Derniers Coups de coeur abordables 1

 

Mes DERNIERS COUPS DE CŒUR ABORDABLES (de l’année 2015/2016) :

 

MY AFFORDABLE RECENT FAVORITE WHISKIES LIST (from 2015/2016):

 

Première mise en ligne le: 07/09/16-Mise à jour du: 02/12/2017


AVANT-PROPOS :

(203 Whiskies recommandés, dont 96 favoris, 2 autres à suivre)

 

J’ai eu l’idée de concevoir cette liste de mes « Derniers coups de cœur abordables » en travaillant sur celle des « Meilleurs whiskies dégustés à ce jour ». En effet, lorsqu’on a eu la chance comme moi de déguster, au cours de ces 15 dernières années au moins, des whiskies parfois très bons voire exceptionnels, au moment ou ceux-ci étaient soit encore abordables à l’achat (au prix inférieur ou égal à 100 €, sauf quelques exceptions), soit encore facilement disponibles à la dégustation (pour une partie du moins), l’on se doute que faire état de ces whiskies en 2016, pourrait paraître indécent pour le plus grand nombre. En effet, avec l’inflation qu’ont subi les whiskies de cette liste ou équivalents depuis quelques années, peu de personnes vont pouvoir y avoir accès, non seulement pour les acquérir (en bouteille et parfois aussi en sample), mais aussi pour les déguster.

C’est pourquoi j’ai voulu faire une liste qui synthétise à la fois les deux listes thématiques que j’ai déjà pu mettre précédemment en ligne sur le site à la rubrique dédiée (en les réactualisant au passage), mais aussi les incontournables du moment, avec une majorité de mises en bouteille de l’année 2015, d'autres de 2016, et le moins possible de single-casks ou de séries très limitées (sauf exceptions), ce afin que vous puissiez encore les trouver (pour la plupart du moins) dans le commerce, en boutique ou du moins en ligne (ou quelque part, ne nous le cachons pas, il y a davantage de choix).

Cette liste n’est nullement exhaustive, elle est très personnelle, et j’ai essayé d’y faire figurer lorsque c’était possible, les meilleurs rapports qualité/prix en dessous-ou très près- de 100 €, lorsque plusieurs versions de la même distillerie étaient dans mes coups de cœur. Parfois j’ai été amené à en citer plusieurs, notamment à cause de leur différence de palette aromatique. J’augmenterais cette liste et vous livrerais d’autres notes de dégustations au fur et à mesure…

Par Contre, par choix de clarté et d’équité, seules deux catégories de whiskies sont proposées, souvent sans note chiffrée (sauf exceptions-ajoutées au fur et à mesure), la sélection large ci-dessous, regroupant près de 180 whiskies, au sein de laquelle une seconde catégorie, les « Favoris des Favoris abordables de l’année 2015, 2016 & au delà », distinguera une près de 80 d’entre eux (il s'agit des whiskies qui sont surlignés en jaune, comme ceci), à l'intérieur de la même liste.

Par choix également, cette sélection est majoritairement consacrée aux single-malts d’une part, aux whiskies écossais d’autre part, même si vous y trouverez tout de même quelques whiskies du reste du monde et d'autres types.

Là encore il me faut remercier les professionnels qui, soit au cours de dégustations dans les salons (il me faut là rendre hommage aux organisateurs des salons Whisky Live Paris, Club-Expert Dugas & Cocktail Spirits), dans des caves, soit lors d’envois de samples, ont contribué à me faire découvrir leurs nouveautés (ils sont trop nombreux pour être cités ici, mais ils se reconnaîtront) ou leurs classiques incontournables. Ma curiosité a fait le reste. Merci aussi aux amis prêteurs de certaines bouteilles.

 

 

coups_de_coeur__ph._group_bout_no1_v3_gwg

Une partie de mes Coups de coeur abordables pour l'année 2015, et au delà. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

EMBOUTEILLAGES OFFICIELS (ECOSSE):

 

BLENDED WHISKIES:

Vaste sujet que les blended whiskies, sur lesquels j’aurais l’occasion de revenir (par exemple, je dois ouvrir un HANKEY BANNISTER très particulier…), aussi un point rapide sur ce choix volontairement limité à quelques whiskies plutôt typés selon moi sortant du lot. J’ai sélectionné le CHIVAS 18 ans plutôt que le 12 ans (qui est certes un bon whisky) car il a davantage de caractère. De même, le GRANT’S « Signature » plutôt que l’édition régulière car il a davantage de finesse. Surprise sur cette liste, un autre « n.a.s. » (whisky sans compte d’âge, donc de minimum 3 ans et un jour) utilisant également la « wood technology », ce JOHNNIE WALKER, qui donne pleinement satisfaction (au point de détrôner certaines éditions/lots du « Black Label » 12 ans). Le BALLANTINE'S "Finest" a fait sa réapparition dans cette liste (un oubli) en contrepoint légitime au W. GRANT'S "Family Reserve" dont il est un peu le cousin...en un rien plus tourbé. Attention, pour ce dernier comme pour d'autres, les lots (ou "batches") peuvent varier du quelconque au superbe...

 

-BALLANTINE'S "FINEST" n.a.s., 40 %

 

-CHIVAS REGAL 18 ans, 40 %

 

-DEWAR’S 12 ans « DOUBLE AGED », 40 %

-DEWAR’S 18 ans « DOUBLE AGED », 40 %

Moins connus du grand public que les CHIVAS ou autres JOHNNIE WALKER, les DEWAR’S sont pourtant des blends très raffinés et bien maltés, et non sans une certaine gourmandise. Si vous en avez les moyens un jour (car ce whisky est hors budget pour cette liste-comptez environ 200 €), n'hésitez pas à au moins déguster la version haut de gamme de cette marque, à savoir le "SIGNATURE", un whisky maintes fois primé, qui, en plus d'être présenté dans une magnifique carafe, sublime le style maison avec un assemblage d'un grand équilibre et comptant parmi ses composants (malgré l'absence de compte d'âge) des single malts de plus de 30 ans d'âge, dont l'ABERFELDY et le GLEN DEVERON).

 

-THE NAKED GROUSE (emb. par The Edrington Group), 40 %

 

naked_grouse_blended_whisky_40_red

 

-W. GRANT’S/Family Reserve, n.a.s., version « SIGNATURE » (« Character & Maltiness »), 40 %

-W. GRANT’S/The Family Reserve (Cask Edition N°2) “SHERRY CASK FINISH”, 40 %

 

 

-HANKEY BANNISTER n.a.s. "Heritage Blend", 46 % (Limited Edition)

Note de Dégustation inédite/Previously unpublished Tasting Note (2016):

A Noter: Il s’agit d’une re-création par le maître assembleur Stuart Harvey en hommage à la version produite en 1922, et avec une recette ne comprenant que 60 % de whiskies de grain. Un blended whisky "à l'ancienne" qui a une excellente réputation en version haut de gamme (le 40 ans d'âge a déjà été élu meilleur blended whisky au monde) et tout à fait correct en version classique ("Original").

Couleur: Or clair, à reflets vieil or. Nez: Intéressant, différent de la moyenne des blended whiskies. Fortement malté, il est également richement fruité (fruits mûrs et secs), un rien herbacé, floral et avec des notes de cuir, de caramel dur et avec un rien de fumé en arrière-plan. Un whisky avec un fondu important déjà au nez. Bouche: Riche et complexe, il reprend fidèlement les notes du nez, laissant une impression trompeuse pendant un temps d’un vieux single malt à l’ancienne, avec un côté vaguement végétal, floral, puis assez vite l’on reprend sur le côté jeune boisé, caramélisé, légèrement fumé et avec quelques notes d’agrumes (citron, pamplemousse) confits et une pointe de gingembre. Un palais très fondu, bien équilibré et plutôt élégant. Tenue à la dilution: Excellente, faisant ressortir les notes florales, d’agrumes et de réglisse, mais aussi le boisé. L’on est parfois pas loin du BUNNAHABHAIN 12 ans officiel…Conclusion: Une version de qualité supérieure et qui se veut à l’ancienne, plutôt bien faite et relativement différente de la version de base (« Original »), axée elle davantage sur l’onctuosité du grain. Recommandé ! Prix indicatif: Autour de 30 €, cavistes-Note confirmée: 91/100

 

 

hankey_bannister_heritage_blend_46_gwg

 Un bel exemple de blended whisky exigeant...Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

 -JOHNNIE WALKER n.a.s. « RED LABEL », 40 %

L'un des fleurons de la marque, le "RED LABEL", naît en 1909 (en même temps que le "BLACK LABEL"), mais ce n'est pas le plus ancien JOHNNIE WALKER, qui lui (il était nommé "OLD HIGHLAND WHISKY") date de 1867. J'ai récemment réintroduit ce whisky dans cette liste car je suis enfin tombé sur des mise en bouteille non seulement équilibrées mais délicieusement fumées fonctionnant presque aussi bien avec des glaçons que juste avec un trait d'eau fraîche. Fruité, floral, un rien herbacé, bien malté, à peine boisé, c'est un des plus tourbés de la gamme. J'espère que les prochains lots seront aussi bons, après le long passage à vide qui m'a conduit à le bouder...

-JOHNNIE WALKER n.a.s. « DOUBLE BLACK », 40 %

L'un des rares exemples de whisky "technologique" & sans compte d'âge parfaitement réussi, expressif, boisé, fruité et fumé, rivalisant sans problème avec les mises en bouteilles récentes du "BLACK LABEL" de 12 ans d'âge (mais si vous tombez sur un bon lot, n'hésitez pas...).

 

jw_double_black_2016_40_red

 

 

 

-"PRIVATE STOCK" (emb. par le négociant ADELPHI), n.a.s., 40 %

Ce blended whisky en édition limitée du négociant ADELPHI est encore méconnu mais c'est dommage car il est remarquablement élaboré, équilibré et gourmand...A base de 4 single-grains et d'une forte proportion de single-malts, dont certains en provenance d'Islay, il vous étonnera. Vous le trouvez parfois chez des cavistes ou peut être plus facilement sur internet, pour une trentaine d'euros environ. 

 

 

 

private_stock_adelphi_b.w._red.

 

 

 

-"The Scotch Whisky SYNDICATE 58/6" 12 ans, emb. par Douglas LAING (mais auparavant c'était un blended whisky à usage privé d'origine secrète), 2016, 40 %

Ce blended whisky en édition très limitée et privée a été récemment recréé par le maître-assembleur Richard Paterson pour le négociant Douglas LAING est très confidentiel et il y a encore quelques années n'était connu que d'une poignée de connaisseurs exclusivement anglo-saxons. Sa re-création et diffusion via la Maison du Whisky  a contribué à le faire sortir de l'anonymat. Très équilibré et très fondu, il est néanmoins gourmand et un certain charme à l'ancienne, autour de notes maltées, chocolatées et végétales...A base de 4 single-grains de grande qualité et d'une forte proportion de single-malts (de 18 distilleries), il vous en coûtera une cinquantaine d'euros aujourd'hui. La rumeur dit qu'il contiendrait toujours une certaine proportion de whisky en provenance de distilleries fermées. Je préfère le classer ici dans les blended whiskies officiels car il n'est pas de notoriété publique que c'est un blended whisky de négoce.

 

 

 syndicate_58.6_blended_wh_40-old_v_red

 

 

 

SINGLE MALTS:

 

 

 coups_de_coeur_sel_photo_no2_retenue_3_red

Une autre partie de mes Coups de coeur abordables pour l'année 2015, et au delà. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

-ABERLOUR 16 ans « DOUBLE CASK MATURED », 43 %

Note de Dégustation/Tasting Note

-ABERLOUR 12 ans « NON CHILL-FILTERED », 48 %

-ABERLOUR 18 ans, 43 %

-ABERLOUR n.a.s. « A’BUNADH », Batch 50/2014 à 59,6 % (ou Batch 46/2013-à 60,4 % ou Batch 47/2014 à 60,7 %), voire un Batch plus récent…(Dernière minute: le Batch 56, dégusté au Whisky Live Paris ce 25/09/16 est superbe....).

Pour moi les deux plus belles versions de la distillerie, voir ma page consacrée aux différentes versions dégustées d’ABERLOUR, dont 2 des quatre ci-dessus :

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 

aberlour_a_bunadh_batch_46

 

 

-AN CNOC officiel nas "STACK" (ex-Bourbon/Peated at 20 ppm), 2016 (6000 bouteilles, Limited Edition for Europe), 46 % : 

Si le 12 ans d'âge est un élégant single malt d'un certain intérêt (recommandable également), c'est par exemple cette nouvelle version tourbée (qui succède au déjà très bon "Peatlands") qui me semble être la plus belle pépite abordable du moment. Un superbe single malt avec une remarquable intégration de l'élément tourbé au profil aromatique général, miellé, herbacé, vanillé,  avec des notes de chocolat noir et de pommes fraîches. Découvert au Whisky Live Paris 2016. Aux alentours de 70 € bientôt en France.

 

Notes de dégustation à venir

 

 

 

 

 

ancnoc_stack_2016_46_ob_pic

 

 

 

-AULTMORE 18 ans (officiel/gamme "Last Great Malts"), 46 %

Une distillerie récemment remise au goût du jour en tant que single malt officiel (car elle alimente surtout les blends) et à la gamme totalement refaite en 2014/2015 par son propriétaire Bacardi, et la branche whisky John Dewar & Sons (qui outre le blended whisky DEWAR'S, possède les distilleries de malt ABERFELDY, AULTMORE, CRAIGELLACHIE, The DEVERON et ROYAL BRACKLA). Une gamme relookée par la célèbre agence de design Stranger & Stranger (connue notamment pour son travail sur les bouteilles de Compass Box) qui comporte un 12 ans, ce 18 ans et un (splendide) 25 ans. Avec ce 18 ans nous sommes à mi-chemin entre le profil herbacé, épicé, vanillé du 12 ans (fûts de Bourbon oblige) et celui du 25 ans, qui est plus charpenté encore, et davantage marqué par les fûts de Sherry. L'on dépasse certes les 100 € avec ce 18 ans (qui se vend autour de 115 €), mais il vous en vaut vraiment la peine, et...il faudrait presque compter 400 € pour acquérir le 25 ans d'âge...

 

 

 

aultmore_ob_18_ans_46_red.

 

 

 

-ARDBEG « UIGEADAIL », n.a.s. (majeure de fûts de 10-13 ans d’âge & quelques fûts plus âgés), 54,2 %

-ARDBEG « CORRYVRECKAN », n.a.s. (± 10 ans d’âge), 57,1 %

Ayant eu quelques soucis avec différentes éditions du « TEN » (voir ma note sur le site), j’hésite toujours à le conseiller. En revanche, parmi les multiples versions (souvent en édition limitée) existantes, j’ai souhaité ne conserver (comme conseil) que celles-ci (que vous pourrez encore trouver dans un an), dont le prix est inférieur à 100 € (de peu pour le second). A même de transmettre le tempérament fortement tourbé, terreux et marin de la distillerie, ces deux versions un rien différentes, devraient satisfaire les amateurs de whisky à forte personnalité, même si, comme pour d’autres distilleries, le style a largement évolué vers un profil plus consensuel qu’il y a 10 ou 15 ans. Ceci dit, si vous tombez sur un « AURIVERDES », ou un «DARK COVE » pour pas beaucoup plus de 100 €, n’hésitez pas, ce sont deux belles éditions limitées.

 

 

-ARRAN 10 ans, 46 %

Note de Dégustation/Tasting Note

-ARRAN 12 ans « CASK STRENGTH », Batch 6, 52,4 %

-ARRAN 14 ans, 46 %

Une distillerie récente qui prend du galon cette année en fêtant ses 21 ans (déjà) avec un bel équilibre fleurs/herbes/épices/vanille/agrumes & pommes dans la plupart des versions courantes (ci-dessus incluses), et qui devient parfois assez différente en single-cask sherry, mais non moins intéressante.

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 

 

 arran_14_ans_2015_46_red

 

 

-BALBLAIR Millésimé 1999 (Bottled 2015/2nd Release), 46 %

Pour moi la plus belle version récente (et de moins de 100 €-sinon la « 1988 » est splendide, mais il faut compter plus de deux fois ce prix) de la distillerie, avec un fruité exemplaire et la typicité épicée, herbacée des Highlands du Nord. J'espère pouvoir vous en dire davantage (notes de dégustation) prochainement...

           

-The BALVENIE 12 ans « DOUBLEWOOD », 40 %

Indétrônable, ce jeune, peu cher (une trentaine d'euros environ) & généreux single malt de cette distillerie artisanale magnifie l’orge maltée, et la noblesse du bois, au sein d’une palette complexe et équilibrée. Vous pouvez aussi acquérir sinon la version "First Fill" (Bourbon barrel) du "Single Barrel" de 12 ans d'âge (à 47,8 %), elle vous est également recommandée, mais il vous en coûtera près du double.

 

Note de dégustation/Tasting Note

 

 

balvenie_12_ans_double_wood_40_comp.

 

 

 

-BENRIACH 10 ans « CURIOSITAS » (Peated), 46 %

-BENRIACH 15 ans « DARK RUM FINISH », 46 %

-BENRIACH 16 ans, 46 %

-BENRIACH 20 ans, 43 %

 

Une distillerie indépendante, qui avec GLENDRONACH & GLENGLASSAUGH, vient de passer sous le giron du groupe américain BROWN-FORMAN (que le grand public connaît à travers sa distillerie la plus populaire, JACK DANIEL’S). Espérons que l’exigence de qualité dans la production de BENRIACH (brillamment illustrée par ces 5 versions, mais également par d’autres) persistera. Le 10 ans « Curiositas » est une belle alternative aux Islay, tandis que la sérénité & le fruité du 20 ans m’ont vraiment emballés (attention son prix peut dépasser les 100 € parfois). Voir la dégustation chroniquée sur le site :

Notes de Dégustation/Tasting Notes

 

 

 

-BENROMACH n.a.s. « PEATSMOKE », 46 %

-BENROMACH n.a.s. « ORGANIC », 46 %

-BENROMACH 5 ans, 40 %

-BENROMACH 10 ans, mise en bouteille en 2015, 43 %

Note de Dégustation/Tasting Note (2015, révisée en 2016):

A Noter: Cette version de la gamme régulière est devenue peu à peu l’emblème de la politique de qualité de la distillerie à mon avis. C’est une version issue d’un assemblage de fûts ayant contenu du Bourbon et de fûts ayant contenu du Sherry durant 7 ans, puis les fûts ont été mélangés ("mariés") durant un an au minimum (probablement plus près de 2 ans, dirai-je) dans des fûts ayant contenu du Sherry de type Oloroso. Depuis, la distillerie a sorti non seulement la version brut de fût de ce whisky (dite "100 PROOF"), mais aussi une version de 15 ans d'âge, et, provocation ultime, à l'heure ou "pleuvent" les versions n.a.s. (sans compte d'âge) sur le marché, osé sortir un single malt de 5 ans d'âge qui en porte la mention, et en plus qui est bon ! 

Couleur: Vieil or. Nez: Il possède un nez très fin et très complexe, composé de notes florales (fleurs capiteuses), fruitées (fruits rouges & noirs), légèrement herbacées, épicées, tourbées (une tourbe tirant parfois vers des notes goudronnées et médicinales), boisées (bois brûlé) et fumées d’une incroyable élégance. Bluffant déjà à ce stade. Bouche: En bouche, il est tout en délicatesse mais non sans affirmer sa présence, reprenant les notes du nez, avec ces notes florales si sexy (lilas, violette, mais aussi une pointe de badiane), de notes fruitées complexes et riches (fraises mûres, framboises, mûres et prunes), de chocolat noir et au lait (l’on est pas si loin du BOWMORE 15 ans « Mariner »), de boisé/fumé (bois brûlé, feu de cheminée), de tourbe mi-grasse, mi-cendrée, de réglisse aussi en arrière-plan. Un whisky qui a beaucoup de choses à dire ! Tenue à la dilution: Avec un peu d’eau (n’en ajoutez pas trop), les notes se fondent encore un peu plus entre elles, et développent notamment un fruité très riche qui devient légèrement acidulé (baies, grenades), voire même, lors de certaines dégustations, font découvrir des notes de café torréfié (le sherry parle, là encore). Devient aérien en un sens, et encore plus sophistiqué. Conclusion : C’est pour moi à l’heure actuelle probablement le plus beau single-malt écossais de 10 ans d’âge disponible sur le marché. Par sa complexité, son équilibre et son élégance, il écrase toute concurrence au point, à l’aveugle, de passer pour d’autres single-malts prestigieux & iliens bien plus âgés (j’ai fait le test avec des amis, j’ignorais moi-même ce qu’il y avait dans mon verre…). Les éditions 2014 et 2015 (depuis le nouveau packaging, disons) me paraissent enfin encore plus équilibrées qu’auparavant (l’édition 2009, la première je crois, fut notée 88 puis 90,5/100 par votre serviteur -seule une légère note désagréable de pneu brûlé & de pétrole l’empêcha d’aller plus haut, or cette note a disparu aujourd’hui). Non seulement chaudement recommandé, mais j’ose dire indispensable dans tout bar de passionné qui se respecte, et d'un rapport qualité/prix difficile à égaler. Prix indicatif (MdW/N.J.) : Autour de 52 € -Note sous réserve estimée à : 93 à 95/100 (suivant les lots, voire l’humeur !)

 

 

 

benromach_10_ans_ob_43_2014

 

 

-BENROMACH 10 ans « 100 PROOF », 57 %

-BENROMACH 15 ans, 46 %

Une distillerie appartenant au célèbre négociant GORDON & MacPHAIL et qui n’a rien perdu à cette appartenance, bien au contraire, avec une démarche à contre-courant (le retour du compte d'âge, pas de coloration, etc...) que je salue. Voir la masterclass suivie en 2015 par votre serviteur :

Notes de Dégustations/Tasting Notes

 

 

benromach_masterclass_juliette_v3_n.j._iii_07.10.15

Juliette Buchan, ici lors d'une masterclass BENROMACH à Paris en 2015, a été récemment nommée "Keeper of the Quaich", une des plus hautes distinctions dans le domaine du whisky écossais, et au delà... Photo © Grégoire Sarafian 

 

 

-BOWMORE 12 ans, 40 %

-BOWMORE 15 ans « DARKEST » (Oloroso Sherry Casks finished), 43 %  

-BOWMORE 15 ans « MARINER » (Oloroso Sherry Casks finished), 43 %  

On ne présente plus BOWMORE, la plus ancienne distillerie de l’île d’Islay (1779), et l’une des 3 plus anciennes d’Ecosse…Si le 12 ans d’âge d'aujourd'hui est moins spectaculaire que celui des années 1980, il constitue toujours une excellente entrée en matière pour ceux qui veulent découvrir la tourbe, mais aussi des notes marines, ce sans excès (car je trouve la version plus courante, le "Legend", un peu trop jeune). Le style devient en revanche plus ferme, dense et fruité dans ces 2 versions "Sherry" de 15 ans d’âge, sensiblement différentes l’une de l’autre, le “MARINER” jouant plutôt sur la sérénité et l”équilibre, un caractère pâtissier (chocolate) et floral, tandis que le “DARKEST” joue davantage la carte de la fermeté, des fruits mûrs, rouges et des épices, sur un boisé assez ferme.

 

 

 bowmore_15_ans_darkest_43_red

 

 

-BRUICHLADDICH officiel « THE LADDIE SIXTEEN » (Bottled 10/08/12-env. 20 ans), 1st Fill Bourbon, n.c.f./n.c., 46 %  

-PORT CHARLOTTE (BRUICHLADDICH distillery) n.a.s. « SCOTTISH BARLEY » (Multi-vintage/Heavily Peated), n.c.f./n.c., 50 %

Le plus fruité, le plus équilibré et le plus expressif des BRUICHLADDICH rencontrés ces dernières années, à l’exception évidemment (côté expressivité) des versions tourbées (PORT CHARLOTTE, OCTOMORE) devenant de plus en plus « cultes » et que je recommande aussi en général. Ce PORT CHARLOTTE là est un jeune whisky tourbé très bien élaboré et très expressif, un régal à « ouvrir » avec un trait d’eau fraîche.

 

 

bruichladdich_the_laddie_sixteen_b.2014_46_red 

 BRUICHLADDICH "The Laddie Sixteen", ou la forêt cachée par l'arbre (sa version jeune)... Photo © Grégoire Sarafian

 

 

-CAOL ILA n.a.s. « MOCH », 43 %

-CAOL ILA 12 ans, 43 %

La plus industrielle des distilleries de l’île d’Islay ne doit pas faire oublier qu’elle propose l’un des single malts les plus équilibrés et délicats de l’île (ce dont on s’aperçoit souvent encore davantage avec des versions de négoce jeunes ou alors de plus de 20 ans), comme le prouve le 12 ans d’âge, meilleur rapport qualité/prix tourbé en officiel. Je vous recommande également le « MOCH », venu plus récemment (version sans compte d'âge), qui est une alternative plus punchy mais demeurant abordable et de qualité.

 

 Note de Dégustation/Tasting Note

 

caol ila_12_ans_ob_43_2012_2comp

 

 

 

-CARDHU 12 ans, 40 %

-CARDHU n.a.s. « SELECT CASK RESERVE » (« Grande Cuvée ») avec N° de lot, 40 %

-CARDHU n.a.s. « GOLD RESERVE », 40 %

CARDHU, l’une des distilleries dont les whiskies sont les plus répandus en grandes surfaces est souvent regardée de haut. Composante importante du blended whisky Johnnie Walker dans ses différentes déclinaisons, il est rarement cité parmi les premiers noms lorsqu’on parle d’un grand whisky Oui, certes, le titrage est quasiment toujours à 40 %, avec filtrage à froid, coloration, etc…Pourtant c’est aussi l’un des single malts les plus faciles à boire et les plus agréables (développant un beau fruité soyeux) pour les nouveaux venus au whisky, que ce soit l’ancien 12 ans d’âge (que l’on peut encore trouver), le « Select Cask Reserve » (qui serait une véritable tuerie en version à 46 ou 50 %, non colorée et non filtrée à froid) est mon préféré, mais également depuis peu la version « Gold Reserve », certes répondant à plusieurs critères de « réalisme économique », mais je le trouve plutôt bien fait.

 

 

cardhu_special_cask_reserve_batch_07.04.40_red

 

 

 

-CLYNELISH 14 ans, « Coastal Highland Scotch Whisky », 46 %:

Le "chat sauvage" se porte bien. Certes il est devenu inaccessible (entre 600 et près de 800 €) en version haut de gamme officielle-je pense aux versions brut de fût dites "Select Reserve" dans la gamme "Special Releases" (ce, notez, tout en se payant le luxe de ne pas arborer de compte d'âge!), mais l'"on trouve encore de belles versions de négoce jeunes (à moins de 100 €) ou de 15 à 21 ans pour moins de 200 €, sauf exceptions évidemment. Cette édition régulière officielle de 14 ans est donc une valeur sûre, avec de belles notes de cire, d'agrumes, de miel et de vanille, mais s'avère plus sage sur les notes typiques d'herbes sèches, d'épices, sans doute le lissage du nombre de fûts mis en oeuvre mais aussi l'ajout de caramel. Ceci dit, il s'agit d'une version excellente à mon avis.

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 

 

clynelish_14_ans_ob_46_comp

 

 

 

-CRAIGELLACHIE 17 ans (officiel/gamme "Last Great Malts"), 46 %

Une distillerie récemment remise au goût du jour en tant que single malt officiel (car elle alimente surtout les blends) et à la gamme totalement refaite en 2014/2015 par son propriétaire Bacardi, et la branche whisky John Dewar & Sons. Une gamme relookée par la célèbre agence de design Stranger & Stranger (connue notamment pour son travail sur les bouteilles de Compass Box) qui comporte un 13 ans, ce 17 ans, mais aussi un 19 ans (pour le marché hors taxe ("travel retail") et un 23 ans d'âge. J'ai préféré mentionner ce 17 ans (vendu autour de 100 €) plutôt que le 13 ans d'âge (également bon), car il m'a semblé plus intéressant, plus complexe, plus singulier que celui-ci, avec des notes maltées, florales & fruitées, mais également chocolatées (à la noix de coco).

 

craigellachie_ob_17_ans_46_red

 

 

 

-DALWHINNIE 15 ans, 43 %

On ne présente plus ce « Classic Malt » miellé à souhait (miel de bruyère), délicatement épicé et gourmand. Pas convaincu par ma première dégustation de son possible successeur, le « Winter’s Gold », je ne peux le conseiller pour l’heure, mais plutôt la variante du 15 ans qu’est le « Distiller’s Edition ».

 

-The DEVERON 18 ans (officiel/gamme "Last Great Malts"), 40 %

Une distillerie souvent regardée de haut (car présente longtemps en grandes surfaces, sous le nom de GLEN DEVERON -tandis que les versions de négoce prennent le nom de MAC DUFF) a été récemment remise au goût du jour en tant que single malt officiel (car elle alimente surtout les blends) et à la gamme totalement refaite en 2015 par son propriétaire Bacardi, et la branche whisky John Dewar & Sons. Une gamme relookée par la célèbre agence de design Stranger & Stranger (connue notamment pour son travail sur les bouteilles de Compass Box) de manière je dois dire spectaculaire en ce qui concerne ce whisky, avec une belle livrée à l'ancienne, et s'avère méconnaissable. Mon seul reproche, avoir conservé un titrage à 40 % alors que presque tous les autres single malts de la maison Bacardi sont désormais à 46 %. La nouvelle gamme comporte donc désormais un 10 ans, un 12 ans, ce 18 ans et un 25 ans (on dégusté encore). Avec ce 18 ans nous sommes toujours dans un profil aromatique assez doux (pas seulement à cause du titrage, c'est aussi le style maison), malté, fruité et délicat. Il faut compter aux alentours de 90 € pour celui-ci, tandis que l'entrée de gamme (le 10 ans, semble t'il une exclusivité française, pour les G.M.S.) se trouve aux environs de 30 €.

 

 

 

deveron_the_ob_18_ans_40_red

 

 

 

-EDRADOUR 12 ans « CALEDONIA », 46 %

J'ai toujours eu du mal avec cette distillerie, avec son profil particulier (notamment les notes de melon, un certain rancio, parfois un côté trop vert) aggravé parfois par trop d'affinages "exotiques" (des initiatives de son propriétaire, le négociant Signatory Vintage), je suis content qu'ils semblent revenir dernièrement à un peu moins de fantaisies et aux fondamentaux que sont pour moi les meilleurs élevages ou affinages pour ce distillat, à savoir (en dehors du Bourbon) le Sherry ou le Porto. Ici c'est pour moi avec ce 12 ans d'âge une version marquée par un sherry fruité et un rien mentholé mais parfaitement équilibré avec les autres notes et une vraie réussite.

 

 

 edradour_12_ans_caledonia_46_red

EDRADOUR 12 ans "Caledonia", ou le meilleur rapport qualité/prix de cette distillerie à mon avis . Photo © Grégoire Sarafian

 

 

-GLEN MORAY 8 ans, 40 %

-GLEN MORAY 12 ans, 40 %

-GLEN MORAY 16 ans, 40 %

-GLEN MORAY n.a.s. (bottled 2015), Small Batch Release « PORT CASK FINISH », 40 %

-GLEN MORAY n.a.s. (bottled 2016), « SHERRY CASK FINISH », 40 %

Il n"y a pas encore d'entrée GLEN MORAY sur le site (de toute façon le site va faire peau neuve sous peu, exigeant une réorganisation complète des entrées), mais c'est une distillerie à laquelle je suis assez attaché (comme certaines autres) pour raisons personnelles (cela fait longtemps que j'en déguste et ne comprend pas cette sous-estimation) et aussi de belle rencontre avec son directeur de production, Graham Coull, notamment. Le profil de la distillerie, lorsqu'il s'agit d'un élevage en fûts de Bourbon (le plus courant), est dirons nous assez facile d'accès, avec une rencontre de notes printanières de pâturages (fleurs des champs, plantes, herbes) et de fruits frais (agrumes, pommes, voire ananas, poire) voire légèrement compôtés (pommes/poires). Un profil exacerbé par des notes d'esters chez les versions jeunes (surtout le 8 ans et le "Classic", non retenu ici car un peu trop jeune, tout comme le « Peated »).

En vieillissant, surtout avec l'apport de fûts de sherry (élevage ou affinage), GLEN MORAY devient plus complexe, parfois plus rond ou plus sec (difficile de généraliser sur des versions de négoce ou single-cask) et peut s'avérer véritablement remarquable en brut de fût ou même en version réduite à 40 %. Certes je déplore en effet l' "émasculation partielle" que constitue la réduction systématique à 40 %, effectuée à la demande de son propriétaire La Martiniquaise, qui fait de certaines superbes versions potentielles-comme le fut la "Chardonnay finish" 10 ans d'âge-sont des whiskies corrects mais un peu trop aqueux, la ou il aurait suffit de ne pas filtrer à froid, de ne pas colorer et d'ajouter 6 % au titrage d'alcool (la version expérimentale brut de fût de ce whisky, que j'ai eu l'occasion de tester, était juste splendide). Je constate fort heureusement que les mains d'or de Graham ont cependant pu sauver de belles sélections comme ce 11 ans millésimé 2004 affiné en fûts de Madère. Un élégant malt floral et fruité, fin et racé, avec juste ce qu'il faut d'épices, chaudement recommandé (distributeur Dugas).

 

-GLEN MORAY millésimé 2004 (Distillé le 08/06/04, maturé une seconde fois le 14/12/10 dans un fût de madère/± 11 ans), édition limitée de la gamme "Private Cask", « MADEIRA CASK FINISH » (Single-Cask, Cask N° 9938 ayant donné 350 bouteilles), 46 %

Note de dégustation inédite /Tasting note previously unpublished:

A Noter : Il s’agit d’un élevage durant 6 ans en fûts de Bourbon de premier remplissage, puis d’un affinage d’environ 5 ans en fûts ayant contenu du vin de Madère.

Couleur: Vieil or, à reflets dorés. Nez: Capiteux et sexy, riche. Une profusion de notes florales (lys, jasmin), fruitées (coings, pommes golden, pêches & poires au sirop), évoquant en partie des esters, mais aussi de l’angélique, de la vanille, et du thé de plusieurs sortes….Bouche: Mhmm ! J’adore quand un beau nez tient ses promesses au palais ! Une succulente harmonie de saveurs florales, fruitées (dont un mélange de fruits frais et au sirop) et épicées (angélique), derrière lesquelles on pressent des notes herbacées (et de miel d’acacia) et végétales, en retrait pour le moment, mais participant à la création d’une certaine complexité de très bon aloi. Tout est à l’unisson dans un fondu très hédoniste et joyeux, tout en demeurant d'une grande élégance. Le fruité développe comme une sensation soyeuse en bouche, et  les notes florales ajoutent une touche féminine comme j’aime. Un whisky d’un très bel équilibre. Envoûtant ! Evoque certains ROSEBANK atypiques (comme un superbe 17 ans d'âge millésimé 1991 et embouteillé en 2008 de chez Gordon & MacPhail, un whisky dont je vous reparlerais). Tenue à la dilution: Intéressante, renforçant son caractère féminin, mais également les notes végétales (feuilles de thé vert et Earl Grey, pointe de thé noir), le profil herbacé campagnard typique de la distillerie (modéré, ici). Il y a aussi une très légère note vineuse qui trahit la présence du Madère (légère acidité également). Conclusion: Un excellent single malt, bourré de charme, très bien assemblé et élevé, parfaitement servi par le titrage à 46 % Il est donc chaudement recommandé ! Graham Coull, le maître-assembleur & maître-distillateur a encore fait des merveilles, bravo ! Prix indicatif: Autour de 60 €, cavistes, sur commande. Note confirmée: 93/100

 

 

glen_moray_12_yo_2004_madeira_finish_46_red

 Graham Coull a plus d'un tour dans son sac lorsqu'il s'agit d'élaborer des éditions limitées, et notamment dénicher de beaux affinages comme celui-ci (qui sera suivi d'ailleurs sous peu par un "Cider cask finish" ainsi qu'une édition plus large "Sherry". Photo © Grégoire Sarafian

 

-GLEN SCOTIA  15 ans, 46 %

-GLEN SCOTIA  n.a.s. (± 8 ans) "DOUBLE CASK"' (Bourbon & Sherry P.X.), 46 %

-GLEN SCOTIA  n.a.s. "VICTORIANA"', 51,5 %

Une distillerie aux conditionnements (ou 'packagings" si cela vous parle plus) totalement refaits par son propriétaire Loch Lomond Group en 2015 (qui a dit "Dieu merci"-moi...j'ai déjà évoqué le sujet sur le site, alors j'y reviens pas ici) et dont les whiskies ont enfin l'air d'être dignes de ce nom. La gamme comporte plusieurs whiskies sans mention d'âge, dont celui-ci, puis un dénommé "Double Cask" (de moins de 50 €, une combinaison de fûts ayant contenu du Bourbon de premier remplissage avec d'autres ayant contenu du sherry de type Pedro Ximenez), un 15 ans d'âge.

Dernière minute (25/09/16): Je reviendrais sur cette gamme que je connais encore peu prochainement, après mes dégustations (très satisfaisantes ce jour je dois dire) de 2 versions au Whisky Live Paris 2016..

Dans cette version "Victoriana", c'est un profil plutôt fruité (fruits noirs, fruits rouges) et chocolaté (noir) qui s'exprime, avec un titrage généreux (le prix certes, l'est aussi, aux alentours de 120 €, dépassant un peu notre "cahier des charges", mais c'est une jolie renaissance pour cette marque.

 

 

 

glen_scotia_nas_victoriana_51.5_red

 

 

 

 

-The GLENDRONACH  12 ans « ORIGINAL », 43 %(en fait bien plus âgé)

-The GLENDRONACH  n.a.s. « CASK STRENGTH », Batch 5/2015, 55,3 % (sinon Batch 1 ou 3)

Je ne reviens pas sur ce que je pense de la distillerie, je vous renvoie à ce reportage fait durant une dégustation conjointe de BENRIACH & GLENDRONACH (lien ci-dessous). Ce que je peux rappeler en revanche c'est la haute qualité de ces deux versions et leur rapport qualité/prix (surtout le 12 ans, mais aussi l'autre) très favorable. Deux belles versions faisant la part belle au sherry de type Oloroso mais aussi Pedro Ximenez.

 

 

glendronach_12_ans_original_43_cp550

 

 

-GLENFARCLAS 12 ans, 43 %

-GLENFARCLAS 15 ans, 46 %

Note de Dégustation/Tasting Note

-GLENFARCLAS 17 ans, 43 %

On ne présente plus cette distillerie familiale tenu par la famille Grant depuis des lustres. Pour cette sélection, j’ai été contraint d’écarter de prestigieuses séries comme « The Family Casks » car celles-ci sont souvent onéreuses, et me concentrer sur 3 bouteilles de qualité de la gamme régulière, des bouteilles différentes les unes des autres mais toutes abordables, autour du must que demeure le 15 ans d’âge.

 

 

 glenfarclas_ob_15_ans_comp.j

 

 

 

-GLENFIDDICH 15 ans « SOLERA RESERVE », 40 %

-GLENFIDDICH n.a.s. « MALT MASTER’S EDITION », Sherry Finish, 43 %

Voici les deux versions abordables que je conserve parmi la production actuelle (le 18 ans par ailleurs excellent ayant quasiment doublé de prix depuis l’an dernier). La tradition et une certaine élégance à la fois chocolatée et boisée sont symbolisés par le 15 ans, tandis que l’autre version témoigne des envies d’évolution (profil plus large) du nouveau master-blender Brian Kinsman.

Note de Dégustation/Tasting Note

 

-GLENGOYNE 10 ans, 40 %

-GLENGOYNE 15 ans, 43 %

Une distillerie artisanale à laquelle je suis également attaché par sa singularité, son travail très particulier autour du sherry, ici avec un distillat très malté qui donne une grande finesse au résultat final. Le 10 ans d'âge est recommandé pour les néophytes (peu marqué par le sherry pour le coup), tandis que le 15 ans est vraiment consensuel mais plus complexe et d'un sherry malté et chocolaté. Les versions "Cask Strength" sont également recommandées, tout comme le 18 ans, un peu plus vineux, et bien entendu les 21 & 25 ans, mais là c'est hors sujet question prix.

 

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 glengoyne_ob_15_ans_43_ed_2013_comp

Le GLENGOYNE 15 ans, une valeur sûre...ou "le sherry tranquille". Photo © Grégoire Sarafian

 

 

-GLENKINCHIE 12 ans, 43 %

-GLENKINCHIE n.a.s, version « DISTILLER’S EDITION » (affiné en fûts de Sherry de type Amontillado), 43 %

On oublie parfois que GLENKINCHIE, la plus connue des distilleries de malt des Lowlands (et l’une des rares dirigées par une femme, Kay Fleming), voit son single malt toujours inclus dans la sélection « Classic Malts » du groupe Diageo, ce qui ma paraît toujours justifié. Complexe, léger mais possédant quand même un certain caractère, son 12 ans d’âge exalte l’orge maltée, le miel et les épices douces, tout en conservant un charme floral et fruité (agrumes). A cela s’ajoute quelques jolies notes noisettées, vineuses et épicées (ainsi que des notes de fruits secs) dans la version affinée en fûts de Sherry de type Amontillado, dite « Distiller’s Edition ».

 

 

 glenkinchie_1999_distillers_edition_43_red

 

 

-The GLENLIVET 15 ans « FRENCH OAK RESERVE », 40 %

-The GLENLIVET 16 ans « NADURRA », Ltd Ed., Batch 0712U (07/12), n.c.f., Nat. C.S., 55,5 %

-The GLENLIVET n.a.s. « NADURRA (Oloroso Matured) », Batch 0L0614 (06/14), S. Batch, n.c.f., Nat. C.S., 60,7 %

Ma première distillerie dégustée a vu sa taille grandir il y a quelques années et son ambition, celle de détrôner GLENFIDDICH comme meilleur vente de single malt, peut être un rien abaisser ses exigences de qualité en tout cas côté style pour certaines éditions limitées comme pour le remplaçant du regretté 12 ans d'âge (disparu pour l'Europe du moins, il reste vendu en Amérique du Nord). N'ayant pas pu déguster encore sérieusement le "Founder's Reserve" (une version sans compte d'âge), je ne peux donc pas l'inclure dans cette liste. Je conseille donc le 15 ans d'âge ("French Oak Reserve"), très facile à boire, puis, pour ceux qui souhaitent déguster un GLENLIVET plus "naturel" et ambitueux, deux superbes versions de la gamme "NADURRA" (brut de fût), celle élevée en fûts de Bourbon de premier remplissage (le 16 ans ou si vous ne le trouvez plus la version sans compte d'âge), et la version "Oroloso" élevée en fûts de sherry. Deux excellents whiskies très parfumés (fleurs, fruits) et puissants.

 

Notes de dégustations à venir pour ces deux versions/Tasting note available soon... 

 

glenlivet_nadurra_bourbon_et_sherry_comp_p

Du Bourbon à gauche, du Sherry à droite...Pour moi ces deux "Nadurra" sont les deux plus belles versions relativement récentes & abordables sorties de cette distillerie. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

 

-GLENMORANGIE 12 ans,« NECTAR D’OR » (Sauternes finish), 43 %

J'ai eu la chance de visiter cette distillerie avant son agrandissement en 2008/2009, et d'admirer tant ses beaux alambics élancés que la belle plage au bout de cet énorme domaine...Le 10 ans d'âge d'aujourd'hui est pour moi correct, mais quelque peu affadi par rapport à l'ancienne version à mon avis, aussi je préfère vous conseiller le 18 ans d'âge, subtile corbeille de fruits liquide, ou encore le 12 ans d'âge ("Nectar d'Or"), un peu plus nerveux, affiné en fûts de Sauternes, et pour vous faire remarquer son caractère plus ambitieux, une des belles versions sorties dans la gamme "'Private Edition" qu'est la version dite "TUSAIL", qui a pour particularité d'utiliser une type d'orge tombé en désuétude aujourd'hui, la "Maris Otter Barley", qui lui donne une subtile note noisettée et un toucher en bouche à la fois malté et boisé de toute beauté.

 

-GLENMORANGIE 18 ans « EXTREMELY RARE », 43 %

Note de Dégustation/Tasting Note


-GLENMORANGIE gamme "Private Edition", n.a.s. (± 10 ans), « TUSAIL » (“origines”), Edition 2015, non chill filtered, 46 %:

Note de dégustation inédite /Tasting note previously unpublished: 

A Noter: Elaborée à partir d’une variété d’orge nommée “Marris Otter Barley” et peu courante de nos jours, mais cultivée depuis 1965 et très prisée des brasseurs, cette version, la 6 ème de la gamme “Private Edition” (mais pas la dernière en date, qui est la “MILSEAN”) est parue en 2015. Pour cette version, l’orge a été maltée manuellement (“floor malted by hand”), et non pas maltée en tambours (automatisée). Le distillat a été mis à vieillir ici dans des fûts ayant contenu du Bourbon, et ensuite il y a eu filtration douce, pas de filtration à froid, afin de mieux préserver ses arômes.

Couleur: Or clair. Nez: Fin et délicat, noisetté, malté, avec un caractère clairement pâtissier. Les relents d’angélique et de cannelle évoquent un salon de thé/pâtisserie grecque ou orientale. Bouche: Très harmonieuse et fidèle au nez, très équilibrée, avec une belle précision sur les notes fruitées (fruits jaunes: pêches, citrons confits, coing), florales (fleurs jaunes), épicées (diverses épices douces, cannelle, muscade, gingembre) et maltées (bol de céréales de petit déjeuner, avec le chocolat-ou l’ovomaltine plutôt-avant que le lait soit ajouté !). Devient vite pâtissière (caramel naturel, mou, assortiments de sablés au chocolat et bredele: petits gâteaux alsaciens de Noël) et à la fois orientale (baklavas, dattes fourrées aux amandes), pour terminer sur une finale aérienne tout aussi séductrice, mêlant discrètes notes de café, d’orge maltée, de caramel, d’orange en infusion alcoolisée, à la bergamote. Tenue à la dilution: Excellente, elle évolue sur les fruits secs et desserts orientaux, certes, mais lorgne aussi vers l’Europe du Nord & les Etats-Unis avec une belle note de roulés à la cannelle, puis sur un boisé proche d’un Bourbon. Conclusion: Encore une belle création de Sir Bill Lumsden, tout en finesse, et très subtile (certains passeront probablement à côté de ce fait, comme ils avaient dédaigné la troisième édition nommée « FINEALTA », également très recommandée). Un whisky très discret, très pur et très serein, à essayer pour avoir une idée de la manière dont on fabriquait le whisky il y a plusieurs décennies, sans passer par la case « Sherry ». Prix indicatif: Autour de 90 €, cavistes. Note confirmée: 91/100

 

 

glenmorangie_tusail_p.e._2015_46_2comp

 

 

 

-The GLENROTHES n.a.s. (de 8 à 26 ans d'âge environ) « Vintage Reserve », Edition 2015, 40 %

Si je pouvais aussi bien conseiller certains millésimes jeunes (en général des whiskies des années 2000 âgés de 8 à 12 ans d’âge) ou encore le délicat mais un peu trop timide « Sherry Cask Reserve », il m’a semblé que c’est celui-ci (qui assemble des fûts de cuvées des années 1989, 1992, 1997, 1998-à raison de 25 %-2000, 2001, 2004, 2005, 2006 et enfin 2007) qui était la plus belle version abordable actuellement chez cette belle distillerie en partie propriété du négociant BERRY BROS & RUDD. Un bel équilibre du fruité, une certaine profondeur et complexité (sans doute issue de l’amplitude d’âge), une expressivité certaine malgré le titrage faible, une élégance typique…bref il me semble que ce whisky a le profil idéal pour représenter la distillerie sous son meilleur jour et à meilleur prix (moins de 60 €).

 

 glenrothes_the_vintage_reserve_40_bbr_red.

 

 

-HIGHLAND PARK 12 ans, 40 %

Les temps changent véritablement décidément....Il y a quelques années, plus précisément avant l'année 2007 (ou ce whisky a pris 30 à 40 € de plus d'un coup à la vente en France), je vous aurais signalé comme meilleur whisky de moins de 100 € le 18 ans d'âge....et ce pour 60 € encore en 2006. C'est impossible aujourd'hui ou les prix demandés pour cette version tournent ici autour de 130/150 €, dommage...Mais il en vaut la peine. Bien sûr, si vous en avez les moyens, je vous recommande aussi les 25  & 30 ans d'âge (dégustés à nouveau l'an dernier et cette année pour le 30 ans, noté 95/100), mais il vous en coûtera plusieurs centaines d'euros...

Plus raisonnable, ce 12 ans d'âge vous apportera la satisfaction d'avoir une sensation légèrement tourbée, associée à de belles notes de bruyère, de vanille et de subtil boisé. Si vous arrivez à mettre la main sur l'ancien 15 ans d'âge, je vous le recommande également, les versions sans compte d'âge je dois dire, en général, beaucoup moins...(notamment le "Dark Origins", très moyen pour son prix. C'est un n.a.s. et un "wood technology-victim").

 

 

Note de Dégustation/Tasting Note

 

highland_park_12_ans_ob_2008_red 

 

 

-ISLE OF JURA 10 ans version « LEGACY », 40 %

-ISLE OF JURA n.a.s. « SUPERSTITION » (8-15 ans), 43 % (légèrement tourbé)

-ISLE OF JURA 16 ans « DIURACH’S OWN », 43 %

-ISLE OF JURA n.a.s. « PROPHECY » (8-21 ans ?), n.c.f., 46 % (le plus tourbé)

Une distillerie encore mal aimée par certains, par ce que, comme chez d’autres, tout ce qui sort n’est pas forcément digne d’intérêt (pour moi le 10 ans classique nommé « Origin », le 12 ans « Elixir » ou encore le « Tastival » ne sont pas assez aboutis ou agréables). Il me semble que dans ce contexte, ces 4 versions tiennent le haut du pavé (je les ai classés de la moins chère à la plus chère, de 40 à 80 € environ) dans la production régulière de la distillerie. Si le 16 ans d'âge reste assez malté et noisetté (avec une légère amertume), le "Legacy" et le "Superstition" sont plus immédiats d'accès et plus consensuels, par leur complexité florale et fruité, mais aussi par leurs notes parfois inattendues (café, lilas, pour le "Legacy"). Pour les amateurs de tourbe, ceux qui préfèrent la discrétion apprécieront la tourbée modérée du "Superstition", tandis que ceux qui aiment leur whisky bien tourbé (encore que pour moi il reste assez modéré) iront plus vers le "Prophecy", plus direct, et aux notes de "melon mentholé" un peu surprenantes au début.

 

 

 isle_of_jura_superstition_2_ed_diff_2008_14_43

 Deux conditionnements différents du JURA "Superstition", le plus récent des 2 à gauche (2013), et un ancien (2008) à droite. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

-KILCHOMAN n.a.s. « MACHIR BAY », Edition la plus récente, n.c.f./n.c., 46 %

-KILCHOMAN n.a.s. « SANAIG », 1st Edition/2015 (or 2nd/2016), n.c.f./n.c., 46 %

-KILCHOMAN n.a.s. (5 ans) « ORIGINAL CASK STRENGTH », 1st Ed./2014 (LaMdW/France), Bourbon Casks, 59,2 %

-KILCHOMAN n.a.s. (5 ans) « LOCH GORM », 2nd Ed./2014 (LaMdW/France), Sherry casks, 46 %

Je n’ai jamais caché mon intérêt pour cette distillerie, dont j’ai eu la chance d’apprécier les débuts (« new make » -distillat pur, avant vieillissement et réduction) et dont j’ai parfois regretté les choix (l' "Inaugural Release", par exemple, hésitant trop entre Bourbon et Sherry, ou encore les finitions PX, trop immatures), mais aujourd’hui il me semble qu’elle a atteint sa vitesse de croisière avec notamment ces 4 belles versions, toutes sensiblement différentes les unes des autres. Mon coup de cœur 2015 (déjà évoqué sur le site) est le « Sanaig » car il est pour moi véritablement la meilleure synthèse qui soit à l’heure actuelle des capacités de la distillerie à offrir un single malt résolument îlien et tourbé mais parfaitement équilibré et satisfaisant. Je me réjouis que cette version, plébiscitée par le public français à qui il était proposé prioritairement, soit devenue désormais partie intégrante de la gamme régulière !

 

 Masterclass Kilchoman 2015/Notes de Dégustation

 

 

kilchoman_gs_coll_display_2015_red_gwg

 Mes KILCHOMAN préférés, de gauche à droite le "Machir Bay", puis l' "Original Cask Strength" (1ère Edition 2014), "Loch Gorm" et enfin, mon "chouchou" de l'année 2015, la premère édition du "Sanaig" (désormais intégré à la gamme régulière). Photo © Grégoire Sarafian

 

 

-KNOCKANDO 12 ans (millésimé) « SEASON », 40 %

-KNOCKANDO 21 ans (millésimé) « MASTER RESERVE », 43 %

L’une des distilleries écossaises les moins cotées d’Ecosse, voire de la planète, est toujours là, fidèle au poste et ce serait dommage de la traiter de haut. Si vous aimez les Speyside au profil malté, boisé et avec une jolie note de noisette en prime, le 12 ans d’âge est fait pour vous. De même, si vous avez envie de ce type de profil, mais avec plus de profondeur et un caractère « sherry » légèrement plus prononcé, et que vous aimeriez avoir un malt de 20 ans d’âge au moins et que vous n’en avez pas les moyens, c’est probablement un des deux ou trois single malts officiels de cet âge (21 ans) que vous trouverez sur le marché pour moins de….70 € ! Essayez d’obtenir une version officielle d’un ARDBEG (à l’autre bout de la l’échelle question cote) du même âge pour moins de 700 € et on en reparle (même en version de négoce, vous devrez débourser au moins plusieurs centaines d’euros.

 

 

-LAGAVULIN 16 ans, 43 %

Note de Dégustation/Tasting Note

 

-LAGAVULIN 8 ans, 200ème édition anniversaire, 2016, 48 %

On ne présente plus cette distillerie mythique de l’île d’Islay, qui a fêté son 200 ème anniversaire cette année…Malgré certaines baisses de régime par le passé (notamment vers 2005, ou une forte demande entraîna une pénurie de bons fûts et ou il a fallu compenser cela par l’entrée de CAOL ILA dans les « Classic Malts »), son 16 ans demeure sans doute encore aujourd’hui (mais j’ai peur pour pas très longtemps encore) à mon avis le meilleur single malt écossais de cet âge et avec un tel rapport qualité/prix. Profondément fumé, mais aussi avec du miel et des herbes, de la réglisse, il demeure le compagnon idéal d’un fromage à pâte persillée de type Roquefort, par exemple. L’édition anniversaire, elle, est certes plus jeune & directe, mais, après aération, révèle en plus une minéralité du meilleur aloi.

 

 

lagavulin_8_ans_200_th_anniv_2016_48_b.gs_red_gwg

 Le superbe nouveau LAGAVULIN 8 ans... Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

-LAPHROAIG n.a.s. « QUARTER CASK » (fûts de petite taille), n.c.f., 48 %

-LAPHROAIG 18 ans, 48 %

Notes de Dégustation sur ces 2 versions/Tasting Notes

 

-LAPHROAIG n.a.s. « LORE » (fûts de petite taille, de sherry & fûts de plusieurs remplissages), n.c.f., 48 %

Egalement bicentenaire, la célèbre distillerie LAPHROAIG produit plusieurs excellentes références permanentes, mais il m’a semblé intéressant de mettre en avant trois versions qui me semblent emblématiques de son savoir-faire, deux versions déjà anciennes (le "Quarter Cask" et le 18 ans), et une version plus récente, le « LORE », avec un joli profil de fruits rouges et de fumée de tourbe assez douce. Ce dernier dépasse hélas légèrement la barre des 100 €. Pour ceux qui pourront dénicher des versions "Cask Strength" du 10 ans d'âge ou encore l'ancien 15 ans d'âge, qu'ils sachent que je les recommande chaudement également.

 

 /laphroaig_lore_ob_2016_48

 

-OBAN 14 ans, 43 %

Discrètement, mais sûrement, cet élégant whisky légèrement tourbé & marin, herbacé, miellé et épicé, un brin fruité sur un fond boisé, est toujours là, mais pas forcément pour longtemps. Je n’ai pas pu tester de manière significative et satisfaisante son (probable) successeur, le « LITTLE BAY » (sans compte d’âge et plus cher), donc pour l’heure je ne conseille que celui, ou bien sûr sa version « Distiller’s Edition », affinée en Sherry de type Montilla Fino…

 

 

-OLD PULTENEY 12 ans, 46 %

-OLD PULTENEY 17 ans, 46 %

-OLD PULTENEY n.a.s. (jeune) « FLOTILLA » (millésimé), 46 %

Cette belle distillerie qui s’est récemment vue détrônée en tant que distillerie la plus septentrionale du « continent » écossais par la nouvelle distillerie WOLFBURN (légèrement plus au nord qu’elle) n’en demeure pas moins productrice de beaux single malts légèrement marins et en général joliment fruités. A ces deux versions recommandées (le 17 ans est le plus fruité des deux, certes le 21 ans est un sommet, mais dépasse le budget d’environ 30 €) s‘ajoutent d’agréables jeunes versions, exaltant l‘acidité des agrumes & plaçant les esters en avant, que ce soit dans la gamme « FLOTILLA » ou la version « NAVIGATOR ». Hors budget de cette liste, mais pour en théorie moins de 130 €, je recommande bien évidemment aussi le superbe et gourmand 21 ans d'âge, un accomplissement...

 

 

 

 old_pulteney_17_ans_ob_46_2015.cp

 

 

-SCAPA n.a.s. « GLANSA » (nouveauté 2016), Islay casks finish, 40 %

Une belle nouveauté (version tourbée du "SKIREN") dégustée et approuvée (très bel équilibre et discrétion de la tourbe) au Whisky Live Paris 2016 ce jour (25/09/16), je vous en reparlerais bientôt...

-SCAPA n.a.s. « SKIREN », 40 %

Cette jolie distillerie des Orcades, moins connue que HIGHLAND PARK du même archipel, m’avait jadis régalé à mes débuts avec son 12 ans d’âge, puis passionné avec son 14 ans d’âge parfait pour l’assemblage, puis un peu surpris par son élégant 16 ans. Aujourd’hui seule une version subsiste (en dehors du brut de fût disponible parfois à la distillerie, et d’une edition limitée hors de prix), une version sans compte d’âge et dans l’air du temps (avec sans doute un peu de “wood technology”), mais une jolie version à la dégustation (beau fruité), alors ne boudons pas notre plaisir, même si le rapport qualité/âge supposé/prix est limite.

  Note de dégustation inédite /Tasting note previously unpublished:

A Noter: Il s’agit d’une nouvelle édition sans mention d’âge qui remplace le 16 ans d’âge. Le vieillissement est intégralement effectué dans des fûts de Bourbon de premier remplissage.

Couleur: Or clair, à reflets dorés. Nez: Fin, complexe et fondu: Fruits confits, pommes cuites au four, légère note marine, miel, coing, le tout semblant assez rond. Bouche: Souple, typique de la distillerie (quelque part entre le 14 ans et le 16 ans), agréable, un rien acidulée, reprenant les notes du nez, dans un ensemble très équilibré à dominante fruitée, souligné par de jolies notes florales, miellées et un rien boisées et herbacées. Légère acidité mais pas gênante. En finale, légère touche végétale et ensuite un retour de notes de fruits compotés avec en arrière-plan du caramel naturel (typique de la distillerie également). Enfin survient une petite sensation aqueuse. C’est là ou l’on regrette que le titrage ne soit pas légèrement supérieur (43 à 46 %) et que le filtrage soit à froid. Tenue à la dilution: ll faut donc diluer très peu ce whisky, qui avec quelques gouttes s’avère joliment construit. Conclusion: Un joli « cru » 2015 de SCAPA, très agréable à boire, avec de surcroît enfin un conditionnement à la hauteur de la beauté du site de la distillerie, et un beau malt d’apéritif. Au négatif, outre le titrage faible et l’absence de mention d’âge, son prix conseillé est un peu trop élevé par rapport à ce qu’il est, un honnête jeune whisky. Je suggère d’y ajouter (pour nous anoraks !) une édition limitée de ce « SKIREN » non filtrée à froid, et à 50 %. Prix indicatif: Autour de 60 €, MdW & cavistes, un peu moins sur le net. Note confirmée: 87/100


 

scapa_skiren_press_set_book_n_glass_2015_v_red

 Le SCAPA "Skiren", ici en présentation avec le dossier de presse, et un verre SCAPA. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

-SPRINGBANK 10 ans, n.c.f./n.c., 46 %

-SPRINGBANK 12 ans, n.c.f./n.c., « CASK STRENGTH », titrage variable (entre 52 et 55 % env.) -édition limitée

-SPRINGBANK 13 ans, n.c.f./n.c., « GREEN » (bio), Edition 2015, (Sherry) 46 % -édition limitée

-SPRINGBANK 16 ans, n.c.f./n.c., « LOCAL BARLEY », Edition 2016, (Bourbon/Sherry) 54,3 % -édition limitée

Notes de dégustations à venir pour cette version ("Local Barley")/Tasting note available soon...


 

 springbank_16_ans_local_barley_2015_54.3_v_red

 Un joli revival que cette nouvelle version "Local Barley" en 16 ans d'âge. Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

-SPRINGBANK 15 ans, n.c.f./n.c., 46 %

-HAZELBURN 10 ans, n.c.f., 46 %

-LONGROW n.a.s. « PEATED », n.c.f., 46 %

Là encore une belle distillerie artisanale créée en 1828 sur la presqu’île de Campbeltown, proche des Lowlands à laquelle elle fut un temps rattachée. Des whiskies non filtrés à froid, non colorés, parfois même « bio » (pas sûr en revanche que cette dernière version soit encore disponible à l’heure ou j’écris ces lignes). La céréale, exaltée dans chaque version, évidemment plus facile à déceler dans le 10 ans d’âge, mais aussi, suivant la part des fûts de Bourbon, Sherry, voire de Rhum, d’autres notes, fruitées, florales, mais aussi végétales, légèrement tourbées & fumées, comme par exemple dans le superbe 12 ans brut de fût. Les versions distillées de manière encore plus fines et non tourbées sont nommées HAZELBURN, tandis que les versions un peu plus rustiques et plus fortement tourbées portent le nom de LONGROW. En réalité toutes les versions citées ici auraient pu être en surlignage jaune fluo, tellement elles sont abouties, mais il a fallu faire un choix...

 

 

-TALISKER 10 ans, 45,8 %

-TALISKER n.a.s (+ de 10 ans) « DISTILLER’S EDITION » (affiné en Sherry Amoroso), 45,8 %

-TALISKER n.a.s. « STORM », 45,8 %

L’unique distillerie de whisky de l’île de Skye (ah…plus pour longtemps, avec la construction de TORABHAIG !-là encore va falloir changer la publicité…) voit son magnifique 10 ans (compagnon idéal, rappelons le, d’un saumon fumé) devenir en 2015 une référence non pas retirée comme on l’a d’abord cru, mais réduite en production, au profit d’autres versions désormais sans compte d’âge, dont le « STORM », plutôt agréable mais un rien différent, mais aussi le « SKYE » (non encore dégusté, donc pas d’avis). Parmi les meilleures versions abordables (bien sûr je conseille aussi le 18 ans mais il devient cher et rare), je ne saurais que recommander le « DISTILLER’S EDITION », avec ses jolies notes fruitées, un must.

 

 

talisker 10 ob_2006_v3_comp

 

 

-TAMDHU 10 ans, 40 %

-TAMDHU n.a.s. « BATCH STRENGTH », ± 58,8 %

Une belle renaissance pour cette distillerie qui va fêter ses 120 ans l’an prochain, tout comme GLEN MORAY, d’ailleurs (1897). Au très subtil 10 ans (aux élégantes notes de sherry et de malt) s’ajoute donc depuis l’an dernier un « brut de fût » (en fait uniquement réduit par la mesure du taux d’alcool après assemblage en petite cuvée) bien malté et chocolaté.

 

 

 

tamdhu_10_ans_new_v_2013_40_red.

 

 

 

-WOLFBURN n.a.s. (3 ans, 9 mois), "AURORA", 08/2016, (80 % Bourbon casks, 20 % Sherry casks), n.c.f, nc., 46 % (Highlands du Nord) :

-Dernière minute (25/09/16): J'ai eu l'occasion de découvrir cette nouvelle version au Whisky Live Paris 2016 et je l'ai trouvée vraiment superbe et bien équilibrée...à suivre !

Notes de dégustation à venir (tasting notes to be followed soon)

 

-WOLFBURN n.a.s. (3 ans), Première édition en tant que single malt, 2016 (62000 bouteilles), (Islay peated Quarter casks), n.c.f., n.c ,46 % (Highlands du Nord) :

Note de Dégustation inédite/Previously unpublished Tasting Note (2016):

Couleur: Or pâle. Nez: Fin, floral (fleurs jaunes), fruité (agrumes), avec quelques esters, des embruns et un rien (vraiment discret) de fumée de tourbe. Une étonnante maturité pour un 3 ans, enfin, pas tant que cela lorsque l’on sait qu’il a été élevé dans des fûts d’environ 80 litres (« Quarter casks »), ce qui accélère quelque peu le vieillissement…Une idée astucieuse pour une jeune distillerie ! Le whisky paraît du coup un peu plus âgé. Bouche: De beaux esters, de belles notes de fleurs capiteuses, mais aussi un joli fruité, après un petit coup de semonce boisé (bois sec) et épicé (gingembre). Puis survient une suave note de crème d’amandes associée aux agrumes (sorbet citron) et aux embruns, et c’est du plus bel effet je dois dire. A peine une trace de fumée. Tenue à la dilution: L’eau ravive les notes d’agrumes et de crème d’amande, mais ne pas trop en ajouter pour ne pas exalter le boisé. Conclusion: Un coup d’essai qui s’est transformé en coup de maître….Un distillat prometteur, alors les autres distilleries d’Ecosse n’ont qu’à bien se tenir. Et un whisky certes jeune, mais bien plus excitant que nombre de n.a.s. (whiskies sans compte d’âge) provenant de « grosses » distilleries. Plutôt recommandé ! Prix indicatif: Autour de 60 €, MdW-Note confirmée: 91,5/100

 

 

 

wolfburn_1st_ed_as_a_s.m._ncf_3_ans_2016_46_gwg

 

 

 

A noter: Lorsque je n’avais pas de notes de dégustations récentes ou suffisantes en nombre pour les distilleries suivantes, j'ai choisi de ne pas les mentionner ou très peu. Cela ne veut pas forcément dire que ce ne sont pas des distilleries intéressantes (telles que l'on le constate régulièrement avec des versions de négoce ou plus anciennes). Il en va ainsi de GLEN SCOTIA, TOMATIN, ou encore TULLIBARDINE, par exemple, dont la gamme régulière a été entièrement relookée, des standards me semble t’il plus élevés choisis (il me faut le signaler-j’en reparlerais certainement), mais aussi de GLENTURRET ou TOMINTOUL, ou encore les distilleries du groupe Bacardi/Dewar & sons (ABERFELDY, AULTMORE, CRAIGELLACHIE, THE DEVERON alias MacDUFF, ROYAL BRACKLA) dont j’ai parfois pu parler auparavant. Il en va de même pour des références d'autres pays producteurs (j'ai notamment une dizaine d'échantillons encore à déguster en provenance de 3 distilleries hollandaises....).

 

 

EMBOUTEILLAGES DE NEGOCE (ECOSSE):

 

BLENDED WHISKIES/ BLENDED MALTS:

 

-« BLUE HANGER » (9th Release), n.a.s., emb. du négociant BERRY BROS & RUDD, 46 % (Blended Malt)

-« BERRY’S ISLAY Reserve », n.a.s., emb. du négociant BERRY BROS & RUDD, 46 % (Blended Malt)

-« BERRY’S SPEYSIDE Reserve », n.a.s., emb. du négociant BERRY BROS & RUDD, 46 % (Blended Malt)

Beaucoup de belles choses abordables chez les négociants, évidemment, encore heureusement….Chez cette prestigieuse maison qu’est BERRY BROS & RUDD, avec des assemblages de grande qualité supervisés par Doug McIvor, et que je recommande chaudement.

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 

berrys speyside res 2 nd ed_comp

 

 

 

-“ISLAY MIST” 8 ans, Edition 2015, “The Great Seal of Islay”, MacDuff International, 70 cl, 40 % (Blended Whisky)

-« LIGHT CREAMY VANILLA » 17 ans, emb. du négociant CADENHEAD/« Creations », 46 % (Blended Whisky)

Deux excellents assemblages (très différents l’un de l’autre) réalisés par des négociants moins connus du public mais de qualité et à l’historique important, notamment pour CADENHEAD, le premier sinon l’un des premiers à avoir commercialisé des whiskies issus d’un seul fût, dans les années 1960. Un blend complexe avec parfois des composants très âgés et issus de distilleries rares.

 

 

cadenhead_creations_blend_lightly_creamy_v

 

 

-« The GREAT KING STREET/Artist’s Blend », n.a.s., emb. du négociant COMPASS BOX, 43 % (Blended Whisky)

-« ENLIGHTENMENT », n.a.s., emb. du négociant COMPASS BOX, 46 % (Blended Malt) –Edition limitée 2016

Note de Dégustation inédite/Previously unpublished Tasting Note :

 

A Noter: Il s’agit d’un assemblage de 4 single malts, dont pour 48,2 % d’un CLYNELISH provenant d’un fût américain de premier remplissage, puis 36,7 % d’un GLENTAUCHERS issu d’un fût du même type, de même que pour un BALBLAIR à raison de 10,8 %. Enfin, il y est ajouté 4,3 % d’un MORTLACH élevé dans un fût américain ayant été rajeuni.

Couleur: Or clair, presque pâle (eh oui, pas de colorants ici, monsieur !). Nez: Superbe, marqué par les esters, les herbes et les épices (ah, la moutarde CLYNELISHienne !), une touche de caramel naturel, de noisettes (l’influence de fûts ayant contenu du Sherry ?). Bouche: Belle et subtile. D’emblée fortement marquée par son composant principal CLYNELISH (herbes/épices/agrumes), puis comme affinée et rendue plus complexe (et lui donnant notamment une jolie rondeur fruitée) par les autres single malts qui le composent: Une note maltée provenant probablement du GLENTAUCHERS, une note chocolatée et de fruits rouges me semblant venir du MORTLACH, et enfin un surcroît de tempérament à la fois herbacé et de fruits confits qui pourrait provenir du BALBLAIR enfin ce ne sont que des suppositions…En tout cas un beau profil aromatique, sans tambours ni trompettes, mais efficace. Salade de fruits épicée. Tenue à la dilution: Excellente, faisant ressortir des notes florales, d’agrumes et de fruits jaunes variés (pêches, coing, ananas). Les esters sont ainsi exaltés et ajoutent même des notes de fleurs capiteuses discrètes mais bien intégrées, ajoutant à son charme. Conclusion: Une jolie variante de CLYNELISH avec des rehauts d’autres distilleries, comme un peintre qui voudrait élargir sa palette avec l’usage de camaïeux.

Prix indicatif: 78 €, MDW-Note confirmée: 91/100

 

 

-« OAK CROSS », n.a.s., emb. du négociant COMPASS BOX, 43 % (Blended Malt)

-« The PEAT MONSTER », n.a.s., emb. du négociant COMPASS BOX, 46 % (Blended Malt)

L’on ne présente plus John Glaser, trublion du whisky et artisan-assembleur de négoce de talent. Au-delà des éditions limitées qui défrayent régulièrement la chronique, n’oublions pas qu’il existe une production régulière de blended whiskies ou blended malts de qualité. Bien sûr j’ai mes préférences et en ce moment voici les 4 whiskies que je recommande particulièrement, incluant malgré tout une récente édition limitée rentrant dans les critères de prix de cette liste et faisant preuve d’un beau profil léger mais expressif, tissé autour d’une majeure de fûts de la distillerie fétiche de John, à savoir CLYNELISH.

 Note de Dégustation/Tasting Note

 

peat_monster_c.box_46_2012_2comp

 

 

 

-« BIG PEAT », n.a.s., emb. du négociant Douglas LAING, 46 % (Blended Malt, Islands)

-« The EPICURIAN », n.a.s., emb. du négociant Douglas LAING/Remarkable Regional Malts, 46,2 % (Blended Malt, Lowlands)

 Note de Dégustation inédite/Previously unpublished Tasting Note (2016):

A Noter: Il s’agit d’un assemblage de single malts de la région des Lowlands.

Couleur: Or clair, très pale. Le signe, ici, d’un whisky très jeune, ou à forte composante de remplissages nombreux. Nez: Très jeune, il évoque d’emblée un new make (donc de moins de 3 ans d’âge), et il est marqué par les esters, mais aussi par l’eau de vie de prune, et plus encore, d’artichaut frais. Mais tout cela est bien assemblé donc très plaisant. Bouche: A la fois très agréable et très jeune aussi, dans le droit fil du nez. La vanille, l’artichaut, le citron, sont présents, mais aussi une succulente note de crèmes d’amandes, de sirop d’orgeat et d’eau de vie de prune, sur fonds de note de foin, d’herbes, voire de pommes golden. Attention c’est dangereusement buvable ! Tenue à la dilution: Correcte, mais ne pas trop diluer, sinon son caractère jeune ressort davantage. Conclusion: Un excellent whisky d’apéritif, et qui ferait sans doute un malheur aussi en cocktail (avis aux barmen). Son tour de force, donc, est de représenter les whiskies des Lowlands sans faire dominer un caractère floral et fortement herbacé comme souvent les whiskies de cette région le présentent à l’âge de 10 ou 12 ans, grâce à un choix délibéré de whiskies très jeunes…Etonnant, et approuvé ! Prix indicatif: ± 50 €, MdW.-Note confirmée: 89/100

 

 

 

the_epicurian_d._laing_bm_lowlands_46.2_red

 

 

-« SCALLYWAG », n.a.s., emb. du négociant Douglas LAING/Remarkable Regional Malts, 46 % (Blended Malt, Speyside)

-« ROCK OYSTER », n.a.s., emb. du négociant Douglas LAING/Remarkable Regional Malts, 46,8 % (Blended Malt, Islands)

-« TIMOROUS BEASTIE », n.a.s., emb. du négociant Douglas LAING/Remarkable Regional Malts, 46,8 % (Blended Malt, Highlands)

Beaucoup de travail indéniablement chez Douglas LAING depuis la scission en 2013 de Fred d’avec son frère Stewart (qui dirige lui Hunter LAING), pour proposer non seulement des single malts (trop nombreux ou trop aléatoires à citer ici-je n’ai pas pu déguster de versions récentes abordables et satisfaisantes en termes de rapport qualité/prix pouvant entrer dans cette liste), mais aussi des assemblages bien ficelés. En plus des déclinaisons du populaire « BIG PEAT » (dont plusieurs versions brut de fût), je tenais à rendre hommage à la gamme « Remarkable Regional Malts » dont je peux recommander chacune des versions. Le coup de cœur ira cette fois au « ROCK OYSTER », d’un très bel équilibre floral, fruité, marin et tourbé.

 

 

SINGLE MALTS:

 

-BUNNAHABHAIN « 2007 » Moine (Heavily Peated), (Bottled 2015/8 ans), emb. BERRY Bros & RUDD/« Retro » (for LaMdW), S.C.N°800088, n.c.f./n.c., 57 %-édition limitée (P.V.C. initial: 98 €, MdW)

-CAPERDONICH « 1992 » (Bottled 2015/23 ans), emb. BERRY Bros & RUDD/« Retro » (for LaMdW), S.C.N°121111, n.c.f./n.c., 51,9 %-édition limitée (P.V.C. initial: 122 €, MdW)

-LINKWOOD « 1999 » (Bott.2014/14 ans), emb. BERRY Bros & RUDD/« Berry’s Own Selection », 3 Casks (N°9901-1972/3), n.c.f./n.c.,46 %-édition limitée (P.V.C. initial: 84 €, MdW)

Trois single malts parmi d’autres, trois coups de cœur de l’année précédente, au rapport qualité/prix très intéressant (le CAPERDONICH en tête), avec une « Peat-Bomb » en ce qui concerne le BUNNAHABHAIN, plus complexe que ne le semble dire son âge, un succulent CAPERDONICH au joli boisé & fruité, et un LINKWOOD de caractère, fruité et floral, très charmeur.

 

 

bunnahabhain_2007_2015_8_ans_bbr_retro_moine_57_r

 

 

-CLYNELISH « 2001 » (Bottled 2016/15 ans), emb. GORDON & MacPHAIL/« Cask Strength », fr. 2 Refill Sherry casks (N°307849/307850), Edition limitée, 54 %

Un superbe single malt du négociant historique GORDON & MacPHAIL (maison fondée en 1895, avec un caractère nettement familial et avec un stock important de fûts, dont la plupart ont été vieillis par les soins de cette société de négoce). Cette version m'a parue particulièrement intéressante à signaler car offrant un compromis entre plusieurs sortes de CLYNELISH, sans parler du rapport qualité/prix attractif, certes un peu au dessus de la limite fixée ici des 100 € (pitié, laissez-m'en au moins une !), avec un profil aromatique floral, fruité, élégant, un rien ciré et proposant également un joli boisé. Assez charmeur, et, autant le dire, fortement recommandé. Découvert au Whisky Live Paris 2016 (merci Juliette !).

 

 

clynelish_2001_gmp_cask_str_2cask_54

 

 

 

-MACALLAN « 2007 » (Bottled 2016/9 ans), emb. GORDON & MacPHAIL/« Speymalt », édition limitée, 43 %

Tout simplement le meilleur qualité/prix à mon avis à l'heure actuelle (un peu plus de 60 €) concernant la distillerie MACALLAN (oui, ici, par convention, la distillerie perd son préfixe "The" car il s'agit d'une version de négoce, ou plutôt en l'occurence d'une version presque semi-officielle-sous licence). Crémeux, noisetté, chocolaté, malté, mais aussi fruité et délicatement boisé, ce MACALLAN est une très jolie entrée en matière pour découvrir le travail à la fois de la distillerie et du négociant. Dégusté au Whisky Live Paris 2016.

 

 

 

macallan_2007_gmp_speymalt_43_red

 

 

 

-“LG5” (LAGAVULIN), n.a.s. (possible 12 ans) bottled 2015, emb. The SPECIALITY DRINKS Ltd/Elements of Islay, 50cl, 54,8 %

Beaucoup de belles choses dégustées l’an dernier chez ce négociant, et parmi les choses abordables, ce superbe jeune (quoique pas tant que ça !) LAGAVULIN de toute beauté, équilibré, bien expressif.

 

 

lagavulin_lg5_elements_of_islay_cs_54.8_red

Le "LG5" de la gamme "Elements of Islay" de The Speciality Drinks, un beau LAGAVULIN de négoce, découvert au Whisky Live Paris 2015. Photo: © Grégoire Sarafian

 

Notes de dégustation à venir

 

-« PORT ASKAIG », n.a.s., version "100 PROOF", emb. du négociant The SPECIALITY DRINKS Ltd, brut de fût à 57,1 % (Embouteillage anonyme/Undisclosed Single Malt)

Cela fait quelques années que la société de négoce The SPECIALITY DRINKS, division du grossiste et caviste londonien THE WHISKY EXCHANGE (l'équivalent en quelque sorte de La Maison du Whisky au Royaume-Uni) a lancé cette marque destinée à rendre hommage aux whiskies de l'île d'Islay et de certaines distilleries situées non loin du Port Askaig justement (et en premier lieu CAOL ILA, même si parfois le contenu provient d'autres distilleries de l'île), et quasiment tout ce qui est sorti depuis quelques années (lorsque j'ai eu l'occasion de les déguster) s'est avéré entre plutôt bon et vraiment très bon...Cette nouvelle version, découverte au salon Whisky Live Paris 2016 (ainsi que d'autres également de qualité, un 16 ans, un 30 ans d'âge et un millésime 2000/single-cask mis en bouteille pour le salon) ne déroge pas à la règle, avec, pour un peu moins de 70 € une super claque de tourbe à la fois puissante et raffinée....On y va plutôt deux fois qu'une !

 

 

 

port_askaig_100_proof_57.1_red.

 

 

 

-FINLAGGAN (n.a.s./jeune) The Original « CASK STRENGTH », emb. The VINTAGE MALT Whisky Company, 58 %

-THE ILEACH (n.a.s./jeune) « CASK STRENGTH », emb. The HIGHLANDS AND ISLANDS WHISKY Company, 58 %

Deux single malts anonymes (ici en version brut de fût, me semble t’il plus réussies que les versions à 40 %) de deux sociétés différentes pour une même satisfaction, de la tourbe grasse et généreuse…Rapport qualité/prix difficiles à battre….sauf si vous arrivez à trouver des « SMOKIN’ ISLAY » du négociant BLACKADDER….quasiment pas distribué en France (sauf dans l’Est), une « tuerie » tourbée titrant 55 ou 58 %…parfois trouvable dans d’anciens stocks de certaines grandes surfaces, sur des étagères, l’étui poussiéreux. Bonne chasse (ou alors sur internet, sites anglo-saxons ou directement au siège, en Suède).

 

 

 finlaggan_cask_strength_2015_58_red

 Une claque de tourbe à petit prix...Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

WHISKIES D'AUTRES PAYS (SINGLE-MALTS, sauf exceptions):

Whiskies des premiers pays producteurs de whisky, historiquement, ce à quelques exceptions près (ex. le Canada, non cité ici)

 

 

ETATS-UNIS:

 

Que ce soit pour les déguster en cocktail (pour les moins onéreux d'entre eux) ou purs, les Bourbons & autres whiskeys des Etats-Unis (n'oublions pas qu'il s'y produit de plus en plus de single malts dans des distilleries souvent artisanales) ont le vente en poupe ces dernières années avec nombre de productions de qualité en provenance de distilleries déjà anciennes (je pense par exemple à BUFFALO TRACE qui produit le BLANTON'S ou à HEAVEN HILL qui produit l'ELIJAH CRAIG) mettant en valeur la typicité des Straight Bourbons (belles notes d'épices traditionnelles dans ces whiskeys: girofle, cannelle, muscade, voire piment, érable...et bien sûr ce boisé si particulier, bien brûlé d'ou une impression de fumée parfois, de caramel, de chocolat noir, de noix nobles, etc...

A ces whiskeys traditionnels se sont récemment ajoutés des whiskeys avec un caractère innovateur (je pense par exemple à l'approche de WESTLAND qui produit des single malts tourbés, sherry, etc...mais aussi DRY FLY et son brut de fût de blé-"Cask Strength Wheat Whiskey'"), résolument axé sur le seigle (WHISTLEPIG) ou encore faisant un revival d'anciens noms et traditions du whisky en y ajoutant un caractère plus actuel et audacieux (les "Sour Mash" et "American Whiskey" de MICHTER'S en sont de bons exemples), et j'en passe. WOODFORD RESERVE est toujours là, fier de sa spécificité (la triple distillation) qui lui fait concevoir des whiskeys d'une grande finesse, tout comme FOUR ROSES qui table sur un équilibre parfait et absolument charmeur dans son "Small Batch", ou encore le gourmand LARCENY. Les références sont de nos jours bien trop nombreuses pour être citées, il ne s'agit que d'un survol. Bien sûr les palais plus néophytes seront plus séduits par les évidentes notes d'érables de Jack DANIEL'S, mais à ceux là je dirais "sortez un peu du N°7 et voyez les autres références, à commencer par le "Single-Barrel" ou alors l'élégant "Gentleman Jack". Aux plus aventureux je dirais ne partez pas sans déguster un (GEORGE T.) STAGG JR...à plus de 60 %, au boisé d'une rare intensité, ou encore un "moon shine" (distillat pur), mais ça c'est une autre histoire.

-BLANTON’S, « GOLD EDITION », Single-Barrel (N°376, Rack N°55-Bottled 04/12/12), 70 cl, (livrée rouge et or), Kentucky Straight Bourbon, 51,5 %      

 

Note de Dégustation/Tasting Note       

 

blanton.s_gold_edition_f.mdw_51.5_cap

 

 

   

-FOUR ROSES “SMALL BATCH”, Kentucky Straight Bourbon, 45 %

 

 

four_roses_small_batch_45_red

 

 

 

-HEAVEN HILL « ELIJAH CRAIG », Kentucky Straight Bourbon, 47 %

 

 

-MICHTER’S « BOURBON » US-1, Small Batch, n.a.s (+4 ans d'âge), 45,7 % (91,4 % US PROOF)

 

-MICHTER’S « Unblended AMERICAN WHISKEY » US-1, Small Batch, n.a.s (+4 ans d'âge), 41,7 % (83,4 % US PROOF)

 

-MICHTER’S « Original SOUR MASH », US.1, Small Batch, n.a.s (+4 ans d'âge), 43 % (86 % US PROOF)

 

-MICHTER’S « STRAIGHT RYE » US.1, Single-Barrel, n.a.s. (+4 ans d'âge), 42,4 % (84,8 % US PROOF)

 

-MICHTER’S « STRAIGHT RYE/BARREL STRENGTH » US.1, Single-Barrel, n.a.s. (+4 ans d'âge), brut de fût, 54,4 % (108,8 % US PROOF) -favori

 

Notes de dégustation à venir/Tasting Notes coming up asap

 

 

michters_str_rye_barrel_strength_2015_54.4_salon_cns_red

MICHTER'S poursuit son petit bonhomme de chemin avec des éditions limitées toujours plus excitantes, comme celle-ci. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

 

Dernière minute (25/09/16): Ayant pu déguster ce jour au Whisky Live Paris les 2 autres versions régulières "Single Malt" et "Peated", (mais aussi l'édition limitée "Garryana"-merci encore à Matt Hofmann pour cela), il me faut me rendre à l'évidence, tout est vraiment de premier ordre et je me dois de me rendre à l'évidence: Cette distillerie commence très fort et mérite vraiment plus q'une autre le titre que j'ai décidé de lui décerner ce soir de "DISTILLERIE DE L'ANNEE 2016" (DISTILLERY OF THE YEAR : 2016) et ce sera d'ailleurs la seule récompense attribuée cette année à une distillerie. Félicitations donc à cette distillerie à suivre de près !

-WESTLAND « American Single Malt » (environ 3 ans d'âge), 2016, 70 cl, American Single Malt Whiskey, 46 % (Etats-Unis, état de  Washington):

Notes de dégustations à venir/Tasting note available soon...

-WESTLAND « Peated » (environ 3 ans d'âge), 2016, 70 cl, American Single Malt Whiskey, 46 %:

Notes de dégustations à venir/Tasting note available soon...

 

-WESTLAND « Sherry Wood » (environ 3 ans d'âge), 2016, 70 cl, American Single Malt Whiskey, 46 % :

Note de Dégustation inédite/Previously unpublished Tasting Note (2016):

A Noter : La distillerie WESTLAND est une nouvelle distillerie américaine de la côté Ouest des Etats-Unis (de Seattle, plus précisément) aux standards élevés tant pour le choix de ses ingrédients (elle utilise en effet pas moins de 5 variétés de malt, mais aussi de la levure de brasserie au lieu de la levure de distillerie-la plus couramment utilisée) que pour sa politique de maturation (ou elle utilise de plus en plus des fûts de chêne locaux très longuement séchés à l'air libre, tout comme elle va bientôt pouvoir utiliser de la tourbe provenant de la région). Il existe 3 versions régulières pour l'heure...dont une version tourbée nommée "Peated", plus des éditions limitées, dont une avec du chêne de la région, nommée "Garryana" ("Native Oak series"), et des embouteillages en single-cask & brut de fût.

Couleur: Vieil or, à reflets dorés, voire orangés. Nez: Sublime, riche, complexe, généreux, une belle surprise. En premier ce sont des notes de céréales variées dont certaines quelque peu brûlées qui s’expriment, puis de belles notes d’orge maltée, des épices « américaines » (modérément), puis le sherry, un sherry dense et complexe (je crois qu’il y a des fûts d’Oloroso combinés avec du Pedro Ximenez), délivrant un fruité exubérant. Très excitant et d’effet plus âgé qu’il ne l’est en réalité. Bouche: Puissante et ronde à la fois, gourmande et veloutée, puis à peine un peu plus sèche ensuite, mais tout en équilibre malgré tout. Les complexes notes fruitées (allant des fruits secs de type abricot, orange, aux fruits confits type coing, potiron, et en fruits frais des pêches & des fruits exotiques très murs) sont soulignées par de belles notes de sucre démérara, voire même du rhum qui va avec. Splendide intégration du Sherry, de grande qualité par ailleurs (très vague vinosité, et toujours de bon aloi), qui pourrait faire rougir certains whiskies d’Ecosse. On y trouve aussi quantité de noix nobles, de noisettes, noix de pécan, de raisins secs, puis jolies (discrètes mais efficaces), des notes de café/moka, de chocolat (au lait et noir), de bois brûlé, d’épices « américaines » (cannelle, muscade, girofle, mais aussi un rien de gingembre). Un whiskey d’une incroyable richesse et générosité. Tenue à la dilution: A très peu diluer, car son titrage est idéal. Un peu plus que quelques gouttes d’eau le déséquilibrerait (et rajouterait de la vinosité), mais sinon, bien dosée, l’eau lui donne encore un peu plus de charme. Conclusion: Un single malt absolument exquis, et dont l’aura, à la dégustation, dépasse de loin sa qualité de whiskey des Etats-Unis (ce qui n’est déjà pas péjoratif à mes yeux), et pourrait même faire de l’ombre à certains whiskies écossais de par son exubérance fruitée et boisée, ce malgré sa jeunesse. Une création bourrée de charme et de générosité qui en dit long sur les ambitions de la distillerie, qui s’avère être à mon avis l’une des plus excitantes à suivre en ce moment. Chaudement recommandé ! Prix indicatif: Autour de 80 €, MdW. Note confirmée: 93,5/100

 

 

westland_sm_psherry_wood_46_red.

WESTLAND "Sherry Wood"...Quand un beau sherry vient de là ou l'on ne l'attendait pas. Photo © Grégoire Sarafian


 

-WHISTLEPIG 10 ans, « STRAIGHT RYE » (100 % Seigle), distillé au Canada (Alberta Premium distillery), élevé et mis en bouteille aux Etats-Unis (Vermont), 50 %

Un superbe Rye comme l'on en voit pas souvent, alliant puissance et douceur, fermeté et fruité, le tout avec un titrage idéal. 

 

whistlepig_straight_rye_100pc_50_abv_red

WHISTLEPIG, ou, avec WESTLAND, l'une des plus belles surprises américaines du salon Cocktail Spirits 2016. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

-WOODFORD RESERVE “DISTILLER’S SELECT”, Small Batch (Lot N°134-bout.N° 7741), Triple–distilled, 2014, Kentucky Straight Bourbon, 43,2 %

-WOODFORD RESERVE “DOUBLE OAKED”, Small Batch (Lot N°12934121C3), 2015, Kentucky Straight Bourbon, 43,2 %

A Noter: Nombre de ces whiskies étant produits en « Single-Barrel » ou Small Batch, les données détaillées ne sont qu’indicatives. Si de légers changements de profil aromatique peuvent apparaître d’un lot à l’autre, vous pouvez sans problème choisir des lots ultérieurs, car il y a une constance de qualité plutôt rassurante la plupart du temps.

 

 

woodford_reserve_double_oaked_43.2_red

Quand c'est aussi beau à l"intérieur qu'à l'extérieur....Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

FRANCE:

 

-ARMORIK « BREIZH WHISKY » (distillerie Warenghem), Blended Whisky, 42 % (Bretagne)

-ARMORIK « CLASSIC » (idem), Single Malt, 46 % (Bretagne)

Note de Dégustation/Tasting Note

 

-ARMORIK « DOUBLE MATURATION » (affinage en fûts de sherry), Single Malt (idem), 46 % (Bretagne)

-ARMORIK « MAITRE DE CHAI », 2 ème édition (ou sinon la suivante), Single Malt (idem), Sherry casks, 46 % (Bretagne) –édition limitée

La plus ancienne distillerie française de whisky (Warenghem) produit des blended whiskies & des single malts de qualité, typés, dont l’emblématique « CLASSIC », et de puissantes et expressives éditions limitées comme le « MAITRE DE CHAI », gorgées de fruits…

 

armorik_maitre_de_chai_sherry_cs_red

Un des nouveaux fleurons de la distillerie...Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

-EDDU « SILVER », Blended Buckwheat (ass. de blé noir malté & non malté), 40 % (Bretagne)

-EDDU « SILVER/Brocéliande », Blended Buckwheat (idem/aff. en fûts de Bretagne), 43 % (Bretagne)

-EDDU « GOLD », Blended Buckwheat (idem/version plus âgée du « Silver »), 43 % (Bretagne)

-« ED GWENN », Single-Grain (à base d’orge, mais distillé dans un alambic à colonne), n.c.f., 45 % (Bretagne)

…Ou le whisky autrement…la seule distillerie au monde à avoir tout misé sur le blé noir, sarrasin ou « buckwheat », en anglais…produit des whiskies différentes avec de puissantes notes fruitées (la pomme en tête), dont l’exceptionnelle version « GOLD ». Aujourd’hui la distillerie franchit un nouveau cap avec le « ED GWENN », subtil whisky marqué par de belles notes de céréales. Il y a 4000 bouteilles pour la cuvée 2016.

 

ed_gwenn_single_grain_orge_2015_45_red

 

 

-GLANN AR MOR, versions élevées en fûts de Bourbon (« N°…/BC ») ou idem mais avec une autre variété d’orge (Maris Otter Barley) (« N°…/SC »), 46 % (Bretagne)-éditions limitées

-KORNOG, versions tourbées élevées en fûts de Bourbon (« N°…/BC ») ou avec autre élevage, par exemple une maturation en fût de Sauternes (« N°…/SC »), 46 % ou les versions brut de fût (Bretagne)-attention éditions limitées

La distillerie française (bretonne) GLANN AR MOR tient toujours à mon sens le haut du pavé dans l’excellence du whisky, malgré les controverses, les mystères et prises de position parfois discutables (sujet déjà évoqué sur le site), avec de beaux whiskies mettant les esters en avant, mais aussi, pour les versions tourbées (KORNOG) une tourbe grasse parmi les plus belles qui soient…

 

 

kornog_sm_peated_3_ans_2009_cs_57.1_

La première version brut de fût du single malt tourbé KORNOG...sortie en 2009. Photo! © Grégoire Sarafian

 

 

-MICHARD, 5 ans, Single-Malt (avec majeure de Sherry casks), 43 % (situé à Limoges)

Une brasserie qui a récemment ajouté la corde "distillerie" à son arc, avec un soin apparemment extrême étant donné le résultat issu d'une production plutôt confidentielle, et faisant la part belle à la recherche, avec un travail important sur la levure (en fait une souche unique et vivante). Le goût est du coup atypique pour un whisky écossais, sur de belles notes d'oranges, plus proche d'une eau-de-vie de fruit à priori. A surveiller...

 

 

 michard_s.m._fr_3_ans_2016_43_2red.

 

 

-« JSD », Single Malt, 50 cl, small batch, 42,5 % (situé à Lille)

Deux jeunes distilleries totalement différentes mais ayant en commun une grande exigence de qualité et une grande envie de singularité. Là ou MICHARD se rapproche encore fortement d’une eau de vie de fruit, JSD, lui, tutoie les single malts du Speyside avec une audace qui laisse rêveur. Les deux sont superbes et très recommandés par votre serviteur (même si j'ai une préférence pour "JSD"), de vrais découvertes de l’année 2016, pour le coup, et chapeau à Philippe Jugé qui a su mettre en avant ces distilleries confidentielles (leur production est très modeste, entre 1 et quelques fûts par an) lors de dégustations publiques.

 

 

 jsd_single malt_limoges_50cl_42.5_red.

L'étonnant jeune single malt lillois, déjà bien intéressant. Photo: © Grégoire Sarafian

 

...Et peut être d'autres références françaises encore, alors à suivre !

 

Dernière minute (17/12/2016):

Ce ne sont pas deux coups de coeur à proprement parler, mais des whiskies de qualité qui sont à suivre par leur approche et l'exigence de la démarche, ce qui en cela m'a donné envie de les encourager:

 

 -"MOON HARBOUR", Blended Whisky, n.a.s., affiné en fûts de Sauternes, 2016, 45,8 % (situé à Bordeaux)

Ce blended whisky est un assemblage de whiskies écossais ayant été ensuite affiné 9 mois dans des barriques de Sauternes. L'assemblage est réalisé par John MacDougall, négociant écossais et distillateur lui-même, pour le compte d'une société de négoce française (menée par Jean-Philippe Ballander & Yves Médina) qui souhaite implanter une nouvelle distillerie au coeur du vignoble bordelais et utiliser la richesse du terroir local  en termes de fûts de vins utilisables pour la maturation du whisky. En attendant que le projet aboutisse, l'on peut déguster ce "Moon Harbour": Le blend est lisse, très fondu et boisé (quoique un peu trop vert à mon goût), et son palais délicat, boisé, bien malté et sec, avec des notes chocolatées et épicées. L'apport du Sauternes ici pour moi n'est pas déterminant, sauf à ajouter un rien de verdeur dans les notes boisées. Un blend intéressant, mais qui à mon avis peut encore être amélioré.

 

 

 

 

 moon_harbour_pr._b.w._av_etui_red

 

 

 

-VILANOVA "BERBIE" de la distillerie CASTAN, 4 ans, Single-Malt, (Double-maturation), "Single-Cask"(Fût N°21), 43 % (situé à Villeneuve-sur-Vere, dans le Tarn)

Non loin d'Albi, la société familiale des époux Sébastien et Céline Castan (vignerons ET distillateurs, fait rare à souligner) produit du vin depuis 3 générations, du vin biologique de surcroît, mais aussi des liqueurs, des apéritifs et diverses eaux-de-vie, notamment à partir d'un très ancien alambic ambulant très particulier (il est composé de parties basses ou "vases" datant de 1929, et d'une chaudière datant de 1964- composé d'un curieux système horizontal, auquel l'on a ajouté une colonne de rectification en 1992). Un alambic singulier (voire unique) qu'il faut absolument voir dans le film de Robin Entreinger sur les whiskies français nommé "Le Tour de France des whiskies" déjà évoqué sur ce site.

Voici le lien vers l'épisode consacrée à cette distillerie en particulier: Le Tour de France des Whiskies: La distillerie CASTAN

Mais c'est seulement depuis 2010 que la décision est prise de produire du whisky, et petit à petit d'en faire une production de plus en plus importante (elle domine désormais les autres productions de spiritueux, à raison de 80 %) locale et autonome (depuis peu l'orge est d'ailleurs locale) commercialisée sous forme de single-casks, sans filtration à froid ni coloration artificielle. Le "New make" (ou distillat pur) est disponible également, en version tourbée (d'origine écossaise) ou non, hélas réduite, et il existe plusieurs sortes de whisky, avec simple maturation (fûts neufs ou fûts de vin, par exemple de Gaillac blanc) ou double maturation (en fût neuf, puis en fût ayant contenu du vin blanc de la région). Aujourd'hui les fûts neufs proviennent surtout de la forêt du Tronçais (dans l'Allier). La production à son maximum est d'une cinquantaine de fûts par an, mais le plus souvent c'est un fût de whisky par mois qui est produit.

J'ai pu déguster pour la première fois les whiskies de cette distillerie ce jour (à l'occasion du salon "Noël Gourmand" du Carrousel du Louvre à Paris) et m'entretenir avec les CASTAN pour en savoir plus. J'avoue j'ai bien aimé les 2 distillats purs (tourbé et non tourbé) ainsi que les 2 versions passées en fûts dégustées, à savoir le "Berbie" 4 ans (double maturation: chêne neuf du Limousin/fût de Gaillac), ainsi que le "Terrocita" 4 ans (simple maturation dans un fût ayant contenu du Grenache blanc de chez Cellier du Trémoine). Deux versions assez différentes l'une de l'autre (je préfère la première en bouche, mais j'aime beaucoup le nez de la deuxième, la bouche étant un peu plus oxydative, à peine vineuse mais moins à mon goût) mais avec en commun une grande douceur et un fondu remarquable. Il sera intéressant de voir l'évolution sur des distillats plus âgés et en version brut de fût, sans parler des versions tourbées....CASTAN prévoit également bientôt de proposer un whisky de seigle ("Rye").

 

 

 vilanova_berbie_4_ans_sc_43_ob_2_tailles_red

 

 

 

IRLANDE:

 

-BUSHMILLS « BLACKBUSH », Blended whiskey, 40 %

-BUSHMILLS « 1608 », Blended whiskey (mais à 95 % de malt), 46 %

-BUSHMILLS 16 ans « Matured in THREE WOODS », Single Malt, 40 %

Celle qui est sans doute la plus ancienne distillerie d’Irlande, a été rachetée en 2014 par le groupe Jose Cuervo, qui y a investi un paquet (30 millions de livres) pour doubler sa capacité de production. C’est une bonne nouvelle, mais en attendant, ce mal aimé du whiskey irlandais (peu de versions disponibles, plus aucun single cask depuis des années, ni des hauts de gamme de qualité, des prix trop élevés pour le 21 ans d’âge, etc…) est pourtant un grand, comme je l’ai fait remarquer en distinguant son single malt de 12 ans version « Caribbean Cask » dans mon TOP 70 des meilleurs whiskies dégustés à ce jour (97/100). J’aurais pu y ajouter le blended whiskey « ORIGINAL » aussi….mais le « BLACKBUSH » lui est supérieur. Le « 1608 » est également à recommandé…avec son fort pourcentage de malt, son malt « Crystal » et ses 46 %. Je rêve d’un 16 ans à 46 % également…

 

bushmills_1608_95pc_malt_46_red

 Un bel écrin pour un beau whiskey, très concentré...Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

-COOLEY/CONNEMARA « CASK STRENGTH » (titrage variable, ± 60 %) (Single Malt) -disponibilité sous réserve

-COOLEY/The TYRCONNELL 10 ans, « Madeira Cask finish », 46 % (Single Malt) -disponibilité sous réserve

Depuis que la distillerie COOLEY a été reprise par le géant Beam-Suntory (en 2014), je ne suis pas très enchanté de la politique du propriétaire par rapport au potentiel des 3 principales marques irlandaises de whisky produites par la distillerie. Le nombre de versions disponibles en France s’est réduit au maximum (je ne sais même pas si vous trouverez facilement les références ci-dessus, mais tant pis, j’essaie quand même car je les trouve toutes deux remarquables (et au dessus de 90/100)…et la marque KILBEGGAN (très en avant ces derniers temps) beaucoup plus dispensable…C’est pour moi la version « Cask Strength » du CONNEMARA qui exprime pour moi le mieux les généreuses qualités du distillat de COOLEY en version tourbée, une tourbe grasse, teintée de notes de guimauve et d’herbes fraîchement coupées. La noblesse du fruité du distillat non tourbé de The TYRCONNELL s’exprime elle déjà bien dans la version d’entrée de gamme (sans compte d’âge) du single malt, certes, que je recommande aussi, mais pour moi elle est encore plus flagrante dans les trois affinages classiques du 10 ans d’âge, c’est à dire les Porto, Sherry et Madère, avec un faible pour la version « Madeira Cask finish » gorgée de fruits au sirop et aux épices douces.

 

 

connemara_cask_strength_2011_57.9_comp

 Le très mésestimé "Cask Strength" de Connemara (distillerie Cooley). Photo: © Grégoire Sarafian

 

 

-MIDLETON « GREENSPOT », Single Pot Still, 40 %

-MIDLETON/Jameson « CRESTED », Blended whiskey, 40 % (relancé en 2016, en version n.a.s.)

 

 

jameson_crested_2016_40_red


 

-MIDLETON/Jameson « CASKMATES » (Aged in craft beer barrels), Blended Whiskey, 40 %

-MIDLETON/Jameson « GOLD RESERVE », Blended whiskey, 40 %

-MIDLETON/Jameson 18 ans, Blended whiskey, 40 %

-MIDLETON/POWER’S, Blended whiskey, 43,2 %

-MIDLETON/POWER’S, Single Pot Still, 12 ans, 40 %

-MIDLETON/REDBREAST 12 ans, Single Pot Still, 40 %

On ne présente plus MIDLETON, le plus grand complexe de production de whiskey en Irlande, alors je me contenterais de recommander toutes ces versions, dont le « CRESTED » (revisité récemment, avec un sublime fruité malgré la perte de la mention d’âge), et toujours le « grand frère » incontournable qu’est le JAMESON 18 ans, que j’ai classé dans les 70 meilleurs whiskies au monde récemment… Pour un usage léger, voire en cocktails, le JAMESON de base, non cité ici, peut être acceptable, mais je lui préfère désormais la version nommée "CASKMATES", un rien plus aromatique et moins aseptisée, dont un peu d'eau réveillera les notes de café torréfié et de bière Stout. Il y a aussi une nouvelle gamme en édition limitée nommée "Whiskey Makers Series" qui comprend des expérimentations orchestrées par le master-blender Billy Leighton, avec les "Blender's Dog", "Cooper's Croze" et Distiller's Safe", censées mettre en valeur les différentes étapes de fabrication du whisky, mais ne les ayant pas encore dégustées, je ne peux me prononcer sur leur pertinence, hormis saluer le fait que toutes ces versions sont non filtrées à froid et titrent 43 % au lieu de 40 %. Il existe aussi une nouveauté permanente (à déguster encore, non évaluée) nommée "BLACK BARREL" avec un double passage au charbon (sorte de toastage) et titrant 40 %, probablement plus boisée.

 

 

-TEELING « Blended whiskey » (Small Batch), 46 % (Blended Whiskey)

-TEELING « Single Malt whiskey » (Small Batch), 46 % (Single Malt)

Les anciens fondateurs de la distillerie COOLEY font mouche avec leurs whiskeys très bien construits, que ce soit le blended whisky ou le single malt. Allez-y ! Je suis un peu moins enthousiaste, en revanche sur la version « Single grain », à cause de l’affinage en fûts de vin (Cabernet Sauvignon).

 

teeling_whiskey_3_versions_red

 

 

 

-TULLAMORE DEW 12 ans, « Special Reserve », 40 % (Blended Whiskey)

-TULLAMORE DEW 14 ans, 41,3 % (Single Malt Whiskey) –remplace le 10 ans

-TULLAMORE DEW n.a.s., « Cider Cask finished » (Travel Retail/1 Litre), 40 % (Blended Whiskey)

Depuis peu la marque TULLAMORE DEW n’est plus seulement une bonne marque de blended whiskey mais aussi de single malt (le 14 ans remplace désormais le 10 ans) qui s’approvisionnait chez d’autres distilleries, mais aussi une jeune distillerie qui va bientôt être en mesure de présenter ses premières créations. Le 12 ans (blended) est superbe en association culinaire avec un fondant au chocolat, au passage…Parmi mes découvertes récentes, un « Sherry Cask finished » correct, bien qu’un peu déconcertant, mais surtout un splendide « Cider Cask finished » d’un fruité génial, que vous ne pourrez trouver qu’en zone hors taxe d’aéroport. Une version d’un litre (miam !) d’excellent qualité/prix qu’on aimerait voir boostée à 46 % & non filtrée à froid, mais en attendant, si vous en trouvez, sautez dessus !

 Note de Dégustation inédite/Previously unpublished Tasting Note (2016):

 Couleur: Vieil or, à reflets dorés éclatants. Nez: Haha, mon intuition sur cette version était bonne ! Des promesses de délice avec un riche nez bien fruité (et pas seulement des meilleures pommes possibles, on y sent une touche de fruits exotiques), des fleurs tellement intégrées aux fruits qu’on a du mal à les distinguer, presque un caractère pâtissier (sucre glace vanillé). Joli ! Bouche: Les promesses du nez sont tenues, et le résultat est absolument délicieux ! Gorgée de fruits (pommes golden, pommes rouges, voire aussi des pommes vertes, mais aussi de l’ananas, des pêches au sirop, du coing, que sais-je encore), sous-tendue par de belles notes florales (fleurs jaunes), elle est parfaitement équilibrée par de séduisantes notes pâtissières, entre le sucre glace vanillé et les couvertures de mille-feuilles, la charlotte aux pêches-abricots et une tarte tatin peu caramélisée, le tout merveilleusement fondu. Miam ! Tenue à la dilution: Ne pas trop diluer, juste quelques gouttes (c’est d’ailleurs le seul défaut de ce whisky, d’être réduit à 40 % au lieu de 43 ou 46 %). Cela le rend aérien et léger. Conclusion: Malgré sa réduction à 40 % et son filtrage à froid (comme beaucoup d’autres whiskies), un blended whiskey très expressif & parfaitement équilibré, qui a su tirer partie de sa seconde maturation dans des fûts ayant contenu de petites cuvées (« Small Batch ») de cidre irlandais visiblement de première qualité. Un régal dont on redemande, et pour lequel il faut je crois bien féliciter le maître-assembleur. Un whiskey aussi dont je pressens qu’il pourrait faire un malheur en cocktail ou en association culinaire avec un dessert, ou avec du foie gras pourquoi pas ? (le whiskey légèrement rafraîchi). Je serais aussi très client d’un sorbet réalisé avec ce whiskey ! A bon entendeur… Prix indicatif: A partir de 30 €/ Note (confirmée): 90/100

 

 

tullamore_dew_2015_cider_cask_finish_40_red

 

 

 

-WRITER'S TEARS n.a.s. "COPPER POT", 40 % (Blended Whiskey à forte proportion de Pure Pot Still)

-WRITER'S TEARS n.a.s. "RED HEAD" (Sherry Casks Matured), non chill filtered, Limited 2016 edition (12000 bottles), 46 % (Single Malt Whiskey)

Ceux deux whiskeys irlandais sont élaborés par la société de négoce WALSH Whiskey (qui comprend désormais également une distillerie de whiskey), dont j'ai pu découvrir un certain nombre de références le mois dernier lors d'un "Tweet Tasting" (dégustation en direct en ligne sur Twitter sur rendez vous collectif et sur sélection des participants bloggeurs, il y en eu 25 pour le monde entier dont votre serviteur) à partir de 4 échantillons, dont ce splendide "RED HEAD'', belle nouveauté bien parfumée et aux doux accents fruités (pommes cuites, mais aussi pointe de fruits rouges), un rien noisetté et aux épices douces, sans doute le plus beau whiskey de cette maison dégustée à ce jour (notes à suivre). Je tiens aussi à signaler l'extrême qualité du nouveau distillat "New make" de la nouvelle distillerie WALSH (sortant à 75,5 % de l'alambic tout de même! -mais distillé trois fois), assez fruité, plutôt prometteur.

 

 

 

writers_tears_sm_red_head_ncf_46_av_et_red

 

 

 

 

JAPON:

 

-NIKKA « FROM THE BARREL », n.a.s. (± 10 ans), 50 cl, 51,4 % (Blended Whisky)             

-NIKKA « NIKKA BLENDED WHISKY », n.a.s., 70 cl, 40 % (Blended Whisky)      

-NIKKA «  COFFEY MALT WHISKY », 70 cl, 45 % (Blended Malt/distilled in Column Still)

-NIKKA « TAKETSURU », (“Pure Malt”) Non Age (± 10 ans), 70 cl, 43 % (Blended Malt)    

-NIKKA « PURE MALT/Red », 50 cl, 43 % (Blended Malt)

 

 

 

nikka_pm_red_43_comp

 

 

-NIKKA « PURE MALT/Black », 50 cl, 43 % (Blended Malt)

-SUNTORY “HIBIKI”/Japanese Harmony (n.a.s.), 70 cl, 43 % (Blended Whisky)    

Les whiskies japonais ont dépassé leur apogée (en termes de succès et d’accessibilité aux versions de qualité, haut de gamme ou pas loin, single casks ou 12, 15, 20 ans d’âge) l’an dernier, et désormais, pénurie de vieux (ou même pas si vieux que cela!) fûts oblige. C’est pour cela que j’ai supprimé de cette liste les single malts des deux groupes concurrents (il n’en reste presque qu’une version par distillerie, voire parfois une seule, et toutes sans compte d’âge, visiblement d’âge inférieur à 10 ans), afin de leur laisser une chance de reconstituer leur stock. Les prix de ces versions parfois mythiques (voir mon classement TOP 70 meilleurs whiskies au monde, un rapide coup d’oeil vous convaincra sans doute) s’est tellement envolé que mieux vaut se rabattre sur les assemblages, qui sont souvent de bonne voire excellente qualité.

                                                     

WORLD WHISKIES (Tous types):

 

De nos jours, de nombreux whiskies en provenance d’autres pays que les 5 premiers (historiquement) se retrouvent régulièrement sur le devant de la scène, et souvent de manière justifiée, avec une qualité indéniable, et une typicité de bon aloi, et parfois en plus, un label « bio » ou une approche artisanale de premier ordre. Je ne peux pas lister ici toute l’offre, ni même toute l’offre dégustée, mais, avec des ajouts ponctuels, déjà vous en indiquer quelques uns d’incontournables, parmi mes dégustations récentes, et en privilégiant (sauf exception) les éditions régulières et dans les critères de prix raisonnables choisis pour cette liste.

 

ALLEMAGNE

 

 

-SLYRS officiel nas (±6 ans) "Bavarian Single Malt/(Classique)", 46 % : 57 €,MdW
 
Notes de dégustation à venir/Tasting Note available here soon
 
-SLYRS officiel nas "Bavarian Single Malt/Sauternes cask finish", 35 cl, 46 % : 57 €,MdW
-SLYRS officiel nas "Bavarian Single Malt/Oloroso  finish", 46 % : 89 €, MdW
-SLYRS officiel nas "Bavarian Single Malt/Pedro Ximenez finish", 46 % : 89 €, MdW
-SLYRS officiel nas "Bavarian Single Malt/Port cask finish", 46 % : 89 €, MdW
-SLYRS officiel 12 ans "Bavarian Single Malt/(Classique)", 46 %: épuisé (± 200 €?)

SLYRS est un single malt produit à l'origine par la distillerie allemande d'eaux-de-vie de fruits LANTENHAMMER (dans le Land de Bavière, plus précisément à Schliersee) fondée en 1999, puis c'est devenu en 2010 une distillerie autonome de la distillerie-mère, et se consacrant uniquement au whisky. Elle possède 2 alambics de Wash et un alambic de Spirit (de très petite capacité: 1500 litres) et de grandes cuves de brassage et procède à une fermentation exceptionnellement lente. Les alambics à repasse ressemblent à des alambics charentais pour Cognac. Les chais sont de type traditionnels (3 fûts maximum de hauteur) et accueillent environ 600 fûts, dont plusieurs avec des affinages (d'au moins 4 types).

 

 

slyrs_gamme_distillerie_allem_wlp_2016_red 

Une partie de la gamme de la marque "SLYRS" sur un stand au Whisky Live Paris 2016 © Grégoire Sarafian

 

 

 -SLYRS officiel nas (±6 ans) "Bavarian Single Malt/" 51" (Fifty One), 51 % : 87 €,MdW

Une version rassemblant des fûts d'un peu de toutes les versions de la distillerie, plus en majorité des fûts de la version classique (élevés dans des fûts de chêne blanc américain).

Notes de dégustation à venir/Tasting Note available here soon

 

 

slyrs_fifty_one_51pc_wlp_16_red

L'étonnant "FIFTY ONE" de SLYRS, ici au Whisky Live Paris 2016 © Grégoire Sarafian

 

 

 

PAYS DE GALLES

 

-PENDERYN n.a.s. « Aur Cymru », version « MADEIRA », n.c.f., 46 % (Single Malt)

 

-PENDERYN n.a.s. « Aur Cymru », version « SHERRYWOOD », n.c.f., 46 % (Single Malt)

 

Deux versions assez différentes mais aussi intéressantes l’une que l’autre…

 

 Note de Dégustation du "SherryWood"/Tasting Note about "SherryWood":"

 

penderyn_sherrywood_2012_46_new_comp

 

 

 

SUEDE

 

 


-MACKMYRA n.a.s. « BRUKS », (“The Swedish Whisky”), 70 cl, 41,4 % (Single Malt)

 

 Note de Dégustation/Tasting Note

 

mackmyra_bruks_whisky_2012_41.4_mdw_comp

 

 

 -MACKMYRA n.a.s. « SVENSK EK » (ex-"The First Edition"), 70 cl, 46,1 % (Single Malt)

-MACKMYRA n.a.s. « SVENSK ROK », Peated Edition, 50 cl, 46,1 % (Single Malt)

 

-MACKMYRA n.a.s. « VINTERROK », (ex-Bourbon/Sherry/Swedish Oak/finished in Beer casks), 70 cl, 46,1 % (Single Malt)

 

-MACKMYRA n.a.s. « VINTERDROM », (ex-Bourbon/American Oak/Swedish Oak/finished in Plantation Rum/Maison Ferrand), 70 cl, 46,1 % (Single Malt)

 

Mieux que de nombreuses éditions limitées (encore que j’ai un faible pour la gamme de whiskies avec les gros lettrages sur la bouteille, comme par exemple le « VINTERROK » et ses fûts ayant contenu de la bière, le « MIDNATTSSOL », affiné en fûts de vin de bouleau, ou encore l’ « ISKRISTALL », vieilli en fûts de Sherry de type Pedro Ximenez), les éditions régulières sont de beaux exemples de whiskies au profil franc et net, entre herbes, plantes aromatiques, épices douces, entre fruité subtil et fleurs des champs…

 

 

INDE

 

On ne présente plus single malts de la distillerie AMRUT, et s’il fallait le faire je dirais qu’elle représente un des deux seuls (pour le moment, en tout cas) single malts ayant des standards de qualité et des méthodes de production en grande partie comparables aux single malts écossais, voire japonais. Le seul élément important qui change, en dehors de quelques audaces d’assemblages chez AMRUT notamment, c’est le temps, et le degré d’hygrométrie bien plus élevé qu’en Ecosse, ce qui occasionne un vieillissement accéléré du distillat (qui a l’air plus âgé qu’il ne l’est en réalité), et une part des anges donc plus importante (donc un coût plus élevé et moins de whisky à mettre en bouteille). Chez PAUL JOHN comme chez AMRUT aussi, ce qui frappe, c’est que des notes d’épices indiennes se ressentent lors de la dégustation de certaines versions. J’ai choisi pour cette liste des versions à la fois abordables, représentatives de la distillerie et d’une qualité propre à vous étonner.

-AMRUT n.a.s. « SINGLE MALT » (Unpeated), 46 % (Single Malt)

-AMRUT n.a.s. « FUSION » (Peated), 50 % (Single Malt)

 

Note de Dégustation/Tasting Note

 

amrut_fusion_2010_pr_edito_8_1comp

 

 

-PAUL JOHN « EDITED », n.a.s. (4-5 ans d’âge), American Oak casks (ex-Bourbon), half-peated, 46 % (Single Malt):

 Note de Dégustation inédite/Previously unpublished Tasting Note:

A Noter: Il s’agit d’une version mélangeant malt tourbé et non tourbé (tourbe d’Islay, à 20-25 ppm):

 Couleur: Or, à riches reflets dorés. Nez: Riche, malté, avec plus de personnalité que le « BRILLIANCE ». Marqué par de complexes notes d’orge maltée et de céréales variées, de caramel naturel, probablement un soupçon de tourbe et une délicate fumée en arrière-plan. Bouche: Superbe, reprenant les notes du nez, d’orge, de malt, de caramel (fudge), mais aussi d’épices douces, de fleurs, de fruits confits, avec une pointe d’alcool. Bel équilibre et complexité. Tenue à la dilution: Intéressante, même s’il ne faut pas trop en ajouter. Conclusion: Une excellente version, fortement recommandée. Un bel étendard pour la distillerie. A noter: Note chiffrée révisée à la hausse fin 2017. Prix indicatif: Autour de 50 €, MdW.-Note confirmée: 91,5/100

 

 -PAUL JOHN « BOLD (Peated) », n.a.s. (4-5 ans d’âge), American Oak casks (ex-Bourbon), 46 % (Single Malt):

Note de Dégustation inédite/Previously unpublished Tasting Note (2016):

A noter : Il s’agit d’une version utilisant de la tourbe en provenance de l’île d’’Islay, à 20-25 ppm:

Couleur: Vieil or, à reflets vieil or. Nez: Complexe, avec des notes d’orge, de tourbe, de caramel, de miel, de bois plus complexe que dans le « BRILLIANCE » ou dans le « SELECT CASK/Classic »,avec une note de bois de santal, ainsi que des notes d’épices orientales (cardamome en tête). Bouche: Un profil encore différent des précédents, plutôt équilibré (floral, fruité, boisé, épicé, et un rien fumé), avec une fine tourbe parfaitement intégrée, demeurant légère. Tenue à la dilution: L’eau apporte un bel effet de sucre Demerara, de sucre roux, tout en ravivant un peu les épices. C’est superbe. Conclusion: Une belle version, très recommandée. Prix indicatif: Autour de 50 €.-Note confirmée: 87/100

 

 

-PAUL JOHN « SELECT CASK/Peated », n.a.s. (6 ans d’âge), American Oak casks (ex-Bourbon), Cask N°686, 55,5 % (Single Malt):

Note de Dégustation inédite/Previously unpublished Tasting Note:

A Noter: Il s’agit d’une version lancée en 2012, utilisant de la tourbe en provenance de l’île d’’Islay, à 20-25 ppm:

 Couleur: Vieil or, à riches reflets dorés. Nez: Elégant et charmeur d’entrée de jeu. La tourbe est cendrée et bien intégrée au sein de riches notes fruitées, chocolatées, caramélisées, mais aussi florales et végétales. Bouche: Wow ! Superbe fondu de saveurs demeurant très expressives. Maltée, fruitée, florale, chocolatée, sucrée (sucre Demerara), elle est assez éblouissante et évoque tantôt un grand LAGAVULIN, tantôt l’ancien 15 ans d’âge de LAPHROAIG (ce pour le côté végétal, légèrement amer et cendré). Tenue à la dilution: Superbe, ravive les saveurs, mais ne pas trop en ajouter, sinon la magie diminue. Conclusion: Magnifique single malt tourbé avec un très joli profil aromatique. Comme une version turbo de l’ « EDITED ». Un des plus beaux whiskies dégustés ces dernières années hors des pays traditionnels du whisky. Prix indicatif: 99 €, MDW -Note confirmée: 92,5/100

 

 

 

 paul_john_select_cask_peated_55.5_red

 

 

 

***

 

 

Voilà j'espère que cette sélection ouverte (sans doute une des plus larges que vous pourrez jamais trouver sur internet, mais certes non exhaustive) vous aura plu, ou en tout cas donné envie d'en découvrir certains que peut être vous ne connaisseriez pas, à l'occasion d'un salon, d'une dégustation gratuite, entre amis ou encore d'un cadeau qui vous sera fait ou à faire...

A venir prochainement ici même, au fur et à mesure, les notes de dégustation de plus d'une dizaine de ces whiskies.

Bonne lecture !

 

 

Liste des Meilleurs Whiskies dégustés à ce jour

 

 Dernière minute (11/05/2017):

 

J'ai déplacé le contenu de l'EDITORIAL No 19 (Deuxième partie) Part 2/2 ici, afin que ce sujet soit plus facile à trouver en mode recherche désormais.

 

Par ailleurs, vous pouvez aussi trouver la liste suivante : Mes Meilleurs Coups de Coeur abordables de 2015/2016

Here above  is a link to my BEST AFFORDABLE DRAMS LIST -for 2015/2016:

 

Certaines nouveautés dégustées au salon Whisky Live Paris 2016, mais aussi au salon Club-Expert Dugas 2016 ou ailleurs encore sont progressivement intégrées à cette liste, tandis que d'autres vont l'être très prochainement le cas échéant (c'est à dire que parmi les whiskies dégustés et avec prise de notes suffisantes, vous y trouverez là mes notes de dégustation concernant les whiskies de moins de 150 €). Cependant, pour des raisons d'optimisation de la diffusion de mes notes, en attendant une nouvelle version du site, nombre de notes de dégustation se retrouveront désormais en page d'accueil, dans des éditoriaux spécifiques.

 

 

***

 

 

LES (UN PEU PLUS DE 70) MEILLEURS WHISKIES DEGUSTES A CE JOUR :

 

BEST WHISKIES TASTED SO FAR - TOP 75

 

 

Sujet débuté le : 18/04/2016- Mis à jour le 02/12/2017

 

 

 

images/stories/greg_n_springbank_old_12_yo_100_proof_23.01.11_red.jpg

 En voyage chez un ami, je n'ai pas résisté à étreindre ce joyau, mon SPRINGBANK préféré à ce jour.  © Photo: Hugh

 

 

 AVERTISSEMENT/INTRODUCTION:

C’est une « mission » très délicate que de devoir énumérer ses whiskies préférés, c’est un peu comme se mettre à nu devant tout le monde, au risque de se décrédibiliser, mais aussi de dévoiler quelque chose que l’on aimerait garder un peu secret, qui n’appartient qu’à soi. C'est donc bien évidemment une liste hautement subjective, même si, au fil des années, elle s'est consolidée et affinée par l'expérience. Mon « premier prix » est d’ailleurs typiquement personnel, tellement il a réveillé des souvenirs d’enfance, qui se sont ajoutés à deux magnifiques souvenirs de whisky en quelque sorte superposés, qui donnent ainsi une sorte de triple plaisir totalement inattendu. C’est dans ces moments là que l’on se dit qu’il n’y a pas de doute, que ce whisky mérite non seulement l’une des 10 meilleures places mais sans hésitation la meilleure place….bien entendu à l’instant T, peut être pas dans 5 ans et peut être il y a 10 ans, allez savoir…

Cette première liste concerne les 75 whiskies les mieux notés (sur le plan de la notation chiffrée) parmi les 2800 (environ) whiskies dégustés à ce jour. Elle sera donc nécessairement insatisfaisante pour certains lecteurs, car je me doute bien que d'autres bouteilles non encore dégustées et de belle réputation sont à même de figurer dans ce classement. Elle sera parfois au contraire une confirmation pour d’autres, et en tout cas elle sera également je pense révélatrice d’une époque, de certaines constantes, mais aussi de magnifiques exceptions que l’on n’attendait pas forcément.

Dernière minute: Suite à une série de dégustations privées exceptionnelles, 5 whiskies sont venus s'ajouter à la liste, et même vers le haut de la liste...classés entre 98 et 99/100 : Un BOWMORE 1964, un MIYAGIKYO 1992, un deuxième LONGMORN millésimé 1969, un KARUIZAWA 1981 et un PORT ELLEN officiel millésimé 1979. Les notes de dégustation sont d'ores et déjà disponibles un peu plus loin ci-dessous.

 

Je voudrais enfin signaler que si certains whiskies très bien notés (entre 95 et 97/100) ne figurent pas sur cette liste, cela ne signifie pas pour autant qu’ils ne méritent pas d’être mis en avant (j’ai donc ajouté à la fin du classement quelques exemples de notes plus basses, à titre indicatif), sans parler de ceux que je n’ai pas pu noter au cours de l’année dernière lors de certaines dégustations privées mémorables (je pense à celle, par exemple, consacrée l’an dernier à KARUIZAWA, comprenant beaucoup de très beaux whiskies), mais il fallait bien arrêter cette liste quelque part.

Enfin, au sujet de l'opportunité rare de déguster de tels whiskies, au delà de l'mportance inestimable de fréquenter des salons, ceuxouverts au public (comme le Salon du Whisky de la Maison du Whisky) comme ceux prioritairement ouverts aux professionnels (comme le Salon Club-Expert Dugas ou Cocktails Spirits), je voudrais remercier ici encore une fois tous les amis et relations professionelles grâce auxquels j’ai pu déguster nombre de ses whiskies, autant de moments exceptionnels qui furent aussi des moments de partage bien évidemment…Parmi ces personnes, je tenais à citer mon ami Hugh en premier lieu, mais aussi Christophe, Matthieu, C., Fred., Jean-Marc Bellier, Graham Coull, Matt Magliocco, Richard Paterson, David Stewart, Damien Anglada, John Glaser, Doug McIvor, et j’en passe !

 

Afin de mieux comprendre comment s'élabore mon point de vue sur ces bouteilles, il est important de prendre connaissance de mon barème de notation, si ce n'est pas déjà fait, aussi voici un lien direct:

Notation/Scoring

 

Lorsqu’une note de dégustation concernant ces whiskies aura déjà été mise en ligne sur ce site, vous trouverez un lien vers cette note (en tout cas pour la plupart des whiskies), autrement, si cela n'est pas le cas, vous trouverez une note de dégustation inédite les concernant, pour ce qui concerne la première liste. Attention, les indications de prix ne sont qu’indicatives, notamment lorsqu’il s’agit d’anciennes notes de dégustations (attendez vous hélas à des prix multipliés par 2, 3 5 voire 10, pour les whiskies les plus recherchés).

 

 

MEILLEURS WHISKIES AU MONDE DEGUSTES A CE JOUR:

 

 

100/100 & Hors Catégorie

 

SINGLE MALTS (Tous Pays):

 

-SPRINGBANK Officiel 12 ans « 100 PROOF », années 1990’s (cream label), réduit avec/reduced with « Local Barley » old casks, 57 % (ROYAUME-UNI, Ecosse, Campbeltown) : 100/100 & Hors Catégorie

Note de dégustation/Tasting Note

 

 

images/stories/springbank_12_ans_57_ 100 proof_ 2009_hugh_a2comp.jpg

 

 

AUTRES TYPES DE WHISKIES (Tous Pays):

 

-MICHTER’S « BOURBON » 20 ans (Bottled 04/2014), Single-Barrel (Barrel N°14C180-204 bouteilles), 57,1 % (114,2 % US PROOF), Kentucky Straight Bourbon Whiskey (ETATS-UNIS, Kentucky) : 100/100 & Hors Catégorie

Note de Dégustation/Tasting Note


 

 images/stories/michters_20_bourbon_2015_cs_57.1_newpic_red_.jpg

 

 

99/100

SINGLE MALTS (Tous Pays):

 

 

-BOWMORE officiel dit « BLACK BOWMORE » (1st Edition) de 29 ans (distillé en 1964-mis en bouteille en 1993), vieilli dans les chais dits « Vaults » (traditionnels, sous le niveau de la mer), 2000 bouteilles, 55 % (ROYAUME-UNI, ECOSSE, Islay): 99/100 & Hors catégorie

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

Couleur: Acajou très foncé, visuellement semblable à un sherry (Xérès) de type Pedro Ximenez, mais beaucoup plus léger que celui-ci au mouvement dans le verre. Il s’agit plus vraisemblablement de « Dark Oloroso sherry ».

Nez: J’avais déjà senti ce nez exceptionnel à une reprise avant cette dégustation à l’aveugle (en 2007, lors d’un salon, sans possibilité de déguster-ce fût cruel !), mais là, en prenant encore plus le temps, dans de meilleurs conditions que celle d’un salon, ce fut encore plus gratifiant. Un nez parfait, sublissime, d’une beauté féminine incroyable, comparable à un parfum de « haute couture » ou à un vin de très grand cru. Difficile à décrire, je dirais qu’il propose la fusion la plus poussée & harmonieuse possible entre un distillat et son fût (plusieurs en fait, puisqu’il s’agit d’un small batch). Bois précieux, fruits rouges et autres, fruits secs et fleurs capiteuses, sur une brume marine et fumée à peine perceptible. Aérien ET terrien (contrairement au « White BOWMORE » que je jugerais « aérien ET marin »). Elégance, équilibre, subtilité, finesse….

Bouche: Triple wow…La bouche tient les promesses de rêve du nez ! Si, si, c’est tellement rare, avec un nez d’une telle beauté…qu’il faut le souligner. La maturation du distillat s’est faite dans plusieurs chais traditionnels de la distillerie situés au dessous du niveau de la mer, et surnommés « The Vaults » et cela se sent d’entrée de jeu car les 50 % du titrage sont à peine perceptibles. Le fondu est absolument unique, incomparable, et sur une palette également très particulière, même si elle couvre des notes qui existent pour d’autres whiskies (fleurs capiteuses, bois précieux, fruits mûrs, fruits secs, chocolats de qualité supérieure, noir et suisse, pudding de Noël, voire aussi du cuir, etc…). Il y a visiblement quelque chose en plus qui est très difficile à décrire, un charme absolument divin, d’un autre monde, un fondu qui rappelle (mais en les dépassant) à la fois les plus beaux BUNNAHABHAIN de plus de 30 ans dégustés, les plus beaux BOWMORE élevés en sherry casks (mais en bien plus profond et fondu), certains japonais mais pas tous (je pense toujours à ce YAMAZAKI 1995-2005). Qu’est ce qui rend ce whisky si exceptionnel ? Je dirais le fait que ce whisky soit si fondu, si équilibré, si fin et gourmand, si complexe et si insaisissable à la fois pour évoquer autant un parfum (mais bon à boire) qu’un whisky. De plus son titrage est idéal. Un moment de pure magie, que j’ai savouré goutte après goutte jusqu’à la dernière, hélas.

Tenue à la dilution: Non tentée, surtout avec aussi peu de quantité à déguster (et si précieuse). Mais un certain temps d’’aération est intéressant, évidemment, pour laisser se développer un tel nectar.

Conclusion: Le BOWMORE que je rêvais le plus de déguster un jour, avec le 40 ans et quelques autres (dont le « GOLD BOWMORE » peut être pour boucler la boucle ?!) et je n’ai pas été déçu. Pour moi un chef d’œuvre de délicatesse et d’expressivité feutrée (si vous me pardonnez cet oxymore). L’un 10 des plus beaux whiskies dégustés jusqu’ici, sur environ maintenant 2750…Un moment dont on se souvient longtemps après la dégustation. Merci Eddie !

Indication de Prix: Autour de 3000 € il y a 8 ans, il faut semble t’il, compter près de 4 fois cette somme en 2016. Merci encore mille fois à l’ami (qui se reconnaîtra) d’avoir partagé ce sample payant avec moi.

Note (sous réserve): 99/100 & Hors Catégorie

 

 

black_bowmore_1964_1st_ed_55_red_gwg

 

 

-KARUIZAWA Millésimé « 1967 » (Bottled 17/08/2009: 42 ans), emb. NUMBER ONE DRINKS, SINGLE-CASK (SHERRY Butt, Cask N° 6426 ayant donné 229 Bouteilles), CASK STRENGTH, 58,4 % (JAPON, Honshu) : 99/100 & Hors catégorie

(KARUIZAWA est une distillerie fondée en 1955, sur l’île d’HONSHU-Elle fut fermée en Octobre 2011, après un arrêt de la production en 2000, et son stock de fûts a été racheté par la société de négoce Number One Drinks en 2012, une société dirigée par d’anciens responsables de Whisky Magazine Japon et G.B. ) :

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

Couleur: Cuivrée, à reflets acajou intenses.

Nez: Vraiment impressionnant. Très bien équilibré, témoignant d’une patiente maturité. D’une complexité difficile à décrire : Boisé, fruité, légèrement fumé, malté, floral, avec un SHERRY intimement lié au bois.

Bouche: Du grand art. Très complexe, très raffinée, parcourant au fur et à mesure presque toute la palette aromatique possible et imaginable pour un whisky…et toutes ces notes sont très bien fondues et parfaitement équilibrées : Du boisé très fin, des notes délicatement fumées, du fruité très complexe, des notes herbacées, des épices variées, des fleurs, du cacao, des notes d’orge maltée, des notes fruitées aussi bien de fruits rouges que de fruits exotiques, des fruits secs et des fruits confits d’une finesse qu’on a du mal à concevoir. Sans parler de l’interminable finale. N’en jetez plus !

Tenue à la dilution: Attention, respect ! Très peu d’eau ici, mais, avant cela, une certaine aération est à conseiller, ne serait ce que pour en prendre toute la mesure…

Conclusion: Sans aucun doute l’apogée de cette splendide distillerie ! Un chef d’œuvre…. On n’ose imaginer d’autres mises en bouteille d’un âge comparable ! Prix 239 €, MdW en 2009, plus de 15000 € sans doute de nos jours (enchères)-Dégusté au WHISKY LIVE PARIS 2009 (Merci à Mathieu K. pour ce beau geste de partage, Slainthe !) -Note Sous Réserve : 99/100 & Hors Catégorie.

 


 

images/stories/karuizawa_1967_2008_comp_58.4.jpg

 

 

-LONGMORN 39 ans (Distilled in 1969-Bottled in 2009), emb. GORDON & MacPHAIL, gamme “Cask” for T.W.E., Single-Cask (Cask N° 5305-Refill Sherry Butt), 57,7 % (ROYAUME-UNI, ECOSSE, Speyside): 99/100 & Hors catégorie

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

Couleur: Ambre, à reflets acajou.

Nez: Complexe, dense, sublime, d’une incroyable richesse. Il est marqué par le sherry, avec une combinaison de notes fruitées variées & boisées plus « américaines » (si j’ose dire) que d’habitude: Notes d’érable, d’épices de type cannelle, muscade, girofle. Fleurs capiteuses. Bois précieux.

Bouche: Envoûtante, elle reprend fidèlement les notes du nez: Des tonnes de fruits de tout ordre, mûrs, frais & secs. Mûres, confiture d’oranges mûres, dattes, pruneaux, abricots à l’Armagnac, raisins de Corinthe, mais aussi fruits exotiques (papaye, goyave, maracuja). Bois précieux dont bois de santal, érable (plus inattendu !), mais aussi de très belles notes de fleurs capiteuses (dont du lilas, probablement de la violette aussi, et du lys). Epices variées (cannelle, muscade, girofle, mais aussi gingembre en infusion), notes végétales (sous-bois, thé noir & thé vert assez infusés). Légère touche de fumée de tourbe, très bien intégrée. Interminable et puissant…mais aussi, à ma grande surprise, tout à fait buvable sans ajout d’eau. Du concentré du meilleur sherry (pourtant il est de deuxième remplissage) et du concentré du meilleur bois possible. On frise la perfection…

Tenue à la dilution: Avec un peu d’eau, le whisky devient un rien plus aisé à boire pour les palais les plus délicats, mais il perd un peu en concentration et en équilibre (juste un peu). Comme souvent avec les élevages de ce type, éviter de le diluer plus que quelques gouttes.

Conclusion: Avec « son frère » du même négociant & du même millésime (Single-Cask N°5295, distillé en 1969 aussi, mais mis en bouteille en 2008), mais sur un profil assez différent, ce sont les deux plus beaux LONGMORN que j’ai jamais dégustés…(pour précision, celui-ci a été dégusté à l’aveugle), tout simplement….Ce LONGMORN est quelque part comme une synthèse entre un Bourbon très âgé et brut de fût et un single-malt écossais de 40 ans de premier ordre…

Indication de Prix: Plus de 600 € au moins de nos jours, voire plutôt une somme à quatre chiffres (épuisé). Note (sous réserve): 99/100 & Hors Catégorie

 

 

 

longmorn_1969_2009_gmp_sc_5305_57.7_bigger.

 

 

 -PORT ELLEN Officiel/"The Rare Malts Selection" 22 ans (1979-2000),  Natural Cask Strength, 60,50 % (ROYAUME-UNI, Ecosse, Islay) : 99/100 & *Hors catégorie

 

Note de dégustation (inédite sur le site, 2017)/Tasting Note (previously unpublished):

Couleur: Vieil or.

Nez: Somptueux et complexe, on y entre comme dans un rêve. Voulez-vous de la badiane, des embruns, du sel, des algues, des harengs fumés, des agrumes, de la cire, du miel, du tabac, des herbes séchées, des feuilles de thé noir, vert mais aussi de l'Earl Grey? En voilà! Le tout sur un (léger!) tapis de fumée de tourbe...Le fondu au nez est déjà incroyable. Petite note fermière (modérée) fondue avec le reste...on la retrouvera en bouche mêlée aux herbes et aux épices.

Bouche: Elle reprend fidèlement les notes du nez, les développe avec une maîtrise et un équilibre vraiment impressionnants. Que dire d'autre? C'est presque buvable tel quel, sans eau. La finale est interminable, mêlant toutes les notes précédemment évoquées. Un palais très fondu qui rend difficile une description trop détaillée, sauf à y revenir bien sûr (nous verrons si cela est possible !).

Tenue à la dilution: Avec juste quelques gouttes, c'est un vrai bonheur "multi-facettes" en bouteille...Que dire de plus?

Conclusion: Tout simplement l'un des 4 ou 5 meilleurs PORT ELLEN jamais dégustés ! Une version lorgnant un peu par son caractère en partie fermier vers les vieux BRORA officiels...

Indication de Prix: Autour de 1500 € à davantage.

Note chiffrée (sous réserve): 99/100 & Hors catégorie.

 

 

 

port_ellen_1979_2000_22a_ob_rms_60.5

 

 

 

 

-PORT ELLEN de 25 ans (1982-2007), emb. BERRY BROS & RUDD/Berry’s Own Selection, S.C. (N°2469), 46 % (ROYAUME-UNI, Ecosse, Islay) : 99/100 & *Hors catégorie (*un oubli)

 

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 

images/stories/port_ellen_25_ans_1982_2007_sc_2


 

 

-YOICHI Officiel/pour La MDW de 19 ans millésimé « 1987 » (bottled 2006), « Peaty & Sherry », Single-Cask (N°113200-First fill Sherry Puncheon, 478 bouteilles), 63 % : 99?/100

 Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

Notes de dégustation au WHISKY LIVE PARIS 2006 : Absolument fantastique, ce Tsunami de tourbe, de fumée, d’épices et de plantes, camphré même, dont la puissance est sans faille tout au long de la dégustation, vous transportera aussi rapidement que le SHINKANSEN (l’équivalent du TGV au Japon) jusqu’au bout de la nuit pour votre plus grande satisfaction. Aussi décoiffant et impérial que le puissant des ISLAY d’Ecosse, comparable à ses meilleurs bruts de fûts....Attention, place à la toute puissance du Soleil Levant ! = 99?/100

Nouvelles notes de dégustation (hors contexte de Salon, sur échantillon):

Couleur: Robe ambrée, aux reflets cuivrés, soutenus, jambes grasses, corps huileux.

Nez: Incroyable, du sherry, de la tourbe, de la fumée, de l’iode et des algues en arrière-plan, du fruit, le tout avec une rare intensité, expressivité, en définitive, un nez de vainqueur !

Bouche (dégusté sec): Absolument fascinante, flamboyante, intense. Malgré le degré élevé, les épices assez présentes (poivre aux 5 baies), sa concentration et son âge (sa maturation est parfaite !) lui permettent de restituer toute la complexité et la suavité contenue en promesse dans le nez.Il contient tout ce que l’on aime habituellement dans les whiskies tourbés, et même davantage. Tourbe et fumée (thé fumé, et légère cendre) mêlées à la puissance 10, s’intègrent parfaitement aux autres saveurs, que ce soit du sel, de l’ iode et des algues en moindre quantité, des fleurs (dont du lilas), des notes boisées très fines et assez présentes, ainsi que de très agréables et complémentaires notes de fruits à volonté (confits, secs, agrumes - dont de l’orange – et une pointe de fruits rouges, voire de cerise noire ?). L’ensemble est magnifiquement assemblé. Un festival de saveurs plus que satisfaisant, rassasiant même. La tourbe est présente sur toute la durée, avec une constance, une finesse et une suavité inouïe, elle débouche sur une finale qui s’adoucit progressivement, sur un fruité / fumé/ tourbé de toute beauté (peut être en toute fin de bouche peut on regretter une légère baisse de régime, et encore…).

Bouche (diluée par étapes): Le nez est encore plus généreux en notes fruitées, ce que confirme la bouche là encore. De très agréables notes d’orange (en infusion sucrée, voire rappelant les gâteaux de marque Chamonix, avec leur redoutable glaçage au sucre !) marquent cette bouche, ainsi que des notes vanillées et herbacées parfumées à l’amande voire avec une pointe de guimauve. Ce fondu presque satiné donne en bouche une texture pas réellement crémeuse mais presque, et lui donne du relief. Cet aspect et ces dernières notes aromatiques font penser un peu au CONNEMARA Brut de fût, sauf qu’il y a davantage d’unité, d’équilibre et de profondeur ici. Après quelques minutes, et quelques gouttes d’eau en plus, cette générosité ne faiblit toujours pas. Ce NIKKA ainsi « allongé» n’en finit pas de séduire et appelle une autre gorgée. On frise la perfection, là !!

Conclusion : Que les ISLAY prennent garde, l’Empire du Soleil levant avance à grands pas et les toise de front, tant il est maintenant en mesure de regarder d’égal à égal les meilleurs whiskies écossais d’Islay. Evoquant un mariage improbable entre un LAPHROAIG CASK STRENGTH et un BOWMORE « MARINER » ou « DAWN », ce NIKKA est le signe d’une réussite éblouissante de cette distillerie, et au-delà, du whisky japonais dans son ensemble. Un des plus grands single-malts jamais dégustés. L’avenir a un nom, et il s’appelle NIKKA. Oui, il y a d’excellents whiskies japonais, Il faudra donc compter avec ses single-malts, ses purs malts et ses blends, sans nul doute ! Confirme la note de la première dégustation. 109 €, MdW/Whisky Live Paris 2006, bien plus maintenant (sans doute x 10), si vous arrivez à le trouver.... aux enchères.   Note confirmée : 99/100 & H.C. (Hors catégorie)

 

(Pas de photo disponible pour cette version, merci de votre compréhension)

 

98,5/100 & Hors Catégorie

 

 

-DALMORE officiel 50 ans, mise en bouteille autour de l'année 1978/1979 (indication sous réserve), version à 42,1 %:

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

A Noter: Cette version exceptionnelle, reconditionnée à plusieurs reprises, est en fait un assemblage de fûts de Dark Sherry datés de 1868, 1922, 1926 & 1939. Mise en bouteille en 1978 ou 1979 (indication sous réserve). En théorie, si la date de mise en bouteille est correcte, il ne peut s’agir légalement d’un 50 ans d’âge, mais plutôt d’un 39 ans.

Couleur: Ambrée.

Nez: Intense, très profond, magnifique. Fruits mûrs, tannins fondus, cuir, caramel dur, chocolat à l’orange, etc…difficile de détailler la complexité de ce « très grand cru ».

Bouche : Su-bli-ssi-me ! Il n’y a pas d’autres mots….Une symphonie de fruits mûrs, de fruits secs & de fruits confits (orange, dattes, raisins secs, abricots) mais aussi de moka, de chocolat truffé à l’orange et aux noix, de pudding très fin (oui, je sais c’est un peu contradictoire), presque de glace rhum-raisin, de vieux bois profondément imprégné de Sherry de la meilleure qualité, un véritable « baba-au-sherry » qui par son âge n’a rien à avoir avec nombre de sherry single-casks de nos jours. Quelle claque gustative !

Tenue à l’aération : Excellente, on ne se lasse pas d’humer ce nez qui évolue et se développe chaque minute. Il faut là, comme dit Richard, prendre son temps ! Tenue à la dilution : Non tentée, car ç’eut été un crime, pour ce vénérable ancêtre d’un centilitre !

Conclusion : Je n’ai pas eu la chance de déguster le recordman du whisky le plus cher et le plus âgé en circulation, à savoir le DALMORE 62 ans, mais ce petit-frère là, on l’adopterais sans problème. Un chef d’œuvre incontestable, de raffinement, de gourmandise, de maîtrise, de tout ce que vous voulez, chapeau, maître Paterson !

Prix (pas en vente en France, sauf parfois en échantillon/carafe de 10 cl), et à prix dissuasif A titre indicatif, la carafe de 70 cl était à 7500 £ sur le site web de « The Whisky Exchange » il y a quelques années de cela..... Dégusté au Whisky Live Paris 2009, Un grand merci au maître Richard Paterson pour cette dégustation exceptionnelle.

Note Sous Réserve : 98,5/100 & Hors Catégorie

 

 

 

images/stories/dalmore_50_ans_decanter_red.jpg

 

 

 

-GLEN MORAY Officiel (Distillery cask sample-Hors commerce/Not for sale) de 37 ans millésimé 1971 (bottled 2008), Bourbon & Sherry Hogshead, Natural Cask Strength, approximatively 54 % = 98,5/100 & Hors Catégorie

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

A Noter: Ce « DISTILLERY MANAGER’S CHOICE » sampler, présenté au Salon DUGAS 2008, n’a, à ma connaissance, jamais été commercialisé.

Couleur : Ambrée.

Nez : Très marqué par le Sherry, mais quel Sherry ! Très riche et très fin, c’est un Sherry qui apporte des notes de fruits mûrs, de fruits secs, avec de très belles notes vineuses intégrées à un boisé superbement maîtrisé une fois encore, et avec le bénéfice ici de l’âge, qui apporte une très belle profondeur à l’ensemble. L’orge maltée, le chocolat et un très léger voile de fumée complètent ce séduisant tableau, rendu plus complexe par l’apport des fûts de Bourbon, semble t’il. Très bel équilibre.

Bouche : D’une grande magnificence. L’élégance, la maîtrise, la générosité sont les maîtres mots ici. La noblesse des notes issues de l’élevage en fûts de Sherry s’ajoutent à celles issues de l’élevage en fûts de Bourbon, un mariage pour le meilleur ! Sherry et malt sont donc à l’unisson, et de manière générale toutes les notes sont fondues de manière exemplaire, avec une belle générosité fruitée et une profondeur boisée abyssale. La finale est tout aussi gourmande, très longue et quasi-extatique !

Tenue à l’aération : C’est en effet un malt qui a besoin d’un peu de temps pour dévoiler ses trésors !

Tenue à la dilution : Fantastique, vraiment…Tout y est magnifié, amplifié, mais attention n’abusez pas de l’eau, s’il vous plaît, car ce serait dommage, servez la plutôt en parallèle, et dosez votre whisky « au bouchon », il n’y a rien de mieux et de plus accessible à tous…

Conclusion : La légion d’honneur pour le maître-distillateur qui a créé ce bijou ? Sûrement, mais restons calme ! Disons au minimum qu’il doit impérativement le mettre en bouteille, sinon ce serait du gâchis ! Attention, chef d’œuvre…Non commercialisé pour le moment (octobre 2008) / Note sans aucune réserve !

Note  = 98,5/100 & Hors Catégorie

 

 

 images/stories/graham_coull_w_his_wife_salon_du

 Graham & Fay Coull, de la distillerie GLEN MORAY, ici au Salon Club-Expert Dugas 2014. © Photo: G.Sarafian

 

 

-HIGHLAND PARK Officiel/Ambassador’s Cask N°5, 34 ans (1974-2008), 228 bouteilles, Natural Cask Strength, 41,5 % = 98,5/100 & Hors Catégorie

Note de Dégustation/Tasting Note

 

-MIYAGIKYO officiel 18 ans (Distilled in 1992-Bottled in 2010 for Whisky Live Japan 10th Anniversary in Tokyo), Single-Cask (Cask N°114675-Sherry), 54 % (JAPON, Honshu): 98,5/100 & Hors catégorie

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished): 

Couleur: Ambre profond, à reflets rougeâtres.

Nez: Capiteux, floral, fruité, marqué par un très beau sherry, incroyablement riche et gourmand déjà au nez.

Bouche: Splendide, absolument somptueux, extrêmement gourmand et gourmet. Le fût de sherry est sublime, avec des notes de fruits mûrs variés, de fruits rouges, de fruits secs (dattes, pruneaux, abricots), mais aussi de cire, de liqueur de noix, de fruits charnus, de cerises au marasquin, de chocolats divers (comme si c’était du sherry de type Pedro Ximenez). La bouche est marquée par de légères notes végétales & épicées, mais aussi par le plus beau bois précieux imaginable. Comme une petite note fumée en arrière-plan, discrète et bien intégrée. Un whisky très direct, sans détours, à la fois d’une puissance aromatique indéniable ET parfaitement équilibré, et qui doit absolument être dégusté dans de bonnes conditions, à la bonne température (disons entre 16 et 20° maximum), en prenant le temps. D’une longueur en bouche hallucinante…

Tenue à la dilution : Parfaite, pourvu qu’on y ajoute que quelques gouttes. Devient presque soyeux.

Conclusion : Un chef d’œuvre. J’ai rarement connu un profil aromatique de ce type en dégustant des MIYAGIKYO, je dois dire. Il est difficile à reconnaître à l’aveugle (tel que je l’ai dégusté). Il me rappelle un peu certains KARUIZAWA, mais curieusement davantage le YAMAZAKI 1995-2005 « Century Vintage » (à 56 %-noté 98/100 & H.C.), voire certains GLENFARCLAS parmi les plus gourmand et les plus équilibrés, mais avec, en sus, un charme typiquement japonais. A noter, lors de la session à l’aveugle au cours duquel il a été dégusté une deuxième fois et dans de bonnes conditions (en août 2016, loin de Paris-merci encore à cet ami, qui se reconnaîtra…), il a écrasé tous ses concurrents, tous plus âgés que lui…dont un 35 ans d’âge pourtant vraiment excellent.

Indication de Prix : n.c./ Aux enchères, comptez de nos jours une somme à 4 chiffres à mon avis. Note confirmée : 98,5/100 & Hors Catégorie

 

 

miyagikyo_18_yo_wljap_2010_54

 

 

 

-PORT ELLEN Officiel de 32 ans, Special Releases/12th Release (1979-2012), Natural Cask Strength, 52,5 % : 98,5/100 & Hors Catégorie

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

Couleur : Vieil or.

Nez : Fin, fondu, complexe, typé PORT ELLEN (marin, floral, fruité, herbacé, tourbé, fumé), avec une belle note de cire en filigrane. Nettement plus expressif que le 1979 McKILLOP’S CHOICE à 43 %, mais ayant en commun avec lui ce caractère plus fondu que les PORT ELLEN de 21 à 25 ans d’âge.

Bouche : Superbe, et impressionnante, en cela qu’elle réalise la synthèse entre tous les PORT ELLEN dégustés jusqu’ici (hormis ceux qui sont déséquilibrés car trop marqués par le sherry-je pense à un ou deux PORT ELLEN de négoce), avec cette séduction très féminine apportée par de belles notes de badiane (limite de guimauve/lavande), ces notes d’agrumes en sorbet, cette note de sucre d’orge, ces notes d’embruns, mais aussi cette force peut être plus virile de notes herbacées, épicées et fumées, également un rien végétales, et une charpente quasi-invisible autour de l’orge maltée, un peu comme chez certains vieux SPRINGBANK. Juste magnifique.

Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, le festival de sensations continue, avec juste un peu plus de recul et « un éclairage tamisé ». Très charmeur.

Conclusion : Peut-être le PORT ELLEN ultime, archétypal ? Certes je n’ai pas testé d’autres éditions officielles âgées (comme les 10, 11, 13, 14, 15 ème éditions) pour faire un comparatif, mais par exemple je le trouve aussi équilibré que la 9 ème édition, mais plus expressif, plus équilibré et plus serein que la 5 ème ou 6 ème, moins exubérant que la 2ème, et quelque part finalement proche de la 3 ème, une de mes préférées.

Indication de Prix : Plus de 2000 € de nos jours. Note (sous réserve) : 98,5/100 & Hors catégorie

 

 

 

 images/stories/port_ellen_32_1979_2012_52.5_12th_release_red.jpg

 

 

 

-YOICHI de 26 ans (1982-2008), emb. S.M.W.S. (The SCOTCH MALT WHISKY SOCIETY) « 116.16/Almond slices & cricket bats », (Refill Hogshead, 261 bouteilles), Natural Cask Strength, 59,6 % : 98,5/100 & Hors Catégorie

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

A Noter: Il s’agit là officieusement d’un whisky japonais issu de la distillerie YOICHI. La Sélection des fûts, pour cette société (qui n’est pas vraiment en fait un négociant en whiskies), est assurée par un panel de dégustateurs mené par Charles MacLean.

Couleur : Vieil or à reflets ambrés.

Nez : Majestueux. D’une grande maturité et d’un aboutissement certain. Complexe, équilibré, avec des composantes boisées (bois de santal), fruitées (prune), mais aussi fumées et tourbées, il est d’emblée supérieur à nombre de YOICHI dégustés jusque là.

Bouche : Sublime. A peine un rien soufré (et encore), elle est complexe, et comme satinée au « toucher ». Son harmonie, sa fusion des saveurs laisse rêveur. Comme du velours, elle témoigne successivement de notes tourbées, fumées, tapissant gentiment la bouche, avec ensuite un boisé maîtrisé et des notes plus végétales (humus, thé trop infusé, tabac –de type Cigare Havane Cohiba Pyramide), voire aussi un rien de cocktail d’agrumes (citrons et pamplemousse), mais avec peu d’acidité. Longue finale sur le tapis de fumée et de tourbe, atténué et mâtiné de fog londonien, avec à peine quelques épices (moutarde de Dijon, poivre noir). Oui, on se rapproche des vieux ARDBEG, mais il y a là un charme particulier aux whiskies japonais, et même au style YOICHI qui le rend vraiment unique.

Tenue à la dilution : Excellente, si on n’ajoute pas trop d’eau. Frise l’indécence par son caractère parfaitement buvable sans eau tellement il est équilibré et élevé avec harmonie, malgré ses 59,6 %.

Conclusion : Surclasse sans peine le YOICHI 20 ans officiel, voire toute version plus jeune. Cette étonnante mise en bouteille, par son harmonie et son respect pour le distillat de départ (vieillissement parfait, pas de caractère alcooleux, ni de déséquilibre), sa finesse et sa profondeur, son élégance infinie, rejoint les plus grands malts écossais, rien de moins. Une très grande distillerie, excellemment servie par cette mise en bouteille pour le club S.MW.S., un travail de sélection particulièrement inspiré et talentueux (avec Charles MacLean pour sélectionner les fûts, ça peut aider !). On en veut encore, des fûts comme cela, mais on n’ose y croire tant celui ci est exceptionnel. Qu’on se le dise !

Prix conseillé (achats privés réservés aux membres du Club) = 151 €- à l'époque (snif...), vous pouvez ajouter un 0 désormais... -Merci à O., pour cette exceptionnelle dégustation privée….

-Note confirmée (plusieurs dégustations) = 98,5/100 & Hors Catégorie

 

 

images/stories/yoichi_26_yo_1982_smws_116.16_2

 

 

98,5/100

 

-DALMORE Officiel de 32 ans millésimé « 1974 », élevé en Mathusalem Sherry Butt, Natural Cask Strength, 52 % = 98,5/100

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

Couleur : Ambre foncé.

Nez : Somptueux, riche en fruits mûrs, fruits confits.

Bouche : Un régal divin, entre crémeux et onctueux, extrêmement expressif et riche en notes fruitées (orange, fruits confits divers, fruits confiturés, fruits cuits ou mûrs, pruneau, abricot, dattes ?), miel, bruyère, des épices également. En fait, il oscille constamment entre sécheresse et moelleux, mais on s’en aperçoit à peine, tant ce DALMORE tapisse la bouche de ses multiples trésors jusqu’à une finale interminable toujours aussi concentrée en fruits et dont on n’osait rêver ! Tenue à l’aération : Bonne, ce DALMORE il a besoin de temps.

Tenue à la dilution : Correcte, mais très peu d’eau suffit.

Conclusion : Le « clou » du Salon du Whisky 2006, pour les single-malts non tourbés et accessibles à tous(il ne serait détrôné que par la complexité et maturité que par le DALMORE 50 ans d’après les « collègues-dégustateurs » qui ont eu la chance de suivre le séminaire avec verticale DALMORE….). 198 €, MdW  en 2006, bien plus cher maintenant / dégusté au WHISKY LIVE PARIS, Sept 2006

-Note (sous réserve) : 98,5/100

 

 

98/100 & Hors Catégorie

 

SINGLE MALTS (Tous pays):

 

-BOWMORE Officiel/Distillery Limited Edition de 13 ans « MALTMEN’S SELECTION » (1995-2008). Small Batch (assemblage des fûts N° 1551, 1552, 1553, 1559 & 1560 -Sherry Butts, 3000 bouteilles), C.S., 54,6 % = 98/100 & Hors Catégorie

Notes de dégustation à venir/Tasting notes coming up asap...

Remarque: Un grand single-malt sur lequel j'aurais je l'espère, l'occasion de revenir bientôt. Un des plus grands BOWMORE jamais dégustés à ce jour, gourmand, complexe, marqué par le Sherry pour le meilleur...Son prix de lancement avoisinait les 100 £, mais quelques années après seulement, il fallait hélas multiplier ce chiffre par 10.

 

 

images/stories/bowmore_13_1995_maltmens_selec

 

 

 

 

 

-BRORA Officiel/Special Release collection, 30 ans (1974-2004), 3rd Release (3000 bouteilles), 56,6 % (ROYAUME-UNI, ECOSSE, Highlands du Nord):  

 

 

brora_30_ans_3rd_release_56.6_cp_gwg 

 

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

Couleur: Vieil or

Nez: Complexe, très fin et semble t'il gourmand. Dégusté à l'aveugle, impossible dans un premier temps de deviner qu'il s'agit d'un BRORA. Il y a des éléments marins, sucrés, fruités, floraux et le tout est remarquablement fondu. Ce n'est que dans un deuxième temps qu'une note fermière (étable, mais note modérée) viendra pointer son nez et me donner un indice. N'ayant pas encore récupéré à 100 % mes capacités olfactives à l'époque de la première dégustation (ce qui est le cas désormais), mais pas loin tout de même, ces commentaires sont malgré tout sous réserve, surtout pour la phase du "nosing".

Bouche: La claque, d'entrée de jeu ! Mais qu'est-ce que cet OVNI, avec les marqueurs à la fois de PORT ELLEN, voire de CLYNELISH très vieux, voire d'autres malts écossais...??? Je suis submergé par une complexe & sublime vague de sensations toutes plus agréables les unes que les autres....de la tourbe grasse, mais modérée, des herbes mais modérément sèches, des épices douces, de la badiane (limite de la lavande façon marshmallow), de la pâte d'amande sucrée proche d'un coussin de Lyon (une spécialité régionale de confiserie, "une ganache de chocolat enrobée d'une fine couche de pâte d'amande candie discrètement anoblie d'une touche de Curaçao"-je cite le chocolatier Voisin qui l'a conçue dans les années 1960). J'ai aussi comme une note de sorbet multi-fruits (multi-vitamines) et quelques fleurs capiteuses, pour terminer encore sur cette sensation nuageuse (pour ne pas dire post-orgasmique !) liée à une note de pâte d'amandes alcoolisée (et avec une pointe de tourbe très légèrement fumée) qui revient...

C'est véritablement une expérience unique, sensuelle (voire....) et inoubliable. Comme je déguste ce whisky à l'aveugle, je ne pense qu'à PORT ELLEN à ce moment là comme solution la plus vraisemblable, avant de tenter une légère dilution, mais c'est avec une grande surprise que j'apprends de la bouche de l'invité qui me convie (le saint homme !) à partager ce sample avec lui qu'il s'agit d'un BRORA officiel 30 ans, et de la troisième édition....Je suis très surpris, d'autant plus que j'ai davantage de marqueurs aromatiques de PORT ELLEN que de BRORA, tout au plus en effet, en y repensant, la note fermière au nez aurait du me mettre sur la voie. Par ailleurs je trouve cette édition très différente de celles que j'ai précédemment dégustées (à savoir la 5 ème édition, notée 98/100 & Hors catégorie, ou même la 6 ème édition, notée 96/100 & Hors catégorie), ces dernières étant excellentes, mais nettement plus agressives, herbacées et épicées, et sur un profil aromatique global beaucoup plus fermé et limité, me semble t'il, que cette troisième édition...

Tenue à la dilution: Avec quelques gouttes d'eau (il n'en faut pas plus), s'accentue le caractère sensuel et de madeleine de Proust de ce whisky. Il me revient agréablement à la mémoire ces précieux moments de mon enfance ou j'avais eu la chance, à quelques reprises seulement, de déguster ces spécialités de confiserie -ou devrais-je dire plutôt "de chocolaterie"?-que sont les coussins de Lyon). C'est là ou je tombe amoureux véritablement de ce whisky (est-ce grave Docteur???), et, l'instant d'après je me dis, "oh non", je sais que c'est un "collector", un whisky rare et cher (un peu plus de 1800 euros, je crois, au minimum pour une bouteille de ce divin élixir de plaisir!). Bon, pas grave, la part du rêve, on l'aura au moins eu, nous disons-nous, avec mon complice de dégustation, et quelle part !

Conclusion: Il n'est pas facile d'écrire sur un whisky que l'on a dégusté que deux fois, sur échantillon, dont une seule fois en solo. Il est encore moins facile d'écrire sur un whisky que l'on sent (si j'ose dire) exceptionnel, alors que l'on a pas récupéré encore 100 % de ses capacités olfactives, mais à 86 % d'après les conclusions du dernier spécialiste vu. Mais à en juger par la tête du partenaire de dégustation de ce jour là, je ne pense pas être dans l'erreur en affirmant que pour moi ce whisky m'a semblé être à tous points de vue exceptionnel. En y réfléchissant, après avoir dégusté une seconde fois (un fond d'échantillon) ce whisky, je me dis que, non, décidément, clairement, je n'ai pas dégusté meilleur whisky, pour moi en tout cas, et que sa plus-value sur d'autres c'est le fait qu'il me rappelle à la fois le meilleur des PORT ELLEN et le meilleur des BRORA dégustés à ce jour, mais en plus un souvenir d'enfance culinaire inoubliable....Que dire d'autre? Tenter de lui donner une note, peut être...

Dernière minute (02/12/2017): Lors d'une autre dégustation (certes collective), ce whisky m'a paru moins brillant qu'à la première (sans compter un léger doute sur le fait que le sample correspondait bien au même whisky!), toutes proportions gardées bien sûr, et plus proche des autres versions officielles de 30 ans d'âge, aussi je me dois d'impacter cela sur la note chiffrée qui va donc baisser, dans l'attente d'une possible troisième dégustation, éventuellement, en espérant que cela stabilise et confirme, dans un sens ou dans un autre, cette note.

Note chiffrée (tentant d'être objective) sous réserve: 98?, voire moins/100 & Hors Catégorie

(New rating lower than before & under reservations, but staying very high and still "Beyond Any Category"): 98 to less/100

 

 

LIENS UTILES :

 

 http://www.chocolat-voisin.com/collections/specialites/coussin-de-lyon

http://whiskyleaks.fr/brora-3rd-release-et-brora-6th-release/brora-3rd-release-and-6th-release-1-of-1/

http://whisky.over-blog.com/2015/01/face-a-face-tous-les-brora-30-ans-officiels.html 

 

 

 

-BRORA Officiel 30 ans Special Releases/5th Release (1976-2006), N.C.S., 55,7 % = 98/100 & Hors Catégorie

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 

-BRORA Officiel/Rare Malts Selection), de 20 ans (1975-1995), N.C.S., 54,9 % = 98/100 & Hors Catégorie

 

Note de Dégustation/Tasting Note

 


images/stories/brora_1975_20_r.m.s._54.9_3com

 

-BRORA 18 ans (1981-1999), dit « 81 », emb. SIGNATORY VINTAGE for LaMDW, Wine treaded Hogshead, 46 % (ECOSSE, Highlands du Nord): = 98/100 & Hors Catégorie

 

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 

-DALMORE millésimé « 1973 » (bottled circa 2008, 33 ans), gamme « Rare & Prestige », élevé en Mathusalem Sherry Butt, finition en fûts deCabernet Sauvignon (Saint-Estèphe, Château Haut-Marbuzet), 45 % (ECOSSE, Highlands du Nord): = 98/100 & Hors Catégorie

 

 

images/stories/richard_paterson_wlp_2009_alone_red.jpg

 Richard Paterson, le magicien-blender de DALMORE, ici au Whisky Live Paris 2009. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

-KARUIZAWA « 1968 » (42 ans), emb. N°1 DRINKS, coll. « Vintage Single-Cask Malt Whisky », Exclusivité La Maison du Whisky, SINGLE-CASK (Cask N° 6955- Sherry Butt, 210 bouteilles) CASK STRENGTH, 61,1 % (JAPON, Honshu): -Note Sous Réserve : 98/100 & Hors Catégorie

 

 

-KARUIZAWA (semi-officiel) “Prendre le rythme” de 30 ans (distilled in 1981-bottled in 2013 by Number One Drinks for La Maison du Whisky), Single-Cask (Cask N° 78-Sherry Butt ayant donné 365 bouteilles), Cask Strength, 60,5 % (idem) : 98/100 & Hors Catégorie

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

 

Couleur : Ambre, à reflets acajou & éclats un rien verdâtre.

Nez : Dense, riche, bien chocolaté, pâtissier même, fruité (fruits mûrs, fruits secs, cerises au marasquin, etc…), avec une diabolique note très personnelle de pâtisserie grecque au chocolat très dense et morceaux de cacahuètes nommée « Halva noir » (spécialité de Thessalonique).

Bouche : Très bel équilibre, vraiment, entre les notes pâtissières et boisées & un sherry apaisé, sans agressivité, ni astringence, ni sécheresse. Beaucoup d’harmonie et de complexité (chocolat au lait, suisse, noir, dattes, cerises au marasquin, bois précieux, de belles notes modérément mais sûrement épicées), et une étonnante buvabilité sans eau.

Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, les épices ressortent, l’alcool aussi, paradoxalement, donc ne pas ajouter davantage d’eau.

Conclusion : Un très joli et très efficace KARUIZAWA, bien fruité et chocolaté, qui tranche un peu (un peu seulement) du style souvent musclé (herbes, épices, tanins en avant) de la distillerie.

Indication de Prix : Autour de 365 € à sa sortie, bien plus maintenant aux enchères (j’ai bien peur qu’il faille compter dix fois ce prix-j'ai même vu une enchère plus de 6000 € sur cette référence).

Note (sous réserve) : 98/100 & Hors catégorie

 

 

 

karuizawa_1981_2013_prendre_le_r_60.5_r_f_gwg

 

 

 

-KARUIZAWA de 33 ans millésimé « 1979 » (Distilled : 12/79-07/13), emb. Number One Drinks (import du Japon), Single-Cask (Cask N° 7752-Sherry), Cask Strength, 59,9 % (idem) : 98/100 & Hors catégorie

 

 

-KARUIZAWA 26 ans, « Vintage Single-Cask Malt Whisky », Millésimé « 1981 » (sélectionné et embouteillé le 15/05/2007, pour La Maison du Whisky, par la société NUMBER ONE DRINKS, SINGLE-CASK (Sherry CASK, N° 103), CASK STRENGTH, 58,1 % (idem) : 98/100 & Hors Catégorie

 Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

Couleur: Belle robe ambrée, à reflets cuivrés.

Nez: Magnifique, très fin et subtil, mais aussi très généreux et franc. Les notes principales sont une certaine exubérance fruitée (abricot sec, prune, cerise confite, fruits des bois, voire reine-claude) et florale (violette, lilas ?), un boisé très subtil et un léger profil tourbé/fumé en arrière-plan très japonais, le tout dans une élégance inouïe ! (Mon ami Hugh, lui y voit également des notes de pruneau à l’Armagnac). Le nez nous donne déjà plusieurs indications: L’art japonais de la maturation d’un fût de Sherry porté à son maximum d’excellence, l’impression d’avoir affaire à un très grand whisky, qui justifie amplement la distinction de l’association des « Malts Maniacs » du meilleur whisky japonais de l’année 2007, et d’un des 10 meilleurs whiskies de l’année 2007, tous pays confondus.

Bouche: Tout aussi magnifique et généreuse, au-delà de mes espérances. Le taux d’alcool, tout de même assez élevé (58 %) n’est pas choquant en bouche, l’impression d’alcool n’est tellement pas agressive, que seule une légère dilution pourrait suffire. Les notes reprennent fidèlement celles du nez, avec une part généreuse pour les fruits mûrs et confits, les notes florales et boisées, mais dans un très bel équilibre qui permets le renfort discret mais efficace de notes fumées, végétales, épicées et légèrement tourbées (dans l’ordre d’importance quantitative). Tout ici est superbement maîtrisé, soigneusement pesé et soupesé pour concourir à une harmonie la plus parfaite possible. La finale est ainsi succulente, sur un nuage, prolongeant presque sans fin ce « plaisir d’automne » (si c’était un parfum !). Attention, chef d’œuvre !

Tenue à la dilution: A peine quelques gouttes d’eau, et le plaisir devient plus accessible encore, entre un léger picotement épicé-poivré (pour être plus précis : poivre 5 baies/gingembre) et le retour fruité/boisé/fumé, la bouche devient tapissée de toutes ces notes dévolues à votre plus grand plaisir, mhm !

Conclusion: Encore une preuve de plus que la « science » des maîtres-distillateurs japonais est à son apogée, que le Japon n’a plus rien à envier si ce n’est à apprendre, en matière de whisky, du grand frère écossais ! Chef d’œuvre après chef d’œuvre, les différentes distilleries de ce grand pays vont le faire savoir à toute la planète, année après année, et l’on ne s’en plaindra pas ! Epuisé, vendu environ 121 € à la Maison du Whisky en 2008. De nos jours, vous pouvez ajouter un 0, voire multiplier par 2 ensuite. – Merci à mon ami Hugh pour cette dégustation magique, le soir, sur la terrasse, avec juste ce qu’il faut de lumière et d’intimité pour l’apprécier ! (Août 2008).

Note confirmée : 98 à H.C. (Hors Catégorie)

 

 

images/stories/karuizawa_1981_2007_sc_103_58_red.jpg

 

 

 

-LAGAVULIN Officiel/Distillery Bottling, 25 ans (1977-2002), N.C.S., 57,20 % : 98/100 & Hors Catégorie

Note de Dégustation/Tasting Note


images/stories/lagavulin 25 yo_ob_1977_57.2_hugh_coll_comp.jpg

 

 

-PORT ELLEN Officiel de 24 ans, Special Releases/3rd Release (1973-2003), N.C.S., 57,3 % : 98/100 & Hors Catégorie

Note de Dégustation/Tasting Note


 

-PORT ELLEN de 21 ans (1977-1996) emb. SCOTT’S SELECTION, N.C.S., 53,50 % : 98/100 & Hors Catégorie

 

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 

 images/stories/port_ellen_21_1977_53.5_scotts_sel_comp.jpg

 

 

 

-PORT ELLEN 21 ans (1982-2003), emb. pour RYST-DUPEYRON/Captain Burn’s, France, 40 % : 98/100 & Hors Catégorie

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 

-SPRINGBANK Officiel de 33 ans (1966-1999) « LOCAL BARLEY », Single-Cask, Cask N°507, Natural Cask Strength, 55 % : 98/100 & Hors Catégorie

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

Couleur: Belle robe entre vieil or et ambre, à reflets légèrement cuivrés.

Nez: Magnifiquement complexe & envoûtant: Feuilles de menthe, fruits mûrs, vieux thé Earl grey très infusé, beurré-butterscotch (fudge également) et ciré (difficiles à décrire, ce sont typiquement des notes de vieux single-malts à l’ancienne), bois précieux, notes végétales de sous-bois, notes de chocolat noir, et peut être même au lait (suisse), fruits rouges en arrière-plan, timidement. Bouche: Wow. Toute la complexité du nez et plus encore en version liquide…avec de la profondeur et de la délicatesse. Très singulière et typée dans le domaine fruité, floral, végétal, boisé, etc…A peine peut être une note légèrement fumée, dans le lointain.

Tenue à la dilution: Excellente, mais ne pas en abuser. Note mentholée, de thé et mûres, de fruits des bois et peut être de sureau. C’est superbe et complexe.

Conclusion: Un remarquable SPRINGBANK de la grande époque & série « Local Barley », le même qui a servi à réduire le non moins remarquable mais différent 12 ans « 100 PROOF » des années 1990 déjà chroniqué par votre serviteur. Je suis impressionné par la myriade de saveurs (végétales, florales, fruitées, boisées) et la profondeur de celles-ci, il faudrait revenir dessus pour vraiment en prendre toute la mesure. Un whisky comme on en fait plus, clairement ! Prix: Je préfère oublier cette question, car là ou il y a encore moins de dix ans l’on pouvait encore en trouver à moins de 500 €, là il vaut mieux parier sur un prix 5 à 6 fois supérieur. Mille mercis à Christophe pour cet échantillon que je n’ai pu me résoudre à déguster seul, tellement il est rare. Dégusté en marge du Whisky Live Paris 2015 (dram en vente à 40 € au stand Collector’s du salon).

Note sous réserve (à confirmer, je l’espère un jour, grâce à une deuxième dégustation !) : 98/100 & Hors catégorie

 

 

images/stories/springbank_1966_local_barley_c

 

 

-TALISKER de 28 ans (1955-1993), emb. GORDON & MacPHAIL/Cask Strength, assemblage de 3 Sherry casks (Cass N° 1310,1311, 1257), 35 cl, N.C.S., 53,6 % : 98/100 & Hors Catégorie

Note de dégustation/Tasting Note:

Et ce whisky, me direz-vous ? Je vous répondrais qu’il a quasiment tout écrasé, survolé même, par son aura, sa sérénité, la maîtrise (toujours délicate !) de l’alliance entre Sherry casks et tourbe…D’un fondu remarquable, il s’est avéré presque plus fruité (dont de très belles notes d’orange sanguine) que tourbé, avec une touche de bois précieux, de laurier et de thé…et modérément épicé. Interminable, il a bien supporté deux gouttes d’eau (mais pas plus me conseille Salvatore, de la Maison du Whisky, qui a la lourde tâche de servir ces joyaux, et estime la bouteille à environ 1000 à 1500 €). Inoubliable…Non loin de là, en face de nous, sur l’étagère, un « BLACK BOWMORE », un ARDBEG 1967 « Dark Oloroso », ou encore un HIGHLAND PARK « 1973 » nous font de l’œil, mais il faut rester raisonnable… (Extrait du reportage du site consacré au Whisky Live Paris 2014 durant lequel il a été dégusté-au stand « Collector’s » -à 25 € le 1,5 cl-La demi-bouteille fut estimée à environ 1300 € par un spécialiste).

 

Note estimée à : 98/100 & Hors Catégorie…attention chef d’œuvre !

 

 

 

 

 images/stories/talisker_1955_93_wlp_2014_gp_rec.jpg

 

 

 

 

 

-SUNTORY/Century Vintage YAMAZAKI de 10 ans millésimé « 1995 » (b. 2005), 56 % : 98/100 & Hors Catégorie

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

Couleur : Acajou à ambre foncé, à reflets rougeâtres.

Nez : Somptueux. Toute la puissance, la classe et le caractère capiteux des meilleurs whiskies japonais, et toute la maestria de l’affinage en fûts de type Mizunara est perceptible dès le nez. Floral, fruité, boisé, fumé, tourbé, chocolaté, etc…

Bouche : Quasi-parfaite et très gourmande, elle reprend les notes du nez de bout en bout, et nécessite à peine une légère dilution. L’équilibre lui est parfait, et tout comme la complexité et la générosité expressive de ce single-malt hors du commun. Une symphonie de fruits (fruits rouges, dont la fraise, mais aussi la papaye, la cerise à l’eau de vie), puis du bois précieux, du pudding au chocolat. D’une grande finesse.

Tenue à la dilution : Quelques gouttes d’eau suffisent, en option. Et là c’est vraiment comme une bonne confiture, on en redemande.

Conclusion :Un des plus beaux whiskies japonais jamais dégustés, et un des plus beaux sherry casks aussi. Il surclasse bon nombre de KARUIZAWA sur leur terrain (sherry, épices, fumée, bois précieux) car faisant preuve de plus d’équilibre.Dégustation sur place au “The Dutch Connection” stand du « Spirit in the Sky » Festival de Leuven, 06/11/2011(puis sur sample acheté sur le stand). / Prix n.c. (épuisé ?)-Comptez au moins 500/800 € aux enchères, si jamais vous le trouvez...

–Note confirmée = 98/100 & H.C. (Hors catégorie).

 

 

 images/stories/yamazaki_1995_2005_century_vintage_cask_56_red.jpg

Au centre, le plus beau YAMAZAKI jamais dégusté à ce jour...Ici sur le stand "The Dutch Connection", salon Spirit in the Sky 2011.

Photo © Grégoire Sarafian

 

 

-TALISKER Officiel/Limited edition 20 ans (1982-2002), Bourbon barrels, N.C.S., 58,8 % : 98/100 & Hors Catégorie

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

Commentaires et Note initiale, 2006, révisés en 2016:

A Noter : Il existe aussi une version SHERRY du 20 ans d’âge, titrant elle 62 %.

Couleur : Or vif, à reflets mi-dorés, mi-pâles, et cristallins, évoquant la minéralité d’un vin blanc.

Nez : Très fumé, puis de plus en plus cendré avec le temps, marin (les embruns, surtout), il est envoûtant tout en demeurant ferme.

Bouche : Un chef d’œuvre!Magnifique, riche en saveurs, et étonnamment doux pour un brut de fût. Grande générosité et suavité. La finale, fruitée, presque minérale, presque liquoreuse et aérienne à la fois, très finement tourbée, est très longue et inoubliable. A la longue la tourbée cendrée et le « vin blanc sec et minéral » l’emporte sur le moelleux/liquoreux. Agrumes, tourbe sèche. Tout de même un peu raide sans eau (il a le tempérament pimenté du 10 ans d’il y a vingt ans, en plus complexe et profond), en tout cas après un certain temps d’aération dans la bouteille.

Tenue à la dilution : Plus facile d’accès à la dilution, qui révèle mieux son équilibre et sa complexité. Quelques notes d’agrumes (citron, pamplemousse) s’expriment alors, et tout le tempérament volcanique de la distillerie, à peine domestiqué.

Conclusion : Ce fantastique TALISKER prodigue à nos papilles le même genre de sensations exquises qu’un vin blanc d’Alsace moelleux, voire liquoreux (Gewurztraminer), c’est dire ! Je m’incline…Du Mozart ! (à associer au Requiem ?). En tout cas ce furent mes premières impressions (fin 2005). D’autres dégustations, à plusieurs reprises depuis, confirmeront en partie ces impressions, mais nuanceront fortement ce caractère sucré (on est plus proche d’un Tokay Pinot Gris, là), pour revenir vers une « bête tourbée » plus typique de la distillerie. 148 €, MdW à l’époque, un peu plus cher chez les cavistes, plus du double maintenant. Il me faut remercier le Caviste Rouge Blanc & Bulles (ex.- Le Champagne ) 12 bis, Rue Parrot, PARIS 12ème) pour cette sublime verticale TALISKER, fin 2005. Mémorable ! ! !

-Note confirmée : 98/100 & Hors catégorie

 

 

 

images/stories/talisker_20_ans_bourbon_cs_58.8_red.jpg

 

 

 

-YOICHI Officiel 12 ans, édition de 2006 (Batch 22E18A), 45 % : 98/100, voire Hors Catégorie

Note de dégustation (inédite sur le site, 2016)/Tasting Note (previously unpublished):

 

Avertissement: Il s'agit bien d'une note consacrée à un lot particulier mis en bouteille en 2006. D'autres lots ultérieurs se sont avérés très bon également (car la distillerie est connue -et à été récompansée à ce titre par votre serviteur "Distillerie de la Décennie" (2003-2013), mais pas à ce point, voir à cet effet ma note sur un lot ayant obtenu 95/100, ce qui est déjà très bien! Note sur un lot de 2011

Couleur : Belle robe cuivrée aux reflets ambrés, semblant par instants rosés. Oscille entre pâle et soutenu.

Nez : Complexe, suave et superbe, évoquant un vieux SPEYSIDE à dominante boisée/végétale (STRATHISLA pour ne pas le nommer), mais ce YOICHI est aussi caractérisé par des notes fumées, cendrées, et une très légère âcreté tourbée (il est plus fumé que tourbé, mais il est modérément tourbé tout de même, disons environ 25 p.p.m., (soit un peu moins qu’un LAPHROAIG 10 ans officiel-mais il est tellement plus équilibré et mûr !). Des épices sont aussi perceptibles. C’est un nez très bien équilibré, même si par instants il semble un peu soufré, notamment avec le temps, lorsque l’oxydation s’accélère comme dans le cas de nombre de bouteilles en fûts de sherry dont le contenu descend en dessous des 50 %.

Bouche : Très belle, souple, d’abord ronde, puis s’asséchant un peu, passant des fruits cuits aux fruits secs, avec des notes chocolatées (chocolat noir à l’orange), de thé légèrement fumé, notes végétales mais discrètes (sous-bois) des notes florales très douces en arrière-plan (de violette semble t’il), des notes fruitées plutôt légères (mirabelle, prune) ou un peu plus parfumées (fruits exotiques, dont papaye, et aussi de l’orange confite, du miel doux) qui reviennent en finale. Le milieu de bouche est un peu plus sec, plus ferme, mais sans excès (notes très agréables de cake aux fruits confits). Le Sherry assure une présence notable, mais très savamment contrôlée. Ce YOICHI est avant tout finement boisé (notes de bois précieux, notamment, dont du chêne japonais- dit Mizunara) et épicé (poivre noir, une pointe de gingembre et de discrètes notes de clou de girofle & de cannelle à l’arrière–plan). La finale, de longueur moyenne à longue, sur les fruits mûrs ou non (pomme, poire, abricot, coing… plutôt confiturés) est surmontée de notes délicatement miellées, encore assez épicées. Elle s’évanouit savoureusement et très progressivement, dans une grande sérénité et suavité…pour ne pas dire dans la béatitude.

Tenue à la Dilution : Avec quelques gouttes d’eau et un peu de patience, il développe encore son expressivité, et d’abord paradoxalement davantage de notes épicées, poivrées, mais aussi dans le même temps plus de douceur miellée et de rondeur fruitée (c’est contradictoire, oui, mais cela en dit long sur sa complexité !). La bouche s’arrondit alors délicatement pour donner une finale un peu plus longue, la fumée résonnant faiblement dans le lointain. Au bout d’un quart d’heure, elle devient de plus en plus fine et ronde. Proprement impressionnant...et succulent ! Appelle une autre gorgée, ou à en savourer précieusement chaque goutte…

Conclusion : Un très grand single-malt, tous pays confondus, qui n’a donc rien à envier aux single-malts écossais de plusieurs régions, dont celle des Iles Orcades, évoquant à plusieurs égards le HIGHLAND PARK 18 ans (plus précisément les mises en bouteilles officielles des années 2000-2006, avant le changement de packaging), par sa complexité boisée, fumée, sa délicatesse et sa finesse et son équilibre. Un magnifique YOICHI, très subtil, et à suivre de près (je verrais bien une version 100 % BOURBON BARREL pour voir ? – car il est ici élevé en fûts de SHERRY visiblement, et en HOGSHEADS, donc en fûts reconstruits en partie avec des douelles neuves). Chaque gorgée est sereine comme une petite ballade dans un jardin japonais le jour déclinant, au bord de l’eau, avec encore les belles couleurs des érables, des fleurs de cerisier ou «  les blanches fleurs du prunier » qu’affectionnait le grand poète et moine zen Bashô, et…quelques feuilles par terre, en un savant désordre… Un malt d’un raffinement spécifiquement japonais. 84 €, La Maison du Whisky / Whisky Live Paris 2006 (note révisée et augmentée depuis le Salon du Whisky)-98 € en 2012, référence arrêtée fin 2015. On peut encore le trouver, mais plus cher évidemment...

-Note confirmée =  98/100, voire H.C. (Hors Catégorie)

 

 

 

98/100

 

SINGLE GRAINS (Ecosse) :

 

-CARSEBRIDGE 41 ans (1965–2006), SINGLE-GRAIN, emb. BERRY BROS & RUDD/ Berry’s Own Selection , Small Batch (5 fûts-Sherry Butts), 46 % : 98/100

 

Note de Dégustation/Tasting Note

 


images/stories/carsebridge_1965_bbr_bos_41_a_46_2006_cp2.jpg

 

 

 

SINGLE MALTS (Tous pays):

 

-ISLE OF JURA officiel « 1974 » (Bottled 2008 ? –Env. 35 ans d’âge), gamme « RARE & PRESTIGE », Limited Edition Sherry Cask, Natural Cask Strength, 44,5 % - Note révisée et augmentée (juin 2009) : 98/100 (Note précédente = 95/100).

 

 

 images/stories/isle_of_jura_1974_reduced.jpg

 

 

-SULLIVANS COVE, TASMANIA Distillery, n.a.s. (7 ans), (Dist.14/04/00-B.17/01/08*), S.C.N° HHO254 ?* (433 bouteilles ?*), Rare Australian Single-Cask Whisky, “BOURBON Cask Maturation”(*= étiquette erronnée “PORT Cask Maturation”) , « CASK STRENGTH », hand bottled, hand labelled, n.c.f/n.c., 60 % : 98/100

 

Note de Dégustation/Tasting Note

 


 images/stories/s. cove_bourbon_mat_2008_60_err

 

 

 

97,5/100 & Hors Catégorie

 

SINGLE MALTS (Tous pays):

 

-CLYNELISH Millésimé « 1973 » (1973-2011 = 38 ans) emb. The Single Malts of Scotland, 42,1 % :

Note de dégustation/Tasting Note (inédite sur le site):

Notes succintes/Autres Notes de Dégustation peut être à venir (je l’espère en tout cas).

Couleur : Or clair, à reflets à peine dorés. De la densité. Nez : Extrêmement charmeur, comme chez certains Brora peu tourbés. Herbes, sorbet citron & moutarde blanche allégée. Bouche : Séductrice en diable, d’une grande pureté et dans la douceur. Diantre ! Voilà un grand Clynelish, c’est certain. Attention, le titrage faible et le profil aromatique est ici plus proche d’un certain Brora « 81 / Wine treated Hogshead » de chez Signatory Vintage (et une exception pour la douceur…chez ce négociant) que du Clynelish « 1972 /Book of Kells » de Gordon & Macphail de l’an dernier, toutes deux étant excellentes. Ici l’on a affaire à un Clynelish assagi, pas trop sur les épices, et quasiment pas tourbé. Les notes citronnées légèrement meringuées sont très fines, mêlées à une fine note de camomille et de moutarde douce au lointain. Du sucre glace par-dessus tout cela et vous aurez une idée de cette caresse pour la bouche qu’est ce grand malt. Tenue à la dilution : Légère, obligatoirement (le titrage étant faible). Très positif à petite dose (renforce son caractère crémeux-vous avez dit Brora ?). Conclusion : Une petite merveille de finesse et de fondu, un des meilleurs Clynelish dégustés à ce jour, à réserver cependant à ceux qui recherchent la subtilité plutôt que la puissance à tout prix (ces derniers seront déçus). Sa disponibilité, par contre, me semble assez aléatoire. Note subjective chiffrée = 97,5/100 & Hors Catégorie

 

-GLEN KEITH de 38 ans millésimé 1967 (b. 2006), emb. GORDON & MacPHAIL for LaMDW, 53 % = 97,5/100 & Hors Catégorie

 

 

-GLENFARCLAS Officiel/The Family Casks de 47 ans « 1960 » (bottled 2007), S.C. (N°1767-Sherry Oloroso Hogshead), 228 bouteilles, N.C.S., 52,4 % = 97,5/100 & Hors Catégorie

Note de dégustation/Tasting Note (inédite sur le site) :

Couleur: Entre bois de merisier et brun foncé, à reflets verdâtres. Nez : Sublime, d’une très grande profondeur. Evoque un très vieux vin cuit (Sherry, Porto, autre), développant une profusion d’arômes de fruits mûrs (fruits rouges, dont fruits des bois, mûres, mais aussi pruneau, abricot confituré, orange confite, cerises griottes macérées dans l’alcool, etc…). Beau boisé, enrichi de notes de tabac, de thé noir & Earl Grey trop infusé. D’un très bel équilibre. Le nez est exceptionnel. Bouche : Douce, comme du velours, magique, puis plus « dure », plus charpentée et beaucoup plus boisée en son milieu avec une pointe d’amertume. Notes de cèdre, d’eucalyptus assez marquées, il faut aimer le boisé intense, même si le fondu des tannins est superbe. Notes de noix, de noisettes, d’herbes sèches. Le fruité est très présent, reprenant les complexes notes du nez, avant d’être encadré tant par les épices (gingembre, girofle, muscade, voire piment d’Espelette) que par les notes boisées. La finale est très longue, persistante durant de longues minutes. Tenue à l’aération : La bouche évolue sans cesse à l’aération. Trop d’aération le rend encore plus boisé, trop peu ne lui rend pas justice. Un quart d’heure suffit amplement. Tenue à la dilution : Quelques gouttes ne sont pas interdites, ni inutiles, mais prudence, comme avec tout vénérable whisky longuement vieilli en fûts de sherry, celui-ci ne supporte pas trop d’eau, sinon il devient raide, très tannique et horriblement déséquilibré question boisé…Personnellement, je ne recommande pas d’ajout d’eau dans ce whisky. Conclusion : Un remarquable GLENFARCLAS et un remarquable whisky tout court, dans la cour des grands, d’une belle complexité, d’un équilibre encore préservé (mais c’est parfois limite), pour les amateurs de grands malts boisés élevés en fûts de sherry. Et le meilleur GLENFARCLAS dégusté à ce jour. Prix : 695 € à sa sortie, puis actuellement entre 750 et 800 €,MdW –Merci infiniment à mon ami Hugh pour cette exceptionnelle dégustation.Note confirmée (sur deux dégustations-cf sample) = 97,5/100 & H.C. (Hors Catégorie)

 

 

-GLENFARCLAS Officiel/The Family Casks, limited edition (for The Whisky Shop Dufftown) de 40 ans « 1971 » (bottled 2011), S.C. (N°1767-First fill Sherry), 496 bouteilles, N.C.S., 51,4 % = 97,5/100 & Hors Catégorie

Note de dégustation/Tasting Note (inédite sur le site, 2016):

Couleur : Acajou, à reflets rougeâtres. Nez : Très beau. Un « sherry monster tranquille ». Des fruits secs à foison (dattes, figues, pruneaux, abricots, raisins noirs), c’est superbe, vraiment. Bouche : Très harmonieuse, développant un beau boisé, un fruité pas loin d’être exceptionnel (notamment quant à son équilibre, sa fraîcheur). La bouche recèle aussi des qualités pâtissières (3 chocolats : blanc, au lait, noir, plus du caramel naturel) et maltées. Souple et gracieuse, elle est toute en gourmandise et séduction, onctuosité aussi. Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, le whisky se rapproche d’un vieux Cognac, mais aussi, côté whisky, d’un KARUIZAWA. Le tour de force, ici, c’est l’absence de tannins, un boisé non envahissant, donc, et un fruité charnu très sexy. Conclusion : Un des GLENFARCLAS à la fois les plus fruités et les plus équilibrés qu’il m’est été donné de rencontrer. Cette sérénité est véritablement bluffante et le mets à part dans les « Family Casks » dégustés à ce jour, et je le trouve même plus intéressant que le 40 ans officiel assemblé, et un peu plus équilibré que le « 1960 », certes un rien plus expressif. Indication de Prix : Autour de 600 € à sa sortie, probablement bien sûr davantage désormais, si jamais vous le trouvez. Note (sous réserve) : 97,5/100 & Hors catégorie

 

 

images/stories/glenfarclas_tfc_1971_2011_sc_152_51.6._red.jpg

 

 

 

-HIGHLAND PARK Officiel/Dumpy-années 1990’s, 18 ans, 43 % = 97,5/100 & Hors Catégorie

 

-ISLE OF JURA officiel 40 ans (Distilled 1966-Bottled 2007 ?), SINGLE-CASK (98 Bouteilles, finition 10 mois dans un fût de Sherry Matusalem), 45,1 % = 97,5/100 à Hors Catégorie

 

-LAPHROAIG officiel Millésimé « 1974 » (31 ans), Assemblage de 2 fûts de Sherry Oloroso, Edition limitée à 910 bouteilles, Exclusivité pour La Maison du Whisky, Natural Cask Strength, 49,7 % = 97,5 & H.C. (Hors Catégorie)

 

-The MACALLAN officiel « 1951 » Vintage (50 ans), version issue de 2 fûts N° 1541-1542 / fûts de Sherry, 632 bouteilles, Natural Cask Strength, 48,8 %  = 97,5/100 à Hors Catégorie

 

-PORT ELLEN Officiel de 24 ans Special Releases/2nd Release (1978-2002), N.C.S., 59,35 % = 97,5/100 & Hors Catégorie

Note de Dégustation/Tasting Note

 

-STRATHISLA de 50 ans millésimé « 1957 » (b. 2007), emb. GORDON & MacPHAIL/Reserve, 43 % = 97,5/100 & Hors Catégorie

Note de Dégustation/Tasting Note

 

images/stories/strathisla_1957_2007_gmp_50_ans_43_ct 3_ret_comp.jpg

 

 

 

-YOICHI Officiel/pour La MDW de 19 ans (1991-2009), S.C. N°129374, 58 % = 97,5/100 & Hors Catégorie

 

-YOICHI Officiel/pour la MDW de 25 ans (1988-2013), S.C. N°100215, 62 % = 97,5/100 & Hors Catégorie

Note de Dégustation/Tasting Note


 images/stories/yoichi_1988_detail_au_wlp_2013_gs_cp.jpg

 

 

-YOICHI de 22 ans (1986-2006), S.C. N°112112, 59 % = 97,5/100 & Hors Catégorie

 

 

97,5/100

 

BLENDED MALTS :

-« ELEUTHERA » (« Extra-matured ») Hors commerce (sample bottled 2010 = ± 11 ans), emb. COMPASS BOX, environ 46 % (Blended-Malt) = 97,5/100

 

AUTRES TYPES DE WHISKIES (Tous Pays):

 

-ELIJAH CRAIG 12 ans « BARREL PROOF », distillerie HEAVEN HILL, Edition limitée pour la MdW (2013), Natural Cask Strength, 68,5 %,(KENTUCKY STRAIGHT BOURBON WHISKEY) = 97,5/100:

 

 

97/100 & Hors Catégorie

 

BLENDED MALTS (Tous Pays) :

 

-BLUE HANGER 30 ans, « 3rd RELEASE » (Edition limitée 2007), conçu par le négociant BERRY BROS & RUDD, à partir des single-malts GLEN GRANT et GLENLIVET qui le composent exclusivement, 45,8 % (Blended Malt De Luxe)  = 97/100 & Hors Catégorie

 

 

-BLUE HANGER 30 ans, « 4th RELEASE » (Edition limitée 2008), conçu par le négociant BERRY BROS & RUDD, à partir des single-malts GLEN ELGIN, GLENLIVET & MORTLACH qui le composent cette fois (âgés de 16 à 34 ans), 45, 6 % (Blended Malt de Luxe) = 97/100 & H.C.

 

-« THE FLAMING HEART » (Bottled 2012-moyenne d’âge 13 ans), Limited Edition, 4rd Edition, emb. COMPASS BOX, combinant différentes sortes de fûts (Refill American Oak, New French oak -heavily toasted- & Sherry Casks, 9147 bottles, non-chillfiltered, non coloured, 48,9 % (Blended-Malt) = 97/100, voire Hors Catégorie

 

 

AUTRES TYPES DE WHISKIES (Tous Pays):

 

-MICHTER’S « STRAIGHT RYE », 10 ans (Bottled 04/2014), Limited Edition, Single-Barrel (Barrel N°14C/176), 46,4 % (92,8 % US PROOF), Kentucky Straight Rye Whiskey = 97/100 & Hors Catégorie

 

SINGLE MALTS (Tous pays):

 

-BOWMORE Officiel « WHITE BOWMORE » 43 ans (1964-2008), Bourbon barrels, 43 % = 97/100 & Hors Catégorie

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 

images/stories/bowmore_white_comp2.jpg 

 

 

 

-BUSHMILLS officiel 12 ans « SELECT CASKS » (« Classic Double-Wood BUSHMILLS Malt, Married with Carribean Rum Casks”), Duty-Free only Limited Edition (Bottling 2008 ?), 1 litre, 40 %= 97/100, voire Hors Catégorie

  Note de dégustation/Tasting Note (inédite sur le site):

 A Noter: Il s’agit en fait d’une triple maturation (Bourbon, Sherry, puis Rhum): Couleur : Jaune paille, à reflets dorés. Nez : Très nettement floral, d’une subtilité et d’une douceur inouïe (lavande, iris, violette). Puis viennent l’orge maltée, la bouillie d’orge, une pointe de noix de coco peut être (ou de la canne à sucre ?). A la deuxième dégustation, ce sont des notes de bonbon anglais (acidulées), qui viennent assez vite au premier plan, puis la pêche blanche, le jasmin (nettement), le coing, et de l’ananas au sirop. Un nez exceptionnel. Bouche : Féminine, étonnamment florale, aérienne et consistante à la fois, elle est véritablement « bluffante »…Florale, puis très vite fruitée (fruits blancs), avant d’évoluer vers un profil plus irlandais (céréales croquantes, fruits rouges, fine amertume du malt), elle est souple, fluide, complexe, la bouche est remarquablement équilibrée, comme peut être jamais autant chez un BUSHMILLS (seul peut être le 21 ans est il à sa hauteur ?). La finale longue, très fine, savoureuse, d’une élégance incroyable et inégalée. Tenue à la dilution : Bien dosée (avec très peu d’eau) elle magnifie encore ce nectar ! Plus typé, plus aérien, plus influencé encore par les notes issues des fûts de Bourbon manifestement de premier remplissage qui font partie de cet assemblage. Conclusion : Un chef d’œuvre, rien de moins ! Le plus beau et le plus impressionnant BUSHMILLS dégusté à ce jour, avec dans un genre un rien différent, le 21 ans réduit (notez que je rêve toujours d’une version à 50 % de ce 21 ans qui, à mon avis, serait phénoménale). Tout est équilibre, charme, complexité et avec une élégance rare.Prix 49,50 €, Le Comptoir Irlandais, Paris (Tolbiac), Juin 2008- Epuisé- Note confirmée = 97/100, voire Hors Catégorie

 

 

images/stories/bushmills_12_a_select_cask_caribb_

 

 
 

-CLYNELISH Millésimé « 1973 » (2006-33 ans), emb. SIGNATORY VINTAGE, dans la gamme « THE PRESTONFIELD », SINGLE-CASK (8912), Natural Cask Strength, 54,3 % (exclusivité pour la Maison du Whisky, édition limitée à 405 bouteilles)  = 97/100, voire davantage

 

-GLENFARCLAS (OB/dumpy square bottle) 15 ans (approx. 1975-1990), non- chill filtered, 75 cl, 46 % = 97/100 & Hors Catégorie

 

-LONGMORN Millésimé « 1969 », 37 ans (1969 -2008), emb. GORDON Mac PHAIL  pour La Maison du Whisky, Single-Cask (Cask N° 5295 –Refill Sherry Butt – 515 bouteilles), Un-Chill filtered, 50 % = 97/100 & Hors Catégorie

 Note de dégustation/Tasting Note (inédite sur le site):

Couleur : Ambre clair. Nez : Du Sherry, certes, à foison, mais aussi un très riche fruité, déjà bien perceptible au nez. Notes également florales, un peu masquées par la présence de notes intenses d’herbes et d’épices (poivre, gingembre, etc…). Bouche : Un fruité intense et gourmand qui remplit toutes les promesses du nez : Abricot, pêche, citron vert, fruits exotiques, contenues par un filet épicé herbacé et légèrement boisé. Une sensation de fraîcheur accompagne celle d’avoir l’impression de goûter au nectar du fruit, avec sa peau, et ce sans excès de sucre. La finale est somptueuse, de très belle longueur. Le pourcentage d’alcool retenu ici semble vraiment optimum. Tenue à l’aération : Ne cesse pas d’enchanter au fil des minutes. Les saveurs fruitées se développent constamment. Tenue à la dilution : Je n’ai pas tenté l’aventure. Mon intuition m’a conduit à y renoncer. Conclusion : Un magnifique LONGMORN, mon meilleur à ce jour. Vraiment superbe…Prix de lancement : 209 €, MdW / Dégusté au WHISKY LIVE PARIS 2008 (merci à Thierry Bénitah, de la MDW)= 97 & H.C. (Hors Catégorie)

 

 

-PORT ELLEN 23 ans (1982-2005), CASK STRENGTH , emb. par M & H (Mario et Hubert, La Maison du Whisky Belgique), gamme « Cask Selection », S.C. (Bourbon Barrel), 55,7 % = 97/100 & Hors Catégorie

 

-PORT ELLEN 25 ans, (Dist. Nov. 1982 – Bottled Jan. 2008),emb. Douglas LAING/gamme « The Old Malt Cask », réf. OMC : 1496, Single-Cask (Refill BUTT, limited edition to only 589 bottles) , réduit à 50 %  = 97/100 & Hors Catégorie

 

-PORT ELLEN de 22 ans millésimé “1976” (Bott. 1998), emb. SIGNATORY VINTAGE/Dun Eideann, (2 Casks : N°4758 & 4759-Bourbon casks), distribution Auxil, Non-chill filtered, 43 % = 97/100 & Hors Catégorie

 

-SUNTORY/Vintage Malt YAMAZAKI de 24 ans millésimé « 1980 » (bottled 2004 for LaMDW), 56 % = 97/100, voire davantage

 

 

97/100

 

 

BLENDED WHISKIES (Tous Pays) :

 

-JAMESON 18 ans « LIMITED RESERVE », Edition limitée numérotée, 40 % (Blended Whiskey) = 97/100

 

Note de Dégustation/Tasting Note

 

 

 

BLENDED MALTS (Tous Pays) :

 

-« THE FLAMING HEART » sans précision d’âge (Circa 10 ans), 2nd Batch (Second Edition, fin 2007-2008), réf.« FH16MMVII », 48,9 % (Vatted-Malt) = 97/100

Note de dégustation/tasting note

 

 

 images/stories/flaming heart_4rd_r._2012_2comp.j

 

 

SINGLE MALTS (Tous pays):

-AMRUT « PORTONOVA » officiel (env. 4,5 ans), Refill BOURBON & New American OAK, puis First Fill PORT Pipes, puis à nouveau BOURBON casks, Batch N°1/Octobre 2011 (2nd Edition), ncf, nc, CASK STRENGTH, 62,1 % (Single-Malt) = 97/100

 

-BENRIACH Officiel 21 ans « AUTHENTICUS » (PEATED), Edition 2003, (BOURBON Casks), édition limitée à 4800 bouteilles, Non-chill filtered, 46 % :

 

-BOWMORE Officiel 14 ans « DAWN » (Ruby Port Casks finish), Ed. c. 2006, 51,5 % = 97/100

 

-GLEN GRANT « 1950 » (50 ans-testé en 2008), gamme « RARE VINTAGE », Ancien embouteillage de GORDON & MacPHAIL, 40 %

 

-GLEN SCOTIA officiel 14 ans, (ancienne édition, années 1990 à 2000 ?), 40 % = 97/100

 

-GLENFIDDICH Officiel 30 ans, batch de circa 2007 (Assemblage de près de 55 % de fûts de Bourbon + 45 % de fûts de Sherry), 40 %  = 97/100

 

-GLENMORANGIE N° “125.26”, surnommé “UN DESSERT LIQUIDE”, 16 ans, Distilled May 1993, emb. The SCOTCH MALT WHISKY SOCIETY, SINGLE-CASK (Refill Hogshead & seasoned ayant donné 150 bouteilles), n.c.f/n.c., 52,2 % = 97/100

 

-The GLENROTHES Officiel Millésimé « 1979 », Emb. circa 2006/2007, Natural Cask Strength, 55,2 % = 97/100

 

-LAPHROAIG 10 ans, officiel, dit « CASK STRENGTH », Un-chillfiltered (non filtré à froid), Edition d’avant 2009, réduite à 55,7 % = 97/100

 

-LINLITHGOW 25 ans (Dist. 1982-Bott. 2007), emb. MURRAY Mc DAVID, gamme « Mission Gold Series », Bourbon Casks (1000 bouteilles), non filtré à froid , non coloré, Natural Cask Strength, 51,4 % = 97/100

 

-STRATHISLA 25 ans, emb. GORDON & Mac PHAIL (semi-officiel), Edition circa 2006, (tall bottle), 40 %= 97/100

 

-SULLIVAN’S COVE, TASMANIA Distillery, n.a.s. (7 ans), (Dist.14/04/00-B.17/01/08*), S.C.N° HHO254 ?* (433 b.?*), Rare Australian Single-Cask Whisky, “PORT Cask Maturation”), « CASK STRENGTH », hand bottled, hand labelled, n.c.f/n.c., 60 % = 97/100

 

-TALISKER (OB/édition 2007) 18 ans, 45,8 % = 97/100

 

 

 QUELQUES EXEMPLES DE WHISKIES NON RETENUS (Score inférieur à 97/100)

PARMI LES PREMIERS, MAIS DE GRANDE QUALITE (Sélection) :

 

 

96,5/100 & Hors Catégorie

 

BLENDED MALTS (Tous pays):

 

-NIKKA 25 ans "Taketsuru"(« Pure Malt »), Edition 2013, 43 % (Blended-Malt) = 96,5/100

 

 

SINGLE MALTS (Tous pays):

 

-BEN NEVIS Officiel 15 ans millésime « 1998 » (Bottled 2013), S.C.- réf. cask N° 586 (Sherry Butt), Cask Strength, n.c.f, 56,1 % = 96,5/100 & Hors catégorie

 

-BOWMORE « SECRET STILLS » 16 ans, code/réf. de région « 4.2 », emb par GORDON & MacPHAIL, gamme « SECRET STILLS », Small Batch, « Remade HOGSHEAD », Edition limitée pour la Maison du Whisky (650 bouteilles), 45 % (ISLAY) = 96,5/100 & Hors catégorie

 

-BUNNAHABHAIN Millésimé « 1968 » (Dist. 1968-Bott. 2010 mais étiquette erronée indiquant 2008), 41 ans, Refill Sherry Butts (Casks N°12401/403, 2 fûts ayant donné 719 bouteilles), emb. ADELPHI, n.c.f, Natural Cask Strength, 41,2 % = 96,5/100 & Hors catégorie

 

-LAPHROAIG Officiel 18 ans, “European Oak” casks, Cask Strength 2010 sample (not for sale), 60 % = 96,5/100 & Hors catégorie

 

-TALISKER N° “14.17” , surnommé “EARTH SHAKING AND EYE WATERING” , 20 ans, emb. The SCOTCH MALT WHISKY SOCIETY, SINGLE-CASK (Refill Hogshead ayant donné 202 bouteilles), n.c.f/n.c., 57,2 % (ISLE OF SKYE)=96,5/100 & Hors Catégorie

 

96/100 & Hors Catégorie

 

BLENDED WHISKIES  & Divers (Tous Pays) :

 

-BALLANTINE’S 30 ans, Edition 2006, 43 % (BLEND DE LUXE)= 96/100 à Hors Catégorie

 

-DEWAR’S « SIGNATURE », n.a.s. (les single-malts les plus âgés de l’assemblage ont 30 & 37 ans), Editions 2006 & 2008, 43 % (BLEND DE LUXE)= 96/100 à Hors Catégorie (les deux éditions)

 


 

SINGLE MALTS (Tous pays):

 

-ARDBEG officiel 30 ans « GUARANTED 30 VERY OLD » (version datant de la fin des années 1990), 40 % = 96 à 100/Hors Catégorie

 

-BALBLAIR officiel 38 ans, Edition circa 2005, 44 % = 96 à davantage/100 & Hors catégorie

 

-BEN NEVIS officiel 13 ans, « CASK STRENGTH » (inédit, dégusté en exclusivité au WHISKY LIVE 2005, Hors commerce/Advance sample), environ 60 %  = 96/100 & Hors Catégorie

 

-BENRIACH officiel Millésimé « 1976 » (Bottled 2009 = 33 ans), For the Whisky Fair, Single-Cask N° 3558 (Hogshead ayant donné 162 bouteilles), 47,4 % = 96/100 & Hors Catégorie

 

-HANYU 17 ans « Quercus Mongolica » (Japanese Oak), emb. N°1 Drinks, Single-Cask (Cask N°9512 -10 months in Mizunara Wood-ayant donné 374 bouteilles), 61,2 % : Notes de dégustation à venir. = 96/100 & Hors Catégorie

 

-LONGMORN Millésimé « 1964 » (Bott. 2010/ 46 ans), emb. GORDON & MacPHAIL, Single-Cask (Cask N°3483-1st Fill Sherry Hogshead, 192 bouteilles), emb. exclusif La Maison du Whisky (Dumpy Bottle), 45 %= 96/100 & Hors Catégorie

 

AUTRES TYPES DE WHISKIES (Tous Pays):

 

-PAPPY VAN WINKLE 23 ans, « FAMILY RESERVE », SMALL BATCH (Bottled circa 2012), Edition limitée, 75 cl (US Market), 47,8 % (KENTUCKY STRAIGHT BOURBON WHISKEY)= 96/100 & Hors Catégorie

 


 

***

 

A suivre....

 

La LISTE de MES MEILLEURS COUPS DE CŒUR ABORDABLES de l'année 2015/2016...

 

Bonne lecture!

Liste thématiques

 

C'est sous cette rubrique que vous trouverez des listes thématiques susceptibles de vous aider dans l'appréhension du whisky, pour débuter une collection, pour prévoir un cadeau à un proche ou donner votre "wishlist" pour Noël, ou pour simplement découvrir les fondamentaux du whisky écossais mais aussi une sélection très personnelle de whiskies auxquels vous pouvez ajouter les whiskies bien notés dans les différents reportages du type Salon du Whisky, Masterclass, Dégustations diverses, ce dans les rubriques "Evénements" ou "Express Notes", par exemple, ou dans les "Editoriaux", ou encore, parfois dans "Palmarès" (Awards).

En voici déjà deux, révisées de temps à autre, dont la seconde (liste de bouteilles à moins de 60 €) est plus particulièrement tournée vers ceux qui ne connaissent pas encore bien le whisky. Il va sans dire que j'ai dégusté chacun des whiskies en question sauf exceptions précisées (appartenant à un autre lot ou édition du même déjà dégusté), et que même si vous ne trouverez pas forcément de suite sur le site des notes de dégustation plus complètes sur chacun, je les recommande, mais clairement je ne saurais être tenu responsable des variations toujours possibles de qualité d'un lot à l'autre d'une même référence.

 

Mise à jour : 28/05/2015

 

 

LISTE N°2 de « WHISKIES REMARQUABLES de Moins de 150 € »:

 

 

(70 bouteilles en dessous d'environ 150 €, voire à moins de 100 €)

 

 

Remarkable whiskies I advise you : 70 bottles approx. under 150 €, some less than 100 €

 

 

 

Cette liste non exhaustive a été constituée avec la contrainte de ne pas dépasser environ 150 €,etde vous présenter des whiskies a priori disponibles de manière régulière (d’où l’absence de single-casks de négoce, sauf exception), disponibles plutôt chez des cavistes spécialisés, voire de quartier (y compris sur commande-l’on oublie souvent cette possibilité), mais certes plus difficilement disponibles (sauf exceptions) en grandes et moyennes surfaces. J’ai choisi cette fois des whiskies de préférence en provenance d’Ecosse, histoire de rééquilibrer un peu les choses et rebondir sur certaines polémiques actuelles (pour résumer : Oui, la qualité baisse globalement, depuis environ 2 ou 3 ans, semble t’il, mais il demeure -encore- de nombreux whiskies de qualité supérieure, et ce sont ceux là dont je vais vous parler ici).

 

 

Bien entendu, cette liste de whiskies a priori supérieurs à 60-80 € pour beaucoup peut être complétée par la LISTE N°1 de « Découverte du Whisky avec un Bon Rapport Qualite/Prix » que vous trouverez après celle-ci.

 

 

Cette liste a été divisée en deux catégories, pour simplifier, une liste de whiskies tourbés et une de whiskies non tourbés. J'y ai également ajouté quelques mots-clés en guise de brefs descripteurs du profil aromatique de ces whiskies pour vous aider dans votre choix. 

 

 

 

Dernière minute (25/12/14) : Deux blended-malts tourbés de moins de 150 € conseillés en préalable à ces deux listes:

 

-"BIG PEAT Christmas", du négociant Douglas Laing, Edition 2014, 55,7 % (Blended-malt composé de single-malts de l'île d'Islay, dont ARDBEG, BOWMORE, CAOL ILA, PORT ELLEN, et probablement LAGAVULIN et LAPHROAIG): Un bel assemblage, dense et complexe, bien tourbé, avec une pointe de badiane, de guimauve et d'amandes. Note de dégustation à venir sur le site. Comptez environ 60-65 €, MdW & cavistes partenaires

 

-"PEAT MONSTER 10 th Anniversary", Edition limitée 2013, du négociant/assembleur COMPASS BOX, 48,9 % (Blended-malt composé de single-malts de plusieurs régions, dont un CLYNELISH, un CAOL ILA, un LAPHROAIG): Une version particulièrement complexe et dense, et crémeuse avec un peu d'eau. En théorie épuisé, mais se trouve encore en France et au Royaume Uni (par ex. via T.W.E.). Comptez environ 100 €.

 

 

1/ Quelques SINGLE-MALTS ECOSSAIS non tourbés, voire très peu tourbés :

 

-ABERLOUR officiel « A’Bunadh », n.a.s. (= sans compte d’âge), non filtré à froid, non coloré, Batch 46, 60,7 % : Une valeur sûre, sans conteste, lot après lot (sauf exceptions), celui-ci étant très équilibré, et assez expressif (fruits rouges et autres, épices, boisé). A déguster, si vous n’en avez pas l’habitude (et même) avec un peu d’eau fraîche mais non glacée. Comptez entre 50 € (sur la toile) et 65 €, cavistes.

Conseil supplémentaire : Autres versions recommandées, le 18 ans d’âge (dont le profil est nettement plus intéressant qu’il y a quelques années-pour env. 75 €), et aussi le 12 ans d’âge en version dite « Non chill-filtered », plus puissante (et à 48 %) et épicée (comptez env. 40 €, cavistes). Bien sûr je recommande plus que jamais le très gourmand 16 ans d’âge « Double Cask Matured », à 43 % (pour moins de 40 € plutôt en grandes surfaces).

 

-ARRAN officiel « Devil’s Punching Bowl » n.a.s., Chapter 3 (assemblage de 8 fûts de Sherry, 5 de Bourbon, 8 de chêne français), un « multi-vintage » à 53,4 % et non tourbé cette fois. Plutôt bien fait, il est assez rond et fruité, tirant curieusement vers de légères notes de fruits rouges. Prix env. 100 €, mais peut être déjà épuisé à l'heure de cette mise à jour.

Conseil supplémentaire : Autres versions recommandées : Le 12 ans « Cask Strength », (batch 3), à 53,9 %. Ce lot semble un peu plus vif que le précédent, mais bien intéressant avec un peu d’eau, avec de belles notes de chêne et d’épices. Prix env. 60 €. Egalement une belle référence, quasiment au même prix, le 14 ans d’âge, à 46 %. Autre belle version, le 10 ans à 46 %, bien sûr, mais aussi une version spéciale nommée « Orkney Bere Barley » (10 ans), élaborée avec une variété d’orge millénaire quasiment disparue et donnant une complexité rare. Ici la deuxième version (Edition 2014), titrant 56,2 %. Comptez env. 80 €.

 

-BENRIACH officiel 20 ans d’âge, 2014, 43 % : Une version plus âgée en réalité (entre 24 et 25 ans d’âge) et issue de plusieurs types d’élevages (environ 20 ans en fûts de BOURBON, puis affinages en fûts de Madère et de Sherry). Douce, équilibrée, fruitée (fruits variés au sirop), un rien végétale (feuilles de tabac à cigare Havane, thé Earl Grey adouci), légèrement florale, la bouche est d’une belle sérénité, avec une belle et fine touche de tourbe en arrière-plan. Joliment boisé. Superbe et facile à boire. Comptez env. 95 €, MdW.

Conseil supplémentaire : Autres versions recommandées, le 15 ans « Dark Rum Finish », 2014, 50 %, avec un fondu remarquable de notes vanillées, caramélisées, et même chocolatées (chocolat au lait), ainsi que de jolies notes de fruits secs (les raisins en tête-et le rhum bien sûr), pour env. 65 €, et bien sûr deux des versions tourbées que vous trouverez dans la deuxième partie ci-dessous.

 

-BRUICHLADDICH officiel « The Laddie Sixteen », 46 % : Ce whisky étant âgé de plus de 14 ans, il s’agit d’un assemblage de fûts antérieurs à la reprise de la production par les producteurs actuels. Un whisky assez fin, atypique des productions actuelles de la distillerie, marqué par un joli fruité d’une grande complexité (agrumes & autres fruits jaunes, fruits rouges, fraise, cassis, mûres, etc…), de notes de thé à l’orange, de chocolat, marié à un boisé lui aussi d’une grande finesse. Les épices ne sont pas loin derrière, ainsi que quelques herbes sèches. Un des plus beaux BRUICHLADDICH sur le marché, de l’ancienne production, certes, mais issu d’une belle sélection. Chaudement recommandé. Comptez entre 86 et 95 €

Conseil supplémentaire : Autres versions recommandées, pas tant des versions étiquettées sous la marque BRUICHLADDICH, que, c’est mon choix, de superbes versions assez tourbées sous le nom de PORT CHARLOTTE (voir liste ci-dessous) ou encore très tourbé comme OCTOMORE (mais qui dépasse les 150 €).

 

-GLENDRONACH officiel (1995-2014) de 19 ans d’âge, Single-cask (N°1563-Oloroso Sherry), 54,2 %: Un joli Oloroso Sherry cask, gorgé de fruits secs et de fruits rouges & mûrs variés (et de mûres aussi !). Il fonctionne plutôt bien, avec une texture presque sirupeuse, assez dense. Un vrai dessert liquide ! Superbe…Comptez env. 150 €, MdW, mais attention, pas pour longtemps, car provenant d’un seul fût.

Conseil supplémentaire : Autres versions recommandées, le 12 ans d’âge « Original », 43 % (comptez env. 50 €, très gourmand et plaisant, parfait apéritif, et bien sûr, l’excellent rapport qualité/prix que constitue aussi le « Cask Strength » officiel sans mention d’âge (env. 13/14 ans), ici le batch 3-2014, à 54,9 % : Pour environ 80 €, un compromis sans équivalent (pour moi) pour profiter de beaux fûts de Sherry (Oloroso & P.X.) avec tout le fruité et la complexité que l’on peut en attendre.

 

-GLENGOYNE officiel 18 ans, 43 % : Ne vous fiez pas à son nez un peu alcooleux, il est bien plus doux au palais. Assez rond, huileux, très fondu, avec des notes de tabac, mais aussi de malt et de chocolat, plus quelques raisins secs. Un des single-malts les plus fins de la planète, pour une distillerie adepte de la distillation lente et de méthodes traditionnelles. Moins cher et aussi intéressant que le 21 ans d’âge. Comptez env. 92 €, cavistes partenaires de la maison Dugas, donc pas de la Maison du Whisky.

Conseil supplémentaire : Autres versions recommandées : Bien sûr le 15 ans d’âge, au rapport qualité/prix plutôt compétitif (un peu plus de 50 €), déjà évoqué sur le site (voir la page qui lui est consacrée via le menu gauche), le brut de fût « Cask Strength » n.a.s. d’environ 10 ans d’âge (batch 2 à 58,9 % par exemple, ou même le suivant), dans les 75 € environ. Pour les plus fortunés, le 25 ans, dont je vous reparlerais, dégusté dernièrement, est, sans être indispensable, superbe et bien équilibré (là on dépasse le plafond imparti dans cette rubrique, frisant les 300 € environ).

 

-GLENMORANGIE officiel 18 ans, dit « Extremely Rare », 43 % : Une version dont on ne parle pas trop, tant les versions avec affinage particulier demeurant en avant médiatiquement, mais qui demeure de qualité, dans un registre très subtil, fruité, floral, herbacé, typique des Highlands du Nord. Comptez entre 75 et 90 €, MdW, cavistes spécialisés.

Conseil supplémentaire : Autres versions recommandées, dans la gamme « Private Edition » le récent « Companta » (comptez env. 100 €), l’ancien « Finealta » (si vous en trouvez encore !), les affinages Sauternes (« Nectar d’or »), mais aussi le très raisonnable (env. 25/30 €) 10 ans d’âge « Original », 40 %.

 

-HAZELBURN officiel 10 ans (Première Edition, 2014-Fûts de Bourbon), 46 % : Une nouveauté, qui transcende pour moi les précédentes (avec la version ci-dessous), par une grande finesse (triple-distilled !) qui sublime les notes caractéristiques des SPRINGBANK de la même maison…si vous aimez les céréales, le lait d’amande et la vanille, avec un soupçon de miel, celui-ci est pour vous. Comptez sur 54-58 €, cavistes partenaires de la maison Dugas, donc pas de la Maison du Whisky.

Conseil supplémentaire : Autres versions recommandées, le récent 10 ans « Rundlets & Kilderkins » (Première Edition, 2014-Fûts de Bourbon de petite taille), 50,1 %(comptez env. 100 €), très boisé, l’ancienne version « C.V. », plus délicate, à 46 % (si vous en trouvez encore !).

 

-HIGHLAND PARK officiel 18 ans, 43 % : Une belle version, équilibrée, délicate, typique de la distillerie, et bien meilleure que le récent « Dark Origins », ce avec la garantie de l’âge et pour pas beaucoup plus cher. Comptez env. 95 à 115 €, attention, l’inflation a beaucoup touché cette version, dont le prix à doublé en 7 ans.

Conseil supplémentaire : Autres versions recommandées : Si vous tombez sur l’ancien packaging du 18 ans (d’avant 2007), là c’est encore autre chose, n’hésitez pas, c’est une splendeur (voir sur mon site). Pour les budgets moindres, le 15 ans d’âge, en voie de disparition, demeure un beau rapport qualité/prix (50 à 70 €), mais aussi certaines versions millésimées (même si hélas souvent réduites à 40 %) comme par exemple les « 1994 » ou « 2001 ». Voir sur le site à HIGHLAND PARK. L’on oubliera les hauts de gamme millésimés ou non vu leur prix.

 

-LITTLEMILL de millésime « 1990 » (Mis en bouteille en 2013-22 ans), du négociant Berry Bros & Rudd, gamme « Berry’s Own Selection », Single-Cask (N°16), 46 % (Single-Malt): C’est un whisky floral (lys, iris), vanillé, fruité (abricots & oranges confites), discrètement épicé (angélique), très agréable. Comptez env 110 €, MdW, cavistes spécialisés. Idem, cela n’est pas éternel (un seul fût).

 

-MACALLAN (The) officiel « Ruby », n.a.s.*, série « 1824 », 43 % : L’on sera peut être surpris de trouver cette version ici, surtout que dernièrement elle se vend plutôt vers les 180 € que vers les 150 € voire moins ou je l’ai vue parfois en début d’année, mais, dans le débat sur la disparition du compte d’âge, initié en grande partie suite à la décision de distilleries prestigieuses telles que celle-ci, il y a quelques années, de remplacer ce compte d’âge par des mentions de couleur, de parler de la qualité des fûts (ah, bon ?) et…d’augmenter les prix. Mais, personnellement, j’apprécie cette version (certes pas son prix) que je trouve suffisamment équilibrée et fruitée pour mériter d’apparaître ici, sans être non plus inoubliable. *C’est un whisky sans compte d’âge, oui, mais j’ai cru comprendre qu’il s’agit d’un assemblage de fûts âgés d’au minimum 18 ans, voire davantage. Pour ceux qui tiennent absolument aux « marques ».

Conseil supplémentaire : Si vous avez l’occasion de déguster (voire d’acheter ?) des MACALLAN millésimés ou avec compte d’âge mis en bouteille avant le milieu des années 2000, vous verrez ce que c’est qu’un MACALLAN réellement digne de ce nom…Je pense par exemple au 18 ans d’âge millésime « 1978 ».

 

-OLD PULTENEY officiel 21 ans, non chill-filtered,46 % : Un classique d’une grande subtilité, issu d’un élevage de fûts de Bourbon et de Sherry, avec un subtil mélange de notes marines, herbacées, florales, fruitées et épicées, difficiles à décrire, mais j’y reviendrais…Comptez environ 125 €, MdW, cavistes.

Conseil supplémentaire : Autres versions conseillées : Le nouveau "Clipper" (n.a.s.) Edition 2014, un assemblage de fûts de Bourbon & de Sherry casks, 46 %: Une belle version en hommage au bateau sponsorisé par la distillerie qui participe à la course « Clipper Round the World 2013-2014 Yacht Race », une course de longue haleine…Plutôt bien faite, équilibrée, elle est portée par de belles notes d’esters (fruits exotiques, bonbons anglais, bonbons gélifiés acidulés). Je l’ai trouvée plus convaincante que le « Navigator », par exemple. Prix env. 73 €, MdW, cavistes. Je conseille aussi le 17 ans d'âge, à 46 %. Comptez env. 90 €.

 

-SPRINGBANK officiel 12 ans « Cask Strength » (Batch 9, 2014), 54,3 % : A l’heure ou j’écris ces lignes, j’ai peur que ce lot en particulier (batch 9) soit déjà épuisé. La rançon du succès, pour une distillerie artisanale (une des rares), qui propose encore régulièrement des mises en bouteille dignes de sa réputation (même si clairement, l’on est loin des mythiques versions des années 90). L’alliance entre les notes de noix de coco, vanille, épices, amandes, orge maltée (très légèrement tourbée) et la touche habituelle de bois sec fonctionnent parfaitement. J’avais adoré le batch de l’an dernier (à 52,3 %) mais je me demande si celui-ci n’est pas encore meilleur ! Je pense que vous pouvez sans risque acquérir le suivant. Comptez env. 78 €, cavistes partenaires de la maison Dugas, donc pas de la Maison du Whisky.

Conseil supplémentaire : Autres versions conseillées : Cela pourrait être le 18 ans d’âge (y compris en version LONGROW, davantage tourbé), le 10 ans d’âge, l’ancienne version « C.V. », sans parler de certaines versions mis en bouteille avant le milieu des années 2000. La version de 9 ans d’âge affinée en fûts de vin Italien est également recommandée (« Gaja Barolo »,série « Wood Expression », Cask Strength, 54,7 %).

 

 

 

2/ Quelques SINGLE-MALTS ECOSSAIS (en majorité) de modérément tourbés à fortement tourbés:

 

-ARDBEG officiel n.a.s. "UIGEADAIL", 54,2 % : Un classique, avec une tourbe plus modérée et plus sage que par le passé, et moins d’amplitude aromatique que par le passé, mais plus abordable et plus complexe que la version de base nommée « TEN », parfois problématique (voir la fiche sur le site). Comptez env. 80 €, MdW, cavistes spécialisés.

Conseil supplémentaire : Autres versions recommandées, le « Corryvreckan », un brut de fût à 57,1 %, puissamment tourbé pour env. 85 €, et l’« Auriverdes », à 48,9 % (mais à 95 €, voire plus), plus modérée et bien équilibrée.

-BENRIACH officiel 17 ans version "Solstice" (Heavily Peated Port Finish), 50 % : Il s’agit, chose rare, d’une version avec affinage Porto, mais ne plus assez tourbée. Belle version, complexe, à recommander plutôt pour les connaisseurs...Comptez env. 90/95 €, MdW, cavistes spécialisés.

Conseil supplémentaire : Si vous pouvez mettre la main sur l’ancienne version du 21 ans d’âge dite "Authenticus", remplacée depuis quelques années par un 25 ans d’âge à un peu plus de 200 €), vous ne le regretterez pas, sinon bien moins cher, bien sûr je conseille le 10 ans "Curiositas", 46 % (env. 50 €).

 

-KILCHOMAN officiel "Original Cask Strength", 2009, 1st Fill Bourbon, 59,2 % : Comptez env. 95 €, à la MdW): La première édition régulière en brut de fût est un événement, une version très équilibrée et très expressive, notée 92/100 sur mon site. : Voir le sujet sur le salon W.L.P. 2014 :

Conseil supplémentaire : Voir ci-dessous le lien vers ce sujet dans lequel je cite d’autres versions que je recommande, comme la "Loch Gorm" (Sherry), le « Port Cask Matured » (Porto), et bien sûr le « Machir Bay » (Bourbon/Sherry):

http://www.gregswhiskyguide.com/actualites/les-evenements.html



-LAGAVULIN officiel 12 ans 14th Release,  2014, "Cask Strength", 54,4 % : Une version que je n'ai pas testée dans cette édition précise (mais plusieurs éditions précédentes, oui), certes, mais qui semble avoir bonne presse. Comptez env. 105 €. Bien sûr l’édition classique du 16 ans d'âge demeure une belle référence (40/50 €).



-LAPHROAIG officiel 18 ans, 48 % : Un classique, encore mésestimé, il faut bien le dire, avec une joli profil tourbé, boisé, fumé, avec une pointe de fruits. Comptez entre 60 € (grandes surfaces) et 85 €, cavistes.

Conseil supplémentaire : Bien sûr, à mon avis, plus que le 10 ans d’âge réduit (les « Cask Strength » sont bien meilleurs) et que le « Triple Wood » (sans grand intérêt), c’est le « Quarter Cask » qui demeure le meilleur rapport qualité/prix de la distillerie, avec le plus d’être non filtré à froid et à 48 %. Prix env. 50 €.

-LEDAIG 16 ans, Douglas Laing, gamme "Old Particular", 48,4 % : Un des meilleurs LEDAIG que j'ai testés récemment. Comptez env. 90 €. Plus lourd, le 10 ans d'âge officiel peut aussi faire l'affaire...mais c’est moins subtil et moins complexe.



-LONGROW "C.V." (remplacée par le "Peat", non encore testé), n.a.s., 46 % : -Une version tourbée de SPRINGBANK...Un bon "n.a.s.", contrairement à nombre de références d'aujourd'hui...

Conseil supplémentaire : Si vous pouvez trouver le 18 ans d’âge, splendide, plus complexe et profond (par contre probablement plus proche des 200 € de nos jours), vous ne le regretterez pas.



-PORT ASKAIG 19 ans, emb. du négociant The Speciality Drinks ltd (T.W.E.), 50,4 % : C'est un splendide CAOL ILA de négoce, équilibré, complexe, en fait...vraiment ! Comptez 132 € à la MdW.



-PORT CHARLOTTE "Scottish Barley", n.a.s., 50 % : Une belle alternative aux marques plus courantes, avec un whisky équilibré, bien tourbé, expressif, une merveille. Comptez env. 55/60 €, cavistes spécialisés, Comptoir Irlandais. Pour en savoir un peu plus, voir le reportage sur la Masterclass Bruichladdich ici (après le sujet sur le 05.11.14):

http://www.gregswhiskyguide.com/actualites/les-evenements.html



-TALISKER officiel "57 °NORTH", n.a.s., 57 % : Une valeur sûre, puissante, tourbée, mais aussi marquée par le caramel (ajouté ou pas), les embruns, bref, un Talisker d’aujourd’hui, mais un peu débridé. Comptez env. 70 €



Enfin pour surprendre un peu, un des plus beaux chefs d'oeuvre japonais, complexe, subtilement tourbé :



-YOICHI officiel 12 ans, 45 % : Comptez env. 100 €, MdW -voir la fiche sur mon site :

http://www.gregswhiskyguide.com/component/virtuemart/view/productdetails/virtuemart_product_id/3/virtuemart_category_id/15.html

 

__________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Mise à jour : 04/12/2014

 
 

 LISTE N°1 de « DECOUVERTE du WHISKY avec un BON RAPPORT QUALITE/PRIX »:

 

(Plus de 80 bouteilles en dessous d'environ 60 €, voire à moins de 40 € si suivi d'une étoile: *)

 

 

A  big whisky list to help you discover the fascinating world of whisky :

80 recommended bottles approx. under 60 €, some less than 40 €

 

 

 

 

Cette liste non exhaustive a été constituée en ayant à l’esprit la contrainte de ne pas dépasser environ 60 €, et de vous présenter des whiskies a priori disponibles de manière régulière (d’où l’absence de single-casks de négoce) et ce soit en grandes et moyennes surfaces, soit chez les cavistes, spécialisés ou non.

 

Il va de soi qu’il existe de nombreux autres choix possibles et des whiskies de qualité pour une somme inférieure à celle-ci (mais rarement en dessous de 25 €, concernant les single-malts surtout) ou légèrement supérieure (ce qui fait que de très belles références sont absentes de cette liste). Certains choix risquent de surprendre, en revanche, mais je les assume. Ce n'est pas parce qu'une référence est courante et peu onéreuse qu'elle est forcément mauvaise.

 

Depuis peu, la liste a été augmentée d'au moins une référénce par catégorie (voire jusqu'à 10 références pour les blended-whiskies écossais et 13 références pour les single-malts écossais), et j'y ai également ajouté quelques mots-clés en guise de brefs descripteurs du profil aromatique de ces whiskies pour vous aider dans votre choix. 

 

Dernière minute (04/12/14) : A noter, si les HAKUSHU & YAMAZAKI en version 12 ans d'âge ont été retirés de cette liste, c'est parce que suite à la sortie des versions sans indication d'âge nommées "Distiller's Reserve", celles-ci ont été remontées au niveau des prix (ou vont l'être sous peu) d'environ 20 €, soit bien plus que la somme de 60 € (environ) choisie pour cette liste, ce qui ne veut absolument pas dire qu'ils ne sont pas dignes d'intérêt. Si vous les trouvez à l'ancien prix (entre 52 et 55 € environ), vous savez ce qui vous reste à faire !

 

 

1/Quelques BLENDED-WHISKIES Ecossais de Qualité :

 

 -"ASYLA" (négociant Compass Box), 40 % -un blend non aseptisé, herbacé, épicé ("Clynelish inside") sans additifs, contrairement à la plupart de ses concurrents, on aime ou on aime pas.

-BALLANTINE'S "Finest", 40 % * -lorsque l'on a affaire à un bon lot, c'est un excellent blend, qui en plus supporte la glace pas trop mal pour ceux qui ne peuvent pas s'en passer...(boisé, fruité, floral, légèrement fumé)

-CHIVAS REGAL 12 ans, 40 % * -pour les amateurs de blend fondu, équilibré & lisse. Belles notes de fruits confits.

-CHIVAS REGAL 18 ans, 40 %  -fruité, floral, épîcé, équilibré, charpenté, il a plus de caractère que le 12 ans

-DEWAR'S 12 ans "Special Reserve", 40 % * -la délicatesse n'excluant pas l'expressivité (floral, fruité, miellé)

-DIMPLE 15 ans, 40 % *-très légèrement fumé, doux, boisé, équilibré, il tient toujours la route

-The FAMOUS GROUSE, 40 %* -un blend de caractère, marqué par le sherry, boisé, épicé.

-GRANT'S "Family Reserve", 40 %* -là encore, si le lot est bon, c'est un blend charpenté de qualité...

-"GREAT KING STREET" (négociant Compass Box), 43 % (50 cl)* -et l'édition limitée "Peated" (tourbée)

-JOHNNIE WALKER « Double-Black » sans indication d'âge, 40 % *-légèrement fumé, boisé, équilibré (pour remplacer les "Red label" ou "Black Label" 12 ans devenus par trop aseptisés par leurs additifs ces dernières années hélas).

 

2/ Quelques BLENDED-MALTS (ou PURE-MALTS) Whiskies ECOSSAIS de Qualité:

 

 -« OAK CROSS » (négociant Compass Box), 46 % -non tourbé, fruité, herbacé & floral

-« The PEAT MONSTER » (négociant Compass Box), 46 % -tourbé, mais modérément, équilibré

-« BIG PEAT » (négociant Douglas Laing), 46 % -tourbé, marin, floral, pour amateurs de tourbe seulement

-BERRY’S « SPEYSIDE RESERVE » (négociant Berry Bros & Rudd), 46 % -non tourbé, herbacé, floral, fruité

-BERRY'S « ISLAY RESERVE » (négociant Berry Bros & Rudd), 46 % -tourbé, floral, fruité (prix peut être limite)

-« ROCK OYSTER » n.a.s., emb. Douglas Laing, 46 % (Blended-Malt-Islands): Pendant plus léger et plus ouvert sur les autres îles du « BIG PEAT », un assemblage jeune, mais déjà prêt, d'une belle harmonie entre tourbe (légère), notes marines, florales & fruitées. Très bien fait.

-« SCALLYWAG » n.a.s., emb. Douglas Laing, 46 % (Blended-Malt-Speyside): Pendant fruité du « BIG PEAT », un assemblage jeune composé de malts des distilleries GLENROTHES & MACALLAN, notamment. Plutôt bon également, dans un registre plus léger et légèrement vineux. Equilibre séduisant.

-«TIMOROUS BEASTIE » n.a.s., emb. Douglas Laing, 46,8 % (Blended-Malt-Highlands): Un joli Blended-malt composé de malt des distilleries BLAIR ATHOL, DALMORE et GLENGOYNE. Bien équilibré, assez jeune, mais de qualité. Floral, fruité, bien agréable, avec une majeure de fûts de premier remplissage.

 

 3/ Quelques SINGLE-MALTS Whiskies ECOSSAIS de Qualité (non tourbés):

 

-ABERLOUR officiel 16 ans, « Double-Cask Matured », 43 % -Fruits compotés, pointe de sherry et boisé

-ARRAN officiel 14 ans, 46 % -Fruité, floral, herbes & épices douces, c'est un bon représentant de cette île.

-The BALVENIE officiel 12 ans, « Double-Wood », 40 % -Fruité, floral, avec de la vanille et des épices douces, un fruité complexe, et une belle pointe de sherry et boisé, il montre encore la voie et selon moi demeure au dessus de nombre de versions plus chères de la même distillerie (les derniers lots testés sont superbes).

-CLYNELISH officiel 14 ans, 43 % -Belle introduction aux single-malts typés de cette distillerie des Highlands

du Nord (moutarde, agrumes, herbes, cire)

-DALMORE officiel millésimé "2002",46 %- Légèrement vineux, fruité, boisé, c'est un bon compromis...

-DALWHINNIE officiel 15 ans, 43 % -Le miel de bruyère, signature de certains Highlands du Nord, comme ici

-EDRADOUR officiel 12 ans, "Caledonia", 46 % -Un bon représentant du style particulier de cette distillerie

de la région du Speyside (fruits rouges, melon, sherry & boisé modéré, épices)

-GLENDRONACH officiel "Original" 12 ans, 43 % -Un des plus beaux 12 ans d'âge marqués par le Sherry et au delà, développant une profusion de fruits (rouges en tête) et un boisé délicat. Valeur sûre....

-GLENGRANT officiel 10 ans, 40 % -Souvent sous-évalué à mon avis; un superbe malt apéritif (foin, vanille, herbes, agrumes)

-GLENFARCLAS officiel 15 ans, 46 % -Charpenté, marqué par le sherry, fruité, boisé, épicé. Un must.

-GLENFIDDICH officiel (sans mention d'âge) "Malt Master's Edition", 43 % -Bel équilibre fruité/boisé

-GLENGOYNE officiel 15 ans, 43 % -le raffinement du sherry à prix accessible (ici côté douceur et finesse)

-The GLENLIVET officiel 18 ans, 43 % -Fruité, floral, un peu boisé, équilibré. Un classique.

-OBAN officiel 14 ans, 43 %: -Elégant, complexe (un rien marin, végétal, cuir, fruits au sirop, boisé).

-HIGHLAND PARK officiel 12 ans, 40 %*-Miellé, vanillé, floral, un peu fruité...les îles Orcades par le début.

-SPRINGBANK 10 ans, 46 % : Marqué par l'orge, les épices, la vanille, la noix de coco, et un je ne sais quoi d'élégant qui fait tout son charme.

-TAMDHU officiel 10 ans, 40 % -Belle nouveauté 2013, toute en délicatesse (fines notes de sherry, boisé fin)

 

4/ Quelques SINGLE-MALTS Whiskies ECOSSAIS de Qualité (tourbés):

 

-ARDBEG officiel "Ten" 10 ans, 46 % -Fortement fumée (provenant de la tourbe), agrumes, chlorophylle

-ARDMORE officiel "Traditional Cask" sans mention d'âge, 46 % -Fumé, caramelisé, boisé, fondu

-BENRIACH officiel "Curiositas" (Peated malt), 46 % -Un des rares single-malts loin de l'île d'Islay à être tourbés, une belle introduction (modérée) à la tourbe, avec en plus de jolies notes d'amandes et d'agrumes.

-BENROMACH officiel 10 ans (cf lot de 2014), 43 % -Un lot de 2014 s'est avéré bien plus intéressant et équilibré que les première versions du 10 ans. Dégusté à l'aveugle, il a été confondu par tous les convives (des connaisseurs) avec un malt bien plus âgé et prestigieux...Belles notes florales capiteuses, boisées (bois précieux), plus cendrées que fuméeset avec une pointe de fruits rouges, superbement fait pour environ 50 €.

-BOWMORE officiel 12 ans, 40 % *-Léger, assez floral, marin, fruité, tourbe modérée, badiane

-PORT CHARLOTTE (officiel-dist. Bruichladdich) "Scottish Barley", 50 % -Légèrement fermier, mais surtout joliment tourbé, légèrement fruité, floral, très linéaire, mais dans le bon sens du terme.

-CAOL ILA officiel 12 ans, 43 % *-Un modèle d'équilibre (modérément tourbé, floral, fruité, marin, olive, fumé). Je recommande également le "Moch", un n.a.s. de qualité, un peu plus fumé.

-ISLE OF JURA officiel (sans âge précisé) "Superstition", 43 % -Peu tourbé, miel de bruyère, fruité, boisé, assez fin et équilibré.

-KILCHOMAN officiel "Machir Bay", 46 %-Un délicat malt d'Islay, jeune, mais déjà bien fait (floral, fruité, fumé).

-LAGAVULIN officiel 16 ans, 43 % -Très élégant et profond, marin, fumé, fruits à l'arrière-plan, cuir, un must.

-LAPHROAIG officiel « Quarter Cask », 48 % -Médicinal, boisé, fruité (agrumes, exotiques), très fumé. Demeure pour moi le meilleur rapport qualité/prix de la gamme.

-LEDAIG officiel 10 ans, 46,3 % -Fortement tourbé, un peu fermier, boisé, agrumes...

-LONGROW officiel "C.V.", 46 % -La version tourbée de Springbank, équilibrée, sur les agrumes, la fumée. Attention, elle a depuis l'an dernier été remplacée par une version sans autre mention que "Peated", que je n'ai pas encore dégustée. A suivre.

-TALISKER officiel 10 ans, 45,8 % -Marin, fumé, épicé, floral, fruité, c'est toujours une référence pour l'île. Si vous en voyez passer, prenez-en car cette référence va être remplacée sous peu par un whisky sans compte d'âge (n.a.s.), soit le "Storm", soit le "Skye".

 

5/ Quelques WHISKEYS d’IRLANDE de Qualité (tourbés & non tourbés):

 

-BUSHMILLS 16 ans « Matured in Three Woods » (Single-Malt whisky-Bushmills distillery), 40 %

(Délicatement fruité, floral, très fin, léger boisé)

-CONNEMARA « Cask Strength », (Single-Malt whisky-Cooley distillery), 57,9 %

(Tourbe grasse, guimauve, herbes diverses & gazon, fruits jaunes, anis)-attention, se raréfie ces derniers temps...

-GREENSPOT, (Pure Pot Still whiskey-Jameson distillery), 40 %

(Fruité, floral, vanillé, assez épicé-marqueur : touche de gingembre)

-POWER'S 12 ans (Pure Pot Still whiskey-Jameson distillery), 40 %

(Très fruité, floral, vanillé-marqueur : touche de mandarine)

-RED BREAST 12 ans (Pure Pot Still whiskey-Jameson distillery), 40 %

 (Très fruité, floral, boisé, demi-sec, esters, vanille-marqueur : bourgeon de cassis)

-TEELING WHISKEY & co, (Blended whiskey indépendant), 46 %

(Un beau blend fruité, floral, asez rond, sur les traces du single-malt The Tyrconnell)

 

6/ Quelques BLENDED-WHISKIES & BLENDED-MALTS Whiskies du Japon de Qualité:

 

-NIKKA « Blended-whisky » (Blended-Whisky), 40 % * -Equilibré, et assez naturel (herbes, fleurs, fruits)

-NIKKA « From the Barrel » (Blended-Whisky), 51,4 % (50 cl)-Assez fumé et très boisé, exotique...

-NIKKA « Pure-Malt » (Black), (Blended-Malt Whisky), 43 % (50 cl)-Assez tourbé, boisé, floral, fruité

-NIKKA « Pure-Malt » (Red), (Blended-Malt Whisky), 43 % (50 cl)-Un peu tourbé, très fruité & floral

-NIKKA « Taketsuru » 12 ans, (Blended-Malt Whisky), 43 %*-Léger (herbes, fleurs, fruits, miel)

-NIKKA « Coffey Malt » , (Malted Whisky distilled in column stills), 43 %-Très fin, pâtissier, hors norme...car distillé dans des alambics normalement réservés aux grains dits "non nobles" (maïs, blé, etc...).

-SUNTORY « Hibiki » 12 ans, (Blended-Whisky), 43 % -Léger, floral, fruité, boisé, assez épicé

 

7/ Quelques SINGLE-MALTS WHISKIES JAPONAIS de Qualité (tourbés & non tourbés):

 

-HAKUSHU « Distiller's Reserve » n.a.s (6-18 ans), (Single-Malt whisky), 43 % -Minéral, herbacé, végétal (plantes aromatiques), floral et fruité (agrumes). Un élégant apéritif.

-MIYAGIKYO « Non-Age »,(Single-Malt whisky-jeune), 43 % (50 cl) -Banane, milk-shake à la noix de coco

-MIYAGIKYO 10 ans, (Single-Malt whisky), 45 % -Fruits et fleurs jaunes, vanille, herbacé

-YOICHI « Non-Age »,(Single-Malt whisky-jeune), 43 % (50 cl) -Futur grand malt, fruité, floral, fumé...

-YOICHI 10 ans (Single-Malt whisky), 45 % -légèrement tourbé, boisé japonais, floral, fruité (prune)

 

8/ Quelques WHISKIES des ETATS-UNIS de Qualité (tous types sauf tourbés):

 

-BLANTON'S (Buffalo Trace) « Gold Edition », (Kentucky Straight Bourbon Whiskey), 51,5 %

(Fruité, floral, épicé, boisé-le tout avec équilibre et gourmandise)

-FOUR ROSES « Small Batch » (Kentucky Straight Bourbon Whiskey), 45 %

(Léger, sensuel, très fin, sur le fruit, les épices "américaines" et un boisé assez discret)

-HEAVEN HILL "Larceny", 46 % (Straight Bourbon whiskey-« Very Special Small batch »):

(Un splendide « Bourbon de blé » à la fois soyeux et gouleyant, incroyablement sexy et gourmand)

-MAKER'S MARK  (Kentucky Straight Bourbon Whiskey), 45 %*

(Le Bourbon digestif par excellence, plutôt sec, boisé, épicé, mais aussi fruité)

-WOODFORD RESERVE (Labrot & Graham), (idem), « Distiller’s Select », 43,2 %

(Distillé trois fois, parmi les plus fins et équilibrés Bourbons que vous pourrez trouver)

 

9/ Quelques WHISKIES FRANÇAIS de Qualité (tous types):

 

-ARMORIK « Classic »,  Distillerie Warenghem (Single-Malt whisky), 46 % -Fruits & fleurs jaunes, marin, boisé, équilibré. Sans doute la version la plus équilibrée jamais sortie par la distillerie, il détrône à mon sens la version de base sans indication autre que le nom.

-« BREIZH WHISKY »,  Distillerie Warenghem (Blended-Whisky), 42 % -Une version plus riche que le "WHISKY BRETON" car constitué de 50 % de malt et 50 % de grain, bien fruitée, floral, épicée, herbacée, et légèrement marine.

-EDDU « Silver », Distillerie des Menhirs (Whisky à base de blé noir), 40 % -Fruits confits, miel, épices douces. Une alternative aux single-malts qui lorgne du côté des nord-américains du point de vue du goût et de certains assemblages utilisant du seigle (rye). De fait, ce whisky est gustativement plus proche d'un....pommeau de Normandie ou de Bretagne que d'un whisky écossais...On aime ou on aime pas. Il existe également une version en blended-whisky nommée "Grey-Rock" et que je recommande.

....ou économiser (prix un peu sup. à 60 € avec FP) pour acquérir plus tard un single-malt de chez :

-GLANN AR MOR (en version non tourbée), ou KORNOG, en version tourbée...

-« WHISKY BRETON »,  Distillerie Warenghem (Blended-Whisky), 40 % *-De la provocation dans cette liste pour certains, l'affirmation de la qualité à travers les années pour le plus ancien blend français (1989) pour d'autres, dont je suis, car ce blend fruité (pommes cuites, coing), herbacé, floral, marin, est équilibré mais il est aussi typé et peu ou pas marqué par le caramel artificiel, contrairement à nombre de ses concurrents, et du coup sa typicité (que l'on ressent dans les single-malts Armorik) peut heurter les habitués des blends aseptisés, tant pis pour eux. Signalons enfin un fait souvent ignoré, du fait que la distillerie Warenghem ne travaille avec aucune autre distillerie et produit elle-même le whisky de grain qu'elle utilise dans ce blend, l'on peut parler (un fait rare dans les blended-whiskies même écossais) de single-blend ou single-blended whisky...un gage d'homogénéité, de traçabilité et donc de qualité.

 

10/ Quelques WHISKIES du RESTE DU MONDE de Qualité (tous types):

 

-AMRUT « Single-Malt », (Single-Malt whisky), 46 % (INDE) -sa qualité a sensiblement augmenté ces dernières années, il faut le signaler, et dans cette version non tourbée, herbes, plantes et céréales (dont l'orge) s'expriment avec harmonie (le moins cher de la gamme)

-AMRUT « Fusion », (Single-Malt whisky), 50 % (INDE) -légèrement tourbé & fumé, bois et fleurs exotiques, épices indiennes, une belle version abordable pour découvrir le style exotique et un peu fumé de la distillerie

-CROWN ROYAL (Blended-whisky), 40 % (CANADA): Très fondu et équilibré, boisé, fruité, assez léger, à réserver plutôt aux amateurs de blended-whiskies classiques ou aux amateurs de Cognacs classiques également

-MACKMYRA « Bruks », (Single-Malt whisky), 41,4 % (SUEDE) -Fruits (poire en tête), fleurs, épices, boisé sec, un bon moyen de découvrir cette attachante distillerie à la pointe du progrès technologique

-PENDERYN « Sherry Cask » (Single-Malt whisky), 46 % (PAYS DE GALLES)- Equilibre fleurs, fruits, épices. Cette version est légèrement marquée par le sherry, alors que d'habitude ce sont les notes fruitées (poire, agrumes) et les épices qui le caractérisent. Une version très élégante.

 

 ___________________________________________________________________________________________

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop