COMPASS BOX (I.B.)

COMPASS BOX

(Compass Box whisky co.)

 

Catégorie : Maison artisanale de négoce (sélection & assemblage de whiskies)

 

alt

John GLASER dans son "labo-atelier" de Chiswick, dans la banlieue de Londres (Photo :  Compass Box ©)

 

Pays :

Royaume-Uni, Ecosse

Région:

Edinburgh (Siège social, lieu d'assemblage & et de mise en bouteille)

Londres ("QG" de la société, atelier d'assemblage & de marketing)

Statut:

En Activité

Date de Création:

2000

Les Gammes:

-"Signature" range (gamme régulière de blended-malts et de blended-whiskies)

-"Limited Editions" (les éditions limitées) -voir plus bas...

Et aussi ....des infusions au whisky comme l'"Orangerie" ou encore  des éditions

spéciales de blended-grains (Hedonism Maximus).

Production Annuelle:

Petite production (quelques milliers de litres par an)

Adresse postale :

Compass Box Whisky,  Chiswick Studios, 9 Power Road, London W4 5PY

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Description :

John Glaser, le fondateur de Compass Box whisky co., une société de négoce qui n’en est pas vraiment une comme les autres, se dit avant tout artisan-fabricant de whisky. Il est à l’heure actuelle le seul assembleur à petite échelle de whiskies avec la particularité de travailler sur la base d’un nombre restreint de whiskies, que ce soit des blended-malts, des blended-whiskies ou encore des blended-grains. Cette démarche est, il faut le savoir, complètement différente de celle des assembleurs de marques très connues qui brassent des millions (que dis-je, même des dizaines de millions) de litres (concrètement plusieurs milliers par whisky) et assemblent de 15 à 60 whiskies pour un assemblage. John Glaser ne choisit souvent que 3 à 4 whiskies (provenant de plusieurs dizaines de fûts, certes) et pour donner une idée, à récemment produit 9147 bouteilles de sa 4ème édition du « FLAMING HEART » en 2012. John Glaser est devenu, à l’instar de son aîné Bill Lumsden, de GLENMORANGIE, expert en choix de fûts et joue également sur les combinaisons qu’il juge les meilleures possibles entre le degré de toastage des fûts, le type de maturations (ex-Bourbon, ex-Sherry, ex-Madère, etc..), le type de bois (Chênes américains, Européens, voire même du chêne neuf par le passé) le nombre de remplissages, etc…

Par ailleurs ce que j’apprécie chez John Glaser c’est qu’il ne pratique pas la langue de bois. La valeur éducative de son travail est importante puisqu’il apporte au public (même dans des salons de moindre importance ou lors d’événements particuliers) l’intérêt de l’authenticité dans la production comme dans l’assemblage de whiskies, en évitant volontairement l’utilisation d’additifs comme l’essence de caramel, et en ne pratiquant pas la filtration à froid, qui altère quelque peu les richesses du whisky, sans parler des vertus d'une dilution lente, ce dont on ne parle presque jamais...

Cette démarche exigeante, avec une forte part expérimentale, et avec toujours un soin particulier apporté au design du contenant, lui ont valu de nombreuses distinctions internationales et le respect de ses pairs. L’on ne rappellera jamais assez que dès la création de sa société, en l’an 2000, John Glaser va innover en proposant un assemblage inédit semble t’il dans toute l’histoire du whisky….choisir de marier deux single-grains ensemble ! Cet « HEDONISM » fera couler beaucoup d’encre, et c’est un coup de maître pour celui dont le marketing en vins (avant 1994) puis en whisky n’a aucun secret (il fût durant six ans dans le marketing chez le groupe Diageo pour la marque Johnnie Walker). En 2005, celui-ci parvient pourtant à se mettre à dos la puissante S.W.A. (Scotch Whisky Association-une association de professionnels du whisky qui a son mot à dire dans la législation du whisky et son respect) en créant « The SPICE TREE », un assemblage de single-malts provenant de 4 distilleries, vieillis en fût de Bourbon, puis l’ensemble remis à marier dans des fûts utilisant des plaquettes de bois neuf (en anglais « staves ») insérés dans le fût (ce qui est parfois utilisé pour le vin mais interdit pour le scotch). La S.W.A. oblige alors John Glaser a retirer cette version au bout de quelques mois, mais ce dernier n’ayant pas dit son dernier mot, propose une alternative, en 2009, sous la forme d’une nouvelle version n’utilisant plus le procédé des plaquettes de bois mais en changeant juste les têtes des fûts en les remplaçant par des têtes faites de bois neuf, ce qui est toléré. Ce système original lui donnera ensuite l’idée du blended-malt « OAK CROSS », utilisant le même procédé, puis, fort de son succès, il créera la série limitée des « CANTO CASK », en hommage à la musique, 16 single-casks composés des mêmes whiskies mais dont le toastage est différent pour (presque) chaque fût.

Celui qui au départ concevait des assemblages-maison dans sa cuisine a donc fait du chemin. Il est aujourd’hui dans un superbe laboratoire-atelier (on ne sait plus trop comment le nommer tellement ce lieu est ambivalent et significatif de son hôte) à Chiswick, dans d’anciens studios de cinéma, dans la banlieue de Londres, non loin du magnifique parc de « Kew Gardens ». Comme j’ai eu la chance de visiter ce lieu magique et sobre à la fois, et même d’assembler avec lui en 2007, je vous convie à continuer cette découverte en consultant les deux interviews qu’il m’a accordées à cette époque, ainsi bien entendu qu’à lire mes notes de dégustation, de préférence un verre de COMPASS BOX à la main, par exemple un « FLAMING HEART », un « PEAT MONSTER » (si vous aimez la tourbe), ou bien un « OAK CROSS » (si vous êtes plutôt fleurs, fruits, boisé, vanille), ou encore un « ASYLA » ou un « GREAT KING STREET » si vous voulez un blended-whisky qui sort de l’ordinaire. Interviews: cliquer ici /click here

A Noter: Vous trouverez également sur le site un portrait résumant en quelques paragraphes tout le bien que je pense du personnage (auquel il faudrait associer son équipe de choc !) et de sa démarche. Portrait: cliquez ici/ click here

LA GAMME REGULIERE (ou « SIGNATURE RANGE »):

Elle est composée des blended-whiskies « ASYLA » (le plus ancien) et « GREAT KING STREET » (le plus récent, avec une part importante de fûts de Sherry, ce qui est rare pour COMPASS BOX jusqu’en 2012). Elle est également composée des blended-malts suivants : « THE SPICE TREE » (évoqué plus haut-au registre boisé et épicé), « The PEAT MONSTER » (crémeux et tourbé), et enfin le blended-grain « HEDONISM » (épicé, vanillé, lin, maïs). Elle est enfin complétée par « ORANGERIE » une création originale que l’on ne peut dénommer whisky bien qu’elle soit faite de whiskies et titrant 40 %, car elle inclut une infusion d’écorces d’oranges et d’épices dans ce même whisky une fois assemblé. Un délice non sucré qui pourrait surprendre les amateurs de liqueurs aux arômes artificiels mais souvent non déclarés comme tels.

LES EDITIONS LIMITEES:

Au milieu des années 2000, parmi les éditions limitées marquantes de COMPASS BOX, furent par exemple « ELEUTHERA » (un assemblage très marqué par la distillerie CLYNELISH), puis la série « CANTO CASK » (évoquée plus haut), les déjà 4 éditions du « FLAMING HEART » (une alternative puissante et raffinée au « PEAT MONSTER »), o uen 2010 l’élégance citrique et féminine du blended-whisky de luxe « DOUBLE-SINGLE » (combinant un single-malt de la distillerie GLEN ELGIN de 18 ans d’âge avec un single-grain de la distillerie PORT DUNDAS de 21 ans d’âge, sans réduction). A signaler également le superbe « LADY LUCK », un assemblage de deux fûts de CAOL ILA avec un fût d’IMPERIAL, le tout réduit à 46 %, des éditions limitées de blended-whiskies tels le « DEMI-JOHN » (jeu de mots sur son conditionnement en boutique en dame-jeanne, à mettre en bouteille soi-même), ou encore le « MORPHEUS », un assemblage plus marin que tourbé, original.

LES EDITIONS LIMITEES A DESTINATION PARTICULIERE:

Parallèlement à la consolidation de sa gamme régulière, John Glaser a toujours conçu des whiskies à destination particulière. Que ce soit une dédicace à une personne en particulier (comme le « BIG BLOCK », à destination de Jeff Murphy, qui gagna les 25 seules bouteilles produites à une vente de charité pour la recherche médicale, ou dans une moindre mesure le « JUVENILES », pour le bar à vins français du même nom, mené par Tim, un compatriote de John), la commande d’un lieu ou la célébration de celui-ci, la commémoration d’un événement, ou la tentative d’influer sur une tendance (comme Le brillant « OPTIMISM », présenté seulement au Royaume-Uni, conçu dit John pour « conjurer la crise »), John Glaser ne manque pas une occasion de proposer de nouveaux assemblages, comme nul autre.

Je ne peux pas ici recenser ou détailler toutes ses créations, mais en évoquer encore quelques unes parmi les plus marquantes. Ainsi en 2005, COMPASS BOX propose deux versions plus abouties de deux de ses créations, « ASYLA » et « ELEUTHERA »: Les mythiques éditions « MARRIAGE CASK-ASYLA » (à 43,6 %) et « MARRIAGE CASK-ELEUTHERA » (49,2 %), au vieillissement commun prolongé de leurs composants (vatting), sont d’une finesse et d’une complexité inouïe. Il faut dire que ces deux whiskies furent présentés pour commémorer les 50 ans de La Maison du Whisky (lors de son troisième salon), et à mon sens constituent d’indéniables réussites dont je garde encore le souvenir. Parmi les éditions méconnues chez nous, il en fut une que j’ai eu l’honneur de déguster chez John, ce fut le « MAGIC CASK », et, fait rare chez lui, un single-cask (de la distillerie LINKWOOD) avec un affinage (ici en fût de Madère), un whisky subtil, vif et ultra-fruité destiné au marché canadien (les veinards !).

Parmi les réussites et curiosités, citons également ses deux créations protestataires « THE LAST VATTED MALT » & « THE LAST VATTED GRAIN », deux assemblages de whiskies de plus de 20 ans d’âge lancés peu avant le 22 novembre 2011, date à laquelle, à minuit, la dénomination de « VATTED » (ou « marié à nouveau ») allait être désormais officiellement interdite, remplacée par "BLENDED-MALT". Le terme de "VATTED-MALT" désigne en effet une action différente : Il désigne non seulement l’action d’assembler, mais aussi de remettre à « marier » l’ensemble dans des fûts sur une période significative, de plusieurs mois à plusieurs années, ceci afin d’harmoniser l’assemblage.

Egalement à signaler, deux éditions commémoratives, en version brut de fût, les « JUVENILES Cask Strength » et « The SPICE TREE Cask Strength » (de dernier proposé à l’embouteillage par soi-même, durant le Whisky Live 2006-votre serviteur en a fait l'expérience!), la récente « DELILAH’S », en hommage à un bar punk-rock de Chicago, ou encore l’édition « HEDONISM MAXIMUS » de 2008, un assemblage de whiskies de grain plus âgé qu’à l’accoutumée…Oui, John n’a pas chômé ces dernières années !

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop