Editorial No 20

 

Dernière minute (07/03/2017):

A VENIR TRES BIENTOT:

-Nouvel Editorial (N°21), composé cette fois que de notes de dégustation de whisky...

-Nouveau sujet "Gros Plan" (sur une distillerie écossaise à l'honneur cette année),

avec une interview exclusive ainsi que des notes de dégustations également en partie exclusives

 

Merci de votre patience !

 

 ***

 

EDITORIAL No 20:

 

 Â« N.A.S. OR NOT N.A.S. ?...THAT IS THE QUESTION »

(ou...Quid des whiskies sans compte d'âge?)

 

 

Première Edition/1st Edition: 02/11/2016

Mise Ă  jour/Update: 28/12/2016

 

 

INTRODUCTION :

 

Pour ce nouvel éditorial, je vous propose un retour à une forme plus traditionnelle par rapport à la presse classique, au-delà des habitudes de mon site, donc plutôt sur l’expression d’un point de vue sur un phénomène d’actualité plutôt que le traitement des nouveautés,car une grande partie de ces nouveautés est d’ores et déjà présente soit à l’intérieur du reportage sur le Whisky Live Paris, soit dans la gigantesque liste thématique de près de 200 whiskies abordables conseillés déjà en ligne, ou encore risque de l’être dans d’autres reportages à suivre. Par ailleurs j'ai mis à jour ma liste de mes distilleries préférées, qui tient compte également de ce phénomène des whiskies sans compte d'âge.

 

Reportage sur le Whisky Live Paris 2016 (my report about Whisky Live Paris 2016 edition): Ici/Here

Liste de plus de 200 whiskies abordables des années (202 recommended affordable drams, including 92 favorite from all over the world): Ici/Here

Liste de mes distilleries préférées récemment mise à jour (my updated Top 100 Distilleries worldwide): Ici/Here

La Fabrication du Whisky-Sujet récemment mis à jour (my updated How whisky is made topic-in French): Ici/Here

 

Pour ce faire, j’ai repris la conclusion de mon reportage sur le Whisky Live Paris 2016 et je l’ai modifiĂ©e et largement dĂ©veloppĂ©e, afin de tenter de « clore le dĂ©bat Â», si j’ose dire, pour autant que ce soit possible, sur le phĂ©nomène des « n.a.s. Â», c’est-Ă -dire des whiskies sans compte d’âge qui sont en pleine prolifĂ©ration de nos jours.

 

 ***

 

« N.A.S. OR NOT N.A.S.? THAT IS THE QUESTION »:

(ou...Quid des whiskies sans compte d'âge?)

 

 

PREAMBULE:

 

Un des problèmes de notre Ă©poque concernant le whisky c’est donc le phĂ©nomène dĂ©sormais bien implantĂ© des n.a.s. (whiskies sans compte d’âge) ET celui des whiskies axĂ©s sur la « wood technology Â» (ce sont d'ailleurs le plus souvent les mĂŞmes), un phĂ©nomène similaire Ă , il y a quelques annĂ©es, celui de la « parkerisation Â» dans les vins de Bordeaux ( du nom d'un Ă©crivain amĂ©ricain du vin nommĂ© Robert Parker et qui, je pense, bien malgrĂ© lui, par ses choix, Ă  concouru Ă  promouvoir un certain type de profil aromatique pour les vins). Ce phĂ©nomène a entraĂ®nĂ© l’obsession de la « micro-oxygĂ©nation Â» des vins, en grande partie crĂ©Ă©e, puis soutenue par l’œnologue Michel Rolland (Ă  ce sujet, voir le terrible documentaire « Mondovino Â» de Jonathan Nossiter sorti en 2004). Disons-le clairement, ce sont souvent les mĂŞmes produits qui souffrent Ă  la fois du « n.a.s. non transparent Â» et de la « wood technology Â» (mĂŞme s’il y a de belles exceptions encore cette annĂ©e), et, au passage, par une augmentation significative du prix de vente pour des whiskies gloablement plus jeunes que leurs prĂ©dĂ©cesseurs, d'ou aussi le scandale et la rebĂ©llion de certains consommateurs, forumeurs et bloggeurs. Comme je vais tenter de le dĂ©montrer ci-dessous, les n.a.s. constituent donc un phĂ©nomène significatif tant des enjeux de qualitĂ©, de pĂ©rĂ©nnitĂ© du whisky que de l''accessibilitĂ© du whisky au plus grand nombre et Ă  cet Ă©gard, dans un monde de demande forte pour le whisky, ne font (pour la plupart, pas tous, certes) que souligner l'aseptisation industrialisĂ©e du goĂ»t qui est Ă©galement prĂ©sente dans l'alimentation. La seule diffĂ©rence, au moins pour les whiskies sous cadre lĂ©gal strict (Ă©cossais, irlandais, surtout), c'est que l'on ne peut normalement pas trouver autant d'additifs et de cochonneries lĂ©gales divers dans le whisky...une maigre consolation.

 

 

 

 glenlivet_cipher_red_capture

 

 

Le The GLENLIVET "Cipher", au delà du coup marketing, l'archétype de l'opacité des whiskies sans compte d'âge...bien sûr j'aurais pu aussi choisir le HIGHLAND PARK "Dark Origins".

Deux whiskies qui ne sont pas mauvais, non, il faut être honnête, mais trop "technologiques" (trop poussés sur le boisé) et sans grand intérêt pour un prix assez conséquent.

 

 

 

-NE PAS CONFONDRE N.A.S. (HISTORIQUES) ET N.A.S. (CONTEMPORAINS) :

Cependant il convient ici de rappeler, pour les lecteurs pas encore trop au fait de ce problème, qu’il ne saurait ĂŞtre question de mettre tous les whiskies dans le mĂŞme sac, comme il m’arrive de le lire ici ou lĂ  sur des forums ou blogs ou billets de journalistes mal informĂ©s. Certains ont mĂŞme choisi par principe de refuser de chroniquer un whisky dès lors qu’il sera sans compte d’âge. J’ai du respect pour cette dĂ©marche, mais pour moi elle est tout de mĂŞme « Ă  courte vue Â», dans la mesure ou en supprimant toute critique dĂ©taillĂ©e du whisky, elle ne fait d’une part aucune diffĂ©rence entre les diffĂ©rents cas de n.a.s. et, de l’autre, n’encouragent pas les producteurs Ă  en produire de meilleurs car la critique demeure globale, donc ne vise aucune distillerie ou nĂ©gociant en particulier, alors qu’une critique sur une bouteille en particulier a un certain impact.

En effet, comment comparer (par exemple) les jeunes The Singleton of DUFFTOWN sans compte d’âge que sont les "SUNRAY", "TAILFIRE", "SPEY CASCADE", "UNITE" ou encore "TRINITE" (rĂ©duits Ă  40 %, colorĂ©s artificiellement, filtrĂ©s Ă  froid, assez jeunes, etc…) avec un single malt en Ă©dition limitĂ©e et sans compte d'âge comme par exemple l’ABERLOUR « A’Bunadh Â», crĂ©Ă© avec une large variĂ©tĂ© de cuvĂ©es ou millĂ©simes Ă  partir de donnĂ©es prĂ©cises et exigeantes (la majeure de fĂ»ts de sherry de premier remplissage, la non filtration Ă  froid, la prĂ©sence de quelques fĂ»ts de plus de 10 ou 15 ans, le titrage Ă©levĂ©, etc…). C’est tout simplement ridicule, pas sĂ©rieux…et je pourrais multiplier les exemples, mĂŞme si « du bon cĂ´tĂ© de la force Â», il n’y a tout de mĂŞme pas Ă©normĂ©ment d’exemples de bons n.a.s. en dehors des whiskies des jeunes distilleries : Le KILCHOMAN « Sanaig Â» ou le jeune single malt de WOLFBURN en sont de bons exemples, d'autres seront citĂ©s plus loin.

Mais il y aussi ce que je nommerais personnellement les versions n.a.s. "historiques", c'est  Ă  dire issues du dĂ©but des annĂ©es 2000, voire avant : 1998 pour l’ABERLOUR « A’Bunadh Â» qui ne comportait pas de numĂ©ro de lot Ă  l'origine), comme le sont aussi l’ARDBEG « Uigeadail Â» (premère Ă©dition en 2003), le LAPHROAIG « Quarter Cask Â» (première Ă©dition en 2004), ou l'ISLE OF JURA "Superstition" (première Ă©dition en 2002) ou encore comme l’étaient les SPRINGBANK, HAZELBURN & LONGROW en version dite « C.V. Â» (encore une fois tous des whiskies avec une amplitude de diffĂ©rents âges assez consĂ©quente-la première Ă©dition du SPRINGBANK "C.V." est moins Ă©vidente Ă  dater, mais la plupart des sources mentionnent "le milieu des annĂ©es 1990" comme première sortie-personnellement je peux attester qu'elle est en tout cas infĂ©rieure Ă  l'an 2000). Ces whiskies sont tous des assemblages de fĂ»ts d'âges diffĂ©rents, et parfois avec une grande amplitude, comme pour les SPRINGBANK & marques associĂ©es (au moins sur 10 ans, parfois de 8 Ă  30 ans d'âge) ou le JURA "Superstition" qui contient des whiskies de 8 Ă  21 ans d'âge.

Un peu plus tard, la distillerie TOMINTOUL sortait un single malt anonyme tourbĂ© sous le nom de « Old Ballantruan Â», ce sans mention d’âge. Un whisky relativement jeune, lui, mais de qualitĂ©. Les exemples abondent et je ne peux les citer tous, j’en oublie sĂ»rement certains qui ont pu marquer leur temps…

 

 

aberlour_a_bunadh_batch_46_gwg

L'ABERLOUR "A'Bunadh" (ici l'excellent batch 46), archétype du n.a.s. historique réussi...Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 

Du cĂ´tĂ© du nĂ©goce, et notamment concernant les whiskies tourbĂ©s, il faut citer parmi les excellents n.a.s. des annĂ©es 2000 (et ils existent encore !) les « Smokin’ Islay Â» et autres « Peat Reek Â» de BLACKADDER, mais aussi les ILEACH « Cask Strength Â» ou FINLAGGAN « Cask Strength Â» (plus intĂ©ressants que leur version rĂ©duite Ă  mon avis) de nĂ©gociants plus obscurs, ou encore les discrets mais efficaces « Berry’s Speyside Reserve Â» et « Berry’s Islay Reserve Â», des blended malts cette fois, de BERRY BROS & RUDD....et je ne parle mĂŞme pas des crĂ©ations de John Glaser de COMPASS BOX qui remontent Ă  l’an 2000 exactement (je reviendrais sur ce dernier cas plus loin, sur la question de la transparence). Oui les whiskies de COMPASS BOX ont quasiment toujours Ă©tĂ© des whiskies sans compte d'âge, mais la sociĂ©tĂ© a depuis ses dĂ©buts toujours communiquĂ© sur l'âge, mais en amont (Ă  la sortie du whisky, sur le site) ou en aval (directement face au consommateur sur les stands des salons, et souvent mĂŞme par Ă©crit).

Plus près de chez nous, il y aussi des whiskies sans compte d’âge d’un intĂ©rĂŞt certain (eh, oui !), par exemple, les ARMORIK (ce depuis son lancement en 1999) et les GLANN AR MOR (souvent en dessous des 6/7 ans d’âge-et ce depuis 2008 pour son premier 3 ans d'âge) embouteillĂ©s assez jeunes sont pourtant plus « prĂŞts Ă  dĂ©guster » que bien des whiskies jeunes d’Ecosse. L'on peut citer Ă©galement, comme dĂ©jĂ  signalĂ© sur G.W.G., Ă©galement des single malts de chez MICHARD & et de chez JSD, deux distilleries françaises produisant nouvellement du whisky. Qui plus est les "EDDU" de la Distillerie des Menhirs n'ont jamais portĂ© de compte d'âge Ă  ma connaissance, ce qui n'a pas empĂŞchĂ© une certaine qualitĂ©.

En Europe encore, Il y a aussi les exemples des distilleries MACKMYRA & BOX (les seules distilleries suédoises dont j'ai pu déguster des whiskies à ce jour), ou encore (j'ai eu confirmation de la qualité de ces whiskies plus récemment), ceux de la distillerie allemande SLYRS, qui a une exception près (le 12 ans d'âge, irrégulièrement produit) n'ont pas de compte d'âge.

De mĂŞme, est-ce qu’un CAOL ILA « Moch Â», un des premiers n.a.s. de l’ère « contemporaine Â» (sa première Ă©dition est sortie en 2011), si j’ose dire, et, Ă  fortiori, forcĂ©ment, la gamme « Private Edition Â» de GLENMORANGIE (rarement en dessous de 10/12 ans d’âge) sont comparables avec un TALISKER "Storm" ou "Skye" ? (corrects mais clairement issus de la "wood technology"). Pas si sĂ»r…Si le CAOL ILA "Moch" est relativement jeune (mĂŞme s'il contient minoritairement un peu de 18 ans d'âge), en revanche, les single malts de la gamme "Private Editions" de GLENMORANGIE (hormis l'un d'entre eux me semble t'il, qui aurait un compte d'âge ?) sont tous âgĂ©s de plus de 10 ans...

 

 

 

glenmorangie_tusail_p.e._2015_46_2comp

Le GLENMORANGIE "Tusail", de la gamme "Private Edition", de vrais-faux n.a.s. de plus de 10 ans, avec la qualitĂ© au rendez vous. 

 

 

Certes l’on peut lĂ©gitimement s’inquiĂ©ter de certaines sorties officielles haut de gamme, dans les « Special Releases Â» de Diageo, par exemple, qui, depuis peu arrivent sur le marchĂ© comme les versions n.a.s. de CLYNELISH (la sĂ©rie « Select Reserve Â», des bruts de fĂ»t...) au prix de vente d’entrĂ©e de jeu annoncĂ© Ă  plusieurs centaines d’euros… LĂ  on se doute qu’il ne s’agit pas d’un trois ans d’âge, mais d’un travail d’assemblage soignĂ© et de grande amplitude d’âge, mais sans certitude totale sans l'avoir dĂ©gustĂ© (ceci Ă©tant dit, plusieurs bloggeurs de renom, Serge Valentin en tĂŞte, semblent tout de mĂŞme considĂ©rer que l'on tient lĂ  une rĂ©ussite, un remarquable travail d'assemblage contenant manifestement une proportion honnĂŞte de whiskies âgĂ©s).

Cette tendance semble s’accentuer dans un segment infĂ©rieur, avec les rĂ©cents TALISKER « Neist Point Â» ou le LAPHROAIG « Lore Â», vendus Ă  un peu plus de 100 € sans justification particulière…Au public de dĂ©guster, s’il le peut encore, et de dĂ©cider si le prix se justifie dans ces cas…Je n'ai pas eu l'occasion de dĂ©guster ce TALISKER, mais le LAPHROAIG oui, et je l'ai bien apprĂ©ciĂ© (il comporte une part de fĂ»ts de sherry).

Pour donner un exemple rĂ©cent positif, j’ai trouvĂ© par exemple que les deux rĂ©cents SCAPA (« Skiren Â» et « Glansa Â») sans compte d'âge, sans ĂŞtre des chefs d’œuvre pour autant, s’en tirent plus qu’honorablement. Cela laisse un peu d’espoir.

 

 

scapa_skiren_press_set_book_n_glass_2015_v_red

Le SCAPA "Skiren", un joli n.a.s. (whisky sans compte d'âge), une réussite. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

Donc pour moi, pour ĂŞtre clair, un bon whisky sans compte d’âge, cela peut exister, et ce serait un whisky pour lequel le maĂ®tre-assembleur aurait fait, tel un peintre, un assemblage de « couleurs Â» diffĂ©rentes, soit de saveurs diffĂ©rentes, de prĂ©sence, de puissance, de digestion des notes de new make, des esters, de stabilisation des notes tourbĂ©es (etc…), d’âge bien sĂ»r diffĂ©rents, ce pour avoir un whisky complexe et expressif, ou bien complexe et très fondu, par exemple. Typiquement les premiers whiskies n.a.s. de l’ère contemporaine (fin annĂ©es 1999/ dĂ©but annĂ©es 2000) citĂ©s ci-dessus en sont de parfaits exemples.

 

 

-PENURIE, QUELLE PENURIE ?

La question de la pĂ©nurie de stock de whisky, souvent avancĂ©e par les producteurs, pour justifier le passage des whiskies Ă  compte d’âge aux n.a.s. (sans compte d’âge donc) et Ă  travers cela, soyons clairs, justifier une augmentation de prix sans contrepartie de qualitĂ© automatique, si elle peut ĂŞtre prise en compte concernant les fĂ»ts âgĂ©s (moins nombreux dans certaines distilleries, mais pas chez toutes, qui attendent le bon moment pour sortir des versions « ultra-mĂ©ga-premium Â» -j’ai beau faire je n’ai jamais pu accrocher Ă  ce terme) ne se justifie pas autant pour la majoritĂ© de la production.

En effet, si l’on se base sur les statistiques de production de Scotch whisky de l’annĂ©e 2015 (estimations de la Scotch Whisky Industry Review), l’on constatera que si baisse il y a, elle demeure lĂ©gère : Pour 600 millions de litres d’alcool pur cette annĂ©e lĂ  (contre 655,7 en 2014), 280 millions proviennent de la grosse centaine de distilleries de malt, tandis que 320 millions proviennent des 7 seules distilleries de grain, tandis qu’en 2014 il y eu 305,7 millions de litres pour les distilleries de malts pour 350 millions de litres pour les distilleries de grain. Mais si l’on revient encore en arrière, rien que pour les distilleries de malt, la production a Ă©tĂ© certes de 294,9 millions de litre d’alcool pur en 2013 (soit un peu plus qu’en 2015), mais davantage qu’en 2012 (272,8 millions), ou qu’en 2011 (239,3 millions) et ainsi de suite. Et ce n'est qu'une partie des statistiques auxquelles j'ai eu accès, mais comme toutes vont grosso modo dans le mĂŞme sens que celle ci-dessus, je ne veux pas vous ennuyer avec trop de chiffres...

Ce que les propriétaires de distilleries oublient donc de mentionner également au sujet des n.a.s., en effet, ce sont les extensions de capacité de production de plusieurs de celles-ci ces dernières années (comme celles de DAILUAINE, GLENBURGIE, The GLENLIVET, GLENMORANGIE, LINKWOOD, LONGMORN, MANNOCHMORE ou encore MORTLACH, TEANINICH) ou reprises de production, comme chez GLEN KEITH et TAMDHU en 2012, ou encore simplement d’extension des capacités d’entreposage (à venir chez ARRAN, BRUICHLADDICH, KILCHOMAN, et j’en passe) qui ont un impact important sur leur capacité à reconstituer ces stocks dans un avenir proche, surtout s’ils ont abaissé l’âge du contenu de leurs whiskies devenus pour certains des n.a.s. …et qu’ils sont facturés plus chers que des 8 ou 12 ans d’âge déclarés…ce qui arrive de plus en plus souvent hélas.

En plus d'un certain maintien donc de la capacitĂ© de production de whisky Ă©cossais, il faut aussi tenir compte des nombreux projets de nouvelles distilleries (indĂ©pendantes ou venant renforcer la capacitĂ© de production des grands groupes qui les possèdent) Ă  venir. La source « whisky Â» n’est donc pas prĂŞte de se tarir !

L'on voit donc bien que la raison principale de cette décision de promouvoir les n.a.s. est avant tout un calcul financier, une recherche de profit à court terme davantage que de sauvegarde de ce qui a fait la réputation des marques (à cet égard le meilleur exemple de cette dégringolade demeure à mes yeux celui de The MACALLAN) et de réflexion sur le long terme. Au consommateur alors d’être clairvoyant et de tenter d’influer sur cette tendance en boycottant les whiskies qui ne le satisfont pas en terme de rapport qualité/âge estimé après dégustation/prix.

 

 

 mortlach_distillery_agrandie_capture.

 La distillerie MORTLACH, largement rĂ©novĂ©e en 2015 et dont l'accroissement de la production est en cours.

 

 

-POURTANT, AU COMMENCEMENT ETAIENT…DEJA DES N.A.S. !

Une information souvent oubliĂ©e ou occultĂ©e par ceux qui parlent des n.a.s. de nos jours, c’est qu’historiquement les premiers single malts parus sur le marchĂ© du Royaume-Uni, puis par exemple en France furent DEJA des whiskies sans compte d’âge. Ainsi, dans les annĂ©es 1960, les premiers single malts disponibles en France furent des GLENFIDDICH, et ils portent soit la mention « Pure Malt Â», soit « Straight Malt Â», celle du titrage (encore en « proof Â»), du lieu de mise en bouteille, l’adresse, etc…mais pas de mention d’âge, ou une mention d’âge relativement jeune. D’ailleurs certains des whiskies les plus recherchĂ©s par les collectionneurs et les mieux notĂ©s par les bloggeurs ne sont-ils pas des whiskies de moins de 15 ans ? Je pense par exemple aux TALISKER nas, voire de 8 ans d’âge embouteillĂ©s par GORDON & MacPHAIL dans les annĂ©es 1970, Ă  des PORT ELLEN jeunes (11 Ă  15 ans) ou des LAPHROAIG 10 ans embouteillĂ©s par diverses sociĂ©tĂ©s italiennes comme par exemple BONFANTI pour ce dernier.

 

 

 

glenfiddich_straight_malt_1961_capture

Le GLENFIDDICH « Straight Malt Â», sorti en 1961, un n.a.s. avant la lettre...il fut suivi plus tard par un "Pure Malt" de 8 ans d'âge.

 

 

 

Par ailleurs, au-delĂ  de la question des n.a.s., n’oublions pas que la question du vieillissement des whiskies est encore relativement rĂ©cente…au dĂ©but du XVIII ème siècle, mĂŞme en Ecosse, vous aurez du mal Ă  trouver des whiskies âgĂ©s…Les films de type western, en rĂ©alitĂ© sont tous faux du point de vue de la vĂ©racitĂ© historique concernant les whiskeys…Les whiskeys servis dans les bars sont tous fortement ambrĂ©s, voire aussi noirs qu’un LOCH DHU, alors qu’ils auraient du…ressembler Ă  des distillats purs, soit de couleur transparente ! L’on distillait pour boire dans la foulĂ©e ou dans les jours ou semaines qui suivaient, pas pour les conserver longtemps. C’est par accident lors d’un transport par bateau que l’on s’est aperçu, d’abord pour le rhum, puis pour le whisky, que plusieurs semaines de trajet pouvaient changer le goĂ»t du contenu. Pour faire court, l’obligation lĂ©gale de faire vieillir le whisky 3 ans au minimum n’apparait qu’au dĂ©but du XX ème siècle.

 

 

-L’AGE NE FAIT PAS TOUT, MAIS TOUT DE MEME…

Alors que dans les slogans publicitaires sur le whisky des annĂ©es 1990/2000, l’on insistait sur le fameux « Age matters Â» et encore en 2013 comme le dĂ©montre cette publicitĂ© de Pernod-Ricard-ou le master-blender de CHIVAS REGAL Colin Scott-que j’ai eu l’occasion de rencontrer et mĂŞme de cotoyer lors de ma participation Ă  un concours d’assemblage professionnel-le dit lui-mĂŞme, « au moins avec cette mention d’âge on ne peut vous tromper, sinon cela veut dire que sans mention d’âge votre seule garantie c’est qu’il soit âgĂ© au moins de 3 ans et un jour Â»-voir la vidĂ©o ci-dessous. Comme gage ultime de qualitĂ© pour un whisky, aujourd’hui, comme par magie, c’est le contraire, comme l’expliquait il y a quelques mois un ambassadeur de la distillerie The MACALLAN, lors d’une dĂ©gustation, Ă  Paris. L’âge n’aurait plus d’importance, mais seulement le travail de l’assembleur (euh, du bois, plutĂ´t, non ?), si…Tu m’étonnes !

Bien sĂ»r que le travail de l’assembleur est primordial (et il travaille aussi sur les single malts, ne serait-ce que sur le contrĂ´le qualitĂ©, et bien sĂ»r plus prĂ©cisĂ©ment sur les Ă©ditions limitĂ©es), mais le consommateur s’est il seulement une fois interrogĂ© sur la mention « hand picked Â» ou « hand selected Â» portĂ©e sur les Ă©tiquettes de certaines Ă©ditions limitĂ©es ? Cela veut dire quelque chose…comme le fait que pour les grosses productions, le choix des fĂ»ts est fait par la machine, pas par l'homme, pas fĂ»t par fĂ»t, mais au hasard ou presque, suivant les spĂ©cifications demandĂ©es (type de fĂ»t, âge indiquĂ©, tourbĂ© ou pas tourbĂ©, etc…).

 

 

macallan_1824_series_4_bottles_red

 

La gamme "1824" de The MACALLAN, pas mauvaise, mais qui fait pâle figure comparée aux MACALLAN des années 1980

à comptes d'âge, mais aussi face aux versions de négoce sous licence de GORDON & MacPHAIL de la série "Speymalt".

 

 

Après l’échec (relatif, mais significatif) de sa gamme « Fine Oak Â», la distillerie The MACALLAN (enfin, disons plutĂ´t le propriĂ©taire et le chef de produits….) espĂ©rait, avec sa « 1824 series Â» (qu’il aurait du renommer « Color series Â»), relancer la marque, dĂ©jĂ  entachĂ©e prĂ©cĂ©demment par le passage du "tout sherry" Ă  la gamme 'Fine Oak". La gamme "'1824" est une gamme dont les whiskies portaient le nom d’une couleur, et accessoirement, comme l’a rĂ©cemment fait remarquer un bloggeur, Ă©galement des prĂ©noms fĂ©minins non exempts de connotations lestes- « Amber, Â« Gold Â», Â« Sienna Â» ou encore « Ruby Â», jugez vous-mĂŞmes (dĂ©solĂ© pour les porteuses de ces prĂ©noms, c’est le contexte qui fait sens, pas les prĂ©noms seuls, bien sĂ»r), sans nous garantir par ailleurs que le E150a (la coloration artificielle) n’était pas passĂ© par lĂ , faussant (si c’est le cas) toute vĂ©ritable charte des couleurs.

 

 

Chivas Campaign: Age Matters...(vidéo)

 

Tout comme d’autres types d’alcool (je pense à l’Armagnac, au Cognac, mais aussi au Calvados, à la Prune, entre autres eaux-de-vie), le whisky a besoin de temps pour s’exprimer, et il est difficile de généraliser, dans la mesure ou compte tenu des spécifications de production de chaque distillerie, certains distillats seront prêts avant les autres (GLANN AR MOR, The BELGIAN OWL ou encore CAOL ILA en sont de parfaits exemple, pas besoin d’attendre 10 ans, ils sont prêts dès 3 à 5 ans d’âge pour les deux premiers, dès 7-8 ans pour le troisième), à leur apogée bien avant d’autres, sans compter les whiskies tourbés qui ont tendance à perdre leur expressivité et leur fumée après 20 ans, en général bien sûr.

En revanche, d’autres whiskies, comme souvent les BUNNAHABHAIN, les GLENFIDDICH, les LAGAVULIN ou encore les STRATHISLA auront besoin de plus de temps pour s’exprimer pleinement, soit à mon avis entre 15 et 40 ans d’âge.

 

 

 

the_belgian_owl_range_3_bout

"The BELGIAN OWL", un excellent jeune whisky encore trop méconnu, pas assez disponible en France à mon avis.

 

 

Je dirais que la question Ă©tait jusqu’à l’an dernier moins cruciale pour les whiskeys d’Irlande, tant les principaux producteurs n’utilisaient pas toujours les compte d’âge, expliquant que pour eux « 7 ans d’âge Â» Ă©taient la norme et l’âge optimum. De nos jours la question est un peu plus dĂ©licate, car des versions connues, rĂ©putĂ©es avec compte d’âge sortent dĂ©sormais « sans compte d’âge Â». Et parfois, comme dans le cas du JAMESON « Crested Â» (pas d’indication d’âge) qui remplace le « Crested Ten Â» (10 ans d’âge), la nouvelle version s’en sort très honorablement par rapport Ă  celle d’origine.

 

 

jameson_crested_2016_40_red

Le JAMESON "Crested", un n.a.s. joliment fruité. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

Concernant les whiskies produits dans des pays à forte amplitude de chaleur (comme par exemple les Etats-Unis) et/ou d’humidité (à fortiori à climat tropical comme l’Inde, ou Taïwan ou la part des anges-l’évaporation naturelle de l’alcool pouvant y être entre 5 et 8 fois supérieure à celle de l’Ecosse, qui est d’environ 2 % par an), la question de la durée du vieillissement est moins cruciale, puisque les fûts sont traditionnellement neufs et plus fortement brûlés que les fûts écossais, accélérant le vieillissement. Il en est ainsi des distilleries KAVALAN & NANTOU (Taïwan) et des distilleries AMRUT & PAUL JOHN (Inde). Par ailleurs, comme corollaire de cela, la teneur en alcool peut même augmenter avec le temps dans certains chais-chauffés ou pas-du Kentucky (c’est ce qui arrive notamment aux whiskeys à fort titrage tels que les George T. STAGG) et survient un moment ou il faut absolument stopper le vieillissement. Au mieux des whiskies âgés de seulement quelques années peuvent parfois donner l’impression de whiskies âgés d’une dizaine d’années ou plus, et offrir une impression de maturité, au pire, le boisé de ces whiskies sera à la limite du supportable voire au-delà.

 

 

kavalan_solist_sherry_cask

Le KAVALAN "Solist" Sherry cask, un brut de fût qui a le vent en poupe en provenance de Taïwan.

 

 

 

-LES DESSOUS DE LA QUESTION DE LA TRANSPARENCE DANS LE WHISKY :

Comme j’ai dĂ©jĂ  traitĂ© sur ce site de la question de la transparence telle qu’elle s’est posĂ©e notamment l’an dernier au sujet des whiskies « The Circus Â» et « Flaming Heart Â» de la maison COMPASS BOX (dont les plaquettes d’information et les donnĂ©es techniques du site internet divulguaient l’âge du plus jeune composant comme celui du plus âgĂ©, ce qui est interdit par la S.W.A.-la loi n’autorise que la mention du plus jeune whisky de l’assemblage), je ne reviendrais pas sur le problème spĂ©cifique posĂ© Ă  juste titre par ce nĂ©gociant-assembleur aux dĂ©cideurs, mais plutĂ´t sur le lien entre ce problème et celui des n.a.s. :

En effet, Ă  la condition de spĂ©cifier le pourcentage des whiskies plus âgĂ©s que l’âge minimum indiquĂ© (pour ne pas se retrouver avec une escroquerie du type 0,01 % de 40 ans d’âge pour le reste de 3 ans d’âge), qu’est-ce-qui empĂŞche le producteur d’indiquer sur la bouteille la part des whiskies plus âgĂ©s et l’âge en question ? Hormis le fait de dĂ©voiler une Ă©ventuelle recette secrète, ce qui peut se comprendre Ă  la rigueur pour un blended whisky, pour qui c’est essentiel et constitue en quelque sorte la marque de fabrique de l’assembleur, diffĂ©rente de celle du concurrent, j’y vois surtout une autre explication, moins reluisante et jamais Ă©voquĂ©e, et dirigĂ©e contre les nĂ©gociants de whisky avant tout et ce de la part des producteurs reprĂ©sentĂ©s par la S.W.A. :

Constatant que les assemblages de nĂ©goce de type « blended malt Â» ou « blended whisky de luxe Â» comportent chez certains un pourcentage non nĂ©gligeable de whiskies âgĂ©s, pour au final un prix dĂ©passant rarement les 200 € (sauf hĂ©las depuis cette annĂ©e), les producteurs de whisky y verraient une concurrence dĂ©loyale envers les versions très âgĂ©es et haut de gamme qu’ils proposent, Ă  savoir par exemple des 40 ans d’âge, de plus en plus proposĂ©s Ă  10 fois le prix de ces versions de nĂ©goce…Pourquoi en effet payer une fortune un single malt s’il est disponible pour bien moins cher, certes au sein d’un assemblage mais bien perceptible tout de mĂŞme ? Bien sĂ»r ce n’est qu’une hypothèse, mais je la trouve personnellement assez plausible.

 

 

 

j.glaser in the lab nosing_comp

John Glaser de COMPASS BOX, 16 ans de recherches, 16 ans d'impertinences, fer de lance de la lutte pour davantage de transparence.

 

 

Concernant les distilleries dĂ©jĂ  Ă©tablies de longue date, les distilleries Ă  caractère industriel (et notamment celles qui ont une capacitĂ© de production supĂ©rieure Ă  500 000 litres, et ont rĂ©duit les coĂ»ts par automatisation majoritaire ou totale, dirons-nous) en dehors de quelques rĂ©ussites et des versions n.a.s. anciennes, en Ă©dition limitĂ©e et parfois comparables Ă  des whiskies de catĂ©gorie supĂ©rieure, il semble clair que derrière l’argument de la pĂ©nurie des stocks de whiskies âgĂ©s pour justifier l’abandon du compte d’âge (dont nous avons parlĂ© plus haut) se cache une volontĂ© de standardisation de la production, pour faire des Ă©conomies, oui, mais aussi pour aseptiser progressivement le whisky et le faire se rapprocher de spiritueux plus populaires chez les jeunes comme en premier lieu le rhum et d’obtenir une plus-value par l’augmentation des prix inversement proportionnelle Ă  l’âge rĂ©el moyen du contenu du whisky, ce qui est assez scandaleux au final. La qualitĂ© s’en ressent et le consommateur exigeant ne s’y trompe pas. Cela vise donc un nouveau public, plus jeune, avide de dĂ©couvertes (ce dont on ne peut le blâmer) mallĂ©able et moins connaisseur (au goĂ»t non encore vraiment formĂ©), qui dĂ©guste tous types de spiritueux, de manière parfois interchangeable. La cible idĂ©ale pour les fabricants d’alcool.

 

 

 

the_singleton_of_3_brands

 

The SINGLETON.... un nom générique pour de trop nombreuses distilleries du même groupe...? On peut s'interroger. Ici des versions avec comptes d'âge, mais il y en a encore beaucoup sans....

 

 

 

A contrario, je pense qu’il faut ĂŞtre plus indulgent avec les jeunes distilleries (j’entends par jeunes celles nĂ©es après l’an 2000) ainsi que pour les micro-distilleries, qui soit n’ont pas la capacitĂ© encore de proposer un 10 ans d’âge autrement qu’en Ă©dition très limitĂ©e (donc en Ă©puisant le stock-comme par exemple c’est le risque pour KILCHOMAN), soit dont les jeunes whiskies font dĂ©jĂ  leur preuve Ă  4 ou 5 ans d’âge (comme GLANN AR MOR). Le risque financier est donc plus important pour des distilleries Ă  faible capacitĂ© de production comme de stockage -qui vont mettre du temps Ă  reconstituer du stock de whiskies ayant quelques annĂ©es, a fortiori s’il s’agit de produire un 10 ans d’âge- que pour « les grosses machines Â» comme The GLENLIVET ou GLENFIDDICH, avec des dizaines de millions de litres d’alcool pur produit chaque annĂ©e, et d’autant plus si ces distilleries sont artisanales (avec peu ou pas de mĂ©canisation, embouteillage et Ă©tiquetage Ă  la main, etc…cela reprĂ©sente souvent plusieurs dizaines de personnes Ă  payer contre 3 ou 4 pour des grosses distilleries ou il y a beaucoup d’automatisation).

 

 

-UN PEU D’ESPOIR (AVEC LES NOUVELLES ET/OU MICRO-DISTILLERIES):

MalgrĂ© tout, pour ne pas rester sur une note nĂ©gative, donc, signalons tout de mĂŞme que parmi mes coups cĹ“ur de cette annĂ©e, figurent deux jeunes distilleries commençant par la lettre « W Â» et ayant eu l’intelligence par leurs mĂ©thodes de production, de contourner le problème de leur jeune âge (leurs whiskies ont moins de 5 ans d’âge !), Ă  savoir WOLFBURN, en Ecosse, dans les Highlands du Nord, et WESTLAND, aux Etats-Unis, sur la cĂ´te Ouest…que j’ai fini par Ă©lire distillerie de l’annĂ©e 2016 -voir ma note dans le sujet sur mes meilleurs whiskies abordables de 2015/2016 :

Liste des Meilleurs Whiskies abordables pour 2015-2016

 

 

 

 wolfburn_les_2_single_malts_46_2016_red

 Une jeune distillerie qui promet, avec 2 versions de son single malt de 3 ans d'âge, qui pour l'heure n'a pas besoin d'afficher son âge.

 

 

 Par ailleurs, au chapitre des bonnes nouvelles, il n’y a pas que COMPASS BOX qui joue les provocateurs (encore cette annĂ©e avec ce « 3 Year Old De Luxe whisky Â» qui comporte visiblement une grande majoritĂ© de malt bien plus âgĂ© que cela) pour tenter de bousculer le système (et la S.W.A. par ricochet), il y a aussi des distilleries comme BENROMACH, qui a osĂ© l’an dernier sortir un single malt avec un compte d’âge de seulement 5 ans ! (preuve qu’un jeune whisky peut ĂŞtre bon, et il l’est). Il y a aussi encore en 2014 le groupe Bacardi-Martini qui a choisi pour le reconditionnement et le lancement de single malts de son portefeuille (ABERFELDY, AULTMORE, CRAIGELLACHIE, DEVERON, ROYAL BRACKLA) de leur attribuer Ă  tous un compte d’âge, avec parfois des compte d’âge impairs comme pour CRAIGELLACHIE (13, 17, 19, 23) ou faibles (10 ans d’âge pour le plus jeune) comme pour DEVERON. Il y aussi TOMATIN qui a rĂ©tabli en partie ses compte d’âge et BRUICHLADDICH qui propose dĂ©sormais certaines rĂ©fĂ©rences avec une foule de renseignements donnĂ©s sur ses Ă©tiquettes. Greg’s Whisky Guide salue toutes ces initiatives, si rafraĂ®chissantes Ă  l’heure de la prolifĂ©ration des n.a.s., autant que celles des nĂ©gociants comme par exemple THAT BOUTIQUE -Y WHISKY COMPANY qui a depuis la polĂ©mique liĂ©e Ă  COMPASS BOX l’an dernier choisi de doter dĂ©sormais (depuis Avril 2016) ses whiskies d’un compte d’âge et de nommer par ailleurs les distilleries dont proviennent les whiskies. Gageons que d’autres sociĂ©tĂ©s les suivront, comme par exemple The SPECIALITY DRINKS avec l’excellente gamme « Elements of Islay Â»â€¦

 

tomatin_age_statement_new_range_red

 

La courageuse décision de TOMATIN de reprendre les comptes d'âge, même pour les entrées de gamme...

 

 

 

CONCLUSION :

 Ou UNE ESQUISSE DE SOLUTIONS ...

 

-Nous voyons donc Ă  la lumière de cet article que le problème des whiskies sans compte d’âge n’est pas simple d’une part, et qu’il est insĂ©parable de la question de la qualitĂ© d’autre part (via notamment la question de la « wood technology Â»).

Nous avons vu aussi qu’il ne fallait pas mettre tous les n.a.s. dans le même sac, qu’ils soient d’hier ou d’aujourd’hui…que certains sont vraiment le fruit d’un travail soigné et réfléchi d’assemblage, au service du distillat, tandis que d’autres dégradent peu à peu l’image de la distillerie. Aussi c’est encore une fois le consommateur & l’influenceur (médias) qui devraient donner le ton en boycottant les produits médiocres et privilégiant les autres sur la durée, ce qui ne manquerait pas de donner un signal forcément audible à un moment ou à un autre des décideurs, voire pourrait renverser la tendance.

-Concernant la question de la transparence, pour laquelle j’avais moi-même contacté la S.W.A. sans grand succès (mais au terme d’un dialogue courtois), je persiste à penser qu’il faut accéder à la demande de COMPASS BOX (soutenu depuis par les distilleries BRUICHLADDICH et TOMATIN, entre autres, mais aussi par nombre de bloggeurs) de pouvoir indiquer âge et quantité de chacun des composants.

-Autrement, au cas ou cette demande serait refusĂ©e sur la durĂ©e, une solution de compromis pourrait ĂŞtred’imposer pour l’étiquetage des whiskies une mention de type « Over X Years Â» (de minimum 5 ans, mais qui pourrait se graduer, telle une Ă©chelle semblable aux « VS/VSOP/XO, etc.. des Cognacs. On aurait ainsi des « Over 5 Years Â», « Over 8 years Â», « Over 10 years Â», « Over 20 Years Â», par exemple), mentions qui distingueraient les whiskies « simplement lĂ©gaux Â» (3 ans et un jour) des autres.

 

 

tableau_comptes_d_ages_cognac

Tableau des comptes d'âge pour les COGNACS,  une autre manière de compter. Une solution pour le whisky ?

 

 

 

-Autre solution envisageable, celle de consentir Ă  donner l’étendue des âges, comme l’avait fait Mercian, l’ancien propriĂ©taire de KARUIZAWA, avec son « Pure malt Â» de 12 ans d’âge portant la mention « de 31 Ă  12 ans d’âge Â».

 

 

 

karuizawa_12_pm_old_bottling_40

 

Un des premiers KARUIZAWA (un blended malt) vendu sur le marché français, avec en plus du compte d'âge, la mention de l'amplitude des âges de cette version.

 

 

 

-L’on pourrait envisager également d’obliger le producteur à mentionner l’âge du composant le plus important en quantité dans l’assemblage, ce qui aurait le mérite de mettre en avant la prise de risque ou non du producteur.

-Quoiqu’il en soit, il est Ă©vident que la situation actuelle ne peut pas durer Ă©ternellement. Si d’un cĂ´tĂ© les consommateurs font vendre moins de « n.a.s. contemporains Â» et que de l’autre les producteurs de whisky prennent conscience que d’autres pays (comme par exemple et pas au hasard, les Etats-Unis, avec le phĂ©nomène des « craft distilleries Â», l’Irlande, avec ses nouvelles distilleries et maisons de nĂ©goce) sont dĂ©sormais plus en avance qu’eux, ils finiront par revenir Ă  plus d’exigence de qualitĂ© comme davantage d’expĂ©rimentation, c’est en tout cas ce que je souhaite.

 

 

 

 

Editorial No 19 Part1/2

 

 

COMMUNIQUE IMPORTANT (Mise Ă  jour: 12/06/2016):

 

Le site GREG'S WHISKY GUIDE Ă©volue:

Pour des raisons techniques, je tiens à le préciser indépendantes de ma volonté, le site n'est plus à jour depuis la fin avril. Dans la nouvelle version qui, je l'espère, va arriver d'ici quelques semaines, le visuel du site va changer, obsolescence du portail précédent oblige. Le menu de gauche va disparaître pour intégrer celui du haut. Cela nécessite quelques changements. Le temps de la mise à jour aussi, certains articles n'auront peut être pas un "look" définitif, de même que le visuel retenu pour tout le site pour le moment (provisoire) entre les modèles que l'on m'a soumis. C'est à cause de ce changement, notamment, que je n'ai pas publié de nouvel article ou nouvelle note de dégustation (car ils seraient automatiquement supprimés de la nouvelle version et à republier).

Les articles et notes en cours de rédaction en ce moment (il y a notamment deux listes thématiques déjà annoncées, ainsi qu'une trentaine de notes de dégustations, d'autres sont à venir, je n'oublie personne, j'ai repris les dégustations et je prends des notes !) seront donc directement versés dans la nouvelle mouture du site, dès que possible, aussi merci encore de votre patience. Patience également difficile pour moi aussi, car, et c'est la seule bonne nouvelle, mes sensations olfactives sont revenues à la normale.

En attendant, certaines brèves appréciations sur des dégustations récentes de whisky (mais aussi sur d'autres sujets) sont d'ores et déjà disponibles sur le compte Twitter associé au site: GregsWhiskyG

 

 IMPORTANT NOTE : Please be patient about this website's changes & updates:

All my apologies to our readers. Due to an obsolescent template & too old system, I had to stop publishing in the current version of the website. The new version is still delayed, playing no part in, I'm really sorry about that, but it depends technically on a third part. The entire visual is going to change, and every new article I could post would be suppressed in the upcoming version, so I prefer to wait for it at this moment, though it's getting painful to depend on technical reasons, to say the least.

The only good news for now is that my senses (nosing abilities) are back to normal since a few weeks, so I'm "back to work" for the first part, that is tasting....& taking notes. Lots of samples & some bottles of mine as well are waiting to be tasted and "their time is gonna come", be sure of it, and a review of them will follow.

Several articles are ready to be published, but I hope you won't have to wait any longer to see them published. Please stay tuned, and, meanwhile, follow me with some short comments about whisky, music, and life on the Twitter account related to my website: GregsWhiskyG

 

 

 

 

EDITORIAL No 19 :

 

(Première Partie)-Part 1/2 

 

Mise Ă  jour/Update: 28/03/2016

 

 

Dernière minute/Breaking news: Je souhaite dédier cet éditorial à John McLELLAN, décédé hier, après une longue lutte contre le cancer (I want to dedicate this Editorial to John MacLellan, who passed away yesterday. All my condolences to his family & distillery staff). Toutes mes condoléances et beaucoup de courage à sa famille ainsi qu'à toute l'équipe de la distillerie. John MacLellan était le directeur de la distillerie KILCHOMAN depuis mai 2010, avec plus de 20 d'expérience dans le monde du whisky. Rappelons qu'il fut directeur de la distillerie BUNNAHABHAIN en 1997, après avoir été notamment responsable du brassage en 1993. J'ai eu l'occasion de rencontrer cet homme discret mais chaleureux à plusieurs reprises, lorsqu'il était directeur de BUNNAHABHAIN, notamment lors de la présentation d'une belle édition limitée de 16 ans d'âge-un Manzanilla finish- au Salon Club Expert Dugas en 2009, mais aussi bien sûr plus tard au "Whisky Live Paris", lorsqu'il représentait KILCHOMAN.

 

 captain_bunnas_corner_s.dugas_2009_red_gwg

"On vous salue mon capitaine" ou "chapeau l'artiste", pourrait on dire, grâce à cette photo prise sur le stand BUNNAHABHAIN lorrs d'un salon en 2009 © Grégoire Sarafian

 

John MacLellan fut élu meilleur directeur de distillerie (ex-aequo avec Eddie MacAffer de la distillerie BOWMORE) aux "Icons of Whisky" en 2013 et n'est pas pour rien dans le succès de cette distillerie. Gageons que la distillerie se relèvera vite de ce drame. John MacLellan et la distillerie tout entière s'étaient investis dans la lutte contre le cancer ces dernières années, en participant par exemple à des ventes de charité comme celle qui vit l'an dernier vendre aux enchères le premier fût ("Cask 1") de KILCHOMAN, rempli le 14 décembre 2005... Choisir hier sans connaître cette triste nouvelle un KILCHOMAN "Sanaig" (un whisky exemplaire, au passage !) comme whisky du jour pour l'"International Whisky Day" fut sans doute le meilleur hommage involontaire que je pouvais pu lui faire...

 

 john_maclellan_kilchoman_rip_28.03.16

 John MacLellan, plus rĂ©cemment, dans les chais de la distillerie KILCHOMAN...©whiskyfanblog.de

 

 

 

INTRODUCTION :

 

Pour ce nouvel éditorial, je vous propose un retour à une forme plus classique sur Greg’s Whisky Guide, avec son cortège de nouveautés (dont j’essaie de vous donner le maximum d’informations possibles), une sélection assortie de commentaires (attente, pertinence, etc…car, oui, si certaines nouveautés sont excitantes sur le papier, d’autres le sont bien moins…), de nouvelles aussi, mais aussi une deuxième partie pour marquer le coup. Oui, cher lecteur, il m’a récemment été donné la chance de déguster un whisky exceptionnel, comme l’on en rencontre rarement, ce qui m’a fait penser que je n’avais pas vraiment encore établi de liste des meilleurs whiskies dégustés à ce jour…C’est un exercice difficile qui fait appel à la mémoire autant qu’aux notes, mais je vous soumets, dans toute sa subjectivité, cette liste des 10 Meilleurs Whiskies dégustés à ce jour (en réalité il y en aura bien plus, grâce au rôle des ex-aequo!). J’y joins donc mes notes de dégustation exclusives sur ce tout dernier whisky exceptionnel*, ainsi que quelques notes également inédites sur des whiskies devenus parfois rares de nos jours…

Enfin, parce qu’il est toujours un peu frustrant de lire des choses Ă©logieuses sur des bouteilles que la plupart d’entre nous (je m’inclus dans le nombre !) ne pourront que difficilement voire jamais acquĂ©rir, je vous propose une liste de MES DERNIERS COUPS DE CĹ’UR ABORDABLES.

Bonne lecture…

 

* = Un indice : Il s'agit d'un whisky écossais, de la région des Highlands, avec un compte d'âge et embouteillé au degré naturel par une société importante possédant le plus grand nombre à elle seule des distilleries écossaises. Les plus "pointus" d'entre vous auront déjà trouvé, mais là ou cela se complique c'est qu'il en existe plusieurs éditions....Vous brûlez? Alors la solution très bientôt.

 

 

Plan de l’EDITORIAL N°19 :

 

1/ NOUVELLES BREVES ET NOUVEAUTES WHISKIES –disponible ci-dessous

2/ MES MEILLEURS WHISKIES AU MONDE DEGUSTES A CE JOUR –à venir

3/ MES DERNIERS COUPS DE CĹ’UR ABORDABLES –à venir

 

 

***

 

1/ NOUVELLES BOUTEILLES & NOUVELLES BREVES (SĂ©lection):

(Selected Short News & New Bottlings)

 

ECOSSE:

-La jeune distillerie écossaise AILSA BAY (région: Lowlands) sort malgré ses premières annonces son propre whisky sous le nom de la distillerie. En effet, elle a été construite en 2007 essentiellement pour alimenter les blended-whiskies du groupe auquel elle appartient (William Grant & sons) et c'est tout. En effet, pour la première fois, elle propose un single-malt en version tourbée (moyennement, à 21 p.p.m., le taux communiqué étant ici un taux mesuré après la production) qu’elle va progressivement mettre sur le marché (voir plus loin). De manière plutôt nouvelle (et que l’on espère pas trop gadget), un autre taux est communiqué au public, celui du taux de douceur (S.P.P.M.= Sweet Parts per Million) qui est de 11 et constituerait selon Brian Kinsman, le maître-assembleur, un nouveau critère de choix donné au public. Egalement à signaler, le choix d’assembler avant maturation deux distillats différents, à la mode japonaise, à l’étape du distillat pur.

Celui-ci va d’abord subir durant 6 à 9 mois une maturation dans de petits fûts (25 à 100 litres) de premier remplissage servant à la maturation des Bourbons de la Tuthilltown Spirits Distillery (située sur la côte Est, dans la vallée de l’Hudson, près de New York), puis le distillat est transféré dans 3 types de fûts différents (fûts neufs, fûts de chêne américain de 1 er et 2 ème remplissage) pour une durée non précisée. Il y a ensuite mariage du contenu de ces fûts, une filtration douce seulement, et le distillat ramené à 48,9 %. Dans un premier temps ce whisky sera vendu en Europe du Nord et en Grande-Bretagne (à raison d’environ 360 caisses de whisky vendues à 55 livres la bouteille), puis il est envisagé d’étendre la vente à d’autres régions courant 2016.

 

/ailsa_bay_single_malt_2016_48.9_cp_f_gwg

 

 

 

 

-La distillerie écossaise ARBEG (région: Islay) qui fêtait ses 200 ans d'existence en 2015 va sortir pour deux occasions prochaines une nouvelle version (toujours sans compte d'âge-oui, vous connaissez ce refrain hélas trop courant) nommée "DARK COVE". Peu d'informations ont filtré encore, juste un "teasing" de la part de la distillerie envers leur club de fidélité et des informations relatives au dépôt de demandes d'autorisation pour le marché "US" d'une bouteille (donc de 75 cl, d'ou cette mention sur l'étiquette reproduite ci-dessous). Il s'agirait en tout cas d'un single-malt issu d'un élevage (on l'apprends sur le tard) partiellement seulement (tiens, tiens !) en fûts de chêne européens ayant contenu du Dark Sherry (peut être un Oloroso âgé, un Matusalem, ou encore un Pedro Ximenez, pour le moment l'on en sait pas plus...), l'essentiel de l'assemblage ayant été élevé dans des fûts ayant contenu du Bourbon (on est loin du Sherry monster sous-entendu par le nom du whisky, marketing, quand tu nous tiens!). Tout comme d'autres versions précédentes et récentes (je pense au "Perpetuum", par exemple), il y aura une deux versions, une version classique réduite titrant ici 46,5 %, et une autre, nommée "Committee Edition", pour le club de fidélité du même nom, version qui elle titrera un peu plus, soit 55 % (mais ne sera pas un brut de fût).Ce nouvel ARDBEG sera lancé à deux occasions, d'abord celle du célèbre festival de whisky "FEIS ISLE" sur l'île d'Islay (le Jeudi 26 Mai), puis bien sûr à l'occasion de l'international "ARDBEG Day" qui a lieu chaque année, et cette année le samedi 28 Mai. Je n'ai pas encore d'indication de prix, mais il sera certainement à 3 chiffres ou pas loin, à quelques euros près. Rendez vous fin Mai pour plus d'informations...

 

 

 

ardbeg_dark_cove_2016_nas_46.5_fr.label_us_gwg

 

 

 

-La distillerie écossaise ARDMORE (région: Highlands de l’Est) a sorti courant 2015 une nouvelle version dans une relative discrétion (c’est pourquoi j’en reparle maintenant). Il s'agit d'un single-malt à compte d'âge (oui, oui, vous avez bien lu), un 12 ans d’âge, issu d'un élevage en fûts de chêne américains ayant contenu du Bourbon, ensuite affiné en fûts ayant contenu du Porto. Cette version titrant 46 % est une addition à la gamme régulière. Une version apparemment difficile à trouver en France, mais en vente en ligne à un peu plus de 60 €. J’en suis-je dois dire assez curieux…

 

ardmore_12_ans_port_wood_finish_2015_46_cp

 

 

-La distillerie écossaise The BALVENIE (région: Speyside) sort une nouvelle version destinée au marché hors taxes ("travel retail") asiatique et qui est lancée en ce moment même à l'aéroport Changi de Singapour. Il s'agit d'un 21 ans d'âge nommé "Madeira Cask". Pas d'autre précision pour le moment, hormis qu'il sera vendu dans un coffret en bois au prix de 295 dollars singapouriens, soit environ 200 euros ou un peu moins.

 

 

balvenie_21_ans_madeira_cask_chongi

 


 

-La distillerie Ă©cossaise BENRIACH (rĂ©gion: Speyside) propose une version de 18 ans d’âge intitulĂ©e « LATADA Â» Ă©levĂ©e en fĂ»ts de chĂŞne amĂ©ricain ayant contenu du Bourbon, puis affinĂ©e en fĂ»ts de Madère, mais il s’agit Ă©galement d’une version tourbĂ©e, non filtrĂ©e Ă  froid. Elle est rĂ©duite Ă  46 % et vendue au prix d’environ 100 €. Une alternative, semble t’il Ă  la très rĂ©ussie version « Solstice Â» (Porto/tourbĂ©e).

 

benriach_18_ans_latada_ob_madeira_n_peat

 

-La distillerie Ă©cossaise BENROMACH (propriĂ©tĂ© du nĂ©gociant Gordon & MacPhail depuis 1993-rĂ©gion : Speyside) propose pour la première fois dans son histoire (Ă  ma connaissance en tout cas) un 35 ans d’âge non millĂ©simĂ© (il y a eu plus âgĂ©, avec un 55 ans, mis en bouteille en 2005). Il s’agit d’un assemblage de fĂ»ts de Sherry de premier remplissage, titrant 43 %. La carafe est sertie d’une sorte de bijou en forme de goutte d’eau en cuivre et vendue chez certains (rares) cavistes dans un coffret bois pour plus de 500 € environ. Ce bel Ă©crin, on l’espère, sert un beau contenu…je n’ai hĂ©las pas encore eu l’occasion de le dĂ©couvrir.

 

 

benromach_35_ans_ob_2016_43_red_f_gwg

 

 

 

-Après avoir travaillé successivement pour Diageo, puis The Scotch Whisky Institute, puis rejoint The Edrington Group en 2007, pour devenir 2010 à 33 ans maître-assembleur pour la marque de blended-whisky CUTTY SARK, l'écossaise Kirsteen Campbell devient le nouveau master-blender de The FAMOUS GROUSE, l'un des premiers blended whiskies préférés des écossais (et accessoirement de votre serviteur). Elle succède ainsi à Gordon Motion, avec qui elle a travaillé de longues années. Elle est la créatrice des Cutty Sark 25 ans version "Tam O'Shanter", Cutty Sark 33 ans, Cutty Sark "Storm" et enfin Cutty Sark "Prohibition", excusez du peu! Un parcours déjà bien rempli, alors raison de plus pour le suivre !

 

 

kirsteen_campbell_new_m.b._famous_grouse_2016_gwg.

 Kirsteen Campbell, en pleine concentration...Un master blender qui compte...

 

 

La jeune distillerie Ă©cossaise AILSA BAY (rĂ©gion: Lowlands) sort malgrĂ© ses premières annonces son propre whisky sous le nom de la distillerie. En effet, elle a Ă©tĂ© construite en 2007 essentiellement pour alimenter les blended-whiskies du groupe auquel elle appartient (William Grant & sons) et c'est tout. En effet, pour la première fois, elle propose un single-malt en version tourbĂ©e (moyennement, Ă  21 p.p.m., le taux communiquĂ© Ă©tant ici un taux mesurĂ© après la production) qu’elle va progressivement mettre sur le marchĂ© (voir plus loin).  

-La distillerie Ă©cossaise GLENFARCLAS (rĂ©gion: Speyside) sort pour le marchĂ© asiatique (via Singapour uniquement) ce qui restera sĂ»rement comme l’une des mises en bouteille formellement les plus spectaculaires de la distillerie, voire de l’industrie Ă©cossaise du whisky, Ă  savoir « The PAGODA RESERVE TRILOGY Â» (un 43 ans millĂ©simĂ© « 1971 Â», un 48 ans millĂ©simĂ© « 1967 Â», et enfin un 59 ans millĂ©simĂ© « 1956 Â»). Les trois carafes en cristal de chez Glencairn sont surmontĂ©es d’un bouchon Ă©voquant un toit (de palais plus que de distillerie, d’ailleurs) en pagode. Chaque couleur de whisky est diffĂ©rente (cuivre/argent/bronze), et chaque bouchon Ă©galement, ornĂ© de finitions prĂ©cieuses (laiton/argent/or-24 carats). Il n’existe que 100 jeux des trois bouteilles, et le prix annoncĂ© est entre 11500 et 54600 SGD (dollars singapouriens), soit entre 7330 € environ et 34800 € environ. L'on se serait davantage attendu Ă  voir ces luxueuses carafes contenir des KARUIZAWA, mais pourquoi pas ?

Par ailleurs, la distillerie continue de produire régulièrement des versions millésimées dans sa série "The FAMILY CASK", mais les versions sont trop nombreuses pour être cîtées ici. J'en reparlerai s'il y a dégustation de l'une d'entre elles, par exemple.

 

 

glenfarclas_the_pagoda_trilogy_2016_asian_market

 

 

 

-La distillerie Ă©cossaise GLENFARCLAS sort Ă©galement un 50 ans d'âge, dans sa sĂ©rie "FAMILY COLLECTOR", dĂ©diĂ©e Ă  l'hĂ©ritage familial de la famille Grant, et qui n'est en qu'Ă  la moitiĂ© de ce programme d'Ă©ditions limitĂ©es. Mis en bouteille Ă  la fin de l'annĂ©e 2015, ce whisky a Ă©tĂ© distillĂ© dans les annĂ©es 1960 dans des fĂ»ts de Sherry Oloroso (mais l'on ne sait pas combien de remplissages ces fĂ»ts ont subi) et mis en bouteille Ă  la fin de l'annĂ©e 2015 avec un titrage de 41,1 %. Cette version rend hommage Ă  George Grant (1874-1949), de la 3 ème gĂ©nĂ©ration de la famille Grant, d'ou le nombre "III" gravĂ© en argent sur la boĂ®te contenant la bouteille. Ce 50 ans d'âge, visiblement issu de plusieurs fĂ»ts (je dirais entre 3 et 5) a donnĂ© 937 bouteilles, vendues dans un luxueux coffret en cuir noir au prix unitaire d'environ ÂŁ 1800, soit environ 2300 €. 

 

 

glenfarclas_50_ans_ob_fin2015_41.1

 

 

-La distillerie Ă©cossaise GLENFIDDICH (rĂ©gion: Speyside)sort plusieurs rĂ©fĂ©rences, dont une mise en bouteille (en 2015) d’un fĂ»t unique de 36 ans d’âge millĂ©simĂ© « 1979 Â» dans sa gamme « Rare Collection Â». Il s’agit du fĂ»t N°11138 (chĂŞne amĂ©ricain), qui a donnĂ© 186 bouteilles, et qui titre Ă  51,8 %. Son prix en France est d’environ 3100 €, tandis qu’au Royaume-Uni il est annoncĂ© Ă  environ 2500 €...Etrange...

 

 

glenfiddich_1979_2015_old_rare_coll_51.8

 

 

-La distillerie Ă©cossaise GLENMORANGIE (rĂ©gion: Highlands du Nord) sort dans sa gamme « PRIVATE EDITION Â» (une sĂ©rie d’éditions limitĂ©es annuelles lancĂ©e en 2009 avec le « SONNALTA Â»), une nouvelle version (la septième) nommĂ©e « MILSEAN Â» (qui signifie en gaĂ©lique « douceur Â»), Ă©laborĂ©e encore une fois par Sir Bill Lumsden. Assez diffĂ©rente de sa prĂ©cĂ©dente crĂ©ation (le « TUSAIL Â»), cette dernière Ă©dition mets Ă  nouveau l’accent sur l’affinage, avec, après une première maturation dans des fĂ»ts de Bourbon, un affinage en fĂ»ts ayant contenu du vin rouge du Portugal (du « Douro Â»), mais non sans un toastage prĂ©alable consĂ©quent de ces fĂ»ts. Une version Ă  nouveau sans mention d’âge, non filtrĂ©e Ă  froid, non colorĂ©e et titrant 46 %. Elle est vendue en France Ă  environ 80/90 €, et 5000 bouteilles de cette version ont Ă©tĂ© produites pour le monde.

 

 

 

glenmorangie_milsean_portug_wine_fin_p.e2016_46

 

 

 

 

-La distillerie Ă©cossaise The GLENTURRET (rĂ©gion: Speyside), dĂ©sormais distribuĂ©e en France via le nĂ©gociant Douglas LAING. Peu avant cela, la plus ancienne distillerie d’Ecosse (telle qu’elle est officiellement recensĂ©e) prĂ©sentait ses trois nouveautĂ©s, toutes sans mention d’âge: Une version tourbĂ©e nommĂ©e « Peated Edition Â», une version « Sherry Edition Â», et une version dite « Triple Wood Â» (assemblage de fĂ»ts ayant contenu du Bourbon, du Sherry-dans deux sortes de fĂ»ts, l’un espagnol, l’autre amĂ©ricain). Ces trois versions sont rĂ©duites Ă  40 % et sont vendues le mĂŞme prix, aux alentours de 65 €.

 

 

glenturret_the_nas_sherry_edition_2015_40

 

Ici la version "Sherry" du nouveau The GLENTURRET

 

 

-La distillerie Ă©cossaise HIGHLAND PARK (rĂ©gion: Orkney Islands) s’apprĂŞte Ă  sortir une version inĂ©dite, nommĂ©e « ICE EDITION » âgĂ©e de 17 ans. L’on en sait encore peu sur cette mystĂ©rieuse nouveautĂ© (proposĂ©e dans une bouteille de forme inĂ©dite pour la distillerie, aux facettes Ă©voquant un diamant, une bouteille teintĂ©e en bleu), hormis qu’elle est embouteillĂ©e brut de fĂ»t Ă  53,9 %. Le whisky a Ă©tĂ© entièrement Ă©levĂ© dans des fĂ»ts de Bourbon, il n’est pas colorĂ©, il n’est pas filtrĂ© Ă  froid. C'est clairement un avatar de la "Valhalla Collection". Le prix est encore incertain, mais l’on parle d’environ 190 ÂŁ Ă  priori (soit environ 240 €). Parmi les 30000 bouteilles produites, l’on sait dĂ©jĂ  que 5000 bouteilles sont d’ores et dĂ©jĂ  disponibles pour le marchĂ© du Royaume Uni, et davantage pour le marchĂ© nord-amĂ©ricain, d’après l’ambassadeur de la marque Martin Markvardsen. L’on me permettra d’avoir d’ores et dĂ©jĂ  quelques rĂ©serves tant sur le contenant que sur le nom choisi…qui Ă©voque pour moi davantage les premix, les vodkas que le whisky (question de cible ?). Fort heureusement, dans une interview donnĂ©e lors de la prĂ©sentation de ce whisky, l’ambassadeur a tenu Ă  prĂ©ciser qu’il ne s’agit pas d’une version destinĂ©e Ă  ĂŞtre dĂ©gustĂ©e sur glace, ouf ! Ceci dit, la distillerie HIGHLAND PARK a-t-elle aujourd’hui encore une âme ? C’est la question que je me pose, non sans une certaine tristesse…

 

 highland_park_17_yo_ice_edition_pres_ob_53.9

 

 

-Bonne nouvelle pour tous les amateurs de la première édition 2015 (dont je suis), le version "SANAIG" (du nom d'une petite crique au Nord-Ouest de la distillerie) de KILCHOMAN devient une version permanente de la gamme régulière à partir de cette année, aux côtés du "MACHIR BAY". La deuxième édition vient d'être lancée (ci-dessous photo de la première). Pour mémoire, il s'agit d'une version mélangeant fûts de Sherry (dont certains relativement âgés) à des fûts de Bourbon à égale proportion, et elle est tourbée à 50 p.p.m. et titre 46 %. Pour John McLellan, le directeur de la distillerie, il s'agit de "mettre en avant l'influence du fût, et ainsi de donner plus de caractère, mais aussi de couleur" (naturelle) au whisky, avec une version qui est "à la fois la continuité du style de la distillerie et des marqueurs que les amateurs apprécient chez Kilchoman, mais aussi un développement susceptible de les intéresser plus avant". Vous retrouverez également cette référence (fortement recommandée) dans la liste de mes derniers coups de coeur abordables pour l'année 2015 que je suis en train de préparer, avec une note de dégustation.

 

 

kilchoman_sanaig_1st_ed_2015_v2_gwg

 

 

-La distillerie Ă©cossaise LAGAVULIN (rĂ©gion: Islay) fĂŞte ses 200 ans d'existence cette annĂ©e. Des rumeurs circulaient depuis quelque temps sur le choix d'une bouteille commĂ©morative, avec dĂ©jĂ  des critiques sur une version très jeune. Diageo vient de confirmer via les rĂ©seaux sociaux la version choisie: C'est une Ă©dition limitĂ©e d'un 8 ans d'âge, titrant 48 %. Elle justifie le jeune compte d'âge par un hommage au cĂ©lèbre Ă©crivain du whisky Alfred Barnard, qui, lorsqu'il avait visitĂ© la distillerie, Ă  la fin du XIX ème siècle, avait trouvĂ© le 8 ans d'âge de l'Ă©poque "exceptionnellement fin". Il s'agit d'une version Ă©levĂ©e entièrement en fĂ»ts de Bourbon de plusieurs remplissages ("Refill American Oak") et disponible en plusieurs versions, allant de la demi-bouteille Ă  1 litre et 1,75 litre. Elle sera en vente en France (vraisemblablement en version 70 cl seulement) uniquement chez les cavistes Ă  partir du mois d'avril, et Ă  un prix situĂ© entre 60 et 70 €. 

 

lagavulin_8_ans_200_th_anniv_2016_48

 

 

 

-La distillerie Ă©cossaise LOCH LOMOND (rĂ©gion: Lowlands) sort une version sans mention d’âge de son INCHMURRIN « Madeira Wood Finish Â» prĂ©alablement Ă©levĂ©e en fĂ»ts ayant contenu du Bourbon & titrant 46 %. Elle est en vente en France pour un peu plus de 70 €. Il s’agit d’une des premières versions issues de la distillerie (avec notamment le 12 ans d’âge et le LOCH LOMOND « Original Â», la version « Single Grain Â» et la marque de malt « GLENGARRY Â») depuis son rachat en 2015 par Exponent Private Equity, qui a entraĂ®nĂ© un changement radical de conditionnement, pour les marques de LOCH LOMOND comme pour les mises en bouteille du single-malt GLEN SCOTIA, Ă©galement propriĂ©tĂ© du groupe.

 

 

inchmurrin_ob_madeira_wood_finish_46

 

 

-La distillerie écossaise LAPHROAIG (région: Islay), qui, rappelons-le a fêté ses 200 ans en 2015, s'apprête à sortir pour la fin du mois de Mars (et peut être bien pour le festival "FEIS ISLE" 2016, qui sait?) une édition limitée, une version sans mention d’âge (oui, toujours...-mais mon petit doigt m'a dit depuis que ce serait un assemblage de fûts âgés de 7 à 22 ans) nommée « LORE » (qui signifie "tradition"), constituée d’un assemblage de fûts Sherry de premier remplissage (des "Hogsheads" = des fûts reconstitués, la soit la majorité des fûts actuellement sur le marché), de fûts de Bourbon de petite taille ("Quarter Casks"), et enfin d'une part de vieux fûts de la distillerie. Cette version titrera 48 %, n'est filtrée à froid mais est sans doute colorée au caramel. Elle titre 48 % et est déjà en vente au Royaume Uni aux prix d’environ 75 à 85 livres sterling (soit environ 100/110 €). John Campbell, le directeur de la distillerie, présente cette nouvelle version comme "la plus riche jamais sortie par la distillerie", avec un profil aromatique, selon lui, de "malt riche et profond, avec des notes caractéristiques & distinctives de tourbe, des notes marines, mais aussi des notes minérales". Son prix indicatif est situé entre 75 et 85 livres, soit entre 100 et 110 € (les premières ventes seront réservées au club de fidélité "Friends of Laphroaig", à bon entendeur...). L'on jugera sur pièce, évidemment, si c'est vraiment la version "la plus riche"...

 

 

 

 

laphroaig_lore_ob_2016_48_gwg

 

 

 

-La distillerie Ă©cossaise LONGMORN (rĂ©gion: Speyside) sort une version sans mention d’âge nommĂ©e « The Distiller’s Choice Â», constituĂ©e d’un assemblage de fĂ»ts de Bourbon, de Sherry, et de fĂ»ts reconstituĂ©s de type Hogsheads. Cette version titre 40 %, est filtrĂ©e Ă  froid et sans doute colorĂ©e au caramel. Elle est dĂ©jĂ  en vente au Royaume Uni aux prix d’environ 65 €. A titre personnel, je n’attends rien de cette version, mais j’ai peut ĂŞtre tort ?

 

 

longmorn_ob_nas_the_distillers_choice_2016_40_red2

 

 

 

-La distillerie écossaise BRUICHLADDICH (région: Islay) présente la dernière édition en date (numéro "7.4") de son OCTOMORE, la version très tourbée (et triplement distillée-seul ce site vous le dira...comme déjà évoqué précédemment) de son single-malt affichant cette fois 167 p.p.m. (au départ du moins, ce taux est bien moindre après vieillissement...). Sa conception est un peu plus complexe (qui a dit alambiquée?) que précédemment, puisqu'il s'agit d'un assemblage de fûts de chêne neufs ("Virgin oak") à 25 % et de fûts de chêne ayant contenu précédemment une seule fois ("First fill") du Bourbon à 75 %, ce durant 3 ans. Puis l'ensemble a été remis à vieillir durant 2 ans dans des fûts de chêne neufs puis encore 2 ans dans des fûts de Bourbon de premier remplissage (ouf, sauf erreur de ma part). C'est donc une version de 7 ans d'âge qui est donc proposée, et qui titre 61,2 %. Le prix de vente moyen est aux alentours de 200 €.

 

 

 

octomore_7.4_167_ppm_7_ans_61.2_gwg

 

 

 

 

-La distillerie Ă©cossaise SPRINGBANK (rĂ©gion: Campbeltown) sort une version qui fait dĂ©jĂ  le buzz sur la toile, une nouvelle version de la mythique sĂ©rie des « LOCAL BARLEY Â» distillĂ©e dans les annĂ©es 1960 (plus prĂ©cisĂ©ment entre 1965 et 1967), susceptible mĂŞme d’être intĂ©grĂ©e Ă  la gamme rĂ©gulière, Ă  en croire la distillerie. Il s’agit d’un 16 ans d’âge distillĂ© en 1999 et titrant 54,3 %. L’orge provient d’une ferme situĂ©e Ă  environ 12 kilomètres au Sud de la distillerie, la Low Machrimore Farm. L’assemblage est de 80 % de fĂ»ts ayant contenu du Bourbon et 20 % du Sherry. 9000 bouteilles de cette nouvelle Ă©dition ont Ă©tĂ© produites. Le prix au Royaume-Uni est Ă©quivalent Ă  environ 120/130 €. Il devrait ĂŞtre bientĂ´t en vente en France. Je suis je dois dire très curieux de cette version qui a plutĂ´t bonne presse pour le moment…

Dans la partie deux de cet Editorial, je peux dĂ©jĂ  vous annoncer que « son grand frère Â» du mĂŞme nom et plus âgĂ© figure au palmarès des meilleurs whiskies au monde jamais dĂ©gustĂ©s Ă  ce jour...

 

 

springbank_16_yo_local_barley_2016_54.3

 

 

 

-La distillerie écossaise TOMATIN (région: Speyside) sort une version millésimée "1984" issue d'un fût unique ayant contenu du Bourbon (Single-Cask N°6207) présenté dans un coffret luxueux en bois et dans une carafe typique des éditions limitées millésimées récentes de la distillerie. 207 bouteilles sont issues de ce fût âgé de plus de 30 ans et le titrage en réduction naturelle est de 44,5 %. Ce TOMATIN est disponible notamment au Royaume Uni auprès de l'enseigne The Whisky Exchange pour environ un peu plus de 500 €. Une nouveauté que je serais bien curieux de déguster !

 

 

 

tomatin_1984_ob_sc_6207_44.5

-La cĂ©lĂ©bre chaĂ®ne de boutiques d'Outre-Manche spĂ©cialisĂ©es en whisky THE WHISKY SHOP (qui possède dĂ©jĂ  18 boutiques au Royaume-Uni, dont 5 en Ecosse), ouvre au printemps de cette annĂ©e (d'ici Avril ou Mai) une nouvelle boutique Ă  Paris au 7, Place de la Madeleine, dans le 8 ème arrondissement de Paris. C'est une surprise, car la concurrence, qu'elle soit spĂ©cialisĂ©e (La Maison du Whisky) ou plus gĂ©nĂ©raliste (Lavinia, Nicolas), est plutĂ´t rude dans ce quartier. THE WHISKY SHOP, qui est en plein recrutement de son Ă©quipe de vente actuellement, explique ce choix (comme je l'ai supposĂ©) par une approche diffĂ©rente, positionnĂ©e en partie sur le luxe et les blended whiskies de luxe, sur le modèle de leur boutique de Piccadilly Ă  Londres (qui travaille en partenariat Ă©troit avec Pernod-Ricard et notamment la division CHIVAS Brothers Ltd). Cette fois c'est la marque JOHNNIE WALKER qui sera Ă  l'honneur (scoop). Rappelons que cette enseigne, tout comme d'autres, se fait Ă©galement embouteiller des whiskies (uniquement des single-malts, pour le moment) pour elle par divers producteurs, notamment dans leur gamme "GLENKEIR TREASURES" (en 10 cl et 50 cl), mais aussi en version officielle, en exclusivitĂ© (Ă©dition limitĂ©e).  A suivre...

 

 

tws_london_shop_front_window_gwg

Une vue d'une des boutiques de THE WHISKY SHOP, vraisemblablement prise Ă  Londres.

 

 

 

-La toute jeune distillerie Ă©cossaise WOLFBURN (rĂ©gion: Highlands du Nord, dans la ville de Thurso, plus haut et plus Ă  l'Ouest qu' OLD PULTENEY), construite en 2012 et qui a dĂ©bute sa production en 2013 est dĂ©sormais en mesure de commercialiser sa première version en tant que Single-malt, après nous avoir fait dĂ©couvrir ses distillats lors du "Whisky Live Paris 2015" (j'y reviendrai). Il s'agit d'une version de 3 ans d'âge Ă©levĂ©e en fĂ»ts ayant contenu du Bourbon, non filtrĂ©e Ă  froid et non colorĂ©e, et enfin elle titre 46 %. La distillerie dispose de deux alambics, elle pratique une fermentation lente et utilise des fĂ»ts ayant contenu du Bourbon comme des fĂ»ts de Sherry. La distillerie, qui tire son nom de la source qui l'approvisione, est construite Ă  un peu plus de 300 mètres de distance de l'ancienne distillerie du mĂŞme nom qui a existĂ© entre 1821 et les annĂ©es 1850 (pas de date fiable pour sa fermeture). Sa production est modeste, soit environ 115000 litres d'alcool pur par an pour le moment. Ce nouveau single-malt est en vente en France Ă  la Maison du Whisky pour environ 60 €. 

 

 

wolfburn_1st_ed_as_a_s.m._ncf_3_ans_2016_46_gwg

 

 

 

IRLANDE :

 

-La distillerie BUSHMILLS d’Irlande du Nord, va proposer une toute nouvelle gamme de whiskies (« The STEAMSHIP Collection Â») destinĂ©s au commerce hors taxes (pour le moment uniquement dans les aĂ©roports de Belfast, Dublin et Londres), gamme rendant hommage au S.S. Bushmills, un bateau Ă  vapeur qui en Ă  partir de 1890 navigua très loin (jusqu’au Japon) pour transporter du vin fortifiĂ©, du Rhum ou du Bourbon. La première proposition de cette collection est une version simplement nommĂ©e « SHERRY CASK Â», car exclusivement Ă©levĂ©e dans des fĂ»ts de Sherry de type Oloroso et de premier remplissage. Elle est proposĂ©e en bouteilles d’un litre, au titrage de 40 % et au prix indicatif de 80 €.

 

 

bushmills_sherry_cask_travel_retail_2016_40

 

 

-La distillerie Irlandaise MIDLETON sort une nouvelle rĂ©fĂ©rence millĂ©simĂ©e « 1991 Â» et « SINGLE-CASK Â» (fĂ»t N° 48735) de son"SINGLE-POT STILL" du mĂŞme nom,sans mention d'âge ("n.a.s."), mais embouteillĂ©e en 2015 (âgĂ© d’environ 24 ans). Le fĂ»t sĂ©lectionnĂ© a contenu prĂ©alablement du Bourbon de premier remplissage.Il s'agit d’une version exclusive destinĂ©e au londonien The Whisky Exchange, et fait rare, issue d’une sĂ©lection collective via un panel de clients de ce magasin/sociĂ©tĂ© en 2015, Ă  l’occasion de la St Patrick. Elle est non filtrĂ©e Ă  froid, titre 55,2 % et est limitĂ©e Ă  186 bouteilles, vendues chacune Ă  un peu plus de 300 €.

 

 

midleton_1991_sc_twe_exclusive_55.2

 

 

-La distillerie Irlandaise MIDLETON sort Ă©galement une nouvelle rĂ©fĂ©rence cette fois sous la marque de Single-Pot Still RED BREAST (une marque relancĂ©e en 1991 mais qui date initialement de 1903 et Ă©tait Ă  l’époque la propriĂ©tĂ© de l’anglais W. A. Gilbey). InĂ©dite car sortie sous la forme d’un Single-Cask (fĂ»t N° 30087) millĂ©simĂ© « 1999 Â» (d’environ 16 ans d’âge), cette version « ALL SHERRY Â» est le fruit d’une collaboration entre Billy Leighton, le maĂ®tre-distillateur de la maison, et The Whisky Exchange, a qui cette version est exclusivement destinĂ©e. Après cette prĂ©sĂ©lection, plusieurs samples ont Ă©tĂ© Ă©galement soumis au panel Ă©voquĂ© ci-dessus. Cette intrigante version est non filtrĂ©e Ă  froid, titre 59,9 % et limitĂ©e Ă  576 bouteilles, vendues chacune Ă  un peu plus de 240 €.

 

 

/redbreast_1999_2016_sherry_cask_twe_exclusive_59.9

 

 

 

INDE :

 

Sans transition, et en restant en partie dans le nĂ©goce, la distillerie indienne PAUL JOHN, situĂ©e Ă  Goa, sur la cĂ´te Sud-Ouest, sort plusieurs Ă©ditions limitĂ©es officielles et SINGLE-CASK dont celle ci-dessous (« Bourbon Cask Â», fĂ»t N°1906, Ă  59,5 %) vendue notamment par TWE (Ă  environ 100 €).

 

 

paul_john_sc_1906_bourbon_cask_59.5

 

 

Parallèlement, une fois n’est pas coutume (je crois bien que c’est une première ?), la mĂŞme distillerie indienne PAUL JOHN propose, via la sociĂ©tĂ© de nĂ©goce allemande MALTS OF SCOTLAND deux versions brut de fĂ»t Ă©galement, et relativement âgĂ©es : Une version tourbĂ©e millĂ©simĂ©e « 2009 Â», mis en bouteille en 2015 (?) titrant 58,4 %, et une version non tourbĂ©e millĂ©simĂ©e « 2011 Â», mis en bouteille en 2015 et titrant 60 %. Les prix de ces versions sont d’environ 140/150 € pour la 2009 et 100/120 € pour la 2011.

 

 

paul_john_2009_peated_f_malts_of_scotland_58.4

 

Une version tourbée millésimée "2009" de négoce du single-malt indien PAUL JOHN.

 

 

 

ETATS-UNIS:

 

Beaucoup de choses, donc je reviendrais plus spécialement dessus un peu plus tard…

Je suis cependant dĂ©jĂ  en mesure de vous annoncer cependant une nouvelle, pas très rĂ©jouissante et qui s’inscrit dans une tendance actuelle de fond, c’est l’annonce par la distillerie HEAVEN HILL de la disparition du compte d’âge pour sa marque ELIJAH CRAIG pour la version rĂ©duite (toujours Ă  47 %) en tout cas du « SMALL BATCH Â», car (et ça c’est la bonne nouvelle) elle souhaite garder du stock pour maintenir la version de 12 ans d’âge, version brut de fĂ»t nommĂ©e « BARREL PROOF Â», mais aussi pour la version 18 ans d’âge (bonne nouvelle Ă©galement) qui a Ă©tĂ© relancĂ©e l’an dernier. Je serais tentĂ© de dire que c’est un mal pour un bien, tant ces versions brut de fĂ»t sont, en gĂ©nĂ©ral, de vrais petits chefs d’œuvre…

 

 

eliijah_craig_nas_small_batch_2016_47

 

 

-La plus ancienne distillerie américaine, MICHTER'S, située dans le Kentucky, et qui recommence à produire du whiskey depuis quelque temps, après avoir proposé l'an dernier une version nommée "TOASTED BARREL FINISHED BOURBON", à 45,7 % (disponible sur leur marché intérieur surtout, puis sur des sites de vente en ligne comme The Whisky Exchange, entre autres-notes de dégustation à venir), sort une version brut de fût du "STRAIGHT RYE" dans sa gamme "US 1", version nommée "BARREL STRENGTH STRAIGHT RYE", et qui titre 54,6 %. J'en suis très curieux, ayant bien apprécié les versions réduites et en 10 ans d'âge. A suivre...

 

 

michters_us.1_barrel_strength_straight_rye_54.6

 

 

 

JAPON :

 

-J'apprends via l'excellent site Nonjatta que le mois dernier une version exceptionnelle (peut ĂŞtre une des dernières?) du single malt KARUIZAWA est sortie: C'est toujours pour moi un dilemme que de dĂ©cider si je dois ou pas parler de telle ou telle version de ce single malt devenu très vite hautement spĂ©culatif, mais je vais le faire ce mois-ci pour plusieurs raisons, notamment parce que plusieurs d'entre eux figurent sur le classement que je suis en train de prĂ©parer pour vous des meilleures bouteilles dĂ©gustĂ©es Ă  ce jour, ensuite parce que c'est souvent très bon. Or une version très particulière  nommĂ©e "FIVE DECADES" (1960-2000)" sort, une version qui couvre presque la totalitĂ© des annĂ©es de production (puisque la distillerie a ouvert en 1955 et Ă©tĂ© mise en sommeil en 2000 -date de la dernière distillation- avant d'ĂŞtre fermĂ©e en 2011 puis dĂ©mantelĂ©e en 2012. L'assemblage "multi-vintage" a Ă©tĂ© ensuite remis Ă  marier dans un ancien fĂ»t de la distillerie durant plusieurs annĂ©es avant d'ĂŞtre mis en bouteille Ă  la fin de l'annĂ©e 2015. Le whisky final titre 61,4 %. La bouteille a Ă©tĂ© d'abord prĂ©sentĂ©e (elle est vendue dans un luxueux coffret en bois laquĂ© qui ferme Ă  clĂ©) et mise en vente au magasin Isetan de la ville de Shinjuku, mais d'autres bouteilles seront disponibles en boutiques hors taxes au Japon. Si mes (autres) sources sont correctes, cette version Ă©tait proposĂ©e aux enchères et a rapidement atteint la somme d'environ 14709 €. Bon, on se doute que cela ne sera pas pour le commun des mortels, avis donc aux collectionneurs fortunĂ©s...Le site Nonjatta est plutĂ´t enthousiaste sur cette version qu'il a eu la chance de dĂ©guster: http://www.nonjatta.com/

 

 

karuizawa_five_decades_1960_2000_61.4_auction_gwg

 

 

-YAMAZAKI « Sherry Cask Â», Ă©dition 2016, 48 %: La nouvelle Ă©dition de ce whisky, qui ne comporte d’ailleurs toujours pas de mention d’âge et bĂ©nĂ©ficie toujours (moi je dirais plutĂ´t souffre…) de l’aura de son attribution du prix du meilleur whisky au monde par Jim Murray en 2015 (pour l’édition 2013 de ce whisky), est sortie il y a peu et pose dĂ©jĂ  problème. En effet, elle est tellement attendue que dĂ©jĂ  indisponible peu après sa sortie en circuit normal, et on s’en doute, destinĂ©e très vite au second marchĂ© (traduisez Ă  la spĂ©culation). Son prix de dĂ©part au Royaume-Uni a augmentĂ© par rapport Ă  l’édition 2015, car il est annoncĂ© Ă  200 ÂŁ (soit environ 254 €), avec une allocation de 5000 bouteilles seulement pour le monde. Très vite, l’on s’est aperçu que pour nombre de boutiques, ici comme ailleurs, la vente allait ĂŞtre très contrĂ´lĂ©e, avec un rationnement du nombre de bouteilles disponibles, et un système de loterie (pour avoir le droit d’acheter la bouteille), comme c’est hĂ©las souvent le cas depuis quelques annĂ©es pour le très spĂ©culatif single-malt japonais Ă©galement KARUIZAWA. Autant le dire, un whisky difficilement disponible en France…

C’est Shinji Fukuyo, le maĂ®tre-assembleur (« chief blender Â» au Japon), qui a conçu cette Ă©dition, surveillĂ© son Ă©laboration du dĂ©but Ă  la fin, en commençant par le choix sur place en Espagne du chĂŞne puis des fĂ»ts qui allaient contenir le Sherry (des fĂ»ts prĂ©alablement toastĂ©s), puis trois annĂ©es après a sĂ©lectionnĂ© ceux qui lui convenaient. Une Ă©dition 2016 globalement plus âgĂ©e que les prĂ©cĂ©dentes, affirme t’il, et qui comportera une petite part de fĂ»ts plus âgĂ©s que prĂ©cĂ©demment, allant jusqu’à plus de 25 ans d’âge, ce afin d’apporter « plus de douceur, de profondeur, de richesse et de complexitĂ© Â». L’amateur qui rĂ©ussira Ă  le dĂ©guster jugera sur pièce.

 

 

yamazaki_sherry_cask_2016_48

 

 

 

LES NEGOCIANTS :

 

-Le nĂ©gociant/assembleur en whiskies Ă©cossais COMPASS BOX sort pour le mois de Mars (et le marchĂ© nord-amĂ©ricain, puis d'autres, dont le marchĂ© français, vers le mois de Mai) un nouveau blended whisky nommĂ© « The CIRCUS Â», en hommage au film de Charlie Chaplin. Il s’agit d’une mise en bouteille en Ă©dition limitĂ©e (3120 bouteilles) assemblant des fĂ»ts de whisky de grain et de malt dont certains sont âgĂ©s et d’origine inconnue, certains des whiskies de grain ayant Ă©tĂ© Ă©levĂ©s en fĂ»ts de Sherry, puis en partie remis Ă  marier dans des fĂ»ts de Sherry. L’assemblage titre 55 %. D'autres prĂ©cisions quant Ă  cette version Ă  suivre dès que possible (par exemple l'indication d’âge, si elle est possible bien sĂ»r Ă©tant donnĂ©s les soucis rĂ©cents qu’à eu cette maison) et une fourchette de prix...

 

 the_circus_compass_box_front_label_gwg

 

 

the_circus_b.w._compass_box_2016_ltd_ed_55_etiqu_arr.

 

Une vue de l'étiquette et de la contre-étiquette de la dernière création de John Glaser.

 

 

-Le nĂ©gociant (Ă©galement assembleur) Ă©cossais Douglas LAING sort une version « Cask Strength Â» (brut de fĂ»t) de son Blended Malt (dont on a dĂ©jĂ  parlĂ© ici), le « ROCK OYSTER Â», une mise en bouteille en sĂ©rie limitĂ©e (small batch) assemblant des single-malts des Ă®les (Arran, Jura, Orkney, Islay). Comme la version rĂ©duite, cette version n’a pas de compte d’âge et son titrage est de 57,4 %. Ce whisky est non filtrĂ© Ă  froid et non colorĂ© artificiellement, comme les prĂ©cĂ©dents assemblages de la maison. Je reviendrais prochainement sur cet assemblage….Pour information, il est en vente depuis dĂ©but FĂ©vrier sur le site de La Maison du Whisky pour la somme de 68 €.

 

 

rock_oyster_c.s._d.l._ob_pic_f_gwg_57.4

 

 

-Parmi les mises en bouteilles de single-malts, signalons Ă©galement que Douglas LAING sort plusieurs rĂ©fĂ©rences intĂ©ressantes dĂ©jĂ  sur le papier :

-BRAEVAL 25 ans (05/1990-12/2015), Douglas Laing/gamme « X.O.P. Â», rĂ©f. DL 11008 (Refill Hogshead), non filtrĂ© Ă  froid, non colorĂ©, mis en bouteille au degrĂ© naturel de 57,3 %. J’aime beaucoup BRAEVAL, et Ă  ma connaissance, peu de versions aussi âgĂ©es sont sorties sur le marchĂ©, j’en suis d’autant plus curieux…

 

 

braeval_25_yo_1990_2015_dl_xop_sc_11008_57.3_

 

 

-GLEN GRANT 30 ans (07/1985-12/2015), Douglas Laing/gamme « X.O.P. Â», rĂ©f. DL 11009 (Hogshead), non filtrĂ© Ă  froid, non colorĂ©, mis en bouteille au degrĂ© naturel de 59,1 %. 36 bouteilles seulement sont disponibles.

 

 

glen_grant_30_yo_dl_xop_1985_2015_sc_11009_59.1

 

 

-« La maison d’en face Â», si j’ose dire (en l’occurrence celle de Stewart, le frère de Fred Laing), Ă  savoir Hunter LAING sort Ă©galement plusieurs rĂ©fĂ©rences qui m’ont interpellĂ©es aussi sur le papier :

-CARSEBRIDGE 50 ans (1965-2015), Hunter Laing/gamme « Sovereign Â», (Refill Hogshead), non filtrĂ© Ă  froid, non colorĂ©, mis en bouteille au degrĂ© naturel de 41,5 %. Cette bouteille est disponible notamment chez T.W.E. pour un peu plus de 650 €. CARSEBRIDGE est une de mes distilleries de grain prĂ©fĂ©rĂ©es, et elle déçoit rarement en version âgĂ©e, alors Ă  suivre.

 

 

carsebridge_50_ans_sg_h_l._sovereign_41.5

 

 

-LOCHSIDE 52 ans (1963-2015), Hunter Laing/gamme « Sovereign Â», (Refill Hogshead), non filtrĂ© Ă  froid, non colorĂ©, mis en bouteille au degrĂ© naturel de 48,1 %. Cette bouteille est disponible notamment chez T.W.E. pour un peu plus de 840 €. Encore plus rare, un LOCHSIDE de plus de 45 ans…Attention, il s’agit de la version SINGLE-GRAIN, pas SINGLE-MALT !

 

 

lochside_52_ans_sg_hunter_laing_sovereign_48.1

 

 

-Bonne nouvelle, le nĂ©gociant (Ă©galement assembleur) Ă©cossais Duncan TAYLOR sera dĂ©sormais distribuĂ© en France par la sociĂ©tĂ© Joseph Cartron, un liquoriste français qui a Ă©galement dĂ©jĂ  son propre rĂ©seau de distribution en CHR (cafĂ©s, hĂ´tels, restaurants). L’accord entre Euan Shand (un des propriĂ©taires de ce nĂ©goce) et Joseph Cartron prĂ©voit de mettre en avant 5 diffĂ©rents produits ou gammes de la marque : Les single-malts de la gamme « OCTAVE » (affinĂ©s dans des fĂ»ts plus petits de 60 litres de capacitĂ©, des fĂ»ts de Sherry), dont des AULTMORE, CLYNELISH (le plus âgĂ© de l’offre, millĂ©simĂ© « 1995 Â» et titrant 49,5 %), CRAIGELLACHIE, GLENTAUCHERS, ROYAL BRACKLA, tous non colorĂ©s, non filtrĂ©s Ă  froid & brut de fĂ»ts, mais aussi un « ISLAY BLENDED MALT Â» (millĂ©simĂ© « 1997 Â» et rĂ©duit Ă  50 %). En rĂ©fĂ©rence de single-malt anonyme, l’on pourra aussi dĂ©guster le « WHISKY GALORE Â» millĂ©simĂ© 2010, rĂ©duit Ă  40 %.

Les français distribueront Ă©galement le blended whisky jeune & tourbĂ© « BIG SMOKE Â», en version Ă  40 % comme Ă  60 %, basĂ© pour la partie single malt sur les trois distilleries suivantes : ARDBEG, CAOL ILA & BRUICHLADDICH. Pour ceux qui prĂ©fèrent que la tourbe soit en sourdine, un autre blended whisky sera proposĂ©, le « SCOTTISH GLORY Â» blended, rĂ©duit Ă  40 %. D’autres prĂ©cisions Ă  venir de la part du nĂ©gociant. Par contre c'est un autre distributeur, CBH, qui distribuera les rĂ©fĂ©rences suivantes : Le nouveau blended whisky "SMOKIN' " (voir ci-dessous), le blended whisky "BLACK BULL" et ses dĂ©clinaisons Ă  compte d'âge, ainsi que la gamme "DIMENSIONS". Merci Ă  Allan White (directeur des ventes pour l'Europe) pour ces complĂ©ments d'information que je rajouterai au fur et Ă  mesure.

 

 

duncan_taylor_gamme_2016_distrib_j.cartron

Les produits Duncan TAYLOR prioritairement distribués en France par Joseph Cartron à partir de 2016.

 

 

La nouvelle référence de DUNCAN TAYLOR intitulée "SMOKIN' (The Glentleman's Dram") qui arrive en France est un blended whisky écossais qui se veut à l'ancienne, non filtré à froid et non coloré, proche de l'esprit des vieux blends du XIX ème siècle. Sa composition est secrète, mais j'ai pu savoir que ses composantes tourbées ne venaient pas uniquement d'Islay (les noms d'ARDMORE ou de BENRIACH, mais aussi LONGROW ou LEDAIG me viennent à l'esprit, mais ce ne sont que des hypothèses-tout comme la couleur foncée qui suggère un travail important de brûlage des fûts). Du côté des single malts inclus dans l'assemblage, ce sont les fûts de Bourbon qui sont à l'honneur. Il n'y a pas de mention d'âge, et le blend est réduit à 40 %. Un whisky qui arrive tardivement en France, mais auréolé de récompenses internationales depuis 2013 (à l'I.W.S.C.: "Gold" /Quality Award), puis doublement récompensé à la San Francisco World Spirits Competition en 2014 et en 2015 avec un prix "Double Gold"). Je n'ai pas d'indication de prix pour le moment. A suivre...

 

 

 

smokin_d.t._blend_70_cl_ncf_nc_40_full_b_f_gwg

 

 

GregsWhiskyGuide - Administration

Version 1.5.18 GregsWhiskyGuide
Preview01Logout
 
 
 

 

 

EDITORIAL No 19 :

 

(Première Partie)-Part 1/2 

 

Mise Ă  jour/Update: 16/03/2016

 

 

INTRODUCTION :

 

Pour ce nouvel éditorial, je vous propose un retour à une forme plus classique sur Greg’s Whisky Guide, avec son cortège de nouveautés (dont j’essaie de vous donner le maximum d’informations possibles), une sélection assortie de commentaires (attente, pertinence, etc…car, oui, si certaines nouveautés sont excitantes sur le papier, d’autres le sont bien moins…), de nouvelles aussi, mais aussi une deuxième partie pour marquer le coup. Oui, cher lecteur, il m’a récemment été donné la chance de déguster un whisky exceptionnel, comme l’on en rencontre rarement, ce qui m’a fait penser que je n’avais pas vraiment encore établi de liste des meilleurs whiskies dégustés à ce jour…C’est un exercice difficile qui fait appel à la mémoire autant qu’aux notes, mais je vous soumets, dans toute sa subjectivité, cette liste des 10 Meilleurs Whiskies dégustés à ce jour (en réalité il y en aura bien plus, grâce au rôle des ex-aequo!). J’y joins donc mes notes de dégustation exclusives sur ce tout dernier whisky exceptionnel*, ainsi que quelques notes également inédites sur des whiskies devenus parfois rares de nos jours…

Enfin, parce qu’il est toujours un peu frustrant de lire des choses Ă©logieuses sur des bouteilles que la plupart d’entre nous (je m’inclus dans le nombre !) ne pourront que difficilement voire jamais acquĂ©rir, je vous propose une liste de MES DERNIERS COUPS DE CĹ’UR ABORDABLES.

Bonne lecture…

 

* = Un indice : Il s'agit d'un whisky écossais, de la région des Highlands, avec un compte d'âge et embouteillé au degré naturel par une société importante possédant le plus grand nombre à elle seule des distilleries écossaises. Les plus "pointus" d'entre vous auront déjà trouvé, mais là ou cela se complique c'est qu'il en existe plusieurs éditions....Vous brûlez? Alors la solution très bientôt.

 

 

Plan de l’EDITORIAL N°19 :

 

1/ NOUVELLES BREVES ET NOUVEAUTES WHISKIES –disponible ci-dessous

2/ MES MEILLEURS WHISKIES AU MONDE DEGUSTES A CE JOUR –à venir

3/ MES DERNIERS COUPS DE CĹ’UR ABORDABLES –à venir

 

 

***

 

1/ NOUVELLES BOUTEILLES & NOUVELLES BREVES (SĂ©lection):

(Selected Short News & New Bottlings)

 

ECOSSE:

-La jeune distillerie écossaise AILSA BAY (région: Lowlands) sort malgré ses premières annonces son propre whisky sous le nom de la distillerie. En effet, elle a été construite en 2007 essentiellement pour alimenter les blended-whiskies du groupe auquel elle appartient (William Grant & sons) et c'est tout. En effet, pour la première fois, elle propose un single-malt en version tourbée (moyennement, à 21 p.p.m., le taux communiqué étant ici un taux mesuré après la production) qu’elle va progressivement mettre sur le marché (voir plus loin). De manière plutôt nouvelle (et que l’on espère pas trop gadget), un autre taux est communiqué au public, celui du taux de douceur (S.P.P.M.= Sweet Parts per Million) qui est de 11 et constituerait selon Brian Kinsman, le maître-assembleur, un nouveau critère de choix donné au public. Egalement à signaler, le choix d’assembler avant maturation deux distillats différents, à la mode japonaise, à l’étape du distillat pur.

Celui-ci va d’abord subir durant 6 à 9 mois une maturation dans de petits fûts (25 à 100 litres) de premier remplissage servant à la maturation des Bourbons de la Tuthilltown Spirits Distillery (située sur la côte Est, dans la vallée de l’Hudson, près de New York), puis le distillat est transféré dans 3 types de fûts différents (fûts neufs, fûts de chêne américain de 1 er et 2 ème remplissage) pour une durée non précisée. Il y a ensuite mariage du contenu de ces fûts, une filtration douce seulement, et le distillat ramené à 48,9 %. Dans un premier temps ce whisky sera vendu en Europe du Nord et en Grande-Bretagne (à raison d’environ 360 caisses de whisky vendues à 55 livres la bouteille), puis il est envisagé d’étendre la vente à d’autres régions courant 2016.

 

/ailsa_bay_single_malt_2016_48.9_cp_f_gwg

 

 

 

 

-La distillerie écossaise ARBEG (région: Islay) qui fêtait ses 200 ans d'existence en 2015 va sortir pour deux occasions prochaines une nouvelle version (toujours sans compte d'âge-oui, vous connaissez ce refrain hélas trop courant) nommée "DARK COVE". Peu d'informations ont filtré encore, juste un "teasing" de la part de la distillerie envers leur club de fidélité et des informations relatives au dépôt de demandes d'autorisation pour le marché "US" d'une bouteille (donc de 75 cl, d'ou cette mention sur l'étiquette reproduite ci-dessous). Il s'agit en tout cas d'un single-malt issu d'un élevage en fûts de chêne européens ayant contenu du Dark Sherry (peut être un Oloroso âgé, un Matusalem, ou encore un Pedro Ximenez, pour le moment l'on en sait pas plus...). Tout comme d'autresversions précédentes et récentes (je pense au "Perpetuum", par exemple), il y aura une deux versions, une version classique réduite titrant 46,5 %, et une autre, nommée "Committee Edition", pour le club de fidélité du même nom, version qui elle titrera 55 %. Ce nouvel ARDBEG sera lancé à deux occasions, d'abord celle du célèbre festival de whisky "FEIS ISLE" sur l'île d'Islay (le Jeudi 26 Mai), puis bien sûr à l'occasion de l'international "ARDBEG Day" qui a lieu chaque année, et cette année le samedi 28 Mai. Je n'ai pas encore d'indication de prix, mais il sera certainement à 3 chiffres ou pas loin, à quelques euros près. Rendez vous fin Mai pour plus d'informations...

 

 

 

ardbeg_dark_cove_2016_nas_46.5_fr.label_us_gwg

 

 

 

-La distillerie écossaise ARDMORE (région: Highlands de l’Est) a sorti courant 2015 une nouvelle version dans une relative discrétion (c’est pourquoi j’en reparle maintenant). Il s'agit d'un single-malt à compte d'âge (oui, oui, vous avez bien lu), un 12 ans d’âge, issu d'un élevage en fûts de chêne américains ayant contenu du Bourbon, ensuite affiné en fûts ayant contenu du Porto. Cette version titrant 46 % est une addition à la gamme régulière. Une version apparemment difficile à trouver en France, mais en vente en ligne à un peu plus de 60 €. J’en suis-je dois dire assez curieux…

 

ardmore_12_ans_port_wood_finish_2015_46_cp

 

 

-La distillerie écossaise The BALVENIE (région: Speyside) sort une nouvelle version destinée au marché hors taxes ("travel retail") asiatique et qui est lancée en ce moment même à l'aéroport Changi de Singapour. Il s'agit d'un 21 ans d'âge nommé "Madeira Cask". Pas d'autre précision pour le moment, hormis qu'il sera vendu dans un coffret en bois au prix de 295 dollars singapouriens, soit environ 200 euros ou un peu moins.

 

 

balvenie_21_ans_madeira_cask_chongi

 


 

-La distillerie Ă©cossaise BENRIACH (rĂ©gion: Speyside) propose une version de 18 ans d’âge intitulĂ©e « LATADA Â» Ă©levĂ©e en fĂ»ts de chĂŞne amĂ©ricain ayant contenu du Bourbon, puis affinĂ©e en fĂ»ts de Madère, mais il s’agit Ă©galement d’une version tourbĂ©e, non filtrĂ©e Ă  froid. Elle est rĂ©duite Ă  46 % et vendue au prix d’environ 100 €. Une alternative, semble t’il Ă  la très rĂ©ussie version « Solstice Â» (Porto/tourbĂ©e).

 

benriach_18_ans_latada_ob_madeira_n_peat

 

-La distillerie Ă©cossaise BENROMACH (propriĂ©tĂ© du nĂ©gociant Gordon & MacPhail depuis 1993-rĂ©gion : Speyside) propose pour la première fois dans son histoire (Ă  ma connaissance en tout cas) un 35 ans d’âge non millĂ©simĂ© (il y a eu plus âgĂ©, avec un 55 ans, mis en bouteille en 2005). Il s’agit d’un assemblage de fĂ»ts de Sherry de premier remplissage, titrant 43 %. La carafe est sertie d’une sorte de bijou en forme de goutte d’eau en cuivre et vendue chez certains (rares) cavistes dans un coffret bois pour plus de 500 € environ. Ce bel Ă©crin, on l’espère, sert un beau contenu…je n’ai hĂ©las pas encore eu l’occasion de le dĂ©couvrir.

 

 

benromach_35_ans_ob_2016_43_red_f_gwg

 

 

 

-Après avoir travaillé successivement pour Diageo, puis The Scotch Whisky Institute, puis rejoint The Edrington Group en 2007, pour devenir 2010 à 33 ans maître-assembleur pour la marque de blended-whisky CUTTY SARK, l'écossaise Kirsteen Campbell devient le nouveau master-blender de The FAMOUS GROUSE, l'un des premiers blended whiskies préférés des écossais (et accessoirement de votre serviteur). Elle succède ainsi à Gordon Motion, avec qui elle a travaillé de longues années. Elle est la créatrice des Cutty Sark 25 ans version "Tam O'Shanter", Cutty Sark 33 ans, Cutty Sark "Storm" et enfin Cutty Sark "Prohibition", excusez du peu! Un parcours déjà bien rempli, alors raison de plus pour le suivre !

 

 

kirsteen_campbell_new_m.b._famous_grouse_2016_gwg.

 Kirsteen Campbell, en pleine concentration...Un master blender qui compte...

 

 

La jeune distillerie Ă©cossaise AILSA BAY (rĂ©gion: Lowlands) sort malgrĂ© ses premières annonces son propre whisky sous le nom de la distillerie. En effet, elle a Ă©tĂ© construite en 2007 essentiellement pour alimenter les blended-whiskies du groupe auquel elle appartient (William Grant & sons) et c'est tout. En effet, pour la première fois, elle propose un single-malt en version tourbĂ©e (moyennement, Ă  21 p.p.m., le taux communiquĂ© Ă©tant ici un taux mesurĂ© après la production) qu’elle va progressivement mettre sur le marchĂ© (voir plus loin).  

-La distillerie Ă©cossaise GLENFARCLAS (rĂ©gion: Speyside) sort pour le marchĂ© asiatique (via Singapour uniquement) ce qui restera sĂ»rement comme l’une des mises en bouteille formellement les plus spectaculaires de la distillerie, voire de l’industrie Ă©cossaise du whisky, Ă  savoir « The PAGODA RESERVE TRILOGY Â» (un 43 ans millĂ©simĂ© « 1971 Â», un 48 ans millĂ©simĂ© « 1967 Â», et enfin un 59 ans millĂ©simĂ© « 1956 Â»). Les trois carafes en cristal de chez Glencairn sont surmontĂ©es d’un bouchon Ă©voquant un toit (de palais plus que de distillerie, d’ailleurs) en pagode. Chaque couleur de whisky est diffĂ©rente (cuivre/argent/bronze), et chaque bouchon Ă©galement, ornĂ© de finitions prĂ©cieuses (laiton/argent/or-24 carats). Il n’existe que 100 jeux des trois bouteilles, et le prix annoncĂ© est entre 11500 et 54600 SGD (dollars singapouriens), soit entre 7330 € environ et 34800 € environ. L'on se serait davantage attendu Ă  voir ces luxueuses carafes contenir des KARUIZAWA, mais pourquoi pas ?

Par ailleurs, la distillerie continue de produire régulièrement des versions millésimées dans sa série "The FAMILY CASK", mais les versions sont trop nombreuses pour être cîtées ici. J'en reparlerai s'il y a dégustation de l'une d'entre elles, par exemple.

 

 

glenfarclas_the_pagoda_trilogy_2016_asian_market

 

 

 

-La distillerie Ă©cossaise GLENFARCLAS sort Ă©galement un 50 ans d'âge, dans sa sĂ©rie "FAMILY COLLECTOR", dĂ©diĂ©e Ă  l'hĂ©ritage familial de la famille Grant, et qui n'est en qu'Ă  la moitiĂ© de ce programme d'Ă©ditions limitĂ©es. Mis en bouteille Ă  la fin de l'annĂ©e 2015, ce whisky a Ă©tĂ© distillĂ© dans les annĂ©es 1960 dans des fĂ»ts de Sherry Oloroso (mais l'on ne sait pas combien de remplissages ces fĂ»ts ont subi) et mis en bouteille Ă  la fin de l'annĂ©e 2015 avec un titrage de 41,1 %. Cette version rend hommage Ă  George Grant (1874-1949), de la 3 ème gĂ©nĂ©ration de la famille Grant, d'ou le nombre "III" gravĂ© en argent sur la boĂ®te contenant la bouteille. Ce 50 ans d'âge, visiblement issu de plusieurs fĂ»ts (je dirais entre 3 et 5) a donnĂ© 937 bouteilles, vendues dans un luxueux coffret en cuir noir au prix unitaire d'environ ÂŁ 1800, soit environ 2300 €. 

 

 

glenfarclas_50_ans_ob_fin2015_41.1

 

 

-La distillerie Ă©cossaise GLENFIDDICH (rĂ©gion: Speyside)sort plusieurs rĂ©fĂ©rences, dont une mise en bouteille (en 2015) d’un fĂ»t unique de 36 ans d’âge millĂ©simĂ© « 1979 Â» dans sa gamme « Rare Collection Â». Il s’agit du fĂ»t N°11138 (chĂŞne amĂ©ricain), qui a donnĂ© 186 bouteilles, et qui titre Ă  51,8 %. Son prix en France est d’environ 3100 €, tandis qu’au Royaume-Uni il est annoncĂ© Ă  environ 2500 €...Etrange...

 

 

glenfiddich_1979_2015_old_rare_coll_51.8

 

 

-La distillerie Ă©cossaise GLENMORANGIE (rĂ©gion: Highlands du Nord) sort dans sa gamme « PRIVATE EDITION Â» (une sĂ©rie d’éditions limitĂ©es annuelles lancĂ©e en 2009 avec le « SONNALTA Â»), une nouvelle version (la septième) nommĂ©e « MILSEAN Â» (qui signifie en gaĂ©lique « douceur Â»), Ă©laborĂ©e encore une fois par Sir Bill Lumsden. Assez diffĂ©rente de sa prĂ©cĂ©dente crĂ©ation (le « TUSAIL Â»), cette dernière Ă©dition mets Ă  nouveau l’accent sur l’affinage, avec, après une première maturation dans des fĂ»ts de Bourbon, un affinage en fĂ»ts ayant contenu du vin rouge du Portugal (du « Douro Â»), mais non sans un toastage prĂ©alable consĂ©quent de ces fĂ»ts. Une version Ă  nouveau sans mention d’âge, non filtrĂ©e Ă  froid, non colorĂ©e et titrant 46 %. Elle est vendue en France Ă  environ 80/90 €, et 5000 bouteilles de cette version ont Ă©tĂ© produites pour le monde.

 

 

 

glenmorangie_milsean_portug_wine_fin_p.e2016_46

 

 

 

 

-La distillerie Ă©cossaise The GLENTURRET (rĂ©gion: Speyside), dĂ©sormais distribuĂ©e en France via le nĂ©gociant Douglas LAING. Peu avant cela, la plus ancienne distillerie d’Ecosse (telle qu’elle est officiellement recensĂ©e) prĂ©sentait ses trois nouveautĂ©s, toutes sans mention d’âge: Une version tourbĂ©e nommĂ©e « Peated Edition Â», une version « Sherry Edition Â», et une version dite « Triple Wood Â» (assemblage de fĂ»ts ayant contenu du Bourbon, du Sherry-dans deux sortes de fĂ»ts, l’un espagnol, l’autre amĂ©ricain). Ces trois versions sont rĂ©duites Ă  40 % et sont vendues le mĂŞme prix, aux alentours de 65 €.

 

 

glenturret_the_nas_sherry_edition_2015_40

 

Ici la version "Sherry" du nouveau The GLENTURRET

 

 

-La distillerie Ă©cossaise HIGHLAND PARK (rĂ©gion: Orkney Islands) s’apprĂŞte Ă  sortir une version inĂ©dite, nommĂ©e « ICE EDITION » âgĂ©e de 17 ans. L’on en sait encore peu sur cette mystĂ©rieuse nouveautĂ© (proposĂ©e dans une bouteille de forme inĂ©dite pour la distillerie, aux facettes Ă©voquant un diamant, une bouteille teintĂ©e en bleu), hormis qu’elle est embouteillĂ©e brut de fĂ»t Ă  53,9 %. Le whisky a Ă©tĂ© entièrement Ă©levĂ© dans des fĂ»ts de Bourbon, il n’est pas colorĂ©, il n’est pas filtrĂ© Ă  froid. C'est clairement un avatar de la "Valhalla Collection". Le prix est encore incertain, mais l’on parle d’environ 190 ÂŁ Ă  priori (soit environ 240 €). Parmi les 30000 bouteilles produites, l’on sait dĂ©jĂ  que 5000 bouteilles sont d’ores et dĂ©jĂ  disponibles pour le marchĂ© du Royaume Uni, et davantage pour le marchĂ© nord-amĂ©ricain, d’après l’ambassadeur de la marque Martin Markvardsen. L’on me permettra d’avoir d’ores et dĂ©jĂ  quelques rĂ©serves tant sur le contenant que sur le nom choisi…qui Ă©voque pour moi davantage les premix, les vodkas que le whisky (question de cible ?). Fort heureusement, dans une interview donnĂ©e lors de la prĂ©sentation de ce whisky, l’ambassadeur a tenu Ă  prĂ©ciser qu’il ne s’agit pas d’une version destinĂ©e Ă  ĂŞtre dĂ©gustĂ©e sur glace, ouf ! Ceci dit, la distillerie HIGHLAND PARK a-t-elle aujourd’hui encore une âme ? C’est la question que je me pose, non sans une certaine tristesse…

 

 highland_park_17_yo_ice_edition_pres_ob_53.9

 

 

-Bonne nouvelle pour tous les amateurs de la première édition 2015 (dont je suis), le version "SANAIG" (du nom d'une petite crique au Nord-Ouest de la distillerie) de KILCHOMAN devient une version permanente de la gamme régulière à partir de cette année, aux côtés du "MACHIR BAY". La deuxième édition vient d'être lancée (ci-dessous photo de la première). Pour mémoire, il s'agit d'une version mélangeant fûts de Sherry (dont certains relativement âgés) à des fûts de Bourbon à égale proportion, et elle est tourbée à 50 p.p.m. et titre 46 %. Pour John McLellan, le directeur de la distillerie, il s'agit de "mettre en avant l'influence du fût, et ainsi de donner plus de caractère, mais aussi de couleur" (naturelle) au whisky, avec une version qui est "à la fois la continuité du style de la distillerie et des marqueurs que les amateurs apprécient chez Kilchoman, mais aussi un développement susceptible de les intéresser plus avant". Vous retrouverez également cette référence (fortement recommandée) dans la liste de mes derniers coups de coeur abordables pour l'année 2015 que je suis en train de préparer, avec une note de dégustation.

 

 

kilchoman_sanaig_1st_ed_2015_v2_gwg

 

 

-La distillerie Ă©cossaise LAGAVULIN (rĂ©gion: Islay) fĂŞte ses 200 ans d'existence cette annĂ©e. Des rumeurs circulaient depuis quelque temps sur le choix d'une bouteille commĂ©morative, avec dĂ©jĂ  des critiques sur une version très jeune. Diageo vient de confirmer via les rĂ©seaux sociaux la version choisie: C'est une Ă©dition limitĂ©e d'un 8 ans d'âge, titrant 48 %. Elle justifie le jeune compte d'âge par un hommage au cĂ©lèbre Ă©crivain du whisky Alfred Barnard, qui, lorsqu'il avait visitĂ© la distillerie, Ă  la fin du XIX ème siècle, avait trouvĂ© le 8 ans d'âge de l'Ă©poque "exceptionnellement fin". Il s'agit d'une version Ă©levĂ©e entièrement en fĂ»ts de Bourbon de plusieurs remplissages ("Refill American Oak") et disponible en plusieurs versions, allant de la demi-bouteille Ă  1 litre et 1,75 litre. Elle sera en vente en France (vraisemblablement en version 70 cl seulement) uniquement chez les cavistes Ă  partir du mois d'avril, et Ă  un prix situĂ© entre 60 et 70 €. 

 

lagavulin_8_ans_200_th_anniv_2016_48

 

 

 

-La distillerie Ă©cossaise LOCH LOMOND (rĂ©gion: Lowlands) sort une version sans mention d’âge de son INCHMURRIN « Madeira Wood Finish Â» prĂ©alablement Ă©levĂ©e en fĂ»ts ayant contenu du Bourbon & titrant 46 %. Elle est en vente en France pour un peu plus de 70 €. Il s’agit d’une des premières versions issues de la distillerie (avec notamment le 12 ans d’âge et le LOCH LOMOND « Original Â», la version « Single Grain Â» et la marque de malt « GLENGARRY Â») depuis son rachat en 2015 par Exponent Private Equity, qui a entraĂ®nĂ© un changement radical de conditionnement, pour les marques de LOCH LOMOND comme pour les mises en bouteille du single-malt GLEN SCOTIA, Ă©galement propriĂ©tĂ© du groupe.

 

 

inchmurrin_ob_madeira_wood_finish_46

 

 

-La distillerie écossaise LAPHROAIG (région: Islay), qui, rappelons-le a fêté ses 200 ans en 2015, s'apprête à sortir pour la fin du mois de Mars (et peut être bien pour le festival "FEIS ISLE" 2016, qui sait?) une édition limitée, une version sans mention d’âge (oui, toujours...) nommée « LORE » (qui signifie "tradition"), constituée d’un assemblage de fûts Sherry de premier remplissage (des "Hogsheads" = des fûts reconstitués, la soit la majorité des fûts actuellement sur le marché), de fûts de Bourbon de petite taille ("Quarter Casks"), et enfin d'une part de vieux fûts de la distillerie. Cette version titrera 48 %, n'est filtrée à froid mais est sans doute colorée au caramel. Elle titre 48 % et est déjà en vente au Royaume Uni aux prix d’environ 75 à 85 livres sterling (soit environ 100/110 €). John Campbell, le directeur de la distillerie, présente cette nouvelle version comme "la plus riche jamais sortie par la distillerie", avec un profil aromatique, selon lui, de "malt riche et profond, avec des notes caractéristiques & distinctives de tourbe, des notes marines, mais aussi des notes minérales". Son prix indicatif est situé entre 75 et 85 livres, soit entre 100 et 110 € (les premières ventes seront réservées au club de fidélité "Friends of Laphroaig", à bon entendeur...). L'on jugera sur pièce, évidemment, si c'est vraiment la version "la plus riche"...

 

 

 

 

laphroaig_lore_ob_2016_48_gwg

 

 

 

-La distillerie Ă©cossaise LONGMORN (rĂ©gion: Speyside) sort une version sans mention d’âge nommĂ©e « The Distiller’s Choice Â», constituĂ©e d’un assemblage de fĂ»ts de Bourbon, de Sherry, et de fĂ»ts reconstituĂ©s de type Hogsheads. Cette version titre 40 %, est filtrĂ©e Ă  froid et sans doute colorĂ©e au caramel. Elle est dĂ©jĂ  en vente au Royaume Uni aux prix d’environ 65 €. A titre personnel, je n’attends rien de cette version, mais j’ai peut ĂŞtre tort ?

 

 

longmorn_ob_nas_the_distillers_choice_2016_40_red2

 

 

 

-La distillerie écossaise BRUICHLADDICH (région: Islay) présente la dernière édition en date (numéro "7.4") de son OCTOMORE, la version très tourbée (et triplement distillée-seul ce site vous le dira...comme déjà évoqué précédemment) de son single-malt affichant cette fois 167 p.p.m. (au départ du moins, ce taux est bien moindre après vieillissement...). Sa conception est un peu plus complexe (qui a dit alambiquée?) que précédemment, puisqu'il s'agit d'un assemblage de fûts de chêne neufs ("Virgin oak") à 25 % et de fûts de chêne ayant contenu précédemment une seule fois ("First fill") du Bourbon à 75 %, ce durant 3 ans. Puis l'ensemble a été remis à vieillir durant 2 ans dans des fûts de chêne neufs puis encore 2 ans dans des fûts de Bourbon de premier remplissage (ouf, sauf erreur de ma part). C'est donc une version de 7 ans d'âge qui est donc proposée, et qui titre 61,2 %. Le prix de vente moyen est aux alentours de 200 €.

 

 

 

octomore_7.4_167_ppm_7_ans_61.2_gwg

 

 

 

 

-La distillerie Ă©cossaise SPRINGBANK (rĂ©gion: Campbeltown) sort une version qui fait dĂ©jĂ  le buzz sur la toile, une nouvelle version de la mythique sĂ©rie des « LOCAL BARLEY Â» distillĂ©e dans les annĂ©es 1960 (plus prĂ©cisĂ©ment entre 1965 et 1967), susceptible mĂŞme d’être intĂ©grĂ©e Ă  la gamme rĂ©gulière, Ă  en croire la distillerie. Il s’agit d’un 16 ans d’âge distillĂ© en 1999 et titrant 54,3 %. L’orge provient d’une ferme situĂ©e Ă  environ 12 kilomètres au Sud de la distillerie, la Low Machrimore Farm. L’assemblage est de 80 % de fĂ»ts ayant contenu du Bourbon et 20 % du Sherry. 9000 bouteilles de cette nouvelle Ă©dition ont Ă©tĂ© produites. Le prix au Royaume-Uni est Ă©quivalent Ă  environ 120/130 €. Il devrait ĂŞtre bientĂ´t en vente en France. Je suis je dois dire très curieux de cette version qui a plutĂ´t bonne presse pour le moment…

Dans la partie deux de cet Editorial, je peux dĂ©jĂ  vous annoncer que « son grand frère Â» du mĂŞme nom et plus âgĂ© figure au palmarès des meilleurs whiskies au monde jamais dĂ©gustĂ©s Ă  ce jour...

 

 

springbank_16_yo_local_barley_2016_54.3

 

 

 

-La distillerie écossaise TOMATIN (région: Speyside) sort une version millésimée "1984" issue d'un fût unique ayant contenu du Bourbon (Single-Cask N°6207) présenté dans un coffret luxueux en bois et dans une carafe typique des éditions limitées millésimées récentes de la distillerie. 207 bouteilles sont issues de ce fût âgé de plus de 30 ans et le titrage en réduction naturelle est de 44,5 %. Ce TOMATIN est disponible notamment au Royaume Uni auprès de l'enseigne The Whisky Exchange pour environ un peu plus de 500 €. Une nouveauté que je serais bien curieux de déguster !

 

 

 

tomatin_1984_ob_sc_6207_44.5

-La cĂ©lĂ©bre chaĂ®ne de boutiques d'Outre-Manche spĂ©cialisĂ©es en whisky THE WHISKY SHOP (qui possède dĂ©jĂ  18 boutiques au Royaume-Uni, dont 5 en Ecosse), ouvre au printemps de cette annĂ©e (d'ici Avril ou Mai) une nouvelle boutique Ă  Paris au 7, Place de la Madeleine, dans le 8 ème arrondissement de Paris. C'est une surprise, car la concurrence, qu'elle soit spĂ©cialisĂ©e (La Maison du Whisky) ou plus gĂ©nĂ©raliste (Lavinia, Nicolas), est plutĂ´t rude dans ce quartier. THE WHISKY SHOP, qui est en plein recrutement de son Ă©quipe de vente actuellement, explique ce choix (comme je l'ai supposĂ©) par une approche diffĂ©rente, positionnĂ©e en partie sur le luxe et les blended whiskies de luxe, sur le modèle de leur boutique de Piccadilly Ă  Londres (qui travaille en partenariat Ă©troit avec Pernod-Ricard et notamment la division CHIVAS Brothers Ltd). Cette fois c'est la marque JOHNNIE WALKER qui sera Ă  l'honneur (scoop). Rappelons que cette enseigne, tout comme d'autres, se fait Ă©galement embouteiller des whiskies (uniquement des single-malts, pour le moment) pour elle par divers producteurs, notamment dans leur gamme "GLENKEIR TREASURES" (en 10 cl et 50 cl), mais aussi en version officielle, en exclusivitĂ© (Ă©dition limitĂ©e).  A suivre...

 

 

tws_london_shop_front_window_gwg

Une vue d'une des boutiques de THE WHISKY SHOP, vraisemblablement prise Ă  Londres.

 

 

 

-La toute jeune distillerie Ă©cossaise WOLFBURN (rĂ©gion: Highlands du Nord, dans la ville de Thurso, plus haut et plus Ă  l'Ouest qu' OLD PULTENEY), construite en 2012 et qui a dĂ©bute sa production en 2013 est dĂ©sormais en mesure de commercialiser sa première version en tant que Single-malt, après nous avoir fait dĂ©couvrir ses distillats lors du "Whisky Live Paris 2015" (j'y reviendrai). Il s'agit d'une version de 3 ans d'âge Ă©levĂ©e en fĂ»ts ayant contenu du Bourbon, non filtrĂ©e Ă  froid et non colorĂ©e, et enfin elle titre 46 %. La distillerie dispose de deux alambics, elle pratique une fermentation lente et utilise des fĂ»ts ayant contenu du Bourbon comme des fĂ»ts de Sherry. La distillerie, qui tire son nom de la source qui l'approvisione, est construite Ă  un peu plus de 300 mètres de distance de l'ancienne distillerie du mĂŞme nom qui a existĂ© entre 1821 et les annĂ©es 1850 (pas de date fiable pour sa fermeture). Sa production est modeste, soit environ 115000 litres d'alcool pur par an pour le moment. Ce nouveau single-malt est en vente en France Ă  la Maison du Whisky pour environ 60 €. 

 

 

wolfburn_1st_ed_as_a_s.m._ncf_3_ans_2016_46_gwg

 

 

 

IRLANDE :

 

-La distillerie BUSHMILLS d’Irlande du Nord, va proposer une toute nouvelle gamme de whiskies (« The STEAMSHIP Collection Â») destinĂ©s au commerce hors taxes (pour le moment uniquement dans les aĂ©roports de Belfast, Dublin et Londres), gamme rendant hommage au S.S. Bushmills, un bateau Ă  vapeur qui en Ă  partir de 1890 navigua très loin (jusqu’au Japon) pour transporter du vin fortifiĂ©, du Rhum ou du Bourbon. La première proposition de cette collection est une version simplement nommĂ©e « SHERRY CASK Â», car exclusivement Ă©levĂ©e dans des fĂ»ts de Sherry de type Oloroso et de premier remplissage. Elle est proposĂ©e en bouteilles d’un litre, au titrage de 40 % et au prix indicatif de 80 €.

 

 

bushmills_sherry_cask_travel_retail_2016_40

 

 

-La distillerie Irlandaise MIDLETON sort une nouvelle rĂ©fĂ©rence millĂ©simĂ©e « 1991 Â» et « SINGLE-CASK Â» (fĂ»t N° 48735) de son"SINGLE-POT STILL" du mĂŞme nom,sans mention d'âge ("n.a.s."), mais embouteillĂ©e en 2015 (âgĂ© d’environ 24 ans). Le fĂ»t sĂ©lectionnĂ© a contenu prĂ©alablement du Bourbon de premier remplissage.Il s'agit d’une version exclusive destinĂ©e au londonien The Whisky Exchange, et fait rare, issue d’une sĂ©lection collective via un panel de clients de ce magasin/sociĂ©tĂ© en 2015, Ă  l’occasion de la St Patrick. Elle est non filtrĂ©e Ă  froid, titre 55,2 % et est limitĂ©e Ă  186 bouteilles, vendues chacune Ă  un peu plus de 300 €.

 

 

midleton_1991_sc_twe_exclusive_55.2

 

 

-La distillerie Irlandaise MIDLETON sort Ă©galement une nouvelle rĂ©fĂ©rence cette fois sous la marque de Single-Pot Still RED BREAST (une marque relancĂ©e en 1991 mais qui date initialement de 1903 et Ă©tait Ă  l’époque la propriĂ©tĂ© de l’anglais W. A. Gilbey). InĂ©dite car sortie sous la forme d’un Single-Cask (fĂ»t N° 30087) millĂ©simĂ© « 1999 Â» (d’environ 16 ans d’âge), cette version « ALL SHERRY Â» est le fruit d’une collaboration entre Billy Leighton, le maĂ®tre-distillateur de la maison, et The Whisky Exchange, a qui cette version est exclusivement destinĂ©e. Après cette prĂ©sĂ©lection, plusieurs samples ont Ă©tĂ© Ă©galement soumis au panel Ă©voquĂ© ci-dessus. Cette intrigante version est non filtrĂ©e Ă  froid, titre 59,9 % et limitĂ©e Ă  576 bouteilles, vendues chacune Ă  un peu plus de 240 €.

 

 

/redbreast_1999_2016_sherry_cask_twe_exclusive_59.9

 

 

 

INDE :

 

Sans transition, et en restant en partie dans le nĂ©goce, la distillerie indienne PAUL JOHN, situĂ©e Ă  Goa, sur la cĂ´te Sud-Ouest, sort plusieurs Ă©ditions limitĂ©es officielles et SINGLE-CASK dont celle ci-dessous (« Bourbon Cask Â», fĂ»t N°1906, Ă  59,5 %) vendue notamment par TWE (Ă  environ 100 €).

 

 

paul_john_sc_1906_bourbon_cask_59.5

 

 

Parallèlement, une fois n’est pas coutume (je crois bien que c’est une première ?), la mĂŞme distillerie indienne PAUL JOHN propose, via la sociĂ©tĂ© de nĂ©goce allemande MALTS OF SCOTLAND deux versions brut de fĂ»t Ă©galement, et relativement âgĂ©es : Une version tourbĂ©e millĂ©simĂ©e « 2009 Â», mis en bouteille en 2015 (?) titrant 58,4 %, et une version non tourbĂ©e millĂ©simĂ©e « 2011 Â», mis en bouteille en 2015 et titrant 60 %. Les prix de ces versions sont d’environ 140/150 € pour la 2009 et 100/120 € pour la 2011.

 

 

paul_john_2009_peated_f_malts_of_scotland_58.4

 

Une version tourbée millésimée "2009" de négoce du single-malt indien PAUL JOHN.

 

 

 

ETATS-UNIS:

 

Beaucoup de choses, donc je reviendrais plus spécialement dessus un peu plus tard…

Je suis cependant dĂ©jĂ  en mesure de vous annoncer cependant une nouvelle, pas très rĂ©jouissante et qui s’inscrit dans une tendance actuelle de fond, c’est l’annonce par la distillerie HEAVEN HILL de la disparition du compte d’âge pour sa marque ELIJAH CRAIG pour la version rĂ©duite (toujours Ă  47 %) en tout cas du « SMALL BATCH Â», car (et ça c’est la bonne nouvelle) elle souhaite garder du stock pour maintenir la version de 12 ans d’âge, version brut de fĂ»t nommĂ©e « BARREL PROOF Â», mais aussi pour la version 18 ans d’âge (bonne nouvelle Ă©galement) qui a Ă©tĂ© relancĂ©e l’an dernier. Je serais tentĂ© de dire que c’est un mal pour un bien, tant ces versions brut de fĂ»t sont, en gĂ©nĂ©ral, de vrais petits chefs d’œuvre…

 

 

eliijah_craig_nas_small_batch_2016_47

 

 

-La plus ancienne distillerie américaine, MICHTER'S, située dans le Kentucky, et qui recommence à produire du whiskey depuis quelque temps, après avoir proposé l'an dernier une version nommée "TOASTED BARREL FINISHED BOURBON", à 45,7 % (disponible sur leur marché intérieur surtout, puis sur des sites de vente en ligne comme The Whisky Exchange, entre autres-notes de dégustation à venir), sort une version brut de fût du "STRAIGHT RYE" dans sa gamme "US 1", version nommée "BARREL STRENGTH STRAIGHT RYE", et qui titre 54,6 %. J'en suis très curieux, ayant bien apprécié les versions réduites et en 10 ans d'âge. A suivre...

 

 

michters_us.1_barrel_strength_straight_rye_54.6

 

 

 

JAPON :

 

-J'apprends via l'excellent site Nonjatta que le mois dernier une version exceptionnelle (peut ĂŞtre une des dernières?) du single malt KARUIZAWA est sortie: C'est toujours pour moi un dilemme que de dĂ©cider si je dois ou pas parler de telle ou telle version de ce single malt devenu très vite hautement spĂ©culatif, mais je vais le faire ce mois-ci pour plusieurs raisons, notamment parce que plusieurs d'entre eux figurent sur le classement que je suis en train de prĂ©parer pour vous des meilleures bouteilles dĂ©gustĂ©es Ă  ce jour, ensuite parce que c'est souvent très bon. Or une version très particulière  nommĂ©e "FIVE DECADES" (1960-2000)" sort, une version qui couvre presque la totalitĂ© des annĂ©es de production (puisque la distillerie a ouvert en 1955 et Ă©tĂ© mise en sommeil en 2000 -date de la dernière distillation- avant d'ĂŞtre fermĂ©e en 2011 puis dĂ©mantelĂ©e en 2012. L'assemblage "multi-vintage" a Ă©tĂ© ensuite remis Ă  marier dans un ancien fĂ»t de la distillerie durant plusieurs annĂ©es avant d'ĂŞtre mis en bouteille Ă  la fin de l'annĂ©e 2015. Le whisky final titre 61,4 %. La bouteille a Ă©tĂ© d'abord prĂ©sentĂ©e (elle est vendue dans un luxueux coffret en bois laquĂ© qui ferme Ă  clĂ©) et mise en vente au magasin Isetan de la ville de Shinjuku, mais d'autres bouteilles seront disponibles en boutiques hors taxes au Japon. Si mes (autres) sources sont correctes, cette version Ă©tait proposĂ©e aux enchères et a rapidement atteint la somme d'environ 14709 €. Bon, on se doute que cela ne sera pas pour le commun des mortels, avis donc aux collectionneurs fortunĂ©s...Le site Nonjatta est plutĂ´t enthousiaste sur cette version qu'il a eu la chance de dĂ©guster: http://www.nonjatta.com/

 

 

karuizawa_five_decades_1960_2000_61.4_auction_gwg

 

 

-YAMAZAKI « Sherry Cask Â», Ă©dition 2016, 48 %: La nouvelle Ă©dition de ce whisky, qui ne comporte d’ailleurs toujours pas de mention d’âge et bĂ©nĂ©ficie toujours (moi je dirais plutĂ´t souffre…) de l’aura de son attribution du prix du meilleur whisky au monde par Jim Murray en 2015 (pour l’édition 2013 de ce whisky), est sortie il y a peu et pose dĂ©jĂ  problème. En effet, elle est tellement attendue que dĂ©jĂ  indisponible peu après sa sortie en circuit normal, et on s’en doute, destinĂ©e très vite au second marchĂ© (traduisez Ă  la spĂ©culation). Son prix de dĂ©part au Royaume-Uni a augmentĂ© par rapport Ă  l’édition 2015, car il est annoncĂ© Ă  200 ÂŁ (soit environ 254 €), avec une allocation de 5000 bouteilles seulement pour le monde. Très vite, l’on s’est aperçu que pour nombre de boutiques, ici comme ailleurs, la vente allait ĂŞtre très contrĂ´lĂ©e, avec un rationnement du nombre de bouteilles disponibles, et un système de loterie (pour avoir le droit d’acheter la bouteille), comme c’est hĂ©las souvent le cas depuis quelques annĂ©es pour le très spĂ©culatif single-malt japonais Ă©galement KARUIZAWA. Autant le dire, un whisky difficilement disponible en France…

C’est Shinji Fukuyo, le maĂ®tre-assembleur (« chief blender Â» au Japon), qui a conçu cette Ă©dition, surveillĂ© son Ă©laboration du dĂ©but Ă  la fin, en commençant par le choix sur place en Espagne du chĂŞne puis des fĂ»ts qui allaient contenir le Sherry (des fĂ»ts prĂ©alablement toastĂ©s), puis trois annĂ©es après a sĂ©lectionnĂ© ceux qui lui convenaient. Une Ă©dition 2016 globalement plus âgĂ©e que les prĂ©cĂ©dentes, affirme t’il, et qui comportera une petite part de fĂ»ts plus âgĂ©s que prĂ©cĂ©demment, allant jusqu’à plus de 25 ans d’âge, ce afin d’apporter « plus de douceur, de profondeur, de richesse et de complexitĂ© Â». L’amateur qui rĂ©ussira Ă  le dĂ©guster jugera sur pièce.

 

 

yamazaki_sherry_cask_2016_48

 

 

 

LES NEGOCIANTS :

 

-Le nĂ©gociant/assembleur en whiskies Ă©cossais COMPASS BOX sort pour le mois de Mars (et le marchĂ© nord-amĂ©ricain, puis d'autres, dont le marchĂ© français, vers le mois de Mai) un nouveau blended whisky nommĂ© « The CIRCUS Â», en hommage au film de Charlie Chaplin. Il s’agit d’une mise en bouteille en Ă©dition limitĂ©e (3120 bouteilles) assemblant des fĂ»ts de whisky de grain et de malt dont certains sont âgĂ©s et d’origine inconnue, certains des whiskies de grain ayant Ă©tĂ© Ă©levĂ©s en fĂ»ts de Sherry, puis en partie remis Ă  marier dans des fĂ»ts de Sherry. L’assemblage titre 55 %. D'autres prĂ©cisions quant Ă  cette version Ă  suivre dès que possible (par exemple l'indication d’âge, si elle est possible bien sĂ»r Ă©tant donnĂ©s les soucis rĂ©cents qu’à eu cette maison) et une fourchette de prix...

 

 the_circus_compass_box_front_label_gwg

 

 

the_circus_b.w._compass_box_2016_ltd_ed_55_etiqu_arr.

 

Une vue de l'étiquette et de la contre-étiquette de la dernière création de John Glaser.

 

 

-Le nĂ©gociant (Ă©galement assembleur) Ă©cossais Douglas LAING sort une version « Cask Strength Â» (brut de fĂ»t) de son Blended Malt (dont on a dĂ©jĂ  parlĂ© ici), le « ROCK OYSTER Â», une mise en bouteille en sĂ©rie limitĂ©e (small batch) assemblant des single-malts des Ă®les (Arran, Jura, Orkney, Islay). Comme la version rĂ©duite, cette version n’a pas de compte d’âge et son titrage est de 57,4 %. Ce whisky est non filtrĂ© Ă  froid et non colorĂ© artificiellement, comme les prĂ©cĂ©dents assemblages de la maison. Je reviendrais prochainement sur cet assemblage….Pour information, il est en vente depuis dĂ©but FĂ©vrier sur le site de La Maison du Whisky pour la somme de 68 €.

 

 

rock_oyster_c.s._d.l._ob_pic_f_gwg_57.4

 

 

-Parmi les mises en bouteilles de single-malts, signalons Ă©galement que Douglas LAING sort plusieurs rĂ©fĂ©rences intĂ©ressantes dĂ©jĂ  sur le papier :

-BRAEVAL 25 ans (05/1990-12/2015), Douglas Laing/gamme « X.O.P. Â», rĂ©f. DL 11008 (Refill Hogshead), non filtrĂ© Ă  froid, non colorĂ©, mis en bouteille au degrĂ© naturel de 57,3 %. J’aime beaucoup BRAEVAL, et Ă  ma connaissance, peu de versions aussi âgĂ©es sont sorties sur le marchĂ©, j’en suis d’autant plus curieux…

 

 

braeval_25_yo_1990_2015_dl_xop_sc_11008_57.3_

 

 

-GLEN GRANT 30 ans (07/1985-12/2015), Douglas Laing/gamme « X.O.P. Â», rĂ©f. DL 11009 (Hogshead), non filtrĂ© Ă  froid, non colorĂ©, mis en bouteille au degrĂ© naturel de 59,1 %. 36 bouteilles seulement sont disponibles.

 

 

glen_grant_30_yo_dl_xop_1985_2015_sc_11009_59.1

 

 

-« La maison d’en face Â», si j’ose dire (en l’occurrence celle de Stewart, le frère de Fred Laing), Ă  savoir Hunter LAING sort Ă©galement plusieurs rĂ©fĂ©rences qui m’ont interpellĂ©es aussi sur le papier :

-CARSEBRIDGE 50 ans (1965-2015), Hunter Laing/gamme « Sovereign Â», (Refill Hogshead), non filtrĂ© Ă  froid, non colorĂ©, mis en bouteille au degrĂ© naturel de 41,5 %. Cette bouteille est disponible notamment chez T.W.E. pour un peu plus de 650 €. CARSEBRIDGE est une de mes distilleries de grain prĂ©fĂ©rĂ©es, et elle déçoit rarement en version âgĂ©e, alors Ă  suivre.

 

 

carsebridge_50_ans_sg_h_l._sovereign_41.5

 

 

-LOCHSIDE 52 ans (1963-2015), Hunter Laing/gamme « Sovereign Â», (Refill Hogshead), non filtrĂ© Ă  froid, non colorĂ©, mis en bouteille au degrĂ© naturel de 48,1 %. Cette bouteille est disponible notamment chez T.W.E. pour un peu plus de 840 €. Encore plus rare, un LOCHSIDE de plus de 45 ans…Attention, il s’agit de la version SINGLE-GRAIN, pas SINGLE-MALT !

 

 

lochside_52_ans_sg_hunter_laing_sovereign_48.1

 

 

-Bonne nouvelle, le nĂ©gociant (Ă©galement assembleur) Ă©cossais Duncan TAYLOR sera dĂ©sormais distribuĂ© en France par la sociĂ©tĂ© Joseph Cartron, un liquoriste français qui a Ă©galement dĂ©jĂ  son propre rĂ©seau de distribution en CHR (cafĂ©s, hĂ´tels, restaurants). L’accord entre Euan Shand (un des propriĂ©taires de ce nĂ©goce) et Joseph Cartron prĂ©voit de mettre en avant 5 diffĂ©rents produits ou gammes de la marque : Les single-malts de la gamme « OCTAVE » (affinĂ©s dans des fĂ»ts plus petits de 60 litres de capacitĂ©, des fĂ»ts de Sherry), dont des AULTMORE, CLYNELISH (le plus âgĂ© de l’offre, millĂ©simĂ© « 1995 Â» et titrant 49,5 %), CRAIGELLACHIE, GLENTAUCHERS, ROYAL BRACKLA, tous non colorĂ©s, non filtrĂ©s Ă  froid & brut de fĂ»ts, mais aussi un « ISLAY BLENDED MALT Â» (millĂ©simĂ© « 1997 Â» et rĂ©duit Ă  50 %). En rĂ©fĂ©rence de single-malt anonyme, l’on pourra aussi dĂ©guster le « WHISKY GALORE Â» millĂ©simĂ© 2010, rĂ©duit Ă  40 %.

Les français distribueront Ă©galement le blended whisky jeune & tourbĂ© « BIG SMOKE Â», en version Ă  40 % comme Ă  60 %, basĂ© pour la partie single malt sur les trois distilleries suivantes : ARDBEG, CAOL ILA & BRUICHLADDICH. Pour ceux qui prĂ©fèrent que la tourbe soit en sourdine, un autre blended whisky sera proposĂ©, le « SCOTTISH GLORY Â» blended, rĂ©duit Ă  40 %. D’autres prĂ©cisions Ă  venir de la part du nĂ©gociant. Par contre c'est un autre distributeur, CBH, qui distribuera les rĂ©fĂ©rences suivantes : Le nouveau blended whisky "SMOKIN' " (voir ci-dessous), le blended whisky "BLACK BULL" et ses dĂ©clinaisons Ă  compte d'âge, ainsi que la gamme "DIMENSIONS". Merci Ă  Allan White (directeur des ventes pour l'Europe) pour ces complĂ©ments d'information que je rajouterai au fur et Ă  mesure.

 

 

duncan_taylor_gamme_2016_distrib_j.cartron

Les produits Duncan TAYLOR prioritairement distribués en France par Joseph Cartron à partir de 2016.

 

 

La nouvelle référence de DUNCAN TAYLOR intitulée "SMOKIN' (The Glentleman's Dram") qui arrive en France est un blended whisky écossais qui se veut à l'ancienne, non filtré à froid et non coloré, proche de l'esprit des vieux blends du XIX ème siècle. Sa composition est secrète, mais j'ai pu savoir que ses composantes tourbées ne venaient pas uniquement d'Islay (les noms d'ARDMORE ou de BENRIACH, mais aussi LONGROW ou LEDAIG me viennent à l'esprit, mais ce ne sont que des hypothèses-tout comme la couleur foncée qui suggère un travail important de brûlage des fûts). Du côté des single malts inclus dans l'assemblage, ce sont les fûts de Bourbon qui sont à l'honneur. Il n'y a pas de mention d'âge, et le blend est réduit à 40 %. Un whisky qui arrive tardivement en France, mais auréolé de récompenses internationales depuis 2013 (à l'I.W.S.C.: "Gold" /Quality Award), puis doublement récompensé à la San Francisco World Spirits Competition en 2014 et en 2015 avec un prix "Double Gold"). Je n'ai pas d'indication de prix pour le moment. A suivre...

 

 

 

smokin_d.t._blend_70_cl_ncf_nc_40_full_b_f_gwg

 

 

-Chez GORDON & MACPHAIL, signalons, entre autres sorties, une rareté, provenant d’une distillerie du Speyside fermée en 1985 mais dont Diageo possède encore un peu de stock bien qu’elle fût revendue au groupe William Grant & sons qui en exploite les installations (surtout les chais):

 

-CONVALMORE de 40 ans (1975-2015), GORDON & MacPHAIL/gamme « Rare Old Â», 46 %. C’est probablement l’une des mises en bouteilles les plus âgĂ©es jamais sorties, et en tout cas plus âgĂ©e que les versions de 36 ans d’âge officielles et de chez CADENHEAD sorties en 2013. La sociĂ©tĂ© The Whisky Exchange le propose pour un peu plus de 600 € Ă  l’heure actuelle.

 

 

convalmore_1975_2015_40_ans_gmp_rare_old_46

 

 

A signaler, une annonce significative, celle de la branche de sociĂ©tĂ© de nĂ©goce The SPECIALITY DRINKS Ltd de The Whisky Exchange (l’équivalent de La Maison du Whisky au Royaume-Uni et dont le QG et les boutiques sont situĂ©es Ă  Londres), avec la crĂ©ation d’une rĂ©fĂ©rence permanente du blended malt « PEAT Â», dans la gamme « Elements of Islay Â», par les crĂ©ateurs de la fameuse gamme « Port Askaig Â». Oliver Chilton, l’homme aux commandes de cette gamme, nous assure qu’il s’agira d’une sĂ©lection de whiskies en provenance d’Islay, et chose Ă©galement intĂ©ressante, que l’assemblage sera embouteillĂ© brut de fĂ»t, soit pour la première Ă©dition en tout cas, 59,3 %, pour un peu moins de 50 € environ (et toujours en flacons de 50 cl).

 

 

 

peat_elements_of_islay_2016_59.3

 

 

-Chez les nĂ©gociants moins connus, signalons Ă©galement quelques sorties de single-malts anonymes:

 

-La Vintage Malt Whisky company propose une nouvelle version de son FINLAGGAN nommĂ©e « EILEAN MOR Â», version « SMALL BATCH Â», Ă©dition 2015, et titrant 46 % au lieu de 40 % pour l’ « OLD RESERVE Â». Toujours sans compte d’âge, elle est vendue Ă  environ 60 €, mais parfois difficile Ă  trouver en France dans les rĂ©seaux de cavistes classiques.

 

 

finlaggan_eilean_mor_s.batch_205_46

 

 

 

-La sociĂ©tĂ© Fox Fitzgerald et le crĂ©ateur de ce single-malt, Eamonn Jones, propose dĂ©sormais son « PEAT’S BEAST Â» Ă©galement en version « CASK STRENGTH Â», avec affinage de 9 mois en fĂ»ts ayant contenu du Sherry de type Pedro Ximenez. Cette version titre 54,1 %, elle est toujours non filtrĂ©e Ă  froid et est vendue (mĂŞme rĂ©serve que ci-dessus) Ă  environ 80 €.

 

 

 

peats_beast_c.s._p.x._sherry_finish_54.1

 

 

 

 

A noter Ă©galement comme curiositĂ©s rĂ©cemment sorties et passĂ©es presque inaperçues, ces deux propositions :

 

-« CORRIE MOHR Â», un single-malt anonyme, qui a Ă©tĂ© crĂ©Ă© par le cĂ©lèbre maĂ®tre-assembleur Richard Paterson, et qui est un assemblage de fĂ»ts ayant contenu du Bourbon avec d’autres ayant contenu du Sherry et provenant de la mĂŞme distillerie non prĂ©cisĂ©e. Le whisky en question, sous-titrĂ© « Cigar Reserve Â», estrĂ©vĂ©lateur de sa destination, un accord avec le cigare. Un troublant parallèle avec la version similairement titrĂ©e du single-malt DALMORE. De lĂ  Ă  dire qu’il s’agit du mĂŞme whisky, je ne peux l’affirmer, mais en tout cas il y a dĂ©jĂ  une diffĂ©rence majeure, c’est qu’il est embouteillĂ© Ă  46 %. Il est disponible pour environ 60 € sur le marchĂ© du Royaume-Uni.

 

corriemohr_cigar_reserve_s.m._46

 

 

 

-L’obscure St JAMES Whiskey Brandy Distillery (pas d’autres informations en effet Ă  son sujet pour le moment) a rĂ©cemment sorti un « world blended-whisky Â» nommĂ© « ORBIS Â» : Il s’agit d’un assemblage de whiskes en provenance de chacun des 5 pays « historiques Â» (les premiers Ă  avoir produit du whisky) , Ă  savoir l’Irlande, Le Royaume-Uni (Ecosse), les Etats-Unis, le Canada et enfin le Japon. Pas d’autre prĂ©cisions sur cet assemblage, sinon qu’il ne comporte pas de mention d’âge, qu’il est proposĂ© en bouteilles de 70 cl, que l’alcool est rĂ©duit Ă  40 % et qu’il s’agissait Ă  l’origine d’une version destinĂ©e aux zones hors taxes. Il se vend dans les pays anglo-saxons Ă  environ 50 €.

 

 

orbis_aged_world_whiskey_2016_40

 

 

***

 

 

Rappel GENERAL :

Côté nouveautés, sorties, nouvelles du monde du whisky depuis la fin Septembre 2015, une partie de celles-ci seront intégrées dans mon compte-rendu à venir de mes visites au salon Whisky Live Paris 2015 & Salon Club-Expert Dugas 2015. Encore mes excuses pour le retard.

 

Point SANTE (de votre serviteur) :

Bonne nouvelle, il semble qu’au vu des derniers examens de santĂ© du mois de fĂ©vrier 2016, je sois en (bonne) voie de guĂ©rison quant Ă  mes soucis d’altĂ©ration de mes capacitĂ©s olfactives. Je devrais recouvrer la totalitĂ© de mes capacitĂ©s d’ici quelques semaines, voire quelques mois. C’est un soulagement qui va me permettre de reprendre bientĂ´t de manière plus complète la prise de notes lors des dĂ©gustations.

 

***

 

A SUIVRE (PARTIES 2 et 3) :

 

2/ MES MEILLEURS WHISKIES AU MONDE DEGUSTES A CE JOUR

3/ MES DERNIERS COUPS DE CĹ’UR ABORDABLES

 

 

A NOTER/CONCLUSION provisoire :

 

Vous retrouverez très vite ici la deuxième et troisième partie de cet EDITORIAL N°19 (car il est dĂ©jĂ  assez long, or je ne voulais pas vous faire attendre plus longtemps pour au moins le point sur les nouveautĂ©s). Autre nouvelle façon de procĂ©der, ces deux parties Ă  venir, correspondant Ă  une demande de la part d’une partie de mes lecteurs, seront disponibles en ligne de deux manières diffĂ©rentes, d’abord en lien direct avec cet Ă©ditorial en page d’accueil, mais aussi dans l’entrĂ©e « EXPRESS NOTES Â» ou "LISTES THEMATIQUES" du menu haut (Ă  confirmer), ce qui permettra de facilitĂ© la recherche du sujet en mode « recherche Â» (menu haut Ă©galement), sachant que je dĂ©plore, chers lecteurs & lectrices, les « bugs Â» de cette entrĂ©e (elle ne donne pas accès en effet Ă  tout, hĂ©las, suite Ă  un lourd souci technique).

Prochainement, ce site va d’ailleurs devoir ĂŞtre entièrement refondĂ©, un travail titanesque, je ne vous le cache pas, et qui va dĂ©pendre Ă©galement de mon Ă©volution en tant qu’écrivain indĂ©pendant du whisky et « bloggeur Â», suite Ă  certains projets très rĂ©cents en cours. Bien sĂ»r je vous informerai de l’évolution de cette situation…Merci de votre fidĂ©litĂ© en attendant…

EDITORIAL No 19 :

(Deuxième Partie)-Part 2/2

Mise Ă  jour/Update: 11/05/2017

Pour plus de clarté, j'ai déplacé cet éditorial assez spécial dans une section qui lui est plus adaptée, celle des LISTES THEMATIQUES.

Donc la LISTE DES MEILLEURS WHISKIES DEGUSTES A CE JOUR est dĂ©sormais disponible via le lien ci-dessous :

Here below is a link to my BEST WHISKIES TASTED SO FAR LIST :

Meilleurs Whiskies dégustés à ce jour

 

Editorial No 18

 

 

 COMMUNIQUE : 

 

 GREG'S WHISKY GUIDE soutient la campagne pour davantage de transparence portĂ©e par la sociĂ©tĂ© Compass Box & vous encourage Ă  la soutenir en allant sur ce lien :

http://www.compassboxwhisky.com/transparency/

 

De manière personnelle, j'ai souhaité m'impliquer davantage à propos de cette campagne, aussi j'ai contacté à la fois la société Compass Box et la S.W.A. (Scotch Whisky Association) afin de leur soumettre des propositions afin de trouver une solution susceptible d'aboutir à un accord équitable entre les parties, en faisant avancer le plus possible la question de la transparence pour le consommateur sur une base assez large (pas seulement au sujet de l'âge, mais aussi au sujet du type de fûts utilisés, du nombre de remplissages, du traitement de brûlage ou toastage, des additifs, etc...). J'en reparlerais ici prochainement.

 

 ***

 

EDITORIAL No 18 : « LA PART DU REVE » (DĂ©cembre 2015):

 

(« The Dream’s Share Â», December 2015) 

 

Première Edition/1st Edition: 29/12/2015

Mise Ă  jour/Update: 23/01/2016

 

INTRODUCTION :

 

Tout d’abord je voulais souhaiter de JOYEUSES FETES à tous les lecteurs & lectrices, qu’ils soient fidèles ou de passage sur le site. UNE BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2016 à venir, qu’elle vous apporte SANTE, BONHEUR & PROSPERITE, et….Plein de bons drams à déguster, avec modération évidemment…et discernement, étant donnée la montée des prix.

Pour ce nouvel Ă©ditorial quelque peu allĂ©gĂ© (vous en trouverez les raisons en fin d’éditorial, dans le communiquĂ© publiĂ© le 17/12/15 sur lequel je ne reviens pas ici, n’ayant pas d’élĂ©ment nouveau Ă  vous communiquer pour le moment), j’ai voulu prolonger un peu le sujet du prĂ©cĂ©dent Editorial, Ă  savoir celui d’un film sur le whisky, mais en l’étendant cette fois au monde entier. Je vous propose ainsi une petite sĂ©lection de clips, films ou vidĂ©os sur le whisky, dans un rapide tour d’horizon, qui mĂŞle Ă  la fois des films publicitaires des producteurs de whiskies (Ă©cossais surtout), des films plus longs Ă  caractère documentaire (Ă  l’exception des fictions), des interviews de professionnels, mais aussi des films d’amateurs, et des « vlogs Â» (vidĂ©o-blogs) comme celui de Ralfy Mitchell, qui a apparemment inventĂ© ce terme.

 

 

 glendronach_dist_stillroom_rec3

La somptueuse salle des alambics de GLENDRONACH. Photo © Hugh M.

 

Ce ne sont pas tous des chef-d’œuvre, loin de lĂ , mais tous ces films (dont certains sont des « must Â» Ă  mon avis) ont quelque chose Ă  nous apprendre sur le whisky, et parfois bien davantage…(je pense notamment Ă  l’hommage Ă  Iain McArthur de Lagavulin, bouleversant). Bien entendu, il s’agit d’un choix non exhaustif et non pĂ©joratif pour les absents (il serait fastidieux ou vĂ©ritablement encyclopĂ©dique de vouloir recenser tous les films sur toutes les distilleries ou sociĂ©tĂ©s productrices de whisky, je n’en ai pas le temps), c’est aussi et surtout un prĂ©texte (peut ĂŞtre apprĂ©ciable par les temps –assez durs- qui courent) pour vous donner envie d’en dĂ©couvrir d’autres sur la toile vous-mĂŞmes…et qui sait, vous donner des idĂ©es de voyages pour cette annĂ©e 2016 Ă  venir.

Côté nouveautés, sorties, nouvelles du monde du whisky depuis la fin Septembre 2015, une partie de celles-ci seront intégrées dans mon compte-rendu à venir de mes visites au salon Whisky Live Paris 2015 & Salon Club-Expert Dugas 2015.

 

***

 

ENGLISH SUMMARY :

 

 First of all, I would like to wish you all (wether you are a regular visitor of this website or not) a HAPPY CHRISTMAS & A HAPPY NEW YEAR 2016 to come….Enjoy a couple of good drams, responsibly of course, and with care (because of the prices increase).

For this new Editorial, a bit lighter than usual (you will find why in the communiquĂ© I published on December, 17, there’s nothing new about that), I wanted to continue to talk about movies about whiskies as I did last time, but this time about Scottish whiskies & World whiskies as well rather than French ones. So here is a wee selection of videos, some being advertisement material, other rather documentaries, some with interviews with professional people, etc…or short videos or « vlogs Â», like Ralfy Mitchell does, for instance (he’s probably the author of this word).

Well, these videos are not all masterpieces for sure (even if some are « must see Â» ones), but they all tell us something about whisky, and sometimes about much more (for instance the deeply moving tribute video to Iain McArthur from Lagavulin).

Of course, this selection is non exhaustive & it doesn’t mean the distilleries or indie bottlers not mentioned here are not worth of interest, but it’ll be too long. Eventually, this is also a reason to arouse your interest for browsing about this on the internet or to travel maybe during this new year 2016 to come, who knows ?

About new bottlings, whisky news since September 2015, you will find some of these in my two reports to come, about Whisky Live Paris 2015 show & Club-Expert Dugas 2015 show.

 

***

 

SELECTION de FILMS OU VIDEOS sur LE WHISKY :

 

(A SELECTION OF FILMS OR VIDEOS ABOUT WHISKY)

 

 

GENERALITES SUR LE WHISKY ET SA FABRICATION:

 

Un excellent documentaire en anglais qui sort un peu des sentiers battus notamment dans sa dĂ©fense très traditionnelle des blended whiskies et son excellente mise en perspective historique:

https://www.youtube.com/watch?v=_ZLgHN5Jtug

 

Puis un plus court, axĂ© sur la technique :

https://www.youtube.com/watch?v=2j8AbAbb9Uw

 

Evidemment, le plus calĂ© sur la question semble encore ĂŞtre l’historien du whisky Charles MacLean, parlant ici des origines du whisky en Ecosse, et au delĂ  :

https://www.youtube.com/watch?v=H86OWmiUMfA

 

 

charles_maclean_extr_vid_singlemalt_tv_cp

 L'Ă©crivain et historien du whisky Charles MacLean, ici sur une des vidĂ©os de la chaĂ®ne SINGLEMALT TV sur youtube.com.

 

 

1/ L’ASSEMBLAGE, LE NEGOCE, VOIRE L’ARTISANAT :

 

Parmi les grandes maisons d’assemblage, BALLANTINE’S, propriĂ©tĂ© de la sociĂ©tĂ© Pernod-Ricard, prĂ©sente ici Ă  travers ce film publicitaire, l’histoire de ses blended whiskies :

https://www.youtube.com/watch?v=ooXT61ssVmc

 

 

ballantines_soiree_cha_cha_club_2014

 La gamme rĂ©gulière de BALLANTINE'S. Photo Â© GrĂ©goire Sarafian

 

Egalement cette vidĂ©o sur l’histoire de la marque JOHNNIE WALKER, appartenant Ă  Diageo :

https://www.youtube.com/watch?v=naYciFo3NyQ

 

 

Assez frustrantes, ces vidĂ©os ultra-rapides typiques de l’industrie du whisky doivent presque ĂŞtre vues au ralenti, mais heureusement de temps Ă  autre certaines ont plus de pertinence (en plus ici nous voyons Ă  l’œuvre une femme maĂ®tre-assembleur, StĂ©phanie MacCloud, de chez DEWAR’S ce qui n’est pas si courant) :

https://www.youtube.com/watch?v=1qJgcJCsF-Q

 

 stephanie_maccloud_m.b._of_dewars_cp

Stéphanie MacCLOUD, maître-assembleur chez DEWAR'S en plein travail.

 

 

L’artisanat et le whisky de nĂ©goce, lorsqu’ils s’allient avec une exigence d’innovation, ne sauraient ĂŞtre mieux incarnĂ©s que par la dĂ©marche de John Glaser de COMPASS BOX, Ă  travers ses vidĂ©os souvent très pĂ©dagogiques sur ce qu’est le whisky et aussi bien sĂ»r sur ce qu’il pourrait ĂŞtre :

https://www.youtube.com/watch?v=pDCE2PCpRtk

 

 

john_glaser_salon_cns_2011_cp

 John Glaser de COMPASS BOX lors du Salon Cocktails Spirits, en 2011. Photo: Â© GrĂ©goire Sarafian

 

 

L’assemblage (exemple ici avec WHYTE and MACKAY, DALMORE) avec une mĂ©morable session entre l’acteur britannique David Hayman et « le nez Â» qu’est Richard Paterson :

https://www.youtube.com/watch?v=HG4F0NmGpg4

 

 

gs_av_richard_p_wlp_2013

Votre serviteur avec Richard Paterson au salon Whisky Live Paris 2013. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

 

2/ LA MATURATION :

 

Ici chez GLENMORANGIE :

https://www.youtube.com/watch?v=OsHDpMquLjQ

 

 

Chez GORDON & MACPHAIL (nĂ©gociant en whiskies depuis 1895) :

https://www.youtube.com/watch?v=sP2ZpsRd7AY

 

 

A l’occasion de la sortie d’un whisky de la distillerie GLENLIVET âgĂ© de 70 ans :

https://www.youtube.com/watch?v=wfKKYpcyfbA

 

 

 glenlivet_70_ans_gmp_the_cask_in_cellar_cp

 Le fameux fĂ»t de GLENLIVET 70 ans ayant donnĂ© 100 bouteilles d'un whisky titrant encore 45,9 %.

 

 

3/ LA DEGUSTATION DU WHISKY :

 

En version « destroy Â», mais argumentĂ©e, par l’expert-assembleur Richard Paterson, assembleur chez DALMORE, JURA, et les blends WHYTE AND MACKAY :

https://www.youtube.com/watch?v=YVG1U-faqHY

 

 En version plus dĂ©contractĂ©e mais tout autant sans concessions par Gerry Tosh, de HIGHLAND PARK :

https://www.youtube.com/watch?v=Boj33DVSILQ

 

 

gerry_tosh_fr_highland_park_portrait_n_cp

 

 

4/ ECRIRE SUR LE WHISKY :

 

Dave Broom, Ă©crivain du whisky, explique son travail et la genèse de son « Atlas Mondial du Whisky Â» (recommandĂ© par votre serviteur) dont la première Ă©dition est sortie en 2010 :

https://www.youtube.com/watch?v=en5TQEtGUzM

 

 

dave_broom_et_gs_wlp_2014_r_cp 

Le fort sympathique Dave Broom, ici avec votre serviteur, lors du salon Whisky Live Paris 2014. Photo: © Constantin Sarafian

 

 

Martine Nouet, Ă©crivain français du whisky, nous parle des associations culinaires avec le whisky, Ă  l’occasion de sa rencontre avec le chef Jean-Michel NoĂ«l du restaurant parisien La Zygothèque :

https://www.youtube.com/watch?v=6PQOO-0tfdg

 

 

5/ VENDRE LE WHISKY :

 

Jean-Marc Bellier, directeur de la boutique rue d’Anjou de La Maison du Whisky, expert rĂ©dacteur des notes de dĂ©gustations des catalogues de la maison et du salon « Whisky Live Paris »prĂ©sente brièvement sa cave :

https://www.youtube.com/watch?v=r-MvBPyC2mA

 

 

6/ COLLECTIONNER LE WHISKY :

 

Sukhinder Singh, directeur de la boutique The Whisky Exchange Ă  Londres, mais aussi du salon, « The Whisky Show Â» nous donne quelques conseils pour dĂ©buter une collection :

https://www.youtube.com/watch?v=o9j0gf9dbbc

 

 

 

LES DISTILLERIES ECOSSAISES (SĂ©lection):

 

-ABERLOUR :  Alex Robertson, ambassadeur de la distilerie, nous parle dans une vidĂ©o publicitaire, depuis les chais, d'une version ancienne d' "ABunadh", un des tous meilleurs whiskies de la distillerie:

https://www.youtube.com/watch?v=-mXU37tdNk0

Voici ce que pense, sur le mĂŞme sujet, le cĂ©lèbre Ralfy Mitchell, qui propose sur youtube.com un blog des vidĂ©os (le sujet principal de son site, d’oĂą le terme de « vlog Â») des chroniques de whiskies incluant Ă  la fois des notes de dĂ©gustations et des rĂ©flexions libres sur des questions relatives au whisky et notamment son marchĂ©. Il nous propose ici une critique d’un lot de la version « A ’ Bunadh Â» (batch 48), et le compare avec d'autres lots.

https://www.youtube.com/watch?v=1-yj61VPPnY

 

 

aberlour_a_bunadh_batch_46_mom

Incontournable "A'Bunadh..."

 

 

-ARDBEG : Exemple d'une vidĂ©o publicitaire jouant parfaitement sur l'aspect "terroir" et les Ă©lĂ©ments, mais aussi les personnes qui font le whisky :

https://www.youtube.com/watch?v=9lJ6D1l8MJ4

 

-ARRAN : Une prĂ©sentation publicitaire jouant sur une voix off très typĂ©e :

https://www.youtube.com/watch?v=8UWHQde49GI

 

-BALVENIE : David Mair & l'assembleur David Stewart, autour du « Double Wood Â» de 12 ans d’âge dans le fameux chai N°24 :

https://www.youtube.com/watch?v=QzaarBCRxOE

Au sujet du 50 ans d’âge :

https://www.youtube.com/watch?v=3_bj80paaI0

 

 

david_stewart_w_tun_1401_wlp_2012_cp

David Stewart de BALVENIE au salon Whisky Live Paris 2012. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

-BENROMACH : Documentaire publicitaire incluant une prĂ©sentation des propriĂ©taires, la sociĂ©tĂ© de nĂ©goce Gordon & MacPhail :

https://www.youtube.com/watch?v=BlIFQNT_lBg

 

-BOWMORE : Un superbe petit film relativement bref, mais bien ancrĂ© sur l’apport de la distillerie Ă  l’île d’Islay :

https://www.youtube.com/watch?v=DjlTOnl7GHg

 

-BRORA (& CLYNELISH) avec Donald Renwick, distillery manager de Diageo :

https://www.youtube.com/watch?v=gje3y3cDFqo

 

-BRUICHLADDICH : Evidemment impossible d’évoquer les whiskies d’Islay et bien sĂ»r la distillerie BRUICHLADDICH (qui produit aussi les marques PORT CHARLOTTE et OCTOMORE) sans vous proposer une vidĂ©o avec une interview de Jim McEwan et son style enthousiaste, totalement de parti pris mais irrĂ©sistible, ici en plus depuis la distillerie :

https://www.youtube.com/watch?v=uwVMDR5Gbi4

Pour le cĂ´tĂ© historique, c’est au tour de Mark Reynier de nous parler de la distillerie, en images :

https://www.youtube.com/watch?v=rAa8ADnQJh8

 

 

bruichladdich_distillery_photo_mike_552

 

 

-DAFTMILL : Le cĂ©lèbre Ă©crivain du whisky Charles MacLean s’entretient avec Francis Cuthbert, le propriĂ©taire de cette nouvelle distillerie (2005) dans les Lowlands :

https://www.youtube.com/watch?v=DjlTOnl7GHg

https://www.youtube.com/watch?v=02DzqhuyVx8

 

-GLENDRONACH : Avec une vidĂ©o publicitaire de 10 minutes plutĂ´t bien faite :

https://www.youtube.com/watch?v=q-4LGp-cncA

 

 

 

glendronach_dist_3_casks_in_courtyard_cp.

 Joli spectacle dans la cour de la distillerie GLENDRONACH....Photo: Â© Hugh M.

 

 

-GLENFARCLAS : Une vidĂ©o sur cette distillerie familiale :

https://www.youtube.com/watch?v=fgxh1L3jpLE

 

-GLENFIDDICH : Exemple d’un clip publicitaire très concis (au passage avec du post-rock !) :

https://www.youtube.com/watch?v=TBql1BQpJ9c

 

-GLENGOYNE : VidĂ©o publicitaire :

https://www.youtube.com/watch?v=mlPScd88c88

 

-The GLENLIVET : Entretien entre Charles MacLean et Ian Logan, ambassadeur de la distillerie et visite rapide de la distillerie :

https://www.youtube.com/watch?v=Wa_ms0yXwAs

 

-GLENMORANGIE : L’assembleur Bill Lumsden nous parle de plusieurs versions du single-malt :

https://www.youtube.com/watch?v=04XD3ZVURJI

 

 

 

bill lumsden au wlp 2009_cp

Bill Lumsden lors du Whisky Live Paris 2009. Photo © Grégoire Sarafian

 

Sur le mĂŞme sujet, Horst Luening, le directeur de la sociĂ©tĂ© allemande The Whisky Store (caviste et sociĂ©tĂ© de vente par correspondance), nous parle d’une version rĂ©cente, le « Tusail Â», dans son style inimitable et souvent discrètement mais sĂ»rement caustique :

https://www.youtube.com/watch?v=3lhS3MxDxAc

 

 

-The GLENROTHES (& Berry Bros & Rudd) :

Une vidĂ©o intĂ©ressante, avec Ronnie COX expliquant les origines de la gamme millĂ©simĂ©e de la distillerie :

https://www.youtube.com/watch?v=SIbbD4LcHhM

 

 

-HIGHLAND PARK :

Très esthĂ©tique, ce film publicitaire sur la distillerie HIGHLAND PARK, jusqu’à la voix du narrateur, accent Ă  l’appui :

https://www.youtube.com/watch?v=7rDDHIWJbqc

Gerry Tosh, le responsable gĂ©nĂ©ral du dĂ©partement marketing, mais aussi fin sĂ©lectionneur de fĂ»ts de la distillerie (auteur des fameux « Ambassador’s Cask Â», entre autres), a enregistrĂ© des vidĂ©os sur plusieurs versions du single-malt, que ce soit la gamme rĂ©gulière ou les Ă©ditions limitĂ©es, dont celles-ci, ou l’on apprend pas mal de choses sur l’histoire de la distillerie :

A propos du 21 ans d’âge :

https://www.youtube.com/watch?v=sNbSkjn4454

A propos du millĂ©sime « 1971 Â» de la collection « Orcadian Vintage Series Â» :

https://www.youtube.com/watch?v=sS_LUS9-MeE

 

 

highland_park_distillery_warehouse_cp

 L'un des chais de la distillerie HIGHLAND PARK...

 

-KILCHOMAN :

Une interview intéressante d'Anthony Wills par Charles MacLean sur cette ferme-distillerie écossaise de l'île d'Islay :

 https://www.youtube.com/watch?v=sJpBR7p51hc

 

-LAGAVULIN : Une bouleversante interview d’Iain McArthur pour Diageo avec Dave Broom:

https://www.youtube.com/watch?v=ro3HKp_pOwM

 

 

lagavulin_iain_mcarthur_comp.

Iain MacArthur, personnage emblématique de la distillerie LAGAVULIN, qui veille sur les chais depuis plus de 40 ans.

 

Et pour se remettre de nos Ă©motions, une jolie vidĂ©o aussi publicitaire que parodique (Nick Offerman est passĂ© par lĂ  !), dans laquelle vous retrouverez Ă©galement en « guest star Â», Iain…

Lagavulin,vu par Nick Offerman

 

 

-LAPHROAIG : D’abord plusieurs petites vidĂ©os plutĂ´t amusantes Ă  propos des 200 ans de la distillerie en 2015, puis on passera aux choses sĂ©rieuses :

https://www.youtube.com/watch?v=m8Isiyu5FTc

Et comme c’était NoĂ«l il y a peu :

https://www.youtube.com/watch?v=UzR9cvsz85g

https://www.youtube.com/watch?v=JZ8-GFGVoko

https://www.youtube.com/watch?v=t_TdFOwEKuo

Un film publicitaire assez long (plus de 26 mn) assez intĂ©ressant pour expliquer le fonctionnement comme l’esprit de la distillerie (et d’une distillerie qui tourbe au passage) :

https://www.youtube.com/watch?v=k9Xo900woaU

 

Et enfin un film tourné à l'occasion d'une célébration (diffusée en ligne le 21/09/15) du 200 ème anniversaire de la distillerie:

https://www.youtube.com/watch?v=wGmr5YeOrfE

 

 

laphroaig_dist_bay_hm_com

 Une vue que j'aime particulièrement de la distillerie LAPHROAIG. Photo Â© Hugh M.

 

-OBAN : Diageo a demandĂ© Ă  l’acteur Nick Offerman de prĂ©senter de la distillerie OBAN, en lui donnant (j’imagine) carte blanche pour une vision dĂ©calĂ©e, comme Ă  son accoutumĂ©e, assez savoureuse, je dois dire :

Oban, version Nick Offerman

 


-SCAPA : Les films sur cette distillerie nordique (l’autre distillerie de whisky des Ă®les Orcades, ou « Orkney Islands Â» en anglais) ne sont pas si courants, alors voici celui-ci proposĂ© par son propriĂ©taire Pernod-Ricard, sans paroles, et telle une bande annonce de fiction Ă  suspense :

https://www.youtube.com/watch?v=km1gx4_0DK8

 

 

 

 scapa_dist_rolling_casks_ob_cp

Eh oui on fait comme on peut quand on doit transporter des fûts sur une petite île...

 

 

-SPRINGBANK : L’ancien lĂ©gendaire directeur Frank McHardy prĂ©sente le 10 ans d’âge, vĂ©ritable porte-Ă©tendard de la distillerie :

https://www.youtube.com/watch?v=xpMcwScgIS4

 

Ralfy Mitchell présente une version particulièrement populaire de SPRINGBANK, le 12 ans brut de fût ou "Cask Strenth", avec la ferveur qu'on lui connaît parfois, et que je partage sans réserve pour cette version:

https://www.youtube.com/watch?v=XSpw1WEnnqU

 

ralfy_chez_springbank_capt_vid

Ralfy Mitchell en visite Ă  la distillerie SPRINGBANK, ici avec Peter Currie, devant le coffre Ă  alcool.

 

Ralfy Mitchell visite cette distillerie artisanale pour laquelle j’ai moi aussi, comme lui, une passion de longue date :

https://www.youtube.com/watch?v=ffIDf_WtKpk

(voir ensuite dans le menu de droite de youtube pour les 6 autres Ă©pisodes)

 

-TALISKER : A dĂ©faut de photos ou de vidĂ©os de l’intĂ©rieur de la distillerie (interdites par Diageo, hĂ©las), une revue (officielle) de la version nommĂ©e « 57°North Â» :

https://www.youtube.com/watch?v=Xn7v1cWczkM

 

 

 

UN BREF PANORAMA DE QUELQUES DISTILLERIES D’AUTRES PAYS :

(Pour la France, voir l’Editorial précédent)

 

 

L’IRLANDE :

 

https://www.youtube.com/watch?v=5-IFMJz1keE

 

 

 

a_b.h.w._pics 31_bushmills_dist.

 La distillerie BUSHMILLS, sans doute la plus ancienne distillerie de whiskey d'Irlande...

 

 

LES ETATS UNIS :

 

Un historique et panorama des diffĂ©rentes distilleries :

https://www.youtube.com/watch?v=wx7unZ7enYg

Impossible de parler des whiskeys de ce pays sans Ă©voquer celle qui est peut ĂŞtre une des 30 meilleures distilleries au monde Ă  mon avis, Ă  savoir BUFFALO TRACE et les distilleries/marques associĂ©es :

https://www.youtube.com/watch?v=mzh_RH7rW4k

 

 

buffalo_trace_distillery_outdoor_view1_cp

 L'Ă©nome complexe de BUFFALO TRACE...qui s'Ă©tend sur pas moins de 20 hectares...

 

Ralfy Mitchell nous donne un bref aperçu (dĂ©veloppĂ© dans d’autres vidĂ©os associĂ©es) de l’étendue de l’offre des whiskeys du pays :

https://www.youtube.com/watch?v=JvhKbk8-44I

 

 

LE CANADA :

 

https://www.youtube.com/watch?v=IT0JhNPqkKk

 

 

wisers_canadian_whiskies_range_cp

Impossible de parler de whiskies canadiens sans Ă©voquer la distillerie WISER'S, qui date de 1857, et la plus populaire du pays.

 

 

 

LE JAPON :

 

GĂ©nĂ©ralitĂ©s :

https://www.youtube.com/watch?v=ZOl6GWZz5x8

https://www.youtube.com/watch?v=LLleQ_XCw34

 

 

Une vidĂ©o publicitaire japonaise Ă  propos de la distillerie YOICHI, du groupe NIKKA :

https://www.youtube.com/watch?v=P-mI3G-x6XY

 

 

 

yoichi_1988_detail_au_wlp_2013_gs_cp.

 Le splendide millĂ©sime 1988 du Whisky Live Paris 2013 dĂ©gustĂ© par votre serviteur. Photo: Â© Constantin Sarafian

 

 

 

Un reportage de CNN sur la distillerie YAMAZAKI du groupe SUNTORY :

 

yamazaki_distillery_ob_pic_19_cp.

 La distillerie japonaise YAMAZAKI qui date de 1923, entourĂ©e de jolis cerisiers...

 

 

LA BELGIQUE :

 

Distillerie OWL (Single Malt The BELGIAN OWL)

https://www.youtube.com/watch?v=75Ke853mtI0

 

 

belgian_owl_distillery_3_de_leurs_whiskies_cp

Trois des productions de la distillerie belge OWL, encore trop méconnue en France...

 

 

LA SUEDE :

 

Distillerie MACKMYRA :

https://www.youtube.com/watch?v=cPQDTWlmlQM

 

 

 

mackmyra_chai_lager_hackeberga_cp

 Un des chais de la distillerie MACKMYRA, au fond d'une ancienne mine...Photo: Â© avec la permission de la distillerie

 

 

LE PAYS DE GALLES :

 

Distillerie PENDERYN :

https://www.youtube.com/watch?v=OIEMg3FR7YI

https://www.youtube.com/watch?v=FLHCQQoMaNc

 

 

penderyn_sherry_port_madeira_3_versions_cp.

Trois des versions de PENDERYN disponibles en France ("SherryWood", "Portwood", "MadeiraWood"). Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 

L’INDE :

 

Distillerie AMRUT :

https://www.youtube.com/watch?v=l-vyn04uR4E

 

 

 

amrut_fusion_2010_pr_edito_8_1comp

 AMRUT "Fusion", la version emblĂ©matique de la marque. Photo: Â© GrĂ©goire Sarafian

 

 

Distillerie PAUL JOHN (dĂ©gustation d’un de leurs whiskies par Ralfy Mitchell):

https://www.youtube.com/watch?v=oDtNsXUQw5g

 

 

 

paul_john_whiskies_au_wlp_2013

Le stand PAUL JOHN au salon "Whisky Live Paris" 2013. Photo: Â© GrĂ©goire Sarafian

 

 

L’AUSTRALIE :

 

https://www.youtube.com/watch?v=ly0l-vT-U1s

 

 

 australian_stand_in_wlp_2009_ cp

Il a fallu attendre l'année 2009 pour que le public français ait un accès plus large aux whiskies australiens, ici en 2009 au salon "Whisky Live Paris". Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

CONCLUSION :

Pour des raisons de place, j’ai choisi de ne pas évoquer ici d’autres sujets liés au whisky, comme les bars à whiskies, l’art du cocktail, les salons & festivals du whisky, etc…mais cela ne veut pas dire que je n’y reviendrais pas un jour. J’espère néanmoins que cette sélection vous aura donné envie d’en apprendre plus et surtout vous aura donné quelques moments de joie et appris des choses…voir qui sait de vous rendre dans l'une des distilleries en question...Encore une excellente année 2016 !

 

Editorial No 17

 

 COMMUNIQUE (17/12/2015):

 

Que vous soyez ĂŞtes lecteurs occasionnels ou assidus de Greg’s Whisky Guide, soyez en remerciĂ©s. Vous avez sans doute remarquĂ© que depuis quelque temps, plus aucune note de dĂ©gustation dĂ©taillĂ©e n’était postĂ©e, ou tout au plus quelques notes succintes dans le dernier Ă©ditorial en date. Je veux vous dire aujourd’hui combien j’ai de la peine Ă  vous en donner la raison principale, au-delĂ  des problèmes techniques persistants et qui vont nĂ©cessiter une refonte complète du site sous peu. En effet, depuis l’étĂ© dernier, je suis atteint d’une forme Ă©volutive et partielle d’anosmie que l’on nomme dysosmie (c’est plus compliquĂ© que cela, alors je rĂ©sume), en bref, une perception altĂ©rĂ©e des odeurs et aussi du goĂ»t.

De cause encore indĂ©terminĂ©e, mĂŞme si attribuĂ©e par un des mĂ©decins vus cette Ă©tĂ© « probablement Ă  un virus Â», je pensais que le problème allait se rĂ©soudre avec le temps depuis l’étĂ© dernier ou elle est apparue, mais il n’en est rien. Il y a eu un lĂ©ger mieux en septembre/octobre dernier, c’est pourquoi j’ai pu « couvrir Â» (mĂŞme si le reportage n’est pas encore en ligne, dĂ©solĂ© !) deux salons dont le « Whisky Live Paris 2015 Â» (reportage que je mettrais en ligne dès que possible, mĂŞme incomplet), mais depuis il y a eu certaine rĂ©gression, et mĂŞme une amplification du phĂ©nomène sous forme d’une parosmie spĂ©cialement associĂ©e aux whiskies (modification par le patient d’une odeur habituellement agrĂ©able en une odeur dĂ©sagrĂ©able : odeur d’eaux usĂ©es, voire mĂŞme d’excrĂ©ments). C'est quasiment systĂ©matique, mais curieusement certains whiskies hauts de gamme et de caractère y Ă©chappent, alors que d’autres non. Je vais devoir faire une olfactomĂ©trie et suivant le diagnostic, voir avec un spĂ©cialiste quelle solution y a-t-il, et si la perte de capacitĂ©s et temporaire ou dĂ©finitive.

Cela remet donc en cause bien Ă©videmment mon aptitude Ă  juger d’un whisky et Ă  Ă©crire sur celui-ci, hĂ©las, mais aussi, par exemple Ă  juger de la dangerositĂ© ou non d’une odeur au quotidien. Cette pathologie affecte aussi mon moral, clairement, mais parmi les conseils mĂ©dicaux donnĂ©s, il y a le non abandon de la dĂ©gustation, notamment pour entretenir ma bibliothèque d’arĂ´mes et de saveurs, qui autrement risquerait de se perdre, et aussi, je vous rassure, parce qu’heureusement il subsiste quelque chose de mes capacitĂ©s, au goĂ»t notamment. J’espère vraiment que ces capacitĂ©s vont revenir Ă  leur plein niveau bientĂ´t, sans quoi il est possible que ce site n’ait plus de justification Ă  mes yeux, du moins sous cette forme. Je vous tiendrais au courant de l’évolution de ce problème.

J’ai conscience qu’au regard de l’actualitĂ© assez dure de ces dernières semaines, ce souci personnel apparaisse comme fort dĂ©risoire, c'est certain, mais c’est aussi ma rĂ©alité… Je pensais jusqu'ici que l’étape du goĂ»t Ă©tait l’essentiel de la dĂ©gustation, mĂŞme si je prĂ´nais la vertu d’un « nosing Â» bien fait dans les règles, et que je pouvais passer de longs moments avec le nez de certains whiskies, mais je rĂ©alise aujourd’hui combien est frustrante la suppression quasi-systĂ©matique de cette Ă©tape pour moi actuellement. J’en ai fait part de manière privĂ©e Ă  quelques interlocuteurs professionnels (qui sont pour certains devenus des amis) et je les remercie ici Ă  cette occasion de leurs encouragements…Vos samples ne sont pas perdus, je les dĂ©gusterais et chroniquerais dès que j'irais mieux, merci de votre comprĂ©hension.

L’EDITORIAL N°18 sortira malgré tout d’ici la fin du mois. Il sera forcément un peu différent…J’espère malgré tout qu’il vous plaira. Merci de votre fidélité et à bientôt…

 

 

 PRESS RELEASE (ENGLISH summary/translation) - 17/12/15:

 

As a current or occasional Greg’s Whisky Guide website reader, you may have noticed I didn’t post tasting notes or long reports for a long time, with a few exceptions, and there are two reasons for that, the least being (at the moment) that the current style/version of the website’s template is out of date and will need a complete refurbishment soon. Yes, alas the main reason is the fact I was diagnosed a form of anosmia last summer (a disease that causes more or less alterations of my perceptions of aromas & flavors, not only in whisky, but a lot about it), that I thought was declining during the autumn (that’s why I could attend Whisky Live Paris 2015 show & some other tastings events, and write about it*), but I was wrong. It isn’t gone yet, it's even massive about whiskies especially (and of course wine) and is subject to variations (sometimes it seems I’m recovering my ability to nose & taste, especially with some high end and stereotypical whiskies, but the day after all seems lost) and very disturbing over time and affects my moral. I will soon have to pass different tests in a specialized hospital and see how to cure this disease, but I have no idea of how & when (and even if there are not some definitive losses) I can overcome this at the moment.

That is why I don’t feel comfortable with writing about whisky and especially tasting notes. *The ones I did for Whisky Live Paris 2015 are still valid in a way, and I will publish some of those a.s.a.p., but after that I don’t know what will happen for me and the website existence. I promise to keep you posted.

I know recent events in France and abroad where much more severe than this personal problem I’m sharing with you here, but this is my reality at the moment. I also want to thank here all the people that reacted positively to my private messages for their support, especially people from the whisky industry or ”artisanry” I’ve been in contact with…For those you provided me samples, thanks again, and don't worry, they will be tasted & reviewed asap, as they deserve the best conditions, so thanks in advance for your comprehension.

Despite all that has been said, I will release before the end of December my N°18 EDITORIAL. It should be different this time, obviously, but I hope you will like it. Thanks for your fidelity & see you soon…

 

 

***

 

 

 

 ruban_noir.jpg.jpg

 

 

EDITORIAL No 17 : « ET SI ON DEGUSTAIT FRANÇAIS ? » :

 

(How about tasting French whiskies?)

 

 drapeau_france_for_gwg_cp2.

 "Fluctuat nec mergitur"

 

 

Première Edition/1st Edition: 25/10/2015

Mise Ă  jour/Update: 06/11/2015

 

INTRODUCTION :

(Foreword) 

 

Pour cet Ă©ditorial (au passage, c’est le deuxième anniversaire de ce site internet, Ă  quelques semaines près…eh oui, dĂ©jĂ  !-cela pourrait ĂŞtre un Bourbon, mais pas encore un whisky…), j’ai voulu faire les choses un peu diffĂ©remment :

Pas de nouveautĂ©s ou de nouvelles du monde du whisky (sauf exceptions), non, une fois n'est pas coutume, celles-ci vont ĂŞtre intĂ©grĂ©es dans mon compte-rendu Ă  venir de mes visites au salon Whisky Live Paris 2015 & Salon Club-Expert Dugas 2015*, mais je vous propose plutĂ´t une interview de Robin Entreinger, rĂ©alisateur d’un film documentaire intitulĂ© « Le Tour de France des whiskies Â», ce qui me permet, au passage, de faire le point sur le sujet avec lui, puis d’apporter une brève conclusion sur un sujet sur lequel, bien Ă©videmment, je serais amenĂ© Ă  revenir.

 

* En attendant, vous trouverez  ci-dessous le lien vers plusieurs reportages sur des dĂ©gustations rĂ©centes...

 

 

 A prĂ©sent disponible sur le site  (available on the website right now) :

 

 -Reportage sur la Masterclass BENROMACH chez Nicolas Julhès

 -Reportage sur la Masterclass KAVALAN chez Nicolas Julhès

-Reportage sur la dégustation ANCNOC, BALBLAIR, OLD PULTENEY chez Vin & Whisky

 

Voir ici pour les 3 reportages (for tasting notes click here) :

Reportage/Notes

 

 

ENGLISH SUMMARY :

For this new Editorial, I have decided to do things differently (well, but before saying anything else, let’s recall it’s now the second anniversary of this website…yes, already ! It means this could be a Bourbon, but not a Scotch Whisky yet…). No news (with a few exceptions) or new bottlings announced here this time, because they will be included in my reports about Whisky Live Paris 2015 & Salon Club-Expert Dugas 2015* (the two biggest annual spirits show in Paris so far) coming soon, but you will rather find an interview of Robin Entreinger, director of a documentary about French whiskies called « Le Tour de France des whiskies Â» (or that one could call « A Journey into French Terroirs of Whisky Â»). This interview will lend me to have my say about the French scene & dialog with him, and, of course to bring a short conclusion about a topic about I will for sure be writing again in the future.

 

* Before these upcoming reports, here are some others about various masterclasses and tastings : 

click here

 

As always, you can get an approximative translation of my full EDITORIAL by using « Google Translate Â», or for another one, please click here below… : Translator

 

***

 

Dernière minute : Déclaration publique (relayée sur Twitter):

 

Greg's Whisky Guide, le site internet sans langue de bois, soutient la sociĂ©tĂ© Compass Box Whisky Company (& toute autre sociĂ©tĂ©, distillerie ou nĂ©gociant qui ferait le mĂŞme choix) dans leur politique de transparence envers le consommateur. En tant que consommateur de whisky, Ă©crivain du whisky, "bloggueur" de whisky, je ne peux accepter la rĂ©cente dĂ©cision de la S.W.A. (Scotch Whisky Association) d'interdire la mention de l'âge le plus important entrant dans la composition des deux dernières crĂ©ations de la sociĂ©tĂ© ("This is not a luxury whisky" & "Flaming Heart 5th Release"), voire d'autres informations importantes (prĂ©sentes sur des flyers et sur le site web) sous prĂ©texte des règles de la S.W.A. Devant cette menace de poursuites, Compass Box a du retirer ces mentions. Je pense qu'Ă  la condition ou les distilleries qui ont vendu Ă  Compass Box les fĂ»ts pour crĂ©er ces whiskies l'ont autorisĂ© Ă  mentionner leur âge, l'on ne devrait pas cacher au consommateur ces informations susceptibles de les aider Ă  savoir ce qu'ils achètent ou pourraient vouloir acheter. 

A une époque ou les prix des whiskies ne cessent de monter, il est plus qu'utile de savoir pour quoi on paie, et c'est tout à l'honneur de Compass Box de donner au public l'accès à ces informations. Depuis le premier jour ou j'ai fait connaissance avec le travail de John Glaser, j'ai été impressionné par les choix culottés que celui-ci a fait et par sa capacité à expliquer au public avec pédagogie chacune de ses créations, créations, qui, excusez du peu, sont aujourd'hui pour beaucoup parmi les whiskies les plus acclamés et recherchés au monde. Ce choix de transparence n'est pas celui de toutes les sociétés productrices de whisky, loin s'en faut, et je ne vois pas quel but la S.W.A. poursuit, hormis, en quelque sorte, tromper le consommateur sur le contenu des whiskies en faisant un mensonge par omission. Enfin, je dirais que ce serait tout à son honneur que celle-ci accepte, en définitive, d'assouplir ses règles, afin de laisser entrer dans celles-ci davantage de modernité, de soutien à un travail exigeant et à la transparence, ce par égard pour ce qu'est le Whisky....

 GrĂ©goire Sarafian, le 29 octobre 2015

 

 

c.box_this_is_not_a_luxury_whisky_red500

"This is not a Luxury Information to learn about its true content... I said !"

 

 

Public statement (ENGLISH Original Text), also published on Twitter :

 

"GregsWhiskyGuide (French no doublespeak use whisky website) supports Compass Box whisky company (& all the other companies that could wish to do the same) in their transparency policy towards the consumer. As a consumer, a whisky writer & whisky blogger, I can’t accept SWA's decision to forbid, on the web & flyer information (about John Glaser's latest new limited editions bottlings "This is not a luxury whisky" & Flaming Heart") the age statement, the type of casks, the distillery names-if they agreed to let it know of course & other information (mentioned in flyers & on the website) that could help the consumer to know what they are buying or to know what they possibly could buy.

As whisky prices continue to increase, it's more than useful to know what you've paid for, and that's what John Glaser does. One has to give them credit for that. From day one, I've been impressed by the choices that John Glaser did & his ability to always explain to people what he was doing while creating some of the most now sought after world wide -and, excuse me, most awarded- crafted whiskies. Not all whisky companies do that and I don't see what purpose this SWA's decision follows except to cheat the consumer in a way. It will be SWA's honor to eventually open up its rules and let modernity, (support for) hard work for quality & transparency blossom, for Whisky's sake...."


 Pour en savoir plus, voir le lien suivant:

(to learn more, please follow the link below):

 

Article de The Spirits Business (30/10/15)

 

 

 ***

 

 

EN BREF (Addendum du 06/11/2015):

 

Le 04 Novembre dernier se tenait, dans les salons du restaurant Les Noces de Jeannette à Paris, le salon privé "SPIRIT" 2015, organisé par l'association "Les Bibliothèques Gourmandes", en partenariat avec la librairie La Boîte à Lettres (d'Asnières-sur-Seine), un salon très convivial qui propose des dégustations de vins, fromages, pains & divers spiritueux, mais attribue aussi chaque année plusieurs prix à des écrivains s'étant illustrés dans la gastronomie. J'aurais l'occasion de revenir sur ce salon ou j'ai pu découvrir les excellents Cognacs des maisons Pierre LECAT, du Domaine ROY, ainsi que les Bas-Armagnacs de qualité (dont certains sont à titrage fort intéressant, presque des bruts de fût !) de chez TARIQUET, mais aussi les Calvados très fins de la maison MORIN (ah, ce 25 ans!), mais je tenais d'ores et déjà à vous signaler l'ouvrage qui a obtenu le Grand Prix, à savoir le "Guide Hachette des Whiskies" de Martine Nouet, récemment publié en France et en français. Un guide touffu et pointu de 384 pages qui balaie nombre de questions importantes, et propose pas moins de 500 notes de dégustation (dont 80 coups de coeur), notes par ailleurs toutes assorties d'une référence d'association culinaire (il y a aussi un chapitre sur le sujet, sur lequel Martine Nouet est experte), ainsi que nombre de conseils utiles, le tout de manière accessible. Rappelons que Martine est la seule personne (et la seule femme) de France a avoir obtenu le prestigieux titre de "Master of the Quaich" de la part des professionnels du whisky écossais, la plus haute distinction...Un guide dont je vais approfondir la lecture, mais que je peux déjà conseiller aux néophytes, et même aussi à ceux qui ont davantage d'expérience.

 

gs_w_martine_nouet_gr_prix_salon_spirit_04.11.15_gwg

Votre serviteur avec Martine Nouet au salon "Spirit" 2015, le 04 novembre dernier. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

***

 

 

INTERVIEW de Robin ENTREINGER (rĂ©alisateur du film documentaire « Le Tour de France des Whiskies Â») :

 

(Interview of Robin ENTREINGER, director of « Le Tour de France des Whiskies Â» documentary)

 

 

 

tour_de_france_des_whiskies_aff._film_f

L"affiche du film, avec l'aimable autorisation de Robin Entreinger.

 

 

Le public amateur du whisky connaĂ®t probablement Robin Entreinger par son premier film sur le sujet que fut « Le Monde du Whisky : 1/ Islay Â» (un court mĂ©trage de 22’05), rĂ©alisĂ© en 2013 et auquel ont succĂ©dĂ© plus rĂ©cemment deux autres volets, le deuxième sur les micro-distilleries de whiskey d’Oregon et le troisième sur des distilleries du Luxembourg. Robin Entreinger, qui est Ă©galement un rĂ©alisateur de films de fiction et gĂ©rant d’une petite sociĂ©tĂ© de production nommĂ©e « Seven Light Â», nous revient cette annĂ©e avec « Le Tour de France des Whiskies Â», son premier long mĂ©trage documentaire consacrĂ© au whisky. Ayant Ă  cĹ“ur d’aider Ă  faire dĂ©couvrir Ă  autrui le patrimoine whisky du pays, et par ailleurs ayant moi-mĂŞme modestement soutenu cette initiative (le film fut en effet totalement financĂ© par KissKissBankBank, une plateforme de financement participatif), il m’a paru opportun d’interviewer l’auteur de ce film, ce Ă©galement pour approfondir certaines questions et rĂ©pondre Ă  d’autres que je me suis posĂ© au visionnage du film, un film qui est d’ailleurs diffusĂ© gratuitement sur youtube.com depuis le 17 Octobre : Lien ici vers le fim (click here to watch the movie)

 

 

robin_entreiger_portrait_small_3red

Portrait de Robin Entreinger, avec son aimable autorisation.

 

 

1/ Bonjour Robin et tout d’abord mes fĂ©licitations pour l’aboutissement de ce projet qui n’apparaissait pas Ă©vident au dĂ©part et plutĂ´t titanesque. Au final, c’est un joli survol en 1h40 de la production française de whisky, survol qui si j’ai bien compris sera suivi d’épisodes plus dĂ©taillĂ©s ou l’on reviendra sur chaque distillerie ?

Bonjour GrĂ©goire. Oui, en effet, dans quelques semaines je commencerai Ă  publier des Ă©pisodes d'environ 15 minutes sur chacune des distilleries que nous avons visitĂ©es durant notre pĂ©riple. Pour mon long-mĂ©trage, je n'ai pu consacrer qu'environ 4 minutes de vidĂ©o pour chaque distillerie. Le film montre ainsi toute la richesse du monde du whisky en France. Mais il y a tant Ă  montrer... C'est pourquoi je proposerai ces Ă©pisodes, pour ceux qui dĂ©sirent en savoir plus sur une distillerie en particulier, ou sur toutes pour les plus avides de dĂ©couverte !

 

2/ Tu es l’auteur de plusieurs documentaires sur le whisky, et notamment de celui sur Islay (qui en est Ă  plus de 8300 vues sur youtube.com-ce qui pour un sujet aussi pointu dans un pays davantage de tradition vinicole est dĂ©jĂ  pas mal), film qui t’a fait connaĂ®tre du public amateur de whisky, alors comment est nĂ©e cette idĂ©e de revenir vers la France et vers notre production de whisky ?

En effet, le petit film sur Islay, que nous avons tourné en 2013 de façon totalement indépendante lors de notre voyage au Feis Ile 2013, cumule en fait près de 18000 vues, si l'on tient compte de la version en langue anglaise. C'était totalement inattendu. Après avoir tourné l'épisode en Oregon en 2014, cette fois tout seul – sans Valentin-, Valentin et moi avons décidé de nous lancer dans une série de reportages sur le whisky à travers le monde, en ciblant à chaque fois un secteur géographique précis. Nous nous sommes dit que la France méritait un épisode... Que l'on imaginait d'environ 40 minutes, au tout départ du projet... Nous ne savions pas, à l'époque, qu'il y avait tant de distilleries de whisky en France.

 

3/ Philippe JugĂ©, journaliste et notamment Ă©crivain du whisky, longtemps un acteur important de la revue Whisky Magazine & Fine Spirits France (mais toujours collaborateur) et rĂ©cemment organisateur d’un salon, « France Quintessence Â», entièrement consacrĂ© aux spiritueux français, a collaborĂ© Ă  ce film, et, Ă  l’occasion d’une interview ponctuant certains moments clĂ©s du film, replace le whisky français dans son contexte autant historique qu’économique. Comment s’est passĂ©e cette collaboration ?

Philippe m'a contactĂ© après que l'on ait mis le projet en ligne sur la plateforme de financement participatif kisskissbankbank. Nous nous sommes trouvĂ© sur Internet, puis il m'a appelĂ© au tĂ©lĂ©phone et notre première conversation Ă  durĂ©e 2 heures ! Il m'a dit que mon projet Ă©tait très intĂ©ressant, mais qu'il manquait des distilleries dans mon projet de voyage. Il m'a Ă©clairĂ© très prĂ©cisĂ©ment sur l'Ă©tat du whisky en France, et Ă  collaborĂ© Ă  mettre en place notre itinĂ©raire. Il a Ă©galement contactĂ© les distilleries pour les informer de notre projet de film, les incitant ainsi Ă  nous recevoir et Ă  participer au film. Il a Ă©galement fait en sorte que notre financement arrive au bout... En gros, sans l'aide de Philippe JugĂ©, nous n'aurions pas pu faire ce film, en tout cas pas dans ces conditions.

 

4/ Le film a Ă©tĂ© annoncĂ© au dĂ©part comme produit par l’initiative du financement participatif autour de la plateforme « KissKissBankBank Â», mais Ă  l’arrivĂ©e, Ă  la lecture du gĂ©nĂ©rique, l’on comprend que trois distilleries françaises figurant dans le film (WARENGHEM, GRALLET-DUPIC ET Domaine MAVELA) ont elles-mĂŞmes co-produit le film. Comment cela s’est il fait (Ă  quelle Ă©tape de la production) et cela n’a-t-il pas posĂ© des questions de conflit d’intĂ©rĂŞt ?

Lorsque vous participez Ă  un financement participatif, vous avez droit Ă  des rĂ©tributions. DVD, affiche, livre... Et Ă  partir d'un certain montant dĂ©fini, votre nom apparaĂ®t au gĂ©nĂ©rique de dĂ©but... VoilĂ  ce qu'il s'est passĂ© pour ces trois distilleries. C'est tout simplement une histoire de montant, et de rĂ©tribution liĂ©e au financement participatif. Il n'y a pas eu de conflit d’intĂ©rĂŞt, chaque distillerie a reçu les mĂŞmes faveurs, vous pouvez compter les minutes dans le film ! Il n'Ă©tait pas pensable pour moi de marquer un certain favoritisme, et je prĂ©cise aussi que ces distilleries ne m'ont jamais rien demandĂ© d'autres que de faire un bon film. Contrat que j'espère avoir rempli.

 

 

distillerie_warenghem_ext_reduced.

La distillerie Warenghem (plus connue du public sous le nom de son single-malt Armorik), la plus ancienne distillerie de whisky de France.

 

 

5/ De mĂŞme, plusieurs distilleries françaises dont certaines de renom international comme GLANN AR MOR ne figurent pas dans ce film par ailleurs plutĂ´t exhaustif (l’on y voit des responsables de pas moins de 25 distilleries prĂ©senter leur travail Ă  leur interlocuteur -Robin Ă©tant hors champ la plupart du temps car derrière la camĂ©ra, c’est Valentin Bonhomme qui est devant la camĂ©ra et joue tantĂ´t les candides, tantĂ´t les Ă©rudits, toujours curieux et ouvert…). Peux-tu expliquer pourquoi finalement il manque au moins 3 distilleries au tableau (GLANN AR MOR, GUILLON, KAERILIS, etc…), et combien il y en a-t-il au total en France qui produisent du whisky, d’après tes observations ? (36 environ, je crois ?)

Certaines distilleries manquent Ă  l'appel. La raison en est qu'elles n'ont pas souhaitĂ© ĂŞtre dans le film, tout simplement... Personnellement, j'aurais bien sĂ»r aimĂ© avoir tout le monde, mais je dois respecter le vĹ“u de ceux qui n'ont pas souhaitĂ© faire partie de cette aventure. Il y a eu aussi un rendez-vous manquĂ©. Dommage. D'après mes observations, 35 distilleries fabriquent du whisky en France, dont 25 en ont en vente ! Les autres en prĂ©parent... Il va y avoir beaucoup de chose Ă  dĂ©couvrir dans les annĂ©es Ă  venir !

 

6/ Donc si je comprends bien le rĂ©cent conflit opposant plusieurs distilleries bretonnes (et au-delĂ  en rĂ©alitĂ©) entre elles et certaines Ă  l’organisme dĂ©finissant les appellations protĂ©gĂ©es ou contrĂ´lĂ©es (voir sujet Ă©voquĂ© sur le site ici: http://www.gregswhiskyguide.com/actualites/le-monde-du-whisky.html) n’aurait pas eu d’incidence sur le film ?

Absolument.

 

7/ Au-delĂ  de ça, comment les distilleries qui ont acceptĂ© de faire partie du film ont-elles reçu ton projet ? Qu’as-tu senti qu’elles en attendaient ? Car si les articles et les billets sur la presse en ligne peuvent parfois couvrir le sujet, il faut bien avouer que c’est rare que l’on consacre autant de temps Ă  ce sujet en France, non ?

Nous avons été très bien reçus par toutes les distilleries présentes dans le film. Tout le monde était très content de participer à ce film collectif sur le whisky français, au sens large. Chacun était fier de présenter sa distillerie, son ou ses alambics, son chai, etc. Nous avons passé des moments incroyables, privilégiés. Valentin et moi n'oublierons jamais ce tournage.

 

8/ En regardant le film, j’ai Ă©tĂ© un peu perdu au dĂ©but par le parti pris audacieux mais risquĂ© de sĂ©quencer les visites de distillerie par thème (d’abord la culture des cĂ©rĂ©ales, puis le brassage, la fermentation, la distillation, etc…) plutĂ´t que de prĂ©senter les distilleries les unes après les autres, j’entends par lĂ  du dĂ©but Ă  la fin du processus. Je dis cela surtout car le film fait souvent se succĂ©der plusieurs distilleries sur une courte pĂ©riode, parfois près d’une minute par distillerie. Puis j’ai compris que tu avais envie de laisser le spectateur voir la diversitĂ© d’approches du whisky par la « juxtaposition Â» des procĂ©dĂ©s des diffĂ©rentes distilleries. Est-ce que je me trompe ? Comment cette idĂ©e  t’es venue?

Je voulais, au dĂ©part, prĂ©senter les distilleries dans le sens du voyage, donc dans l'ordre chronologique de visite. Puis, en parlant du montage avec Valentin dans la voiture (nous avons passĂ© beaucoup de temps dans la voiture, comme tu peux l'imaginer, avec 6000 km parcourus !), nous nous sommes dit que monter le film dans l'ordre chronologique n'Ă©tait pas très intĂ©ressant, pas du tout dynamique, et surtout très redondant. L'idĂ©e de monter dans l'ordre de fabrication du whisky est donc nĂ©e pendant le voyage, après quelques jours de tournage. Puis elle est apparue comme une Ă©vidence, et je suis aujourd'hui certain que nous avons fait le bon choix. Nous avons ainsi pu garder le meilleur passage de chaque distillerie. Mais il reste de très bons moments Ă  dĂ©couvrir dans les Ă©pisodes Ă  venir, bien Ă©videmment.

 

9/ J’ai trouvĂ© très pertinent le prĂ©ambule au film (sans le dĂ©voiler, c’est quelque chose que j’aime bien faire moi-mĂŞme quand je fais dĂ©couvrir des whiskies, de certains pays en particulier). Comment t’es venue cette idĂ©e de le placer en ouverture ? Et qui est Bruno Riner, est-ce le nom du dĂ©gustateur ?

Merci ! J'adore aussi l'ouverture du film, grâce Ă  Bruno. Bruno Riner est un comĂ©dien lyonnais avec lequel je travaille depuis de nombreuses annĂ©es. Il a jouĂ© dans un de mes films, Eta Carina. Pour cette scène, il a du apprendre le texte par cĹ“ur, car il n'est pas du tout un spĂ©cialiste du whisky Ă  la base ! Mais coachĂ© par Valentin et moi, il a rĂ©ussi Ă  se glisser dans la peau d'un expert, de manière très convaincante !

 

 

robin_seb._castan_valentin_1red

 Robin Entreinger (Ă  gauche), SĂ©bastien Castan (au centre) et Valentin Bonhomme, le guide du film (Ă  droite), pour un petit moment de dĂ©tente, durant le tournage. Merci Ă  Robin pour ce selfie, publiĂ© avec son aimable autorisation.

 

 

10/ Le choix de rĂ©alisation (la manière de filmer, je veux dire) semble assez sobre et fait la part belle Ă  la succession de plans-sĂ©quences courts de visites explicatives des distilleries proprement dites, plutĂ´t qu’à une approche esthĂ©tique, intuitive ou contemplative, ce Ă  une ou deux exceptions près, je pense notamment Ă  une sĂ©quence dans la spectaculaire salle des alambics de chez Didier Vendramin (non, chers lecteurs, je ne vous donnerai pas le nom de la distillerie, il faut voir le film), avec l’interlude prĂ©alable que j’ai trouvĂ© vĂ©ritablement splendide (images, musique…tout devient hors du temps, magique, quelque part entre le « Metropolis Â» de Fritz Lang et le Nautilus des « 20000 Lieux sous les mers Â» de Richard Fleischer, toutes proportions gardĂ©es, Ă©videmment). Comment as-tu fait ces choix stylistiques ? Tu devais ĂŞtre tiraillĂ© entre montrer de belles images et donner un maximum d’informations Ă  l’écran, non ? Comment as-tu rĂ©solu ce dilemme ?

Cette sĂ©quence d'introduction est unique dans le film, elle est nĂ©e au montage. Je voulais crĂ©er une petite respiration dans le montage, lorsque l'on enchaĂ®ne les visites sur le chapitre de la distillation ; et l'idĂ©e de faire une sĂ©quence un peu contemplative Ă©tait parfaitement adaptĂ©e aux images que j'avais pu faire Ă  Wambrechies. Cette distillerie Ă©tant très ancienne, je me suis rĂ©galĂ© Ă  faire ces images esthĂ©tiques. La musique de mon ami Lucas Iannuzzi, Ă  la base composĂ©e pour mon dernier long, Dreamland, Ă©tait parfaitement adaptĂ©e Ă  cette petite sĂ©quence. Cela ressemble Ă  ce que je fais parfois dans mes films de fictions... J'aime les sĂ©quences contemplatives, musicale. Il y en a dans pratiquement tous mes films.

 

11/ Pour rentrer maintenant dans le vif du sujet, en regardant le film, j’ai Ă©tĂ© frappĂ© par la multitude de solutions trouvĂ©es par les distilleries pour produire du whisky « Ă  la française Â», que ce soit en famille ou entre amis ou bien entre associĂ©s, et notamment par la diversitĂ© de formes des alambics (mais aussi le travail des cĂ©rĂ©ales, du brassage, de la fermentation, le type de fĂ»ts et de chais, de forme de bouteilles aussi, de logo). Est-ce qu’au dĂ©part tu t’attendais Ă  une telle variĂ©tĂ© ?

Absolument pas. Nous avons dĂ©couvert de nouveaux procĂ©dĂ©s chaque jour de tournage. Il n'y a pas deux distilleries en France qui se ressemblent. Chacune a sa petite spĂ©cificitĂ©, que ce soit dans la forme de l'alambic, mais aussi son utilisation, ou des choses plus prĂ©cises comme le moment des « coupes Â» du cĹ“ur de chauffe, le nombre de passe... Il y a mĂŞme une distillerie en France qui passe 5 fois ! On trouve aussi des diffĂ©rences importantes dans le mĂ©lange ou choix de cĂ©rĂ©ale initial, la mĂ©thode de fabrication de la bière... Bref, la piste est longue, et chaque whisky français est donc unique. Nous travaillons actuellement sur un livre sur les distilleries de whisky en France, on y trouvera des notes de dĂ©gustations, vous verrez Ă  quel point la palette gustative est immense...

 

12/ Nombre de ces distilleries utilisent des alambics qui n’ont jamais au dĂ©part Ă©tĂ© destinĂ©s Ă  produire du whisky, mais plutĂ´t des eaux-de-vie de fruits (alambics Ă  colonne), voire du Cognac (alambics charentais, Ă  repasse), qui se rapproche dĂ©jĂ  davantage du whisky. Il semble qu’un engouement (ou parfois des nĂ©cessitĂ©s familiales, comme on le voit dans un cas dans le film) est nĂ© dans les annĂ©es 1990, comme le laisse entendre Philippe, puis Ă  nouveau au milieu des annĂ©es 2000, suite au succès notamment des 3 premières distilleries bretonnes (dans l’ordre historique Warenghem, puis La Distillerie des Menhirs, puis Glann Ar Mor), qu’en penses-tu ?

On trouve davantage d'alambics Ă  colonne que d'alambics de type charentais en France. Il existe aussi des « hybrides Â», qui mĂŞlent alambic traditionnel avec colonne de rectification, le tout dans une mĂŞme installation. D'une manière gĂ©nĂ©rale, la plupart des distilleries de whisky françaises fabriquaient avant soit des eaux-de-vie, soit de la bière. Rares sont celles qui ont commencĂ© directement par le whisky (et parfois d'autres boissons distillĂ©es). On peut aujourd'hui dire que le whisky français a (en gros) 20 ans ; et qu'il est en rĂ©el essor depuis une dizaine d'annĂ©e. On liste aujourd'hui 36 distilleries de whisky en France, mais il est plus que certain que ce chiffre va beaucoup augmenter dans les annĂ©es Ă  venir.

 

 

 distillerie_des_menhirs_chais_2red

 La distillerie des Menhirs, qui fabrique le whisky Eddu Ă  base de blĂ© noir (sarrasin), ou une autre approche du whisky.

 

 

13/ J’ai constatĂ© que nombre de ces distilleries faisaient Ă©galement d’autres types d’alcools, et utilisaient en fait un procĂ©dĂ© de distillation Ă  colonne* (mĂŞme si le fait d’ajouter des plateaux modifie la donne) de type Holstein (allemands) plutĂ´t qu’à repasse, ce qui influe, quoiqu’on en dise, sur le rĂ©sultat final. Ceci, entre autres choses, pourrait expliquer Ă  mon avis le style très particulier de certains distillats et parfois une certaine austĂ©ritĂ© (que certains compensent en utilisant du blĂ© ou un mĂ©lange de cĂ©rĂ©ales plus proche d’un blended-whisky ou d’un Bourbon). Vois-tu par exemple une diffĂ©rence importante entre le distillat d’une distillerie traditionnelle comme Warenghem (avec alambic Ă  repasse typiquement pour single-malts de style Ă©cossais) et celui de la distillerie du Castor (avec alambic Ă  colonne, plutĂ´t destinĂ© aux whiskies de grain) ?

* = L’auteur tient Ă  prĂ©ciser Ă  ce stade que cette remarque n’est nullement destinĂ©e Ă  dĂ©nigrer tout ce qui sort d’un alambic Ă  colonne, l’auteur apprĂ©ciant Ă©galement les blended-whiskies, les blended-grains et les single-grains, sans parler des Bourbons et Wheat whiskies….mais juste qu’il prĂ©fère les alambics Ă  repasse (ou Pot Stills) pour produire des single-malts. Qu’on se le dise…Bien sĂ»r, il n’y a pas que les single-malts dans la vie, et c’est plus compliquĂ© que cela ! (comme par exemple lorsque la distillerie galloise Penderyn combine Ă  la fois un Pot Still très particulier et un système de rĂ©ception du distillat Ă  colonne spĂ©ciale, faite sur mesure).

C'est une question difficile... Comme le dit Gilbert Holl dans le film, on peut arriver à un très bon résultat avec des alambics à colonne, à partir du moment où on fait les choses lentement (par exemple avec une chauffe très lente en base de colonne). Je ne peux pas clairement affirmer que les whiskies fabriqués dans des alambics charentais sont meilleurs que ceux faits en colonne. Peut-être se rapprochent-ils plus du whisky écossais, et donc de l'idée que le public se fait d'un whisky. On peut être dérouté en goûtant un whisky fait dans une colonne, mais je ne pense pas que l'alambic soit l'unique objet influençant le résultat final de ce qu'on trouve dans la bouteille. Comme tu le dis, il y a le choix de l'orge ou du mélange de céréales initial, puis il y a aussi, de manière absolument incontestable, l'influence importante du choix du ou des fûts de vieillissement, et le nombre d'années pendant lesquelles le whisky va vieillir. Nous avons goûté des choses incroyables à Bercloux, alors que le whisky est fait dans une colonne et n'a que quelques mois, voire semaines de vieillissement...

 

14/ Certaines distilleries françaises soucieuses donner un vĂ©ritable cachet local, de « terroir Â» Ă  leur whisky, plutĂ´t que de tenter de reproduire le style Ă©cossais, sont allĂ©es très loin dans la modification de la recette classique du single-malt Ă©cossais, jusqu’à ajouter des ingrĂ©dients extĂ©rieurs, Ă  une Ă©tape ou Ă  une autre du procĂ©dĂ© de fabrication (y compris par des affinages ou Ă©levages systĂ©matiques en fĂ»ts de vin). Qu’en penses-tu ? Y a-t-il, sans citer nĂ©cessairement de noms, des moments de ton pĂ©riple oĂą tu n’as pas trouvĂ© certains produits « too much Â», qu’on ne reconnaissait plus le distillat ?

Je trouve important que le goĂ»t du distillat initial soit prĂ©sent dans le whisky que l'on dĂ©guste. J'aime les goĂ»ts cĂ©rĂ©aliers plus que les whiskes fruitĂ©s. Il faut faire très attention au choix du fĂ»t, sous peine de dĂ©naturer totalement le « new made spirit Â» initial. Ceci Ă©tant dit, il ne me vient pas Ă  l'esprit un exemple de whisky français totalement « too much Â», comme tu dis. Par contre, certaines distilleries ont clairement de la marge pour faire progresser la qualitĂ© de leur whisky... On ne maĂ®trise pas forcement toutes les Ă©tapes de la fabrication, et on peut avoir, dans cette chaĂ®ne, un point faible. Mais le whisky français est encore jeune, et on ne peut qu’aller vers le meilleur !

 

15/ Sans vouloir te pousser Ă  prendre parti non plus, s’il te fallait citer 5 whiskies ou distillats jeunes qui ont vraiment marquĂ© ton voyage, d’abord seraient-ce les mĂŞmes que pour Valentin et sinon peux-tu les citer, histoire de donner envie Ă  nos lecteurs de dĂ©guster ces whiskies ?

Oh... que c'est dur de faire une sĂ©lection ! Personnellement, je dirais Flavis du domaine des hautes Glaces ; TourbĂ© Collection de Rozelieures, Warenghem Armorik Porto, Terrocita de Castan et Uberach Ten years after. Cette liste a Ă©tĂ© dĂ©licate Ă  Ă©tablir, car j'aime Ă©videmment plein d'autres rĂ©fĂ©rences. Il s'agit ici, Ă©videmment, de mon goĂ»t personnel, et l'on sait très bien que cela peut ĂŞtre totalement diffĂ©rent selon les individus. Tous les whiskies français sont bons Ă  dĂ©couvrir, croyez moi. Valentin vient de m'envoyer sa liste par sms : Uberach Casque Bleu, Premium de chez Lehmann, Flavis des Hautes Glaces, Lac'Holl de Gilbert Holl et Glann Ar Mor. Tu vois, chacun ses prĂ©fĂ©rences, chacun son top 5.

 

16/ Au terme de ce voyage, et avec le recul que tu as peut ĂŞtre dĂ©sormais maintenant que le film est sorti, que t’a apportĂ© cette expĂ©rience ?

Ce voyage a Ă©tĂ© absolument magique, une expĂ©rience inoubliable. Evidemment, il nous a permis, Ă  Valentin et moi, de dĂ©velopper et consolider notre connaissance en domaine de whisky. Mais cela n'est rien par rapport au cĂ´tĂ© humain de la chose. Nous avons rencontrĂ© des gens incroyables, que je vais probablement continuer de croiser au fil du temps et qui sont ancrĂ© en moi de manière très importante ; et il en est de mĂŞme pour Valentin. J'ai hâte de revoir ces personnes au prochain salon Quintessence, car je sais que la majoritĂ© y sera prĂ©sente. Je pense aller rendre visite Ă  chacun rĂ©gulièrement, pour suivre la progression de la gamme, et faire d'autres tournages quand l'occasion se prĂ©sentera... Qui sait, nous pourrions refaire ce voyage en 2020, et voir ce qui aura changĂ© en 5 ans ?! Cela me semble en fait une excellente idĂ©e.

 

 

distillerie_nicolas_julhs_alambics 

L'alambic (de type Holstein modifié) de la toute nouvelle distillerie Nicolas Julhès, à Paris.

 

 

17/ De mĂŞme, quel avenir vois-tu pour le whisky français après toutes ces visites et dĂ©gustations ?

Sincèrement, un bel avenir, c'est certain. Il faut simplement que les consommateurs de whisky en France apprennent à découvrir les whiskies français. Là, c'est à nous de jouer. Par nous, j'entends la presse, les médias, les blogs, les sites Internet. Les cavistes doivent aussi être curieux, et proposer à leur client quelques whiskies français, de la région par exemple. Mais pas seulement. Il faut aussi de la diversité. Aujourd'hui, seulement quelques distilleries profitent d'une distribution nationale relativement importante. Il faut que cette offre se diversifie, et les consommateurs iront alors naturellement vers le whisky made in France.

 

18/ Enfin, qu’aurais-tu Ă  dire aux lecteurs de GregsWhiskyGuide qui ne connaĂ®traient pas encore les whiskies français et hĂ©siteraient encore Ă  les dĂ©guster ?

N'hĂ©sitez plus, allez-y les yeux fermĂ©s ! Le whisky français a 20 ans, ce qui est très jeune ; mais le pays offre d'ores et dĂ©jĂ  une diversitĂ© incroyable de whiskies très diffĂ©rents, et chacun trouvera ce qui lui correspond. Commencez peut-ĂŞtre par goĂ»ter le whisky de la distillerie la plus proche de chez vous – il y en a forcement une ; puis allez voir plus loin petit Ă  petit... vous ne serez pas déçu !

 

Un grand merci Ă  toi pour cette interview et encore bravo pour le film !

 

 

***

 

 

Conclusion : Une première Ă  saluer que ce film documentaire Ă  vocation exhaustive. Je regrette d’ailleurs vraiment que certaines distilleries n’aient pas jouĂ© le jeu, car elles avaient tout Ă  y gagner Ă  mon sens. C’est leur choix. C’est la qualitĂ© qui parle, au final, et le public jugera.

Il me faut prĂ©ciser aussi qu’étant donnĂ© l’ampleur de la tâche, je comprends parfaitement que Robin n’aie pas souhaitĂ© inclure dans ce projet les nĂ©gociants français qui embouteillent principalement des whiskies Ă©cossais, mĂŞme lorsqu’ils leur font subir une deuxième maturation dans des fĂ»ts de chĂŞne français, qu’ils aient contenu du vin français ou pas, d’ailleurs. Ainsi, des maisons tout Ă  fait respectables et bien connues des cavistes français comme Jean BOYER ou encore Michel COUVREUR sont des acteurs prĂ©sents sur le marchĂ© français depuis plus d’une dĂ©cennie. Les citer ici, pour ceux qui ne les connaĂ®traient pas encore est suffisant pour susciter la curiositĂ©. Robin me rappelait l’autre jour qu’en fait le film mentionne deux nĂ©gociants, la sociĂ©tĂ© alsacienne AWA (qui met un point d’honneur Ă  faire des affinages ou Ă©levages dans des fĂ»ts ayant contenu des vins alsaciens, et utilise le malt de chez la distillerie HEPP), et la sociĂ©tĂ© ROOF RYE, qui utilise des fĂ»ts provenant de chez WARENGHEM), mais il y en a d’autres, presque une dizaine, si l’on en croit l’excellent site sur les whiskies français que je recommande Ă  nouveau Ă  cette occasion : France Whisky

 

Addendum: Lorsque j’ai commencĂ© le site web, il y a deux ans, j’ai reportĂ© des notes dĂ©jĂ  un peu anciennes concernant le whisky français, et qui dĂ©nombraient environ 10 distilleries de whisky. L’on voit bien depuis une pĂ©riode plus rĂ©cente qu’on en est loin, que le whisky français est aujourd’hui en plein boom, avec quasiment chaque annĂ©e depuis 2010 une nouvelle distillerie, formant jusqu’à plus de 30 distilleries rĂ©parties de plus en plus aux quatre coins (et au centre !) du territoire. Le phĂ©nomène (venu des Etats-Unis, il faut bien le dire) des micro-brasseries, puis des micro-distilleries n’y est pas pour rien, Ă  mon sens, ni non plus, l’engouement du public pour des projets plus respectueux de l’écologie. Aussi, comme le rappelle fort justement Philippe JugĂ© dans le film, le public français est un des plus exigeants par rapport au whisky (sans doute un hĂ©ritage liĂ© Ă  celui du vin et de sa dĂ©gustation ?), et une partie au moins des producteurs de whisky français l’a compris et tente de proposer une offre de plus en plus pointue. Cette recherche de la qualitĂ© et ce dynamisme nouveau, c’est tout ce que l’on peut souhaiter au whisky français…

Enfin, pour ceux qui veulent en savoir plus sur ce qui est déjà sur le site concernant le whisky français, en attendant de remettre à jour ma page sur le sujet "FRANCE" (et donc passer de 10 à 36 distilleries!), vous pouvez vous faire un avis sur les whiskies de deux distilleries françaises (présentation, historique, notes de dégustation):

Distillerie WARENGHEM (Single-malt Armorik, blended-whiskies Breizh Whisky, Whisky Breton)

Distillerie GLANN AR MOR (Single-malts Glann Ar Mor & Kornog)

 

 

 

Editorial No 16

 

Dernière minute (21/10/15):

 

 

A prĂ©sent disponible sur le site  (available on the website right now) :

 

 -Reportage sur la Masterclass BENROMACH chez Nicolas Julhès

 -Reportage sur la Masterclass KAVALAN chez Nicolas Julhès

-Reportage sur la dégustation ANCNOC, BALBLAIR, OLD PULTENEY chez Vin & Whisky

 

Voir ici pour les 3 reportages (for tasting notes click here) : Notes


A venir sur le site  (coming soon) :

 

-L'EDITORIAL No 17, avec une interview exclusive (surprise)...

-Reportage sur le salon WHISKY LIVE PARIS 2015 aux Docks

-Reportage sur le salon Club-Expert DUGAS 2015

 

 Merci de votre patience...(please be patient)

 

 

EDITORIAL No 16 : « SUMMER TIME » :

 

Première Edition/1st Edition: 24/08/2015

Mise Ă  jour/Update: 15/09/2015

 

INTRODUCTION :

(Foreword) 

 

L'été n'est pas une période propice à boire du whisky...pur en tout cas. Pour ceux et celles qui ont du souffrir de la canicule, ce n'était pas vraiment un plaisir que de déguster cet alcool fort à une température frisant parfois le titrage du contenu de leur verre ! Alors certains se sont réfugiés dans d'autres boissons alcoolisées plus légères (bière, cidre...), tandis que d'autres ont trouvé une des alternatives possibles, leur permettant de profiter de leur boisson préférée en la dégustant, toujours avec modération, sous forme de cocktail...Or à ce petit jeu là, il me semble que ce sont les whiskies nord-américains qui l'emportent le plus souvent sur les autres, tant par exemple un Bourbon ou un Rye semblent exceller à être buvables (parfois dangereusement même-prudence, donc !) et à porter les autres composants (fruités ou amers) présents dans le cocktail.

 

michters_manhattan_salon_cns_31.05.15_cp2

Préparation d'un cocktail "Manhattan" au stand MICHTER'S, Salon Cocktail Spirits, Mai 2015. Photo @ Grégoire Sarafian

 

Bien sĂ»r une autre solution possible cet Ă©tĂ© Ă©tait de ne pas boire d'alcool du tout, ce que votre serviteur a Ă©tĂ© contraint de faire une grande partie de l’étĂ©, d’abord Ă  cause de la canicule, puis pour raisons personnelles de santĂ© (notamment un problème d'anosmie, ou perte partielle, voire davantage, de la perception des odeurs & saveurs*). Voici donc, tout de mĂŞme, l'Ă©tĂ© n'Ă©tant pas encore achevĂ© (mais finalement le cocktail n'est il pas une boisson "tous temps"?), quelques cĂ©lèbres cocktails au whisky pour dĂ©buter cet Ă©ditorial. Le MANHATTAN & l’OLD FASHIONED, que je recommande autant avec des Bourbons qu’avec des single-malts, le MINT JULEP (obligatoirement avec du Bourbon) ou encore des cocktails Ă  base de blended-whisky Ă©cossais (des marques cĂ©lèbres proposent de plus en plus leurs propres recettes, BALLANTINE’S, notamment), et bien sĂ»r d’autres Ă  base de whisky japonais, par exemple chez NIKKA ou SUNTORY. La place me manque sinon j’évoquerais plus longuement le sujet, ainsi que des recettes au rhum qui peuvent s’avĂ©rer redoutables Ă©galement. Vous pouvez trouver certaines de ces recettes sur des sites internets spĂ©cialisĂ©s, comme celui-ci par exemple :

Recettes de cocktails au whisky

 

Mais dans cet Editorial je vous parlerais aussi des nouveautĂ©s whisky d'Ecosse & d'ailleurs (avec notamment quelques rĂ©fĂ©rences Ă©cossaises, mais aussi du reste du monde, assez excitantes sur le papier) et de quelques nouvelles bien encourageantes dans un contexte un rien morose, comme par exemple la crĂ©ation d'une nouvelle distillerie au Japon, ce qui, c'est le moins qu'on puisse dire, n'est pas monnaie courante ! 

*= Dernière minute (02/09/15): Fort heureusement, mon odorat et mon goût me reviennent peu à peu (ah, quel plaisir de redécouvrir la finesse et l'élégance du YOICHI 12 ans, par exemple...). A suivre pour de futures notes de dégustation...

 

***

 

ENGLISH SUMMARY (Foreword only) :

This summer wasn't really the best moment to drink whisky...neat, to say the least. For those who suffered from the heatwave here in France, it wasn't truly a pleasure to taste this strong alcohol at a temperature approaching sometimes the A.B.V. percentage of what was supposed to be in their glass (a whisky) ! So some people decided to rather try lighter drinks such as beer or cider, while some others prefered to have their favorite drink (still a whisky), in a cocktail form. About cocktail, clearly North American whiskeys seem to be the best for that purpose, and for instance Bourbons or Ryes, that seem to enhance well the other components of the cocktail (such as fruits or bitter ones).

Of course, another solution for this summer was to choose not to drink alcohol at all. I did personally have to choose this option, because of a heatwave in France & afterwards for health reasons, as I'm temporary suffering from a disease that affects my ability to nose & taste. It's a bit scary, so I hope this won't last long...(Last minute note -02/09/15 : Hopefully it comes back little by little, great ! -To be followed, for some tasting notes soon). Anyway, as summer hasn't completely gone yet (but is cocktail a "summer drink" really? -probably not), here are some famous cocktail recipies around whisky for you to start with :

Whisky cocktails

But in this Edtorial, you will also find some news about Scottish & World whisky, with some exciting references to come, well, hopefully & some promising news, in the morose context we are in. For instance, I'm delighted to announce you the creation of a new Japanese distillery, which is something rare, to say the least !

 

You can get an approximative translation of my full EDITORIAL by using « Google Translate Â». Please click here below… :Translator link

 

 

 

***

 

 

EVENEMENTS WHISKY (France) :

(Whisky Events : France)

 

-La division Pernod du groupe Pernod-Ricard organisait les 08 et 09 Septembre dernier deux soirĂ©es Ă©vĂ©nementielles dans un lieu prestigieux Ă  Paris (un ancien cercle de jeu rue de la Michodière,devenu le temps de deux soirĂ©es, "La Maison P") mais de caractère Ă©phĂ©mère distillerie autour de ses marques de vins & spiritueux (dont le Champagne Mumm, le blended whisky Ballantine's -le 12 ans d'âge Ă©tait d'ailleurs relookĂ© pour l'occasion...-l'apĂ©ritif Byrrh, la Suze, le Pastis 51, de l'Absinthe, etc...), et avec comme clou de l'Ă©vĂ©nement Ă  mon sens l'expĂ©rience proposĂ©e par la distillerie Ă©cossaise de whisky ABERLOUR : Comme chaque annĂ©e en effet depuis 2010, plusieurs dĂ®ners "ABERLOUR Hunting Club" sont organisĂ©s avec l'aide d'un grand chef sur 3 jours autour du thème de la chasse et de l'association culinaire entre le gibier et diffĂ©rentes dĂ©clinaisons du single-malt ABERLOUR. Les prochains dĂ®ners (au prix de 380 € chacun, 32 couverts maximum par soir) auront lieu exceptionnellement Ă  l'Arpège, restaurant du Bois Giroult, en Normandie, dans le domaine privĂ© du chef trois Ă©toiles Alain PASSARD, et ils permettront de dĂ©guster pas moins de 6 versions du single-malt. Vous trouverez tous les dĂ©tails sur le site de la distillerie: www.aberlour.com 

En prĂ©ambule Ă  ces dĂ®ners, la distillerie ABERLOUR a donc prĂ©sentĂ© au cours de ces soirĂ©es du 08 et 09 Septembre Ă  Paris, son nouveau coffret "ABERLOUR Taste of Malt", un luxueux coffret en cuivre, laiton et noyer  incluant 3 bouteilles de whisky, une cocotte en cuivre, une planche Ă  dĂ©couper, des fiches de cuisine en dur rĂ©digĂ©es par Alain PASSARD, bref, l'essentiel pour prĂ©parer une recette originale crĂ©Ă©e pour l'occasion. "Comme pour chaque coffret", m'a expliquĂ© Lewis GOW, ambassadeur pour l'Europe des marques de whiskies du groupe, "une des bouteilles provient de la gamme rĂ©gulière", en version limitĂ©e certes, pour "mettre en valeur celle-ci", et les deux autres sont des Ă©ditions plus limitĂ©es, composant ici une verticale, donc "les diffĂ©rentes Ă©tapes du temps sur la maturation", puisque le coffret propose un 18 ans, un 22 ans et un 35 ans d'âge, tous en "small batch", en flacon de 50 cl et tous en double maturation ("double cask matured"). Les fĂ»ts sont donc des fĂ»ts de chĂŞne amĂ©ricain ayant contenu du Bourbon, et des fĂ»ts de chĂŞne europĂ©en ayant contenu du Sherry. C'est la version de 35 ans d'âge qui contient le plus de part de futs de Sherry. Les 3 versions sont proposĂ©es en flacons de 50 cl, portent un numĂ©ro de lot et titrent 43 %. Le coffret est vendu Ă  15 exemplaires et est vendu Ă  3300 €. 

 

 

 aberlour_h.c._eve_coffret_de_pres_08.09.15_comp

Le coffret "ABERLOUR Taste of Malt" 2015, de près, fait la part belle au cuivre. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

Le 18 ans d'âge, issu du batch 1597 est fin, boisé et assez fondu. La bouche est miellée, boisée et marquée par un beau caramel naturel. Le 22 ans d'âge, batch 1593 a révélé un nez vanillé, avec de séduisantes notes de toffee, puis une bouche fruitée et sucrée, avec de fines notes de pommes cuites provenant tant du Sherry que du Bourbon. Le fondu semble exceptionnel. Le 35 ans d'âge, batch 1580, est d'une grande finesse, fruité, mais un peu plus ferme que le 22 ans et légèrement plus épicé (ce que me confirme l'ambassadeur). Le fil rouge pour les 3 whiskies fut le caramel naturel, remarquablement mis en valeur par la bois. J'ai apprécié les trois, mais préféré le 22 ans d'âge. Ces notes sont sous réserve, évidemment, même si je recouvre progressivement mes capacités olfactives et gustatives...

 

 

 aberlour_h.c._eve_coffret_3_bout_08.09.15_comp.

 

Les 3 bouteilles du coffret "ABERLOUR Taste of Malt" 2015. Etonnamment, ce n'est pas la plus âgée des versions qui est la plus foncée. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

Enfin, un des grands moments de la soirĂ©e fut la dĂ©gustation de 3 terrines de canard prĂ©parĂ©es spĂ©cialement par Alain PASSARD pour l'occasion (et pour une "tournĂ©e" française de prĂ©sentation de ses accords culinaires dans une sĂ©lection de cavistes. A venir du 9 Novembre au 19 DĂ©cembre). La première terrine de canard, Ă  la moutarde et Ă  l'estragon, a parfaitement fonctionnĂ© avec le 15 ans d'âge "Select Cask Reserve", 43 % (anciennement nommĂ© "CuvĂ©e Marie d'Ecosse"),  tandis que la deuxième, aux deux poivres, s'est "joliment entendue" avec le 18 ans d'age "Double Cask Matured", Ă  43 %. La troisième, une terrine de canard fumĂ© aux Ă©pices, fut vraiment mĂ©morable, surtout avec un ABERLOUR si gĂ©nĂ©reux que le cĂ©lèbre "A Bunadh" (ici, le batch 50, Ă  59,6 %). Une "tuerie", comme on dit ! HĂ©las, les terrines ne sont pas Ă  vendre, m'a dit le très efficace maĂ®tre d'hĂ´tel SĂ©bastien, qui officiait face Ă  des invitĂ©s visiblement ravis. Quel dommage....elles se vendraient Ă  coup sĂ»r comme des petits pains...En tout cas, mĂŞme Ă©phĂ©mères, ces instants furent rĂ©ellement inoubliables !

 

 

aberlour_h.c._eve_exp_a.passard_08.09.15_comp 

Les trois terrines de canard cuisinées par Alain PASSARD en association avec trois ABERLOUR différents. Un véritable délice !

Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 

***

 

NOUVELLES WHISKY (ECOSSE & reste du MONDE) :

(Recent Whisky News-Scotland & the rest of the World)

 

-La distillerie écossaise BLADNOCH, fondée en 1817 dans les Lowlands, en sommeil depuis plusieurs années, placée en liquidation en 2014, semblait perdue pour longtemps. Mais, un homme d’affaires australien, David Prior, aidé de Gavin Hewitt, un des cadres fondateurs de la S.W.A. (Scotch Whisky Association) va rouvrir la distillerie. L’espoir renaît donc pour cette distillerie presque bicentenaire.

 

-La distillerie IMPERIAL, situĂ©e Ă  Carron (un village du Speyside), dĂ©molie en 2013, est remplacĂ©e par la distillerie DALMUNACH, qui a failli ĂŞtre nommĂ©e « IMPERIAL II Â». En fait « Dalmunach Â» est le nom de la retenue d’eau du fleuve Spey avoisinant. C’est le groupe Pernod-Ricard, via sa filiale Chivas Brothers Ltd, qui avait annoncĂ© il y a quelque temps dĂ©jĂ  cette ouverture Ă  venir. C’est dĂ©sormais chose faite depuis peu, avec cette distillerie qui a coĂ»tĂ© 25 millions de livres et pourra produire environ 10 millions de litres d’alcool pur par an. Ultra-moderne, dotĂ©e d’un rĂ©cupĂ©rateur de chaleur, elle reconstitue cependant scrupuleusement les 8 alambics de la distillerie IMPERIAL et plusieurs dĂ©tails architecturaux ont Ă©tĂ© reproduits ou transposĂ©s dans les nouvelles installations, qui comportent en outre 16 cuves en acier inoxydable, dont une de 9,5 mètres de diamètre. La distillerie ne sera pas ouverte au public, car son single-malt servira principalement Ă  alimenter les blended-whiskies du groupe, et notamment les BALLANTINE’S, CHIVAS REGAL & ROYAL SALUTE. Fait significatif, la distillerie a Ă©tĂ© construite par Douglas Cruikshank, qui a travaillĂ© Ă  la distillerie IMPERIAL depuis l’âge de 15 ans & Ă©tait jusqu’à l’an dernier le directeur de la production de Chivas Brothers Ltd.

 

dalmunach_dist_fr_inside_ob_pic

La distillerie DALMUNACH, qui va alimenter les blended-whiskies du groupe Pernod-Ricard.

 

-La distillerie & brasserie EDEN.MILL, situĂ©e Ă  Saint Andrews, dans les Lowlands, produit de la bière, du gin, mais produira aussi bientĂ´t du whisky. A l’heure actuelle seul le distillat pur est commercialisĂ© sous le nom de « St Andrews Day Single Malt Spirit Â», mais aussi « Hogmanay Single Malt Spirit Â», ou encore « Robert Burns Day Single Malt Spirit Â». L’orge utilisĂ©e pour le whisky est locale. La production est modeste (il s’agit d’une micro-distillerie),  limitĂ©e Ă  8 fĂ»ts par semaine…

 

-La distillerie TALISKER n’est dĂ©sormais plus la seule distillerie de l’île de Skye ! Elle va donc devoir dĂ©sormais changer une de ses formules publicitaires affirmant qu’elle Ă©tait la seule de l’île. En effet, la distillerie TORABHAIG, dont la construction a dĂ©butĂ© en 2014 (cabinet d’architecture Simpson & Brown) sous l’égide de la sociĂ©tĂ© Mossburn Distillers (menĂ©e au dĂ©but par le cĂ©lèbre Sir Iain Noble*, dĂ©cĂ©dĂ© en 2010, avec un projet date qui date de 2002) et dont le premier single-malt devrait ĂŞtre disponible en 2017.La distillerie a coĂ»tĂ© 5 millions de livres et devrait employer 8 personnes.

* =  Sir Iain Noble fut le fondateur de la sociĂ©tĂ© de nĂ©goce de whiskies Praba Na Linne Ltd, une sociĂ©tĂ© crĂ©Ă©e en 1976 et Ă©galement basĂ©e sur l'Ă®le de Skye, et qui produit notamment les blended whiskies TE BHEAG & MAC NA MARA, ou encore le blended-malt POIT DHUBH.

 

 

torabhaig_distillery_vue_artistique_archi_cp

Vue d'architecte de la future distillerie TORABHAIG (Image du cabinet Simpson & Brown).

 

 

-La distillerie WOLFBURN, situĂ©e Ă  Thurso dans les Highlands du Nord, Ă  l’extrĂ©mitĂ© du « continent Â» Ă©cossais, la fait devenir la distillerie la plus septentrionale Ă  l’exception des Ă®les, et du coup enlève Ă©galement un argument publicitaire Ă  sa voisine d’une trentaine de kilomètres au Sud-Ouest, j’ai nommĂ© OLD PULTENEY. FondĂ©e fin 2012 par la sociĂ©tĂ© Aurora Brewing Ltd, elle a choisi de prendre le nom d’une ancienne distillerie voisine portant le mĂŞme nom et qui fut fondĂ©e en 1821 et qui ferma Ă  la fin du XIX ème siècle. Parmi les installations, signalons qu’elle comporte 3 cuves de brassage en acier inoxydable provenant de la distillerie CAPERDONICH, ainsi qu’un alambic de wash de 5500 litres et un alambic de still de 3600 litres. Pour la maturation, la distillerie utilise trois types de fĂ»ts essentiellement, des fĂ»ts ayant contenu du Bourbon (de 225 litres), d’autres de format plus petits (« Quarter Casks Â» de moins de 120 litres), ainsi que des fĂ»ts ayant contenu du Sherry (de 500 Ă  550 litres environ). Une partie de la production est faiblement tourbĂ©e, Ă  10 p.p.m. Le premier distillat date de janvier 2013, et le premier single-malt est prĂ©vu pour normalement pour Janvier 2016. La distillerie a dĂ©jĂ  produit jusqu’à 123 000 litres d’alcool pur par an en 2014 et devrait dĂ©passer lĂ©gèrement ce nombre pour attendre bientĂ´t 125 000 litres.

 

wolfburn_distillery_ob_warehouse_cp

Remplissage de fûts dans un chai de la distillerie WOLFBURN.

 

En IRLANDE:

 

-La GREAT NORTHERN Distillery (composée de deux distilleries en fait), propriété conjointe de la société de négoce TEELING Whisky & co et de la distillerie COOLEY, aannoncé qu’elle avait commencé à distiller, dans l’une des deux distilleries construites sur le l’ancien site de la brasserie HARP, à Dundalk, dans le comté de Louth, proche de la frontière avec l’Irlande du Nord.

Près de 10 millions d’euros ont Ă©tĂ© investis dans l’affaire, avec un objectif ambitieux, grâce Ă  trois alambics Ă  colonne, de produire 30 millions de bouteilles par an, tandis que l’autre distillerie, une distillerie de malt, produira près de 12 millions de bouteilles. Le distillat pur (ou « new spirit Â») a dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  couler …à suivre.

 


Au JAPON :

 

-L’évĂ©nement est suffisamment rare pour provoquer chez l’amateur de whisky japonais que je suis une certaine excitation et Ă©videmment une grande attente : Une nouvelle distillerie japonaise de whisky de malt est en train de naĂ®tre : La construction de l’AKKESHI Distillery (ne pas confondre avec les whiskies AKASHI de la distillerie WHITE OAK !) vient d’être dĂ©butĂ©e ce mois-ci par la sociĂ©tĂ© Kenten co. Ltd Ă  Akkeshi, au nord de l’île d’HokkaĂŻdo, rejoignant ainsi la distillerie YOICHI sur cette Ă®le du nord du Japon. Elle devrait s’achever exactement dans un an, et la production dĂ©buter en Septembre 2016.

La distillation, nous dit Keiichi Toita, prĂ©sident de la sociĂ©tĂ© Kenten co. ltd et directeur exĂ©cutif de la distillerie, devrait dĂ©buter en Octobre 2016, et l’objectif est, de ne produire pour le moment que 30 000 litres d’alcool pur par an, ce qui est fait une micro-distillerie (Ă  titre indicatif, sa « voisine Â» YOICHI produit près d’un million et demi de litres par an, et CHICHIBU, une des plus petites distilleries du Japon, produit environ 90 000 litres par an). Mais plus tard, l’objectif sera d’atteindre 300 000 litres d’alcool pur par an. Pour ce faire, la distillerie disposera courant l’étĂ© 2016, de 2 alambics de type « Pot still Â» (qui seront construits par l’écossais Forsyth & Sons) de capacitĂ© de 5000 litres (pour l’alambic de wash) et de 3600 litres (pour l’alambic de still), 6 cuves de fermentation et un seul chai, de type traditionnel (« dunnage warehouse Â»).

 

 

akkeshi_distillery_location_soil_comp

 Le terrain sur lequel va ĂŞtre construite la nouvelle distillerie japonaise AKKESHI, sur l'Ă®le d'HokkaĂ®do.

 

La puretĂ© des eaux de la rivière HomakaĂŻ est un des arguments de publicitĂ© de la distillerie, ainsi que le style de whisky, qui, pour le mode de production en tout cas sera basĂ© sur le modèle Ă©cossais. Au dĂ©but, la distillerie devrait s’appuyer sur de l’orge maltĂ©e en provenance d’Ecosse, mais par contre, les tourbières Ă©tant nombreuses dans cette rĂ©gion au climat humide, la tourbe qui sera utilisĂ© sera locale, nous assure t’on. Il est prĂ©vu d’utiliser pour le vieillissement du distillat trois sortes de fĂ»ts diffĂ©rents, des fĂ»ts ayant contenu du Bourbon, d’autres du Sherry, d’autres encore du chĂŞne rouge japonais, plus connu sous le nom de « Mizunara Â».

 

 

NOUVEAUTES WHISKY (ECOSSE) :

(Recent Whisky New Bottlings : Scotland)

 

Du cĂ´tĂ© du nĂ©goce :

 

-Après avoir prĂ©sentĂ© il y a quelques annĂ©es une version brute de fĂ»t de son blended-malt « BIG PEAT Â» consacrĂ© Ă  la rĂ©gion Islay, la sociĂ©tĂ© de nĂ©goce Douglas LAING propose dĂ©sormais une version brute de fĂ»t d’un de ses blended-malts, Ă  savoir le « SCALLYWAG Â», un assemblage de single-malts de la rĂ©gion du Speyside. Il n’est pas interdit de penser que peut ĂŞtre d’autres versions suivront pour le « ROCK OYSTER Â» ou le « TIMOROUS BEASTIE Â» :

-« SCALLYWAG Â» n.a.s., Cask Strength 53,6 % (Blended-Malt) : Il est vendu par La Maison du Whisky et ses cavistes partenaires autour de 70 € environ (la version rĂ©duite Ă  46 %).

 

 

scallywag_c.s._d.laing_2015_53.6_cp

 

 

Par ailleurs, la maison Douglas LAING continue de proposer des single-malts dans ses gammes plus luxueuses comme par exemple la gamme « X.O.P. Â» ou « Extra Old Particular Â», dont ce flacon de ma distillerie prĂ©fĂ©rĂ©e, PORT ELLEN, que je ne pouvais passer sous silence, en attendant la « 15th Release Â» ou 15 ème Ă©dition officielle prĂ©vue pour la rentrĂ©e prochaine (si le prix ci-dessous vous semble Ă©levĂ©, et il le peut, je n’ose vous communiquer celui de la version officielle, que je n’ai certes pas encore, mais qui, au regard de la prĂ©cĂ©dente Ă©dition, je pense pouvoir m'avancer sur le sujet, sera probablement au minimum au double du prix de cette version de nĂ©goce…) :

-PORT ELLEN 32 ans millĂ©simĂ© « 1979 Â», gamme « X.O.P. Â», mis en bouteille en 2014, Natural Cask Strength, 53,9 %, qui est annoncĂ©, sur le site anglais The Whisky Exchange, Ă  un peu plus de 1300 €.

 

port_ellen_dl_xop_1982_2014_53.9_comp

 

 

Plus rĂ©cemment, si Douglas LAING commercialise de temps Ă  autre des single-grains dans ses gammes « Director’s Cut Â» ou encore « X.O.P. Â», elle a dĂ©cidĂ© de proposer Ă©galement ceux-ci dans sa gamme « Old Particular Â», en commençant par 4 rĂ©fĂ©rences, un CAMERON BRIDGE 25 ans, un GIRVAN 25 ans, un NORTH BRITISH 21 ans & enfin un STRATHCLYDE de 27 ans d’âge. Le titrage de ces whiskies va de 50,9 % Ă  61,3 %.

 

 

d_laing_old_particular_grain_new_refs_2015_cp

 

 

-La nouvelle sociĂ©tĂ© de nĂ©goce et assembleur EDINBURGH Whisky, fondĂ©e par Gordon Watt & Gregor Mathieson, propose d’ores et dĂ©jĂ  son premier assemblage, un blended-malt nommĂ© « The ADVOCATES Batch Â» (6000 bouteilles produites, vendues chacune ÂŁ 35, soit environ 50 €), un assemblage de single-malts de la rĂ©gion du Speyside, ainsi que deux single-malts dans leur « Library Collection Â». Saluons ce nouveau venu sur la scène, mais aussi le fait qu’il souhaite mettre en valeur le patrimoine local et au-delĂ , anglais, avec un conditionnement & des Ă©tiquettes inspirĂ©s en partie par l’ère Victorienne, que ce soit par le design ou la photographie. Un travail qui sort des sentiers battus pour ce que j’ai pu en juger sur de petites reproductions. L’on espère vivement qu’il en sera de mĂŞme pour le contenu. En revanche, pour le moment, il n’est distribuĂ© que de manière limitĂ©e au Royaume-Uni, par 5 sociĂ©tĂ©s, dont la plus connue en France est Royal Mile Whiskies :

 

edinburgh_whisky_cie_2_offers_2015_off_piccp

 

 -GLENLIVET millĂ©simĂ© 2007, mis en bouteille en 2015, 46 % : DĂ©crit comme « fabuleusement juteux Â» par le nĂ©gociant, il est vendu aux alentours de ÂŁ 79, soit environ 110 €, ce qui n’est franchement pas donnĂ© pour un whisky Ă  la fois assez jeune et rĂ©duit.

-HIGHLAND PARK millĂ©simĂ© 2000, mis en bouteille en 2015, 46 % : DĂ©crit comme « entĂŞtant et enchanteur Â» par le nĂ©gociant, il est vendu aux alentours de ÂŁ 50, soit environ 70 €

 

 

-La prestigieuse maison de nĂ©goce GORDON & MacPHAIL propose rĂ©gulièrement des nouveautĂ©s dans les gammes « Connoisseur’s Choice Â» ou « Cask Reserve Â», relativement bien diffusĂ©es du public, mais d’autres gammes moins connues existent, comme les suivantes :

 -GLENROTHES millĂ©simĂ© « 1971 Â» (bottled 2015) dans sa gamme « The MacPhail’s Collection Â», 43 % : Son prix est autour de ÂŁ 420, soit environ 600 €.

 

glenrothes_1971_2015_nouv_gmp_coll_43_comp

 

-HIGHLAND PARK millĂ©simĂ© « 1973 Â» (bottled 2009) dans sa gamme « The MacPhail’s Collection Â», 43 % : Son prix est autour de ÂŁ 390, soit environ 550 €.

 

highland_park_1973_2009_nouv_gmp_coll_43_comp

 

-MORTLACH millĂ©simĂ© « 1989 Â» (bottled 2014) dans sa gamme « Exclusive Â» (en vente Ă  la boutique d’Elgin essentiellement). Il s’agit d’un fĂ»t unique de type « Refill Sherry Hogshead Â» (Cask N°4302), ayant donnĂ© 282 bouteilles & rĂ©duit Ă  50 %. Prix n.c.

 

 

mortlach_1989_g.m.p._exclusive_50_cp

 

 

-MACALLAN millĂ©simĂ© « 1966 Â» (bottled 2014), dans la gamme « Speymalt Â», 43 % : Son prix est estimĂ© Ă  ÂŁ 1200, soit environ 1700 €. Un plaisir onĂ©reux !

 

macallan_1966_2014_nouv_gmp_speymalt_43_comp

 

 

-La maison de nĂ©goce SIGNATORY VINTAGE, partenaire privilĂ©giĂ© de La Maison du Whisky, mais aussi de The Whisky Exchange (son « alter ego Â» londonien), propose rĂ©gulièrement de nombreuses nouveautĂ©s, trop nombreuses pour ĂŞtre chroniquĂ©es ici, mais j’ai repĂ©rĂ©, entre autres choses, cette mise en bouteille d’un single-malt qui se fait rare car, comme d’autres distilleries propriĂ©tĂ© de grands groupes comme Diageo ou Pernod-Ricard, elle fournit avant tout en whisky les maisons d’assemblages :

-STRATHMILL 25 ans, millĂ©simĂ© « 1988 Â» (bottled 2015), gamme « Cask Strength Collection Â», Single-Cask (Cask N° 100180), Natural Cask Strengh, 54,4 %. Prix environ 120 € (Ă©quivalent du prix en livres) chez The Whisky Exchange (pas sĂ»r qu’il soit trouvable en France).

 

strathmill_25_ans_s.v._c.s.c._100180_54.4_comp

 

 

-La maison Hunter LAING propose des single-malts et single-grains dans diffĂ©rentes gammes, comme par exemple la mythique gamme « Old Malt Cask Â» dans laquelle est mise en bouteille suivante, d’une distillerie du Speyside dont on ne voit pas trop souvent de versions âgĂ©es :

-TORMORE 26 ans millĂ©simĂ© « 1988 Â» (bottled 2015), Single-Cask (Cask N°10665), 50 %. Prix environ 150 € (Ă©quivalent du prix en livres) chez The Whisky Exchange (pas sĂ»r qu’il soit trouvable en France).

 

 

tormore_26_ans_hunter_laing_omc_sc_10665_50_comp

 

 

Du cĂ´tĂ© des officiels :

 

LES BLENDED-WHISKIES :

 

Diageo, le groupe propriĂ©taire de près de 45 distilleries de whisky (de malt comme de grain) Ă©cossaises, mais aussi de l’assembleur JOHNNIE WALKER, a fait fort avec une nouveautĂ© qui Ă©clipse pour moi toutes les versions duty-free diffĂ©rentes du « BLUE LABEL Â» dĂ©clinĂ©es rĂ©cemment, puisque c’est me semble t’il une première pour un whisky Ă©cossais (de concevoir un whisky affinĂ© en fĂ»ts de seigle!), fusse t’il un blended whisky. Je dis cela de manière non pĂ©jorative, mais juste pour souligner que, la plupart du temps, les affinages ou Ă©levages en types de fĂ»ts diffĂ©rents de ceux utilisĂ©s d’habitude ont en gĂ©nĂ©ral moins d’impact dans les blends que dans les malts Ă  mon sens, ce qui est gĂ©nĂ©ralement voulu. Cela est du Ă  mon sens au fait que les assembleurs ne souhaitent pas « troubler Â» le consommateur habituĂ© Ă  l’identitĂ© maison du blend en matière de palette aromatique, de fondu et d’équilibre-le preuve en est chez nombre de versions dites « tourbĂ©es Â», par exemple, ne le sont en rĂ©alitĂ© que très lĂ©gèrement. Je suis très curieux de ce que cela donne dans le cas prĂ©sent, mais, bien entendu, il me faudra dĂ©guster pour savoir, donc, Ă  suivre…Prix non communiquĂ©.

-JOHNNIE WALKER 10 ans gamme « Select Casks Â», Rye cask finish, 46 % (Blended-whisky):

 

 

j.walker_select_casks_series_rye_cask_finish_cp_46

 

 

 

 

LES SINGLE –MALTS :

 

-AN CNOC n.a.s. « PEATLANDS Â», première Ă©dition, 46 % : La distillerie AN CNOC propose une nouvelle version tourbĂ©e (certes peu tourbĂ©e, car l’on annonce que 9 p.p.m.) de son single-malt, rĂ©servĂ©e Ă  l’Europe, qui va rejoindre les autres versions tourbĂ©es de sa gamme (« Cutter Â», « Flaughter Â», « Rutter Â», « Tushkar Â» & « Peaty Â»), signe des temps, elles aussi sans compte d’âge…Prix non communiquĂ©.

 

an_cnoc_ob_nas_peatlands_2015_46_cp

 

 

-AN CNOC n.a.s. « THE SMUGGLER'S EDITION Vol. 1 », première Ă©dition, Septembre 2015, 46 % : La distillerie ARRAN propose une nouvelle version Ă  la fois fortement tourbĂ©e ("Heavily Peated") et Ă©levĂ©e dans des fĂ»ts ayant contenu du Porto ("Port Pipe"). Cette Ă©dition un peu particulière rend hommage Ă  la distillation clandestine qui a marquĂ© l'histoire du whisky Ă©cossais jusque dans les Ă®les...d'ou l'inscription "Illicit Stills" ou encore "Smuggler's Series" sur la couverture du livre-coffret qui cache une bouteille Ă  l'Ă©tiquette très "vintage", Ă  l'ancienne. Il s'agit d'un whisky sans compte d'âge, mais issue de plusieurs âges, dont le plus âgĂ© est vraisemblablement infĂ©rieur Ă  18 ans. La distillerie met en vente 8700 bouteilles de cette version qui s'annonce comme la première d'une sĂ©rie pittoresque, sans nul doute. InterrogĂ©s sur la disponibilitĂ© de cette version, il m'a Ă©tĂ© rĂ©pondu qu'elle serait en vente le mois prochain, et, de manière probable, mais non certaine, disponible Ă  la dĂ©gustation au prochain Salon "Whisky Live Paris 2015". Prix non communiquĂ©.

 

 

arran_the_smugglers_ed_vol_1_46_cp2

 

 

 

-The BALVENIE « TUN 1509 Â», Batch 2, 50,3 % : Voici la seconde Ă©dition du nouveau « Tun 1509 Â» (qui, rappelons-le, est une cuvĂ©e mettant en jeu davantage de fĂ»ts assemblĂ©s que la version prĂ©cĂ©dente nommĂ©e « Tun 1401 Â», trois fois plus de fĂ»ts en moyenne…). Pour ce second lot (ou « batch Â»), 8500 bouteilles ont Ă©tĂ© produites Ă  partir d’un assemblage de 32 fĂ»ts : 23 fĂ»ts de type « American Oak casks » et 9 fĂ»ts de type « European Oak Sherry Butts Â» ont Ă©tĂ© assemblĂ©s et remis Ă  marier sur une pĂ©riode de quelques mois. Le titrage de cette version est de 50,3 % et son prix avoisinera plusieurs centaines d’euros, probablement aux alentours de 350 €.

 

balvenie_tun_1509_batch_2_47.8_comp

 

 

-BEN NEVIS 23 ans « The President’s Cask Â» (mis en bouteille en 2014), 56,4 % : Il s’agit d’une version Ă©levĂ©e en fĂ»ts ayant contenu du Bourbon destinĂ©e Ă  cĂ©lĂ©brer le 25 ème anniversaire de l’achat de la distillerie par son propriĂ©taire la sociĂ©tĂ© NIKKA Whisky Distilling co. Il est encore disponible auprès de, par exemple, The Whisky Exchange, pour environ 400 €.

 

ben_nevis_23_ans_ob_the_presidents_cask_56.4_cp

 

 

-DALMORE « AFFINITY Â», Distillery Exclusive, 50 ans d’âge, 43 % : Il s’agit d’une version rare et destinĂ©e Ă  commĂ©morer les 50 ans de l’IndĂ©pendance de Singapour. Cet assemblage rare de quelques fĂ»ts de 48 ans d’âge, qui a ensuite Ă©tĂ© remis Ă  marier par affinage durant 2 ans & 6 mois dans des fĂ»ts ayant contenu du Sherry de type « Apostoles Â» (30 ans d'âge) est prĂ©sentĂ© sous un luxueux coffret bois, au prix « d’immortel Â» de ÂŁ 50000, soit environ 70650 €…Chacun apprĂ©ciera...

 

 

dalmore_affinity_50_ans_43_comp

 

 

-DALWHINNIE n.a.s. « WINTER’S GOLD Â», 43 % : Une version distillĂ©e les mois d’hiver (enfin, entre octobre et mars) ce qui, d’après Douglas Murray, responsable technique chez Diageo, permettrait, grâce aux condenseurs de type « worm tub Â» (en forme de spirale, et en cuivre) d’obtenir un plus grand contact entre le cuivre et le distillat durant cette pĂ©riode et d’obtenir une certaine richesse, apportant des notes Ă©picĂ©es, cirĂ©es, mais aussi miellĂ©es, fruitĂ©es (peau de pomme) et de rhum-raisin. L’on jugera après dĂ©gustation…Pour information, les fĂ»ts utilisĂ©s pour cette version sont de diffĂ©rents types : FĂ»ts amĂ©ricains de premier remplissage, fĂ»ts avec plusieurs remplissages et fĂ»ts de chĂŞne europĂ©ens. Prix n.c.

 

dalwhinnie_nas_winter_gold_43_2015.comp

 

 

-GLENDRONACH « The HIELAN Â» 8 ans, 46 % : Il s’agit d’une nouvelle version destinĂ©e Ă  la gamme rĂ©gulière, âgĂ©e de seulement 8 ans et constituĂ©e de fĂ»ts de Bourbon comme de Sherry, d’oĂą, dit le producteur, de riches « notes de noix, de caramel au beurre et d’épices Â». Le prix est d’environ 50 €, mais on ne le trouve pas partout encore en France.

 

 

glendronach_8_ans_the_hielan_46_comp

 

 

-Pernod-Ricard, propriĂ©taire de la distillerie The GLENLIVET lance 2 autres versions n.a.s. (sans compte d’âge) pour remplacer sur le marchĂ© hors taxe (« travel retail Â») les 12 ans, 15 ans & 18 ans d’âge. Il s’agit de deux nouveautĂ©s qui s’ajoutent Ă  la version apparue sur le marchĂ© hors taxe dĂ©jĂ  en 2011 et nommĂ©e « Master Distiller’s Reserve Â» : La seconde est donc la « Master Distiller’s Reserve Solera Vatted Â». Les 3 versions sont composĂ©es d’un assemblage de fĂ»ts neufs ou « virgin oak Â», de fĂ»ts ayant contenu du Bourbon pour la première fois-« First Fill American Oak casks Â»-ainsi que de fĂ»ts ayant contenu du Sherry, mais cette version a utilisĂ© le mariage de l’assemblage dans des foudres de type « Solera Â» (dont le fond n’est jamais vidĂ© entièrement) et contient une plus grande proportion de fĂ»ts de Bourbon de premier remplissage que les autres.

La dernière version, nommĂ©e « Master Distiller’s Reserve Small Batch Â», est un assemblage d’un petit nombre de fĂ»ts sĂ©lectionnĂ©s par le distillateur Alan Winchester et dont la quantitĂ© est susceptible de varier en fonction de qualitĂ© des fĂ»ts disponibles, mais cette version sera tout de mĂŞme permanente. Toutes ces versions sont mises en bouteille avec rĂ©duction Ă  40 %, et le prix des deux dernières versions pourraient ĂŞtre d’environ 65 € pour le « Solera Vatted Â» et de 130 € pour le « Small Batch Â».

 

 

glenlivet_master_distillers_tr_2015_range_cp

 

 

 -The MACALLAN n.a.s. « Rare Cask Â», 43 % : Il s’agit d’une nouveautĂ© sans compte d’âge Ă  destination « exclusive Â» des Etats-Unis. Une version qui, d’après la distillerie, serait un assemblage de fĂ»ts provenant, uniquement du Sherry de type « Dry Oloroso Â» et de premier remplissage (certaines sources ont parlĂ© de l’utilisation de « 16 types de Sherry diffĂ©rents Â», ce qui me semble erronĂ©). Il est dit Ă©galement qu’il n’y a pas eu coloration artificielle. Le prix annoncĂ© chez The Whisky Exchange est d’environ 280 €. Un record de prix sans doute pour un whisky sans compte d’âge (quoique ceux de la distillerie corĂ©enne KAVALAN les dĂ©passent parfois..). Les retours cependant sont pour le moment plutĂ´t positifs. Je dois dire aussi que le packaging est splendide.

 

 

/macallan_rare_cask_ob_nas_2015_70cl_43_cp

 

 

 

-Le groupe Bacardi, via sa filiale John Dewar & Sons Ltd, met la touche finale au lifting de ses marques de single-malts écossais (après ABERFELDY, AULTMORE, CRAIGELLACHIE, GLEN DEVERON), et notamment à la relance de son petit dernier, le ROYAL BRACKLA, avec 3 versions différentes et avec compte d'âge s'il vous plaît. La distillerie propose donc pour cette rentrée 2015 une version de 12 ans d'âge, de 16 ans d'âge et de 21 ans d'âge. Toutes ces versions sont mises en bouteille à 46 % et mettent à l'honneur pour l'affinage des fûts de Sherry de premier remplissage, de "première qualité" d'après la distillerie (l'on jugera à la dégustation). Pour mémoire, cette très ancienne distillerie des Highlands du Nord située près d'Inverness fut fondée en 1812 par le capitaine William Fraser.

C'est la première distillerie à obtenir la "garantie royale" en 1835, ou le droit de porter le préfixe "Royal" de la part du roi William IV. Une des particularités de cette distillerie, qui dispose de 4 alambics et produit plus de 4 millions de litres d'alcool pur par an, est la fermentation lente, de plus de 80 heures....(supérieure à la moyenne, donc, mais pas le record, détenu sauf erreur de ma part par la distillerie SCAPA, avec 168 heures). Le single-malt alimente principalement le blended whisky DEWAR'S du groupe Bacardi, mais peut se trouver également de temps à autre en version de négoce, notamment chez Gordon & MacPhail (parmi les plus anciens à l'embouteiller-parmi les versions récentes j'ai dégusté un très bon millésime "1991" dans la série "Connoisseur's Choice", noté 91/100), Cadenhead, Douglas Laing (citons un millésime "1999", dans la série "Tartan", très correct, herbacé et fruité, mais malheureusement un peu trop réduit, noté 84/100), Signatory Vintage, ou encore par exemple la S.M.W.S. (je me rappelle d'un excellent 9 ans d'âge, numéro 55.18, titrant 61 %, complexe, avec de beaux esters, très fruité et floral, noté 91/100).

Contrairement à ce que j'ai pu lire sur la toile, en revanche (de même que pour AULTMORE, par exemple), ces 3 nouvelles versions ne sont pas les premières versions officielles jamais proposées par la distillerie, loin de là. Il y eu d'abord une version sans compte d'âge, des éditions limitées à l'Italie âgées de 12 et 16 ans, puis en 1993 un 10 ans d'âge dans la série "Flora & Fauna", lorsque la distillerie appartenait encore au groupe U.D.V. (futur Diageo), ainsi qu'une édition limitée dans la non moins célèbre gamme "Rare Malts Selection", un 20 ans d'âge distillé en 1978 et mis en bouteille en 1998 au degré naturel de 59,8 %. Après une rénovation conséquente de la distillerie en 1997 (ironiquement un an avant le rachat par Bacardi), la distillerie sort une nouvelle édition du 10 ans d'âge en 2004, ainsi que, dix ans plus tard, une version de 25 ans d'âge, un 35 ans d'âge pour une édition limitée destinée à Singapour, et enfin ces 3 toutes nouvelles versions.

 

 

royal_brackla_new_ob_12_yo_46_2015_cp

Le nouveau ROYAL BRACKLA 12 ans d'âge, 46 % (photo officielle).

 

 

-SCAPA n.a.s. « SKIREN Â», 40 % : Pernod-Ricard ne s’arrĂŞte pas en si bon chemin, si j’ose dire, avec les GLENLIVET sans compte d'âge, et propose dĂ©sormais Ă©galement une version sans compte d’âge de son single-malt SCAPA, l’autre distillerie des Ă®les Orcades ("l'autre" en rĂ©fĂ©rence non pas Ă  GLENLIVET mais Ă  HIGHLAND PARK, la plus connue des distilleries de ces Ă®les) : Cette version, nous dit Brian McAulay, le maĂ®tre-distillateur, est entièrement Ă©levĂ©e en fĂ»ts de chĂŞne amĂ©ricain de premier remplissage (« First fill American Oak Â»), afin d’obtenir « une douceur crĂ©meuse, avec une touche de fruits tropicaux et d’agrumes, et enfin d’une note de bruyère Ă  connotation maritime Â». Il s’agit d’une version destinĂ©e au marchĂ© français (cavistes) et Ă  la Grande-Bretagne, qui sera lancĂ©e en Septembre et sera vendue au prix estimĂ© Ă  ÂŁ 60, soit environ 85 €.

scapa_nas_ob_skiren_2015_40_cp2

 

-TOMATIN 36 ans, sĂ©rie « Rare Cask Â», Batch N°1, 46% (Highlands): Le whisky est prĂ©sentĂ© dans une carafe et protĂ©gĂ© par un coffret en bois. Il s’agit d’une version âgĂ©e de plus de 25 ans, Ă©levĂ©e en fĂ»ts ayant contenu du Bourbon & des fĂ»ts ayant contenu du Sherry de type Oloroso. Il est vendu notamment par la maison The Whisky Exchange pour un peu plus de 700 € environ.

 

tomatin_36_ans_ob_batch_no1_rare_casks_46_comp

 

-TOMATIN 25 ans, Batch 2, 46 % : Il s’agit d’une version âgĂ©e de plus de 25 ans, Ă©levĂ©e en fĂ»ts ayant contenu du Bourbon, puis affinĂ©e en fĂ»ts ayant contenu du Porto. Il est vendu notamment par la maison The Whisky Exchange pour environ 250 €.

 

 

tomatin_1988_25_ans_ob_batch_no2_46_comp

 

 

 

NOUVEAUTES WHISKY (Autres pays du MONDE) :

(Recent Whisky New Bottlings-rest of the World)

 

-SUNTORY HIBIKI « JAPANESE HARMONY Â», 43 % (Blended-Whisky) : Le sort en est jetĂ©, SUNTORY emboĂ®te le pas de NIKKA pour proposer une version sans compte d’âge de son cĂ©lèbre blended-whisky et se fait un rien redondant dans le titre puisque « Hibiki Â» signifie « Harmonie Â». Comme d’habitude avec les grands assembleurs japonais, cela ne signifie pas pour autant que cette version sera sans intĂ©rĂŞt ou moins bonne que le 12 ans d’âge. La base de ce blend est toujours un assemblage de fĂ»ts provenant des distilleries de malt YAMAZAKI & HAKUSHU d’une part, et de la distillerie de grain CHITA.

suntory_hibiki_jap_harmony_43_cp

 

Les types de fĂ»ts utilisĂ©s sont variĂ©s, puisqu’il y a dans la recette des fĂ»ts de chĂŞne neuf japonais, des fĂ»ts ayant contenu du Bourbon, du Sherry et enfin du whisky de malt tourbĂ©. S’y ajoutent d’autres whiskies, pas forcĂ©ment japonais (d’autant plus que depuis la fusion d SUNTORY avec BEAM Global, le groupe possède un plus grand nombre encore de distilleries Ă©cossaises, notamment), avec une recette toujours secrète. Je suis curieux du rĂ©sultat (cette version n’est pas encore en vente en France hormis en ligne, mais devrait faire son apparition Ă  l’automne), mais les premiers prix aperçus sur la toile (entre 60 et 73 €) ne sont pas encourageants pour un whisky qui demeure sans compte d’âge et une bouteille qui sera vendue vraisemblablement plus cher que la version de 12 ans d’âge, pour autant qu’elle subsiste…(Ă  confirmer). Pour la petite histoire, en rĂ©alitĂ©, historiquement la première version d’ Â« Hibiki Â» Ă©tait Ă©galement sans compte d’âge, et Ă©tait moins recherchĂ©e, car avant les annĂ©es 2000, les whiskies japonais Ă©taient plutĂ´t mĂ©connus en Europe, et commençaient Ă  peine Ă  ĂŞtre vendus en France.

 

IRLANDE:

 

-HYDE « N°1 Â» 10 ans, HIBERNIA Distillers, 46 % : (Blended-Whiskey d’Irlande)

HIBERNIA Distillers est sociĂ©tĂ© de nĂ©goce irlandaise (une de plus diraient les mauvaises langues) basĂ©e Ă  West Cork et ayant prĂ©vu d’y construire une distillerie sous peu. Le whisky provient pour le moment de la distillerie COOLEY. Il s’agit d’un blended whisky composĂ© de fĂ»ts de Bourbon de premier remplissage retravaillĂ©s Ă  la flamme (« charred Â») puis affinĂ©s dans des fĂ»ts ayant contenu du Sherry Oloroso durant 10 mois. Il est non filtrĂ© Ă  froid et rĂ©duit Ă  46 %. Les bouteilles sont numĂ©rotĂ©es et vendues dans des coffrets en bois. Une version « N°2 Â» est prĂ©vue pour la trentrĂ©e prochaine, cette fois avec un affinage en fĂ»ts ayant contenu du rhum. Pour la petite histoire, le whisky est ainsi nommĂ© en hommage Ă  Douglas Hyde, premier prĂ©sident de l’Irlande, de 1938 Ă  1945.

 

hyde_irish_whiskey_10_ans_46_cp

 

 

-TULLAMORE DEW "CIDER CASK finish" (travel retail-mai 2015 ?), Ă©dition limitĂ©e 2015, 1 litre, 40 % : Le whisky a Ă©tĂ© Ă©levĂ© traditionnellement dans des fĂ»ts (une centaine environ) ayant contenu du Bourbon et du Sherry, puis affinĂ© durant 3 mois dans des fĂ»ts ayant contenu du cidre Ă©laborĂ© avec des pommes soigneusement sĂ©lectionnĂ©es, affirme John Quinn, le « global brand ambassador Â» de la marque, qui appartient Ă  William GRANT & Sons. Prix n.c., mais il pourrait se situer entre 50 et 60 €.

 

 

tullamore_dew_cider_cask_finish._40_comp

 

-TULLAMORE DEW 15 ANS "TRILOGY", 40 % : La distillerie propose essentiellement pour le marchĂ© hors taxe, mais pas seulement la version la plus âgĂ©e jamais sortie Ă  ce jour, une version associant fĂ»ts de Bourbon, de Sherry, mais aussi de Rhum, d’oĂą le nom de « Trilogy Â». La recette est la mĂŞme que pour le 12 ans d’âge, hormis une deuxième maturation pour 3 ans en fĂ»ts ayant contenu du Bourbon, puis l’assemblage a Ă©tĂ© remis Ă  marier durant 3 mois dans des fĂ»ts de rhum en provenance de Trinidad. Il s’agit d’une Ă©dition limitĂ©e Ă  9000 bouteilles, vendues au prix unitaire d’environ 65 €.

 

 

tullamore_dew_15_yo_trilogy_40_new_b_2015_cp

 

 

 

AUTRES PAYS :

 

-EDDU « GREY ROCK Â», version « BrocĂ©liande Â», Distillerie des Menhirs, 40 % (Blended Whisky, France): Mal aimĂ© du paysage français du whisky, le blended whisky, qui a pourtant eu ses lettres de noblesse Ă  la fin des annĂ©es 80 avec le premier blended whisky français (« Whisky Breton Â» de la distillerie Warenghem), a su prouver aux vrais connaisseurs qu’il avait sa place aux cĂ´tĂ©s du « blended Scotch Â», et la Distillerie des Menhirs a su emboĂ®ter le pas de Warenghem il y a plus de 10 ans dĂ©jĂ , puisque son premier whisky Ă  base de blĂ© noir date de 2002 (il s’agit du « Silver Â») et son premier blended whisky de 2003, le « Grey-Rock Â» (Ă  base de 30 % de blĂ© noir, que l’on nomme aussi « sarrasin Â»). La nouvelle version dite « BrocĂ©liande Â» est nommĂ©e ainsi car elle a Ă©tĂ© affinĂ©e (et non entièrement vieillie comme je l’ai d’abord cru) dans des fĂ»ts neufs de chĂŞne breton centenaire provenant de la forĂŞt de BrocĂ©liande, fĂ»ts que la distillerie utilise pour une partie du vieillissement de ses whiskies depuis 2006.

 

eddu_grey_rock_vers_brocliande_2015_40_comp

 

-La distillerie galloise PENDERYN prĂ©sente aussi plusieurs nouveautĂ©s, dont j’ai retenu pour l’heure ces deux versions assez intĂ©ressantes sur le papier :

-PENDERYN « RICH OAK Â» (Welsh wood casks), 50 % (Single-Malt, Pays de Galles): Il s’agit d’une version qui, pour la première fois, fait appel Ă  des fĂ»ts (3 fĂ»ts) « Ă©laborĂ©s Â» par la distillerie, mais non pas, comme je l’ai d’abord cru de provenance locale, mais des fĂ»ts ayant contenu du Bourbon, puis reconstituĂ©s Ă  la distillerie (donc tout simplement un type de Hogshead). Le prix de cette version est d’environ 100 € (en Ă©quivalent de la livre) et est disponible notamment auprès de la sociĂ©tĂ© The Whisky Exchange et de la Maison du Whisky.

 

 

penderyn_rich_oak_wales_wood_50_cp

 

 

-PENDERYN « PORT WOOD Finish » Single-Cask (rĂ©f. PT72), Cask Strength, 59 % (Single-Malt, Pays de Galles): Il s’agit lĂ  d’une version brute de fĂ»t de la version habituellement mise en bouteille Ă  41 %. Le prix, par contre est très dissuasif, car annoncĂ© Ă  plus de 350 € en Grande-Bretagne (non, vous ne rĂŞvez pas, la bouteille fait bien 70 cl, pas 150 ni 300 cl).

 

 

penderyn_port_wood__finish_sc_cs_59_cp

 

 

-PARKER’S HERITAGE Wheat Whiskey 13 ans, Release 8 (Batch 2), non filtrĂ© Ă  froid, Cask Strength, 63,4 % (distillerie HEAVEN HILL, Kentucky, Etats-Unis) : Il s’agit d’un whisky Ă  base de blĂ© majoritaire (soit 51 % minimum), contrairement aux Ă©ditions prĂ©cĂ©dentes qui utilisaient en majoritĂ© du Bourbon. La recette de base en fait est la mĂŞme que celle destinĂ©e Ă  la marque BERNHEIM « Original Â». Cette rĂ©fĂ©rence serait, d’après la distillerie, la première et la seule provenant d’une distillerie amĂ©ricaine, hormis les micro-distilleries, Ă  Ă©laborer un whisky de blĂ© (« wheat Â») majoritaire depuis l’annĂ©e 2005. Le prix annoncĂ© est d’environ 110 € chez The Whisky Exchange, mais n’est pas pour le moment disponible en France Ă  ma connaissance. Rappelons que le seul whisky fabriquĂ© en France qui soit Ă  peu près comparable en termes d’ingrĂ©dient majoritaire est l’EDDU, produit par la Distillerie des Menhirs, mais lĂ  il s’agit de blĂ© noir (ou sarrasin) et non pas de blĂ© blanc europĂ©en (dit aussi "blĂ© tendre") ou de blĂ© rouge (amĂ©ricain, comme par exemple celui utilisĂ© pour le Bourbon Maker’s Mark, qui en contient plus de 45 %).

 

parkers_heritage_wheat_wh_r_8_63.4_comp

 

 

-WILD TURKEY 17 ans « MASTER’S KEEP Â», 43,4 % (en unitĂ©s amĂ©ricaines de mesure d’alcool = 86,8 Proof), Kentucky, Etats-Unis (Bourbon whiskey): Cette version exceptionnelle (qui donne lieu Ă©galement Ă  des variantes rĂ©serves Ă  certains marchĂ©s), nous dit Eddie Russell, le maĂ®tre-distillateur, est la version la plus âgĂ©e produite par la distillerie, car souvent, dit il, les whiskeys dĂ©passent leur âge optimal de qualitĂ© au bout de 8 Ă  12 ans, devenant souvent trop boisĂ©s et Ă©picĂ©s pour ĂŞtre embouteillĂ©s. LĂ  il s’agit de fĂ»ts qui ont Ă©tĂ© d’abord Ă©levĂ©s en chais en pierre, puis transfĂ©rĂ©s dans des chais en bois, ce qui leur donnerait plus de notes vanillĂ©es & caramĂ©lisĂ©es, puis enfin une touche d’épices et de boisĂ©. Le prix de cette version limitĂ©e est de 150 $, soit environ 130 €. Par contre n’espĂ©rez pas le trouver en France pour le moment, mais vous pourrez l’acheter en ligne sur le site d’un cĂ©lèbre Ă©tablissement anglais dĂ©jĂ  citĂ© dans cet article.

 

 

wild_turkey_masters_keep_17_yo_comp

 

Enfin j’aimerais terminer par une vraie fausse nouveauté, qui me permet surtout d’attirer l’attention sur cette excellente distillerie d’Afrique du Sud, dont j’ai pu déguster le 5 ans d’âge il y a de nombreuses années, et il m’avait laissé un plutôt bon souvenir. J’espère un jour pouvoir déguster toute la gamme. J'aurais certainement l'occasion de vous reparler de cette distillerie.

 

-THREE SHIPS 10 ans, Limited Edition, 2012, 43 % (Single-Malt, Afrique du Sud):

 

three_ships_10_ans_2012_43_comp

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop