Express Notes No 9

 

 

EXPRESS NOTES No 9 : "DIVERS/MISCELLANEOUS" 2019:

 

 

Sujet publié le : 10/06/2019-Mise à Jour du : 18/06/2019

First published : 10/06/2019-Update : 18/06/2019

 

 Toutes photos © Grégoire Sarafian /Droits réservés sauf si précisé

All pics: © Grégoire Sarafian/Copyrighted, except some that are specified

 

 

INTRODUCTION:

 

Dans ce numéro « mixte » un peu spécial (de transition avec 2 sujets plus spécialisés et plus importants en nombre de whiskies traités), je publierais mes notes de dégustation & impressions concernant des whiskies, mais parfois aussi d’autres spiritueux, soit près de 20 bouteilles au total.

Dans une première partie, je chroniquerais 3 mises en bouteille du négociant & artisan assembleur COMPASS BOX (d’autres notes de dégustation sont à venir dans un sujet qui lui sera entièrement dédié), puis dans une deuxième, 3 whiskies du groupe LOCH LOMOND Group (en attendant d’autres également dans un sujet spécial), ainsi qu’un whisky de la distillerie BRUICHLADDICH & un de la distillerie AILSA BAY, 4 de ces whiskies ayant été dégustés mais aussi samplés lors du mini-salon annuel du whisky de mai dernier à la boutique The Whisky Shop Paris. En guise de bonus, 11 notes brèves de dégustation à propos de ce salon s'y ajoutent désormais ! (Addendum du 15/06/19).

Merci encore aux personnes (que des professionnels, cette fois) qui ont pu contribuer à fournir des échantillons pour ce sujet. Merci donc à Suzi Beney & John Glaser pour les samples de COMPASS BOX, merci à Imogen Bankier, directrice de The Whisky Shop Paris pour son accueil, à Vincent Faesch pour les 2 samples de LOCH LOMOND, à Ibon Mendiguren pour le GLEN SCOTIA (ainsi que pour d’autres chroniques de samples à venir), à Florian Pflieger pour le BRUICHLADDICH, à Damien Anglada pour l’AILSA BAY. Ce geste est grandement apprécié, sans que cela n’affecte d’aucune manière, je vous l’assure, mon jugement sur ces whiskies.

 

 

affinity_compass_box_my smp_wide

 

 

ENGLISH SUMMARY:

In this new “EXPRESS NOTES” number, you will find my new tasting notes about around 20 whiskies, single malts or spirit drinks.

In a first part, you will find my tasting notes about 3 recent COMPASS BOX expressions, one being legally a whisky, two being too experimental or partly too young to enter in the whisky category. Others will follow in a special big topic to be coming soon. In a second part, you will find 3 tasting notes about whiskies from the LOCH LOMOND group (others will follow as well in a special topic as well). There will also be 2 other whiskies (a BRUICHLADDICH & an AILSA BAY) as they were, part of those available to sample during last month's mini-whisky show taking place in The Whisky Shop Paris. As a bonus, 11 other notes (but short ones) about this show have been added today (15/06/19).

Thanks again to the professional staff welcome & contributions for their samples. It is much appreciated, but I have to precise this doesn’t mean my opinion has been biased in any way here. Their names are listed above & associated to their brand, so I won’t double this part in order to make it lighter to read.

 

 

1/ Notes sur 3 créations de la société COMPASS BOX en avant-première du sujet/Express Notes dédié 

(COMPASS BOX, a retrospect) à venir :

(COMPASS BOX Tasting Notes published in this issue, prior to a bigger topic to be coming soon)

 

 

-« AFFINITY », by COMPASS BOX, a SPIRIT DRINK (Calvados casks blended with Scotch Whisky Casks*), Limited Edition 2019, 6028 bouteilles, 46 % (SPIRITUEUX à base de whisky & de Calvados):

A Noter: Il s’agit probablement de la création la plus expérimentale à ce jour de John Glaser, puisqu’elle allie des fûts de Calvados vieux (un « XO »-de 6 ans minium à 10 ans d’âge-chez Christian Drouin, pour 37,5 % du contenu final), avec différents types de fûts (1st fill Sherry casks, refill Sherry butts, French oak barriques) d’un assemblage de whiskies écossais de malt & de grain, dont 13 % de blended Scotch d’origine indéterminée, et 49,5 % du total de l’assemblage composé de single malts, dont 20 % de fûts de la distillerie CRAIGELLACHIE et 29,5 % de fûts assemblant divers single malts des Highlands (dont CLYNELISH, à 60 %, DAILUAINE & TEANINICH à 20 % chacun), en deux blends différents, l’un avec un toastage léger des fûts, l’autre avec un toastage très important (« heavy »). J’ajouterais que comme d’habitude, cette création est disponible en ligne sur le site de la société : www.compassboxwhisky.com-et il vous faudra leur écrire afin d’obtenir une indication d’âge). Ce faisant, le mélange d’un autre spiritueux (rappelons que le Calvados est du jus de pommes fermenté puis distillé, 2 fois dans un alambic à repasse) avec du whisky (ici orge et un peu de grain, distillés 2 fois également dans un type quasi-similaire d’alambics) conduit à disqualifier techniquement & juridiquement cette création en tant que whisky. Ajoutons qu’à ma connaissance, il s’agit de la première tentative officielle d’assembler les deux...

Couleur : Vieil or. Nez : Plutôt fin, plaisant, avec une domination partielle du Calvados, mais pas au point d’écraser la part provenant des fûts de whisky (pas de caractère alcooleux, de solvant comme dans certains Calvados, c’est un bon point). Disons que le Calvados joue « le premier violon » ici. Très habilement, et dès le nez, l’on perçoit les intentions de John Glaser, c’est-à-dire à mon avis utiliser les fûts de whisky comme élément de tempérance du Calvados tout comme, paradoxalement, de mise en valeur de certains arômes issus de ces fûts, afin qu’au final les 2 grands types de fûts (les uns de whisky, les autres de Calvados) se rejoignent. Je m’explique, l’utilisation de fûts de sherry majoritaires induit des notes chaleureuses de pommes cuites, d’épices douces et de vanille, éléments que l’on retrouve aussi dans les fûts de Calvados. Les pommes cuites sont au premier plan, suivies par des notes d’épices douces (cannelle, girofle, voire muscade), puis ensuite de notes de vanille, le tout enrobées dans un écrin finement boisé. C’est un peu timide au nez, mais cela fonctionne. En bouche, l’on retrouve cette même harmonie, avec une légèreté proche de celle du « The Story of the Spaniard », mais de caractère vineux ici. Le palais est délicatement tapissé par de la pomme cuite vanillée légèrement épicée, ce avec une grande douceur, presque de la timidité malgré les 46 % affichés au compteur, mais cela fonctionne selon moi. Tenue à la dilution : Plutôt bonne, mais je serais tenté de recommander de ne pas diluer du tout, ce pour éviter un certain risque d’affadissement des saveurs. Quelques gouttes d’eau permettent d’accentuer le beau fondu originel des saveurs. Conclusion : J’appréhendais cette version très casse-gueule sur le papier, et finalement je la trouve plutôt réussie, sans être un chef d’œuvre non plus (j’aurais aimé un peu plus de complexité et de profondeur), un entre-deux qui bascule quelque peu du côté du Calvados, mais pas complètement et plutôt joliment. Le whisky joue un rôle ambigu à la fois de faire-valoir et de modérateur. Une création assez subtile qui pourrait plaire aux amateurs des 2 spiritueux. Indication de Prix : 124 €, MdW. Rapport qualité/prix légèrement défavorable, comparé à un vieux Calvados XO ou un vieux blended malt de 10 ans d'âge. Note confirmée : 89,5/100

 

 

 

affinity_compass_box_label_detail_capture

 

  Merci à COMPASS BOX pour ce visuel.

 

ENGLISH VERSION :

Note: This bottling is probably John Glaser’s most experimental to date, as it blends old Calvados casks (an “XO”-so minimum 6 years old, to around 10 years old-from Christian Drouin distillery, for 37,5 % of the final content of this blend) & different types (& toast levels) of Scottish whisky casks (1st fill Sherry casks, refill Sherry butts, French oak barriques), some being from an undisclosed blended scotch (so it has some grain in it), then 49,5 % of the total is composed of Scottish single malts, mainly from the Highlands, 20 % from CRAIGELLACHIE distillery, 29,5 % from 2 different blends of Highlands single malts (CLYNELISH, at 60 %, DAILUAINE & TEANINICH at 20 % each), one with heavy toasted casks, the other with lightly toasted casks. As usual, you will find the recipe (& the age of some component on demand only) of this creation on the company’s online website: www.compassboxwhisky.com. By mixing another spirit (Calvados is made of apple cider distilled 2 times in a potstill) with whisky, this creation cannot be disclosed as a whisky, neither technically nor by law. Based on my experience, I think it’s the first attempt ever to mix the two officially...

Color : Old Gold. Nose: Rather fine & nice, with the Calvados partly taking over the whisky, not to the point of crushing it, but, let’s say leading the orchestra (no spirity of heady feel from the Calvados, a good thing). Rather cleverly, one can already understand John Glaser’s intentions when creating this improbable blend: Use the whisky casks to temper the Calvados casks, and at the same time use especially Sherry casks instead of Bourbon casks to enhance the baked apples notes that are common to whisky as well as to Calvados. John then obtains both baked apples, sweet spices & vanilla notes “from both sides”. The apples are forefront, while the sweet & warm spices (cinnamon, cloves, and maybe some nutmeg as well) are on a second ground, followed by the vanilla notes, all thses notes wrapped into refine oak. It is a bit shy, but it works. Palate: One will find the same harmony on the palate, with a lightness that recalls the one from “The Story of the Spaniard”, but with here no winey notes at all. The palate is delicately filled with the baked apples notes, sustained by a spiced vanilla note, with a great sweetness, almost shyly despite the 46 % abv, but it still works for me. With water: A few drops of water can help enjoying the beautiful way the flavors are melted, but more water won’t make the ensemble flat, so careful with it, or just don’t add water to this, which I’m tempted to recommend here. Conclusion: I have to say I was a little worried with this experiment, but, at the end of the day, I think it’s rather well done, with a “middle of the road” side (between Calvados & Whisky) that finally turns more on the Calvados side, and quite nicely. The ambiguous role played by the whisky is interesting, as it is both a conveyer of the Calvados qualities & a moderator of its possible drawbacks (Calvados being sometimes too spirity). A subtile creation that could please to both Calvados & whisky lovers. Price tag: Around 124 €. The price of this bottling isn’t fully satisfying, as it is a bit above compared to a XO Calvados or 10 years old blended malt bottling. Confirmed rating: 89,5/100

 

 

affinity_compass_box_my sample

 

 

 

-« JUVENILES », by COMPASS BOX, BLENDED MALT, Limited Edition 2019 (bottled 09/2018), 14894 bouteilles, 46 % (BLENDED MALT):

A Noter: Il s’agit de la nouvelle édition d’un assemblage initialement conçu en 2004 en hommage au bar à tapas parisien du même nom mené par l’écossais Tim Johnston depuis 1987. John apprécia l’esprit de ce bar et promis de créer cet assemblage qu’il a renouvelé plusieurs fois depuis. Ceci est la dernière version en date, avec toujours la part belle faite à son malt fétiche des Highlands du Nord CLYNELISH (30 % du total, avec 20 % de fûts re-brûlés et reconstitués, le reste issu de fûts de plusieurs remplissages de Sherry de type Butt), mais une dominante du Speyside via les malts STRATHMILL (34 %), BALMENACH (34 %), tous deux en fûts reconstitués avec plusieurs remplissages, et enfin 2 % de GLENDULLAN (fûts de sherry-Butts-de premier remplissage).

Couleur: Or clair. Nez: Très vanillé, mais aussi marqué par les agrumes (avec le pamplemousse & le citron en sorbet-allégé en sucre-au premier plan, et une pointe de clémentine & d’orange), du glaçage pour mille-feuilles, et une certaine acidité perceptible. Joli nez. Bouche : De prime d’abord comme le nez, marquée par les agrumes et la vanille, mais aussi par la poire (sorbet), puis davantage herbacée et épicée (gingembre, piment doux). La note pâtissière est modérée et la sécheresse l’emporte vite sur le reste. Vivacité du distillat, fermeté du chêne et acidité du profil général perturbent quelque peu la sérénité fruitée (l’acidité citrique l’emporte sur le fruité des agrumes) et pâtissière (et compromettent l’expression de quelques beaux esters), davantage que dans la version précédente, et les tannins du bois sont un peu trop présents à mon goût, lui faisant perdre quelques points. Certes le charme inhérent à cette version, qui parvient parfois encore à s’exprimer. Tenue à la dilution : Très moyenne, car elle a tendance à accentuer le tempérament sec et ferme de l’ensemble. Conclusion : Malgré tout assez jeune & agressive, un peu trop ferme et manquant d’équilibre, cette version du « JUVENILES » n’est pas clairement la meilleure (je préfère la précédente ou la première, au profil assez différent), même si cela n’en fait pas pour autant un mauvais whisky. Disons que c’est un whisky intéressant, mais vif, jeune et sans doute plus intéressant en cocktail, ou sur glace que consommé sec. Rapport qualité/prix plutôt défavorable de mon point de vue. Indication de Prix : 120 €, MdW. Note confirmée : 84/100

 

 

compass_box_juveniles_2019_ob_pic_red

Merci à COMPASS BOX pour ce visuel.

 

 

ENGLISH VERSION :

Note: This bottling is the latest edition of a blend initially released in 2004 in tribute to a French tapas (wine, whisky & food) bar in Paris. John Glaser once visited this bar, led by a Scottish man named Tim Johnston (he founded it in 1987), and enjoyed the spirit of the place so he promised to create a bespoke whisky for Tim and so did it and even did several releases of it (so it wasn’t a one-off but a repeated limited release). This bottling still contains his fetish Northern Highland malt CLYNELISH (for 30 % of the total, with 20 % coming from re-charred hogsheads & 10 % from refill sherry butts), but has a majority of Speyside malts in it, with STRATHMILL & BALMENACH (34 % each, and each from refill hogsheads), and a bit of GLENDULLAN as well (first fill Sherry butts).

Color : Clear gold. Nose: A lot of vanilla notes to start with, and also some citrus fruit (grapefruit, lemon in sherbet-light in sugar-at the forefront, then also a hint of clementine & orange), icing sugar for French dessert called “Mille-Feuilles”, and some obvious acidity? Nice nose. Palate: Faithful to its nose, it is first dominated by some citrus fruit & vanilla, but also showing some pear in sherbet, then it gets herbaceous & spicy (ginger, sweet pepper). The pastry note is moderate and quickly the dryness take over anything else. The distillate’s liveliness, the oak’s tightness & the overall acidic profile are disturbing the fruity side of this whisky, and also moderating its pastry side and are crushing some beautiful esters trying to come through. Yes, more than in the previous edition, the oak tannings are a bit too much ahead in this one, making it lose several points at this stage, even if some of its charm remains. With water: Not very good, as water tend to push ahead this firm & dry ensemble. Conclusion: A bit too young, a bit too dry & tight, this expression isn’t clearly the better one I’ve tried (I prefer the previous one, and even more the first one, which had a rather different profile), though that doesn’t mean it’s a bad whisky. Let’s say it is a bit difficult because too vivid (or call it aggressive if you prefer), young & lacking a bit of balance & harmony. So, I suppose it might be more interesting in cocktails or on ice than tasted neat. The quality/price ratio here isn’t in its favor, in my opinion. Price tag: Around 120 € Confirmed rating: 84/100

 

 

 

 -« STRANGER AND STRANGER”, by COMPASS BOX, a SPIRIT DRINK, 46 % (SPIRITUEUX à base de whisky):

A Noter: Cette création particulière est destinée à rendre hommage à 10 ans de collaboration avec l’agence de design « Stranger and Stranger » qui a créé la plupart des étiquettes contemporaines des whiskies de la société COMPASS BOX. La recette de cette création (que l’on ne peut nommer « whisky » car elle comporte un « embryon » de whisky de grain-du distillat très peu vieilli) est la suivante : 80 % de single malt de la distillerie GLENLOSSIE (fûts sur-brûlés reconstitués), puis 14 % de GLEN ELGIN ( fûts de type Butt sur-brûlés), puis 5 % de LINKWOOD (fûts de type Butt de premier remplissage) et enfin (ce qui le disqualifie légalement en tant que « Scotch whisky ») 1 % de whisky de grain très jeune (vieilli moins de 3 ans-j’ai cru comprendre près d’un an...) en provenance de la distillerie GIRVAN.

Couleur: Or à reflets vieil or. Nez: Ce « blended whisky » (qui n’en est pas un légalement juste parce que les fûts du single grain GIRVAN sont trop jeunes) comporte un peu la même base aromatique que le « JUVENILES » en apparence, mais en plus riche et plus équilibré…(le GLENLOSSIE remplace le STRATHMILL plus avantageusement ici à mon sens), avec un redoutable combo herbacé, épicé (gingembre, poivre gris), fruité & végétal (oranges, thé Earl Grey avec une pointe de bergamote). Engageant ! Bouche : Intéressante, et de caractère, nous prodiguant d’abord de la vivacité et un rien d’astringence, avant de s’ouvrir davantage sur le caractère fruité & végétal du malt dominant (GLENLOSSIE, clairement), avec presque des notes pâtissières (pêche melba-& pâte sablée-ça cela peut être aussi la touche LINKWOOD), une élégance boisée et une certaine profondeur. Tenue à la dilution : Remarquable, elle est la clé de ce whisky à mon avis. Les saveurs s’harmonisent en un fondu assez séduisant, complexe et encore une fois faisant ressortir les qualités des deux malts clés de l’ensemble, GLENLOSSIE & LINKWOOD. Conclusion : Un « whisky » de grande qualité, qui exprime ses qualités davantage avec un peu d’eau, avec une certaine personnalité, parfait pour évoquer les 10 années de collaboration fructueuse entre cet excellent designer qu’est Stranger & Stranger et la société Compass Box. Un prix assez élevé, là encore, mais je pressens que quelques vieux fûts ont été utilisés ici, ce qui pourrait l'expliquer (ou pas, à chacun de juger). Indication de Prix : 209 €, MdW. Note confirmée : 91/100

 

 

compass_box_2019_stranger_and_stranger_ob_pic_red

Merci à COMPASS BOX pour ce visuel.

 

ENGLISH VERSION :

A Noter: This particular creation is a bespoke one, in tribute to 10 years of collaboration with the design agency named « Stranger and Stranger » that did create most of contemporary era of COMPASS BOX’s bottle labels. The recipe of this creation that one cannot call “whisky” as it contains an “embryo” of grain whisky (aged less than 3 years old, I mean) is basically the following one: 80 % of GLENLOSSIE (re-charred hogsheads), then 14 % of GLEN ELGIN re-charred butts, also 5 % of LINKWOOD first fill butts, and, last but not least (& that disqualifies it as “Scotch whisky”), 1 % of a very youngly aged grain (around 1 year I heard…) whisky from GIRVAN distillery.

Color : Gold. Nose: This “blended whisky” (which isn’t legally a whisky, because the grain whisky component in it is too young) has almost a similar aromatic recipe from the “JUVENILES” in a way, but only in appearance, as it is richer & more balanced. The GLENLOSSIE casks replace here the STRATHMILL ones more efficiently in my opinion here, with a rather impressive herbaceous, spicy (ginger & grey pepper), fruity & green (oranges, Earl Grey tea with a hint of bergamot) combo. Inviting ! Palate: Interesting, and with quite some character, first providing a lot of liveliness & some astringency, before opening up to a dominating fruity & green character coming clearly from the GLENLOSSIE with also some almost pastry-like notes (Melba peach & shortbread biscuit tart base-possibly coming from the LINKWOOD this time), some elegant oak notes as well as some depth. With water: Remarkable, and the key to enter into this whisky in my opinion. The flavors harmonize now in a seductive & complex blend, and help to show the 2 key malts qualities of this blend, GLENLOSSIE & LINKWOOD. Conclusion: A great quality “whisky”, which expresses itself better with some water, and with enough personality to celebrate with some class the 10 years of this profitable collaboration between Stranger & Stranger and the Compass Box society. A rather hefty price here, but I felt some old casks were used here, so that could explain it (or not, one's choice). Price tag: Around 209 € Confirmed rating: 91/100

 

 

2/ THE WHISKY SHOP PARIS Mini Salon 2019, retour sur 4 whiskies incluant 2 whiskies en avant-première du sujet/Express Notes dédié (LOCH LOMOND Group malts)...plus 1 inédit lié au récent Campbeltown festival...:

 

 

tws_2019.04.06_mini_salon_gene_llg_view

 

 

-LOCH LOMOND officiel 12 ans, Edition 2019, Bourbon matured (90 % de 2nd fill, 10 % de 1st Fill), 46 % :

A Noter: Je reviendrais plus longuement sur le sujet lors de mon numéro spécial d’ “Express Notes” consacré aux différents whiskies & distilleries du groupe LOCH LOMOND, mais notons une particularité importante pour cette distillerie, à savoir la combinaison d’alambics à colonne (car la distillerie produit également un whisky de grain) avec des alambics à repasse de 2 types, l’un traditionnel (“Pot Still”), l’autre avec rectificateurs (“Lomond Still”), les 2 derniers étant combinés pour la production de ses single malts, fait unique en Ecosse (bien que par le passé, les distilleries BEN NEVIS ou LOCHSIDE, par exemple, avaient la possibilité de produire des single blends), sans parler des 8 désignations nominatives différentes pour ses whiskies, ce qui a de quoi faire perdre la tête.

Couleur: Vieil or. Nez: Fin, fruité (fruits secs, dont abricots, raisins & dattes), puis très vite marqué par des notes végétales typiques de la distillerie: Verveine, thé vert (voire même Earl Grey), champignons…Un léger boisé se fait également sentir. Bouche: Fidèle au nez, donc fruitée & végétale avant tout (avec notamment de belles notes et thé vert et de verveine), avec un rien d’acidité voire d’aigreur. Quelques épices douces sont également présentes, puis survient une pointe florale (violette) de bon aloi. Un bel équilibre mais que l’on sent fragile, pour un profil aromatique assez inhabituel, même pour un Highlander. Tenue à la dilution: Ne pas trop diluer, pour ne pas le déséquilibrer. L’ajout d’eau a tendance à susciter davantage le caractère légèrement aigre de ce whisky (un peu comme les jeunes TOMATIN), et renforcer son caractère végétal (déjà très présent, et qui peut déconcerter un palais non averti). Conclusion: Un single malt résolument différent, très végétal & fruité, un rien floral et boisé aussi, légèrement épicé, à réserver aux esprits ouverts. Indications de prix: Autour de 50 €, et actuellement à 59 € à la MdW. Note confirmée: 87,5/100

 

 

tws_2019_loch_lomond_12_ans_ob

 

 

ENGLISH VERSION :

Note: I will come back on my website later on about several whiskies & the 3 different distilleries part of the LOCH LOMOND Group in a special bigger “Express Notes” entirely devoted to these brands, but for now let’s just recall a very important specificity of LOCH LOMOND distillery that is the fact they are using 3 kinds of stills to produce single grains as well as single malts, one being Column stills (for the single grain), the others being traditional Pot stills & finally another kind called “Lomond stills” (Pot stills but with rectifiers on it), the 2 lasts used to produce typical LOCH LOMOND single malts. This combination of stills within the same distillery is unique in Scotland (though in the past BEN NEVIS & LOCHSIDE, for instance, did have 2 different kinds of still to produce “single blends”). There are 8 different brand names to associate with LLG, which is also rare & can make one scratch his head to understand why.

Color: Old gold. Nose: Refined, fruity (dried fruit, including apricots, sultanas & dates), then quickly influenced by the typical green notes of the distillery: Verbena, green tea (even some Earl Grey), some mushrooms…Some light oak is coming through as well. Palate: Faithful to the nose, so fruity & green before anything else (with nice green tea & verbena notes), with some acidity & sourness. Some sweet spices are coming through too, and then a welcomed hint of heady flowers (violet). A nice balance but that one can feel fragile, for an unusual whisky aromatic profile, even for a Highlander. With water: Do not dilute this whisky too much or you will break its balance, as water tends to excite the sour character of this whisky (a bit like some young TOMATINs) and enhanced its green side too much (as it is already at the forefront, it might unsettle a newbie. Conclusion: A resolutely different single malt, very green & fruity, a bit floral & oaky too, a bit spicy as well, for open-minded people. Price tag: Around 50 €, sometimes more. Confirmed rating: 87,5/100

 

 

-INCHMOAN officiel de 25 ans “1992” (bottled in 2017), Peated, (Loch Lomond distillery), 48,6 %:

A Noter: “INCHMOAN” (“l’île de la tourbe”) est l’une des appellations réservées aux versions tourbées du single malt LOCH LOMOND. Cette version utilise de la tourbe locale a 50 ppm, est élevée en fûts ayant contenu du Bourbon de second remplissage (force du brûlage des fûts non précisée).

Couleur: Or, à reflets vieil or. Nez: Fin, végétal, malté, profondément marqué par la fumée de tourbe mais elle demeure modérée. Un nez agréable et très fondu (amandes, vanille, épices douces, voire un rien orientales ou asiatiques), proposant également des notes de fruits confits et de fruits secs (raisins secs, abricots et dattes). Bouche: Elle est fidèle au nez, et est également très fondue, très complexe & harmonieuse: C’est un magnifique mélange de notes délicatement boisées, doucement épicées (épices douces, voire exotiques-difficile à dire), joliment fumées (thé Lapsang Souchong, rappelant un vieux LAGAVULIN) & végétales (mélange de thé vert & de thé noir, notes de sous-bois), florales & fruitées (fruits confits, fruits secs dont amandes et abricots, raisins secs et agrumes-dont du pamplemousse et du citron confit), pointe de cuir, de la vanille noble en arrière-plan, donc, oui, pas mal de complexité. Tenue à la dilution: N’ajouter que très peu d’eau (juste quelques gouttes), pour conserver la subtilité de ce whisky. De délicates notes de verveine (que l’on trouve dans les jeunes LOCH LOMOND) apparaissent, ainsi que d’autres notes de plantes aromatiques comme l’estragon. Conclusion: Un magnifique whisky, très subtil et très complexe, d’un bel équilibre et d’une certaine élégance. Indication de Prix: Autour de 160 € à sa sortie, actuellement autour de 230 € en moyenne via Whisky Base, et 275 € à la Maison du Whisky.Note confirmée: 92/100

 

 

tws_2019_inchmoan_1992_25_ans_peated

ENGLISH VERSION :

Note: “INCHMOAN” (meaning “The Island of Peat”), is one of the peated expressions of LOCH LOMOND single malt. This expression uses local peat (at 50 ppm) and is matured in second fill ex-Bourbon casks.

Color: Gold, with old gold reflections. Nose: Refined, green, malted, deeply marked by peat smoke but remaining moderate. It is a pleasant nose, with everything very melted (almonds, vanilla, sweet spices, almost Oriental ones if not Asian. Then some nice candied fruit & dried fruit notes are coming through (sultanas, apricots & dates). Palate: Faithful to the nose & very melted as well, the palate is very complex & harmonious: It is a magnificent blend of delicately oaky, softly spiced (sweet spices, some probably exotic-hard to say), nicely smoky (notes of Lapsang Souchong tea, reminding me of an old LAGAVULIN) notes, with subtle green notes as well (a blend of black & green tea, some forest moss as well), floral & fruity (candied fruit, dried fruit including apricots, almonds & sultanas, but also citrus fruit: grapefruit & candied lemon), but I also get some leather, noble vanilla (on the background), so yes, quite some complexity there. With water: I do not recommend to add a lot of water to this one, but rather a few drops, in order to keep the subtlety of this whisky at a high level. With a few drops of water, some delicate verbena notes appear (like those one can find in young LOCH LOMONDs), as well as other botanicals, such as tarragon. Conclusion: A magnificent whisky, very subtle and very complex, with a beautiful balance and some elegance. Price tag: Around 160 € when it was released, now around 230 € (average price on Whisky Base) to 275 € at La Maison du Whisky or even more elsewhere. Confirmed rating: 92/100

 

 

 

-AILSA BAY n.a.s. “SWEET SMOKE”, “Release 1.2”, 2019, peated (22 ppm), 48,9 %:

A Noter: Il s’agit du single malt (modérément tourbé) produit depuis 2016 (première sortie) par une distillerie récente, AILSA BAY, fondée en 2007, appartenant au groupe William GRANT & Sons. Elle fut construite principalement pour alimenter les blended whiskies de la société, d’ou une capacité de production conséquente (12 millions de litres d’alcool pur par an). Pour cette version, conçue par le maître-assembleur du groupe Brian Kinsman (qui a succédé il y a quelques années à David Stewart), du chêne neuf a été utilisé, ainsi que ce que la distillerie a nommé “micro-maturation”, soit 9 mois de passage en fûts de petite taille (de 22 litres, 30 litres ou 61 litres) ayant contenu du Bourbon de la distillerie américaine Tuthilltown Spirits LLC (située dans l’Etat de New York) qui produit le HUDSON “Baby Bourbon” (du Bourbon seulement âgé de 4 mois, élevé en petits fûts et vendu en bouteilles de 35 cl), entre autres.

Couleur: Or clair, à reflets vieil or. Nez: Tourbé (modérément mais distinctement), avec quelques esters (bonbons anglais, poire, ananas), très vite au second plan, il est très plaisant et fait preuve d’une maturité étonnante pour un whisky que l’on devine jeune (évidemment la seconde maturation en fûts de petite taille explique aussi cela). Bouche: Légèrement picotante et assez sèche, elle est marquée par une certaine acidité, mais fait assez vite preuve d’une belle texture grasse en bouche, avec des agrumes (pamplemousse et citron en sorbet en tête), une belle tourbe pas totalement sèche, une jolie note de badiane, des épices (le gingembre domine), et se termine sur une délicieuse note de pâte d’amandes allégée en sucre. Tenue à la dilution: L’ajout d’un peu d’eau apporte de l’harmonie, un certain fondu des saveurs, une pointe de chlorophylle et évoque alors un style modérément marin et un rien médicinal entre CAOL ILA et LAPHROAIG, mais aussi, plus « continental », le style d’un ARDMORE. Très agréable ! Conclusion: Un jeune single malt très bien fait, modérément tourbé, équilibré, prometteur, que l’on pourrait confondre à l’aveugle avec un ARDMORE ou même avec un Islay de négoce. Indication de Prix: Autour de 70 € chez The Whisky Shop jusqu’à 85 € (MdW). Note confirmée: 89/100

 

 

tws_2019_ailsa_bay_sweet_smoke_1.2_release 1

 

 

ENGLISH VERSION :

Note: This medium peated single malt is produced since 2016 (first release) by a recent distillery, AILSA BAY, founded in 2007 and which belongs to the William GRANT & Sons group. It has been built mainly to provide malt for the company’s blended whiskies, and that is also shown by the huge production capacity (12 millions of liters of pure alcohol per annum-“LPA”). For this expression, conceived by the group’s master-blender Brian Kinsman (who replaced David Stewart a few years ago), some new oak has been used as well as a small casks finishing (called “micro-maturation” by the distillery), meaning 9 months of further maturation in small casks (from 5, 7 to 14 gallons) provided by the American New York state located Tuthilltown Spirits LLC distillery. They produce, between other things, what they call “Baby Bourbon” (a Bourbon matured during only 4 months but in small casks and sold in 35 cl bottles).

Color: Gold, with old gold reflections. Nose: Peated (moderately but distinctively), then estery (English liquorice all sorts, pear, pineapple), but not for a very long time, it is a very pleasant nose of an amazing maturity for what we guess probably is a young whisky (sure the second maturation in smaller casks can explain that). Palate: At first a bit prickly, thin & dry, it has some acidic feel on the palate, but fortunately it quickly gets more fat, with some citrus fruit (grapefruit & lemon sherbet on the front), a half dry peat, a lovely star anise note, some spices (the ginger dominates), and finishes on a delicious (light in sugar) marzipan note. With water : A few drops of water brings some harmony, a better blend of flavors, a hint of chlorophyll, and some maritime as well as medicinal taste somewhere between CAOL ILA and LAPHROAIG, or more on the “mainland”, the ARDMORE style. Conclusion: A very well made young single malt, moderately peated, well balanced, promising, that one could taste blind and swear it is an ARDMORE or even an independent Islay. Price tag: Around 70 € at The Whisky Shop, but can go over 80 € at some places (85 €, La Maison du Whisky). Confirmed rating: 89/100

 

 

 

-BRUICHLADDICH officiel “ORGANIC”, millésimé “2009”, mis en bouteille en 2017 (environ 8 ans), mais commercialisé (en tout cas en France) qu’en 2019, ncf, nc, 50 %:

A Noter: Un distillat ayant obtenu la certification de culture “biologique” (ce qui signifie notamment que l’orge utilisée dans ce whisky a été produite sans ajout de pesticides ni d’OGM) et élevé dans des fûts de chêne ayant contenu du Bourbon, mais aussi dans d’autres fûts ayant contenu du whisky de type Tennessee. Non filtré à froid, non coloré.

Couleur: Or clair. Nez: Alors que cette version n’est pas censée être tourbée, je perçois une légère note de fumée malgré tout (probablement issue du brûlage des fûts). Légère note fermière, miel, herbes sèches, épices (gingembre, poivre noir), quelques rares agrumes en arrière-plan et…beaucoup de bois sec. Un certain charme indéfinissable cependant. Bouche : Beaucoup de puissance (boisé tannique, sec, épices, herbes sèches) évoquant soit l’élevage en racks (chais modernes avec des fûts probablement à plus de 10 mètres du sol), soit l’utilisation intensive de fûts neufs. La bouche reprend les notes du nez mais peine à les détailler, comme si pour une fois « fondu et fermeté » pouvaient aller de pair. Assez déconcertant, mais l’ensemble dégage malgré tout un certain charme, un style unique, allant de la note légèrement fermière (qui se développe davantage dans les PORT CHARLOTTE), des agrumes et du miel (courants dans d’autres whiskies de la distillerie) et des épices puissantes. Pour couronner le tout, je retrouve cette agréable & élégante légère trace de fumée (« woodsmoke » ?) en finale. Tenue à la dilution : Bien mieux, même si le chêne demeure ferme (ne pas trop diluer), et c’est là encore le secret pour mieux apprécier cette version…Belle note de cire, davantage de miel d’acacia, d’agrumes (pamplemousse, limonade), soupçon de thé au jasmin, joli boisé malgré sa fermeté. Conclusion : Un joli BRUICHLADDICH mais aussi un whisky difficile dans l’absolu, demeurant assez fermé (d’ou la note chiffrée mitigée, minorée d’environ 2 points), mais qu’un peu d’eau aide à découvrir et apprécier davantage. Indication de Prix : Autour de 80 €, cavistes. Note confirmée : 85/100

 

 

tws_bruichladdich_2009_the_organic_2009_gp

 

Merci à The Whisky Exchange pour cette photo !

 

ENGLISH VERSION :

A Noter: This BRUICHLADDICH has been certified “organic” (which means mainly that the barley used for this whisky has been produced without pesticides and doesn’t come from GMO production). It has been matured partly in ex-Bourbon casks, partly in ex-Tennessee casks. Bottled in 2017, this expression hasn’t been apparently been presented before this year in France. It is, as always for every expression from this distillery, non colored & non chill filtered.

Color: Clear gold. Nose: While it is said regular BRUICHLADDICH aren’t peated, for me this one has a slight smoky note that could come from the wood charring. I’m also getting a light “farmy” (not really manure, let’s rather say stable) note, some honey, dried herbs, spices (ginger, black pepper), some rare citrus fruit on the background, and...a lot of dry oak. Some strange undefined charm though is coming through. Palate: A lot of power (dry, tannic oak, dried herbs), that is for me the sign of rack maturation (modern warehouse with palletised casks that could stand at 10 meters high from the ground) or the intensive use of new oak casks. The palate is faithful to this tight nose, but with at the same time a “tight & melted” ensemble of flavors that defies identification for me. This is really challenging, but despite this, manages to display some charm, a unique style, from some “farmy” notes (more familiar in the PORT CHARLOTTE bottlings) to some citrus fruit & honey (usual in other BRUICHLADDICHs), and powerful spices. To underline that, once again I feel that light but elegant & quite pleasant smoky note on the finish (“woodsmoke”?). With water: Much better, even if the oak remains tight. This is the secret to really enjoy this expression in my opinion….Nice waxy note now, more acacia honey notes, more citrus fruit (grapefruit, citrus lemonade), a hint of jasmine tea, nice wood despite its firmness. Conclusion: A nice BRUICHLADDICH, but also a difficult whisky in the absolute, remaining a bit too closed (that’s why I had to lower my rating, almost of 2 points), even if a few drops of water can help understand & enjoy this whisky. Price tag: Around 80 €, at retailers. Confirmed rating: 85/100

 

 

 

3/ DEGUSTATION Spéciale en marge du Sujet LOCH LOMOND Group / LOCH LOMOND Group brands, a special bottling review :

 

 

-GLEN SCOTIA officiel de 15 ans d’âge, tourbé (Peated) “2003”/« RUM Cask finish » (Campbeltown Festival 2019 Limited Edition), ncf/nc, Cask Strength, 51,3 %:

A Noter: Cette édition limitée à un peu moins de 3000 bouteilles (entre environ 2100 & 2700) est destinée à célébrer le festival 2019 de Campbeltown. Elle a été vieillie environ 15 ans dans des fûts ayant contenu du Bourbon, puis affiné durant 8 mois dans des fûts de rhum de Guyane de type Demerara et de taille/type Puncheon (entre 320 et 500 litres habituellement).

Couleur: Or à reflets vieil or. Nez: Belle influence modérée mais présente des fûts de rhum, tout en laissant le caractère de la distillerie s’exprimer. Canne à sucre, fruité (fruits exotiques dont ananas, coing, citron confit), floral, un rien végétal (thé vert & thé noir), vanillé (modérément, en arrière-plan), légère note marine et une belle note fumée au second plan, peut-être liée à une discrète note de réglisse. Bouche: J’aime beaucoup cette alliance à la fois fruitée (reprenant les notes du nez) et tourbée qui s’exprime, tout comme le caractère de la distillerie, incluant très vite de belles notes épicées assez complexes (gingembre, poivre noir & blanc, poivre 5 baies), des notes végétales également typiques (thé vert, thé noir, notes de sous-bois humide-mousse, champignons), une pointe de réglisse noire, et comme une note de gaufre (vanillée) à la vergeoise. Joli boisé modéré également. Tenue à la dilution: Belle souplesse avec quelques gouttes d’eau, note un peu mentholée, accentuation du fondu (vanille, ananas, coing, poivre/gingembre, thé vert & noir) très plaisant. Ne pas trop diluer (l’eau est par ailleurs dispensable, ici, à mon avis). Conclusion: Une belle édition spéciale pour le festival annuel de la presqu’île de Campbeltown, alliant charme discret, complexité de saveurs et du caractère...Bravo au maître-assembleur ! Indication de Prix: En vente en ligne au Royaume-Uni ou en Europe continentale entre 64 et 75 € (voir ci-dessous, un lien conseillé). Note confirmée: 91/100

Un grand Merci aux personnes suivantes par rapport à cette version :

1/ à Ibon Mendiguren (ambassadeur pour le Loch Lomond Group) pour le généreux sample

2/ à Christophe (R., il se reconnaîtra) pour m’avoir mis en contact avec le fournisseur de ma bouteille

3/ à Martin Fischer du site en ligne allemand “Whisky Maniac” pour avoir pu me livrer en France cette édition limitée à un prix correct, aussi je me permets de vous recommander son site :

Acheter ce whisky (et d'autres le cas échéant!) chez Whisky Maniac (Allemagne)

 

 

 

 tws_glen_scotia_2003_rum_cask_fin_51.3_big

 

 Merci à The Whisky Exchange pour cette photo !

 

ENGLISH VERSION :

Note: This bottling is a limited bespoke edition (less than 3000 bottles-say probably between 2100 & 2700) to celebrate this year’s Campbeltown festival. It has been matured during approximatively 15 years in ex-Bourbon casks and then finished 8 months in Guyana Demerara rum barrels called Puncheon (usually they contain 320 to 500 liters).

Color: Gold, with old gold reflections. Nose: Beautiful influence of the rum casks (moderate but expressive), while the maritime distillery house style can still shine. Among the notes that are coming through, there is some sugar cane, a nice fruit basket (exotic fruit including pineapple, but also candied lemon and quince), some flowers, some green notes as well (black & green tea), some vanilla (moderate, on the background), a slight maritime note, and a beautiful smoky note on the second ground, possibly married with a discrete black liquorice note. Palate: I have to say I like a lot this alliance of fruit & peat that is coming through here, faithful to the nose, but also the distillery character, including some complex & beautiful spicy notes (ginger, black & white pepper, Chinese 5 berries pepper), some typical green notes (black tea, green tea, damp forest moss & mushrooms notes), a hint of black liquorice, and something like a vanilla & “vergeoise” flavored waffle (“vergeoise” is a kind of crystallized brown sugar, cooked with first beetroot cane juice & with some molasses added-it is very closed to the “cassonade” that uses more sugar cane). Nice oak presence too. With water: This whisky offers a beautiful suppleness once diluted with a few drops of water. Some menthol notes are then coming through, as well as more melting of the flavors (vanilla, pineapple, quince, pepper/ginger, black & green tea), and it is very pleasant. Please do not dilute this one too much (for me water isn’t mandatory here). Conclusion: A beautiful special edition for the annual Campbeltown festival that combines a discrete charm with some flavors complexity, and some character as well…Congrats to the master-blender! Price tag: Around 64 to 75 € (see below link for a recommended online shop where you can find it). Confirmed rating: 91/100

A big thank you to the following persons for the review of this whisky :

1/ To Ibon Mendiguren (Loch Lomond Group brand ambassador) for his generous sample

2/ To Christophe (R., he’ll recognize himself) for his help to find the online shop below to get this bottle

3/ To Martin Fischer from the German online shop “Whisky Maniac”, for delivering this limited edition whisky into France, and this at a decent price, so I felt it was natural for me to recommend you his online shop’s website:

Shop this whisky (& others if you like !) at Whisky Maniac (Germany)

 

 

 

4/ QUATRE DEGUSTATIONS sur échantillon au sujet du Mini-Salon à THE WHISKY SHOP PARIS (06/04/2019), voir aussi plus loin :

(Prior to a summary of The Whisky Shop Paris mini-whisky show-see below further on-here are 4 REVIEWS after samples)

 

 

Il y a deux mois je me suis rendu au salon organisé par The Whisky Shop Paris, un mini-salon présentant une cinquantaine de whiskies & autres spiritueux (cognacs, armagnacs, gins-et coin cocktail) pour seulement 12 € en réservation en ligne et 15 € sur place, plus 2 € minimum pour une tombola permettant de gagner un TALISKER 25 ans d’âge ! J’ai apprécié l’ accueil chaleureux par la patronne des lieux (Imogen Bankier) proposant même un vestiaire gratuit dont elle s’occupait elle-même...Je lui tire mon chapeau. Une proposition exemplaire en termes de rapport qualité/prix et de rares opportunités de dégustation pour certaines références. Pour résumer, en plus des 4 whiskies déjà chroniqués ci-dessus, voici quelques mots sur d’autres moments de dégustation intéressants lors de ma visite (ainsi que quelques bémols), avec de brèves notes de dégustation (sans note chiffrée ou de estimations):

 

 

tws_paris_mini_salon_2019.04.06_vue_gene

Un franc succès (mérité) pour le 2ème mini-salon du Whisky organisé par The WHISKY SHOP Paris...Ici, les premiers stands à l'entrée de la boutique,

le salon était sur 2 niveaux...

 

 

ENGLISH VERSION : Two months ago I went to a mini-show organised by The Whisky Shop Paris, a mainly whisky show but also presenting some Armagnacs, Cognacs & gin, with a cocktail corner (around 50 spirits to taste), for only 12 € online booking & 15 € on site, plus a (2 € minimum) raffle to win a TALISKER 25 yo ! I enjoyed the warm welcome from the shop’s director (Imogen Bankier) who was herself at the shop’s entry & taking care of a free cloakroom...Kudos to her for that. This show was an exemplary proposal in terms of quality/price ratio & some rare tasting opportunities for some references. Here are other notes (to add to the first 4 ones above) that are shorter but do summerize the interesting tastings I have done there (including some less successful ones), here in short notes size (so with no rating or just some estimations):

 

-BUNNAHABHAIN officiel/Limited Release de 20 ans (distilled 22/11/97-Bottled 26/04/18), “Palo Cortado Cask finish”(Sherry), 1620 bouteilles, 54,9 % (Islay, ECOSSE/SINGLE MALT):

Mon premier whisky dégusté ce jour là (donc palais bien disposé) et ce fut une chance. Cette édition limitée est d’une grande finesse & d’une complexité certaine. Bel équilibre entre épices douces, fumée de tourbe modérée, fruits secs & quelques notes marines (sel, embruns) et végétales (thé noir, notes de sous-bois), fleurs variées, avec une influence modérée de ce Sherry très particulier qui hélas donne souvent bouteilles très chères, comme ici (entre 379 & 500 €). Au positif, cette modération permet au caractère de la distillerie de bien s’exprimer. Première impression très positive donc, et note estimée à 90-92/100.

EN: The first dram I had that day (so in good conditions) and that was a chance. This limited edition has quite some complexity and is of a great refinement. Beautiful balance between sweet spices, moderate peat smoke, dried fruit & some maritime notes (salt, seaspray), green notes (black tea, forest moss), varied flowers, with a moderate influence of that very particular Sherry that often makes bottles prices go very high, as it is here (from 379 to 500 €). On a good side, this moderated finish lets the distillery character come through. Very positive first impression, with a rating estimated at 90-92/100

 

 

tws_paris_ms_2019.04.06_bunna_1997_palo_cortado_r

 

 

-TOBERMORY 15 ans “Marsala Cask finish”, Edition 2017, 1200 bouteilles, 56,2 % (Isle of Mull, ECOSSE/SINGLE MALT):

L’antithèse du whisky précédent, avec un affinage qui écrase le style si délicat de la distillerie (tout comme hélas les premières versions affinées, elles, en fûts de Sherry Oloroso): Trop tannique, trop vineux, trop épicé, il ne présente pour moi que peu d’intérêt, et à autour de 130 € en moyenne, encore moins. Je reste cependant curieux du nouveau 12 ans, qui semble avoir une maturation plus naturelle.

EN: For me this one is clearly the exact opposite of the previous one, with a finishing that crushes the so delicate distillery character (as it was with first versions of it, finished in Oloroso Sherry): Too tannic, too winey, too spicy, this one has for me not much interest & around 130 € (average price found) the bottle even less. I am still curious of the new 12 years old though, that seems to have a more natural maturation.

 

 

tws_paris_ms_2019.04.06_tobermory_15_ans_marsal_fin

 

 

-BALVENIE 21 ans “Portwood’ (finition en fûts de Porto de 30 ans d’âge), 2019, 40 % (Speyside, ECOSSE/SINGLE MALT):

De passage sur le stand pour déguster le nouveau AILSA BAY (voir plus haut) qui appartient également au groupe William GRANT & Sons, je repère des versions déjà dégustées récemment par ailleurs (dont l’excellent 14 ans “PEATWEEK”), et remarque le retour du prestigieux 21 ans “Portwood” (un temps plus disponible ici). Remarquablement équilibré, sans doute moins exubérant que par le passé. Son caractère très confituré (abricots, oranges) s’est certes assagi, mais il demeure un bien beau BALVENIE et parmi les plus fruités. Le prix a hélas grimpé entre temps autour de 210-250 €.

EN: While I was on the William GRANT & Sons stand to taste the new AILSA BAY (see above) which belongs also to this company, I saw other expressions I had already tasted (such as the excellent 14 y.o. “Peatweek”), but noticed the comeback of the prestigious 21 y.o. “Portwood” (that was for some time not available, at least here). Remarkably balanced, it is for sure less exuberant than before, with its very jammy (apricots & oranges driven) style moderated, but it remains one of the most beautiful BALVENIE’s around & one of the most fruity too. Its price has alas increased over the years and one can find it now around 210-250 €.

 

 

tws_paris_m.s.2019.04.06_balvenie_x3_inc_21_pw_r

 

Une partie de l'offre de chez William GRANT & Sons ce jour là (le 21 ans testé est au milieu), il y eu aussi l' AILSA BAY & d'autres The BALVENIE,

comme l'excellent 12 ans First fill Bourbon (Single-Barrel)

 

 

 

-CLYNELISH officiel/The Special Releases (Edition 2014), n.a.s. (environ 16 ans d’âge), First fill Bourbon casks & French oak casks, 54,9 %:

Même si ce n’est pas une édition récente, une telle opportunité de dégustation ne se refuse pas ! Un nez très fin, un palais très léger malgré le titrage plus que décent, avec des notes typiques de la distillerie hélas peu présentes (cire, moutarde à l’ancienne, herbes sèches) ou en tout cas très fondues entre elles. Un malt complexe, plutôt bon, mais un peu frustrant car je m’attendais à davantage de “spectacle”. Si j’avais à l’estimer en termes de notes chiffrées il irait jusqu’à 90/100, mais sans doute pas au delà. En revanche, à 695 € (prix indicatif communiqué), c’est totalement excessif et dispensable.

EN: Even if it isn’t a recent edition, this kind of tasting opportunity is so rare one cannot refuse to take! The nose is sharp & refined, the palate is very light despite its more than decent abv, with some typical distillery house style alas not quite there (the wax, the “ancient style” mustard spicy notes, the dried herbs) or a bit too melted together. A cmplex malt though, rarther good, but a bit frustrating for me (I was expecting more “oomph”, more “action”). If I had to rate it, I’ll estimate it to 90/100, but probably not more. However, at around 695 € (RPP), it is totally crazy & makes this whisky nonessential.

 

 

 

tws_paris_m.s.2019.04.06_clynelish_s.r._2014

 

 

 -The SINGLETON of DUFFTOWN officiel/The Special Releases 28 ans (distilled in 1985, bottled in 2013), Bourbon casks, 3816 bouteilles, 52,3 %:

Un whisky très malté, marqué par un fondu mi-boisé, mi-céréalé qui s’achève sur des notes tanniques décevantes. Correct, mais pour l’âge et le prix (autour de 365 €), franchement,“je passe” sans hésiter une seconde.

EN: A very malted whisky, half-oaky, half-cereal driven that finishes in a too oaky (tannic) note, rather disappointing. It is decent, but for the age & the price (around 365 €), this is without a doubt forgettable.

 

 

tws_paris_m.s.2019.04.06_singleton_of_dufftown_28_a_2013

 

 

-OCTOMORE 9.1 « Dialogos » 5 ans d’âge (156 ppm), « Scottish Barley », 42000 bouteilles, 59,1 %:

Jolie version typique, « modérément tourbée » (voir mes explications exclusives du secret d’Octomore sur le site !- tapez « Masterclass Bruichladdich » dans la barre de recherche), apparemment aussi intéressante que la 8.1 (que j’avais adoré). Je reste aussi nostalgique de la riche version 8.3...-Autour de 195 €. Cher mais très bon...

EN: A nice expression, “moderately” peated (see my unique explanations of Octomore’s secret on my website !-tape “Masterclass Bruichladdich” & you’ll know), apparently as interesting as the 8.1. (which I loved). I’m also nostalgic of the 8.3. Around 195 €. Expensive, but very good.

 

 

tws_paris_m.s._2019.04.06_octomore_9.1

 

 

 

-OCTOMORE 10.1 « Dialogos » 5 ans d’âge (« Ten Years »-Anniversary Edition), 42000 b., 59,8 %:

Plutôt bonne aussi, mais un peu plus alambiquée (Bourbon, Porto, Cognac, Virgin oak casks), ça fait un peu beaucoup. -Autour de 229 €, donc tout à fait dispensable à ce prix.

EN: Rather good as well, but a bit more difficult I have to say, with its multiple maturation (Bourbon, Porto, Cognac, Virgin oak casks), it’s a bit “too much” for me. At 229 € the bottle, this one is for me nonessential.

 

-BLACK ART (Bruichladdich distillery) 06.1 de 26 ans (distilled in 1990, bottled in 2018), « Unpeated », recette (type de fûts) secrète, 18000 bouteilles, 46,9 %:

Fin, complexe, mais ne se livrant jamais totalement, elle est plutôt bien faite, mais hélas un peu vineuse. Personnellement je n’ai jamais vraiment accroché à cette série  (c'est la troisième édition que je déguste), et ce à tout point de vue (packaging opaque, assemblages avec trop souvent des fûts de vin rouge, manque d’expressivité, sans parler du prix excessif, ici autour de 349 €…).

EN: Refined, complex, but never opening up really, it is rather well made, but alas a bit too winey for me. I never really understood all the fuss about this series honestly (and it is the third edition of this series I am tasting), and this about everything (opaque packaging, recipes often including too often red wine casks, lack of expressivity, too hefty price-here around 349 €).

 

 

 

tws_paris_m.s._2019.04.06_stand_bruichladdich

Beaucoup de choses à déguster chez BRUICHLADDICH (le "Black Art" est vers la gauche), comme souvent, j'y reviendrais certainement...

 

 

*Cognacs & Armagnacs LHERAUD :

J’ai apprécié le Bas-Armagnac « 1987 » Tenarèze (Baron Gaston Legrand) et son joli rancio, ses profondes notes fruitées, mais sans doute davantage les Cognacs: Signalons un joli 20 ans « Petite Champagne », 43 %, à environ 125 €, un très fondu mais floral & fruité 40 ans d’âge, 44 %, à 225 €, mais sur ce stand, ce que j’ai préféré ce sont les suivants, deux splendides millésimes (hélas bien trop chers à mon avis, comparé à d’autres marques) :

EN: I did enjoy the nice rancio & deep fruity notes in the 1987 Bas-Armagnac quoted above, but probably more the Cognacs: Let’s point for instance the 20 years old (details above), nicely made, or this very melted but beautifully floral & fruity 40 y.o. (details above), but my favorite where the 2 following ones, vintages, but alas too expensive compared to other brands):

 

 

 

tws_paris_m.s._2019.04.06_st_cognacs_lheraud

L'offre généreuse de la famille LHERAUD pour ce salon, à gauche 2 Bas-Armagnacs, puis les Cognacs.

 

 

 -COGNAC LHERAUD « Fins Bois », millésimé « 1979 », mis en bouteille en 2018, S.C. N° 0570, à 48 % (450 €) :

Un profil non commercial, un rien austère, végétal, mais bien intéressant (thé noir, thé vert, réglisse, fin boisé).

EN: A non-commercial aromatic profile, rather austere, green, but very interesting (black & green tea, liquorice, refined oak).

 

-COGNAC LHERAUD « Petite Champagne », millésimé « 1969 », mis en bouteille en 2018, S.C. N° 0894, à 48 % (539 €) :

Un profil aromatique également non commercial, superbe, complexe, à la fois floral, fruité (orange, abricot), un peu marqué par du solvant, du cuir, tout en étant très végétal également (thé noir & vert, menthol), plus profond, vraiment superbe !

EN: Another one with a non-commercial aromatic profile, superb, complex, green but also fruity (orange, apricot) & floral, with some solventy notes, leather, but also very green as well (black & green tea, menthol), really superb !

 

 

 tws_paris_m.s._2019.04.06_cognacs_lheraud_1969

 

 


 

 

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop