GLENGOYNE

GLENGOYNE

 

Catégorie :

Distillerie de Malt

 

GLENGOYNE Distillery

 

 

Pays & Province :

Royaume-Uni, Ecosse

Région:

Highlands du Sud (à la limite des Lowlands)

Statut:

En Activité

Date de Création:

1833

Nombre d'alambics:

3 (2 de Wash, 1 de Spirit)

Production Annuelle:

1 100 000 litres

Adresse Postale:

Dumgoyne by Killearn, Glasgow G63 9LB

____________________________________________________________________________________________________________________

Description:

Située à un peu plus de 20 km de Glasgow, dans un magnifique paysage incluant une chute d’eau, incroyable si près de Glasgow, GLENGOYNE avec The GLENTURRET & TULLIBARDINE l’une des distilleries les plus au Sud de la région du Speyside. A tel point que, si certes les installations de production sont situées dans le Speyside, les chais, en revanche, sont eux situés dans les Lowlands ! Les différents bâtiments ne sont donc séparés que par la virtuelle « Highland Line » et par une route, qui distingue les deux régions. La distillerie, un tant prénommée GLENGUIN, fut une des 13 distilleries illicites à obtenir en 1823 l’autorisation de distiller via la loi de 1823 initiée par la visite du roi George IV, mais la distillerie ne fit valoir sa licence qu’en 1833 lorsqu’Archibald McLellan la dépose. La famille Edmonstone devient son propriétaire. Le nom de la distillerie est alors officiellement BURNFOOT OF DUMGOYNE, mais changera une nouvelle fois en 1876 pour GLENGUIN lorsqu’elle est rachetée par les frères LANG, qui possèdent une société d’assemblage depuis 1861, ce afin d’alimenter en malt leurs blended-whiskies. Ce single-malt sera le cœur du LANG’S Supreme (qui en compte 25), notamment, un blend non vendu en France. Le nom de la distillerie change encore en 1906, cette fois définitivement en GLENGOYNE (« vallée des oies sauvages », en gaélique d’Ecosse). C’est également l’année ou la distillerie doit renoncer à utiliser ses propres aires de maltage, faute de place. A l’occasion du rachat de la distillerie en 1965-66 par Robertson & Baxter (qui fait partie du groupe EDRINGTON), celle-ci est modernisée et l’on ajoute un alambic aux deux existants, ce dans un espace toujours assez exigu. Le whisky produit chez GLENGOYNE alimentera les blended-whiskies du groupe, Cutty Sark et The Famous Grouse, en plus de Lang’s. Un événement important est le rachat de la distillerie par le négociant Ian McLEOD Distillers & co Ltd en 2003 (qui possède également la distillerie TAMDHU, relancé en 2013).

A NOTER:

La caractéristique principale de GLENGOYNE est, avant 1990, entre autres choses, d’utiliser deux alambics de « low wines » (bas-vins) de forme très droite, inhabituelle, en conjonction avec un alambic de « wash » (brassage) unique. Bien sûr certains des alambics sont également des alambics de "Spirit". Ils ont été changés depuis…tout comme la cuve de brassage qui était autrefois étonnamment surmontée d’un couvercle en fibre de verre. Mais il y eu encore plus étonnant, lorsque GLENGOYNE occupait un étage d’une église de Glasgow en guise de chais sous douane ! L’orge utilisée est de la variété « Golden Promise » seulement, un choix à l’époque commun à la distillerie The MACALLAN. Parmi les autres particularités de la distillerie, GLENGOYNE est réputée pour n’avoir jamais utilisée de tourbe pour le séchage de son malt, mais seulement l’air chaud. Les fûts de Sherry sont la règle, mais une certaine part de fûts américains entre en ligne de compte pour le vieillissement (les 2/3 en réalité, mais ce ratio descend lorsque l’on destine les whiskies à un long vieillissement. D’après la distillerie, plus les versions avancent en âge, plus la part de fûts de Sherry est importante. On assemble alors davantage de fûts de sherry (notamment pour les versions de 15 ans d’âge et plus). Le 21 ans d’âge est emblématique de ce choix. Plus important peut être, la distillerie pratique une fermentation « mixte », courte (56 heures) et longue (110 heures) et insiste également sur le temps de distillation, beaucoup plus lent que les autres distilleries (on parle de 3 litres par minute), qui serait le secret de son style. Ce qui est sûr, de mon point de vue, c’est que le résultat est d’une extrême finesse et d’une douceur inhabituelle, qui se ressent dans toutes les versions de la gamme régulière.

LA GAMME REGULIERE:

La gamme régulière a été complètement relookée et repensée en 2012, et certaines versions abandonnées (comme le 17 ans, au profit d’un nouveau 18 ans). la distillerie annonce également l'absence de caramel ajouté désormais, et c'est notamment le cas du 21 ans d'âge (voir note de dégustation). Par ailleurs, une version sans compte d’âge brut de fût (« Cask Strength ») remplace l’ancien 12 ans brut de fût, tandis que désormais la gamme comporte un 10 ans, 12 ans, 15 ans, 18 ans et un 21 ans d’âge (dont la précédente version avait déjà été modifiée en 2007).

LES EDITIONS LIMITEES:

S’y ajoutent des éditions limitées, comme par exemple (c’est assez rare pour être souligné) une version de 16 ans d’âge vieillie dans des fûts de chêne écossais (« Scottish Oak »), mais aussi des éditions de 19, 32 et 37 ans d’âge (datant de 2005), des éditions rendant hommage au personnel de la distillerie et portant le prénom des responsables des alambics, du brassage, etc…(au total 11 versions furent lancées entre 2006 et 2007). Signalons, entre autres versions single-casks (de nombreuses versions ayant été produites entre 2007 et 2011), l’excellente version intitulée « Auld Enemy Dram » réservée au marché du Royaume-Uni (un single-sherry cask, fût N°1516, distillé en 1990 et mis en bouteille en 2012). Ironiquement, cette version célèbre l’amitié franco-écossaise, mais est vendue en Angleterre et non en France…Nos amis écossais sont taquins, c’est aussi pour cela qu’on les aime !

LES VERSIONS DE NEGOCE:

GLENGOYNE est une distillerie qui n'est pas très représentée chez les négociants, mais il existe des mises en bouteille de temps à autre, chez des négociants connus comme CADENHEAD'S, DOUGLAS LAING, Mc GIBBON'S, ou encore MALTS OF SCOTLAND ou THE WHISKY AGENCY, par exemple, pour le club S.M.W.S., mais aussi, plus surprenant, chez le français Jean BOYER, notamment une version brut de fût (à 57,5 %) millésimée 1997 proposée pour le WITCH 2009 (pour un célèbre forum de whisky français).

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop