Notation (Scoring)

 

1/ Barème de Notation en version originale, en langue française.

 

2/ Barème de Notation en version anglo-saxonne (Scoring system in English):

You will find a translation at the end of the french version of this article...

 

***

 

1/      BAREME détaillé du TABLEAU de NOTATION sur 100 des Notes de Dégustation

de WHISKY de  © Grégoire SARAFIAN, M. à j. 2011-addendum en 2013 & 2015 **:

 

 

 

10  à  64,5 : Médiocre. Produit commercial avant tout. Problématique.

(Non maîtrisé, très faible, quelconque, ou présentant un défaut majeur, bref sans aucun intérêt.)

 2 65  à  74.5 : A peine acceptable. De faible à tout juste moyen. Il y a mieux !

        (Sans complexité, ni assez de personnalité, d’équilibre, de qualités, ou comportant trop d’additifs, etc…)

 375  à  80.5 : Moyen, correct, mais peut mieux faire. Manque quelque chose.

(Bien, mais un manque d’expressivité ou un défaut léger l’empêche d’être plus intéressant.)

 4 = 81  à  86.5 : Honnête, pour débuter ou non, de qualité, achat envisageable.

(Bon, honorable, plutôt équilibré, avec déjà des qualités qui pourraient être plus développées.)

 587  à  89.5 : Intéressant, de qualité, mérite l’acquisition, voire la collection.

(Un bon whisky, aux qualités déjà bien développées. Entre satisfaisant et très satisfaisant …)

 690  à  93.5 : Excellent à superbe. Une valeur sûre, une belle idée de cadeau !

(Bien maîtrisé, de grande qualité, complexe, fin, parfumé. Pour commencer les choses sérieuses…)

 7 94  à  96,5 : Supérieur ! ! !  Ses qualités l’imposent dans une collection…

(Un grand whisky, sans aucun doute, très bien conçu. Il lui manque peu pour être au sommet.)

 897  à  100 / H.C. (Hors Catégorie) :   Must ! Du très grand art au chef d’oeuvre absolu…

Inoubliable !   

(Quasi-irréprochable ou parfait, surclasse les autres par ses multiples qualités et une finesse rare.)

 

 

 Symboles ou abréviations les plus couramment utilisés sur ce site :

 

H. C. = Hors Catégorie : Whiskies dont la note chiffrée n’est qu’indicative, insuffisante pour classer ce whisky, car il possède une ou plusieurs caractéristiques exceptionnelles :

 En effet, j’ai ajouté cette catégorie pour distinguer des whiskies qui en apparence obtenaient des notes chiffrées comparables à ses «concurrents», mais qui pour des raisons  variées, se détachaient du lot pour arriver à un résultat hors du commun. Les raisons potentielles, en général étaient soit une extrême finesse (en relation avec un âge avancé ou non), soit d’une rare complexité, soit d’une gourmandise infinie donnant pleine satisfaction, soit toutes ces raisons à la fois. Ces whiskies très particuliers s’avérèrent très difficiles à noter comparativement. Inutile de dire que tous sont des musts à mon humble avis, à rechercher et …à collectionner, et à déguster, et non pour spéculer, s’il vous plaît !  

A NOTER : Cette distinction  ne concernera par convention personnelle que les whiskies notés en général plus de 95 /100 (sauf exceptions).

Par ailleurs, comme j’ai pris le parti de noter certains whiskies 100/100, contrairement à un certain nombre de confrères écrivains du whisky qui se refusent à le faire (leur plus haute note ne dépasse presque jamais 96 ou 97/100), je conseille aux lecteurs désirant faire des comparaisons avec d’autres notes chiffrées de dégustation de ces auteurs, de retrancher dans ce cas un certains nombre de points (minimum 3 points) à chaque note finale sur 100. Voir comparatif plus bas. Mais cela restera tout aussi subjectif.

 

« Note Confirmée » = Cette mention signale les Notes de Dégustation les plus « fiables » (par opposition aux whiskies dits avec « Note Sous Réserve »), c'est-à-dire ceux pour lesquels les whiskies ont été testés à plusieurs reprises, dans les meilleures conditions possibles, voire ayant fait partie ou faisant partie de ma collection, et dont le commentaire et la note chiffrée sont régulièrement révisés autant que possible.

 

N.S.R.  ou  Note sous Réserve =  Note, et parfois commentaires non définitifs, purement  indicatifs, sujets à confirmation ou infirmation au cours de dégustations ultérieures, la ou les dégustations de ce whisky n’ayant pas été réalisées dans les meilleures conditions, ou en quantité et fréquence suffisante pour se faire une idée plus complète du whisky (par exemple, une seule dégustation au cours d'un salon).

____________________________________________________________________________________________________________________________

N.S.A.  ou  Note susceptible d’être augmentée = Dégustation trop rapide, mais m’ayant donné tout de même le temps de pressentir un intérêt probablement plus grand que je ne le crois pour ce whisky, sans avoir eu le temps de confirmer cela par d’autres dégustations…(j'essaie de ne pas trop abuser de cette mention, très aléatoire).

 _______________________________________________________________________________________________________________________________________

 

NOTES DE DEGUSTATION de © Grégoire SARAFIAN :

Avant-Propos & Avertissement au lecteur :

 

SUR LES COMMENTAIRES :

Les notes de dégustation suivantes ont été rédigées pour la plupart ces dernières années. Lorsqu’elles sont plus anciennes, et davantage sujettes à caution pour diverses raisons, j’ai ajouté certaines mentions juste avant la note chiffrée, comme « N.S.R. » pour exprimer que ce n’est qu’une opinion partielle, une impression, sous réserve d’infirmation ou de confirmation. Cela peut être également le cas des dégustations « collectives » dans le cadre d’un Salon. Autrement, la notation et les commentaires sont effectués sur la base de plusieurs dégustations, à divers moments et dans diverses conditions, plus ou moins bonnes, qui sont parfois indiquées dans tous les cas de figure jugés utiles d’être précisés. En général, si c’est une dégustation confirmée, (note précédée d’un logo « § ») , c’est qu’ il y a eu au moins deux ou trois dégustations, voire davantage, réalisées dans de bonnes conditions, c’est le cas la plupart du temps.

 Mais rappelons que ces commentaires et avis techniques, notes chiffrées,  sont avant tout :

 Subjectifs, liés aux contexte extérieur (lieu de dégustation, facteurs de parasitages de cette dégustation – fumée de cigarette, odeurs de cuisine, de parfum, etc…) ou intérieur (liés à mon histoire personnelle, ou à l’humeur du moment, ce qu’on a consommé avant, etc…-j’essaie d’y être attentif), et qu’ils sont également issus de mon expérience acquise par mes propres moyens, en étudiant le whisky, mais aussi éprouvés lors de concours de dégustation privés ou publics (comme le « Whisky Challenge 2005 » fait par Whisky Magazine -édition française- par exemple, ou je fus classé 12 ème sur 650), ce depuis près de 8 ans.

 

**Addendum 22/05/2015 : Parmi les critères de jugement qui n'entrent pas réellement chez moi en ligne de compte dans l'élaboration de la note mais davantage dans l'appréciation écrite, c'est le rapport qualité/prix. En effet, un whisky de qualité moyenne mais pas exceptionnelle à un prix très élevé ou bien plus élevé que d'autres whiskies de sa catégorie aura probablement un commentaire un peu plus négatif qu'un autre à prix plus raisonnable. C'est quasi-inévitable. Je m'efforce cependant d'essayer de rester objectif en notant. Il en va de même pour la réputation de telle ou telle distillerie ou société de négoce ou par rapport à mes goûts personnels (y compris par rapport à la personne qui parraine mon site web, dont je n'ai pas hésité à être très critique vis à vis de certaines de ses références). Il est également stupide de ne pas changer d'avis face à une évidence (de qualité d'un whisky). Par ailleurs je demeure persuadé que les meilleurs whiskies s'imposent d'eux-mêmes... Pour finir, même s'il m'est difficile de tout déguster à l'aveugle (un exercice toujours instructif), j'essaie tout de même de le faire régulièrement (certes pas avec les échantillons que je reçois), ce afin d'aiguiser encore un peu plus mes sens. 

 

  

SUR LES NOTES CHIFFREES:

(Texte révisé en 2013)

 

NOTATION : Notation sur 100 de référence *, de type Parker (pour les vins) ou feu Michael Jackson, ou aujourd’hui Serge Valentin, Jim Murray, etc.. (qui l’utilisent dans le domaine du whisky également, avec un barème qualitatif variable de l’un à l’autre), mais différente par les critères, et modifiée, affinée, jusqu’aux dixièmes, à partir de critères précis ou associés… Elle ne prétend pas être meilleure qu’une autre.

 

ADDENDUM COMPARATIF : Si cela peut aider, j'ai procédé à une estimation (subjective, approximative, certes…je n’ai pas le temps de comparer toutes leurs notes avec les miennes !) de mon échelle de notation par rapport à celle des principaux confrères (sélection parmi seulement ceux qui notent sur 100), ce sont des moyennes:

 

 Michael Jackson (« Malt Whisky Companion » avant 2004) & Gavin Smith, Dominic Roskrow,

 William C. Meyers qui ont pris le relai ensuite (cf Guide de l’Amateur du Whisky traduit en français de 2010):

 -Enlever 0-6 à +20 points…car M.J. pouvait être très dur dans sa notation, et en même temps l’on peut arriver

 quasiment au même résultat que lui sur un malt aussi consensuel que le Lagavulin 16 ans (si bon lot).

 -Serge Valentin (du blog « Whisky Fun »): Enlever 6 à 12 points, parfois moins, parfois plus.

 -Jean-Marie-Putz & les forumeurs (de « Whisky Distilleries.info ») :

Si j’ajoute les forumeurs, ça se complique, évidemment, mais on peut déjà tabler (pour l'auteur et ses principaux

intervenants sur une fourchette entre moins 6 à 12 points en moyenne.

 -Ruben (du blog « Whisky Notes »): Entre 4 et 8-10 points.

 -Ralfy (du blog vidéo « Ralfy Whisky »): Entre 4 et 8 points.

 -Dramtastic (du blog « The Japanese Whisky Review »): Entre 6 et 10 points.

 -Jim Murray (de « Whisky Bible »): Entre 0 et 20 points !

 

 

 

EXPLICATION DE MON SYSTEME DE NOTATION CHIFFREE (FIN) :

 

 Attention, cependant, les comparaisons avec leurs notes sont d’un intérêt limité, mon échelle étant plus haute –car je m’autorise en effet, contrairement à la majorité des écrivains du whisky, à donner des 100/100 le cas échéant, et même une mention « Hors Catégorie » pour des cas exceptionnels, inclassables, intemporels: Cette notation effectuée sur 100 points, est subdivisée en 9 critères au total,en s’inspirant de ce qui existe déjà, mais avec des subdivisions supplémentaires par l’utilisation de dixièmes ou de quarts de point. Je ne pouvais raisonnablement aller plus loin, souhaitant au départ garder mon ancienne notation sur 20 avec des quarts de point et plus. J’ai tenté de la transposer (avec par exemple des « 18,75 »). Elle  n’est pas parfaite et perfectible. Et mettre ce comparatif est risqué pour moi, mais bon, j’assume…

Les notes chiffrées peuvent être accompagnées de signes ou de « ? » s’il y a doute. J’émets des réserves sur les whiskies dégustés en 2002 ou avant, car mon expérience de ce breuvage était plus faible (d’ou la mention « N.S.R. » pour « NOTE SOUS RESERVE » par exemple, mais elle sert aussi pour les cas de doute plus généraux). La note n’est qu’indicative, l’appréciation du whisky, plus particulièrement des single-malts, pouvant varier selon le moment, l’atmosphère (enfumée, par exemple) ou la température. Les commentaires sont à mon sens plus déterminants que la note. La note sur 100 corrige celle sur 20, donc ne pas s’étonner si des variations importantes peuvent apparaître entre elles….

* = L’Ancienne Notation sur 20 est intégrée à la notation détaillée, apportant un élément plus subjectif. Elle diffère un peu de celle d’origine (plus fine, mais moins usitée). Je l'utilise régulièrement en notation provisoire, quand je n'ai pas l'occasion ou le temps d'utiliser ma grille multi-critères.

  

 

 DETAIL des CRITERES de la NOTATION,qui inclue la précédente NOTE sur 20

arrondie au dixième inférieur (ex. 18,3 devient 18) ou supérieur (18,7 = 19 ; Seuls les 0,5 points sont admis) :

 

1     NEZ                                                                                                                                   (sur 10)

2     BOUCHE / Attaque                                                                                                           (sur 10)

3     BOUCHE / Milieu                                                                                                                (sur 10)

4     BOUCHE / Finale                                                                                                                (sur 10)

5     EQUILIBRE                                                                                                                         (sur 10)

6     COMPLEXITE / Subtilité / Finesse                                                                                     (sur 10)

7     GENEROSITE / Intensité / Expressivité                                                                            (sur 10)

8     DEVELOPPEMENT (avec aération et/ou avec un peu d’eau)                                           (sur 10)

9     INDICE de SATISFACTION*,  ou NOTE dite « Subjective » /« Sentimentale »                 (sur 20)

 

10   = NOTE FINALE / TOTAL :                                                                      (sur 100)

 

 

DETAIL DES CRITERES (impliquant le goût):

 

DETAIL des CRITERES de la NOTATION, pour la PARTIE DE NOTATION QUANTITATIVE, 

ou dite aussi par INDICE DE PRESENCE DES SAVEURS (en Bouche, s’entend) :

 

Remarques utiles :

 

A propos des Indices Quantitatifs des Saveurs, l’auteur a choisi de les répartir en 20 critères, soit les 4 saveurs de base (Sucré, Salé, Acide, Amer, qui se détectent par les différents côtés de la langue), et un choix (personnel, mais constitué en croisant plusieurs types de listes couramment utilisés dans l’ananlyse des vins et spiritueux) de 16 indices récurrents, ou 14 familles de saveurs plus des indices qui sont autant quantitatifs que qualitatifs, plus 2 critères particuliers insuffisamment signalés à mon sens, que sont la présence ou non de Soufre (notes liées à l’oxydation, ou à l’utilisation de certains types de fûts. Ce sont des notes qui sont comparables en partie à celles présentes dans le vin, dans le sens ou en petite quantité elles peuvent être acceptables, mais pas davantage). – voir TABLEAU.

Par ailleurs je signale également les notes de caramel ajouté, une « diabolique » invention des assembleurs de blended-whiskies dits « pour supermarchés »,  mais qui touche presque toutes les catégories de whisky. La loi autorise en effet l’ajout d’essence de caramel – de référence E150 A ou E150 B – à hauteur de 0,01 % . Cet additif était destinée à l’origine à présenter au public une couleur du whisky censée être conforme à l’idée  qu’en aurait le consommateur, et qu’il souhaite faute d’information mais aussi de curiosité, c'est-à-dire une couleur ambrée, un peu terne, assez reconnaissable d’ailleurs. Or, contrairement à ce qui est souvent dit dans la profession, ce colorant affecte légèrement ou profondément (suivant le cas) le goût, et est utilisé pour uniformiser les saveurs d’un single-malt comme d’un blend, pour que le consommateur, à qui on ne donne aucune chance ce faisant d’évoluer, ne soit pas dérouté par une trop grande typicité de saveurs. La mention de caramel ajouté n’est pas toujours signalée sur l’étiquette, ou bien toujours en langue étrangère (non anglaise), en général en hollandais et en allemand.

 Chaque indice détermine la présence ou non (l’échelle est ici de 0 à 5 points, mais peut être subdivisée plus finement) des saveurs et diverses sensations en bouche, en tout cas le ressenti de cette présence. Ainsi, un indice de 3/5 de « Sucre » en signifie pas qu’il y aurait plus de 60 % de sucre dans le whisky (ce qui serait inquiétant !) mais simplement qu’il donne une impression forte de sucre. Ils vous permettront de vous donner une idée du « profil aromatique » du  whisky si vous ne l’avez pas déjà goûté, sachant que le goût personnel de chacun ainsi que son «patrimoine olfactif et gustatif», et qu’il influe sur la perception de toute dégustation. Vous pouvez utiliser vous-même cette grille pour évaluer un whisky. A vous de jouer !

 

TABLEAU GLOBAL :

A noter, en raison de difficultés techniques, ce tableau n'apparaît ou peu en exergue des notes de dégustation, je vous prie de m'en excuser, celui-ci dessus n'est d'ailleurs pas à l'échelle exacte d'origine, il est déformé. Je travaille avec la personne qui m'aide à trouver une solution et aussi à y adjoindre un système d'étoiles pour ceux qui ne veulent pas utiliser la notation chiffrée, pas assez parlante parfois. Merci de votre patience (NDRL : 16/10/2013).

 

 

Exemple : DALMORE officiel 40 ans (single-malt)

Indices

Qualitatifs  (sur 10)

Nez

Bouche :

Attaque

Bouche :

Milieu

Bouche :

Finale

Equilibre

Complexité, Finesse

Générosité,

Intensité

Développement

(par aération, ajout d’ eau)

Indice de Satisfaction

(sur 20)

TOTAL

(sur 100)

9,5

9,75

9,5

9,5

9,75

9,75

9,5

9,75

19 ,25

96,5

Indices

Quantitatifs

Saveurs

(sur  5)

SUCRE

SALE

Malté

Herbacé

Floral

Fruité

Solvant

Alcooleux

Vineux

Soufré

1,5

0

0

0

0

3,25

0,5

0

0

2

ACIDE

AMER

Epicé

Végétal

Boisé

Fumé

Tourbé

Marin

Divers.

Caramel

ajouté

0

0,15 ?

0,25

0,5

1,5

0,25

0

0

0,5

0

 

 

TABLEAU Explicatif des INDICES QUALITATIFS :

 

Les Quatre Phases de la Dégustation : 

 

Indices

Remarques

NEZ :

 

Augure en général, mais pas toujours, de la qualité, de la structure, de la typicité et de la catégorie d’un whisky. Facteur essentiel, mais pas toujours déterminant, on le divise souvent en deux phases, celle du premier nez (premières impressions, en surface, incomplètes), puis du 2 ème nez  (lorsque le nez s’est acclimaté au type de whisky et notamment au titrage de l’alcool que l’on va déguster, il est en mesure de détecter d’autres aromes, qui souvent  vont alors se développer  de minute en minute). Certains whiskies exceptionnels peuvent procurer un plaisir immense et durable simplement au nez,  par leur profondeur et leur finesse, notamment dans le cas de whiskies âgés de plus de 20 ans. Mais chez d’autres, le nez peut être trompeur, différent de la bouche. L’aération (laisser le whisky dans le verre quelques minutes, voire davantage avant de le humer) peut s’avérer importante pour des whiskies très typés ou âgés, des brut de fûts, etc…

BOUCHE :

1/ Attaque :

Essentielle, elle se divise de manière communément admise (mais pas toujours découpée comme ici en 3 phases) en 3 étapes, dont la première est importante et donne une petite idée de ce qui va suivre. Un whisky médiocre s’en tiendra là et ne laissera aucune trace ou si peu pour les prochaines étapes, alors qu’un bon ou très bon sera déjà annonciateur de plaisirs bien plus durables…

BOUCHE :

2/ Milieu :

Importante, cette étape donne souvent des indications cruciales non seulement sur le profil aromatique du whisky mais aussi sur l’équilibre de celui-ci, notamment du point de vue de la sensation d’alcool en bouche. Un conseil, bien faire tourner le whisky sur le palais et autour de la langue, celle-ci détectant de différents côtés les 4 saveurs de base (voir critères quantitatifs).

BOUCHE :

3/ Finale :

Là aussi une phase cruciale, qui coûte souvent des points lors du jugement d’un whisky. Comme pour le vin (qui lui quantifie la durée de la finale en nombre de minutes, nommées « caudalies »), un grand ou très grand whisky se distingue des autres par sa longueur en bouche, qui peut effectivement durer de quelques secondes à plusieurs minutes, voire plus d’un quart d’heure. On parlera ici de « rétro-olfaction » pour décrire les notes aromatiques qui sont révélées en fin de bouche, car elles s’expriment d’abord par le nez, puis par la bouche, et parfois bien après avoir avalé la dernière gorgée. Par contre, j’attire l’attention sur le fait que certes, certains whiskies de qualité peuvent avoir « une finale courte » et s’avérer un peu frustrants, mais si cette finale est courte mais nette et expressive, ce n’est pas selon moi nécessairement un défaut qui doit disqualifier celui-ci.

 

Les grands critères ou groupes de critères de jugement d’un Whisky:

(Classification personnelle par 4 critères ©)

 

Indices

Remarques

EQUILIBRE :

 

Donne une indication précieuse sur la balance entre les différentes notes aromatiques dans ce whisky, mais aussi sur d’autres critères (prépondérance ou non de son caractère alcooleux, boisé, soufré, du caramel ajouté,etc…). C’est un critère de jugement parmi les plus importants.

COMPLEXITE,

FINESSE :

 

J’ai associé ces deux critères car ils vont souvent de pair, mais aussi pour éviter de multiplier les catégories. Un whisky qui a un coefficient moyen dans ce domaine peut tout de même être un bon whisky, dans la mesure ou par exemple certaines saveurs très présentes mais pas très variées ni forcément très fines sont susceptibles de s’exprimer avec générosité et ainsi me plaire. Bien entendu les grands whiskies ont souvent un coefficient fort dans cette catégorie, voire le maximum.

GENEROSITE,

INTENSITE :

 

Autres critères intéressants : on pourrait traduire « générosité » par gourmandise ou expressivité. Ce critère détermine le caractère plus ou moins fermé et en quelque sorte abouti du whisky.

L’intensité ici n’est pas uniquement un critère qualitatif : Un whisky peut être très intense et constituer un vrai désastre tant il est agressif. A l’inverse, il peut vous emporter vers les cimes les plus hautes.

DEVELOPPEMENT :

(par aération / air

par dilution / eau)

Critère personnel qui détermine l’évolution d’un whisky, soit son aération (disons de quelques minutes à plus d’un quart d’heure environ – point besoin de dépasser l’heure car ce n’est pas souhaitable du fait de la nécessaire oxydation qui intervient assez vite et peut dégrader les qualités d’un whisky). La dilution, si la quantité n’est pas précisée dans ma notice de dégustation, devrait se faire à mon sens en général (pour un whisky à 40 ou 43 %) en ajoutant un demi-bouchon d’eau minérale par verre rempli à 2 cl. de whisky. Davantage d’eau est nécessaire pour un whisky brut de fût, mais il y a des exceptions. Pour certains vieux whiskies réduits, l’ajout d’eau est par contre à proscrire, sous peine de « tuer » votre whisky. Lorsqu’on « ouvre » le whisky avec de l’eau, certaines des saveurs remontent en effet à la surface et soit rééquilibrent le whisky, soit dominent ou le déséquilibrent, soit encore le magnifient par adjonction d’autres notes. Un critère souvent négligé par les amateurs, parfois tentés de se griser en dégustant purs des brut de fût…

Indices

Remarques

NOTE SUBJECTIVE

GLOBALE :

(sur 20)

 

Ancienne note globale de dégustation, elle joue le rôle tantôt de modérateur, tantôt d’accentuateur des défauts ou des qualités d’un whisky. Cette note est en quelque sorte le « coefficient affectif » ou la part sentimentale associée à ce whisky lors de la ou les dégustations. Le critère qui prévaut ici est donc le plaisir ou le déplaisir à déguster ce whisky, et l’impression globale qu’il procure.

 

TOTAL :

(sur 100)

C’est la note totale chiffrée qui doit donner une idée, toujours subjective au final, certes, mais tout de même une idée, du whisky qui vous intéresse. Je rappelle que ma moyenne est située plutôt au dessus de 75 /100 que de 50 /100 (voir explications plus haut)./ H.C. (pour Hors Catégorie) désigne les whiskies dont l’intérêt est exceptionnel. Ce sont des whiskies à part, dont un ou plusieurs critères le rendent soit parfait soit inoubliable, auréolé de mystère, de charme, de classe, etc…hors du commun. Il s’agit souvent de whiskies très âgés ou de cuvées spéciales, de bouteilles peu âgées mais embouteillées il y a longtemps, souvent avec des méthodes plus artisanales qu’aujourd’hui…

 

TABLEAU Explicatif des INDICES QUANTITATIFS :

 

Les Quatre Saveurs fondamentales du Goût 

 

Indices

Remarques

Indices

Remarques

SUCRE

Détermine la sensation de sucre dans le whisky ; sensation seulement, car, une fois distillé, il n’y a plus de sucre, en vérité sauf bien sûr si on en ajoute….ce qui est en théorie interdit.

ACIDE

La sensation d’acidité est liée à celles de présence de notes d’agrumes (notes développées durant la fermentation, mais aussi à différentes étapes de l’élaboration  d’un whisky, ou au type de levure utilisée…).

SALE

Détermine l’impression de sel, courante chez les whiskies côtiers ou îliens.

AMER

Notes parfois issues d’un boisé trop marqué, soit parce qu’il est trop jeune, soit le contraire (un séjour trop prolongé dans le fût). Souvent lié à l’élevage en ex-fûts de Sherry (nommé aussi Xérès) ou d’autres types de fûts, mais pas seulement.

 

 

Les Grandes familles d’Arômes (Nez) et de Saveurs (Bouche)  du Whisky

(Classification personnelle en 14 critères ©) :

 

Indices

Remarques

Indices

Remarques

Malté

 

Notes d’orge maltée, et par extension de céréales, de pain, de brioche...(Notes provenant en partie des levures)

Epicé

Souvent confondu avec la sensation d’alcool. Les épices les plus courantes dans les whiskies d’Ecosse sont : Poivre(s), piment, voire gingembre, moutarde. Elles peuvent être plus douces (angélique, coriandre), ou davantage liées à un type de whisky (ex. les bourbons ont souvent des notes de cannelle, de girofle, de muscade, mais certains Speyside en ont aussi). L’adjonction d’un peu d’eau peut soit tempérer cette sensation, soit l’accentuer selon le whisky.

Herbacé

 

Notes d’herbes diverses, qu’elles soient de bruyère ou autres (herbes dites « de bison », racines, etc…). Typique des Highlands, mais pas seulement.

Végétal

Notes rappelant le sous-bois, l’humus, le tabac (cigare), le thé, voire

les champignons ou des notes carrément terreuses. (Distillation). Notes souvent présentes dans certains vieux whiskies, et dans certains whiskies japonais.

Floral

Notes provenant en partie de la distillation et courantes chez les whiskies de la région du Speyside, mais aussi chez certains d’Islay (violette, lavande, chèvrefeuille, lys, etc.). Elles peuvent réellement donner une signature reconnaissable à un whisky, comme celles conjuguées de violette, de lavande mais aussi d’anis étoilé au BOWMORE.

Boisé

Notes issues du vieillissement. Chêne jeune, chêne âgé, sciure de bois, bois de santal, cèdre, eucalyptus, elles peuvent être très différentes. Ces notes donnent une bonne idée sur la qualité de la maturation. Lorsque le bois se marie bien aux autres notes aromatiques, il accompagne ces notes, ne les domine pas, dans le cas contraire il peut aller jusqu’à détruire l’identité du whisky, et peut être considéré comme l’équivalent  pour le vin de la sensation dite de « vin bouchonné ». Cela concerne autant les jeunes whiskies que les plus âgés, bien sûr davantage les plus âgés, le contact entre le bois et le whisky étant plus long. Le type de fût de chêne utilisé a également un rôle prépondérant…sa sélection peut être très longuement étudiée à l’avance, sur place, comme chez GLEMMORANGIE, par exemple, spécialistes reconnus en la matière…

Fruité

Le point commun entre les whiskies du Speyside et de l’Irlande ? Cette propension à mettre en avant les notes fruitées (fruits rouges, agrumes, fruits exotiques, fruits secs, etc..)

Fumé

Par combustion directe de tourbe, ou séchage du malt au dessus d’un feu de tourbe. Présent aussi bien chez les whiskies du Speyside que ceux d’Islay ou d’autres îles. Ces notes se distinguent des notes tourbées par leur caractère non médicinal, mais plutôt empyreumatique (du saumon ou jambon fumé jusqu’au  bois brûlé), allant jusqu’à des notes de tabac froid, de cendre, de feu de cheminée, de poussière.

Solvants

ou

 Esters 

Notes venant de la fermentation et de la distillation, et souvent de l’élevage en fûts de Bourbon de 1er remplissage, courantes chez les whiskies de la région du Speyside, et à la mode ces dernières années. Proches des fruits exotiques, des bonbons anglais gélifiés ou acidulés, parfois même du vernis à ongles. Ce n’est donc pas nécessairement  négatif et n’a rien d’industriel !

Tourbé

Notes obtenues par combustion de tourbe lors du chauffage de l’alambic, ou lors du séchage du malt au dessus d’un feu de tourbe, notes à caractère souvent médicinales. Elles se mesurent en unités de p.p.m. (parties par million), par exemple de 2 à 10 si le whisky est très peu tourbé (chez la plupart des versions de BUNNAHABHAIN et chez les anciennes versions de BRUICHLADDICH ) et de 30 à 40, entre assez tourbé (CAOL ILA, LAPHROAIG, LAGAVULIN) et très tourbé (ARDBEG, OCTOMORE). Naturellement toujours accompagnées de notes plus ou moins fumées, voire de notes de goudron, et souvent de notes anisées (badiane) voire de toile de jute. Parfois avec des notes terreuses.

Alcooleux

Néologisme personnel destiné à désigner tout whisky (qu’il  titre 40 ou 65 %) qui, du fait de son élevage particulier, stockage ou autre traitement, se révèle très agressif en sensation alcoolique, et pour certains même une fois dilué. Négatif si trop important.

Marin

Notes de sel, d’iode, d’algues, de coquillages ou d’embruns issues soit de l’utilisation d’eau de mer lors du brassage ou de la réduction, soit du vieillissement des fûts dans des chais à proximité de la mer.

Notes souvent présentes chez les whiskies côtiers (Highlands du Nord, ou de l’Ouest) ou îliens (ex. whiskies d’Islay ou de l’île de Skye).

Vineux

Se dit d’une sensation proche de celle de boire du vin, d’une rondeur , d’une acidité ou d’une sécheresse qui peut soit ravir, soir incommoder. Lié à la maturation partielle ou entière en fûts de Sherry, Porto, Madère, comme en fûts de vins de tous types, mais aussi de Cognac, etc…

Divers.

  (Queues de

Dist.)

Désagréables en général, et issues le plus souvent d’un problème  à l’élaboration même du whisky , d’où la mention des queues de distillation parfois mal redistillées : Plastique, sueur, tabac, cuir, miel, eaux usées, égouts, etc…

Soufré

Souvent le cas des whiskies élevés en fûts de sherry, et plus particulièrement vrai pour certains embouteillages en single-casks. Pas de soufre ajouté comme pour les vins. Indice gênant si élevé. Directement lié à l’oxydation.

Caramel

ajouté

E 150, pour colorer et uniformiser le goût, il affecte plus ou moins le goût du whisky, faites en l’expérience vous-même… Le caramel artificiel est autorisé à raison de 0,01 %. Sur la plupart des bouteilles ou la mention figure, elle est presque toujours en allemand (« Mit Farbstoff ») ou en néérlandais (« Met Karamel justeret ») , rarement en anglais ou français.

 

 

 2/ Barème de Notation en version anglo-saxonne (Scoring system in English):

 

 

2/ Detailed © Grégoire SARAFIAN's WHISKY Tasting Notes Scoring SCALE:

(Out of 100), up-dated in 2011

 

 

10  to  64,5 :    Mediocre. A commercial product before anything else. To avoid !

                (With almost no mastery, weak, showing no interest or with a major default.)

 265  to  74.5 :  Barely acceptable. From weak to ordinary, don’t expect more !

                      (No complexity, weak personality, if any, lack of balance, of other qualities, etc…)

 3 =  75  to  80.5 :  From an average  to a decent whisky, but it could have been better…

                                     (A lack of generosity or a little default makes it miss the upper category, too bad…)

 4 = 81  to  86.5 :  From decent to quality whisky, worth buying, good for beginners.

(This one has enough qualities to be tasted, with a good balance, and pleasant taste. In the good path.)

587  to  89.5 :  Interesting, good whisky, attractive, worth buying or collecting.

               (A good whisky, not exceptional, but with improved qualities, close to be part of the real excellent ones.)

 690  to  93.5 : Excellent to superb. A sure asset….and a good gift all the same !

  (A whisky with a good technical mastery & balance, enough personality & complexity. To get down to brass tacks.)

 794  to  96,5 : A Superior whisky !  A must in any comprehensive collection…

          (No doubt this is more than an excellent whisky, generous, well-balanced, and with a memorable finish.)

 

897  to  100 / B.a.C. *:  A Magnificent Whisky. A true Masterpiece, unforgettable !!!

          (From almost perfect to perfect. Beyond any other whisky, because of its refinement, complexity, etc….)

 

 

TABLE OF SYMBOLS & ABBREVIATIONS :

 

* B.a.C.  = BEYOND any CATEGORY : Whiskies that defies in a way any categorization system because of their extremely subtle profile in terms of refinement, complexity, ageing or else. In being part of that particular category, here the whiskies scores are only an indication, should they be associated with a 100 out of 100 score – like most of the time- or not. All have to be scored minimum 96 out of 100. « Beyond any category » will be mentioned when a whisky is felt as exceptional, even if it is not the most powerful or complex of the distillery, for instance, but it means in any case that these are beyond all expectations…

Besides, the author is one of the few who accepts to give a 100/100 score to some rare whiskies, unlike his pairs, that means for the reader who needs to compare my notes with others that he has to count down a few points (from 2 to 4) in order to have an idea of an average score of all us on a whisky…

 §  =  « Confirmed whisky notes » = It means that the notes about this are the most reliable ones, because they have been tasted at several occasions and in the best possible conditions (see also below, the contrary).

N.S.R.  or  N.U.R. (In french Note sous Réserve , or  in english Note Under Reserve) =  This notice explains that the tasting notes and the comments are not conclusive, that there are under reserve because of, for instance, bad tasting conditions, or their insufficient quality or quantity samplers, and that this review needs up-dating to confirm my point of view about it.

N.S.A.  or  N.S.I. (In french Note susceptible d’être augmentée, or  in english Note Subject to be Increased) = It is about whiskies that have been tasted in not very well conditions, but which I noticed as potentially & evidently deserving a higher score than the present one. Subject to another confirmation tasting….

 

 

 

●   About Grégoire SARAFIAN’s WHISKY TASTING NOTES :

Foreword  & Demand note to the reader :

 

ABOUT THE COMMENTS :

 

Most of the tasting notes have been written these last four or five years, and many of them up-dated. The older ones are subject to reserve, more or less, especially those from year 2002 or before :

- Most of the comments are based upon several tastings, in different occasions and in different moods as well. They are carefully written and up-dated, or sometimes « doubled » (left before the new ones) when it reveals amazing contrasts or apparently a different bottling, etc…In this category belongs the symbol « § » that shows the reader in a glimpse that this is a confirmed review about this whisky…(It appears systematically before the scores of « home-whiskies », part of my collection and tasted many times).

-When the comments appear to be older ones, or concerning older bottling that dissent too much for recent ones, or tasted in not very good conditions (sometimes mentioned for a better understanding !), they are more subject to reserve. That is why I added a symbol or acronym like « N.U.R. » (Note under reserve), for instance to tell the reader it is just my humble opinion, an indication rather than an assertive statement :

- Subjective, personal, my comments are linked to different considerations :

 

1/ « The external context » : Location of the tastings, parasiting negative conditions (cigarette smoke, cooking smells, agressive perfume nearby, etc…) or parasiting positive conditions (nice smells nearby that can interfere to increase some scents), or rather positive conditions (appropriate glass, air, quietness, etc...)

2/ «  The Personal context » : My mood at the moment of the tasting (that’s why you have to multiply the tastings), more important, my own « bank of scents and flavours » related to my personal and family history, the one related to eventful journeys, my experience of tasting since, say year 2004 (the number and quality of tastings had highly increased, due to my implication in learning about whisky and for instance attend my first Whisky Live fairs and private blind tastings – or since the Whisky Magazine Challenge 2005, french edition, a blind tasting competition in which I participate and went 12th out of 750 people…).

 

ABOUT THE SCORING SYSTEM :

 

After several trials (mostly on a 0 to 20 scale), I have chosen to adapt a scoring system on an 0 to 100 scale. Because people sometimes need to compare one’s opinion about a brand or whisky, they like to hear (or read !) about scores that are alike, more or less to the other critics reviewing whisky, and most of them use a 0 to 100 scale. So I choose to use what I call the Parker score range (the older journalist probably to use it, but for wine, not whisky), or say the Jackson/Murray/Valentin score range (about whisky), but consequently modified in terms of using the maximum range possible and enlarging the criterias..But if you need to compare my scoring system with the others, you will probably have to lower the scores (for instance minus 6 to 10 points for Jackson’s range, 4 to 6 for Valentin or many others, and minus just 1-3 points to find Murray’s).

However, my own modest experience led me to cross several kind of scoring, and I choose to detail the 0 to 100 scale in 9 criteria, 8 on a 0 to 10 scale, and one of 20 (see below) quite different than those existing.

I also had to adapt some detailed scores that usedfor each criteria a considerable division within the scores :For example to be more precise on some whiskies to use half a point, then a quarter of a point (like 18,75 / 20), I rounded them up to get only, in the end, a more general and affordable score range with half-points (18,75 becoming 19, and 18,25 becoming 18).

 

 A KIND WARNING:

Please be not surprised that many whiskies reach an apparently as high score as 75 many times : Due to the difficult art of making whisky, indeed, most of scottish or irish technique (and laws !) based whiskies (which includes japanese ones, for instance) can’t be really bad, they are rules for that…Consider my average scoring (a whisky that is in the average) scored at 75 out of 100, a pretty decent score at 85 points, and an excellent one at 90, and so on. I know this could shock some of you, but this is a choice…

 

TO CONCLUDE:

Please bear in mind that the act of scoring is highly subjective too, and sometimes the comments are more reliable or meaningful than the scores, especiallly if you are a « whisky customer » and that you want to compare the flavour descriptions to yours, to determine the whisky you will appreciate the most –that’s why I mention the main notes that you can find in a whisky even when I don’t like it.

*** 

And…remember:

  Whisky scoring and judging is absolutely not an exact science

(neither a perfect one).

*** 

____________________________________________________________________________________________________

Detailed Grégoire SARAFIAN ‘s Whisky Tasting Notes Marking SCALE and CRITERIA ( Out of 100),

which includes the old scoring scale (out of 20)

 

= * rounded up  to the lower tenth  (i.e. 18,3 becomes 18) or to the upper tenth (18,7 = 19).,

which means that only half-points (0,5) or quarter points (0,75) are maintained in the final score :

 

 

1     NOSE                                                                                                               (out of 10)

2     PALATE (1/Attack)                                                                                        (out of 10)

3     PALATE  (2 /Middle)                                                                                      (out of 10)

4     PALATE   (3 /Finish or « Finale »)                                                               (out of 10)

5     BALANCE                                                                                                        (out of 10)

6     COMPLEXITY /Subtlety /Refinement                                                         (out of 10)

7     GENEROSITY /Intensity /Expressivity                                                       (out of 10)

8     DEVELOPMENT (due to airing and/or with a dash of water)                   (out of 10)

 

9     Global SUBJECTIVE OPINION or « Sentimental score » or « satisfaction  score »  (out of 20)

 

10   = Final  Score / TOTAL :                                                                            (Out of 100)

 

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop