Express Notes No 9

 

 

EXPRESS NOTES No 9 : "DIVERS/MISCELLANEOUS" 2019:

 

 

Sujet publié le : 10/06/2019-Mise à Jour du : 18/08/2019

First published : 10/06/2019-Update : 18/08/2019

 

 Toutes photos © Grégoire Sarafian /Droits réservés sauf si précisé

All pics: © Grégoire Sarafian/Copyrighted, except some that are specified

 

 

INTRODUCTION:

 

Dans ce numéro « mixte » un peu spécial (de transition avec 2 sujets plus spécialisés et plus importants en nombre de whiskies traités), je publierais mes notes de dégustation & impressions concernant des whiskies, mais parfois aussi d’autres spiritueux, soit près de 20 bouteilles au total.

Dans une première partie, je chroniquerais 3 mises en bouteille du négociant & artisan assembleur COMPASS BOX (d’autres notes de dégustation sont à venir dans un sujet qui lui sera entièrement dédié), puis dans une deuxième, 3 whiskies du groupe LOCH LOMOND Group (en attendant d’autres également dans un sujet spécial), ainsi qu’un whisky de la distillerie BRUICHLADDICH & un de la distillerie AILSA BAY, 4 de ces whiskies ayant été dégustés mais aussi samplés lors du mini-salon annuel du whisky de mai dernier à la boutique The Whisky Shop Paris. En guise de bonus, 11 notes brèves de dégustation à propos de ce salon s'y ajoutent désormais ! (Addendum du 15/06/19).

Merci encore aux personnes (que des professionnels, cette fois) qui ont pu contribuer à fournir des échantillons pour ce sujet. Merci donc à Suzi Beney & John Glaser pour les samples de COMPASS BOX, merci à Imogen Bankier, directrice de The Whisky Shop Paris pour son accueil, à Vincent Faesch pour les 2 samples de LOCH LOMOND, à Ibon Mendiguren pour le GLEN SCOTIA (ainsi que pour d’autres chroniques de samples à venir), à Florian Pflieger pour le BRUICHLADDICH, à Damien Anglada pour l’AILSA BAY. Ce geste est grandement apprécié, sans que cela n’affecte d’aucune manière, je vous l’assure, mon jugement sur ces whiskies.

 

 

affinity_compass_box_my smp_wide

 

 

ENGLISH SUMMARY:

In this new “EXPRESS NOTES” number, you will find my new tasting notes about around 20 whiskies, single malts or spirit drinks.

In a first part, you will find my tasting notes about 3 recent COMPASS BOX expressions, one being legally a whisky, two being too experimental or partly too young to enter in the whisky category. Others will follow in a special big topic to be coming soon. In a second part, you will find 3 tasting notes about whiskies from the LOCH LOMOND group (others will follow as well in a special topic as well). There will also be 2 other whiskies (a BRUICHLADDICH & an AILSA BAY) as they were, part of those available to sample during last month's mini-whisky show taking place in The Whisky Shop Paris. As a bonus, 11 other notes (but short ones) about this show have been added today (15/06/19).

Thanks again to the professional staff welcome & contributions for their samples. It is much appreciated, but I have to precise this doesn’t mean my opinion has been biased in any way here. Their names are listed above & associated to their brand, so I won’t double this part in order to make it lighter to read.

 

 

1/ Notes sur 3 créations de la société COMPASS BOX en avant-première du sujet/Express Notes dédié 

(COMPASS BOX, a retrospect) à venir :

(COMPASS BOX Tasting Notes published in this issue, prior to a bigger topic to be coming soon)

 

 

-« AFFINITY », by COMPASS BOX, a SPIRIT DRINK (Calvados casks blended with Scotch Whisky Casks*), Limited Edition 2019, 6028 bouteilles, 46 % (SPIRITUEUX à base de whisky & de Calvados):

A Noter: Il s’agit probablement de la création la plus expérimentale à ce jour de John Glaser, puisqu’elle allie des fûts de Calvados vieux (un « XO »-de 6 ans minium à 10 ans d’âge-chez Christian Drouin, pour 37,5 % du contenu final), avec différents types de fûts (1st fill Sherry casks, refill Sherry butts, French oak barriques) d’un assemblage de whiskies écossais de malt & de grain, dont 13 % de blended Scotch d’origine indéterminée, et 49,5 % du total de l’assemblage composé de single malts, dont 20 % de fûts de la distillerie CRAIGELLACHIE et 29,5 % de fûts assemblant divers single malts des Highlands (dont CLYNELISH, à 60 %, DAILUAINE & TEANINICH à 20 % chacun), en deux blends différents, l’un avec un toastage léger des fûts, l’autre avec un toastage très important (« heavy »). J’ajouterais que comme d’habitude, cette création est disponible en ligne sur le site de la société : www.compassboxwhisky.com-et il vous faudra leur écrire afin d’obtenir une indication d’âge). Ce faisant, le mélange d’un autre spiritueux (rappelons que le Calvados est du jus de pommes fermenté puis distillé, 2 fois dans un alambic à repasse) avec du whisky (ici orge et un peu de grain, distillés 2 fois également dans un type quasi-similaire d’alambics) conduit à disqualifier techniquement & juridiquement cette création en tant que whisky. Ajoutons qu’à ma connaissance, il s’agit de la première tentative officielle d’assembler les deux...

Couleur : Vieil or. Nez : Plutôt fin, plaisant, avec une domination partielle du Calvados, mais pas au point d’écraser la part provenant des fûts de whisky (pas de caractère alcooleux, de solvant comme dans certains Calvados, c’est un bon point). Disons que le Calvados joue « le premier violon » ici. Très habilement, et dès le nez, l’on perçoit les intentions de John Glaser, c’est-à-dire à mon avis utiliser les fûts de whisky comme élément de tempérance du Calvados tout comme, paradoxalement, de mise en valeur de certains arômes issus de ces fûts, afin qu’au final les 2 grands types de fûts (les uns de whisky, les autres de Calvados) se rejoignent. Je m’explique, l’utilisation de fûts de sherry majoritaires induit des notes chaleureuses de pommes cuites, d’épices douces et de vanille, éléments que l’on retrouve aussi dans les fûts de Calvados. Les pommes cuites sont au premier plan, suivies par des notes d’épices douces (cannelle, girofle, voire muscade), puis ensuite de notes de vanille, le tout enrobées dans un écrin finement boisé. C’est un peu timide au nez, mais cela fonctionne. En bouche, l’on retrouve cette même harmonie, avec une légèreté proche de celle du « The Story of the Spaniard », mais de caractère vineux ici. Le palais est délicatement tapissé par de la pomme cuite vanillée légèrement épicée, ce avec une grande douceur, presque de la timidité malgré les 46 % affichés au compteur, mais cela fonctionne selon moi. Tenue à la dilution : Plutôt bonne, mais je serais tenté de recommander de ne pas diluer du tout, ce pour éviter un certain risque d’affadissement des saveurs. Quelques gouttes d’eau permettent d’accentuer le beau fondu originel des saveurs. Conclusion : J’appréhendais cette version très casse-gueule sur le papier, et finalement je la trouve plutôt réussie, sans être un chef d’œuvre non plus (j’aurais aimé un peu plus de complexité et de profondeur), un entre-deux qui bascule quelque peu du côté du Calvados, mais pas complètement et plutôt joliment. Le whisky joue un rôle ambigu à la fois de faire-valoir et de modérateur. Une création assez subtile qui pourrait plaire aux amateurs des 2 spiritueux. Indication de Prix : 124 €, MdW. Rapport qualité/prix légèrement défavorable, comparé à un vieux Calvados XO ou un vieux blended malt de 10 ans d'âge. Note confirmée : 89,5/100

 

 

 

affinity_compass_box_label_detail_capture

 

  Merci à COMPASS BOX pour ce visuel.

 

ENGLISH VERSION :

Note: This bottling is probably John Glaser’s most experimental to date, as it blends old Calvados casks (an “XO”-so minimum 6 years old, to around 10 years old-from Christian Drouin distillery, for 37,5 % of the final content of this blend) & different types (& toast levels) of Scottish whisky casks (1st fill Sherry casks, refill Sherry butts, French oak barriques), some being from an undisclosed blended scotch (so it has some grain in it), then 49,5 % of the total is composed of Scottish single malts, mainly from the Highlands, 20 % from CRAIGELLACHIE distillery, 29,5 % from 2 different blends of Highlands single malts (CLYNELISH, at 60 %, DAILUAINE & TEANINICH at 20 % each), one with heavy toasted casks, the other with lightly toasted casks. As usual, you will find the recipe (& the age of some component on demand only) of this creation on the company’s online website: www.compassboxwhisky.com. By mixing another spirit (Calvados is made of apple cider distilled 2 times in a potstill) with whisky, this creation cannot be disclosed as a whisky, neither technically nor by law. Based on my experience, I think it’s the first attempt ever to mix the two officially...

Color : Old Gold. Nose: Rather fine & nice, with the Calvados partly taking over the whisky, not to the point of crushing it, but, let’s say leading the orchestra (no spirity of heady feel from the Calvados, a good thing). Rather cleverly, one can already understand John Glaser’s intentions when creating this improbable blend: Use the whisky casks to temper the Calvados casks, and at the same time use especially Sherry casks instead of Bourbon casks to enhance the baked apples notes that are common to whisky as well as to Calvados. John then obtains both baked apples, sweet spices & vanilla notes “from both sides”. The apples are forefront, while the sweet & warm spices (cinnamon, cloves, and maybe some nutmeg as well) are on a second ground, followed by the vanilla notes, all thses notes wrapped into refine oak. It is a bit shy, but it works. Palate: One will find the same harmony on the palate, with a lightness that recalls the one from “The Story of the Spaniard”, but with here no winey notes at all. The palate is delicately filled with the baked apples notes, sustained by a spiced vanilla note, with a great sweetness, almost shyly despite the 46 % abv, but it still works for me. With water: A few drops of water can help enjoying the beautiful way the flavors are melted, but more water won’t make the ensemble flat, so careful with it, or just don’t add water to this, which I’m tempted to recommend here. Conclusion: I have to say I was a little worried with this experiment, but, at the end of the day, I think it’s rather well done, with a “middle of the road” side (between Calvados & Whisky) that finally turns more on the Calvados side, and quite nicely. The ambiguous role played by the whisky is interesting, as it is both a conveyer of the Calvados qualities & a moderator of its possible drawbacks (Calvados being sometimes too spirity). A subtile creation that could please to both Calvados & whisky lovers. Price tag: Around 124 €. The price of this bottling isn’t fully satisfying, as it is a bit above compared to a XO Calvados or 10 years old blended malt bottling. Confirmed rating: 89,5/100

 

 

affinity_compass_box_my sample

 

 

 

-« JUVENILES », by COMPASS BOX, BLENDED MALT, Limited Edition 2019 (bottled 09/2018), 14894 bouteilles, 46 % (BLENDED MALT):

A Noter: Il s’agit de la nouvelle édition d’un assemblage initialement conçu en 2004 en hommage au bar à tapas parisien du même nom mené par l’écossais Tim Johnston depuis 1987. John apprécia l’esprit de ce bar et promis de créer cet assemblage qu’il a renouvelé plusieurs fois depuis. Ceci est la dernière version en date, avec toujours la part belle faite à son malt fétiche des Highlands du Nord CLYNELISH (30 % du total, avec 20 % de fûts re-brûlés et reconstitués, le reste issu de fûts de plusieurs remplissages de Sherry de type Butt), mais une dominante du Speyside via les malts STRATHMILL (34 %), BALMENACH (34 %), tous deux en fûts reconstitués avec plusieurs remplissages, et enfin 2 % de GLENDULLAN (fûts de sherry-Butts-de premier remplissage).

Couleur: Or clair. Nez: Très vanillé, mais aussi marqué par les agrumes (avec le pamplemousse & le citron en sorbet-allégé en sucre-au premier plan, et une pointe de clémentine & d’orange), du glaçage pour mille-feuilles, et une certaine acidité perceptible. Joli nez. Bouche : De prime d’abord comme le nez, marquée par les agrumes et la vanille, mais aussi par la poire (sorbet), puis davantage herbacée et épicée (gingembre, piment doux). La note pâtissière est modérée et la sécheresse l’emporte vite sur le reste. Vivacité du distillat, fermeté du chêne et acidité du profil général perturbent quelque peu la sérénité fruitée (l’acidité citrique l’emporte sur le fruité des agrumes) et pâtissière (et compromettent l’expression de quelques beaux esters), davantage que dans la version précédente, et les tannins du bois sont un peu trop présents à mon goût, lui faisant perdre quelques points. Certes le charme inhérent à cette version, qui parvient parfois encore à s’exprimer. Tenue à la dilution : Très moyenne, car elle a tendance à accentuer le tempérament sec et ferme de l’ensemble. Conclusion : Malgré tout assez jeune & agressive, un peu trop ferme et manquant d’équilibre, cette version du « JUVENILES » n’est pas clairement la meilleure (je préfère la précédente ou la première, au profil assez différent), même si cela n’en fait pas pour autant un mauvais whisky. Disons que c’est un whisky intéressant, mais vif, jeune et sans doute plus intéressant en cocktail, ou sur glace que consommé sec. Rapport qualité/prix plutôt défavorable de mon point de vue. Indication de Prix : 120 €, MdW. Note confirmée : 84/100

 

 

compass_box_juveniles_2019_ob_pic_red

Merci à COMPASS BOX pour ce visuel.

 

 

ENGLISH VERSION :

Note: This bottling is the latest edition of a blend initially released in 2004 in tribute to a French tapas (wine, whisky & food) bar in Paris. John Glaser once visited this bar, led by a Scottish man named Tim Johnston (he founded it in 1987), and enjoyed the spirit of the place so he promised to create a bespoke whisky for Tim and so did it and even did several releases of it (so it wasn’t a one-off but a repeated limited release). This bottling still contains his fetish Northern Highland malt CLYNELISH (for 30 % of the total, with 20 % coming from re-charred hogsheads & 10 % from refill sherry butts), but has a majority of Speyside malts in it, with STRATHMILL & BALMENACH (34 % each, and each from refill hogsheads), and a bit of GLENDULLAN as well (first fill Sherry butts).

Color : Clear gold. Nose: A lot of vanilla notes to start with, and also some citrus fruit (grapefruit, lemon in sherbet-light in sugar-at the forefront, then also a hint of clementine & orange), icing sugar for French dessert called “Mille-Feuilles”, and some obvious acidity? Nice nose. Palate: Faithful to its nose, it is first dominated by some citrus fruit & vanilla, but also showing some pear in sherbet, then it gets herbaceous & spicy (ginger, sweet pepper). The pastry note is moderate and quickly the dryness take over anything else. The distillate’s liveliness, the oak’s tightness & the overall acidic profile are disturbing the fruity side of this whisky, and also moderating its pastry side and are crushing some beautiful esters trying to come through. Yes, more than in the previous edition, the oak tannings are a bit too much ahead in this one, making it lose several points at this stage, even if some of its charm remains. With water: Not very good, as water tend to push ahead this firm & dry ensemble. Conclusion: A bit too young, a bit too dry & tight, this expression isn’t clearly the better one I’ve tried (I prefer the previous one, and even more the first one, which had a rather different profile), though that doesn’t mean it’s a bad whisky. Let’s say it is a bit difficult because too vivid (or call it aggressive if you prefer), young & lacking a bit of balance & harmony. So, I suppose it might be more interesting in cocktails or on ice than tasted neat. The quality/price ratio here isn’t in its favor, in my opinion. Price tag: Around 120 € Confirmed rating: 84/100

 

 

 

 -« STRANGER AND STRANGER”, by COMPASS BOX, a SPIRIT DRINK, 46 % (SPIRITUEUX à base de whisky):

A Noter: Cette création particulière est destinée à rendre hommage à 10 ans de collaboration avec l’agence de design « Stranger and Stranger » qui a créé la plupart des étiquettes contemporaines des whiskies de la société COMPASS BOX. La recette de cette création (que l’on ne peut nommer « whisky » car elle comporte un « embryon » de whisky de grain-du distillat très peu vieilli) est la suivante : 80 % de single malt de la distillerie GLENLOSSIE (fûts sur-brûlés reconstitués), puis 14 % de GLEN ELGIN ( fûts de type Butt sur-brûlés), puis 5 % de LINKWOOD (fûts de type Butt de premier remplissage) et enfin (ce qui le disqualifie légalement en tant que « Scotch whisky ») 1 % de whisky de grain très jeune (vieilli moins de 3 ans-j’ai cru comprendre près d’un an...) en provenance de la distillerie GIRVAN.

Couleur: Or à reflets vieil or. Nez: Ce « blended whisky » (qui n’en est pas un légalement juste parce que les fûts du single grain GIRVAN sont trop jeunes) comporte un peu la même base aromatique que le « JUVENILES » en apparence, mais en plus riche et plus équilibré…(le GLENLOSSIE remplace le STRATHMILL plus avantageusement ici à mon sens), avec un redoutable combo herbacé, épicé (gingembre, poivre gris), fruité & végétal (oranges, thé Earl Grey avec une pointe de bergamote). Engageant ! Bouche : Intéressante, et de caractère, nous prodiguant d’abord de la vivacité et un rien d’astringence, avant de s’ouvrir davantage sur le caractère fruité & végétal du malt dominant (GLENLOSSIE, clairement), avec presque des notes pâtissières (pêche melba-& pâte sablée-ça cela peut être aussi la touche LINKWOOD), une élégance boisée et une certaine profondeur. Tenue à la dilution : Remarquable, elle est la clé de ce whisky à mon avis. Les saveurs s’harmonisent en un fondu assez séduisant, complexe et encore une fois faisant ressortir les qualités des deux malts clés de l’ensemble, GLENLOSSIE & LINKWOOD. Conclusion : Un « whisky » de grande qualité, qui exprime ses qualités davantage avec un peu d’eau, avec une certaine personnalité, parfait pour évoquer les 10 années de collaboration fructueuse entre cet excellent designer qu’est Stranger & Stranger et la société Compass Box. Un prix assez élevé, là encore, mais je pressens que quelques vieux fûts ont été utilisés ici, ce qui pourrait l'expliquer (ou pas, à chacun de juger). Indication de Prix : 209 €, MdW. Note confirmée : 91/100

 

 

compass_box_2019_stranger_and_stranger_ob_pic_red

Merci à COMPASS BOX pour ce visuel.

 

ENGLISH VERSION :

A Noter: This particular creation is a bespoke one, in tribute to 10 years of collaboration with the design agency named « Stranger and Stranger » that did create most of contemporary era of COMPASS BOX’s bottle labels. The recipe of this creation that one cannot call “whisky” as it contains an “embryo” of grain whisky (aged less than 3 years old, I mean) is basically the following one: 80 % of GLENLOSSIE (re-charred hogsheads), then 14 % of GLEN ELGIN re-charred butts, also 5 % of LINKWOOD first fill butts, and, last but not least (& that disqualifies it as “Scotch whisky”), 1 % of a very youngly aged grain (around 1 year I heard…) whisky from GIRVAN distillery.

Color : Gold. Nose: This “blended whisky” (which isn’t legally a whisky, because the grain whisky component in it is too young) has almost a similar aromatic recipe from the “JUVENILES” in a way, but only in appearance, as it is richer & more balanced. The GLENLOSSIE casks replace here the STRATHMILL ones more efficiently in my opinion here, with a rather impressive herbaceous, spicy (ginger & grey pepper), fruity & green (oranges, Earl Grey tea with a hint of bergamot) combo. Inviting ! Palate: Interesting, and with quite some character, first providing a lot of liveliness & some astringency, before opening up to a dominating fruity & green character coming clearly from the GLENLOSSIE with also some almost pastry-like notes (Melba peach & shortbread biscuit tart base-possibly coming from the LINKWOOD this time), some elegant oak notes as well as some depth. With water: Remarkable, and the key to enter into this whisky in my opinion. The flavors harmonize now in a seductive & complex blend, and help to show the 2 key malts qualities of this blend, GLENLOSSIE & LINKWOOD. Conclusion: A great quality “whisky”, which expresses itself better with some water, and with enough personality to celebrate with some class the 10 years of this profitable collaboration between Stranger & Stranger and the Compass Box society. A rather hefty price here, but I felt some old casks were used here, so that could explain it (or not, one's choice). Price tag: Around 209 € Confirmed rating: 91/100

 

 

2/ THE WHISKY SHOP PARIS Mini Salon 2019, retour sur 4 whiskies incluant 2 whiskies en avant-première du sujet/Express Notes dédié (LOCH LOMOND Group malts)...plus 1 inédit lié au récent Campbeltown festival...:

 

 

tws_2019.04.06_mini_salon_gene_llg_view

 

 

-LOCH LOMOND officiel 12 ans, Edition 2019, Bourbon matured (90 % de 2nd fill, 10 % de 1st Fill), 46 % :

A Noter: Je reviendrais plus longuement sur le sujet lors de mon numéro spécial d’ “Express Notes” consacré aux différents whiskies & distilleries du groupe LOCH LOMOND, mais notons une particularité importante pour cette distillerie, à savoir la combinaison d’alambics à colonne (car la distillerie produit également un whisky de grain) avec des alambics à repasse de 2 types, l’un traditionnel (“Pot Still”), l’autre avec rectificateurs (“Lomond Still”), les 2 derniers étant combinés pour la production de ses single malts, fait unique en Ecosse (bien que par le passé, les distilleries BEN NEVIS ou LOCHSIDE, par exemple, avaient la possibilité de produire des single blends), sans parler des 8 désignations nominatives différentes pour ses whiskies, ce qui a de quoi faire perdre la tête.

Couleur: Vieil or. Nez: Fin, fruité (fruits secs, dont abricots, raisins & dattes), puis très vite marqué par des notes végétales typiques de la distillerie: Verveine, thé vert (voire même Earl Grey), champignons…Un léger boisé se fait également sentir. Bouche: Fidèle au nez, donc fruitée & végétale avant tout (avec notamment de belles notes et thé vert et de verveine), avec un rien d’acidité voire d’aigreur. Quelques épices douces sont également présentes, puis survient une pointe florale (violette) de bon aloi. Un bel équilibre mais que l’on sent fragile, pour un profil aromatique assez inhabituel, même pour un Highlander. Tenue à la dilution: Ne pas trop diluer, pour ne pas le déséquilibrer. L’ajout d’eau a tendance à susciter davantage le caractère légèrement aigre de ce whisky (un peu comme les jeunes TOMATIN), et renforcer son caractère végétal (déjà très présent, et qui peut déconcerter un palais non averti). Conclusion: Un single malt résolument différent, très végétal & fruité, un rien floral et boisé aussi, légèrement épicé, à réserver aux esprits ouverts. Indications de prix: Autour de 50 €, et actuellement à 59 € à la MdW. Note confirmée: 87,5/100

 

 

tws_2019_loch_lomond_12_ans_ob

 

 

ENGLISH VERSION :

Note: I will come back on my website later on about several whiskies & the 3 different distilleries part of the LOCH LOMOND Group in a special bigger “Express Notes” entirely devoted to these brands, but for now let’s just recall a very important specificity of LOCH LOMOND distillery that is the fact they are using 3 kinds of stills to produce single grains as well as single malts, one being Column stills (for the single grain), the others being traditional Pot stills & finally another kind called “Lomond stills” (Pot stills but with rectifiers on it), the 2 lasts used to produce typical LOCH LOMOND single malts. This combination of stills within the same distillery is unique in Scotland (though in the past BEN NEVIS & LOCHSIDE, for instance, did have 2 different kinds of still to produce “single blends”). There are 8 different brand names to associate with LLG, which is also rare & can make one scratch his head to understand why.

Color: Old gold. Nose: Refined, fruity (dried fruit, including apricots, sultanas & dates), then quickly influenced by the typical green notes of the distillery: Verbena, green tea (even some Earl Grey), some mushrooms…Some light oak is coming through as well. Palate: Faithful to the nose, so fruity & green before anything else (with nice green tea & verbena notes), with some acidity & sourness. Some sweet spices are coming through too, and then a welcomed hint of heady flowers (violet). A nice balance but that one can feel fragile, for an unusual whisky aromatic profile, even for a Highlander. With water: Do not dilute this whisky too much or you will break its balance, as water tends to excite the sour character of this whisky (a bit like some young TOMATINs) and enhanced its green side too much (as it is already at the forefront, it might unsettle a newbie. Conclusion: A resolutely different single malt, very green & fruity, a bit floral & oaky too, a bit spicy as well, for open-minded people. Price tag: Around 50 €, sometimes more. Confirmed rating: 87,5/100

 

 

-INCHMOAN officiel de 25 ans “1992” (bottled in 2017), Peated, (Loch Lomond distillery), 48,6 %:

A Noter: “INCHMOAN” (“l’île de la tourbe”) est l’une des appellations réservées aux versions tourbées du single malt LOCH LOMOND. Cette version utilise de la tourbe locale a 50 ppm, est élevée en fûts ayant contenu du Bourbon de second remplissage (force du brûlage des fûts non précisée).

Couleur: Or, à reflets vieil or. Nez: Fin, végétal, malté, profondément marqué par la fumée de tourbe mais elle demeure modérée. Un nez agréable et très fondu (amandes, vanille, épices douces, voire un rien orientales ou asiatiques), proposant également des notes de fruits confits et de fruits secs (raisins secs, abricots et dattes). Bouche: Elle est fidèle au nez, et est également très fondue, très complexe & harmonieuse: C’est un magnifique mélange de notes délicatement boisées, doucement épicées (épices douces, voire exotiques-difficile à dire), joliment fumées (thé Lapsang Souchong, rappelant un vieux LAGAVULIN) & végétales (mélange de thé vert & de thé noir, notes de sous-bois), florales & fruitées (fruits confits, fruits secs dont amandes et abricots, raisins secs et agrumes-dont du pamplemousse et du citron confit), pointe de cuir, de la vanille noble en arrière-plan, donc, oui, pas mal de complexité. Tenue à la dilution: N’ajouter que très peu d’eau (juste quelques gouttes), pour conserver la subtilité de ce whisky. De délicates notes de verveine (que l’on trouve dans les jeunes LOCH LOMOND) apparaissent, ainsi que d’autres notes de plantes aromatiques comme l’estragon. Conclusion: Un magnifique whisky, très subtil et très complexe, d’un bel équilibre et d’une certaine élégance. Indication de Prix: Autour de 160 € à sa sortie, actuellement autour de 230 € en moyenne via Whisky Base, et 275 € à la Maison du Whisky.Note confirmée: 92/100

 

 

tws_2019_inchmoan_1992_25_ans_peated

ENGLISH VERSION :

Note: “INCHMOAN” (meaning “The Island of Peat”), is one of the peated expressions of LOCH LOMOND single malt. This expression uses local peat (at 50 ppm) and is matured in second fill ex-Bourbon casks.

Color: Gold, with old gold reflections. Nose: Refined, green, malted, deeply marked by peat smoke but remaining moderate. It is a pleasant nose, with everything very melted (almonds, vanilla, sweet spices, almost Oriental ones if not Asian. Then some nice candied fruit & dried fruit notes are coming through (sultanas, apricots & dates). Palate: Faithful to the nose & very melted as well, the palate is very complex & harmonious: It is a magnificent blend of delicately oaky, softly spiced (sweet spices, some probably exotic-hard to say), nicely smoky (notes of Lapsang Souchong tea, reminding me of an old LAGAVULIN) notes, with subtle green notes as well (a blend of black & green tea, some forest moss as well), floral & fruity (candied fruit, dried fruit including apricots, almonds & sultanas, but also citrus fruit: grapefruit & candied lemon), but I also get some leather, noble vanilla (on the background), so yes, quite some complexity there. With water: I do not recommend to add a lot of water to this one, but rather a few drops, in order to keep the subtlety of this whisky at a high level. With a few drops of water, some delicate verbena notes appear (like those one can find in young LOCH LOMONDs), as well as other botanicals, such as tarragon. Conclusion: A magnificent whisky, very subtle and very complex, with a beautiful balance and some elegance. Price tag: Around 160 € when it was released, now around 230 € (average price on Whisky Base) to 275 € at La Maison du Whisky or even more elsewhere. Confirmed rating: 92/100

 

 

 

-AILSA BAY n.a.s. “SWEET SMOKE”, “Release 1.2”, 2019, peated (22 ppm), 48,9 %:

A Noter: Il s’agit du single malt (modérément tourbé) produit depuis 2016 (première sortie) par une distillerie récente, AILSA BAY, fondée en 2007, appartenant au groupe William GRANT & Sons. Elle fut construite principalement pour alimenter les blended whiskies de la société, d’ou une capacité de production conséquente (12 millions de litres d’alcool pur par an). Pour cette version, conçue par le maître-assembleur du groupe Brian Kinsman (qui a succédé il y a quelques années à David Stewart), du chêne neuf a été utilisé, ainsi que ce que la distillerie a nommé “micro-maturation”, soit 9 mois de passage en fûts de petite taille (de 22 litres, 30 litres ou 61 litres) ayant contenu du Bourbon de la distillerie américaine Tuthilltown Spirits LLC (située dans l’Etat de New York) qui produit le HUDSON “Baby Bourbon” (du Bourbon seulement âgé de 4 mois, élevé en petits fûts et vendu en bouteilles de 35 cl), entre autres.

Couleur: Or clair, à reflets vieil or. Nez: Tourbé (modérément mais distinctement), avec quelques esters (bonbons anglais, poire, ananas), très vite au second plan, il est très plaisant et fait preuve d’une maturité étonnante pour un whisky que l’on devine jeune (évidemment la seconde maturation en fûts de petite taille explique aussi cela). Bouche: Légèrement picotante et assez sèche, elle est marquée par une certaine acidité, mais fait assez vite preuve d’une belle texture grasse en bouche, avec des agrumes (pamplemousse et citron en sorbet en tête), une belle tourbe pas totalement sèche, une jolie note de badiane, des épices (le gingembre domine), et se termine sur une délicieuse note de pâte d’amandes allégée en sucre. Tenue à la dilution: L’ajout d’un peu d’eau apporte de l’harmonie, un certain fondu des saveurs, une pointe de chlorophylle et évoque alors un style modérément marin et un rien médicinal entre CAOL ILA et LAPHROAIG, mais aussi, plus « continental », le style d’un ARDMORE. Très agréable ! Conclusion: Un jeune single malt très bien fait, modérément tourbé, équilibré, prometteur, que l’on pourrait confondre à l’aveugle avec un ARDMORE ou même avec un Islay de négoce. Indication de Prix: Autour de 70 € chez The Whisky Shop jusqu’à 85 € (MdW). Note confirmée: 89/100

 

 

tws_2019_ailsa_bay_sweet_smoke_1.2_release 1

 

 

ENGLISH VERSION :

Note: This medium peated single malt is produced since 2016 (first release) by a recent distillery, AILSA BAY, founded in 2007 and which belongs to the William GRANT & Sons group. It has been built mainly to provide malt for the company’s blended whiskies, and that is also shown by the huge production capacity (12 millions of liters of pure alcohol per annum-“LPA”). For this expression, conceived by the group’s master-blender Brian Kinsman (who replaced David Stewart a few years ago), some new oak has been used as well as a small casks finishing (called “micro-maturation” by the distillery), meaning 9 months of further maturation in small casks (from 5, 7 to 14 gallons) provided by the American New York state located Tuthilltown Spirits LLC distillery. They produce, between other things, what they call “Baby Bourbon” (a Bourbon matured during only 4 months but in small casks and sold in 35 cl bottles).

Color: Gold, with old gold reflections. Nose: Peated (moderately but distinctively), then estery (English liquorice all sorts, pear, pineapple), but not for a very long time, it is a very pleasant nose of an amazing maturity for what we guess probably is a young whisky (sure the second maturation in smaller casks can explain that). Palate: At first a bit prickly, thin & dry, it has some acidic feel on the palate, but fortunately it quickly gets more fat, with some citrus fruit (grapefruit & lemon sherbet on the front), a half dry peat, a lovely star anise note, some spices (the ginger dominates), and finishes on a delicious (light in sugar) marzipan note. With water : A few drops of water brings some harmony, a better blend of flavors, a hint of chlorophyll, and some maritime as well as medicinal taste somewhere between CAOL ILA and LAPHROAIG, or more on the “mainland”, the ARDMORE style. Conclusion: A very well made young single malt, moderately peated, well balanced, promising, that one could taste blind and swear it is an ARDMORE or even an independent Islay. Price tag: Around 70 € at The Whisky Shop, but can go over 80 € at some places (85 €, La Maison du Whisky). Confirmed rating: 89/100

 

 

 

-BRUICHLADDICH officiel “ORGANIC”, millésimé “2009”, mis en bouteille en 2017 (environ 8 ans), mais commercialisé (en tout cas en France) qu’en 2019, ncf, nc, 50 %:

A Noter: Un distillat ayant obtenu la certification de culture “biologique” (ce qui signifie notamment que l’orge utilisée dans ce whisky a été produite sans ajout de pesticides ni d’OGM) et élevé dans des fûts de chêne ayant contenu du Bourbon, mais aussi dans d’autres fûts ayant contenu du whisky de type Tennessee. Non filtré à froid, non coloré (ce depuis l'achat de la distillerie par le négociant Murray McDavid en 2001).

Couleur: Or clair. Nez: Alors que cette version n’est pas censée être tourbée, je perçois une légère note de fumée malgré tout (probablement issue du brûlage des fûts). Légère note fermière, miel, herbes sèches, épices (gingembre, poivre noir), quelques rares agrumes en arrière-plan et…beaucoup de bois sec. Un certain charme indéfinissable cependant. Bouche : Beaucoup de puissance (boisé tannique, sec, épices, herbes sèches) évoquant soit l’élevage en racks (chais modernes avec des fûts probablement à plus de 10 mètres du sol), soit l’utilisation intensive de fûts neufs. La bouche reprend les notes du nez mais peine à les détailler, comme si pour une fois « fondu et fermeté » pouvaient aller de pair. Assez déconcertant, mais l’ensemble dégage malgré tout un certain charme, un style unique, allant de la note légèrement fermière (qui se développe davantage dans les PORT CHARLOTTE), des agrumes et du miel (courants dans d’autres whiskies de la distillerie) et des épices puissantes. Pour couronner le tout, je retrouve cette agréable & élégante légère trace de fumée (« woodsmoke » ?) en finale. Tenue à la dilution : Bien mieux, même si le chêne demeure ferme (ne pas trop diluer), et c’est là encore le secret pour mieux apprécier cette version…Belle note de cire, davantage de miel d’acacia, d’agrumes (pamplemousse, limonade), soupçon de thé au jasmin, joli boisé malgré sa fermeté. Conclusion : Un joli BRUICHLADDICH mais aussi un whisky difficile dans l’absolu, demeurant assez fermé, trop sec et trop boisé (d’ou la note chiffrée mitigée, minorée d’environ 2 points), mais qu’un peu d’eau aide à découvrir et apprécier davantage. Indication de Prix : Autour de 80 €, cavistes. Note confirmée : 85/100

 

 

tws_bruichladdich_2009_the_organic_2009_gp

 

Merci à The Whisky Exchange pour cette photo !

 

ENGLISH VERSION :

A Noter: This BRUICHLADDICH has been certified “organic” (which means mainly that the barley used for this whisky has been produced without pesticides and doesn’t come from GMO production). It has been matured partly in ex-Bourbon casks, partly in ex-Tennessee casks. Bottled in 2017, this expression hasn’t been apparently been presented before this year in France. It is (as always since the Murray McDavid takeover in 2001) for every expression from this distillery, non colored & non chill filtered.

Color: Clear gold. Nose: While it is said regular BRUICHLADDICH aren’t peated, for me this one has a slight smoky note that could come from the wood charring. I’m also getting a light “farmy” (not really manure, let’s rather say a light stable note), some honey, dried herbs, spices (ginger, black pepper), some rare citrus fruit on the background, and...a lot of dry oak (understand, too much). Some strange undefined charm though is coming through. Palate: A lot of power (dry, tannic oak, dried herbs), that is for me the sign of rack maturation (modern warehouse with palletised casks that could stand at 10 meters high from the ground) or the intensive use of new oak casks. The palate is faithful to this tight nose, but with at the same time a “tight & melted” ensemble of flavors that defies identification for me. This is really challenging, but despite this, manages to display some charm, a unique style, from some “farmy” notes (more familiar in the PORT CHARLOTTE bottlings) to some citrus fruit & honey (usual in other BRUICHLADDICHs), and powerful spices. To underline that, once again I feel that light but elegant & quite pleasant smoky note on the finish (“woodsmoke”?). With water: Much better, even if the oak remains tight. This is the secret to really enjoy this expression in my opinion….Nice waxy note now, more acacia honey notes, more citrus fruit (grapefruit, citrus lemonade), a hint of jasmine tea, nice wood despite its firmness. Conclusion: A nice BRUICHLADDICH, but also a difficult whisky in the absolute, remaining a bit too closed, dry & oaky (that’s why I had to lower my rating, almost of 2 points), even if a few drops of water can help understand & enjoy a bit more this whisky. Price tag: Around 80 €, at retailers. Confirmed rating: 85/100

 

 

 

3/ DEGUSTATION Spéciale en marge du Sujet LOCH LOMOND Group / LOCH LOMOND Group brands, a special bottling review :

 

 

-GLEN SCOTIA officiel de 15 ans d’âge, tourbé (Peated) “2003”/« RUM Cask finish » (Campbeltown Festival 2019 Limited Edition), ncf/nc, Cask Strength, 51,3 %:

A Noter: Cette édition limitée à un peu moins de 3000 bouteilles (entre environ 2100 & 2700) est destinée à célébrer le festival 2019 de Campbeltown. Elle a été vieillie environ 15 ans dans des fûts ayant contenu du Bourbon, puis affiné durant 8 mois dans des fûts de rhum de Guyane de type Demerara et de taille/type Puncheon (entre 320 et 500 litres habituellement).

Couleur: Or à reflets vieil or. Nez: Belle influence modérée mais présente des fûts de rhum, tout en laissant le caractère de la distillerie s’exprimer. Canne à sucre, fruité (fruits exotiques dont ananas, coing, citron confit), floral, un rien végétal (thé vert & thé noir), vanillé (modérément, en arrière-plan), légère note marine et une belle note fumée au second plan, peut-être liée à une discrète note de réglisse. Bouche: J’aime beaucoup cette alliance à la fois fruitée (reprenant les notes du nez) et tourbée qui s’exprime, tout comme le caractère de la distillerie, incluant très vite de belles notes épicées assez complexes (gingembre, poivre noir & blanc, poivre 5 baies), des notes végétales également typiques (thé vert, thé noir, notes de sous-bois humide-mousse, champignons), une pointe de réglisse noire, et comme une note de gaufre (vanillée) à la vergeoise. Joli boisé modéré également. Tenue à la dilution: Belle souplesse avec quelques gouttes d’eau, note un peu mentholée, accentuation du fondu (vanille, ananas, coing, poivre/gingembre, thé vert & noir) très plaisant. Ne pas trop diluer (l’eau est par ailleurs dispensable, ici, à mon avis). Conclusion: Une belle édition spéciale pour le festival annuel de la presqu’île de Campbeltown, alliant charme discret, complexité de saveurs et du caractère...Bravo au maître-assembleur ! Indication de Prix: En vente en ligne au Royaume-Uni ou en Europe continentale entre 64 et 75 € (voir ci-dessous, un lien conseillé). Note confirmée: 91/100

Un grand Merci aux personnes suivantes par rapport à cette version :

1/ à Ibon Mendiguren (ambassadeur pour le Loch Lomond Group) pour le généreux sample

2/ à Christophe (R., il se reconnaîtra) pour m’avoir mis en contact avec le fournisseur de ma bouteille

3/ à Martin Fischer du site en ligne allemand “Whisky Maniac” pour avoir pu me livrer en France cette édition limitée à un prix correct, aussi je me permets de vous recommander son site :

Acheter ce whisky (et d'autres le cas échéant!) chez Whisky Maniac (Allemagne)

 

 

 

 tws_glen_scotia_2003_rum_cask_fin_51.3_big

 

 Merci à The Whisky Exchange pour cette photo !

 

ENGLISH VERSION :

Note: This bottling is a limited bespoke edition (less than 3000 bottles-say probably between 2100 & 2700) to celebrate this year’s Campbeltown festival. It has been matured during approximatively 15 years in ex-Bourbon casks and then finished 8 months in Guyana Demerara rum barrels called Puncheon (usually they contain 320 to 500 liters).

Color: Gold, with old gold reflections. Nose: Beautiful influence of the rum casks (moderate but expressive), while the maritime distillery house style can still shine. Among the notes that are coming through, there is some sugar cane, a nice fruit basket (exotic fruit including pineapple, but also candied lemon and quince), some flowers, some green notes as well (black & green tea), some vanilla (moderate, on the background), a slight maritime note, and a beautiful smoky note on the second ground, possibly married with a discrete black liquorice note. Palate: I have to say I like a lot this alliance of fruit & peat that is coming through here, faithful to the nose, but also the distillery character, including some complex & beautiful spicy notes (ginger, black & white pepper, Chinese 5 berries pepper), some typical green notes (black tea, green tea, damp forest moss & mushrooms notes), a hint of black liquorice, and something like a vanilla & “vergeoise” flavored waffle (“vergeoise” is a kind of crystallized brown sugar, cooked with first beetroot cane juice & with some molasses added-it is very closed to the “cassonade” that uses more sugar cane). Nice oak presence too. With water: This whisky offers a beautiful suppleness once diluted with a few drops of water. Some menthol notes are then coming through, as well as more melting of the flavors (vanilla, pineapple, quince, pepper/ginger, black & green tea), and it is very pleasant. Please do not dilute this one too much (for me water isn’t mandatory here). Conclusion: A beautiful special edition for the annual Campbeltown festival that combines a discrete charm with some flavors complexity, and some character as well…Congrats to the master-blender! Price tag: Around 64 to 75 € (see below link for a recommended online shop where you can find it). Confirmed rating: 91/100

A big thank you to the following persons for the review of this whisky :

1/ To Ibon Mendiguren (Loch Lomond Group brand ambassador) for his generous sample

2/ To Christophe (R., he’ll recognize himself) for his help to find the online shop below to get this bottle

3/ To Martin Fischer from the German online shop “Whisky Maniac”, for delivering this limited edition whisky into France, and this at a decent price, so I felt it was natural for me to recommend you his online shop’s website:

Shop this whisky (& others if you like !) at Whisky Maniac (Germany)

 

 

 

4/ QUATRE DEGUSTATIONS sur échantillon au sujet du Mini-Salon à THE WHISKY SHOP PARIS (06/04/2019), voir aussi plus loin :

(Prior to a summary of The Whisky Shop Paris mini-whisky show-see below further on-here are 4 REVIEWS after samples)

 

 

Il y a deux mois je me suis rendu au salon organisé par The Whisky Shop Paris, un mini-salon présentant une cinquantaine de whiskies & autres spiritueux (cognacs, armagnacs, gins-et coin cocktail) pour seulement 12 € en réservation en ligne et 15 € sur place, plus 2 € minimum pour une tombola permettant de gagner un TALISKER 25 ans d’âge ! J’ai apprécié l’ accueil chaleureux par la patronne des lieux (Imogen Bankier) proposant même un vestiaire gratuit dont elle s’occupait elle-même...Je lui tire mon chapeau. Une proposition exemplaire en termes de rapport qualité/prix et de rares opportunités de dégustation pour certaines références. Pour résumer, en plus des 4 whiskies déjà chroniqués ci-dessus, voici quelques mots sur d’autres moments de dégustation intéressants lors de ma visite (ainsi que quelques bémols), avec de brèves notes de dégustation (sans note chiffrée ou de estimations):

 

 

tws_paris_mini_salon_2019.04.06_vue_gene

Un franc succès (mérité) pour le 2ème mini-salon du Whisky organisé par The WHISKY SHOP Paris...Ici, les premiers stands à l'entrée de la boutique,

le salon était sur 2 niveaux...

 

 

ENGLISH VERSION : Two months ago I went to a mini-show organised by The Whisky Shop Paris, a mainly whisky show but also presenting some Armagnacs, Cognacs & gin, with a cocktail corner (around 50 spirits to taste), for only 12 € online booking & 15 € on site, plus a (2 € minimum) raffle to win a TALISKER 25 yo ! I enjoyed the warm welcome from the shop’s director (Imogen Bankier) who was herself at the shop’s entry & taking care of a free cloakroom...Kudos to her for that. This show was an exemplary proposal in terms of quality/price ratio & some rare tasting opportunities for some references. Here are other notes (to add to the first 4 ones above) that are shorter but do summerize the interesting tastings I have done there (including some less successful ones), here in short notes size (so with no rating or just some estimations):

 

-BUNNAHABHAIN officiel/Limited Release de 20 ans (distilled 22/11/97-Bottled 26/04/18), “Palo Cortado Cask finish”(Sherry), 1620 bouteilles, 54,9 % (Islay, ECOSSE/SINGLE MALT):

Mon premier whisky dégusté ce jour là (donc palais bien disposé) et ce fut une chance. Cette édition limitée est d’une grande finesse & d’une complexité certaine. Bel équilibre entre épices douces, fumée de tourbe modérée, fruits secs & quelques notes marines (sel, embruns) et végétales (thé noir, notes de sous-bois), fleurs variées, avec une influence modérée de ce Sherry très particulier qui hélas donne souvent bouteilles très chères, comme ici (entre 379 & 500 €). Au positif, cette modération permet au caractère de la distillerie de bien s’exprimer. Première impression très positive donc, et note estimée à 90-92/100.

EN: The first dram I had that day (so in good conditions) and that was a chance. This limited edition has quite some complexity and is of a great refinement. Beautiful balance between sweet spices, moderate peat smoke, dried fruit & some maritime notes (salt, seaspray), green notes (black tea, forest moss), varied flowers, with a moderate influence of that very particular Sherry that often makes bottles prices go very high, as it is here (from 379 to 500 €). On a good side, this moderated finish lets the distillery character come through. Very positive first impression, with a rating estimated at 90-92/100

 

 

tws_paris_ms_2019.04.06_bunna_1997_palo_cortado_r

 

 

-TOBERMORY 15 ans “Marsala Cask finish”, Edition 2017, 1200 bouteilles, 56,2 % (Isle of Mull, ECOSSE/SINGLE MALT):

L’antithèse du whisky précédent, avec un affinage qui écrase le style si délicat de la distillerie (tout comme hélas les premières versions affinées, elles, en fûts de Sherry Oloroso): Trop tannique, trop vineux, trop épicé, il ne présente pour moi que peu d’intérêt, et à autour de 130 € en moyenne, encore moins. Je reste cependant curieux du nouveau 12 ans, qui semble avoir une maturation plus naturelle.

EN: For me this one is clearly the exact opposite of the previous one, with a finishing that crushes the so delicate distillery character (as it was with first versions of it, finished in Oloroso Sherry): Too tannic, too winey, too spicy, this one has for me not much interest & around 130 € (average price found) the bottle even less. I am still curious of the new 12 years old though, that seems to have a more natural maturation.

 

 

tws_paris_ms_2019.04.06_tobermory_15_ans_marsal_fin

 

 

-BALVENIE 21 ans “Portwood’ (finition en fûts de Porto de 30 ans d’âge), 2019, 40 % (Speyside, ECOSSE/SINGLE MALT):

De passage sur le stand pour déguster le nouveau AILSA BAY (voir plus haut) qui appartient également au groupe William GRANT & Sons, je repère des versions déjà dégustées récemment par ailleurs (dont l’excellent 14 ans “PEATWEEK”), et remarque le retour du prestigieux 21 ans “Portwood” (un temps plus disponible ici). Remarquablement équilibré, sans doute moins exubérant que par le passé. Son caractère très confituré (abricots, oranges) s’est certes assagi, mais il demeure un bien beau BALVENIE et parmi les plus fruités. Le prix a hélas grimpé entre temps autour de 210-250 €.

EN: While I was on the William GRANT & Sons stand to taste the new AILSA BAY (see above) which belongs also to this company, I saw other expressions I had already tasted (such as the excellent 14 y.o. “Peatweek”), but noticed the comeback of the prestigious 21 y.o. “Portwood” (that was for some time not available, at least here). Remarkably balanced, it is for sure less exuberant than before, with its very jammy (apricots & oranges driven) style moderated, but it remains one of the most beautiful BALVENIE’s around & one of the most fruity too. Its price has alas increased over the years and one can find it now around 210-250 €.

 

 

tws_paris_m.s.2019.04.06_balvenie_x3_inc_21_pw_r

 

Une partie de l'offre de chez William GRANT & Sons ce jour là (le 21 ans testé est au milieu), il y eu aussi l' AILSA BAY & d'autres The BALVENIE,

comme l'excellent 12 ans First fill Bourbon (Single-Barrel)

 

 

 

-CLYNELISH officiel/The Special Releases (Edition 2014), n.a.s. (environ 16 ans d’âge), First fill Bourbon casks & French oak casks, 54,9 %:

Même si ce n’est pas une édition récente, une telle opportunité de dégustation ne se refuse pas ! Un nez très fin, un palais très léger malgré le titrage plus que décent, avec des notes typiques de la distillerie hélas peu présentes (cire, moutarde à l’ancienne, herbes sèches) ou en tout cas très fondues entre elles. Un malt complexe, plutôt bon, mais un peu frustrant car je m’attendais à davantage de “spectacle”. Si j’avais à l’estimer en termes de notes chiffrées il irait jusqu’à 90/100, mais sans doute pas au delà. En revanche, à 695 € (prix indicatif communiqué), c’est totalement excessif et dispensable. L'on peut trouver régulièrement de très jolis CLYNELISH chez les négociants pour bien moins que cela, et avec un compte d'âge intéressant.

EN: Even if it isn’t a recent edition, this kind of tasting opportunity is so rare one cannot refuse to take! The nose is sharp & refined, the palate is very light despite its more than decent abv, with some typical distillery house style alas not quite there (the wax, the “ancient style” mustard spicy notes, the dried herbs) or a bit too melted together. A complex malt though, rarther good, but a bit frustrating for me (I was expecting more “oomph”, more “action”). If I had to rate it, I’ll estimate it to 90/100, but probably not more. However, at around 695 € (RPP), it is totally crazy & makes this whisky nonessential, as one can find pretty interesting indie bottlings of CLYNELISH on a regular basis, and baring a decent age statement as well.

 

 

 

tws_paris_m.s.2019.04.06_clynelish_s.r._2014

 

 

 -The SINGLETON of DUFFTOWN officiel/The Special Releases 28 ans (distilled in 1985, bottled in 2013), Bourbon casks, 3816 bouteilles, 52,3 %:

Un whisky très malté, marqué par un fondu mi-boisé, mi-céréalé qui s’achève sur des notes tanniques décevantes. Correct, mais pour l’âge et le prix (autour de 365 €), franchement,“je passe” sans hésiter une seconde.

EN: A very malted whisky, half-oaky, half-cereal driven that alas has a too oaky (tannic) finish, rather disappointing. It is decent, ok, but for the age & the price (around 365 €), this is without a doubt forgettable.

 

 

tws_paris_m.s.2019.04.06_singleton_of_dufftown_28_a_2013

 

 

-OCTOMORE 9.1 « Dialogos » 5 ans d’âge (156 ppm), « Scottish Barley », 42000 bouteilles, 59,1 %:

Jolie version typique, « modérément tourbée » (voir mes explications exclusives du secret d’Octomore sur le site !- tapez « Masterclass Bruichladdich » dans la barre de recherche), apparemment aussi intéressante que la 8.1 (que j’avais adoré). Je reste aussi nostalgique de la riche version 8.3...-Autour de 195 €. Cher mais très bon...

EN: A nice expression, “moderately” peated (see my unique explanations of Octomore’s secret on my website !-tape “Masterclass Bruichladdich” & you’ll know), apparently as interesting as the 8.1. (which I loved). I’m also nostalgic of the 8.3. Around 195 €. Expensive, but very good.

 

 

tws_paris_m.s._2019.04.06_octomore_9.1

 

 

 

-OCTOMORE 10.1 « Dialogos » 5 ans d’âge (« Ten Years »-Anniversary Edition), 42000 b., 59,8 %:

Plutôt bonne aussi, mais un peu plus alambiquée (Bourbon, Porto, Cognac, Virgin oak casks), ça fait un peu beaucoup. -Autour de 229 €, donc tout à fait dispensable à ce prix.

EN: Rather good as well, but a bit more difficult I have to say, with its multiple maturation (Bourbon, Porto, Cognac, Virgin oak casks), it’s a bit “too much” for me. At 229 € the bottle, this one is for me nonessential.

 

-BLACK ART (Bruichladdich distillery) 06.1 de 26 ans (distilled in 1990, bottled in 2018), « Unpeated », recette (type de fûts) secrète, 18000 bouteilles, 46,9 %:

Fin, complexe, mais ne se livrant jamais totalement, elle est plutôt bien faite, mais hélas un peu vineuse. Personnellement je n’ai jamais vraiment accroché à cette série  (c'est la troisième édition que je déguste), et ce à tout point de vue (packaging opaque, assemblages avec trop souvent des fûts de vin rouge, manque d’expressivité, sans parler du prix excessif, ici autour de 349 €…).

EN: Refined, complex, but never opening up really, it is rather well made, but alas a bit too winey for me. I never really understood all the fuss about this series honestly (and it is the third edition of this series I am tasting), and this about everything (opaque packaging, recipes often including too often red wine casks, lack of expressivity, too hefty price-here around 349 €).

 

 

 

tws_paris_m.s._2019.04.06_stand_bruichladdich

Beaucoup de choses à déguster chez BRUICHLADDICH (le "Black Art" est vers la gauche), comme souvent, j'y reviendrais certainement...

 

 

*Cognacs & Armagnacs LHERAUD :

J’ai apprécié le Bas-Armagnac « 1987 » Tenarèze (Baron Gaston Legrand) et son joli rancio, ses profondes notes fruitées, mais sans doute davantage les Cognacs: Signalons un joli 20 ans « Petite Champagne », 43 %, à environ 125 €, un très fondu mais floral & fruité 40 ans d’âge, 44 %, à 225 €, mais sur ce stand, ce que j’ai préféré ce sont les suivants, deux splendides millésimes (hélas bien trop chers à mon avis, comparé à d’autres marques) :

EN: I did enjoy the nice rancio & deep fruity notes in the 1987 Bas-Armagnac quoted above, but probably more the Cognacs: Let’s point for instance the 20 years old (details above), nicely made, or this very melted but beautifully floral & fruity 40 y.o. (details above), but my favorite where the 2 following ones, vintages, but alas too expensive compared to other brands):

 

 

 

tws_paris_m.s._2019.04.06_st_cognacs_lheraud

L'offre généreuse de la famille LHERAUD pour ce salon, à gauche 2 Bas-Armagnacs, puis les Cognacs.

 

 

 -COGNAC LHERAUD « Fins Bois », millésimé « 1979 », mis en bouteille en 2018, S.C. N° 0570, à 48 % (450 €) :

Un profil non commercial, un rien austère, végétal, mais bien intéressant (thé noir, thé vert, réglisse, fin boisé).

EN: A non-commercial aromatic profile, rather austere, green, but very interesting (black & green tea, liquorice, refined oak).

 

-COGNAC LHERAUD « Petite Champagne », millésimé « 1969 », mis en bouteille en 2018, S.C. N° 0894, à 48 % (539 €) :

Un profil aromatique également non commercial, superbe, complexe, à la fois floral, fruité (orange, abricot), un peu marqué par du solvant, du cuir, tout en étant très végétal également (thé noir & vert, menthol), plus profond, vraiment superbe !

EN: Another one with a non-commercial aromatic profile, superb, complex, green but also fruity (orange, apricot) & floral, with some solventy notes, leather, but also very green as well (black & green tea, menthol), really superb !

 

 

 tws_paris_m.s._2019.04.06_cognacs_lheraud_1969

 

 


 

 

 

Express Notes No 8

 

EXPRESS NOTES No 8 :

 

Sujet publié le : 03/02/2019-Mise à Jour du : 08/02/2019

First published : 03/02/2019-Update : 08/02/2019

 

 

Dans ce nouveau numéro d’ EXPRESS NOTES, je publierais mes notes de dégustation concernant plusieurs single malts de la distillerie écossaise TOMATIN.

Merci encore aux personnes, qu’ils soient professionnels (comme Scott Fraser & son équipe, de la distillerie TOMATIN-pour leur accueil sur le stand du salon Club-Expert DUGAS 2018, d’une part, et pour m’avoir laissé échantillonner 4 de ces whiskies, dont un sample du 15 ans envoyé par la suite-j'ai acheté une mignonnette du 18 ans d'âge à Inverness lors de mon dernier voyage) ou qu’ils soient particuliers (comme Denis, un ami de Belgique, pour m’avoir offert un échantillon du TOMATIN « 1988 » lors d’une réunion amicale de notre club informel), qui ont pu contribuer à fournir des échantillons pour ce sujet. C’est apprécié à sa juste valeur, mais n’a en aucune façon pu altérer mon jugement au sujet de ces whiskies.

A Noter : Deux de ces whiskies de chez TOMATIN sortis en 2018 sont primés dans mon « TOP 10 des Meilleurs Whiskies de l’Année 2018 », il s’agit du 18 ans & du 15 ans. Liste de tous les whiskies primés & détails à venir la semaine prochaine sur le site...

 

ENGLISH SUMMARY: In this new “EXPRESS NOTES” number, you will find my new tasting notes about 7 single malts from the Scottish TOMATIN Highlands distillery.

Thanks again to the professional (TOMATIN staff, Scott Fraser first...met on a French wine & Spirits show called Salon Club-Expert DUGAS, in 2018-he let me take 4 samples on the stand & sent me one of the 15 yo-forgot to say I bought myself a miniature of the 18 years old in Inverness during my 2018 trip to Scotland) or amateurs (Denis, a friend from Belgium, for letting me sample the “1988” during a friendly gathering) for their contributions (samples). It is much appreciated, but I have to precise this doesn’t mean my opinion has been biased in any way here.

 Note: 2 of these TOMATIN whiskies released in 2018 (the 18 y.o. & the 15 y.o.) are awarded in my “TOP 10 of My Favorite Whiskies of Year 2018” to be published on my website, details & list about all the whiskies awarded next week...

 

Rappel de mon barême de notation/Reminder of my rating system :

NOTATION/RATING System

 

 

 NOTES DE DEGUSTATION PUBLIEES DANS CE NUMERO :

(TASTING NOTES PUBLISHED IN THIS ISSUE)

 

-TOMATIN officiel 12 ans, 2009, coloured, chill filtered, 40 %

-TOMATIN officiel 14 ans “PORT WOOD” (12 ans Bourbon matured, 2 ans Tawny Port finish) , 2018, nc/ncf, 46 %

-TOMATIN officiel n.a.s. (env. 10 ans) “CASK STRENGTH”, 2018, (4 cask types), nc/ncf, 57,5 %

-TOMATIN officiel n.a.s. (env. 9 ans) “CU BOCAN” (Peated), 2018, nc/ncf, 46 %

-TOMATIN officiel 18 ans, Bourbon matured (15 ans) & Sherry finished (3 ans), nc/ncf, 46 %

-TOMATIN officiel 15 ans “MOSCATEL Finish” (durant 5 ans), Edition limitée 2018 (6000 bouteilles), nc/ncf, 46 %

-TOMATIN officiel Millésimé “1988” (27 ans), 2016 (Batch 3), Bourbon matured, finished in Tawny Port casks, nc/ncf, 50 %

 

 

 salon_c.e._dugas_2018_tomatin_stand_red

L'offre de dégustation proposée sur le stand TOMATIN du salon Club-Expert Dugas 2018 à Paris. Photo © Grégoire Sarafian.

 

 

***

 

 

Présentation de la Distillerie TOMATIN :

 

La distillerie TOMATIN est une distillerie écossaise de la région des Highlands (à la lisière des Highlands du Nord comme du Speyside) fondée en 1897, et connu une croissance importante au XX ème siècle, voyant en quelques décennies ses alambics passer de 2 (initialement) à 10 en 1961, puis à...pas moins de 23 en 1974, devenant l’une des plus importantes au monde-et pour l’Ecosse (même si GLENFIDDICH a longtemps été leader avec 31 alambics, c’est désormais The MACALLAN, avec 36 alambics, dans sa toute nouvelle distillerie qui est la plus grande !). Par contre, c’est également en 1974 que ses aires de maltage ont été fermées, cette activité étant depuis externalisée. Après avoir été mise en liquidation en 1985, la distillerie est rachetée en 1986 par un groupe japonais, Takara Shozu Co & Okara & Co (et depuis 1998 d’autres investisseurs, majoritaires, ont repris l’affaire en main), qui décide alors de sortir un single malt du nom de TOMATIN officiellement, celui-ci étant auparavant uniquement destiné à alimenter des blended whiskies (ce qu’il fait par ailleurs toujours, notamment pour les marques The ANTIQUARY, et, plus connu au Royaume-Uni qu’en France les très anciennes marques The BIG-T & TALISMAN, ce dernier datant de 150 ans !).

Il faudra attendre par contre 2004 pour voir le lancement du premier 12 ans d’âge de la distillerie...Hormis ses impressionnants alambics, la distillerie TOMATIN dispose d’une grande cuve de brassage (« mash tun ») en acier inoxydable d’une capacité de 8 tonnes, de 12 cuves de fermentation (« washbacks » en acier inoxydable qui peuvent effecteur cette fermentation jusqu’à 110 heures (davantage que la moyenne des distilleries écossaises). La capacité de production de la distillerie est de 5 millions de litres d’alcool pur par an, mais l’on tourne plutôt autour d’un peu moins de 2 millions actuellement, sur une base de malt non tourbé, sauf, pour quelques semaines seulement par an, ou du malt tourbé à 30-35 ppm est produit pour la référence « CU BOCAN » de la gamme régulière, lancé en 2013 pour la première fois. Tous les whiskies produits par la distillerie sont, hormis le 12 ans d’âge, mis en bouteille sans coloration ni filtrage à froid, en tout cas depuis le changement de conditionnement (« rebranding ») intervenu en 2009.

A Noter : La distillerie propose des visites avec la possibilité de choisir entre pas moins de 5 fûts différents pour embouteiller son propre souvenir de la visite...La gamme régulière comprend une demi-douzaine de références (presque toutes sont chroniquées ci-dessous, il y manque que le « Legacy ») dans la gamme régulière, à laquelle s’adjoint une série destinée au marché hors taxes, séries nommée « The Five Virtues » of TOMATIN, partant d’éléments naturels associés au whisky, ainsi que des éditions limitées millésimées, qu’elles soient jeunes (millésimes des années 2000) ou prestigieuses (âgées plusieurs décennies), et, depuis peu un 50 ans d’âge.

 

 

tomatin_distillery_from_the_sky_ob_capt_4 

L'immense complexe de la distillerie TOMATIN, avec une partie de ses chais au premier plan. Merci à la distillerie pour la photo.

 

 

ENGLISH SUMMARY:

 

TOMATIN Distillery Presentation:

 

The TOMATIN Distillery is a Scottish distillery located in the Highlands area, in a crossing not far from both the Northern Highlands & the Speyside area. Founded in 1879 it has known a spectacular growth in the 20th century, with, during only a few decades, see his stills increase from to 2 (initially) to 10 in 1961, and then to...no less than 23 in 1974, becoming one of the most important in the world, and of Scotland (even if GLENFIDDICH has been a long time the leader with 31 stills, it is now The MACALLAN, with its brand new distillery, who is the bigger now with 36 stills!). At the same time (1974), TOMATIN distillery stopped using his own malting floors, and is now externally supplied in malted barley.

After being in liquidation in 1985, the distillery was taken over by a Japanese group called Takara Shozu Co & Okara & Co (in 1998 though, other investors, majoritary shareholders, took leadership of the group), and have decided to release the first official TOMATIN single malt. Before this time, the distillery was what is usually called a “filler”, a distillery who provides whisky only for blended whiskies. The distillery still has this activity, though, for its most famous blended whisky called The ANTIQUARY, but also for some blended whiskies brands unknown in France but very old in UK such as The BIG T or TALISMAN-the latter exists for 150 years!

It is only in 2004 that the first 12 years old from the distillery was released. Excepts its impressive stills, the TOMATIN distillery uses a huge stainless steel 8 ton capacity mash tun, 12 stainless steel washbacks for a fermentation time that can last until 110 hours (more than the average time of other Scottish distilleries). The production capacity is potentially of 5 millions of liters of pure alcohol, but it is nowadays rather around a bit less than 2 millions. The malt is unpeated most of the time, but a few weeks per year, a peated malt is produced (at around 30 to 35 ppm) for their peated single malt expression called “CU BOCAN”, which is part of the core range and has been released for the first time in 2013. All the TOMATIN whiskies, except the 12 years ago, are now un-chillfiltered & un coloured.

Note : Among the distillery tours proposed by the TOMATIN distillery, there is one in which you can fill your own bottle of whisky from one of the 5 different casks (where other distilleries only have one or two available). The core range included around 6 different age statements and n.a.s. whiskies (including the « Legacy » not reviewed here), plus for the global travel retail a series of n.a.s. bottlings aming the « Five Virtues » series, associating natural elements with the whisky. You will also find other limited editions, wether they are young vintages or prestigious older ones, and since last year, a 50 years old expression as well.

 

 

 tomatin_distillery_pics_capture1

Les cuves de fermentation, la salle des alambics et un des chais de la distillerie TOMATIN, que je remercie pour la photo.

 

 

 

tomatin_50_coffret_ouvert_ob

C'est le 24 Novembre 1967 que fut distillé ce prestigieux 50 ans d'âge, vieilli en fûts de Sherry Oloroso de premier remplissage, avant d'être embouteillé dans cette carafe faite par Glencairn,

le 20 Spetembre 2018. Il vous coûtera "seulement" £ 10000 pour vous procurer ce whisky. Photo : Distillerie TOMATIN, que je remercie.

 

 

 

NOTES DE DEGUSTATION PUBLIEES :

(TASTING NOTES )

 

 

-TOMATIN officiel 12 ans, 2009, coloured, chill filtered, 40 % (SINGLE MALT, Highlands ECOSSE/Royaume-Uni):

Couleur: Vieil or. Nez: Fin, relativement complexe, fortement malté, fruité (fruits confits variés, fruits secs divers), chocolat noir et au lait, pas mal de caramel et quelques discrètes notes florales. Bouche : Souple, assez maltée, mais aussi herbacée, fruitée (fruits confits & fruits secs), puis épicée (gingembre), marquée par un caramel assez lissant (en partie non naturel), évoluant vers un joli boisé teinté de notes de chocolat noir et au lait. Longueur en bouche moyenne, très légère pointe d’amertume finale. Fait preuve d’un certain équilibre, mais l’on reste un peu sur notre faim (est-ce la faute au titrage ? Peut-être), entre chocolat, malt, fruité, boisé et herbes sèches, comme s’il y avait une incertitude de « direction » du profil aromatique. Tenue à la dilution : Avec quelques gouttes d’eau, les saveurs s’ouvrent davantage, c’est mieux sans être spectaculaire. Ne pas trop diluer cependant pour ne pas accentuer cette légère amertume. Conclusion : Un classique assez agréable de la gamme régulière de TOMATIN, ici dans une édition ancienne (mais dégustée récemment), donc ne pas hésiter (je le ferais également) à déguster des lots plus récents (ne pas considérer mes commentaires et la note comme forcément représentatifs de l’offre actuelle). Indication de Prix : Autour de 45/55 €, cavistes. Note confirmée : 85/100

ENGLISH NOTES : Color : Pale gold. Nose : Refined, relatively complex, strongly malted, fruity (varied candied fruit & dried fruit), some chocolate too (milk & dark chocolate), quite some caramel & some discrete floral notes. Palate : The palate is strongly malted too, but there are also some grassy notes, some dried herbs, some dried & candied fruit as well, evolving into a nice woody profile melted with dark & milk chocolate. The finish is medium long, with some slight bitterness towards the end. It is well balanced, but seem to hesitate between several directions, between its chocolate, malt, woody & dry herbal and fruity components, to be more precise. So this let me a bit unsatisfied with it, maybe because of the low abv, maybe because of others reasons, I don’t know. With a few drops of water, flavours seem to open up a bit more, but without being spectacular. I do not advise to dilute more than that if you don’t want to emphasize that slight bitterness. Conclusion : This classic core range TOMATIN expression is pleasant, but, as it comes from a quite old bottling (recently opened though), I would suggest you to try more recent batches (I will do so too) to make your own opinion about it, so please take my comments for this one with a pinch of salt. Price : Around 45/55 € in France. Confirmed rating: 85/100

 

 

 

tomatin_12_ans_2009_40_gsb

 

 

-TOMATIN officiel 14 ans “PORT WOOD” (12 ans Bourbon matured, 2 ans Tawny Port finish) , 2018, non coloured, non chill filtered, 46 % (SINGLE MALT, Highlands ECOSSE/Royaume-Uni):

Couleur: Or. Nez: Fin, subtil, bien malté, fruité (fruits confits variés, fruits secs dont abricots & raisins, soulignant l’influence du Porto). Bouche : Facile d’accès, maltée, fruitée (fruits confits & fruits secs), puis épicée (gingembre), caramel naturel (presque salé), devient plus vive et plus sèche (voire un rien herbacée) en milieu de bouche, les épices ressortent, et un rien d’amertume avec. Le palais demeure cependant équilibré et d’une belle cohérence. Tenue à la dilution : Avec quelques gouttes d’eau, ce whisky devient plus souple, et davantage fondu. Ne pas trop diluer cependant pour ne pas accentuer cette légère amertume. Conclusion : Un joli TOMATIN de la gamme régulière, sans doute un des meilleurs, bien fait, agréable. Indication de Prix : Autour de 67-70 €, cavistes. Note confirmée : 89/100

ENGLISH NOTES : Color : Gold. Nose : Refined, subtle, strongly malted, fruity (candied varied fruit, dried fruit, including : apricot, raisins, sultanas, underlining the Port influence). Palate : The palate is of an easy access, faithful to the nose (same fruits), then more vivid & dry (even a little herbal) at mid-palate, the spices are then coming through (ginger first), and a slight bitterness with it. The palate remains well balanced though, and shows a nice consistency. With a few drops of water, this whisky gets more suppleness, more melted flavors. Please do not dilute it too much, in order to avoid more bitterness. Conclusion : This one is a nice addition to the core range, one of the most well made I have to say. Price : Around 67-70 € in France. Confirmed rating: 89/100

 

 

 tomatin_14_yo_portwood_obmodif

 

 

 

-TOMATIN officiel n.a.s. (environ 10 ans) “CASK STRENGTH”, 2018, (4 cask types*), non coloured, non chill filtered, 57,5 % (SINGLE MALT, Highlands ECOSSE/Royaume-Uni):

A Noter: Il s’agit d’un assemblage de 4 différents types de fûts (1st Fill Bourbon barrels, 1st Fill Sherry casks, 1st Fill Virgin Oak, Refill oak).

Couleur: Or, à reflets vieil or. Nez: Fin, précis, complexe, cohérent. Boisé et esters dominent, à priori. Bouche : Fin, complexe, mais aussi partant dans plusieurs directions qui ne se rejoignent pas toujours : L’attaque est très sèche, mais certes expressive, avec une forte séquence très boisée & très épicée, puis le Sherry (un peu vineux) intervient, tentant de prendre l’avantage sur les autres notes aromatiques en milieu de bouche, mais le fruité demeure trop modeste. Les autres notes peinent à s’exprimer (perte conséquente de points à ce stade), et les esters notamment, demeurent trop fermés. Peu de caramel et de malt en bouche (la signature chez TOMATIN), en fait le bois, les épices, et peut être quelques notes d’agrumes (avec un rien d’acidité) dominent. Tenue à la dilution : Avec quelques gouttes d’eau, ce whisky devient plus abordable, mais reste sec et un peu vineux, et surtout trop boisé à mon goût. Conclusion : Etrange. Un TOMATIN qui m’a paru réussi lors de ma première dégustation de salon, puis, sorti du contexte, s’est avéré bien plus austère et « compliqué » en échantillon. Je pense que cette version aurait mérité davantage de simplicité dans son élaboration (et probablement moins de types de fûts différents), pour éviter cet effet « wood technology » qui me dérange quelque peu. Indication de Prix : Autour de 65 €, cavistes. Note confirmée : 83,5/100

ENGLISH NOTES : Color : Gold, with golden hues. Nose : Refined, precise, complex, consistent. The oak (pretty loud) & the esters seem to dominate here. Palate : The palate is complex, refined, apparently faithful to the nose, but it moves to different directions that are not necessarily going the same way : The attack is very dry, admittedly still expressive, but with a strong oaky & very spicy sequence, before some Sherry (a bit winey) joins the party but never reaches the foreground, while the fruity note remains too shy. The other aromatic notes struggle to express themselves (it clearly loses some points here), and the esters of the nose remain too closed. Not much caramel or malt (the usual suspects at TOMATIN) in this one, because the oak, the spices and maybe some citrus fruit (with some acidity) are dominating. With a few drops of water, this whisky becomes “more affordable”, but it is remaining dry & a bit winey, and mostly way too oaky for me. Conclusion : This is strange: During my first tasting of this one, in a French wine & spirits show, I liked it a lot & it seemed very smooth for a Cask Strength, but tasting it twice from a sample, out of the show context, it has become way more austere and “complicated”’. I think that this expression deserved more simplicity in its conception (probably less different cask types as well) in order to avoid this “wood technology” effect that somewhat bothers me. Price : Around 65 € in France. Confirmed rating: 83,5/100

 

 

 

 tomatin_cask_strength_2018

 

 

 

-TOMATIN officiel n.a.s. (environ 9 ans) “CU BOCAN” (Peated), 2018, non coloured, non chill filtered, 46 % (SINGLE MALT, Highlands ECOSSE/Royaume-Uni):

A Noter: Il s’agit d’un assemblage de 3 différents types de fûts (Refill Bourbon barrels, Refill Sherry casks, 1st Fill Virgin Oak). Il existe des variantes mettant davantage l’accent sur l’un des trois types de fûts cités, mais aussi des versions millésimées de ce "CU BOCAN" (le nom évoque une bête mythique s'évanouissant dans un brouillard de fumée qu'un villageois près de la distillerie aurait aperçu il y a bien longtemps, une nuit..telle est la légende en tout cas).

Couleur: Or clair. Nez: Jeune (évoque un 8 à 10 ans d‘âge), anisé, fruité (les agrumes en tête), il est également un peu floral et aérien. Joli ! Bouche : Moins jeunequ’au nez, elle est plutôt agréable, dévoilant des esters (bonbon anglais à la réglisse, fruits exotiques), belles notes fruitées légèrement (sorbet citron givré), quelques fleurs, et comme de l’orge sucrée, très plaisante. D’une certaine légèreté & finesse tout au long de la dégustation. Tenue à la dilution : Avec quelques gouttes d’eau, ce TOMATIN tourbé un rien atypique devient plus souple (ne pas ajouter trop d’eau malgré tout) et plus aérien encore. Conclusion : Une jolie version alternative de TOMATIN, modérément tourbée, dans laquelle les esters, les fruits divers et la tourbe supplantent clairement et avec succès le caractère malté et chocolaté de la distillerie. Indication de Prix : Autour de 50 € pour cette version, 70 pour les autres, cavistes. Note confirmée : 88/100

ENGLISH NOTES : Color : Pale gold. Nose : Young (between 8 & 10 yo), starting with a nice aniseed & citrus fruit note, it is also floral & aerial. Nice! Palate : Less young than the nose, the palate is pleasant, showing some esters (English liquorice allsorts sweets, exotic fruit), some beautiful lemon notes (frozen lemon sherbet), a few flowers for good measure, and a barley sugar like note (very pleasant) as well. The whisky has some lightness all palate long, a refined one. With a few drops of water, this unusual peated TOMATIN becomes more flexible (don’t add too much water, though), and more aerial. Conclusion : A nice alternative expression of TOMATIN, moderately peated, and in which the esters, the fruit & the peat manage very well to replace the usually malty & chocolaty house style. Price : From 50 to 70 € in France, according to which expression it is (there are at least 3 non age statement expressions of CU BOCAN”, with for each one a unique cask type among those quoted above, plus some older vintages). Confirmed rating : 88/100

 

tomatin_cu_bocan

 

 

 

-TOMATIN officiel 18 ans, Bourbon matured (15 ans) & Sherry finished (3 ans), non coloured, non chill filtered, 46 % (SINGLE MALT, Highlands ECOSSE/Royaume-Uni):

Couleur: Vieil or. Nez: Fin, et typiquement boisé et malté avant toute chose. Discrètes traces de Sherry, pas davantage. Bouche : Fortement malté, modérément boisé, note de cire, délicate touche de Sherry légèrement vineuse (à la The GLENROTHES), fruité (fruits compotés : pommes, poires et quelques fruits secs, agrumes), épices douces (touche de gingembre), évoluant vers une généreuse note de caramel et de chocolat au lait, puis, pour finir je devine une note herbacée en arrière-plan. Joli. Tenue à la dilution : Avec quelques gouttes d’eau, ce whisky devient plus souple, mais trop d’eau peut apporter un rien d’amertume. Légère acidité maintenant, provenant de notes d’agrumes. Le bois et les épices se font plus doux, mais sont toujours là. En fait je le préfère sec. Conclusion : Ce charmant TOMATIN, dont le Sherry n’est qu’un des éléments, est un excellent single malt, très efficace, et l’un de mes préférés de la gamme régulière, en tout cas le mieux noté pour le moment (je mets à part les prestigieux vieux millésimes ou comptes d’âge élevés). Indication de Prix : Autour de 80/90 €, cavistes. Note confirmée : 91,5/100

ENGLISH NOTES : Color : Old gold. Nose : Refined, typically woody & malty before anything else. Discrete hint of Sherry, not much more. Palate : Strongly malted, moderately woody, wax, a delicate a bit winey hint of Sherry (reminder of The GLENROTHES distillery house style), fruity (stewed fruit: apples, pears, and some dried fruit & some citrus fruit), gently spicy (a touch of ginger). The palate evolves towards some generous caramel & some milk chocolate as well, and finally I get an herbal note on the background. Nice! With a few drops of water, this whisky becomes smoother, but too much water can bring some bitterness. I notice a slight acidic note now, coming from the citrus fruit notes. The oak & the spices are getting sweeter, but they are still there. Me I finally prefer it neat… Conclusion : This charming TOMATIN, in which Sherry casks are only an element of it, is an excellent single malt, very efficient, one of my favorite of the core range, if not the favorite, and has the best rating so far (I put aside the prestigious old vintages & high end age statements). Price : Around 80/90 € in France. Confirmed rating : 91,5/100

 

 

tomatin_18_yo_ob_pic_red

 

 

 

-TOMATIN officiel 15 ans “MOSCATEL Finish” (durant 5 ans), Edition limitée 2018 (6000 bouteilles), non coloured, non chill filtered, 46 % (SINGLE MALT, Highlands ECOSSE/Royaume-Uni):

Couleur: Or pale. Nez: Fin, vineux & fruité (marqué par des notes variées de fruits rouges & de grenadine), rond et équilibré. Une élégance étonnante s’en dégage. Bouche : Splendide ! Bien ronde, fluide, très fruitée (fruits rouges, grenadine), légèrement floral, mais aussi épicée (gingembre, poivre 5 baies, poivre noir, puis à partir du milieu de bouche, cannelle et girofle...), elle évolue sur une note de solvant, puis d’orge maltée mais aussi d’herbes sèches, mêlés de fruits secs et de chocolat noir (en filigrane). L’on est parfois proche de l’esprit d’un Pinot noir, mais avec plus de rondeur et moins de tannins. Belle souplesse en bouche (la texture est à la fois fluide et soyeuse), malgré une finale plus sèche. Le palais de ce whisky possède un certain charme je dois dire, et une élégance rare. Tenue à la dilution : Avec quelques gouttes d’eau (juste quelque unes) la souplesse de ce whisky augmente, mais son caractère vineux aussi (personnellement, je le préfère sec), donc c’est assez personnel. Conclusion : Je suis en général assez difficile avec les affinages en fûts de vin, surtout le vin rouge, qui a tendance à supprimer le style de la distillerie. Ici ce n’est pas le cas, même si l’influence vineuse est grande, mais l’ensemble est plutôt cohérent, élégant et charmeur. Une belle réussite ! Indication de Prix : Autour de 90 €, cavistes. Note confirmée : 90,5/100

ENGLISH NOTES : Color : Pale gold. Nose : Refined, winey & fruity (with varied notes of red fruit & grenadine, rounded & well balanced. Palate : Splendid ! Well rounded, flowing, very fruity (varied red fruit, grenadine), slightly floral, but also spicy (ginger, 5 berries pepper, black pepper, then in the mid palate some cinnamon & cloves…), it evolves to a solvent note, then malted barley but also dried herbs, along with some dried fruit, and dark chocolate on the background. We’re not far from a Pinot noir wine palette, with more roundness & less tannins. Beautiful suppleness mouthfeel (the texture is at the same time fluid & silky), despite a drier finale. This whisky’s palate has some charm for sure, and a rare elegance. With a few drops of water (not more), the suppleness of this whisky increases, so does its winey character too (me I prefer it neat). Conclusion : Usually I’m a little picky about wine finishes (especially red wine), that tend to erase the distillery character of the whisky, but here it is not the case, and even if the wine influence is huge, the ensemble is very consistent, elegant, and charming…A nice success! Price : Around 90 € in France. Confirmed rating : 90,5/100

 

 

tomatin_15_yo_moscatel_finish

 

 

-TOMATIN officiel Millésimé “1988” (27 ans), mis en bouteille en 2016 (Batch 3), Bourbon matured, finished in Tawny Port casks, non coloured, non chill filtered, 50 % (SINGLE MALT, Highlands ECOSSE/Royaume-Uni):

Couleur: Vieil or. Nez: Un peu fermé (il faut l’aérer un peu), puis capiteux, lourd (l’alcool se mêle à de riches notes variées) et complexe : Notes de fleurs capiteuses, de fruits confits, fruits frais (avec leur peau) comme abricots, pêches, orange, et quelques notes de citron confit, puis une note d’orge maltée se fraye un chemin vers la surface, ainsi que des épices variées (poivre 5 baies, gingembre). Bouche : Belle complexité, belle harmonie florale (diverses fleurs capiteuses-peut être du lys), beau fruité généreux (l’orange en tête, puis abricots, pêches-ces 3 notes sont presque confiturées), et végétale (thé Earl Grey avec une pointe de bergamote). Finale un peu plus sèche et épicée, mais sans domination du bois. Une certaine densité en bouche, une viscosité plus grande que dans les versions de la gamme régulière. Je regrette cependant le manque d’une dimension supplémentaire pour l’élever au rang de chef d’œuvre, car l’on en était pas loin. Tenue à la dilution : Avec quelques gouttes d’eau, ce whisky devient plus ouvert, sur des notes à la fois végétales, florales et fruitées (l’orge maltée demeure au second plan) et des épices douces (gingembre, poivre 5 baies), et comme une note de fumée de tourbe, très légère, en arrière-plan. Conclusion : Un TOMATIN riche, complexe, bien fait, présenté dans un élégant coffret en bois, difficile à appréhender parfois, mais il révèle ses qualités peu à peu avec un peu d’eau et d’aération. Indication de Prix : Autour de 225 € à sa sortie, davantage aujourd’hui. Note confirmée : 91/100

ENGLISH NOTES : Color : Old gold. Nose : A bit closed at its start…(it needs some air), then expressing some heady flowers, a tad spirit note (but it carries a lot of flavors), and a complex profile: Varied heady flowers candied fruit, fresh fruit with their flesh (apricot, peach, orange), a candied lemon note too, then a malted barley note is coming through, as well as varied spices (5 berries pepper, ginger). Palate : The palate shows a beautiful complexity, a beautiful floral harmony (again some heady flowers including probably some lily in the valley), a generous fruitiness (the orange comes upfront, then some apricot, peach-these 3 notes having almost a marmalade texture). It also displays some green notes (Earl Grey tea with some bergamot). The finish is a bit more dry & spicy, but with no oak domination. I regret something is missing though (I mean something that could take us to another dimension) that could have put this one into the masterpiece category, because we were not far from it. With a few drops of water, this whisky opens up even more, on both green, floral & fruity notes (the malted barley remains on a second ground), and some sweet spices are still there (ginger, five berries), and a tiny peat smoke note, very light, in the background. Conclusion : This is a beautiful & complex TOMATIN, presented in an elegant wooden box. It is sometimes difficult to understand it, but give it some time & water and you will be rewarded. Price : Around 225 € in 2016, more on the secondary market for sure. Confirmed rating : 91/100

 

 

 

tomatin_1988_27_ans_2016_port_wood_fin_50

L'étonnant 27 ans d'âge millésimé de TOMATIN. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

Parmi les sujets A VENIR prochainement en 2019 dans cette rubrique :

Among the topics to be covered in 2019 in this section :

 

 

-Spécial COMPASS BOX (incluant les nouveautés 2019)

-Spécial IRISH WHISKEYS (incluant un trio de RED BREAST)

-Spécial DUTCH WHISKIES (incluant des whiskies de 3 différentes distilleries)

 

 

Express Notes No 7

 

EXPRESS NOTES No 7 :

 

Sujet publié le : 08/01/2019-Mise à Jour du : 09/01/2019

First published : 08/01/2019-Update : 09/01/2019

 

 

Dans ce nouveau numéro d’ EXPRESS NOTES, vous trouverez mes notes de dégustation concernant plusieurs single malts & un single grain écossais : D’abord je reviendrais sur le « Tweet Tasting » dont j’ai fait partie fin 2018 au sujet de 5 single casks sélectionnés par le négociant CLAXTON. Merci de bien vouloir noter que, même si j’ai pu révéler publiquement certaines notes en avance de ce sujet, j’ai du les corriger après une troisième dégustation, afin d’être fidèle à mon exigence de compréhension approfondie autant que possible de chaque échantillon, avec des baisses, des augmentations de notes, mais aussi, en une occasion, une interrogation car un des samples m’avait semblé instable, dur à noter.

Puis, en second lieu, ce numéro sera consacré à une distillerie basée dans la région de Campbeltown, GLEN SCOTIA et à 2 de ses whiskies, ce grâce à un échange amical de samples avec le bloggeur Brian, du blog "Brian Malt Musings", mais aussi membre du vidéoblog "The Whisky Family" (ex-"The Maltman Mike & friends show"), une chaîne sur youtube recommandée par ce site.

Merci encore donc aux personnes (particuliers & professionnels, ici Brian & la famille Claxton) qui ont pu contribuer à fournir des échantillons pour ce sujet. C’est apprécié à sa juste valeur, mais n’a en aucune façon pu altérer mon jugement au sujet de ces whiskies.

 

 

claxton_tweet_tasting_2018_smp

 

 

 

In this new EXPRESS NOTES number, you will find new tasting notes about several Scottish single malts & a single grain whisky: First, I will come back to a “Tweet Tasting” I have been participating in late 2018, about 4 single-casks selected by the United Kingdom based family owned independent bottler CLAXTON. All their whiskies are un-chillfiltered & un coloured. Please note that even if some ratings have been given & announced sometimes publicly before the full reviews, I had to correct them after a third & last tasting, in order to be the most possible faithful to my standards. So there are increased ratings as well as lowered ones, plus an interrogative mark when I couldn’t really make a reliable opinion of a sample.

Then I will review 2 single malts produced by one the 3 distilleries located in the Campbeltown, the GLEN SCOTIA distillery, founded in 1832, as we did a friendly swap of samples with Brian, a video blogger who runs "Brian Malt Musings" blog, but is also a member of "The Whisky Family" (ex-"The Maltman Mike & Friends show") video blog on youtube, recommended by this website.

Thanks again to the professionals or amateurs contributions for their samples (thanks to Brian & thanks to the Claxton family). It is much appreciated, but I have to precise, as usual, that this doesn’t mean my opinion has been biased in any way here.

 

 

glen_scotia_1832_et_15_ans_brian_m.m._smp

 

 

Rappel de mon barême de notation/Reminder of my rating system :

Lien ici / Link here

 

 

NOTES DE DEGUSTATION PUBLIEES DANS CE NUMERO :

(TASTING NOTES PUBLISHED IN THIS ISSUE)

 

 

 -TEANINICH 19 ans (1999-2018), emb. CLAXTON, Bourbon Hogshead, 53 % (Highlands du Nord)

-SPRINGBANK 22 ans (1996-2018), emb. CLAXTON, Bourbon Hogshead, 55 % (Campbeltown)

-BRUICHLADDICH 16 ans (2002-2018), emb. CLAXTON, Sherry Puncheon, 61,2 % (Islay)

-DUMBARTON 32 ans (1986-2018), emb. CLAXTON, Bourbon Barrel, 55 % (Lowlands)

-LEDAIG 10 ans (2008-2018), emb. CLAXTON, Refill Hogshead, 54,3 % (Isle of Mull)

 

-GLEN SCOTIA n.a.s. “1832”, Edition 2018, embouteillage officiel, 46 % (Campbeltown) 

-GLEN SCOTIA 15 ans, Edition 2018, embouteillage officiel, 46 % (Campbeltown)

 

 

***

 

Tout d’abord voici 4 des nouvelles références de l’année 2018 de single malts de la nouvelle gamme de single-casks du négociant anglo-saxon CLAXTON, basé dans le North-Yorshire, au Royaume-Uni. Il s’agit d’une société familiale qui propose ses whiskies depuis 2015. Elles m’ont été données à découvrir lorsque j’ai été sélectionné pour participer à une consultation de groupe de bloggeurs de whisky en direct sur Tweeter, à l’occasion d’un “Tweet Tasting”, le 14 Novembre 2018. Un événement organisé par le négociant et Steve Rush, du blog “The Whisky Wire”. Tous ces whiskies sont mis en bouteille sans coloration ni filtrage à froid.

 

 

claxton_tweet_tasting_2018_smp_ 2

 

 

SINGLE MALTS :

 

-TEANINICH 19 ans (1999-2018), emb. CLAXTON, Bourbon Hogshead, 53 % (Highlands du Nord):

Couleur : Or clair, aux reflets pâles, voire dorés. Nez : Assez fin, avec un peu de cire (signe d’un vieillissement intéressant ici pour moi), des herbes sèches, des agrumes (citron, orange peu mûre, pamplemousse rose), sur un lit plaisant autant que discret de vanille. Bouche : Fine, fidèle au nez, très vite herbacée, sèche, plutôt épicée (gingembre, piment), mais aussi un brin végétal (plantes aromatiques diverses). Moins de vanille qu’au nez. Typique. Un whisky vif, mais plutôt bien fait, et typique de sa région. Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, les herbes sèches & les épices sont toujours là, mais à ma surprise, un rien atténuées, laissant de la place pour d’autres notes, plus végétales celles-là : Mousse de sous-bois, champignons…accompagnées de fleurs sauvages. Conclusion : Un TEANINICH typique, plutôt agréable, d’un âge intéressant, et surtout plus équilibré que bien d’autres (d’ou son excellente note). Indication de Prix : Autour de £ 99, vente en ligne (UK)/ Note confirmée : 89,5/100

ENGLISH SUMMARY: Clear gold color, with some pale hues, sometimes golden. On the nose, a refined TEANINICH for sure, with a typical distillery profile : A bit waxy to start with (showing there for me interesting signs of good maturation), then quickly herbaceous (dried herbs), floral, citrus fruit (lemon, a bit immature orange, pink grapefruit), and some flowers from the field aside. All this is topped off by a pleasant & discrete vanilla note. The palate is refined too, and faithful to the nose: It is a bit fruity & floral, as on the nose, but more straight forward on dried herbs & spices (ginger, chilli pepper), then also a bit green (diverse botanical), and typical from the distillery & of the Northern Highlands area style. There is also less vanilla than on the nose. With a bit of water, the dried herbs & spices notes are still coming through, but there are also other some greener notes (forest moss, mushrooms), with some wild flowers. RRP (Recommended Retail Price): £ 99. Conclusion: A refined TEANINICH for sure, a quality cask, rather pleasant, showing a good maturation and more balanced than many other bottlings (hence its excellent rating). Confirmed rating: 89,5/100

 

 

claxton_teaninich_19_yo_bottle_tt

 

 

 

-SPRINGBANK 22 ans (1996-2018), emb. CLAXTON, Bourbon Hogshead, 55 % (Campbeltown):

Couleur : Or, à reflets vieil or. Nez : De prime abord assez fermé je dois dire...puis un peu fermier, marqué par le chêne (son fût de Bourbon plus précisément-noix de coco, gingembre), très peu de vanille et une note surprenante de tequila (évoquant un âge plus jeune). Enfin, comme une note peu agréable de pneu brûlé à peine refroidi (ce au cours de la 3 ème dégustation seulement, d’ou un questionnement sur l’oxydation excessive peut être de l’échantillon?) Bouche : Fine, très fine (trop?), raffinée, avec une note typique d’orge maltée, mais aussi de caoutchouc brûlé (à faible dose c’est normal pour un SPRINGBANK, mais il semble que la note évolue de manière instable dans mon échantillon-de bien intégrée à anormalement saillante lors de la troisème dégustation de mon échantillon, d’ou une difficulté à noter ce whisky au final-est ce du à l’oxydation de l’échantillon, cela peut il dénoter un défaut rapporté à une bouteille, difficile à dire). La deuxième dégustation sur les trois effectuées a été la meilleure, avec une belle finesse de l’ensemble, de très discrètes notes florales, fruitées et végétales (tabac), des épices douces (le gingembre en tête) et au coeur toujours cette note de porridge, d’orge maltée bouillie, si caractéristique de la distillerie. Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau (très peu sinon c’est un désastre), les notes davantage typées l’emportent (orge bouille, gingembre, agrumes légers, chêne, cooo & vanille, mais aussi cette note de pneu brûlé), mais lors de la dernière dégustation ce fut au détriment de l’ensemble. Conclusion : Un excellent whisky au départ, bien que trop fermé, au nez comme en bouche, et de corps mince (ce qui lui a coûté quelques points), mais raffiné. Au final (en espérant pouvoir se fier à l’échantillon) un bilan plutôt positif mais mitigé à cause d’une note aromatique gênante et d’une certaine instabilité. Dommage. Indication de Prix : Autour de £ 349, vente en ligne (UK)/ Note toujours sous réserve : 87 ?/100

ENGLISH SUMMARY: Color: Pale gold to old gold. On the nose it seems very closed at first & then maybe a bit farmy. Coconut, ginger & oaky notes with very discrete vanilla tell us we are in SPRINGBANK territory, but also (suggesting a younger age) some tequila notes that surprisingly come through. The usual more or less discrete note of burnt tyre rubber is here (not a surprise on even lightly peated SPRINGBANK’s), but it seems it lacks a bit of stability there (is it my sample or will it be the same in the bottle, I can't tell, and it happened only in the 3rd tasting of the sample, so I wonder how it did oxydize this way? Anyway it was hard then to give it a definitive rating). Other than that, on the palate, the second tasting of the three was the best one, with a nice refinement in the ensemble, discrete floral notes, fruits & tobacco, some sweet spices (ginger mainly), then this typical boiled oats barley like porridge, so typical of the distillery’s house style. With a few drops of water (more would be a disaster here), it enhances the typical notes of the distillery (boiled oat/barley, light citrus fruit, ginger, oak, coconut, vanilla, burnt tyres rubber-the latter staying moderate except for the 3rd tasting where it was coming through too much for me. Conclusion: An excellent whisky after a period where it was too shy, then interesting, but not enough bodied in my opinion (that also costed him some marks). It is still refined though, but I have mixed feelings about this one, as the sample showed signs of instability. Too bad. RPP: £ 349. Rating (still under reservations): 87 ?/100

 

claxton_springbank_22_yo_bottle_tt_red

 

 

 

-BRUICHLADDICH 16 ans (2002-2018), emb. CLAXTON, Sherry Puncheon, 61,2 % (Islay):

Couleur : Ambré, à reflets orangés. Nez : Puissant (presque un rien alcooleux), tout en demeurant assez fin, très fruité (fruits rouges divers, mûres, cerises à l’eau-de-vie, fruits au sirop, fruits secs), floral (quelques fleurs capiteuses, dont du lys), et épicé. Bouche : Très puissante, chaleureuse & plutôt épicée (piment langue d’oiseau, poivre noir), elle évolue vers un registre plus végétal (thé noir, thé Earl Grey, tabac à cigare Havane), tout en exprimant des notes fruitées complexes et maintenant rejointes par une délicieuse note d’orange sanguine, mais aussi le retour de fruits au sirop...Légère amertume en finale due au boisé intense également (les tannins sont puissants). Léger boisé fumé et un peu herbacé. Un sherry monster demandant un peu d’eau pour être maîtrisé. Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, il se développe sur des tonalités maintenant pâtissières (mille-feuilles, gaufrettes Lu à la framboise) et au fruité exalté (fraises très mûres, cerises à l’eau-de-vie) plus une note mentholée. Les fleurs capiteuses sont toujours là pour soutenir ce fruité généreux. Demeure un peu serré (tannique) côté boisé, malgré tout, et vif sur le plan des épices. Conclusion : Un BRUICHLADDICH puissant, qui a beaucoup de choses à dire, dans un corps demeurant relativement mince, mais, je dois le dire, qui n’a cessé d’évoluer positivement au fur et à mesure des 3 dégustations effectuées sur sample. Excellent ! Indication de Prix : Autour de £ 119, vente en ligne (UK)/ Note confirmée : 92,5/100

ENGLISH SUMMARY: Amber color, with orange hues. On the nose, you already know something powerfull is going on there. A complex fruity, floral, spicy, woody (& even a bit smoky) combo is delivered without warning & it is huge. Almost a bit heady on alcohol, on the palate too it is very fruity (tons of red fruit, cherries in eau-de-vie, in syrup, dried fruit, oranges-including blood oranges), with some heady flowers too (lily of the valley), with some dried herbs too, then quickly warming with some big spices (carribean chilli pepper spice, black pepper). There is a slight bitterness coming from some tight tannic wood, and even some smoky notes related to the wood, but it is still very impressive. It also needs water to tame a bit this obvious "Sherry monster". With water, the profile of this whisky becomes a bit more pastry-ish, with some French "Mille-Feuilles" dessert notes, some raspberry filled wafers, some ripe strawberries, but also a hint of menthol. Heady flowers are still there to underline this generous fruitiness, but it stays intense in terms of wood influence, and of spices. Conclusion: A powerfull BRUICHLADDICH I have to say, with a lot of things to say, and it didn’t stop to developp its qualities from the first to the last tasting of the sample. Excellent ! RPP: £ 119. Confirmed rating: 92,5/100

 

 

claxton_bruichladdich_16_yo_bottle_tt_red

 

 

 

SINGLE GRAIN :

 

-DUMBARTON 32 ans (1986-2018), emb. CLAXTON, Bourbon Barrel, 55 % (Lowlands):

A Noter: La distillerie DUMBARTON est une distillerie de grain fermée construite en 1938 et fermée en 2002. Elle a été détruite depuis, son bâtiment principal haut de 300 mètres et tout de rouge brique vêtu ayant été récemment réhabilité pour en faire des appartements. DUMBARTON alimentait autrefois des blended whiskies comme le BALLANTINE’S.

Couleur : Vieil or, à reflets dorés. Nez : Assez fin et sans doute très sec, typé single-grain (du maïs, beaucoup de caramel, de la vanille, des épices douces), plus une certaine vivacité du boisé. Un bon point, pas de notes entêtantes de solvant ici, contrairement à d’autres single grains. Bouche : Puissante, vive, d’une certaine viscosité, tout en conservant un corps plutôt mince. Pâtissiere (gâteaux au praliné, caramel dur/fudge), un rien fruitée (dont une belle note de banane assez mûre), très épicée (cannelle, girofle, muscade, gingembre) et asséchante (boisé important), elle est néanmoins assez difficile (contrairement à d’autres de titrage comparable) à déguster sans ajout d’un peu d’eau, ce qui lui fait perdre un peu côté notation. Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, les épices et le boisé intense sont toujours là, mais quelque peu atténuées. Le caramel se fait un peu plus crémeux (plus séduisant aussi!) et l’on perçoit enfin ces belles notes de noix nobles (dont de la noix de macadamia) qui me font penser, ça & le caramel, aux blended whiskies canadiens du type J.P. WISER’S, ce qui est un compliment de taille. La note de banane mûre revient également. Conclusion : Un single grain de qualité, d’un bon rapport âge/qualité/prix, d’une distillerie fermée et rarement rencontrée même chez les indépendants, ce qui est à souligner. Dommage qu’il ait souffert de la comparaison avec d’autres single grains dégustés cette année, dont surtout ce sublime 36 ans d’âge de négoce (Whisky Broker) de la distillerie CAMERON BRIDGE. Indication de Prix : Autour de £ 135, vente en ligne (UK)/ Note confirmée : 92/100

ENGLISH SUMMARY: Color: Gold, to old gold. Nose: There is some refinement here for sure, but I also feel it is going to be quite dry & spicy on the palate, though I get more sweet spices on the nose. There are some typical single grain notes here, such as corn, plenty of caramel, vanilla & sweet spices). No heady solvent notes here (unlike in some other single grain whiskies), and that’s a good point. On the palate, it is powerful, vivid, drying (lots of wood), a bit fruity (including a ripe banana note), it shows some viscosity, though staying thin regarding it’s body. Some nice pastry notes are then coming through (praline creamy cake, fudge), lots of spices (cinnamon, nutmeg, cloves, but also ginger). I have to say this is very good, but relatively difficult to taste without water in my opinion, which isn’t helping it scorewise. With water, the intense spices & wood are still there, but a bit sweetened, letting more seductive caramel & noble nuts (including some macadamia nut) come through, as well as a come back of the ripe banana note. Those more expressive notes here make me think of some Canadian blended whiskies such as the J.P. WISER’S range, which is a compliment for sure. Conclusion: A quality & refined single grain, of a good age/quality/price ratio, and of a closed distillery (fonded in 1938, closed in 2002, recently demolished to build an apartment block) rarely seen bottled (even at indie bottlers), a thing one has to underline. However, scorewise, this one suffered from the comparison with other single grain bottlings from 2018, and especially with the stunning CAMERON BRIDGE 36 years old bottled by Whisky Broker. RPP: £ 135. Confirmed rating: 92/100

 

 

claxton_dumbarton_32_yo_bottle_tt_red

 

 

-LEDAIG 10 ans (2008-2018), emb. CLAXTON, Refill Hogshead, 54,3 % (Isle of Mull):

Couleur : Or pâle. Nez : Fin et séduisant, floral, un peu fruité, marin et tourbé (belles notes de badiane, d’embruns, d’agrumes en sorbet allégé, tourbe cendrée). Au négatif (mais cette note s’atténue après 2 dégustations), une petite note levurée signale une certaine immaturité. Bouche : Fine, plus séduisante que le nez, avec de beaux esters peinant à s’exprimer au nez (bonbon anglais, fruits exotiques-ananas, banane), puis des embruns et de la badiane, des agrumes en sorbet (comme au nez), des épices (gingembre), et une jolie note de café fraîchement torréfié, voire de moka, épousant une vague de fumée de tourbe cendrée plutôt convaincante. En filigrane une belle note de pâte d’amandes (allégée en sucre) et de noix fraîches. Jolie, mais assez légère. Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau (c’est la clé de ce whisky), toutes ces notes se fondent en un tout un rien crémeux et très agréable, lui faisant gagner quelques points. Conclusion : Un superbe LEDAIG, d’un bon rapport qualité/prix, mais il y a beaucoup de concurrence ces dernières années en matière de jeunes LEDAIG, ce qui rend la lutte difficile pour celui-ci, mais je le recommande, car il semble se bonifier au fur et à mesure des dégustations. Indication de Prix : Autour de £ 59, vente en ligne (UK)/ Note confirmée : 91,5/100

ENGLISH SUMMARY: Pale yellow color. Nose : Refined & seductive, with some nice elements (a bit floral, a bit fruity-varied citrus fruit in lightly sugared sherbet, nice aniseed, some seaspray, and ashy peat). On the negative side, a yeasty note coming through seem to betray a certain lack of maturity. On the palate (much more seductive than the nose), some nice esters are coming through (English liquorice allsorts, exotic fruit-mainly pineapple & banana), then some seaspray, plus a beautiful aniseed note, also varied citrus fruit in lightly sugared sherbet, spices (ginger), and a beautiful fresh roasted coffee note (almost moka), married with a wave of rather convincing ashy peat smoke. In the background there is a nice almond paste (lightened in sugar) note, with some fresh walnuts. A nice palate, but rather light. With water (this whisky’s key to open it), all these notes are melted together to display a very pleasant & creamy sensation, and that makes it win some points there. Conclusion: A superb LEDAIG, of a good quality/price ratio, among a strong concurrency of youg indie bottlings of LEDAIG these last years I have to say, which doesn’t help this one score very high, but I recommend it, as it seems to get better & better each time I have tasted it. RPP: £ 59. Confirmed rating: 91,5/100

 

 

 claxton_ledaig_10_bottle_tt_red

 

 

***

 

 

Ce numéro est également consacré à l’une des 3 distilleries basées dans la région de Campbeltown, GLEN SCOTIA (qui existe depuis 1832), et à 2 de ses whiskies, ce grâce à un échange amical de samples avec le bloggeur Brian, de "Brian Malt Musings", également membre du vidéo blog "The Whisky Family" (ex-"The Maltman Mike & friends show"). Encore merci à lui !

 

 

SINGLE MALTS :

 

-GLEN SCOTIA n.a.s. “1832”, Edition 2018 (limited edition), embouteillage officiel/ marché Hors taxes (« Global Travel Retail official bottling »), Bourbon casks+Peated P.X. Sherry finish (fûts de chêne américain, fûts tourbés au Xérès de type Pedro Ximenez), 46 % (SINGLE MALT/Campbeltown, ECOSSE/Royaume-Uni) :

Couleur : Vieil or, à reflets légèrement dorés.

Nez : Assez fin (le nez a besoin de s’ouvrir un peu) tout en étant gourmand & complexe, fruité (fruits confits variés, agrumes, fruits secs), floral (bouquet varié là aussi, rien ne se détache), peut être un peu saumûré (à la OLD PULTENEY) ou tout simplement marin, comme une étrange note de fromage fondu au four aussi (parmesan?), une certaine minéralité aussi, au second plan, de la réglisse noire, du miel de bruyère, et de superbes notes végétales (thé noir & thé Earl Grey). Ce qui me frappe déjà, à ce stade, c’est l’équilibre, la complexité et la sérénité de ce whisky. Très engageant...

Bouche : Superbe d’équilibre & de compléxité : Mi-grasse, mi-sèche, elle est plus équilibrée & expressive que d’autres références de la gamme classique (le 15 ans est davantage fermé et épicé, par exemple, tandis que le « Double-Cask » semble plus serré sur le boisé), débute par une vague note sous-jaçente de pétrole (vestige des années « gasoil » disons 2000-2010 de la distillerie) très vite intégrée aux autres notes, florales, fruitées (fruits variés au sirop, agrumes confits, fruits exotiques-présence de quelques esters...mais aussi des fruits secs). Cette bouche complexe se poursuit sur de la réglisse noire, de poivre noir, de thé noir, du miel de bruyère, une légère note saumûrée (là aussi l’ombre du OLD PULTENEY 12 ans plane sur ce whisky, même si ce GLEN SCOTIA lui est supérieur), plus un boisé léger, et une note légèrement chocolatée. Belles notes de caramel dur (carambar) et d’orge maltée. Le tout frisant l’amertume sans jamais y tomber, un tour de force. Le fondu de ces notes est remarquable, et je pressens une très intelligente répartition des rôles dans l’assemblage de fûts relativement jeunes et plus âgés (la palette à mon avis est large question âge), mais j’y reviendrais.

Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, les notes de malt d’orge, de caramel, mais aussi de chocolat noir ressortent, de fruits secs (raisins de Corinthe, dattes, figues, abricots-merci les fûts de P.X. !), du miel de bruyère, de thé noir, le tout souligné d’un joli trait de fumée de tourbe ! Splendide...

Conclusion : Un GLEN SCOTIA très intéressant, passionnant à déguster, d’une grande élégance et d’une belle complexité, mais hélas réservé au marché hors taxe, et qui pour moi l’emporte sur toute la gamme régulière en dessous du 18 ans-non testé (hormis peut être sur le « Victoriana » qu’il faudrait que je déguste à nouve au). Remarquablement élaboré, ce whisky est une très judicieuse combinaison entre les qualités fruitées, épicées et les esters des fûts de Bourbon, les qualités fruitées et gourmandes des fûts de Xérès de type Pedro Ximenez (sans excès d’influence), le tout avec une légère signature tout en finesse de fûts de malt tourbé ! Chapeau au master-blender ! Un des plus beaux whiskies sans compte d’âge (n.a.s.) du marché à mon avis à l’heure actuelle (dont je pense que les fûts vont probablement de 8 à 18 ans, mais ce n’est qu’une supposition).

Indication de Prix : Autour de 70 €, le litre, dans les aéroports anglais, voire sur des sites de vente en ligne. / Note confirmée : 92/100

ENGLISH SUMMARY:

Color: Gold, with some lightly golden hues.

Nose: A very delicate & refined nose, that needs a bit of time to open up. Refined as well as gourmet & complex, floral (a varied bouquet where it’s hard to pick up a flower in particular), fruity (candied fruit, dried fruit, citrus fruit), a bit briny (like some OLD PULTENEY) or simply maritime, with some strange cheese note (baked parmesan?), with some minerality as well, then on a second ground, there is now some black liquorice, superb green notes (black & Earl Greay tea), What strikes me already is how this whisky has balance, complexity & serenity. Very engaging...

Palate: Superb balance & complexity ! Half-fat, half-dry, this whisky is more expressive & balanced than any other reference of the core range I have tasted so far (the 15 y.o. is more tight, if not a bit closed, for instance, while the “Double-Cask” seem more focused on wood). It starts with a vague underground petrol note (a vestige of the say “diesel” years of the distillery, in the 2000-2010 years), which is quickly integrated within the other notes, which are floral, fruity (varied fruit with syrup, candied citrus fruit, exotic fruit-some esters here are coming through-but also some dried fruit as well). This complex palate also displays some black liquorice, black pepper, black tea, some heather honey, a slightly briny note (again that shadow of some old OLD PULTENEY 12 y.o. bottlings, even if this whisky is superior to it), then some light wood, and some dark chocolate as well. Beautiful notes of hard caramel (French “carambar” bars) & malted barley complete the painting. This is often close to bitterness but never really falls into it, which is impressive. The melting of all these notes is remarkable, and I sense here a very intelligent choice of the rules that each type of casks involved has to play in this blending. I also think there could be a wide range of ages implied here, but I’ll be back on this again later on.

With a bit of water, malted barley, caramel, dark chocolate notes & as well as heather honey notes & black tea notes are shining through, but also some complex dried fruit notes (sultanas, dates, figs, apricots-thanks to the P.X. casks !), plus they are beautifully underlined by some delicate smokey peat! Splendid !

Conclusion: A very interesting GLEN SCOTIA, fascinating to taste, of a great elegance & complexity, but alas limited to the global travel retail (UK). For me this expression takes over all the other ones from the core range (except maybe the “Victoriana” I have to taste again) under 18 y.o. (I haven’t tasted the 18 & 25 y.o. & other limited editions yet...so I can't tell how these are compared to this younger brother). Remarkably crafted, this whisky is a very clever combination between the fruity, spicy & estery qualities coming from the Bourbon casks, the fruity & gourmet qualities coming from the Pedro Ximenez Sherry casks (and with no excessive influence), plus the light-all delicate-smoky signature coming from the peated casks ! So kudos to the master-blender here ! One of the most beautiful no age statement (n.a.s) whiskies currently on the market I have to say. I will guess here that 8 to 18 years old casks were probably involved there, but it’s just an opinion (I’ll be curious to know, though…). RPP: £ 62. Confirmed rating: 92/100

 

 

 

 glen_scotia_1832_ob_express_notes_7

 

 

 

-GLEN SCOTIA 15 ans, Edition 2018, embouteillage officiel/ gamme régulière (« official core range »), Bourbon casks, 46 % (SINGLE MALT/Campbeltown, ECOSSE/Royaume-Uni) :

Couleur : Vieil or, à reflets dorés.

Nez : De prime abord assez fermé, serré, difficile à déchiffrer (il a besoin d’aération), puis toujours dense, très chocolaté (chocolat noir), plutôt épicé également (poivre noir), végétal (beaucoup de thé noir, un peu d’eucalyptus, du tabac à cigare Havane), floral (trace de géranium), réglissé (réglisse noire), et avec un côté saumûré qui semble caractéristique du style de la distillerie. Un nez intéressant mais un peu trop fermé à mon goût tout de même.

Bouche : Les mêmes qualités & défauts du nez se retrouvent ici, c’est donc un whisky qu’il faut « aller chercher »...Dense, chocolatée (noir, à au moins 75 % de cacao), végétale (toujours cette puissante note de thé noir, mais aussi de tabac, mais aussi des plantes aromatiques & herbes sèches), piquante (le poivre noir est presque mentholé, un peu vert, et il y a aussi une légère amertume dans ce whisky), miellé, avec des fruits très mûrs, des fruits secs aussi, et toujours cette note légèrement saumûrée. Une bouche qui reste assez fermée et fine, intéressante mais moins que le « 1832 » (moins pure aussi), et qui s’avère assez frustrante au final (ce whisky a du potentiel). Les épices et le côté fortement réglissé rappellent un peu le profil de l’ancien BUNNAHABHAIN officiel 12 ans, sauf qu’ici il y a tout de même une légère fumée en arrière-plan.

Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, son caractère chocolaté, réglissé, végétal et fruité demeure, mais le miel et le malt s’y font un peu plus de place, ainsi qu’un joli côté floral. Une douceur et un équilibre bienvenus, donc je conseille de légèrement diluer ce whisky.

Conclusion : Un GLEN SCOTIA de qualité, de caractère aussi, mais qui souffre de la comparaison dans cette dégustation avec la version « 1832 », qui, je dois dire, m’a beaucoup plus séduit. Il me semble qu’il correspond à un manque dans cette gamme régulière, pour quelque chose d’à la fois harmonieux et expressif...mais il est vrai que je n’ai pas encore dégusté les 18 & 25 ans, par exemple. A noter, j'ai déjà déguster des lots du 15 ans meilleurs que celui-ci, mais sans pouvoir prendre de notes précises, aussi n'hésitez pas à en essayer d'autres. Indication de Prix : Autour de 70 € les 70 cl, cavistes. / Note confirmée : 86,5/100

ENGLISH SUMMARY:

Color: Gold, with golden hues.

Nose: At first very closed, tight & difficult to decipher (more than the “1832”, it won't “deliver its message” without long minutes of airing. A very dense nose, very chocolaty, but also very spicy (black pepper), green (a bit of eucalyptus, some Habana cigar tobacco), floral (some traces of geranium), with some black liquorice as well and some briny notes (typical from the distillery). An interesting nose, but the whisky remains very tight.

On the palate: The same qualities & flaws of the nose are here...So it is a whisky you have to “search for” with patience. Dense, very chocolaty (at least 75 % cocofat), green (a powerful black tea note, but also tobacco, botanical & dried herbs), some prickly & spicy notes (the black pepper here is almost mentholated, a bit green, and it seems that it provides some bitterness to the whisky), then some honey (heather honey), overriped fruit, dried fruit as well, and then that same briny note that comes through. A palate that remains tight & a bit closed, interesting, but less than the “1832” expression (less pure too), and this whisky, that has some potential, is, at the end of the day, a bit frustrating. The front spices & liquorice combo remains me a bit of the old official 12 y.o. BUNNAHABHAIN, except that here a bit of smoke is coming through.

With water, this is where finally this whisky gives its best in my opinion: You will stil find the chocolate, liquorice, green & fruity notes, but also more room for the heather honey, flowers & malted barley notes, and this is a good thing. I welcome the sweetness & increase of balance that a few drops of water provide here.

Conclusion: A quality whisky, with quite some character, but who suffers of the comparison with the “1832” expression, which I have to say I liked a lot...It seems that the latter fills a hole in the core range where a more harmonious yet still expressive reference should take place. It is true though I haven’t tasted yet the 18 & 25 years old editions, as well as some limited releases. Note: I have already tasted better batches of the 15 y.o. than this one, but alas I couldn't take precises notes, so please feel free to try others. RPP: £ 62. Confirmed rating: 86,5/100

 

 

 

glen_scotia_15_ans_bourbon_46_express_notes_7

 

***

 

 

A BIENTOT POUR UN NOUVEAU NUMERO CONSACRE A / SEE YOU SOON FOR A NEW NUMBER ABOUT:

 

TOMATIN Distillery

7 Whiskies

 

Express Notes No 6

 

 

 

EXPRESS NOTES No 6 :

 

Sujet publié le : 28/07/2018-Mise à Jour du : 14/08/2018

First published : 28/07/2018-Update : 14/08/2018

 

 

 Dans ce nouveau numéro d’EXPRESS NOTES, je publierais mes nouvelles notes de dégustation concernant aussi bien des whiskies de malt, de grain, de type Blended whisky ou Single Malt, Single Grain, assemblés ou en single-cask, concernant d'abord l’Ecosse : Suite à un « Tweet Tasting » dont j’ai récemment fait partie, je vous ferais découvrir 4 single malts d’une nouvelle gamme du négociant GORDON & MacPHAIL. Puis, en second lieu, suite à une rencontre amicale rare, ce numéro sera consacré à une distillerie, la James SEDGWICK Distillery, d’Afrique du Sud, et à 5 de ses whiskies.

Des notes de dégustation seront peut être ajoutées au fur et à mesure cet été. Merci donc de consulter cette page régulièrement.

Merci encore aux personnes (particuliers & professionnels) qui ont pu contribuer à fournir des échantillons pour ce sujet. C’est apprécié à sa juste valeur.

 

In this new EXPRESS NOTES number, I will publish new tasting notes, ones that can be varied & about malt whisky as well as grain whisky, mainly, blended or single cask, from 2 countries: Scotland, because I have been participating to a Tweet Tasting recently about a new GORDON & MacPHAIL range (you will discover 4 of the first references of a new range), and, due to a rare friendly meeting, South Africa, with 5 whiskies from the most famous distillery of the country, the James SEDGWICK distillery.

Other tasting notes may be added at different times this summer. So, please have a look on this page regularly.

Thanks again to professionals or amateurs contributions for their samples. It is much appreciated !

 

Rappel de mon barême de notation/Reminder of my rating system :

NOTATION/RATING

 

 

 gmp_discovery_range_t.t._set_of_4_2

 Les échantillons reçus dans le cadre du Tweet Tasting, Juin 2018. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 

NOTES DE DEGUSTATION PUBLIEES DANS CE NUMERO :

(TASTING NOTES PUBLISHED IN THIS ISSUE)

 

 

-BALBLAIR 12 ans, Edition 2018, emb, GORDON & MacPHAIL/ gamme « Discovery », Bourbon casks, 43 % (Highlands du Nord, ECOSSE/R.U.)

-TORMORE 13 ans, Edition 2018, emb, GORDON & MacPHAIL/ gamme « Discovery », Bourbon casks, 43 % (Speyside, ECOSSE/R.U.)

-MILTONDUFF 10 ans, Edition 2018, emb, GORDON & MacPHAIL/ gamme « Discovery », Sherry casks, 43 % (Speyside, ECOSSE/R.U.)

-CAOL ILA 13 ans, Edition 2018, emb, GORDON & MacPHAIL/ gamme « Discovery », Bourbon casks, 43 % (Islay, ECOSSE/R.U.)

 

-BAIN’S officiel n.a.s. « Cape Mountain whisky », James Sedgwick Distillery, Edition 2018, 40 % (GRAIN Whisky, Afrique du Sud)

-THREE SHIPS officiel 5 ans « Premium Select Whisky », James Sedgwick Distillery, Edition 2018, 43 % (BLENDED WHISKY, Afrique du Sud)

-THREE SHIPS officiel 10 ans, « Vintage Edition, 2015 », James Sedgwick Distillery, Edition 2018, Bourbon casks, 46,2 % (idem, S.M.)

-THREE SHIPS officiel 15 ans, « Pinotage Cask » 2017, James Sedgwick Distillery, 2018, South African Wine casks, 46,2 % (idem, B.W.)

-THREE SHIPS de 6 ans (June 2018), bottled by PRIVATE BARREL Co from James Sedgwick Distillery, S.C., American Oak & Fino SHERRY Butt, Cask Strength, 54,6% (Wellington, région : Le Cap, Afrique du Sud/SINGLE MALT Whisky):

 

 

 

 

***

 

 

BREVE PRESENTATION:

 

Nous partons d’abord en Ecosse, dans la ville d’Elgin, au Nord de la région du Speyside, pour découvrir l’une des 5 nouvelles gammes du prestigieux négociant GORDON & MacPHAIL, une maison de négoce parmi les plus importantes, notamment en terme de stocks de vieux whiskies écossais, mais aussi pour ses licences de commercialisation de grands noms du whisky écossais, souvent pour leur plus anciens fûts (citons entre autres distilleries MACALLAN, GLEN GRANT, GLENLIVET, LINKWOOD, MORTLACH ou encore STRATHISLA, vieillissant le plus souvent dans les chais du négociant depuis le début) et parmi les 2 ou 3 plus anciennes (cette maison familiale date de 1895, à l’époque une épicerie fine qui ne vendait pas que du whisky, et c’est John URQUHART, le premier URQUHART du nom, qui établira les règles de travail concernant la maturation du whisky au sein du négoce en 1915). Vous trouverez par ailleurs sur ce site un portrait d’un de ses descendants, Michael URQUHART, aujourd’hui en semi-retraite, mais il n’y a encore pas très longtemps défendant ses whiskies dans le cadre par exemple du Whisky Live Paris ou je l’ai souvent rencontré). 

Michael URQUHART (Portrait)

Voici 4 des nouvelles références (parmi les toutes premières) de single malts de la nouvelle gamme (“range”) dite “Discovery”, qui mettra en valeur des whiskies relativement jeunes classés en 3 catégories “Sherry”, “Smoky” & “Bourbon”. Elles m’ont été données à découvrir lorsque j’ai été sélectionné pour participer à une consultation de groupe de bloggeurs de whiskyen direct sur Tweeter, à l’occasion d’un “Tweet Tasting”, le mois dernier. Un événement organisé par le négociant et Steve Rush, du blog “The Whisky Wire”.

 

 

gmp_discovery_range_t.t._set_of_4_1_r2

Les échantillons reçus dans le cadre du Tweet Tasting, Juin 2018. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

ENGLISH SUMMARY: Our first step will lead us to Elgin, in the North of the Speyside area of Scotland, where prestigious & historical GORDON & MacPHAIL independent bottler is located. This society’s history goes back to 1895, where it was at first a delicatessen & spirits shop, and then establish rules about whisky maturation on their site in 1915, through John URQUHART, the first generation of what is still nowadays a family owned business. More than a century later, Michael URQUHART, who is now “half-retired” (still advising his family though) was the face of the GORDON & MacPHAIL house for instance for me, as a visitor of Whisky Live Paris each year or so, a few years ago. You can find his portrait in French in this website. Please click on the link above, at the end of the French text.

GORDON & MacPHAIL is one of the 2 or 3 oldest whisky independent bottler, in terms of old whiskies stocks for instance, but also in terms of maturing in its own warehouses licensed bottlings from great Scottish names that do not usually bottle very old whiskies officially (such as MACALLAN, GLEN GRANT, GLENLIVET, LINKWOOD, MORTLACH or STRATHISLA). They recently reorganised their whiskies offer within 5 different ranges, and here’s one of them:

Here we have 4 of the new expressions bottled within the new “Discovery” range, a range of rather young whiskies which will be described into 3 categories, “Sherry”, “Smoky” & “Bourbon”. I discovered these 4 new single malts when I have been selected last month to participate to a “Tweet Tasting” (an appointment on line of 20 selected whisky bloggers around the world to comment each of these whiskies live at a particular date & time together), an event organised by the independent bottler & Steve Rush from the blog “The Whisky Wire”.

 

 

SINGLE MALTS :

 

-BALBLAIR 12 ans, Edition 2018, emb, GORDON & MacPHAIL/ gamme « Discovery », Bourbon casks, 43 % (SINGLE MALT/Highlands du Nord, ECOSSE/Royaume-Uni) :

Couleur : Or clair, pâle. Nez : Assez fin, fruité (fruits confits, rhubarbe fraîche, et des fruits rouges discrets en arrière-plan), floral (fleurs capiteuses variées), sirop de grenadine, miel, puis quelques esters (bonbon anglais, fruits exotiques, dont ananas & banane). Bouche : Fine. Moins spectaculaire que le nez, mais très bonne. Le profil aromatique est certes délicatement floral & fruité, mais les notes sont plus en retrait qu’au nez, et l’on retrouve davantage le style traditionnel herbacé (herbes sèches) & épicé (gingembre, piment d’Espelette) de la distillerie. Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, les herbes sèches et les épices sont ravivées, les fruits rouges disparaissent. Conclusion : Un BALBLAIR raffiné, de qualité, issu d’une belle sélection de fûts représentative du style de la distillerie, équilibré. Indication de Prix : n.c. (non communiqué, à venir sur le marché français). Note confirmée : 90/100

ENGLISH SUMMARY: A refined BALBLAIR nose. Fruity (candied fruit, fresh rhubarb, some discrete red fruit in the background), floral (varied heady flowers), grenadine syrup, honey, some esters (English liquorice all sorts, exotic fruit, including pineapple & banana). On the palate, it is refined too, but less spectacular, still very good. It is as fruity & floral as on the nose, but less straight forward, and it is melted in the more traditional distillery profile, with notes of dried herbs & spices (ginger, French Espelette pepper). With water the dried herbs & spices notes are coming through with a bit more insistence, and the red fruit disappear. Conclusion: A refined BALBLAIR for sure, a quality batch, a nice & significant cask selection which does really justice to the distillery. Confirmed rating: 90/100

 

 

 balblair_12_gmp_discovery_range_43_obpic_r2

 

 

-TORMORE 13 ans, Edition 2018, emb, GORDON & MacPHAIL/ gamme « Discovery », Bourbon casks, 43 % (Speyside, Ecosse/Royaume-Uni, Single Malt):

Couleur : Or clair. Nez : Assez original, avec une dominante végétale (plantes aromatiques variées), comme une note de retsina (vin blanc résiné grec), de gentiane, voire de géranium (qui m’évoque plutôt certains malts jeunes de la distillerie AUCHENTOSHAN), mais aussi, paradoxalement, une forte sucrosité (fruits confits). Bouche : Fine, légère, reprenant les notes du nez (notes végétales, florales, fruitées), avec un côté assez citrique, sec et moins séduisant. Note épicée (gingembre) récurrente. Tenue à la dilution : L’ajout d’un peu d’eau rééquilibre un peu le profil de ce whisky, le rend plus aimable, mais l’ensemble demeure assez citrique, sec et sans beaucoup de complexité. Conclusion : Un whisky singulier, original, au nez plus qu’en bouche, pas désagréable, mais d’une certaine austérité, ce qui limite ici son intérêt. Indication de Prix : n.c. Note confirmée : 81/100

ENGLISH SUMMARY : This one is original on the nose, with dominant green notes, from varied botanical to Greek white wine Retsina, gentian, possibly geranium as well (which reminds me of some young AUCHENTOSHAN distillery whiskies), but also, surprisingly, a strong sugary note (candied fruit). On the palate, it is refined, light, as green, floral & fruity as the nose, but with a less sexy citric side, drying things a bit too much. The spicy note (ginger) is present all the way. With some water it gets a bit more gently, but the overall mouthfeel remains citric & dry, and not very complex. Conclusion: A singular whisky, original (more on the nose than on the palate), not unpleasant, but somewhat austere. Confirmed rating: 81/100

 

 

tormore_13_gmp_discovery_range_43_r2.

 

 

 

-MILTONDUFF 10 ans, Edition 2018, emb, GORDON & MacPHAIL/ gamme « Discovery », Sherry casks, 43 % (Speyside, Ecosse/Royaume-Uni, Single Malt):

Couleur : Vieil or, à reflets dorés. Nez : Assez riche, marqué par des notes de fleurs capiteuses (lilas, violette), de notes fruitées (abricot, orange, mandarine, raisins secs), végétales (thé vert & thé Earl Grey, mentholé, à l’ancienne). Un peu moins séduisant la deuxième fois, avec à l’aération comme une note de pneu un peu brûlé, et une vague note de fumée (j’appelle cela une note de « BOWMORE moderne » personnellement…). L’ensemble demeure assez cohérent et séduisant. Bouche : Elle reprend fidèlement les notes florales, fruitées & végétales du nez, et y ajoute comme une note de café & d’épices « d’hiver » alsaciennes (cannelle, girofle, muscade, anis, coriandre, poivre), donc de pain d’épices, mais aussi de feuilles de tabac à cigare cubain. Superbe et clairement marqué par le sherry. Tenue à la dilution : L’ajout d’eau embellit encore l’ensemble, c’est superbe. Conclusion : Un joli single malt de qualité, avec un vieillissement en fûts de sherry qui, ici, fait la différence. Moins spectaculaire à la deuxième dégustation, mais je maintiens la note, les conditions de dégustation s’étant dégradées entre temps avec la chaleur. Indication de Prix : n.c. Note confirmée : 92/100

ENGLISH SUMMARY: Golden reddish sherry tone. On the nose, it is rich, driven by heady notes (lilac, violet), but also fruity notes (apricot, orange, mandarin, dried currant), then green notes (green & Earl Grey tea, with some menthol, old fashioned craft). Very seductive during the first tasting, it became a less appealing the second time, with some rubbery notes, burnt tyres note, and a vague smoky note, all this reminding me of some “modern” BOWMORE. There is some good consistency, though, in this whisky. On the palate, it is faithful to the floral, fruity and green notes of the nose, but adds to these some coffee note, and some “Alsacian Winter spices” too (cinnamon, cloves, nutmeg, green anise, coriander, pepper) or say, for English readers, rather gingerbread notes. I also get Havana cigars leaves notes, and less rubbery notes. It is clearly sherry driven (and probably refill casks). With some water drops it gets even more sexy. Conclusion: A quality single malt, spectacular at first try, a bit less after, but the second tasting was a bit biased by the heatwave & less good tasting conditions, so I have decided to rely on the first tastings impressions and keep the high rate. Confirmed rating: 92/100

 

 

 

miltonduff_10_gmp_discovery_range_43_obpic_r2

 

 

 

-CAOL ILA 13 ans, Edition 2018, emb, GORDON & MacPHAIL/ gamme « Discovery », Bourbon casks, 43 % (Islay, Ecosse/Royaume-Uni, Single Malt):

Couleur : Or clair. Nez : Assez étonnant, presque artificiel, car une note d’orange se mêle à de la tourbe grasse. Entre mandarine en sorbet & tourbe cendrée, et presque une note chocolatée de fondant à l’orange. Je comprends mieux certaines critiques sur d’autres whiskies parlant de soda Fanta Orange, car l’on en est pas loin. Bouche : En bouche, c’est un peu plus classique, mais avec cette étrange note d’orange en arrière-plan, de la tourbe grasse, des agrumes. Ce whisky est agréable, mais un peu plus unidimensionnel en bouche. Tenue à la dilution : Il s’assouplit un peu avec l’eau, sur les mêmes notes. Conclusion : Un whisky tourbé original, plutôt bon, mais peut-être pas pour les puristes ? Indication de Prix : n.c. Note confirmée : 86/100

ENGLISH SUMMARY : This one is of pale gold color. On the nose it is very surprising, unexpected. An almost artificial orange note arrives and is melted to grassy peat, and a wee note of (“fondant”) chocolate cake with orange. I understand better now some reviews (talking of other whiskies) mentioning a “Fanta” orange soda note. We are not far from it here. On the palate, it is is a bit more classic palate, with this strange orange note in the background & other citrus fruit. It is a pleasant whisky, but maybe a tad too one dimensional. With water it becomes more flexible, but doesn’t change much. Conclusion: An original (if not unusual) peated whisky, decent, but maybe not one for purists? Confirmed rating: 86/100

 

 

 

caol_ila_13_gmp_discovery_range_43_obpic_r2

 

 

 

 

 ***

 

 

 

BREVE PRESENTATION:

 

 

Nous partons cette fois-ci en Afrique du Sud, dans le Sud-Ouest du Pays, près du Cap, à Wellington, découvrir 4 whiskies embouteillés par la distillerie TheJames SEDGWICK distillery (propriété du DISTELL Group, qui possède aussi 3 distilleries écossaises lors de l'acquisition du groupe BURN STEWART Distillers qui a été dissous depuis), qui existe depuis 1886, mais ne produit du whisky que depuis 1990. La distillerie possède à la fois des installations utilisant des alambics à colonnes pour produire le whisky de grain, et des alambics à repasse pour distiller leur single malt, elle possède également 2 cuves de brassage & 23 cuves de fermentation, et ses 7 chais stockent près de 180 000 fûts.

Vous trouverez ici des notes de dégustation de leur fameux single grain de la marque BAIN’S, mais aussi un blended whisky & 2 single malts de la marque THREE SHIPS, puis enfin une rare mise en bouteille de négoce d’un single cask de la même distillerie, mais embouteillé sous la bannière de PRIVATE BARREL co. Hélas leurs whiskies ne sont toujours pas disponibles en France. Un grand merci à Jeannette Wentzel, du blog Sud-Africain « Whisky of the Week », pour ces samples:

 

 

james_sedgwick_distillery_rec_red

 

 

ENGLISH SUMMARY: Our second step will lead us now to South Africa, in the South West of the country, near a place called The Cape, at Wellington, where The James SEDGWICK distillery (owned by DISTELL Group, who is also the owner of the 3 Scottish distilleries of the ex-BURN STEWART Distillers group, that no longer exist since the take over) is located since its foundation in 1886. The distillery produces other spirits, but whisky only since 1990. The distillery has facilities with column stills (one for grain whisky, one for neutral spirit), as well as pot stills (for their single malt), 2 mash tuns & 23 washbacks. They have in their 7 warehouses no less than 180 000 casks.

You will find below 5 tasting notes, one about their famous grain whisky called BAIN’S, but also one about a 5 year old blended whisky & 2 other whiskies under the brand of THREE SHIPS, and one single cask from the same distillery but bottled under the name of an independent bottler called PRIVATE BARREL Co. A big thank you again to Jeannette Wentzel, from the South African whisky blog, for these samples, as, unfortunately, these whiskies are still not available in France in 2018.

 

 

-BAIN’S officiel n.a.s. « Cape Mountain whisky », James Sedgwick Distillery, Edition 2016 (Lot 6321F), 40 % (Grain Whisky, Wellington, près de Le Cap, Afrique du Sud/SINGLE GRAIN Whisky):

A Noter : Ce whisky de grains a été une première fois vieilli dans des fûts ayant contenu du Bourbon de premier remplissage durant 3 ans, puis vieilli 2 ans à nouveau dans d'autres fûts du même type.

Couleur : Vieil or (rectification: Il y a eu addition de caramel). Nez : Très séduisant, montrant un fin boisé, original, une subtilité qui m’évoque de suite les blended whiskies canadiens. Bois légèrement brûlé, muesli mêlé de caramel naturel, avec un caractère très pâtissier, et des noix nobles, mais aussi de la vanille, un rien crémeuse. Légères notes florales discrètes. Etonnamment, alors qu’aucun fût de sherry n’est utilisé ici, apparaît comme une pointe de fruits rouges, avec un côté acidulé (grenadine) comme lié à du seigle. Très intéressant ! Bouche : Elle reprend les notes subtilement boisées (bois légèrement brûlé et caramélisé), les notes de céréales diverses, dont du maïs mais aussi comme du seigle,et son caractère devient fortement pâtissier, avec non seulement de belles notes de noix nobles (noix de macadamia, noix de pécan), mais aussi une note pour moi bien précise de gâteau « Paris-Brest » au praliné. Note de caramel dur (carambar) et de fruits secs variés (dont raisins de Smyrne & dattes). Légères notes florales très discrètes difficile à identifier. Des épices douces se rajoutent à la fête, comme peut être de la muscade, de la cannelle, et de la vanille épicée (punch coco), voire de la noix de coco, à l’arrière-plan. Succulent ! Tenue à la dilution : Belles notes de plus en plus pâtissières, avec de plus en plus de moelleux. Dégusté sur glace, il ne perd pas tant que cela ce caractère pâtissier, alors il ne faut pas hésiter. Il devrait aussi être très intéressant en cocktail, à mon avis. Conclusion : Un whisky de grain absolument délicieux, et de grande qualité.Le meilleur whisky de grain en termes de rapport qualité/prix disponible sur le marché international (hélas pas distribué en France, malgré ses multiples récompenses à des concours prestigieux….), et pour moi le second meilleur single grain sans compte d’âge au monde après le CHITA de Suntory, qui a un profil aromatique assez différent. Autant dire que les deux sont fortement recommandés. Indication de Prix : Autour de 30 €, mais pas disponible en France. Note confirmée : 91/100

ENGLISH SUMMARY: This single grain has been matured first in ex-First FillBourbon casks for 3 years, and then again in another set of same kind of casks for 2 years. There is caramel added (Thanks to Andy Watts for this information). T.N.: Very seductive, original, apparently simple, but quickly showing it is in fact very complex & subtle. There is a refined woody note to start with, with Some slightly burnt wood, some natural caramel, a hint of a tad creamy vanilla, some breakfast muesli notes, and a strong pastry character, which, along with some noble nuts notes (pecan nut, macadamia nut) makes me think immediately of Canadian quality blended whiskies (which is now a great compliment for me). If it wasn’t enough, there are some amazing discrete red fruit notes coming through after a while, with some acidulous side (grenadine syrup), though there is neither sherry casks nor rye casks involved. Very interesting! On the palate, it is as subtle & charming & interesting as on the nose. Slightly burnt & caramelized wood, varied breakfast cereals, corn, but also rye like notes. The palate quickly delivers a really appealing pastry character group of notes, with for me to start with a very precise note of a French pastry filled with praline cream called “Paris-Brest”. Then some nobles nuts are coming through (pecan nut, macadamia nut), some great hard caramel (French “carambar” of our infancy’s days), as well as some more oriental dried fruit notes (dates, sultanas), as well as some hard to identify floral notes. Some sweet spices are joining in now, such as cinnamon, nutmeg & spiced vanilla (for coco punch drink), maybe some coconut too, in the background. Simply succulent! With water it gets even more a liquid pastry, with more & more softness. On ice it still keeps many of its qualities, so don’t hesitate to try it this way, and I’m sure it shall be very interesting in cocktails as well. Priced around the equivalent of 30 €, out of France. Conclusion: An absolutely delicious grain whisky, and of a great quality. For me it is the best no age statement grain whisky worldwide in terms of quality/price ratio, and the second best no age statement single grain whisky after Suntory’s CHITA (which is different in terms of aromatic profile), and no need to say those two are highly recommended. My only complaint is that I don’t understand that such as great whisky as the BAIN’S is still not distributed in France, despite a bunch of important awards this whisky gets! Confirmed rating: 91/100

 

 

 

bains_b.w._43_abv_capture1

 

 

-THREE SHIPS officiel 5 ans « Premium Select Whisky », James Sedgwick Distillery, Edition 2018, 43 % (Wellington, région : Le Cap, Afrique du Sud/BLENDED WHISKY):

Couleur : Vieil or. Nez : Relativement fin et complexe, fruité (agrumes), floral, végétal & boisé, quoiqu’un peu fuyant. Notes de caoutchouc et de fumée de tourbe au second plan plus présents à la deuxième dégustation. Bouche : Aussi fine que le nez.Ronde, florale, fruitée, elle est également un peu maltée, puis évolue sur un ensemble de notes fondues d’ou émerge une petite note de caoutchouc brûlé (pneus ayant trop chauffé sur le bitume) moins agréable, en partie compensée par une note de fumée de tourbe plus classique. Il y a aussi dans cet ensemble des notes végétales (sous-bois, champignons, mousse) et boisées qui s’expriment fortement (lui apportant une petite amertume persistante), tandis que les rares notes fruitées bien moins qu’au début. La dominante fumée/caoutchouc brûlé/végétale, finit par prendre le pas sur le reste, et du coup cela déséquilibre un peu ce blend. Tenue à la dilution : L’eau trahit le (trop?) jeune âge de l’ensemble, mais quelques gouttes d’eau ne sont pas un obstacle à l’appréciation de ce whisky. Conclusion : Un blended whisky assez correct, mais nettement moins séduisant et moins original que le BAIN’S dégusté avant. Je préfère personnellement ce dernier, ou bien les versions single malts de marque THREE SHIPS. Je demeure un peu troublé par le fait que l’on sente peu le fantastique whisky de grain qu’est le BAIN’S dans ce whisky, qui, en théorie, devrait en contenir beaucoup…Est-ce à dire que celui utilisé pour cette version est plus jeune et moins sophistiqué ? Au vu du résultat, c’est probable et c’est dommage. J’ai du descendre la note aussi en fonction de cela.Indication de Prix : Non communiqué, et pas disponible en France. Note confirmée : 80/100

ENGLISH SUMMARY : Golden color. On the nose, this one is sharp & complex, with floral, fruity aromas, as well as green, woody & rubbery notes. The peat smoke gets bigger once the bottle (or sample) opened several times. Somewhat unsufficiently defined, maybe... On the palate, it is sharp as well, rounded, floral, fruity (citrus fruit), but also a bit malty, then evolves in an ensemble in which these notes are melted together and a bit overwhelmed by a persistent rubbery note (burnt tyres) that is less pleasant, a note mixed with a peat smoke note, and green elements again (forest moss & mushrooms), some oak as well, bringing some bitterness. These late notes are now getting dominant, and tend to limit the overall good balance of the blend. It surely looses some points there (where are the fruitiness & the flower notes gone?). Water doesn’t kill it (if it is only a few drops), but doesn’t help a lot too. Conclusion: A strange whisky, decent but not a masterpiece, a bit yoo young and probably not benefiting of the best casks around at the distillery, but also a bit “downed” by some smoky AND rubbery notes that kills it a bit. I’m much more convinced by the single grain whisky produced by the distillery (the BAIN’S). I’m a bit surprised that this blend do not seem to reflect the wonders from this grain whisky, so I suppose it’s another grain whisky recipe applied here...too bad. I also prefer the few THREE SHIPS single malts I had to occasion to taste. Confirmed rating: 80/100

 

 

 

 

 

 

-THREE SHIPS officiel 10 ans, « Vintage Edition, 2015 », James Sedgwick Distillery, Edition 2018, Bourbon casks, 46,2 % (Wellington, région : Le Cap, Afrique du Sud/SINGLE MALT Whisky):

Couleur : Vieil or. Nez : Fin & complexe : Boisé (dont une sensation de bois neuf), floral, fruité, mais d’abord marqué par une note d’orge maltée, de vêtement en lin (atelier de confection), puis ensuite par des notes de pâte d’amandes, de loukoums & diverses autres pâtisseries orientales. Original. Bouche : Sucrée, boisée (fortement), reprenant les notes d’orge maltée, de vêtement en lin (atelier de confection), puis confirmant son caractère pâtissier & oriental (dattes fourrées à la pâte d’amandes, loukoums, voire diverses autres pâtisseries orientales), et, surprise, une note sucrée de sirop de sucre (parfumé au miel) pour pâtisseries orientales (« Chamalli » arménien, par exemple). Un léger côté fumé apparaît alors, tandis que des épices douces apparaissent (gingembre, poivre blanc), et une certaine tendance à la sécheresse, qui rend le profil plus austère sur la fin. Légère note de fumée en arrière-plan. Tenue à la dilution : L’ajout d’un peu d’eau rend ce whisky un peu plus souple, mais encore un peu sec & boisé. Conclusion : Un whisky intéressant, original, plus convaincant que le blended whisky. Indication de Prix : n.c., pas disponible en France. Note confirmée : 86/100

ENGLISH SUMMARY:  Golden color. A sharp & complex nose, with quickly an impression of quite some new oak. Floral, fruity, it has a front note of malted barley, linen clothes (as in a tailoring studio), then almost paste is coming through, diverse oriental pastry including Turkish delights. Original nose. On the palate, it is a bit sugary, strongly woody, with the same malted barley & linen note, then confirming its rather Oriental pastry profile (dates stuffed with almond paste, Turkish delights, and possibly others). Surprise, now some sugary & honeyed syrup notes appear, but also a light smoky note, and sweet spices (ginger, white pepper) as well. It also becomes a bit dry, with some smoke on the background. The dryness tend to make it less easier to sip, somewhat austère. Adding water won't help, with more dry oak notes coming through. Conclusion:An interesting & original whisky, more convincing than the blended whisky. Confirmed rating: 86/100

 

 

 

 

three_ships_10_yo_2015_43_bout

 

 

 

-THREE SHIPS officiel 15 ans, « Pinotage Cask Finish » 2017, James Sedgwick Distillery, Edition 2018 (limitée), South African Wine casks, 46,2 % (Wellington, région : Le Cap, Afrique du Sud/BLENDED Whisky):

A Noter: Il s’agit d’un assemblage de fûts de chêne américain ayant auparavant contenu puis, lors d’une seconde maturation, en fûts de vin Sud Africain nommé “Pinotage” (nom donné à un vin obtenu après des recherches de croisement de cépage par Abraham Perold, chercheur à l’université de Stellenbosch, en Afrique du Sud, en 1925. Perold inventa alors un assemblage qui réunit les cépages Pinot Noir & Cinsault, et rajoute le suffixe “tage”’ en hommage au fameux domaine français Tain L’Hermitage). L’assemblage a ici donné environ 4000 bouteilles, mais seules 3700 bouteilles seront commercialisées, les autres destinées au marketing.

Couleur : Vieil or, à reflets orangés. Nez : Absolument splendide ! Riche fruité aux accents pâtissiers, avec des notes d’abricots & de pêches jaunes au sirop, mais aussi de loukoums, de prunes, puis des notes végétales (thé noir, thé Earl Grey, légère touche mentholée), des notes de sherry à l’ancienne (cerises au marasquin), très peu de boisé ou alors tellement bien équilibré qu’on ne le sent pas ou peu. Note de fleurs capiteuses, discrètes, en filigrane. Avec l’aération, un boisé plus important et plus complexe se révèle, avec des notes d’eucalyptus et de cèdre, mais sans excès. Séduisant ! Bouche : Gourmande & séduisante, elle reprend fidèlement les riches notes pâtissières, florales et fruitées du nez, et y ajoute des épices variées, dont de la muscade et du poivre 5 baies. Equilibre impressionnant, avec influence importante du vin mais pas d’excès de vinosité, pas mal de rondeur fruitée (fruits rouges variés maintenant-grenade, framboise, fraise, mûres) et faiblement tannique. Boisé un peu plus ferme, mais il n’est pas dominant. Un peu plus d’acidité et de tannins apparaissent à la deuxième dégustation (avec l’aération), ainsi qu’un peu plus d’épices (muscade, cannelle, voire encore du poivre 5 baies), mais l’ensemble impressionne toujours autant par son équilibre. Tenue à la dilution : L’ajout d’un peu d’eau renforce son caractère vineux, son boisé, mais apporte aussi un peu de tannicité, de structure, à l’ensemble. Dans le même temps, il lui fait aussi perdre un peu de son charme, aussi, personnellement, je le préfère non dilué. Conclusion : Un remarquable blended whisky « de luxe », avec une maturation en fûts de vin local qui s’avère une belle réussite, tant les affinages ou maturations en fûts de vin rouge sont souvent une catastrophe, avec une dominante du vin et souvent aussi d’une acidité aigre peu agréable et qui massacre le distillat. Là ce n’est pas le cas et mené d’une main de maître, celle d’Andy Watts, le maître-distillateur (et certainement aussi le maître-assembleur) à qui je rends hommage ici. Gourmandise fruitée et équilibre sont les caractéristiques principales de ce whisky.Le secret de cet équilibre réside peut être aussi dans la nature du vin Sud-Africain utilisé, puisqu’un caviste me conviait récemment que le Cinsault était utile dans cet assemblage pour apporter de la rondeur fruitée sans apport de tannins et que cela compensait probablement aussi ceux souvent bien présents dans le Pinot noir. Indication de Prix : Autour de 100 €, mais pas disponible en France. Note confirmée : 93/100

ENGLISH SUMMARY: Note: This one has been matured in South african red wine casks, a wine called “Pinotage”, conceived in 1925 by Abraham Perold, a Stellenbosch University (South Africa) researcher, who mixed 2 grape varieties, Pinot Noir & Cinsault. The name “Pinotage” is also a tribute to a famous French wine “Hermitage” (& especially the “Tain l’Hermitage”) that Perold admired so much. This is a limited edition of around 4000 bottles, 3500 were available for regular sale, and the rest kept for marketing purposes.

Tasting Note: Golden color, with orange hues. On the nose, it’s absolutely splendid ! Richly fruity, with some pastry tendancies, with notes of tinned apricot & yellow peaches with syrup, but also with turkish delights, plums, then greener notes (black tea, Earl Grey tea, with a light mentholated touch), ancient/old fashioned sherry (with marasquino cherries), very few oak & some discrete heady flowers notes, all very well balanced. With some air, a bit more wood is coming through (eucalyptus & cedar mainly), but staying moderate. Seductive ! On the palate, it is faithful to the nose’s notes, with same rich pastry notes, heady flowers notes, fruity notes, and maybe it adds to it varies spices, including nutmeg & 5 berries pepper. The balance is impressive, with a big wine influence but almost no what I call “vinosity” (acidic/sour/very oxydative notes). Quite some fruitiness now, with rounded notes of varied red fruit including pomegranates, raspberries, strawberries & mulberries. What is great is that it’s only very slightly tannic & ok the oak is strong, firm, but not dominating. With some air, at second tasting, it got a bit more oaky & acidic, (but still very moderate), and some spices are coming through a bit more on the front (nutmeg, cinnamon, 5 berries pepper), but the ensemble’s balance is still impressive. With some water, it reinforces its slight winey side that turns from a very moderate one to more classic one, but brings also more tannins & structure to the ensemble. In doing so, it makes it lose part of its charm in my opinion, that’s why I prefer to drink it neat. Conclusion: A remarkable “de luxe” blended whisky, with a local wine maturation that is frankly a great success, unlike many wine finishes or full maturations that usually are a disaster, with a full wine domination and a very sour/acidic mouthfeel that slaughters the distillate. Here’s it is not the case, and is masterfully crafted by Andy Watts, the master-distiller (& master-blender I believe), to whom I would like to pay homage here. Fruity “Gourmetness” (I know this word doesn’t exist, but you’ll certainly get the picture) & balance are the key words here. The secret of its balance may also reside in the nature of this South African wine, as a wine specialist recently told me that the Cinsault grape variety was often used in wine assemblages to bring more roundness & fruitiness, with no tannic addition & also that it may compensate those tannins often consequent in Pinot noir grape variety. Confirmed rating: 93/100

 

 

three_ships_15_yo_pinotage_cask_reduced

 

 

 

-THREE SHIPS de 6 ans (Selected in August 2017, released in June 2018), bottled by PRIVATE BARREL Co from James Sedgwick Distillery, SINGLE CASK (677 bottles), matured 3 years in American Oak & 3 years in a seasoned Fino SHERRY Butt, Cask Strength, 54,6% (Wellington, région : Le Cap, Afrique du Sud/SINGLE MALT Whisky):

A Noter: Il s’agit d’une mise en bouteille de négoce d’un single-cask brut de fût provenant de la distillerie James Sedgwick par le négociant PRIVATE BARREL & co.

Couleur : Vieil or, à reflets orangés, voire ambrés.Nez : Intense et complexe : Notes très fondues entre boisé, fruité (fruits mûrs variés), floral (la rose, surtout) et épices (poivre 5 baies). Profil comme un peu « verrouillé », fermé, mais aussi parce qu’il est très concentré, dense. A la deuxième dégustation, s’avère un peu fermé encore, mais commence à exprimer d’impressionnantes notes florales (rose) et boisées, mais aussi une certaine acidité et oxydation, évoquant un Fino Sherry un rien salé. Bouche : Intense, avec un boisé assez présent mais très bien fait (et en plus du bois de rose, mais aussi de l’eucalyptus et du cèdre), également un fruité concentré (toujours ces fruits mûrs variés difficiles à détailler), des fleurs capiteuses (dont la rose, très en avant, mais aussi un peu de violette), ainsi que des notes végétales (thé noir). Un autre bon point, elle est également peu oxydative (malgré l’affinage en Fino sherry). A la deuxième dégustation, la note de bois de rose, mais aussi de rose se font de plus en plus présents, dominateurs, mais c’est tellement beau que l’on pardonne ce côté un peu unidimensionnel au final. Tenue à la dilution : L’ajout d’un peu d’eau apporte plus de souplesse, de charme et d’équilibre entre floral (la rose) et fruité (la rhubarbe, surtout, voire de la goyave), donc je recommande une légère dilution. Conclusion : Un single malt étonnant, de grande qualité, avec ces exubérantes notes de rose (pour un whisky aussi jeune) qui le rendent un peu hors du commun. Beau travail de sélection. Indication de Prix : Non communiqué, et pas disponible en France. Note confirmée : 92/100

ENGLISH SUMMARY: Note: This one is an independent single cask bottling from bottler PRIVATE BARREL co. It has been first matured in American Oak & then finished in a seasoned Fino Sherry butt.

Tasting Note: Golden color, with orangey hues, almost amber too. On the nose, It needed some air to speak, as it was so concentrated, intense & complex. Melted oaky, fruity (varied ripe fruit), floral (rose, mainly) & spicy notes (mainly 5 berries pepper). At second tasting, it beguns to be more talkative, with impressive floral & woody notes, a certain level of acidity & a bit of saltiness testify that, yes, it did use some Fino Sherry wood! On the palate, it is intense as well, but with a good balance. The complex oaky notes are here on the front, but in a gentle & well made manner, with elegant rose wood, eucalyptus & cedar. The fruity part is concentrated as well, with melted ripe fruit I struggled to identify, but there are also important heady floral notes (with mainly exuberant rose, but also a bit of violet), and some black tea is coming through as well. Another good point, the palate is not too oxydative, despite the Fino sherry finish. At the second tasting, the rose flower note gets more and more on the front, along with the rose wood note, and, though making it a bit too one-dimensional, this domination is well received because it’s really beautiful. Adding a bit of water to it bring more supleness, more charm, more balance as well between floral notes (rose, mainly) and fruity notes (now some nice rhubarb notes are also coming through, and maybe some guava). So yes, I recommend to add some water to it. Conclusion: An amazing single malt, with an unusual profile for such a young whisky, with these exuberant rose notes that make it a bit out of this world. A superb cask selection here. Confirmed rating: 92/100

 

 

 

 private-barrel-co-jsd-6-yo

 

 

 


 

Express Notes No 5

 

 

 

EXPRESS NOTES No 5 :

 

Sujet publié le : 10/03/2018-Mise à Jour du : 16/07/2018

First published : 10/03/2018-Update : 16/07/2018

 

 

Dans ce nouveau numéro (oui il etait temps que je fasse revivre cette rubrique !), je publierais mes notes de dégustation pour celles qui ne sont pas liées a un sujet précis, donc susceptibles d’être assez variées, concernant donc aussi bien des whiskies de malt, de grain, de type Bourbon, Rye, ou autres, assemblés ou en single-cask, et de tout pays. Le sujet sera augmenté au fur et à mesure sur la base d’une mise en ligne progressive, par petits groupes de notes, sur un mois, voire davantage, avant de changer de numéro (avec ou sans thème/fil conducteur).

Merci donc de consulter cette page régulièrement.

Merci encore aux personnes (particuliers ou professionnels) qui ont pu contribuer à fournir, le cas échéant, des échantillons (même si parfois ces notes de dégustation peuvent provenir également de mes propres acquisitions).

 

In this new number (it was about time i resume this section !) i will publish my tasting notes, the ones that are not especially related to a topic, so that they can be varied and about malt whisky as well as grain whisky, bourbon, rye or else, and from any country, blended or from one single-cask. this edition will be expanded on a regular basis within the following weeks, or maximum a month.

So, please have a look on this page on a regular basis.

Thanks again to the professionals or amateurs contributions for their samples, even if these notes are sometimes coming from my own purchases as well.

 

Rappel de mon barême de notation/Reminder of my rating system :

Mon Système de Notation/My Rating System

 

 

 NOTES DE DEGUSTATION PUBLIEES DANS CE NUMERO :

(TASTING NOTES PUBLISHED IN THIS ISSUE)

 

 

-ARRAN officiel « ORKNEY BERE » (Bere Barley), n.a.s. de 8 ans (2004-2012), 46 % 

-BOWMORE officiel 15 ans « DARKEST » (Sherry cask finished), Edition 2015, 43 % 

-The DEVERON officiel 10 ans (MACDUFF distillery), Edition 2018, 40 %

-« The GAULDRONS » de DOUGLAS LAING/R.R.M. (Campbeltown), 46,2 %

 -GLENFIDDICH officiel/Experimental Series, 01/IPA Cask Finish "Zesty and Hoppy", n.a.s., 2017, 43 %

 -GLENLIVET Millésimé « 1978 » (bottled 2010/32 ans), BERRY Bros & RUDD, B.o.s., S.C. (N°13511), 46 %

 -The GLENTURRET officiel « TRIPLE WOOD », n.a.s., Edition 2018, 46 %

 -The GLENTURRET officiel « SHERRY », n.a.s., Edition 2018, 46 %

 -The GLENTURRET officiel « PEATED », n.a.s., Edition 2018, 46 %

 -The GLENTURRET officiel 10 ans, Small Batch, Edition 2018, 40 %

-HAZELBURN officiel 10 ans (SPRINGBANK distillery), 1st Edition, 2014, 46 %

-HIGHLAND PARK officiel 10 ans « VIKING SCARS », Edition 2017, 40 %

 -JACK DANIEL’S « GENTLEMAN JACK » (Double filtered), Edition 2016, 40 %

-JACK DANIEL’S « Barrel Aged RYE », Edition 2018, 45 %

-JACK DANIEL’S « SINGLE BARREL RYE », Edition 2018, 45 %

-JIM BEAM 12 ans « SIGNATURE CRAFT », 1ère Edition 2013, 43 %

-KILKERRAN officiel 12 ans (GLENGYLE distillery), 1st Edition, 2106, 46 %

-LONGMORN officiel 15 ans (old bottling 1990-2000’s), 45 %

-« PORT ASKAIG » 8 ans, de The SPECIALITY DRINKS Ltd (ELIXIR Distillers), Edition 2018, 45,8 %

-« PORT ASKAIG » 14 ans, de The SPECIALITY DRINKS Ltd (ELIXIR Distillers), Edition 2018, 45,8 %

-« TORBA », de The SPECIALITY DRINKS Ltd/« ELEMENTS OF ISLAY », 56,1 %

-TULLAMORE DEW 12 ans « SHERRY CASK FINISH », Travel retail, 46 %

 -WOODFORD RESERVE « RYE », Edition 2018, 45,2 %

 

 ***

 

-ARRAN officiel « ORKNEY BERE » (Bere Barley), de 8 ans (millésimé 2004-mis en bouteille en 2012), American Oak barrels, 46 % (SINGLE MALT/Isle of Arran, ECOSSE/Royaume-Uni):

A Noter : Cette édition limitée parue une première fois fin 2012. Elle met en valeur une variété d’orge largement utilisée jusqu’au milieu du XIX ème siècle et nommée « Bere barley ». Cette variété aujourd’hui presque disparue d’orge à 6 rangs était très utile dans le cadre d’une saison agricole courte comme elle existe dans le Nord de l’Ecosse. Pour cette édition, la distillerie ARRAN a donc collaboré avec l’Institut de Recherche Agronomique des ïles Orcades (Orkney Islands), lui fournissant l’orge maltée cultivée sur les îles Orcades.

Couleur : Vieil or. Nez : Assez léger, très fin, sur l’orge maltée, les agrumes, le miel, mais aussi quelques épices (à ce stade on distingue un peu de cannelle). Bouche : Fine et douce, de prime abord, puis devenant plus épicée au fur et à mesure, mais cela reste modéré. Une légère amertume poivrée apparaît (poivre noir, poivre gris), ainsi que de la muscade, de la cannelle, une touche de gingembre aussi, et des herbes sèches. Note discrète de vanille en arrière-plan. Selon les dégustations et la température ambiante, l’amertume se fait plus ou moins sentir. L’orge maltée est au cœur du palais, dans ses divers aspects (amer, sucré, croquant, céréalé). Tenue à la dilution : L’ajout d’eau apporte un peu de souplesse, mais peut aussi raviver les notes épicées. Conclusion : Un ARRAN un peu plus austère que la moyenne, avec moins de vanille, de fleurs & de fruits que le 10 ans d’âge, par exemple, mais pas bien plus d’épices & d’herbes. Un whisky changeant, parfois difficile à appréhender & à évaluer, dépendant plus que d’autres de la température ambiante, en cela que plus elle sera chaude, plus son profil tendra à basculer vers l’amertume. Par contre le travail de cette orge millénaire est passionnant, donnant à cette édition limitée un caractère unique, une complexité différente du reste de la gamme. Indication de Prix : Autour de 65/70 € à sa sortie en fin 2012/début 2013. Il y eu par la suite en 2014 une autre édition, brut de fût (« Cask Strength »), cette fois-ci./Note confirmée : 87/100

ENGLISH SUMMARY : This limited edition of ARRAN, is matured in ex-Bourbon casks, but uses a rare & very old variety of malted barley called “Bere”, still only cultivated in very few areas of Scotland (previously, this 6-row barley was widely used until the middle of 19th century), here, in this case, developed by the Orkney College Agronomical Institute. T.N.: On the nose this is already complex, and seem to be sweet & showing partly unusual cereal notes, as well as some honey, citrus fruit and a hint of cinnamon. On the palate, it is sweet & refined, but slowly builds up with more complex cereal notes, honey, dried herbs, a discrete vanilla note, and brings different spices along the way (cinnamon, nutmeg, black & grey pepper & ginger). It stay moderate though, but depends on temperature of service, in the room, etc…This whisky’s profile has been changing a bit over the tastings, so it wasn’t easy to rate. Confirmed rating: 87/100

 

 

arran_orkney_bere_1st_ed_2012_46_red

 

 

 

-BOWMORE officiel 15 ans « DARKEST » (Sherry cask finished), Edition 2015*, 43 % (SINGLE MALT/Islay, ECOSSE/Royaume-Uni) :

A Noter : Il s’agit d’une version élevée en fûts de Bourbon durant 12 ans, puis affinée pendant 3 ans dans des fûts ayant contenu du Sherry Oloroso.

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés, voire cuivrés. Nez : Un rien fermé au départ, et légèrement soufré, puis très marqué par le sherry (belles notes de fruits rouges), florales (un rien capiteuses), mais aussi par des notes boisées (bois précieux, en partie du moins), et végétales (tabac, thé noir très infusé, légère note mentholée). Bouche : Complexe et riche, souple et délicate, fragile, même. Attaque gourmande et gouleyante, à moitié grasse, puis vite plus souple et presque aqueuse, et assez fine. Des notes végétales & marines (à peine iodée, légèrement alguée, agrémentée d’une note humide de feuilles de tabac à cigare encore en train de sécher, de thé noir et vert mentholé), se mêlent à des notes florales capiteuses mais demeurant discrètes (pointe de violette, de lilas), des notes fruitées un rien oxydatives issues de la deuxième maturation en fûts de Sherry (groseilles, cerises fraîches, et une part de cerises au marasquin), et une légère note saumurée que vient perturber une note souterraine mais structurante de menthol et une pointe de chocolat noir. Quelques épices discrètes se joignent à la fête, comme du poivre 5 baies, et des baies roses. Très fondue, reprenant les notes du nez, demeurant légère, mais dense, la bouche mêle notes végétales, marines, florales & fruitées, pour s’achever sur une montée en puissance aromatique marquée par une belle fumée de tourbe très élégante qui fait gravir la finale d’un échelon. C’est superbe ! Tenue à la dilution : Entre souplesse et élégance florale & fruitée, notes oxydatives et saumurées, ce BOWMORE tire son épingle du jeu avec beaucoup de charme et de classe. Conclusion : Un BOWMORE de qualité, différent du 15 ans « MARINER » (davantage chocolaté et anisé), dont les mises en bouteille d’il y a 10/15 ans étaient à mon sens un peu trop fermées et austères, et qui semble s’être refait une santé depuis quelque temps (*y compris sur un autre lot récent dégusté de 2017), ce pour notre plus grand plaisir. Mon seul regret, qu’un titrage à 46 % ou 50 % n’ait pas été choisi, pour soutenir un peu plus ce whisky. Enfin, soulignons que le rapport qualité/prix demeure pour le moment assez spectaculaire. Indication de Prix : Autour de 50/55 €, certaines G.M.S. & cavistes. Note confirmée : 92/100

ENGLISH SUMMARY : This BOWMORE is basically matured in Bourbon casks as the regular 12 years old, then is matured three years morein Oloroso Sherry casks. On the nose, this BOWMORE is complex, refined and its notes are melted together in a blend that needs time to express itself. Don’t worry about some slight sulphur notes in the beginning, they will quickly fade and let all the other notes come through. As on the palate, the nose shows the qualities and the contradictions of this expression. The Sherry stand here discretely but proudly, with beautiful heady flowery notes (violet, lilac), complex sweet & sour red fruit (redcurrant, fresh cherries as well as some marasquino cherries), some brine and a thin note of dark chocolate lifted by menthol notes in the background. Other green notes are also coming through, such as black & green tea, tobacco leaves for cigars (taken while they are not completely dried).Add some discrete iodine & seaweed notes, some (partly) precious wood notes and some spices (5 berries pepper, pinkpeppercorn) and of course some smoke, and you will get the picture. You will find all these notes on the palate too, melted in a beautiful complex blend of flavors which remains as astonishly expressive as the body is between light and medium (weightwise). What I find truly remarkable on the palate is how the juicy & a bit acidic/briny fruity notes are lifted on the finish by a beautiful peat smoke note. A few drops of water (not more, please) will enhance the fruity notes & the sherry influence. Conclusion : Ten or fifteen years ago, I was not as enthousiastic as now about this expression, which was in all the batches I had tried often too tight, too woody and spicy, not enough delicate and expressive on the fruity side (contrarily to the « MARINER » expression, which ok remains a bit different, more focused on chocolate & star anise notes). It seems nowadays batches (I have recently tried another one close to this one) are much better and these are good news, though I would have prefered this one to be reduced at a slightly higher abv, say 46 % or 50 %. But as it is, I consider it as a superb BOWMORE and a remarkable single malt, with a spectacular quality/price ratio. Confirmed rating : 92/100

 

 

 

bowmore_15_ans_darkest_2015_43_rd2 

 

 

-(The) DEVERON officiel 10 ans (MAC DUFF distillery), Edition 2017, 40 % (SINGLE MALT/Highlands de l’Est, ECOSSE/Royaume-Uni):

Couleur : Vieil or. Nez : Léger & très fondu, un rien floral, discrètement fruité (agrumes) et un peu végétal (thé noir longuement infusé).Soupçon d’iode et légère salinité, soulignant le caractère marin de ce whisky (la distillerie est située en dehors du « triangle d’or » du Speyside, un peu plus à l’Est, sur la côte). Bouche : Fine, très fondue également, elle est très subtile (pas aidée par un titrage trop faible à mon goût) et débute par des notes de pommes & des poires mûres cuites au four, par quelques esters discrets, avant de se poursuivre sur des notes de réglisse, de mélasse, d’iode & de fumée (en bouche ces 2 dernières notes sont vraiment infimes), mais aussi des notes végétales (mousse de sous-bois, champignons), avant de se terminer sur une note très légèrement fumée & & épicée. Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, le profil devient plus végétal encore, mais aussi plus épicé (gingembre, poivre). Conclusion : Un whisky qui ne manque pas de personnalité, mais qui n’est pas aidé, par son positionnement en entrée de gamme et donc son titrage trop faible (même si hélas les 12 & 18 ans sont également à 40 %), l’ajout probable de caramel et la filtration à froid. Il faut cependant prendre le temps de le découvrir. Indication de Prix : Autour de 25/30 €, GMS, cavistes./Note confirmée : 83,5/100

ENGLISH SUMMARY: This is the first reference from the core range, and is from a distillery which location (in the Eastern Highlands, near the sea) has some influence on its character. So yes, you can feel this coastal signature a bit on the nose (iodine & salt) and on the palate (iodine, salt & a touch of smokiness). Other than that, the nose & palate display some green notes (black tea, forest moss, mushrooms), some discrete floral notes & some fruity notes as well (mainly baked ripe apples & pears), but also a few esters in the background. As the palate evolves, and though everything is melted, other notes are coming through, such as molasses, liquorice, and gets back to soft smoky notes and also some spicy ones too (black & grey pepper). Water makes it more spicy & smoky. Conclusion: A rather decent whisky, rather on a light territory, with some personality, but not helped by the too low abv & (as usual) caramel added & chill filtration. Confirmed rating: 83,5/100

 

 

deveron_the_10_ans_ob_2017_40_red 

 

 

-« The GAULDRONS » n.a.s., Edition 2017, du négociant DOUGLAS LAING/collection “Remarkable Regional Malts”, édition limitée, 46,2 % (BLENDED MALT, Campbeltown, ECOSSE/Grande-Bretagne):

A Noter: Il s’agit d’un assemblage de single malts de la region de Campbeltown, donc potentiellement uniquement des distilleries suivantes: GLEN SCOTIA, GLENGYLE (KILKERRAN) et SPRINGBANK. Une édition parue à l’automne 2017 pour célébrer la fête anglo-saxonne “Halloween”.

Couleur : Jaune très clair, pâle, évoquant des fûts de plusieurs remplissages (probablement 3 ou 4). Nez : Assez étonnant et déconcertant de prime abord. Très épicé, fin, herbacé, avec une tourbe cendrée modérément fumée. Notes de menthol au second plan. Bouche : Fine, tout aussi étonnante car centrée sur les épices, et les « épices de Noël » plus précisément (la cannelle et la muscade dominent, mais aussi comme une note un rien anisée, qui, elle évoque les biscuits alsaciens pour Noël), une forte note de pain d’épices, de miel, et une trace de tourbe cendrée (sèche) un peu fumée. Il lui a fallu un peu d’aération pour se livrer un peu davantage, mais le corps est mince et raide, & le spectre aromatique relativement étroit. La finale est courte. Une fois qu’on est habitué à ce style particulier, c’est plutôt plaisant, sans plus. Légère acidité et astringence. Et l’influence de la distillerie SPRINGBANK manque cruellement, comme si elle était infinitésimale dans l’assemblage, visiblement dominé par des fûts de GLEN SCOTIA qui ne sont pas de premier ordre. Dommage. Tenue à la dilution : Un peu mieux, avec plus de souplesse et du coup se livre un peu plus (épices douces, miel, boisé, fruits mûrs-dont des pommes rouges et de la poire mûre). Conclusion : Un whisky correct, mais l’on est loin des plus belles réussites de la superbe gamme « Remarkable Regional Malts ». C’est davantage une curiosité, donc. Indication de Prix : En France autour de 70 €, cavistes et boutiques spécialisées (whisky) seulement. Note confirmée : 80,5/100

ENGLISH SUMMARY : Pale in color, this one suggests several casks fillings & a relatively young age. On the nose, it kind of surprises a little bit at once, with an unexpected aromatic proflle, mainly spicy, a bit herbaceous, and moderate peat smoke. On the background, some mentholated notes are coming through. The palate is as surprising as the nose, because it is thin & a spices festival : I would say even « Christmas Spices » (cinnamon and nutmeg are the main notes, but there is also a light aniseed note, reminding me of French Christmas cakes from the Alsace area). There are also gingerbread notes, honey, and a trace of peat smoke that turns quicky to an ashy & dry smoke note. The body is thin and it took some time to reveal its qualities, despite a rather austere general profile, with, at times a bit of astringency and acidity. The finish is short. This whisky becomes a little better with a few drops of water, and opens up a bit to show other notes such as ripe fruit (pears & red apples), sweet spices and some gentle oak). Conclusion : A decent whisky, designed to be "in a Halloween style", but which is far here from the best expressions from this superb range that is « Remarkable Regional Malts » in my opinion. The SPRINGBANK distillery influence is so weak one can even wonder if there is some in the mix, apparently dominated by GLEN SCOTIA casks, but not the most expressive ones. Too bad. For me it’s more a curiosity than anything else. Confirmed rating : 80,5/100

 

 

 gauldrons_douglas_laing_rgm_46.2

 

 

 

 

-GLENFIDDICH officiel/Experimental Series, 01/IPA Cask Finish "Zesty and Hoppy", n.a.s., 2017, 43 % (Speyside, Ecosse/Royaume-Uni, Single Malt):

Couleur : Vieil or. Nez : Fin, suave, fruité (fruits jaunes-pêche, coing-mais aussi agrumes, le citron en tête, en sorbet, fruits confits variés), herbacé, épicé, avec une note de houblon et de malt. Etonnamment, par certains aspects, il rappelle un vin de Sauternes. Bouche : Jolie attaque maltée, avec une note de bière (et pas seulement de houblon), apportant une légère amertume, mais sans excès. Le palais évolue vers des notes d’épices assez nettes (gingembre, poivre blanc & noir), puis se termine plus précisément sur le gingembre confit mêlé à une note d’agrumes confits (citron, voire du cédrat aussi) adoucie par de la vanille. Jolies notes de fleurs capiteuses très fondues entre elles. Plutôt agréable ! Tenue à la dilution : L’ajout d’un peu d’eau apporte plus de souplesse à l’ensemble, tout en maintenant cette finale poivrée. Ne pas trop diluer cependant, car le titrage est parfait et quelques gouttes d’eau maintiennent ce bel équilibre. Conclusion : Un single malt de grande qualité, expérimental, très bien conçu. Indication de Prix : Autour de 50/60 €, cavistes, mais parfois bien moins en grandes surfaces./Note confirmée : 91/100

ENGLISH SUMMARY : This GLENFIDDICH is part of a recent new series devoted to experiments. It is matured in Bourbon casks and then finished in Indian Pale Ale beer casks. This refined & a bit savoury complex single malt provides interesting yellow fruit notes (quince, citrus fruit), varied candied fruit notes and a delicate lemon sherbet note. On the nose it also shows a hoppy & zesty side, as said on the label, has some herbal notes as well as some Sauternes like floral & fruity & buttery notes. On the palate, which is faithful to the nose, it’s the same harmony, with a malty then a bit hoppy attack (with just a hint of bitterness), followed by precise spices notes (black plus white pepper, ginger), and finishes on candied ginger, lemon and maybe citron (« cédrat » in French), sweetened by some vanilla. Some heady flowers then appear, melted with the other notes. Rather a pleasant whisky ! With a few drops of water, it brings some flexibility to the palate, but don’t add too much because it is well balanced & with a perfect a.b.v. in my opinion. Conclusion : For an experimental « hop driven » whisky, I think it’s a really nice whisky, rather very well conceived. Confirmed rating : 91/100

 

 

glenfiddich_ipa_experiment_01_43_red

 

 

 

-GLENLIVET Millésimé « 1978 » (bottled 2010/32 ans), BERRY Bros & RUDD/Berry’s Own Selection, Single-Cask (Cask N° 13511), 46 % (Speyside, Ecosse/Royaume-Uni, Single Malt):

Couleur : Vieil or, à reflets or. Nez : Complexe, riche et fin : En attaque très belle note de thé Earl Grey (thé noir, bergamote), mais aussi des fruits mûrs variés (dont de l’abricot & de l’orange), un boisé mêlé de notes végétales (sous-bois), ainsi que des notes maltées, mais aussi de fudge. Evoque un fût de sherry de second remplissage, mais je n’ai aucun renseignement sur ce sujet (ni sur l’étiquette, ni sur le site). Bouche : Elle reprend les notes florales, fruitées, végétales, maltées et boisées, mais avec un peu plus de sécheresse. Surviennent aussi assez rapidement quelques épices (gingembre séché, piment doux). Elle évolue sur des notes fruitées, maltées et florales, à nouveau du thé et quelques herbes sèches & fraîches. Tenue à la dilution : Elle assouplit l’ensemble et adoucit les notes épicées, et dévoile une pointe de camomille, qu’elle associe au thé. Retour discret de la bergamote et d’herbes sèches. Hésite entre caramel, malt et fruits secs & thé. Conclusion : Un excellent whisky, parfois un peu changeant, tantôt sur l’exaltation du style typique de GLENLIVET fruité, floral, végétal et épicé, tantôt sur une palette plus feutrée et plus classique autour de notes de caramel et de malt. J’aime ce whisky, mais je reconnais qu’il lui manque une dimension supplémentaire pour rejoindre le podium des whiskies d’exception. Tout de même, à sa sortie, un rapport qualité/prix phénoménal pour un whisky de cet âge. Bon courage pour trouver l ‘équivalent de nos jours ! Indication de Prix : 99 € à sa sortie fin 2010, probablement 4 fois son prix de nos jours.../Note confirmée : 92,5/100

ENGLISH SUMMARY : This independent bottling of GLENLIVET is a single cask, but I have no idea of which type of cask it is, though I suspect a refill sherry cask. The nose is complex and refined, with some richness. A beautiful note of Earl Grey tea (with black tea & bergamot) starts it, then quickly some fruity notes come together (apricot, yellow peach & orange), then nice woody notes mixed with green notes (forest moss & mushrooms), some malty notes but also some delicious fudge notes. On the palate, it’s faithfull to the nose, floral, fruity, green, malty, woody, but with some dryness. Then it gets spicy (dried ginger, sweet pepper), herbal, and goes back to the Earl grey tea notes. With a few drops of water (not more), the herbal & spicy notes are sweetened, brings some camomile notes as well, some bergamot, dried herbs, tea & hesitate between caramel, malt and dried fruit. Conclusion: An excellent whisky, a bit changing, sometimes glorifying it’s fruity, floral, green & spicy typical GLENLIVET style, and at others more on a classical soft caramel and malt profile. I love this very good whisky but it lacks of some extra dimension to take the first place. I have to mention its really interesting price tag when it first came out (around £ 86). I’m sure now it would be way more expensive to get a GLENLIVET of that age. Confirmed rating: 92,5/100

 

 

 

glenlivet_1978_2010_bbr_bos_sc_13511_46_red

 

 

 

-The GLENTURRET officiel 10 ans, Small Batch (Bourbon barrels), Edition 2018, 40 % (Highlands du Sud, Ecosse/Royaume-Uni, Single Malt):

Couleur : Or clair, à reflets vieil or. Nez : Complexe, marqué par les céréales, dont l’orge maltée, très présente, mais aussi une pointe de bois brûlé, du miel, du praliné et/ou de la noisette. Un nez plutôt agréable, avec en finale sans doute une pointe de fruits rouges surmontant une crème anglaise. Bouche : Elle reprend fidèlement les notes du nez, mais avec comme une petite note aigre-douce en filigrane, qui peut perturber au début. Plutôt bien faite, elle est marquée par l’orge maltée, le caramel (je pense en grande partie naturel), mais également des fruits (pommes au four, fruits rouges variés, fruits secs variés), et une pointe d’épices douces également (poivre gris, muscade). Tenue à la dilution : Un peu d’eau ravive les notes épicées, mais aussi une note que j’ai eu du mal à définir, proche de la notion de rancio. Conclusion : Un whisky de qualité, complexe et fin, sans doute le meilleur disponible dans les comptes d’âges non élevés, et qui a bien évolué depuis une décennie. Sa disponibilité, par contre, est bien moindre qu’avant (et c’est devenu une édition limitée), le 12 ans d’âge ayant par ailleurs été supprimé. Dommage, car il bat les 3 versions sans compte d’âge existantes (« Triple Wood », « Sherry », et « Peated ») à plate couture. Indication de Prix : Autour de 40/50 €, quelques cavistes et VPC (internet)./ Note confirmée : 88,5/100

ENGLISH SUMMARY : This is the last (young) age statement official bottling from one of the oldest Scotland malt distilleries. A very old expression that isn’t discontinued but isn’t available everywhere, only produced in small batches & Bourbon casks matured. It also replaces the 12 y.o. expression. TN: A complex nose, with varied grain, including malted barley, very present here, a hint of burnt wood, honey, praline and/or hazelnut. A rather pleasant nose, with, for the finale, some delicate touch of red fruit topped custard. On the palate, it is faithful to the nose, but with also some sweet & sour note in the background, a note that can disturb a bit in the beginning. Rather well conceived, the palate then evolves to malted barley, caramel (probably mainly natural), but also some fruit (oven cooked apples, varied red fruit, varied dried fruit). A few spices are coming through as well towards the end (grey & black pepper, but also nutmeg). A few drops of water enhances the spicy notes, but also shows a special note I struggled to identify but ressembles to what we call rancio usually in wine & French spirits territory. Conclusion: A quality whisky for sure, complex & refined, probably the best of the distillery’s portfolio among the youngest age statement whiskies, but also, I have to say, far ahead of most of the current core range n.a.s. whiskies (« Triple Wood », « Sherry », et « Peated ») in my opinion. Confirmed rating: 88,5/100

 

 

 glenturret_10_ans_ob_2018_red

 

 

 

-The GLENTURRET officiel « TRIPLE WOOD » (American Oak Sherry & European Oak Sherry casks, American Oak Bourbon casks), n.a.s., Edition 2018, 43 % (Highlands du Sud, Ecosse/Royaume-Uni, Single Malt):

Couleur : Or clair, à reflets vieil or. Nez : Le sherry me semble assez présent dans cette version, au nez en tout cas, avec une légère vinosité, une note fine de fruits rouges, puis une ferme note de boisé apparaît. Il reste assez fermé et m’évoque déjà de la « wood technology » (traitement des fût plus poussé qu’à l’accoutumée). Bouche : Vive, très boisée, sèche et épicée, elle est assez fermée. Elle parvient néanmoins peu à peu à laisser parler d’autres notes, comme un joli fruité (orange, fruits rouges), certes un peu timide, et de jolies notes maltées. Très vite, hélas, le carcan boisé réapparaît, et dirige l’ensemble d’un main de fer, avec une modernité toute « wood technologique », qui lui donne un caractère assez épicé aussi (poivre noir, gingembre) & des tannins trop fermes. Un whisky probablement assez jeune (pas plus de 6 ou 7 ans dirais-je?). Tenue à la dilution : Un peu d’eau ouvre un peu la palette aromatique, apportant d’intéressantes notes de chocolat, de moka, apportant un léger mieux à l’ensemble. Conclusion : Un whisky entre deux styles, pas mauvais, mais prisonnier d’un carcan boisé très ferme qui ne lui permets pas d’exprimer toutes ses qualités. Ce GLENTURRET « high tech » fait pâle figure à côté du 10 ans d’âge récemment réevalué sur un lot récent. J’espère que dans l’avenir, cette vénérable distillerie, une des trois plus anciennes d’Ecosse (1775), et la plus ancienne après LITTLEMILL (1772), reviendra à un travail plus conventionnel ou en tout cas plus clair, par exemple en proposant une version élevée en fûts de Bourbon uniquement, ou en combinaison plus simple de fûts de Bourbon et de Sherry, dans l’esprit du 10 ans d’âge, et referra aussi apparaître un compte d’âge même modeste, comme BENROMACH a eu le courage de le faire. Indication de Prix : Autour de 60 €, cavistes./ Note confirmée : 79/100

ENGLISH SUMMARY : This one is one of the 3 current core range widely available expressions. This is a non age statement with three different casks types involved, 2 for the Sherry maturation (American Oak & European Oak) and 1 for the Bourbon maturation (American Oak). TN: On the nose, the sherry is obvious, with fruity notes (red fruit-with some refinement) as well as winey notes. But quickly a firm woody note appear, which closes the aromatic profile and seem to involve “wood technology” (heavily charred casks, more than usual). On the palate, it is very vivid, very woody, quite dry & spicy, and rather closed. However, after some time, some notes manage to come through, such as nice fruity notes (orange, varied red fruit) & nice malted barley notes as well. But, inevitably, that “woody confinement” takes the control again, and direct things, showing no mercy, and, I may be wrong, but I think it’s probably because of too much modern charring work on casks. So not only it is a bit too woody but also too dry & too spicy (black pepper, ginger) in my opinion, with some firm tannins. The whisky is probably young as well (not aged more than 6 or 7 years old). With some water, fortunately, it gets better, with some interesting notes of mocha & chocolate. Conclusion: A between two styles whisky, not bad, but prisoner of a wood barrier that doesn’t allow it to express its inner qualities enough. This “high tech” (read “wood tech”) GLENTURRET is really pale in comparison with the 10 years old expression from the same distillery (see above my comments on a recent batch). I really hope that in a near future this venerable distillery (one of the three oldest from Scotland-1775-and the oldest after LITTLEMILL-1772) will come back to more basic work and maybe a Bourbon casks only expression, with no special treatment (or Bourbon & Sherry, but more conventional), in the spirit of the 10 y.o., even if it is a bit younger, but with an age statement (as BENROMACH had the courage to launch a few years ago). Confirmed rating: 79/100

 

 

 glenturret_the_nas_triple_wood_2015_40

 

 

 

 

-The GLENTURRET officiel « SHERRY », n.a.s., Edition 2018, 43 % (Highlands du Sud, Ecosse/Royaume-Uni, Single Malt):

Couleur : Vieil or, à reflets dorés, un rien ambrés. Nez : Assez marqué par le sherry, avec un caractère vineux et un peu alcooleux, un peu aigre-doux là encore (apparemment représentatif du caractère de la distillerie), évoluant vers une note de rancio, puis survient une note de noisette, presque une note de géranium, et à nouveau pas mal de boisé. Bouche : Sèche, vive, épicée, elle s’assouplit heureusement à la deuxième dégustation. Là aussi je sens un dialogue un peu difficile entre un sherry résolument moderne (plus vineux que fruité) et la technologie du bois contemporaine. Fort heureusement, cela ne suffit pas à masquer de jolies notes fruitées (fruits rouges variés, fruits secs). La note typique aigre-douce est ici celle de la groseille à maquereau. La bouche est un peu alcooleuse également, mais cela se calme un peu à la dilution. Tenue à la dilution : Un peu d’eau est bénéfique à ce whisky (pas trop par contre, juste quelques gouttes), faisant ressortir les notes de noisette, de praliné, et quelques notes souples de cerises à marasquin, mais assez diluées. Conclusion : Un whisky correct, sans plus, avec une influence du sherry significative, mais du sherry moderne. Une version seulement "à moitié réussie". Indication de Prix : Autour de 60 €, cavistes./ Note confirmée : 83/100

ENGLISH SUMMARY : This one is one of the 3 current core range widely available expressions. This is a non age statement with a Sherry casks maturation. TN: Obviously sherry driven, with some winey & spirity notes, and also what seem to be a distillery trademark, the sweet & sour note. Then a wee note of rancio is coming through, along with a hazelnut note, also some geranium, and a lot of wood. On the palate, it is dry, spicy, with some intensity, but, hopefully, during the second tasting, it became more flexible. In this expression I also feel some wood technology involved, a difficult dialog between modern sherry (more winey than fruity) and contemporary wood, but this time these elements do not prevent beautiful fruity notes to shine. Varied red & dried fruit, and I think that here the sweet & sour note comes from gooseberries. The palate is a bit spirity, but give it a bit time & a few drops of water and it will calm down. With water some nice hazelnut & praline are coming through, as well as some sweet cherry notes (a bit diluted). Conclusion: A decent whisky, with a significant sherry presence, but quite a modern sherry. It works relatively well, but not completely. Confirmed rating: 83/100

 

 

 

 glenturret_the_nas_sherry_edition_2015_40_

 

 

 

-The GLENTURRET officiel « PEATED », n.a.s., Edition 2018, 43 % (Highlands du Sud, Ecosse/Royaume-Uni, Single Malt):

Couleur : Or, à reflets vieil or. Nez : Ah, là c'est qautre chose ! Marqué par de la tourbe sèche, voire cendrée (« continentale », donc), et des esters importants (sans doute dus à sa jeunesse et un vieillissement plus conventionnel que les 2 autres versions sans compte d’âge), elle est aussi marquée par une note aigre-douce (typique apparemment), mais aussi une note d’agrumes (citron, pamplemousse). Elle m’évoque tantôt un LAPHROAIG de négoce, tantôt un ARDMORE, de négoce également. Bouche : En bouche ce côté franc et direct, simple et efficace, fait mouche. Les esters se déploient (bonbons anglais, ananas) avec franchise, légèrement différents des autres distilleries par ce côté aigre-doux en second plan. Le combo esters/tourbe rappelle un peu certaines versions jeunes de KORNOG, mais en moins abouti. Tenue à la dilution : L’ajout d’eau trahit sa jeunesse, perturbant un peu ce joli équilibre, donc ne pas trop le diluer. Conclusion : Un whisky plus simple que les 2 autres de la gamme régulière sans compte d’âge, mais au final plus réussi.Intéressant pour débuter dans les single malts tourbés. Indication de Prix : Autour de 60 €, cavistes./ Note confirmée : 86/100

ENGLISH SUMMARY : This one is one of the 3 current core range widely available expressions. This is a non age statement with a Bourbon maturation & a peated finish. TN: Ah, now we’re talking ! With a dried peat (a bit ashy-it means for me “continental peat”) nose, a big amount of estery notes (probably from young casks and more classic ageing than the other core range expressions), it provides also the usual sweet & sour note from the distillate, as well as nice citrus fruit notes (lemon, grapefruit). With that direct & simple but very efficient style & the dried peat, it stands between an indie LAPHROAIG bottling & an indie ARDMORE bottling. On the palate this efficiency works pretty well, with estery notes spreading widely (English liquorice all sorts sweets, pineapple), but keeping thre distillery’s own style (with this sweet & sour touch). Water shows its youth & disturbs a bit its balance (it’s not necessary there). Conclusion: This unusual peat & esters combo reminds me a bit of French KORNOG single malt, but with less depth. A more simple expression than the 2 others from the n.a.s. core range, but, all in all, a more successful one in my opinion. An interesting proposal as well for “peat beginners”. Confirmed rating: 86/100

 

 

 

glenturret_the_nas_peated_edition_2015_40

 

 

 

 

-HAZELBURN officiel 10 ans (SPRINGBANK distillery), 1st Edition, 2014, Lot 14/331, Triple-distillation, non-chill filtered, non coloured, 46 % (SINGLE MALT/Campbeltown, ECOSSE/Royaume-Uni):

A Noter: Il s’agit de la version distillée trois fois et non tourbée du single malt SPRINGBANK. C’était aussi (comme LONGROW, la version très tourbée de SPRINGBANK) le nom d’une ancienne distillerie de la région.

Couleur : Or clair, presque pâle. Nez : Toute la noblesse de la céréale « orge »…et les subtilités de la maturation de celle-ci : Notes de vanille, de noix de coco, d’orge maltée, de bouillie d’orge (porridge-on est bien chez SPRINGBANK !), avec complexité, finesse, équilibre. Bouche : Fine, subtile, complexe : Attaque sur l’orge, la noix de coco, la vanille, puis un boisé discret entre en jeu, dont la délicatesse évoque les SPRINGBANK 10 ans (Bourbon matured) du début des années 2000, ainsi qu’une légère touche fermière, toute aussi caractéristique, mais pas de tourbe ici. Quelques épices douces très modérées. La bouche se développe ensuite sur des notes d’amandes douces en purée, des agrumes discrets (citronnade légèrement sucrée), peut être aussi de légères notes florales, avant de s’achever sur un rappel discret du chêne et de l’orge, qui demeure au premier plan. Tenue à la dilution : Un peu d’eau le rend encore plus séduisant, développant à l’infini ses qualités et notamment surtout ces notes de noix de coco, de vanille, d’orge & de pâte d’amandes (allégée en sucre). Conclusion : Un très bon S… je voulais dire un très bon HAZELBURN ! Chaudement recommandé, au-delà des amateurs du style SPRINGBANK. Indication de Prix : Autour de 60 €, cavistes./Note confirmée : 92,5/100

ENGLISH SUMMARY: This is the triple distilled version of SPRINGBANK (for those who may not know it) & an unpeated one as well. Tasting Notes: If you like the subtlety of the malted barley in this distillery’s productions, but not the peat, this one is for you. All the richness & the aspects of the malted barley are there, from the cereal itself to your tomorrow morning’s porridge, plus some splendid notes of coconut, vanilla, some discrete oak notes, a light farmy (stable) touch as well, and also some discrete sweet spices from the oak (it is Bourbon matured). Other notes come through as the palate develops, such as mashed almonds, light citrus fruit (even a lemonade with not too much sugar in it), maybe some flowers as well and a discrete finale on oak & barley. A few drops of water makes it even more appealing, with all its qualities & typical notes developed (lightly sugared almond paste, coconut, vanilla, barley…). Conclusion: A very good & subtle S….well, HAZELBURN I mean, which I warmly recommend to SPRINGBANK’s amateurs & beyond. Confirmed rating: 92,5/100

 

 

 hazelburn_10_ans_2014_triple_dist_46_red

 

 

-HIGHLAND PARK officiel 10 ans « VIKING SCARS », Edition 2017, 40 % (SINGLE MALT/Orkney Islands, ECOSSE/Royaume-Uni):

A Noter: Au départ, il s’agissait d’une version de 35 cl destinée au marché hors taxes d’aéroport, puis l’an dernier, cette version a été produite de manière plus importante et avec une distribution plus large en bouteilles de 70 cl.

Couleur : Or clair. Nez : Très léger, et presque inexistant à la première dégustation (première note : 66,5/100). Nécessite un peu de temps d’aération. Le titrage à 40 % n’est pas une bonne idée ici (d’aucuns ajouteraient: « …non plus »). Vagues notes d’huile de lin, de thé noir, et boisé léger. L’on sent en revanche une certaine sucrosité résiduelle, ce qui n’est pas très engageant et nous ramène à des blended whiskies ou single malts bas de gamme. Bouche : Curieuse. Très légère, très fondue, elle présente peu d’attraits et un manque de corps certains qui ne semble exister que par du sucre résiduel en trop grandes quantités (je ne parle pas de sucre véritable, mais d’impression de sucre). Ce n’est seulement qu’à la troisième dégustation que j’ai commencé à en tirer quelque chose, avec l’apparition de notes un peu plus précises d’orge maltée, de caramel naturel, de fruits secs, de trace de miel de bruyère et de fumée de tourbe (très légères, très subtiles). Finale sucrée légèrement épicée. Tenue à la dilution : L’eau met en valeur le caramel (naturel depuis 2007 !) et le malt. Conclusion : Un des HIGHLAND PARK les plus frustrants que j’ai eu à déguster (encore plus que le « DARK ORIGINS »). Lecteurs, attention, car il y a un monde entre ce 10 ans d’âge et le 12 ans d’âge ! (et au passage, 18 points d’écarts dans mon barème, dans la cas des meilleurs batches du 12 ans, et pas beaucoup moins pour les autres !). Une version que je ne recommande pas ! Indication de Prix : Curieusement variable, entre 30 et 40 €, G.M.S./ Note confirmée : 74/100

ENGLISH SUMMARY: This 10 y.o. (70 cl) is part of the new range, but was initially launched a few years ago as a travel retail limited edition (and of 35 cl only). T.N.: Very light & almost absent at first tasting…(I first rated it 66,5/100 !). This whisky deserves to breathe for sure, and the low abv doesn’t help the understanding of it. Sure there are a few notes coming through (linen oil, black tea, light wood), but mostly lots of sugar (residual, as an impression, not real sugar) & it took quite a while for me before some other notes came through (natural caramel, dried fruit, malted barley, a trace of very light & subtle heather honey & of peat smoke). The finish is a bit spicy & “sugary”. Water will bring more caramel & more malt. Conclusion: One of the most frustrating HIGHLAND PARK I have come across (along with the “DARK ORIGINS” for other reasons), if not bland. Dear readers, beware, as this one is really different from the 12 years old…(when you come across a very good batch, the 12 yo. Scores 18 points more than this one !). So I am not recommending this one to you, but rather the twelve years old, of course. Confirmed rating: 74/100

 

 

 highland_park_10_ans_viking_scars_2017_red

 

 

 

-JACK DANIEL’S « GENTLEMAN JACK » (Double filtered), Edition 2016, 40 % (TENNESSEE WHISKEY, Tennessee, Etats-Unis) :

A noter : Il s’agit d’un version alternative du « OLD N°7 », avec une double filtration à travers une couche de 3 mètres de charbon de bois d’érable (donc une de plus que pour le N°7, la version standard), la première filtration ayant lieu avant la mise en fûts, la seconde avant la mise en bouteille. Pour l’anecdote, Jack DANIEL lui-même avait déjà envisagé de procéder ainsi, afin de rendre le whiskey encore plus doux, mais il s’est heurté à des contraintes techniques. C’est seulement en 1988 qu’à pu être lancée cette version que je n’ai découvert moi-même qu’il y a peu de temps.

Couleur : Vieil or. Nez : Comme on pouvait le prévoir, le nez est d’une grande douceur. Au départ il peut présenter un caractère un peu résiné, mais cela se dissipe avec le temps. Jolies notes de bois d’érable, vite mêlées de fruits variés, dont voire de fruits exotiques (papaye) acidulés. Les esters sont puissants, et « à la mode américaine » (produit par le maïs, voire la filtration double, mais non par l’orge). Bouche : D’une grande finesse, elle présente les caractéristiques aromatiques habituelles du « OLD N°7 », mais avec une douceur exceptionnelle : Note de bois d’érable dominante, puis notes suaves de fruits jaunes (pêches, coing), de fruits exotiques (goyave, papaye), d’épices douces (cannelle & poivre 5 baies, surtout, voire girofle & muscade) en quantité très modérée, et d’un soupçon de réglisse, sur un lit discret de vanille et de bois brûlé. Délicieux ! Tenue à la dilution : Comme il s’agit d’une version filtrée deux fois ET réduite à 40 %, il faut prendre garde à ne pas noyer ce délicat whisky, l’affaiblir. Quelques gouttes d’eau peuvent suffire pour ouvrir les arômes et apprécier la délicatesse de l’ érable, notamment. Conclusion : Un très joli whisky apéritif, ou pour les cocktails, pas vraiment idéal pour être consommé sur glace (il est très délicat), contrairement au « OLD N°7 ». Mais qu’on ne s’y trompe pas, s’il s’agit d’une version plus subtile et plus légère du « OLD N°7 », elle démontre tout le savoir faire de la maison JACK DANIEL’S. Indication de Prix : Entre 25 et 35 €/ Note confirmée : 87,5/100

ENGLISH SUMMARY: FW (Foreword): This one is a double (maplewood charcoal) filtered expression, where the "'OLD N°7" is only filtered once. It is made in order to sweeten even more the whiskey and has been launched in 1988, while the original idea came from Jack DANIEL himself, so long time ago, but due to technical problems he had to give up the idea. TN (Tasting Note): As expected, the nose is shows a great sweetness, with beautiful maple wood notes, quickly rejoined by varied fruit notes, even exotic ones such as papaya, with an acidulous moutfeel. Esters are powerful too, but if I may say, "the American way' (coming from the corn, not from the barley). On the palate this significant sweetness is obvious, showing the "OLD N°7"'s qualities, but brought to an exceptional level of sweetness & also to a more than decent complexity: Of course the maple wood notes are  prominent, but there are also some yellow fruit sweet notes (peaches, quince) coming through, then exotic fruit (guava, papaya), moderate amount of sweet spices -mostly cinnamon & 5 berries pepper, and a hint of cloves & nutmeg), and a trace of liquorice. All these notes sit on a bed of discreet vanilla & burn wood. Delicious ! With some water : As it is a double filtered expresssion and as it is bottled at 40 %, one has to be cautious not to drown this delicate whisky. I suggest to add only a few drops of water, in order to open up the flavors and enjoy the maple wood’s delicacy, for instance. Conclusion : Contrarily to the « OLD N°7 », this one is not the ideal companion to ice cubes, but will be a nice aperitive drink, and probably a great base for cocktails. Don’t get me wrong, it is a lighter & more delicate expression than the usual one, but it shows all the JACK DANIEL’S distillery’s expertise. Confirmed rating : 87,5/100

 

 

gentleman_jack_j.daniels_40

Eclipsé par le succès du "OLD No 7" (première vente au monde), ce "GENTLEMAN JACK" est pourtant une réussite. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

 -JACK DANIEL’S « TENNESSEE RYE » (Barrel Aged RYE), Edition 2018, 45 % (TENNESSEE WHISKEY, Tennessee, Etats-Unis) :

A noter : Il s’agit d’un assemblage composé à 70 % de seigle, à 18 % de maïs & enfin à 12 % d’orge. Il s’agit d’une nouveauté 2018 pour son propriétaire BROWN-FORMAN, et qui devrait être réservée aux cavistes. Merci à BROWN-FORMAN & SO-WINE pour la dégustation en avant-première de ce whisky le 19/03/2018 au cours d’une soirée qui mettait en valeur le seigle, via également la dégustation de cocktails dédiés (recette en fin de note) et la présentation du travail de l’artisan boulanger Gontrand Cherrier qui avait préparé des pains pour l’occasion selon différents pourcentages de seigle (jusqu’à 90 % pour l’un d’entre eux!) et recettes.

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés. Nez : Fin, séduisant et marqué par l’érable, très dominateur, puis se recentre très vite sur une note de solvant associée au seigle, un peu entêtante, avant de s’apaiser pour exprimer des notes de fruits rouges & d’épices douces, et un peu de bois précieux. Bouche : Belle attaque sur l’érable, le solvant et le seigle (limite agressive et alcooleuse au début), avant de vite se recentrer davantage sur le seigle, qui parvient à mi-chemin à trouver un équilibre, et se voit accompagné de belles notes de fruits rouges un rien acidulées (fruits des bois, groseilles), des notes d’épices douces (cannelle, girofle, muscade) mêlées à du caramel, ainsi que des notes de bois précieux. Le travail d’assemblage est, je dois, le dire, remarquable. Tenue à la dilution : Bonne, avec quelques gouttes d’eau, mais ne pas diluer davantage. Conclusion : Une belle surprise que cette nouveauté à forte personnalité (présence importante du seigle dans le mélange) que je préfère même, fait rare, à la version « SINGLE-BARREL » dégustée le même soir, alors que pour le « OLD N°7 », c’est le contraire, je lui préfère le « SINGLE-BARREL » alternative de la version classique. Ce « Barrel Aged RYE » est complexe et très expressif, tout en tempérant ses ardeurs « ryesques » si j’ose dire. Indication de Prix : PVC : 24,90 €, cavistes, voire certaines G.M.S./ Note confirmée : 90/ 100

 

 

 

jack daniels rye_2018_45_abv_red

 

 

ENGLISH SUMMARY: FW (Foreword): This one is a novelty, with a rare 70 % rye in the mashbill, then 18 % corn & 12 % barley. I had the opportunity to try this one neat, then in a cocktail (a « Tennessee Mule »-see the recipe below), during a press launch event in Paris, on March, 19 of this year, where French craft-baker Gontrand Cherrier presented 3 different recipes of bread made of rye. Thanks to BROWN-FORMAN, the brand owner & to SO WINE, event organizer agency for the invitation. TN (Tasting Note): Golden color with amber reflections. The nose is refined, seductive, maple wood driven, then evolves to a solvent note related to rye, a note that is a bit heady before it calms down & let red fruit & sweet spices notes come through. There is also a hint of precious wood. On the palate, the attack is nice mixes maple wood, solvent & rye (it’s a bit agressive & spirity at the start, but it quickly finds a balance, focusing on the rye) . There are also notes of acidulous red fruit notes (mixed berries, redcurrant), sweet spices (cinnamon, cloves, nutmeg), melted with caramel & precious wood. The blending work is remarkable here, I have to say. It takes water well, but not much is needed. Conclusion : A pleasant surprise, and, surprisingly, I prefer this version than the « SINGLE-BARREL » one, while for the « OLD N°7 », it’s the contrary. This « Barrel aged RYE » is complex & very expressive, and managed to tame the rye, if I may say. Confirmed rating : 90/100

 

 

 

 jack_daniels_rye_45_cut_sp_recette_cocktail.

La fiche de présentation du whiskey avec la recette du cocktail présenté lors de la soirée du 19/03/2018 (recentrée sur la recette). Merci à BROWN-FORMAN.

 

 

 

-JACK DANIEL’S « SINGLE-BARREL RYE », Edition 2018, 45 % (TENNESSEE WHISKEY, Tennessee, Etats-Unis) :

A noter : Il s’agit d’un assemblage composé à 70 % de seigle, à 18 % de maïs & enfin à 12 % d’orge. En moyenne, chaque lot donne environ 300 bouteilles, et diffère forcément un peu du précédent. Il s’agit d’une nouveauté 2018 pour son propriétaire BROWN-FORMAN, et qui devrait être réservée aux cavistes. Merci à BROWN-FORMAN & SO-WINE pour la dégustation en avant-première de ce whisky le 19/03/2018 au cours d’une soirée qui mettait en valeur le seigle, via également la dégustation de cocktails dédiés (recette en fin de note) et la présentation du travail de l’artisan boulanger Gontrand Cherrier qui avait préparé des pains pour l’occasion selon différents pourcentages de seigle et recettes.

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés. Nez : Puissant, marqué par l’érable, mais encore davantage marqué par une forte note de solvant, puis de seigle, elle est assez entêtante, au point d’être au bord du déséquilibre. En cela, déjà, je constate que la version assemblée est plus tempérée. L’on perçoit bien d’autres notes, au second plan, comme des notes de fruits rouges, quelques épices (plus ou moins douces) et du chêne. Bouche : Attaque plus puissante sur le solvant et le seigle (quelque peu agressive et alcooleuse) que sur le bois d’érable. L’équilibre est fragile. Petit à petit d’autres notes s’expriment, comme un beau fruité (fruits rouges un rien acidulés), et plus d’épices que dans la version assemblée, mais les mêmes (cannelle, girofle, muscade), voire du caramel. Le boisé demeure assez présent, mais non sans une certaine sécheresse. Tenue à la dilution : Correcte, avec quelques gouttes d’eau, mais ne pas diluer davantage. Conclusion : Une étonnante nouvelle version, toute dévolue au seigle, avec une forte personnalité et un léger manque d’équilibre qui me lui fait préférer sa version assemblée (curieusement embouteillée au même titrage?). Un beau whisky tout de même, et qui fait mouche dans un cocktail prestigieux et également très expressif nommé « Vieux Carré » , avec des ingrédients en partie français (recette ci-dessous). Indication de Prix : PVC : 51,50 €, cavistes / Note estimée à 86,5/100

 

 

jack daniels single barrel rye_2018_45_red

 

 

 

ENGLISH SUMMARY: FW (Foreword): This one is a novelty, with a rare 70 % rye in the mashbill, then 18 % corn & 12 % barley. I had the opportunity to try this one neat, then in a cocktail (a “Vieux Carré”-see the recipe below), during a press launch event in Paris, on March, 19 of this year, where French craft-baker Gontrand Cherrier presented 3 different recipes of bread made of rye. Thanks to BROWN-FORMAN, the brand owner & to SO WINE, event organizer agency for the invitation. TN (Tasting Note): Golden color with reddish amber reflections. The nose is very powerful,at first maple wood driven, then very quickly evolving to a strong & heady (if not spirity) solvent & rye note. At this stage it becomes obvious for me that the blended rye expression is significantly more balanced & tempered. Some other notes are then coming through, but on a second ground (red fruit, spices). On the palate, the attack is a bit aggressive & spirity on spices, solvent & rye, but, after a moment, the maple wood comes through. Some beautiful fruity acidulous notes also appear then, more spices than on the blended expression (cinnamon, cloves, nutmeg), and probably some caramel as well. The wood is very upfront, with some dryness. It is nice, but the balance is fragile. It is not the best swimmer, but a few drops may help sweeten it. Conclusion : An amazing new JACK DANIEL’S expression, pretty much devoted to rye glory, with a strong personality, slightly unbalanced, but still a good whisky, and very good in a prestigious & very expressive cocktail called “Vieux Carré” which mixes French famous spirits with it. Personally, I prefer this version to the « SINGLE-BARREL RYE », while for the « OLD N°7 », it’s the contrary. Rating (under reservations): 86,5/100

 

 

 

jack_daniels_single_barrel_rye_45_cut_sp_recette

La fiche de présentation du whiskey avec la recette du cocktail présenté lors de la soirée du 19/03/2018 (recentrée sur la recette). Merci à BROWN-FORMAN.

 

 

 

-JIM BEAM 12 ans « SIGNATURE CRAFT », 1ère Edition 2013, 43 % (BOURBON WHISKEY, Kentucky, Etats-Unis) :

A Noter: Il s’agit d’une édition limitée de petits lots (“small batch”) élaborée par le master distiller actuel (Fred Noe), de la 7 ème génération de la famille Beam. Son vieillissement important pour un whisky américain se distingue également des habituels 2 à 5 ans d’âge des autres whiskeys les plus connus de la gamme, et plus généralement des Bourbons sur le marché.

Couleur : Vieil or, à reflets dorés, voire ambrés. Nez : Assez. Vif, boisé, un peu vert à la première dégustation, puis prenant vraiment de l’ampleur dès la suivante, plus spectaculaire et plus complexe . Il dévoile alors de belles notes de fruits rouges, de fruits exotiques, des notes de seigle, un bel acidulé, de subtiles notes de boisé et de caramel dur avec une certaine noblesse (sans doute dus à l’âge avancé et au brûlage parfait des fûts). Intéressant ! Bouche : A l’ouverture de la bouteille, de jolies notes fruitées et boisées, puis un côté agressif et alcooleux (solvant), qui heureusement disparaît dès la seconde dégustation : Belle attaque, un peu mentholée, avec un retour de bois d’érable un peu inattendu, se poursuivant sur un fruité complexe et assez intéressant (fruits rouges variés, fruits exotiques-goyave, papaye, et même mangue), de belles notes florales très fondues, du caramel dur de toute beauté, du miel de bruyère je crois bien aussi, des noix nobles (pécan, macadamia), des pommes rouges bien mûres, une pointe de cerises se mêlant à du bois de rose et du bois de santal en finale (fabuleuse), ce qui m’a fait (sur la base de plusieurs autres dégustations) augmenter encore la note chiffrée. Tenue à la dilution : Une légère dilution exaltera les qualités de ce whiskey dont le titrage à 43 % a été judicieux. Conclusion : Un whiskey qui a mis un peu de temps à s’ouvrir et s’équilibrer, mais une fois que cela fût fait, quelle merveille ! Un beau compromis entre l’exubérance de certains « Rye whiskeys » et les « Bourbons » purs et durs, tirant peut être profit du meilleur des deux. Chaudement recommandé ! Indication de Prix : Autour de 35/45 €, cavistes, voire certaines G.M.S./ Note confirmée : 92/100

ENGLISH SUMMARY: FW (Foreword): This one is a limited edition, a small batch, selected by current master distiller Fred Noe, from Beam’s family 7th generation. Its long maturation (for an American whiskey-many are just matured 2 to 5 years long) makes him stand aside the core range, but also aside from the current other bourbons brands. TN (Tasting Note): When I opened my bottle, it was a bit closed, spirity and showing a curious resinous note on the nose, but then it got better at each tasting, kind of stabilizing itself at the third tasting. But right from the start the beautiful fruity & woody notes were there, even if they seem to improve each time. Subtle caramel notes did shine through as well, and a certain grandeur. On the palate, once oxygenated a bit, it showed a beautiful slightly mentholated attack, complex fruity & woody notes (varied red fruit, exotic fruit, such as guava & papaya, also even some mango), nice floral notes as well, wonderful hard caramel notes, heather honey (if not mistaken), then evolving to noble nut notes (pecan nut, macadamia nut), ripe red apples, a hint of cherries as well, melted with beautiful rose wood & sandal wood for such a beautiful finish that I had to add one point more to the rating. This JIM BEAM will benefit of a few drops of water, but not more, as the abv for me is just perfect or close. Conclusion: This whiskey took a bit of time to deliver its qualities, but when it did, it was worth the wait! A superb mix of the best of Rye & Bourbon whiskeys it seems, synthetising their exuberance. Warmly recommended! Confirmed rating: 92/100

 

 

 

jim beam_signature_craft_12_yo_43_bp_7_red

 

 

 

-KILKERRAN officiel 12 ans (GLENGYLE distillery), 1st Edition, 2106, non-chill filtered, non coloured, 46 % (SINGLE MALT/Campbeltown, ECOSSE/Royaume-Uni):

A Noter: Il s’agit de la première édition du single malt KILKERRAN de plus de 10 ans d’âge et avec un compte d’âge mise en bouteille pour une édition régulière (auparavant ce whisky était produit en édition limitée et souvent nommée « Work in Progress ».KILKERRAN est le nom du single malt produit par la distillerie GLENGYLE (à Campbeltown) relancée en 2004 (initialement en fut ouverte en 1872 puis fermée à diverses reprises), et propriété de la famille MITCHELL (depuis 2000) qui possède également la distillerie SPRINBGANK. C’est d’ailleurs le personnel de cette dernière qui gère la distillerie GLENGYLE. A savoir, le premier whisky (3 ans d’âge) de KILKERRAN est sorti en 2007.

Couleur : Or clair, à reflets or paille. Nez : Assez proche du style SPRINGBANK…Notes légèrement fermières, présence du malt, légères notes florales, et aussi du caramel naturel. Légère note de fumée de tourbe. Bouche : Plutôt fine. Le profil est plus complexe, fondu et tempéré que le nez le laissait supposer : Les notes fermières (étable) sont vraiment légères et au second plan (mais elles sont associées à des notes végétales), tandis qu’un ensemble de notes assez fondues entre elles se détache du reste, mené par l’orge maltée, puis par la noix de coco, le caramel naturel, les épices douces, des fruits (abricots secs, agrumes dont oranges mûres, nèfles), et une touche de fumée de tourbe. L’ensemble est plutôt cohérent, équilibré, et montre l’influence des 30 % de fûts de sherry intégrées à la majeure de fûts de bourbon (70 %). Tenue à la dilution : L’eau rend l’ensemble plus harmonieux et fondu. Conclusion : Un excellent nouveau single malt, légèrement différent du SPRINGBANK, mais dans la même famille, à tous points de vue. Cette nouvelle version est livrée avec un marque-page témoin rappelant les précédentes versions de KILKERRAN et sa charte de couleurs d'étiquette. Indication de Prix : Autour de 60 € en France (MdW, cavistes), moins au Royaume-Uni (autour de 40 € !). /Note confirmée : 91/100

ENGLISH SUMMARY: This KILKERRAN is the name of the single malt produced since 2004 (first single malt bottling was out in 2007) by GLENGYLE distillery (by the name of the old distillery founded in 1872 & closed several times) from Campbeltown & owned by the MITCHELL family since 2000, a company who also owns SPRINGBANK distillery (so the staff of KILKERRAN comes from SPRINGBANK too). T.N.: Honestly this is very close to SPRINGBANK, maybe less focused on malted barley, but it shows too. A bit of stable notes (but more on the nose than on the palate), a bit of floral notes, some natural caramel, a hint of peat smoke, and on the palate some coconut, sweet spices, ok now more malted barley notes, and quite some fruity notes (dried apricot, citrus fruit including ripe oranges, medlar) melted with the other ones. It’s complex, well balanced & quite coherent, also showing it’s made with 30 % sherry casks (& 70 % bourbon casks). This new bottling comes out with a bookmark which is a reminder of all previous expressions within the W.I.P. range, with its label color chart. Conclusion: An excellent new comer (not really, but new as a 12 y.o.) to follow ! Confirmed rating: 91/100

 

 

 kilkerran_12_ans_ob_2016_46_red

 

 

-LONGMORN officiel 15 ans, ancienne édition (années 1990/2000), 45 % (Type de whisky-Région, Pays) (SINGLE MALT/Speyside, ECOSSE/Royaume-Uni):

Couleur : Vieil or, à reflets dorés, voire orangés. Nez : Assez fin, suave, richement fruité (orange & abricot en tête, divers fruits secs, fruits rouges à l’arrière-plan), au boisé fin et subtil, avec une légère touche tourbée en arrière-plan, et du thé Earl Grey longuement infusé. Bouche : Elle reprend les notes du nez, avec toutes ses composantes florales, fruitées, végétales, légèrement fumées, boisées, mais y ajoute encore en complexité avec des notes de chocolat noir, d’épices variées. Tenue à la dilution : L’eau aide à développer de belles notes fruitées (comme une note de gâteau Chamonix à l’orange, avec son glaçage sucré intégré), y ajoute aussi une note de marmelade d’orange anglaise (légèrement amère-cela vient des fûts de sherry), de cerises au marasquin (avec une légère acidité), ainsi que ravive un peu les épices (gingembre, poivre 5 baies). Conclusion : Un grand single malt à l’ancienne (certes un peu affaibli par le caramel ajouté & le filtrage à froid), remarquable de complexité et de gourmandise. Egalement une version bien plus intéressante que le 16 ans actuel, à mon avis. Indication de Prix : Autour de 35/40 € à sa sortie, maintenant bien plus aux enchères, mais encore abordable./ Note confirmée : 91,5/100

ENGLISH SUMMARY: Refinement & « gourmandise » (the fact of being gourmet, in French) are the key words here ! On the nose it’s smooth, richly fruity (orange & apricot are on the front row, but there are also some dried fruit, red fruit, the latter on the background). It is also subtly woody (with no excess of wood), leafy (with some long time infused Earl Grey tea) & a hint of peat (very moderate). On the palate it is faithful to the nose, with quite some density (it’s almost sticky, as the orange marmelade notes that are coming through now), some depth & there are also some dark chocolate notes as well, complimented by some varied spices. With a few drops of water, fruity notes are blossoming, some are now close to a French pastry called « Chamonix » (an industrial one, but rather gourmet, orange based with a lot of sugar & topped by a delicious icing), as well as significant sherry notes (marasquino cherries, again that orange marmelade note-bringing some bitterness), and awakens some spices (ginger, 5 berries pepper). This is a complex whisky. Conclusion : Forget the current 16 y.o. reference ! This one is way more interesting, and you may still find it in old shops stock or in auctions. A great old fashioned single malt (some would say like they should still be!) from the Speyside, ok a bit weakened by the fact it’s chill filtered & coloured, but closer than the 16 y.o. to « The Real McCoy » in my opinion. Confirmed rating : 91,5/100

 

 

 

 longmorn_officiel_15_ans_annees_1990_2000_45_red

 

 

 

-« PORT ASKAIG » 8 ans, du négociant The SPECIALITY DRINKS Ltd/Elixir Distillers, Edition 2017, 45,8 % (SINGLE MALT-Islay, ECOSSE/Grande-Bretagne):

A Noter: Il s’agit d’un single malt provenant vraisemblablement de la distillerie CAOL ILA, sans filtration à froid ni coloration.

Couleur : Jaune pâle, comme un whisky de l’île d’Islay issu de fûts de Bourbon ayant connu plusieurs remplissages. Nez : Assez engageant, nous plongeant avec délectation dans la badiane, la tourbe grasse, avec légèreté et finesse. Belles notes d’agrumes, centrées sur les différentes déclinaisons du citron. Quelques notes florales et des notes de bonbon anglais au second plan (esters). Bouche : Fine et gourmande à la fois, avec linéarité et cohérence (elle reprend fidèlement les notes du nez), elle est très accessible et très plaisante à boire. C’est comme un voluptueux bain de badiane et d’agrumes, avec quelques autres notes (esters, notamment) fondues dans l’ensemble, et cette belle tourbe grasse et légère (presque aérienne) à la fois qui est assez fascinante. Un single malt d’un charme certain. Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, le whisky prend encore un peu plus d’assurance, et révèle une belle note proche du sucre d’orge (et évoquant l’orge maltée), mêlée de badiane, et c’est succulent ! Les notes d’agrumes (le citron en tête) deviennent alors presque juteuses. Conclusion : Un très joli jeune mais déjà « bien élevé » CAOL ILA. Une belle addition à la gamme « PORT ASKAIG » que je recommande chaudement également. Indication de Prix : Autour de 50 €, LaMDW & cavistes partenaires. Note confirmée : 90,5/100

ENGLISH SUMMARY : Pale in color,engaging, with a delightful star anise note, oily peat, beautiful & varied citrus fruit notes (with all kinds of lemons), some floral notes as well, and English liquorice allsorts sweets. On the quite refined & gourmet palate, this is very consistent too, with a sensual, very drinkable moutfeel, and basically it’s like a voluptuous oily peat bath where citrus fruit, esters & star anise are endlessly playing together. Some notes are melted and gourmet, but there is some lightness (almost aerial) in it that is quite fasctinating. With a few drops of water, the whisky gets even more expressive and structured and make other notes come through, such as a beautiful note of barley sugar melted with a star anise nose & these notes (plus a now becoming almost juicy complex lemon note) are delicious. Conclusion: An attractive « young but ready » CAOL ILA which is a very welcome new expression from the PORT ASKAIG range, a whole range that I warmly recommend too. Confirmed Rating : 90,5/100

 

 

 port_askaig_8_yo_45.8

 

-« PORT ASKAIG » 14 ans, du négociant The SPECIALITY DRINKS Drinks Ltd (ELIXIR Distillers), Edition 2018, Bourbon casks, 45,8 % (SINGLE MALT-Islay, ECOSSE/Grande-Bretagne):

A Noter: Il s’agit d’un single malt provenant vraisemblablement de la distillerie BUNNAHABHAIN, mis en bouteille sans filtration à froid ni coloration.

Couleur : Or pâle. Nez : Assez Très jolies notes florales en attaque, mêlées de fruité (agrumes-citron & pamplemousse surtout) & de badiane, mais aussi étonnamment pas mal d’esters (bonbon anglais, fruits exotiques, poire en sorbet). Bouche : Délicate & gourmande, elle reprend fidèlement les notes du nez (fleurs, fruits, badiane, agrumes, esters), avec une belle simplicité, mais aussi une droiture remarquable. Facile à boire, elle se fait presque aérienne au fur et à mesure de la dégustation, avec en fil rouge cette sublime badiane & tourbe grasse (et quelques embruns) si engageante. Il y a de la sensualité là dedans, une belle souplesse et un équilibre fabuleux. Le fruité se fait très fondu, autour du citron en sorbet (allégé en sucre) & des esters (sorbet poire, ananas, banane et peut être aussi une pointe de goyave, pour l’acidité), notes auxquelles l’ont peut rajouter des épices douces. & quelques notes végétales. Les fleurs sont difficiles à discerner mais sont bel et bien là, et s’intègrent parfaitement à l’ensemble, sans véritable caractère médicinal (l’on est pas chez LAPHROAIG, clairement). C’est vraiment superbe. Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, le whisky se fait encore plus cajoleur, renforcant le beau fondu entre agrumes, fruits exotiques, badiane, embruns, et c’est succulent ! Conclusion : Encore une superbe sélection d’Oliver Chilton, qui réussit à proposer une référence raffinée & gourmande, à la fois différente du 8 ans d’âge, du 15 ans d’âge et du « 100 PROOF » ! Une très belle addition à la gamme « PORT ASKAIG » qui laisse rêveur sur ce que l’on pourrait encore nous proposer à l’avenir et que je recommande chaudement également. Indication de Prix : Autour de 85 €, LaMDW & cavistes partenaires. Note confirmée : 93/100

ENGLISH SUMMARY : Pale in color, but with quite an engaging nose (about whiskies, and especially Islay whiskies, please never judge a book by its cover!). This new proposal is different from the both the recent 8 years old, the 15 years old & the “100 PROOF” (this for the current range). This is said to be a bourbon matured BUNNAHABHAIN. T.N.: On the nose (if you let it breathe a bit), it’s already there, all the promises that will be fulfilled on the palate: A delicious star anise note, oily peat, some juicy & shorbety citrus fruit notes (mainly lemon & grapefruit), some floral notes as well (but difficult to identify), and a generous amount of estery notes (english liquorice allsorts, exotic fruit such as pineapple, banana, but also some guava -& some acidity coming with it, and pear shorbet). There is a beautiful oily peat note along the way, always combined with the star anise note, topped with some exquisite sea spray notes as well. Everything comes on point & melts with the other notes to form a very sensual, perfectly balanced, refined & gourmet palate, but also some aerial feeling about it, and it’s fantastic ! You can add a little water for more “peat galore”’ pleasure. Conclusion: Once again, a remarkable selection made by Oliver Chilton, and one that manages to propose something slightly different from the rest of the PORT ASKAIG range (thinking of what could come next put a wide smile on my face I have to say), and of course another one that I warmly recommend. Confirmed Rating : 93/100

 

 

 port_askaig_14_ans_2018_45.8_red

 

 

-« TORBA », du négociant The SPECIALITY DRINKS Ltd/Elixir Distiller/gamme “Elements of Islay”, Edition 2017 (70ème anniversaire de VELIER), 50 cl, 56,1 % (BLENDED MALT-Islay, ECOSSE/Grande-Bretagne):

A Noter: Il s’agit d’un blended malt très tourbé (comme une variante du “PEAT”) composé de 3 single malts different (non précisés) en édition limitée à 1200 bouteilles exclusive destinée à la Maison du Whisky, France, pour fêter l’anniversaire de la prestigieuse maison VELIER. Un whisky non filtré à froid & non coloré.

Couleur : Jaune très pâle (vin de muscadet clair). Nez : Assez fin, avec de discrètes notes d’agrumes, de la tourbe mi-grasse, mi-sèche, un léger côté médicinal (suggérant une part de fûts de la distillerie LAHPROAIG dans l’assemblage), mais aussi une certaine austérité. Bouche : Fine et sèche, un peu tendue, évoquant clairement une variante du « PEAT », avec un peu plus de puissance, mais pas davantage de corps. Plus tourbée que ce dernier, en effet, en bouche, cette version légèrement réglissée est également peu florale et peu fruitée (un peu aux antipodes de la gamme « PORT ASKAIG »), et peu épicée. La badiane s’y fait rare également. Un whisky de bonne tenue, ceci dit. Tenue à la dilution : L’ajout d’un peu d’eau provoque un léger mieux, avec le réveil de quelques notes (pointe de badiane, mais aussi de gentiane), plus de présence de plantes aromatiques variées, et un caractère un peu plus médicinal. Conclusion : Un whisky tourbé très correct, bien fait, mais sans grande surprise, un peu trop monolithique peut être pour passer dans la catégorie supérieure. Indication de Prix : Autour de 75 €, LaMDW & cavistes affiliés. Note confirmée : 86/100

ENGLISH SUMMARY : Pale in color, this limited edition was conceived last year as a tribute to VELIER’s 70 anniversary. It is a blended malt made of 3 Islay distilleries, but we don’t know which ones. As usual in the « Elements of Islay » range, it is bottled at cask strength in these amazing laboratory-like 50 cl bottles. On the nose, it take some time to open up but when it does, it shows discrete citrus fruit notes, half-oily, half dry peat smoke notes, some medicinal notes (suggesting some LAPHROAIG presence ?). On the palate, it is a bit tense (the relatively high ABV doesn’t help) and sounds like a more powerful (but a bit thin though) variant of the « PEAT » from the same range. Medicinal, not very fruity or floral, with some liquorice and dry peat smoke. Adding some water will help its drinkabiliy, with some notes awakening such as aromatic plants, some star anise, but also some gentian. To conclude, I will say that a pretty decent whisky, but I find it a tad too one-dimensional to be part of the upper category. Confirmed rating : 86/100

 

 

 torba_elements_of_islay_bm_56.1_r

 

 

 

 

-TULLAMORE DEW 12 ans, Bourbon casks (Sherry cask finish), Edition 2015-Travel Retail/1 litre, ncf, 46 % (SINGLE MALT/République d’Irlande) –Source du distillat: COOLEY distillery (désormais également mentionnée comme KILBEGGAN distillery)

A Noter:Il s’agit de la version « Single Malt » du TULLAMORE DEW 12 ans d’âge, à ne pas confondre avec la version « Blended whiskey ».

Couleur: Vieil or, à reflets dorés, voire ambrés. Nez : Après plusieurs aérations salutaires, une note un rien désagréable et très oxydative (saumure mêlée de rancio lié au sherry ?) accompagnée d’une note soufrée, s’est faite plus discrète et a laissé se développer des notes fruitées (fruits mûrs variés, mais surtout des pommes à cidre, avec pas mal d’acidité, des pommes rouges fraîches et des notes de fruits rouges comprenant des cerises au premier plan, et des groseilles au second, ce qui perturbe un peu le nez conduit d’un côté vers l’acidité et de l’autre vers le sucre). Légères notes beurrées également, et aussi peut être des notes végétales. Bouche: En bouche il en va de même, et l’on met un certain temps à s’habituer à ce mélange acide/sucré issu des notes fruitées d’une part, et ce boisé un peu rancioté et mouillé (apportant un rien d’amertume et de côté un peu renfermé, acide, comme de la saumure) contredit par ce fruité franc issu également du sherry, mais pour moi ce whisky s’est amélioré à chaque dégustation. Mais ces notes franches de fruits rouges et de pommes cuites sont rendues plus compliquées à distinguer en raison de la présence de notes d’arachides, de notes de bourgeon de cassis typiques des whiskeys irlandais, d’autant plus (et je l’ai découvert très tard) qu’elles sont agrémentées de notes végétales (thé vert, thé noir, feuilles de menthe non fraîches-un rien terreuses) qui rendent la dégustation compliquée (ce côté mentholé et végétal on ne l’attend pas du tout), mais aussi fascinante. Tenue à la dilution: Un peu d’eau lisse l’ensemble et le rend plus accessible, mais mine de rien, mets aussi en valeur ces notes si particulières à la fois fruitées et mentholées. Elle réveille aussi d’autres notes fruitées (des esters provenant de la première maturation en fûts de bourbon (fruits jaunes, bonbons anglais, fruits exotiques) mais cela reste modéré.

Conclusion: Un whisky au bord du déséquilibre, quelque peu contradictoire et d’une grande complexité qui a eu besoin de beaucoup d’aération pour donner tout son potentiel. Un whiskey très irlandais en tout cas et une version plus complexe que son équivalent en version blended whiskey (que je recommande également), plutôt différent en fin de compte (plus lisse et classique). Recommandé pour les palais curieux et « ouverts ». Prix indicatif: Autour de 45/55 €, boutiques hors taxes (« travel retail ») & certains cavistes. Note confirmée: 87,5/100

ENGLISH SUMMARY : This is the « Single Malt » version of the 12 years old, not to be confused with the« Blended whiskey » one. The color is from gold to amber, and suggest more sherry than in the blended whiskey version. This expression has been difficult to assess and changed a bit since I opened the bottle, it needed quite some air to get approachable and leave some light sulphur & sour notes behind, but when it did, the whisky could really « take off » and me write more developped tasting notes : The nose is complex and displays varied fruity notes (ripe fruit, cider acidic apples, red apples, cherry and redcurrant notes (cherry on the first ground, redcurrant on the second), some sourness as well, and a more surprising buttery note, plus some green notes as well. On the palate, it take some time to get used to a complex and sometimes contradictory aromatic profile : On one hand I get some wet wood, rancio wood & a bit acidic and sour fruity & green notes, and on the other, more fruity, more typical (blackcurrant buds, peanuts plants) and sugary notes of Single Pot Still style of whisky. What is also a bit disturbing is that those fruity notes get some contradiction from some heavy znd complex green notes (black tea, green tea and overiped tea leaves), with a mentholated & almost earthy note I wasn’t expecting at all. With a few drops of water, this whisky gets more approachable and more balanced, with mentholated notes as well as more estery notes (liquorice allsorts, exotic fruit, quince, yellow peaches). Conclusion : A whisky sometimes on the edge, fragile, but very complex and very interesting to analyze. Give it some time & air and it will rewarding (especially for open-minded consumers). Different (less classical) & more complex than the blended whiskey version (which I also recommend). Confirmed rating : 87,5/100

 

 

 

 tullamore_dew_12_ans_sherry_cask_fin_1_litre_t.r._46_r

 

 

 

 

-WOODFORD RESERVE officiel « RYE », Edition 2018, 45,2 % (RYE WHISKEY, Kentucky, Etats-Unis) :

A noter : Il s’agit d’un assemblage composé de 53 % de seigle, 33 % de maïs et 14 % d’orge. Ce n’est pas une nouveauté à proprement parler, mais disons d’un lancement plus important sur le marché français après son lancement l’an dernier. Merci à BROWN-FORMAN & SO-WINE pour la dégustation de ce whisky le 19/03/2018 au cours d’une soirée qui mettait en valeur le seigle, via également la dégustation de cocktails dédiés (recette en fin de note) et la présentation du travail de l’artisan boulanger Gontrand Cherrier qui avait préparé des pains pour l’occasion selon différents pourcentages de seigle et recettes.

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés. Nez : Très fin, très fondu. Les notes de seigle se reconnaissent, mais ne dominent pas l’ensemble, laissant celles de maïs et même d’orge de s’exprimer. Un nez acidulé, épicé, avec une fine note d’érable, de fruits rouges (entre rhubarbe & cassis, voire fruits des bois). Enjôleur. Bouche : Fine, vraiment fine et fondue (beaucoup de liant), avec de belles notes fruitées (fruits rouges divers plus ou moins acidulés, mais aussi des pommes rouges assez mûres), du miel, et de belles notes épicées (cannelle, girofle, muscade) surmontant un boisé délicat, avec une pointe menthe poivrée en finale. Délicieux, mais un peu timide. Tenue à la dilution : Paradoxalement, pour ce whiskey déjà très fondu, la réaction chimique créée par l’ajout d’eau va raviver un peu toute sa palette, et apporter souplesse et suavité en bouche. Conclusion : Un whiskey de qualité, bien fait, qui fera merveille en cocktail (voir ci-dessous la recette du superbe « Manhattan » dégusté ce soir-là, recette telle que préconisée par le producteur) et peut tout à fait s’apprécier sec, en prenant le temps, car il est excellent, même si plus timide que le « Distiller’s Select » et moins expressif que le « Double Oaked », qui semblent tous deux difficiles à détrôner ! Indication de Prix : PVC :Entre 46 & 49 € €/ Note confirmée : 89,5/100

 

 

woodford_reserve_rye_45.2_2017_red

 

 

ENGLISH SUMMARY: FW (Foreword): This core range new expression from last year (but recently relaunched in France) is a made of 53 % rye, 33 % corn and 14 % barley. I had the opportunity to try this one neat, then in a cocktail (a “Manhattan”-see the recipe below), during a press launch event in Paris, on March, 19 of this year, where French craft-baker Gontrand Cherrier presented 3 different recipes of bread made of rye. Thanks to BROWN-FORMAN, the brand owner & to SO WINE, event organizer agency for the invitation. TN (tasting note): The nose is very melted, and while one can recognize the rye presence, it doesn’t dominate the mix, letting corn & barley notes equally come through. It is acidulous, spicy, with a thin maple wood note, but also red fruit (between rhubarb & blackcurrant, mixed berries) notes. On the palate, It is refined and melted, with beautiful fruity notes (varied red fruit, more or less acidulous, but also ripe red apples), honey, beautiful spices (cinnamon, cloves, nutmeg), topping a delicate oak, with a hint of peppermint on the finish. It may seem a bit shy, but it is delicious. Adding water will enhance this melted palette of flavors, bringing more sweetness & suppleness on the palate. Conclusion: A quality whiskey, well made, which will work perfectly in cocktails (see below the recipe of the gorgeous “Manhattan” I had that night-the producer’s own recipe), but is also quite enjoyable neat, taking your time, because it is excellent, even if I found it more shy than the “Distiller’s Select” or the “Double Oaked’” expressions, two core range classics that seem hard to beat ! Confirmed rating: 89,5/100

 

 

 

woodford_reserve_rye_visuel_cut_sp_recette_manhattan_45.2.
 

 La fiche de présentation du whiskey avec la recette du cocktail présenté lors de la soirée du 19/03/2018 (recentrée sur la recette). Merci à BROWN-FORMAN.

 

 

 

A SUIVRE /TO BE CONTINUED....

 

 

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop