dans les années quatre-vingts ?

Je ne peux pas commenter la collection de Monsieur Begnoni, mais il y a certainement des différences entre les saveurs des whiskies de type single-malt écossais distillés dans les années 1960 par rapport à ce que nous avons de disponible aujourd’hui. Beaucoup des différences proviennent des fûts utilisés pour la maturation du whisky. Par exemple, beaucoup des fûts de Sherry de cette période-là arrivaient dans le Royaume-Uni remplis déjà remplis de Sherry pour être mis en bouteille (NDLR : Normalement l’usage est de vider les fûts de leur contenu et de les rincer préalablement au transport des fûts, qui sont, de plus, le plus souvent démontés pour le transport puis remontés ensuite sur place). Ces fûts, je pense, donnaient beaucoup plus de saveur que les fûts de Sherry utilisés de nos jours. La majorité des distilleries n’ont pas changé leur processus de production, donc, puisque environ 65 % à 70 % de la saveur provient des fûts, je dirais que les différences proviennent désormais davantage du type du bois utilisé pour la maturation.

    5.-Comment choisissez-vous les fûts pour les affinages, secondes maturations ou maturation intégrale en fûts ayant contenu du vin ? Selon la S.W.A., les single-malts écossais mis sur le marché doivent conserver leur caractère spécifique et ne doivent pas ressembler au vin utilisé pour l’affinage. Comment parvenez-vous à faire cela ? Y a t’il d’après vous un type particulier de contenu de fût mieux adapté à l’élevage de whiskies que d’autres (par exemple, un fût de bourbon pour un whisky tourbé d’Islay, un fût de sherry pour un Speyside fruité, etc…)?

Nous remplissons très peu de fûts ayant servi pour le vin à la Distillerie de Springbank et pour ceux que nous utilisons, nous les choisissons pour complémenter (NDLR : voire sublimer…) le whisky que nous produisons. Par exemple, nous avons il n’y a pas longtemps mis du jeune LONGROW dans des fûts de Barolo provenant du vignoble d’Angelo Guya. La combinaison de saveurs de vin et de tourbe prouve que les fûts ayant servi pour le vin peuvent apporter leur contribution s’ils sont utilisés correctement. Chaque distillerie a ses préférences en matière de fûts de Bourbon ou de Sherry. Certains whiskies d’Islay s’accommodent mieux avec le Bourbon, mais l’un des meilleurs LAPHROAIG que j’ai jamais goûtés fut vieilli en fûts de Sherry. D’un autre côté, autant que je sache, la distillerie GLENMORANGIE, elle, utilise majoritairement des fûts de Bourbon.

    6.-A quel point est-ce que l’arrêt de la distillation en cours d’année est important dans le travail et la qualité de la production d’une distillerie ? (NDLR : En travaillant seulement selon les saisons de distillation, on contribue à laisser les installations "se reposer" entre les distillations. Certaines des très grandes distilleries produisent en quasi-continu !) .

Je dirais que, à condition que l’équipement d’une distillerie soit bien entretenu, il n’y a rien qui empêche la distillation en continu pendant toute l’année. Bien entendu, dans le passé, les distilleries avaient l’habitude de fermer pendant les mois d’été principalement à cause du manque d’eau et ceci permettait la maintenance de l’équipement. Je suis par ailleurs d’avis que le meilleur alcool est produit durant la période allant du mois d’Octobre jusqu’à la première partie du mois de Mai, à cause de la température de l’eau de refroidissement.

B/ Questions spécifiques à la distillerie SPRINGBANK:

 

    7.-Comment résumeriez-vous, en quelques phrases, l’identité spécifique et l’intérêt de votre single-malt (et même des blended-whiskiess CAMPBELTOWN LOCH & MITCHELL’S) par rapport aux autres ? Est-ce le fait qu’il s’agit de l’une des rares distilleries appartenant à une famille joue un rôle majeur (positif, s’entend) ?

La raison principale qui fait que les produits de notre compagnie plaisent au public en général est que nous exécutons à 100 % l’entier processus de transformation de l’orge en bouteilles de Whisky. Par ailleurs, nous n’utilisons aucune filtration à froid avant la mise en bouteille, et nous n’utilisons aucune coloration artificielle non plus.

     8.-Qui dans la société définit l’amplitude de votre gamme de single-malts, des différents millésimes et des types de whiskies ? Jusqu’à quel point est-ce que le manager/distillateur est libre pour choisir la prochaine version qui va être commercialisée et le nombre de bouteilles, par rapport aux département commercial et du marketing ?

Notre gamme régulière est le résultat de la mise en chai de stocks sur une période de nombreuses années. Ce stock inclut des fûts susceptibles de produire un whisky « spécial » (NDLR : Frank McHardy fait allusion aux séries limitées produites de temps à autre. Dernier exemple en date, une jolie version de 12 ans d’âge dont la seconde moitié de la maturation a eu lieu dans des fûts ayant contenu du Calvados). Ces fûts sont repérés par la prise d’échantillons, et sur la base de ces échantillons, nous pouvons décider de faire une mise en bouteille "spéciale". Le Directeur de la Distillerie joue un rôle crucial, puisque c‘est lui qui a la garde des stocks en cours de maturation, et ses décisions peuvent avoir un impact énorme sur le choix de ce qui est mis à disposition pour embouteillage.

    9.-Au-delà de ce qui est donné comme l’explication officielle, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les décisions derrière la genèse des trois marques de single-malts aussi différentes que sont HAZELBURN, LONGROW et SPRINGBANK ?

La production de SPRINGBANK constitue à peu près 70 % de tout ce que nous produisons, avec les 30 % restants divisés entre LONGROW et HAZELBURN. Longrow avait initialement la vocation ressembler à un Whisky du " style d’Islay ", très tourbé destiné aux blends. HAZELBURN est distillé trois fois et basé approximativement sur mon expérience de produire le BUSHMILLS en Irlande du Nord. Le LONGROW et le HAZELBURN ont par ailleurs été créés pour satisfaire la demande publique pour de tels produits.

   10.-Quid des single-malts de GLENGYLE et de KILKERRAN ? J’ai entendu dire que le premier single-malt est maintenant en bouteille ? Est-ce que vous pourrez nous en dire un peu plus, y-a-t-il des nouvelles?

Le KILKERRAN est produit à la distillerie de GLENGYLE et la première distillation a été effectuée en Mars 2004. Les visiteurs de notre salle de dégustation à Campbeltown peuvent déjà déguster ce produit. Nous suivons étroitement la qualité de KILKERRAN dans le but d’en diffuser en 2009. (NDLR : Depuis la transcription de cette interview, plusieurs versions de ce single-malt ont été produites et rendues disponibles en France également, mais certes de manière marginale (question de distribution et de visibilité encore réduite de la marque KILKERRAN). Il existe déjà 5 éditions de KILKERRAN, qui dépasse désormais largement les 5 ans d’âge (certains parlent de 8 ou 9 ans, mais je n’en ai pas confirmation), et les deux dernières, sauf erreur, sontnommées « Work in Progress 5/Bourbon » et « Work in Progress 5/Sherry » donnent donc le choix entre deux types de maturation.

      11.-Lesquels de vos produits considérez-vous les meilleurs dans l’histoire de la distillerie, ainsi que les meilleurs de l’année ou de la dernière décennie ? (Pourriez-vous donner des exemples précis – avec l’année de distillation et de mise en bouteille, l’âge, le degré d’alcool, single-cask ou, au brut du fût ou non, le type de fûts utilisé, si filtrage à froid ou non, etc.) – NDLR: L’auteur souhaite évoquer ici une version exceptionnelle qu’il a dégustée, à savoir un SPRINGBANK de 12 ans d’âge étiquetée "100 PROOF", embouteillée à 57%, commercialisée dans les années 1990 à 2000 ? (Elle a été notée 100/100 dans ses notes de dégustation et même "Hors Catégorie"). Pourriez-vous nous en dire plus sur cet embouteillage ?

La réponse à cette question est très difficile puisqu’il y a de si nombreuses versions de SPRINGBANK™ qui sont considérées comme des "classiques". La version probablement la plus populaire a été et demeure l’embouteillage standard du SPRINGBANK à 21 ans d’âge embouteillé entre les dernières années 1980 et les premières années 1990, ou encore la gamme “Local Barley” distillée en 1966 et 1967, des whiskies fantastiques qui ne sont malheureusement plus disponibles (NDLR : Il existe aussi des versions millésimées « 1965 » de la version « Local Barley ». Elles sont encore disponibles sur certains sites internet ou grandes caves, mais prix très élevé….). Aucun de nos whiskies n’a jamais été filtré à froid. Le 12 ans d’âge dit « 100 PROOF » embouteillé à 57.1 % d’alcool est unique, car son degré fut ajusté par l’ajout de fûts de SPRINGBANK plus âgé, plutôt que de l’eau. Une partie du whisky dans ce lot provenait en effet des années 1965-1967.

      12.-Comment décidez-vous du nombre de fûts que vous allez utiliser, lorsque vous préparez un assemblage de fûts pour élaborer un nouveau single-malt (soit le nouveau lot du single-malt SPRINGBANK de 10 ans d’âge, soit un nouveau 15 ans d’âge par exemple), et approximativement combien de vieux fûts par rapport aux plus récents (et combien de fûts en tout) vont être utilisés pour cela ?

Nos SPRINGBANK standards de 10 ou de 15 ans d’âge sont fabriqués à partir d’un mariage de jusqu’à 40 fûts différents. Nous regardons le profil du stock dans le chai (NDLR : l’éventail de fûts différents disponibles), des fûts de Bourbon ou Sherry, etc…et à partir de ce profil nous composons la "recette" pour nos produits. Les fûts sont tous mélangés ensemble, puis le degré d’alcool du whisky est réduit jusqu’à environ 48% d’alcool par l’ajout d’eau. Le whisky est ensuite remis dans des fûts où il restera pendant au moins 6 mois avant l’embouteillage. Ce processus s’appelle le "mariage".

   13.--Qu’est-ce que vous pensez des petits lots (Small Batches), par rapport aux Single-Casks et à l’assemblage classique de Single-Malts (qui en utilise un bien plus grand nombre), et quelle est la version que vous considérez la meilleure pour exprimer les qualités spécifiques de vos single-malts?

Les petits lots offrent à plus de personnes la possibilité de goûter le produit. Je pense que le meilleur moyen de mettre les produits de Springbank en valeur est d’utiliser des fûts qui subliment le produit plutôt que de le dominer. Des fûts ayant servi pour le Sherry sont l’idéal, en deuxième remplissage, pour la maturation de SPRINGBANK.

14. – Quelle est la meilleure façon de boire (ou, devrais-je dire plutôt, déguster !) vos single-malts?

Personnellement je préfère ajouter de l’eau de source de bonne qualité afin de réduire le whisky jusqu’à environ 40% d’alcool. Ce n’est pas le cas de tout le monde, car certaines personnes préfèrent le boire brut du fût. Là, il s’agit d’un choix personnel de ma part.

    15.-Quels sont les rapports entre vous et la société de négoce CADENHEAD ? (Etant données vos responsabilités chez SPRINGBANK, est-ce que vous sélectionnez des embouteillages pour eux, etc.) ?

CADENHEAD une filiale à 100% de J & A Mitchell & Co. CADENHEAD prend ses propres décisions quant au choix des fûts à embouteiller. Cependant, nous sommes membres d’un comité de dégustation qui participe à l’arbitrage pour choisir les meilleurs fûts à mettre en bouteille, et en tant que tel nous avons donc notre mot à dire.

    16.-Est-ce que vous avez un message à passer à quelqu’un désireux de découvrir le monde si étonnant et captivant du whisky Ecossais ?

Le Whisky a énormément à offrir, et il y a tellement de styles différents que la meilleure chose qu’un individu puise faire est de repérer les Clubs de Whisky dans son pays de résidence. Les adhérents de ces clubs sont toujours prêts à vous conseiller. La majorité des pays disposent également de cavistes ou de boutiques spécialisées dans le Whisky qui sont aussi très disponibles et motivés.

17.-Des conseils pour les personnes désireuses de visiter votre distillerie ?

Pour tous ceux qui souhaitent visiter les distilleries de SPRINGBANK ou de GLENGYLE, nous leur conseillons d’appeler le +44 (0) 1586 551710 (en choisissant l’option n° 1). Des visites peuvent ainsi être réservées. Nous sommes ouverts pour des visites durant la majeure partie de l’année et celles-ci sont généralement organisées n’importe quel jour ouvrable. Elles commencent toutes à 14 heures.

  Merci, Frank d’avoir si gentiment répondu à toutes ces questions !

 

Interview: Grégoire Sarafian / Traduction: Hugh (…) et Grégoire Sarafian

John Glaser

John GLASER

Compass Box Whisky Company

Embouteilleur indépendant & créateur d’assemblages originaux

j.glaser in the lab nosing comp 

John Glaser en pleine séance de nosing, dans son "labo" de Londres (Photo © Compass Box)

 

Préambule: J’ai rencontré John Glaser pour la première fois en 2005, dans le cadre du salon « Whisky Live Paris » sur le stand de sa société Compass Box (voir également la présentation de celle-ci sur la fiche de la maison de négoce Compass Box). A l’occasion de ma visite dans son « atelier » de création de ses whiskies  Chiswick, dans la banlieue de Londres en 2007 est née l’idée de cette double-interview, quelque peu inhabituelle, avec une première partie de forme conventionnelle, puis une deuxième ouverte sur les arts, et la musique en particulier, qu’il affectionne y compris dans son travail même. L'interview est assez ancienne, certes, mais il m'a semblé que par certains aspects elle était toujours d'actualité et exemplaire dans certaines problématiques récurrentes sur les questions de la qualité du whisky en général et de l'originalité de la démarche de Compass Box en particulier.

 

I/ Première partie : L'interview traditionnelle: 

1– Qu’est-ce qui vous a incité à fonder votre propre société, après votre longue expérience des vins et spiritueux chez Diageo ? Est-ce que vous aviez déjà un concept complet en tête, ou est-ce que c’était que vous vouliez juste faire quelque chose d’autre que ce que faisaient les sociétés d’embouteillage existants ? Autrement dit, d’où vient l’inspiration ?

Quand j’étais plus jeune, mon ambition était de devenir viticulteur ou marchand de vin. Le processus de création m’a toujours donné beaucoup de satisfaction, et j’ai toujours apprécié un bon verre. Après plusieurs années dans le marketing au sein de l’industrie du whisky, ma première ambition de créer est revenue, mais cette fois sous la forme d’être créateur de whisky. J’avais le sentiment d’avoir des idées sur le whisky susceptibles d’apporter de l’innovation au monde du whisky.

2–Lorsque vous avez prononcé cette fameuse phrase, que « N’importe qui peut embouteiller un single-cask, mais la véritable habileté dans le Scotch whisky est démontrée par l’assembleur » , est-ce que vous vouliez encourager les autres sociétés dans cette direction, et comment est-ce que vous expliquez que vous êtes quasiment le seul à s’engager dans ce genre de création à cette envergure ?

Je dis cela car je travaille dans un monde où les gens croient que tous les Scotch whisky associés avec le mot « blend » sont forcément de qualité inférieure. Alors qu’en fait, le whisky est presqu’entièrement une histoire d’assemblage (« le blending »), la seule exception étant les embouteillages de fûts uniques (single-cask bottlings). Je revendique le blending, et je veux que le reste du monde comprenne pourquoi, afin qu’ils puissent se procurer encore plus de plaisir avec le whisky.

3–Dans certaines de vos déclarations sur la philosophie qui dicte votre manière de fonctionner au sein de Compass Box, j’ai appris que vous aimiez travailler en écoutant de la musique. Est-ce que vous pourriez nous en dire un petit peu plus, ainsi que sur les frontières entre les arts et les métiers (l’œnologie en tant qu’art) ?

J’aime bien avoir de la musique de fond pendant que je travaille. Typiquement, j’aime la musique classique ou le jazz — de la musique sans paroles. Les paroles me déconcentrent. J’aime bien les atmosphères et l’ambiance que la musique peut créer comme toile de fond pour une séance de travail. Je trouve que la chaîne BBC Radio 3 (la chaîne de la BBC spécialisé dans la musique classique) est l’un des plus grands trésors de la Grande Bretagne.

4- L’on entend dire souvent que les fûts vendus aux embouteilleurs indépendants ne sont pas les meilleurs de la distillerie, sinon les pires, ce qui expliquerait pourquoi certaines n’autorisent pas l’utilisation du nom de leur distillerie. Comment réagissez-vous à cette rumeur, malgré le fait incontestable que certains de ces négociants ont aidé à ce que certaines distilleries fermées ou en sommeil demeurent célèbres, voire de les rendre encore plus célèbres, ou encore d’éviter la fermeture ?

Dans mon expérience, si les grandes sociétés acceptent de vendre des fûts de single malts, elles considèrent tous les fûts comme égaux, et n’essaient pas de se garder les bons fûts pour leurs propres embouteillages tout en se débarrassant des fûts moins bons en les vendant aux indépendants. Je suis certain qu’il y a des exceptions, mais pas dans mon expérience. Les grandes sociétés considèrent leurs fûts de single malts en tant que produits. Leur valeur est tout simplement calculée en fonction de leur âge et de leur contenance en alcool, sans considération ni du type de fût (premier remplissage, deuxième remplissage, ex-bourbon, ex-sherry, etc.) ni de la qualité. C’est étrange, n’est-ce pas?

5- Ces deux dernières décennies ont vu des profonds changements dans le marché du whisky, vraisemblablement, tells que le nombre croissant de Single-casks disponibles, d’un côté, et d’affinages de l’autre (certains positifs, d’autres moins), aussi bien qu’une certaine mode (de la part du public amateur, aussi bien que des connaisseurs) de ne boire que des whiskies bruts de fût (se transformant parfois en véritable snobisme), quel est votre avis sur ces questions ?

Je pense que l’intérêt dans les whiskies single cask ou brut de fût est compréhensible. Du point de vue de l’enthousiaste (« connaisseur »), il est parfaitement logique, car alors que les meilleurs whiskies de type single-casks, ou bruts de fût sont les « diamants non taillés » de l’industrie du whisky ; les meilleurs parmi ceux-ci nous démontrent tout le potentiel d’un whisky vraiment remarquable. Cependant, ils sont très difficiles à trouver, et la majorité des embouteillages single-cask sont plutôt quelconques, et auraient pu être améliorés par un assemblage avec d’autres fûts.

Quant aux finitions en différents fûts, je considère qu’ils constituent un outil fort utile pour le créateur de whisky, mais aujourd’hui ils sont devenus très à la mode, comme vous le dites, et trop souvent des finitions en différents fûts sont utilisés pour « dissimuler » un fût de qualité inférieure afin de le rendre plus commercialisable.

6– Suite à cette dernière question, jusqu’où les sociétés (indépendantes ou non) peuvent-elles aller sans altérer l’essentiel de ce que c’est, un vrai whisky ? Bien entendu, cette question est liée à votre aventure malheureuse avec votre « Spice Tree » et le débat que vous avez eu avec la S.W.A. (NDLR: Scotch Whisky Association) au sujet de la question de savoir « si c’est encore du whisky » ?

Je pense que l’industrie du whisky écossais a besoin d’encadrement ainsi que de certaines règles, voire même des lois pour protéger l’intégrité du produit de certaines personnes et sociétés sans scrupules. Ceci dit, je considère que l’industrie a aussi besoin d’adopter une certaine largeur d’esprit en déterminant lesquelles des nouvelles pratiques et techniques doivent être autorisées afin de profiter des nouvelles découvertes pour produire du whisky écossais encore meilleur. C’était la base de mon désaccord avec la SWA au sujet du « Spice Tree ». Je crois que l’emploi que j’ai fait de chêne de tonnellerie française de la plus grande qualité possible a fait avancer les choses pour l’industrie, faisant évoluer le processus traditionnel, de la même manière que la maturation du whisky dans du chêne était une véritable innovation il y a 200 ans. (Auparavant, la plupart du whisky se buvait pur, tel qu’il était dès sa sortie de l’alambic.)

L’énorme réaction positive au « Spice Tree » de la part de l’industrie et des consommateurs souligne le fait que nous avions réalisé quelque chose de très bien et de la plus haute qualité. Mais, malheureusement, la SWA m’a répondu que, « Pour ce genre de choses, pour nous, John, la qualité est complètement hors de propos. » Une telle attitude, pour moi, est erronée, et négative pour les intérêts à long terme de l’industrie.

7-Pourriez-vous expliquer, en quelques mots s’il vous plaît « l’art de l’assemblage » ? (Quelle présence un blend doit il avoir en bouche et de quelle manière, quelles sont les qualités d’un whisky d’assemblage ?)

Créer un nouveau whisky consiste à répondre vous-même au préalable à ces quelques questions : Quel type de whisky, pour quelle occasion, pour qui ? Ensuite vous pouvez commencer le travail (car il s’agit bien de travailler !), jusqu’à ce que vous trouviez l’équilibre juste par rapport au type de whisky que vous vouliez créer…

8- Pour vous, quelle est la différence principale en matière de goût entre un single-grain et un single-malt (ainsi que dans leur préparation)?

Les single-malts sont plus parfumés, plus complexes, et plus expressifs à un jeune âge que les whiskies de type single-grains. Les whiskies single-grains sont à leur apogée après 15 à 20 ans de maturation, voire davantage, alors que vous pouvez souvent trouver des whiskies de malt âgés de 10 à 12 ans qui sont suffisamment matures et complexes…

9- Est-ce qu’un vatted-grains (NDLR : assemblage de single-grains, aujourd’hui on doit dire « blended-grain ») peut être aussi riche et intéressant (en goût) qu’un vatted-malt (dit désormais « blended-malt »), d’après vous?

Bien sûr, si vous parlez des meilleurs single-grains, les plus anciens, les meilleurs fûts, comme démontré il n’y a pas longtemps par plusieurs sociétés, par exemple lors de dégustations dans le cadre des « Whisky Live » à travers le monde.

10 -Pourriez-vous identifier et expliquer (de ce que vous avez le droit de dire, bien entendu) les différentes manières d’obtenir des fûts auprès des distilleries officielles de single-malt, et comment vous appliquez le concept du contrôle-qualité à chaque fût, avant l’achat et après ?

Alors, c’est une question de confiance et de temps, peut-être, et de pouvoir être averti de la disponibilité de bons fûts des whiskies que vous avez l’habitude d’utiliser. Les assembleurs doivent aussi se rendre en Ecosse de temps en temps pour vérifier les choses sur place eux-mêmes, sur la bonne application des consignes données aux embouteilleurs, d’assembler un certain type et nombre de fûts, par exemple, selon le lot différent de chaque année, pour un blend, aussi bien que pour un vatted-malt ou un single-malt en dehors des single-casks.

11– Comment expliquez-vous la différence entre les blended-malts écossais standards et, par exemple, les blended-malts japonais de Nikka ? Seriez-vous d’accord avec certains amateurs et connaisseurs pour dire que le niveau élevé de qualité atteint par les whiskies de Nikka depuis une quinzaine d’années est maintenant plus convaincant quelque part que certains de leurs équivalents écossais, et, comme certains, que leur single-malts surpassent les écossais en termes de complexité, de subtilité et de générosité?

J’ai été très impressionné par la qualité de certains whiskies Japonais. La qualité obtenue est la conséquence directe de la qualité des ingrédients choisis et de la manière dont ils gèrent le processus de les transformer en whisky.

Clairement, au Japon, ils utilisent souvent des ingrédients et des processus d’une qualité plus élevée que ceux utilisés (NDLR : aujourd’hui, veut dire John) pour certains whiskies écossais. Pas toujours, mais quelquefois.

Je crois que l’industrie du whisky écossais s’est davantage industrialisée, en créant des produits de qualité plus régulière, mais que dans certains cas, elle a éliminé une partie du goût et de la complexité au nom de l’efficacité. Des exemples de celà : le choix d’orge et/ou de levure, la durée de la fermentation, les méthodes de distillation (la température, la rapidité), la « coupe » de la distillation, et, très important, la qualité du bois (trop de remplissages successifs*, du chêne de qualité inférieure). *= NDLR : John m’avouera plus tard que le nombre de remplissages utilisé par l’industrie du whisky peut aller parfois jusqu’à 6, alors que selon lui 4 passages sont déjà conséquents en terme de perte d’influence du bois sur le distillat.

12- Pourriez-vous indiquer votre embouteillage préféré (blend, vatted-malt, aussi bien que single-malt) ?

En single-malt, cela pourrait bien être du Clynelish !

« Fin des questions … »

   Merci, John, d’avoir si gentiment répondu à ces questions !

NDLR : La modestie du personnage (qui n’exclut pas cependant une grande confiance en lui et une fierté d’œuvrer sur une voie originale- mais aussi un excellent sens du marketing) fait que John Glaser n’a pas souhaité évoquer son succès personnel à l’occasion d’autres questions qui restent en suspens, ni la spécificité du consommateur français par rapport au consommateur anglo-saxon ou du reste du monde…Ou encore révéler sa stratégie avec Compass Box pour les années à venir, mais nous reviendrons (amicalement !) à la charge au cours d’un prochain entretien…à moins qu’il ne distille savamment cela dans le deuxième entretien (voir ci-dessous).

Interview: Grégoire Sarafian / Traduction: Hugh (…) et Grégoire Sarafian

 

 

II/ Deuxième Partie: « THE ROCK INTERVIEW »  :

1- Puisqu’il semble que de plus en plus d’artistes s’intéressent aux attitudes « de cross-over », quelque soit le support qu’ils favorisent (la musique, la peinture, etc.), parmi les artistes les plus intéressants, il y en a toujours qui réussissent le le mélange des différentes cultures, styles & approches, sans pour autant que cela devienne un gadget ou une posture artificielle. Pourriez-vous dire que vous avez réussi à faire quelque chose de similaire en créant l’entier concept de ce qu’est « Compass Box » (l’originalité du nom, la présentation, le design et les dessins, le style maison, etc.)? Y-a-t-il d’autres frontières que vous avez l’intention de passer dans l’avenir?

Je tire mon inspiration et mes idées assez fortement de l’industrie du vin. En particulier de l’industrie du vin en Amérique du Nord. Il y a beaucoup plus de liberté, de créativité et de volonté pour s’adapter aux nouvelles techniques et d’innover dans l’industrie du vin que dans celle du whisky. Le vin est ma muse !! Et de plusieurs manières !!

2- Pour paraphraser (ou copier) un célèbre dialogue du film anglais tout aussi célèbre « Monty Python and the Holy Grail », pourriez-vous répondre à ces questions « cross-over » :

- Quel est votre quête ?  

 - Ma devise est accrochée dans les Chiswick studios : « Par-dessus tout, partagez et appréciez »

- Quel est votre couleur préférée ?

– La couleur bleue

 - Quel est votre disque préféré ?

 - « Grace », par Jeff Buckley

 - Quel est votre film préféré ?

 - « Aguirre, la colère de Dieu » (de Klaus Kinski) ou « Broadway Danny Rose » (Woody Allen), selon le cas…

- Quel est votre mot préféré ?

 - L’antidisestablishmentarianisme

- Quel est le mot qui vous fait le plus horreur ?

 - « Du caramel ajouté » (Ndlr : dans le whisky, une pratique courante….) et « haïr » ou « haine » parce que mon grand-père nous demandait toujours à nous, les enfants, d’essayer de ne pas utiliser ces mots dans la vie, et de trouver d’autres manières de nous exprimer.

 - Qui est votre musicien ou orchestre favori ?

 -Jeff Buckley, REM, Radiohead

– J’écoute toutes sortes de musique, du classique jusqu’au jazz, du folk jusqu’à la musique rock. Ces jours-ci, je m’intéresse pas mal à un artiste du nom de « M.Ward ».

-J’aime travailler en musique, mais dans le but de ne pas en être trop troublé, je choisis du classique ou du jazz pendant que je travaille sur un assemblage, plutôt que d’autres types de musique.

NDLR : N’oublions pas que John GLASER avait nommé un de ses whiskies « The Peat Monster » en hommage au groupe QUEEN qu’il a beaucoup écouté plus jeune, et particulièrement en hommage à la période de l’album « A Night at the Opera » qu’il affectionne. Il aime également les voix à forte personnalité comme celles de Tom WAITS.

 - Quelle est votre peinture préférée ?

 -« Les Demoiselles d’Avignon » de Pablo Picasso, car pour moi il représente le mouvement du Cubisme, qui était un mouvement courageux par des gens confiants.

 - Quel est votre spiritueux préféré en dehors du whisky ?

-Le calvados ou d’autres alcools de pommes

 - Quel est votre vin préféré ?

-Les grands rouges de Bourgogne.

 - Quel est votre modèle préféré dans le monde du whisky (carrière, etc.) ?

...Les gens dans le monde du whisky qui m’ont inspiré...une question difficile. A vrai dire, j’ai cherché de l’inspiration ailleurs pour mon entreprise.  En particulier dans le monde du vin (par exemple le viticulteur Sean Thackrey, l’exploitation viticole Harlan Estate), mais aussi dans le monde de la bière (par exemple Rogue dans l’Oregon, aux Etats Unis).

- Quelle est votre occasion préférée pour la dégustation ?

En extérieur au fin fond de la campagne, en fin de la matinée.

  (NDLR : Rappel par rapport au fait de tester de nouveaux échantillon):

-J’aime déguster des échantillons en me promenant dans la rue, par exemple, car cela m’aide à me focaliser sur les arômes, sans influence de mon entourage ou préjugé (dans le cas d’une dégustation à l’aveugle) envers la distillerie concernée.

  3 – Quel plaisir est-ce que le vin vous procure que le whisky ne peut pas fournir, et vice-versa (quels sont leurs avantages et inconvénients respectifs ?)

-Je pense que les différents types de breuvages conviennent pour les différentes occasions où ils sont les plus adaptés. L’occasion définit la compatibilité ou non d’un breuvage donné. L’occasion est une conjoncture de variables : le lieu, l’heure, les personnes, le temps, les circonstances.

« La véritable fin des questions … »

 

Encore une fois, merci, John, d’avoir si gentiment répondu à toutes ces questions !

 

Interview: Grégoire Sarafian / Traduction: Hugh (…) et Grégoire Sarafian

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop