Autres Spiritueux

 

Dans cette rubrique j'ai souhaité ouvrir le site à d'autres spiritueux susceptibles d'intéresser les amateurs de whisky, soit parce qu'ils auraient parfois des profils aromatiques au moins en partie similaires, soit parce qu'il me semblait pertinent de comparer les arômes et les saveurs d'autres spiritueux vieillis en fûts comme principalement le Cognac, l'Armagnac ou le Rhum à ceux du whisky.

Bien entendu, cette rubrique n'a pas de vocation exhaustive, bien moins que pour le whisky en tout cas, question de choix....Mais je dois avouer que j'y ai fait de belles rencontres et que j'apprends tous les jours à quel point une eau-de-vie qui ne serait pas du whisky peut être parfois de tout premier ordre ! Vous le constaterez vous mêmes au vu de certaines scores (parfois délirants mais qu'il ne faut pas trop prendre au sérieux-ma passion, si).

Ce sont majoritairement des spiritueux vieillis en fûts de chêne que vous retrouverez ici régulièrement sous forme de notes de Dégustation voire de petits reportages, mais de temps à autre je ne m'interdirais pas d'y traiter également d'alcools blancs ou d'autres types d'eaux-de-vie de qualité qui pourraient avoir attiré mon attention. Merci de votre indulgence quand au développement de cette rubrique, "les malts"me prenant l'essentiel de mon temps !

 

« Quelques Spiritueux vieillis en fûts de chêne susceptibles de plaire

à des amateurs de whisky »

 

Avertissement : Les prix indiqués ci-dessous sont non contractuels, ils sont susceptibles de changer. Certains lieux de dégustation mentionnés ne sont pas ouverts au public, mais aux professionnels  et à la presse seulement, sauf parfois sur demande. Certaines dégustations ont eu lieu dans un cadre expérimental avec des échantillons hors commerce, vous ne les trouverez donc pas a priori en boutique. Se renseigner auprès de ces sociétés ou auprès des cavistes distributeurs de ces marques. Par ailleurs, la notation chiffrée (sur 100, mais parfois sur 20 lorsque les notes ont été prises de manière plus rapide) atteint ici des sommets parfois surréalistes, j'en conviens...il ne faut pas les prendre au pied de la lettre, c'est surtout, dans le cas du dépassement des 100/100 une indication de mon enthousiasme quand à la qualité extrêmement élevée détectée dans ces bouteilles, et ce n'est que mon opinion encore une fois, peut être un peu plus "lâchée" par rapport aux whiskies...Enfin, le nombre de notes de dégustation par rapport aux marques citée est proportionnel aux opportunités que j'ai pu avoir de déguster ces spiritueux, notamment de manière plus "tranquille" (sur échantillons ou grâce à des acquisitions de bouteille le cas échéant).

 

LES COGNACS

 

Les  COGNACS de la maison LA GABARE S.A., (société de courtage et de négoce de

Cognac de collection fondée par Jean GROSPERRIN en 1992 à Chermignac, France)*:

(*Merci à Guilhem Grosperrin pour ces dégustations)


Pour en savoir plus, voir leur site internet :  http://www.lagabare.com/

 

Dernière minute (05/09/2014): Suite à ma visite sur place, à Saintes, cette année, reportage à venir dans une autre rubrique bientôt (retard du à une attente de correction de mentions techniques dans mon sujet,  merci de votre patience !

 

 

Guilhem Grosperrin et ses Cognacs en 2011

Guilhem Grosperrin, dans un salon professionnel, avec une partie des millésimes des Cognac de la maison (Photo G.S.)

 

A Noter : Ces Cognacs sont sans additifs (caramel, saccharose brut, essence de boisé, etc...)

 

-COGNAC Jean GROSPERRIN (négociant), « FINS BOIS » 1994 (12 ans), brut de fût  à 58,7 % :

Couleur : Or. Nez : Magnifique «  nez de SPEYSIDE » qui tromperait presque n’importe qui, mais tout de même significatif d’un boisé et d’un fruité que l’on trouve (aussi) dans les Cognac. Exubérant, immense, ample et suave, enivrant et luxuriant, il évolue sans cesse pour couvrir une palette aromatique impressionnante. Des fruits mûrs (pomme, abricot, pruneaux), un très joli boisé riche en notes vanillées, amande, sorbet à l’orange, un peu crémeux, notes qui apparaissent après quelques minutes d’aération. Un nez incroyable, d’une rare élégance, à la fois intense et délicatement parfumé. Quinze minutes de plus et il évoque maintenant les bourbons les plus suaves. Manifestement ici, l’absence de réduction est un plus. Bouche : Très vive et très épicée à l’attaque (c’est de tout de même un brut de fût à 58,7 %), elle est étonnement riche, ample, variée et fruitée.  Débutant par les notes fruitées et boisées du premier nez, elle évolue ensuite (et encore plus avec une certaine aération) vers des notes d’agrumes, voire de fruits exotiques, prenant un caractère effervescent ou  pétillant qui surprend et ne constitue pas une agression d’éléments acides. En effet, malgré le haut degré alcoolique, elle est moins violente que nombre de bruts de fût de malts écossais. La finale, très longue et savoureuse, recèle encore d’autres trésors : Après le Bourbon, c’est aux PURE POT STILL irlandais auxquels on pense. De délicates et puissantes notes de fruits rouges (cassis, groseille) s’invitent à la danse, comme si un malin génie avait voulu surenchérir quelque peu sur la fantastique complexité et générosité du CARSEBRIDGE "1965" de Berry Bros & Rudd (un single-grain écossais). A noter : Il n’a pas été testé dilué, cela ne semblait pas s’imposer dans cette première dégustation… Conclusion : Un Cognac proprement hallucinant, très généreux, qui porte haut nos couleurs et qui donne envie de découvrir toute la gamme, les vieux millésimes de prestige comme les plus jeunes mises en bouteilles. Un grand moment ! 47-50 €, Caviste Rouge, Blanc et Bulles (ex-Le Champagne), Paris, Gare de Lyon , Janvier 2007Note sous réserve  = 97/100

-COGNAC Jean GROSPERRIN « FINS BOIS » 1966 (+30 ans ?) , fût N° 98 B / brut de fût naturellement réduit à 48,3 % :

A Noter : Les Cognacs nouvellement distillés titrent à 72 % avant mise en fûts . Nez : Somptueux, beurre d’amandes écrasées, abricots secs, purée de pruneaux, et…sensation de sherry. Bouche : Incroyable symphonie de fruits rouges, très « Pure Pot Still » là encore. Très équilibré, très complexe, d’une présence hallucinante pour son âge. Légère amertume en finale ( le boisé qui revient ) avec de légères touches de noix et de noisettes, cependant presque aussi légère qu’ une nuage…Conclusion : Forcément moins exubérant que le « FINS BOIS » brut de fût 12 ans également dégusté (beaucoup plus jeune), mais il est d’une finesse, d’une profondeur et d’une élégance remarquable.  Prix  env. 174 €, Caviste Rouge, Blanc et Bulles, Paris, Gare de Lyon, Mars 2007 & 2009 au Salon Cocktails & Spirits, Paris (Mai 2009)- voir interview du caviste sur le site. Merci David pour cette magnifique dégustation…–Note sous réserve  = 97/100

 

-COGNAC Jean GROSPERRIN « PETITE CHAMPAGNE » 12 ans d’âge, Lot N° 170 (assemblage) 41 % : Un assez beau Cognac, aux notes de chêne modérées, un rien vineuses, avec un ajout d’esters (solvant) . Note sous réserve = 83/100 ou ***

 

-COGNAC Jean GROSPERRIN « BOIS ORDINAIRES / ILE D’OLERON »  Millésimé « 1991 » (Mis en bouteille en 2008, soit un 17 ans d’âge), Lot N° 137 (avec vendange et récolte sur l’île d’Oléron), brut de fût à 55,8 % :

Un superbe exemple là encore de maturation réussie… Note sous réserve estimée à 85/100 ou ***/*

 

-COGNAC Jean GROSPERRIN « PETITE CHAMPAGNE »  Millésimé « 1989 » (Mis en bouteille en 2008, soit un 19 ans d’âge), Lot N° 168, 45,2 % : De bien belles notes florales et un boisé très fin. Bravo. Note sous réserve estimée à = 95/100

 

-COGNAC Jean GROSPERRIN « GRANDE CHAMPAGNE / FOLLE BLANCHE » Millésimé « 1980 » (Mis en bouteille en 2008, soit un 28 ans d’âge), Lot N°non précisé, brut de fût à 51,5 % : Un peu plus sec que les précédents, mais devient plus souple et plus floral avec ajout d’un peu d’eau. Plutôt élégant et direct. Note sous réserve estimée = 96/100

 

-COGNAC Jean GROSPERRIN « PETITE CHAMPAGNE »  Millésimé « 1964 » (Mis en bouteille en 2008, soit un 43 ans d’âge), Lot N° non précisé (Chais au sol en béton-mais 1 seul étage de fûts), brut de fût à 60 % : Un Cognac tout à fait excellent. Non seulement il est fin et équilibré, mais il possède un nez capiteux et une bouche aux notes florales exubérantes (géranium, orchidée). Un des plus beaux Cognacs dégustés à ce jour. / Note sous réserve estimée = 97/100

 

-COGNAC Jean GROSPERRIN « FINS BOIS / N°67 » âgé, mais sans précision d’âge ni de millésime (Mis en bouteille en 2008), Lot N° 123 –fûts de 300 litres- à 47,5 % : Couleur : Ambrée, avec reflets ambrés profonds. Nez & Bouche : Un festival d’arômes puis de saveurs toutes plus belles que les autres. Du fruit à volonté (fruits mûrs, fruits confits, fruits frais-abricot/pêche-mais aussi des fleurs, un très fin boisé (à mon avis, il s’agit d’un assemblage avec une forte proportion de 40 ans d’âge), d’une gourmandise, d’une complexité et d’une longueur insensée. Tenue à la dilution : Excellente, le fruité en est qu’exalté davantage. Conclusion : Un des plus beaux Cognacs (si ce n’est le plus beau) dégusté(s) à ce jour, qu’on se le dise ! Dégusté au Salon Cocktails & Spirits, Paris, Mai 2009 / Note confirmée = 98/100 et H.C. (Hors catégorie)

 

-”V.S.O.P. (env. 10 ans), Mis en bouteille en 2009, 41 % : Notes succintes, avec chiffrage indicatif : Plus que correct, avec une note d’orange intéressante. Le profil aromatique général, supérieur aux Cognacs d’assemblage de grande consommation, demeure cependant un peu timide au regard des versions plus âgées de la même maison. Prix env. 36 € /Pas de Notes chiffrées.

 

-”FINS BOIS” Millésimé “1988” (21 ans), Mis en bouteille en 2009, Lot N° 191, Brut de fût à 50,2 % :-A NOTER : Il s’agit d’un assemblage de 2 fûts /dit ”coeur de fût”.Notes succintes, avec chiffrage indicatif : Beau nez, demeurant discret. En bouche, un très beau fondu, avec de belles notes florales (violette, iris ?). Déjà quelques crans au dessus du V.S.O.P., voire du 12 ans. Prix env.76 € - Note sous réserve estimée : 85/100

 

-”FINS BOIS” Millésimé “1982 (27 ans), Mis en bouteille en 2009, Lot N° 181, Brut de fût à 49,7 % : -A NOTER : Il s’agit d’un fût unique /dit ”coeur de fût”. Notes succintes, avec chiffrage indicatif : Nez floral, touche de solvant doux. Bouche superbe, sur une majeure de fleurs blanches ( & iris) et d’épices orientales (presque de la cardamome ou du curcuma). Un bien joli Cognac, typé de ce négociant.Prix env. 85 € - Note sous réserve estimée : 90/100

 

-”FINS BOIS” Millésimé “1975” (34 ans), Mis en bouteille en 2009, Lot N° 117, Brut de fût à 59,9 % :A NOTER : Il s’agit d’un fût unique /dit ”coeur de fût”. Notes succintes, avec chiffrage indicatif : Très beau, très fin, assez fondu, magnifique…Etonnamment doux pour son titre alcoolique. Nécessite que peu d’eau. Un grand Cognac !Prix env. 113,40 € - Note sous réserve estimée : 94/100

 

-”FINS BOIS” Millésimé “1971” (37 ans), Mis en bouteille en 2009, Lot N° 151, Brut de fût à 45,9 % : A NOTER : Il s’agit d’un assemblage, et « cœur de fût ». Notes succintes, avec chiffrage indicatif : Plus de notes de solvant, un profil plus classique (orange, pruneau, abricot, vanille), de qualité, mais impressionne moins comparativement aux autres Cognacs de cette sélection. Mais tout est relatif ! Prix env. 167 € - Note provisoire estimée à 92 ?/100

 

-”PETITE CHAMPAGNE” Millésimé “1969” (40 ans), Mis en bouteille en 2009, Lot N° non précisé, Brut de fût à 57,5 % : Notes succintes, avec chiffrage indicatif : Floral, avec un profil plus « sherry » si j’ose dire…Belles notes florales toutefois, une belle complexité, superbe, bien qu’un peu plus sec et alcooleux (chais plus secs). Prix env.120 €- Note sous réserve estimée : 91 à 93 ?/100

 

-”FINS BOIS” Millésimé “1968” (37 ans), Mis en bouteille avant 2009, Lot N° 139, Brut de fût à 41,2 % :A NOTER : Mis en citerne inox depuis 2004 pour stockage sans perte de titre alcoolique. Notes succintes, avec chiffrage indicatif : D’une très belle élégance, avec de superbes notes abricotées, de la pêche jaune et blanche, un caractère soyeux et aérien qui lui donne beaucoup de charme. Le revers de la médaille, s’il existe, c’est une relative discrétion, un caractère presque effacé en finale. Un des plus charmeurs et des plus risqués de la sélection…sur le fil du rasoir. Mais, en définitive, on monte encore un cran dans la qualité. Un grand Cognac. Prix env. 190 € - Note sous réserve estimée : 95/100

 

-”BONS BOIS” Millésimé “1944” (env. 60 ans), Mis en bouteille en 2009, Lot N° 16, Brut de fût à 42,7 % : Notes succintes, avec chiffrage indicatif : Magnifiquement fondu et majestueux, complexe au possible, riche et gourmand, tout en restant d’une finesse incroyable…On commence à apercevoir le haut du sommet dans cette dégustation verticale…Les mots commencent à manquer. Prix env.  396 €-Note confirmée : 98/100 & Hors catégorie

 

-”GRANDE CHAMPAGNE” Millésimé “1944” (env. 60 ans), Mis en bouteille en 2009, Lot N° 162, Brut de fût à 42,6 % : Notes succintes, avec chiffrage indicatif : Couleur : Ambre profond. Nez & Bouche : Plus de notes de solvant que le précédant, mais se rééquilibre assez vite, avec un fruité complexe (fruits confits, fruits mûrs) évoquant un whisky du Speyside fort en sherry. Superbes notes d’orange confite. Superbe boisé, finesse et puissance  à la fois. Finale interminable. Conclusion : Un Cognac d’anthologie !!! -Prix + de 522 €- Note sous réserve : 100/100 & Hors catégorie

 

Cognac No 22 Maison Grosperrin

Le splendide Cognac N° 22 de chez Grosperrin, un morceau d'histoire (Photo G.S.)

 

-”GRANDE CHAMPAGNE, N° 22” sans indication d’âge (datant de ”1922”), environ 87 ans, mis en bouteille en 2009, Lot N° 162, Brut de fût naturel à 40 % : A NOTER : Il s’agit d’un assemblage de fûts du lot intitulé N° 22 – titrant, part des anges oblige, seulement 33 % d’alcool - & du lot N°24 (ce dernier étant officieusement de 1924), ceci dans le but de présenter un titrage alcoolique minimum de 40 %, conforme à la législation pour l’appelation Cognac. L’absence de preuves de datation suffisantes interdisant le millésime  ou toute mention officielle de l’âge. Il y aurait 1200 bouteilles de ce Cognac. Notes succintes, avec chiffrage indicatif : Couleur : Ambre profond. Nez : Sublime, ultra-fondu et indescriptible. Bouche : Dépasse l’entendement et les descriptions, mais essayons tout de même : Toutes les notes sont fondues ensemble et d’une harmonie incroyable, couche sur couche de saveurs fruitées, florales, boisées, à peine épicées, semblant ne jamais s’achever…Difficile de faire plus fin que ce Cognac ! Conclusion : Tout commentaire devient vain. Il n’y a plus qu’à s’asseoir dans un bon fauteuil en compagnie de votre meilleur ami, savourer ce bijou et se dire que parfois la vie peut être vraiment très très belle !Plus que parfait, d’ou la note… Rapport qualité/prix, les single-malts commencent à être très sérieusement « en danger » comparés à ce nectar…Prix env. 513 €,Hors frais de Port - Note sous réserve (et affective!): 150/100 & Hors catégorie !

 

-(”Trésors de La Gabare”) Cognac Hors commerce nommé “1820”, sans indication d’âge, officieusement environ 99 ans, mis en bouteille en 1919, titrant environ 40 % (supérieur ou égal à 40 %) : A NOTER : Il s’agit d’une bouteille sans étiquettage officiel, d’une mise en bouteille de réserve, qui a pour vocation de n’être qu’un d’échantillon, provenant d’un des plus vieux fûts de la réserve de ce négociant. Il y aurait 250 bouteilles de ce Cognac. Notes succintes, avec chiffrage indicatif : Couleur : Ambre profond. Nez & Bouche : Encore un Cognac d’exception, « sublissime » et fondu au possible, tout en demeurant gourmand et d’un raffinement inouï. Semble encore plus abouti encore que le précédent pourtant au delà de mes espérances. La complexité, la sérénité et le velouté de ce Cognac, encore plus généreux et gourmand que le « N° 22 » me laisse pantois….Evoque, et j’ai bien peur que ce Cognac soit plusieurs crans au dessus de lui, le single-malt DALMORE 50 ans de 2009, contenant parmi les plus vieux fûts des whiskies (certes reconditionnés régulièrement au fil du temps) datant de 1868. On est encore au delà….Conclusion : Une des plus belles eaux-de-vie jamais dégustées, à la hauteur des plus grands vins, un miracle incroyable et pour donner une image plus tangible, ici, le sommet de l’Everest est depuis longtemps dépassé !!!! Il m’est difficile de retenir mon émotion, déjà bien présente à la dégustation des deux millésimes « 1944 » et du « N°22 », et oui, j’ai versé une larme, une larme de joie en dégustant ce cadeau des dieux. Mille mercis à Guilhem Grosperrin pour cette verticale d’une part, et pour avoir osé sortir de ses plus précieuses réserves ce pur joyau brillant de mille feux. (Hors commerce) - Note confirmée (même si plutôt affective) : 200/100 & Hors catégorie !

 

 

Dégustation au Salon du WHISKY à la Cave Nicolas JULHES le 12/06/10:

 

-”FINS BOIS” Millésimé « 1982 », 27 ans, Mis en bouteille en 2009 ?, Brut de fût à 49,8 % : Notes succintes : Très bon, avec un beau fondu, un classique, un bon cru Grosperrin…Prix env. 85 €,Hors F.P. - Note sous réserve estimée  : env. 95/100 ? & Hors catégorie !

 

-”PETITE CHAMPAGNE” Millésimé « 1965 », 44 ans, Mis en bouteille en 2009 ?, Brut de fût à 58,4 % : Notes succintes : Bien plus puissant que la plupart (sec, tannique, vif), presque un peu trop alcooleux, puis, après aération et encore plus après dilution, devient passionnant et plus ouvert. Le fruité est dense, avec davantage de fruits mûrs, de notes de cerises noires peut être, de prune confite, de mûres, avec du bois précieux. La texture est duveteuse, riche et la longueur en bouche est impressionnante. Un bien succulent Cognac !Prix env. 200 €,Hors frais de Port - Note sous réserve estimée à env. 97/100 ? & Hors catégorie !

 

-”Les Trésors de La Gabare", "GRANDE CHAMPAGNE, N° 24” sans indication d’âge (datant de ”1924”), environ 85 ans, (Lot N°239), Mis en bouteille en 2009 ?, naturellement réduit à 43,6 % : Notes succintes : Très proche du N°22. Fondu soyeux, équilibre parfait, complexité insondable, une classe rêvée que l’on trouve que chez les plus beaux malts, voire chez très peu. Notes de "vieille bibliothèque", avec un rancio de bon aloi, très fin boisé, et une très belle longueur en bouche. Un chef d’œuvre encore, et encore….Un must parmi les « Trésors de la Gabare », avec le N°22. Prix env. 342 €,Hors frais de Port - Note sous réserve (et affective) estimée à env. 150/100 ? & Hors catégorie !

 

-”Trésors de la Gabare » (bouteille sans étiquette) de 70 ans d’âge. Mis en bouteille récente, pour l’occasion, sans indication de titrage:Notes succintes : Une autre merveille, au fondu et au soyeux qui laisse rêveur…Hors commerce - Note sous réserve (et affective) estimée à env. 130/100 ? & Hors catégorie !

 

 

Dégustation à la Cave Nicolas JULHES à l'occasion de l'atelier d'assemblage de Cognac

organisé par Guilhem Grosperrin & Nicolas Julhès le 19/05/12 :

 

-”GRANDE CHAMPAGNE" (100 % Folle Blanche), Millésimé "2003", sans indication d’âge (env. 9 ans), en Dame-Jeanne, réduit à 40 % (non encore commercialisé): Notes succintes : Un Cognac relativement jeune, de qualité et relativement équilibré, pas très fruité ni très floral, mais par contre assez marqué par des notes de solvant, paraffine (?), miel & cire, voire de l'hydromel./Note sous réserve estimée à 80/100.

 

-”FINS BOIS", Millésimé "1989", sans indication d’âge (env. 13 ans) réduit à environ 45 % , en Dame-Jeanne (non encore commercialisé) : Notes succintes : Plus expressif que le précent, ce Cognac également un peu plus âgé est assez différent du précédent, par le fait que tout en maintenant cette base miellée et de solvant du 2003, il fait la part un peu plus belle aux notes florales et fruitées. Il est aussi un peu moins sec. Ce fut notre "base" dans nottre séance d'assemblage.../Note sous réserve estimée à 85/100

 

-”GRANDE CHAMPAGNE" (Ugni Blanc) Millésimé "1982", sans indication d’âge (env. 30 ans) non réduit, env. 54,3-55 % en Dame-Jeanne (non encore commercialisé): Notes succintes : Là on passe dans la cour des grands Cognacs directement ! Nez : Un Cognac exubérant, déjà au nez (vanillé, pâtissier, fruité, floral). Bouche : En bouche c'est un festival de gourmandise aussi, avec un fruité très présent et varié (prune, abricot, orange confite, fruits rouges, etc...). Superbe ! Le boisé est discret, ainsi que les notes de solvant et de miel, très en retrait. Très belle finale, longue et pâtissière. Tenue à la dilution : Correcte, intéressante, pas trop d'eau cependant. Conclusion : Probablement embouteillable tel quel...Un Cognac presque "charnu" dirais je, avec la peau des fruits. Il a joué un rôle important de note de coeur dans l'assemblage.../Note  sous réserve estimée à 95/100 voire plus (Hors catégorie?)

 

-”GRANDE CHAMPAGNE" Millésimé "1972", sans indication d’âge (env. 40 ans), non réduit, 62,3 %, en Dame-Jeanne (non encore commercialisé): Notes succintes : Le plus beau Cognac dégusté ce jour là...Nez : Très fin, très équilibré, à la fois très floral et très fruité, il s'est avéré très profond et séduisant. Bouche : Magnifique, exubérante (fruits, fleurs-on est encore une fois autant dans les Charentes qu'en Irlande (whiskeys Pure Pot Still), complexe et charmeuse. Etonnamment pas marquée par le bois, sauf peut être par un resserrement tannique apportant une certaine sécheresse.Très grande longueur en bouche, et langueur à la dégustation! Tenue à la dilution : Correcte, limite, mais attention, apporte vite de la sécheresse en retour. Quelques rares gouttes d'eau suffiraient. Conclusion : Une splendeur, véritablement, encore un chef d'oeuvre de La Gabare...Une beauté dont les fines et belles effluves, sont venues, lors des manipulations nécessaires à nos assemblages, 8 fois à mes narines ! Cela donne 8 petits aperçus de paradis ! (8 fois car notre petit groupe de 6 personnes à réalisé 7 assemblages différents et que deux d'entre nous ont ensuite enmporté un "souvenir" de cette séance, en réalisant une dernière fois le divin mélange !) / Note sous réserve estimée à  + de 100/100 & Hors catégorie !

 

Dégustation à l'occasion du Salon professionnel Cocktails Spirits  2012,

La Maison Rouge, Paris les 3 & 4 Juin 2012 :

(Prix non demandés, voir leurs distributeurs...)

-”FINS BOIS" , Millésimé "2001", sans indication d’âge (env. 11 ans), Lot N°774, réduit à 43,4 % : Notes succintes : Couleur : Or clair. Nez :Vanillé, floral, aérien. Bouche : Très jolies sensations fruitées, comme une corbeille de fruits liquide. Très belles notes d'agrumes (orange et citron, incroyable?), de pêche-abricot,  mais aussi  des fleurs capiteuses et faisant preuve d'une belle fraîcheur, entre printemps et été. Un peu atypique des autres Grosperrin, mais superbe. Conclusion : Un Cognac relativement jeune, mais d'une qualité et d'une finesse bluffante. La réduction a été remarquablement opérée. Devrait être sous-titré: Descente au verger au petit matin. /Note estimée à 88/100?

-”BONS BOIS" , Millésimé "1992", sans indication d’âge (env. 10 ans), réduit à ? %: Notes succintes : Couleur : Or clair. Nez : Très fin, floral et fruité à souhait, sans exubérance. Bouche : Démarre sur des notes originales (?-à compléter), et de belles notes florales (y compris peut être du jasmin?) puis évolue sur un fruité gourmand mais pas exubérant (abricot, pêche, orange, etc..) et enfin sur un joli boisé très fin. Conclusion : Un Cognac excellent, très bien équilibré. Joli boisé léger. ./Note estimée à 92?/100

-”PETITE CHAMPAGNE", Millésimé "1980", sans indication d’âge (env. 22 ans), réduit à 49,2 ? ou 51,5 ?  % : Notes succintes : Un Cognac très équilibré (c'est peut être ce qui frappe le plus?). Presque aérien, il n'officie pas dans l'exubérance, plutôt dans la maîtrise, non sans une certaine expressivité, tout de même. Une excellente introduction à la gamme. /Note estimée à 90?/100

-”FINS BOIS" Millésimé "1958", sans indication d’âge (env. 41 ans-vieillissement stoppé en D.J.), 51 % (Hors commerce) : Notes succintes : Un Cognac extrêmement fin et gourmand à la fois, rappelant un peu le 1982 (voir précédente dégustation). Superbe fruité, notes florales en arrière-plan, léger rancio, boisé très bien maîtrisé. Splendide. /Note estimée à 96/100 & Hors Catégorie.

 

 

 

Les COGNACS de la maison ABK6 : gammes ABK6,Leyrat, Le Reviseur

dégustés ci-dessous au Salon des SAVEURS, Porte de Champerret, 15/05/2011* & 2012 :

(*= Merci à Matthieu Lavauzelle de la maison ABK6 pour ces dégustations).

 

Pour en savoir plus, voir leur site internet :  http://www.abk6-cognac.fr/

 

Cognacs Leyrat gamme

Une partie de la gamme de Cognacs Leyrat, une déclinaison des Cognacs ABK6 (Photo : ABK6)

 

 

-COGNAC LEYRAT, « PREMIUM » (année ?), âge non précisé, 40 % : Couleur : Or. Nez : Un très joli nez fruité marqué par l’orange, voire la mandarine. Bouche : Très fine, légère, aérienne, avec un beau fruité, reprenant les notes du nez. Très pur. Et un peu comme avec les Cognacs Grosperrin, une révélation de notes inhabituelles dans les cognacs d’assemblage de grande distribution, à savoir de splendides notes florales (fleurs capiteuses) et un fruité parfois exubérant. Finale un peu courte. Conclusion : Une belle entrée en matière à la gamme, toute en élégance. Du beau travail. Pas de notes chiffrées détaillées (Note sous réserve estimée à  88/100 -ou Appréciation d'environ 18+/20)- autres notes à venir.

 

-COGNAC LEYRAT, « XO-ELITE » (30 ans d’âge), 41 % : Couleur : Or, à reflets vieil or, tel un irish Pure pot still…car aromatiquement aussi, on en est pas très loin. Nez : Superbe, fruité, floral, élégant, très naturel (pas d’excès de vanille ou de boisé).  Bouche : Prends de l’ampleur…Plus de matière et de présence tant des notes fruitées que florales (..). Longue finale. Conclusion : Un très bon Cognac. Pas de notes chiffrées détaillées (Note sous réserve estimée à 93/100 - Appréciation d'env. 18,5 +?/20)

 

-COGNAC LEYRAT, « GLORY-Extra » (plus de 35 ans), FINS BOIS, en carafe, 45 % : Couleur : Vieil or, à reflets légèrement orangés. Nez : Grande finesse, et une belle complexité. On sent déjà la gourmandise aussi et la profondeur, grâce au choix judicieux du titrage à 45 %. Bouche : Magnifique, confirmant les promesses du nez. Complexité, fruité intense (abricot, cassis & pêche en tête, mais aussi orange confite, etc…), fleurs, subtiles notes boisées & végétales, épices diverses, mais aussi comme des notes miellées (bruyère, amandier). Longue finale majestueuse. Conclusion : Un remarquable Cognac, d’une qualité susceptible de rivaliser avec des grands single-malts, mais aussi avec certains whiskeys irlandais (de type Pure Pot Still) qu'il évoque par l'exubérance de ses notes fruitées. Très bel assemblage. P.V.C. = 375 € en 2011/ Pas de notes chiffrées détaillées (Note sous réserve estimée à 97/100 & Hors catégorie -Appréciation : 19,5/20)

 

-COGNAC LEYRAT, « TRES VIEILLE RESERVE-HERITAGE » (Plus de 40 ans d’âge), FINS BOIS, 43 % : Couleur : Vieil or. Nez : Très beau nez de fruits mûrs, patiemment vieillis dans des fûts visiblement d’excellente qualité. Bouche : Superbe, quasiment aussi ample et profonde que celle du somptueux « GLORY-Extra ». La fusion des saveurs fruitées, florales et boisées est presque totale, mais pas au détriment de la personnalité et de la gourmandise, comme dans nombre de Cognac d’assemblage commerciaux. Là encore choisir de l’embouteiller avec un titrage à 43 % fût une excellente décision. Conclusion : Un Cognac à la fois très fin et très gourmand !.Un des plus beaux Cognacs dégustés à ce jour. Et au vu de ces quatre mises en bouteille dégustées de cette marque, je ne peux que chaudement recommander cette maison qui effectue visiblement un remarquable travail. P.V.C. = 345 € en 2011/ Pas de notes chiffrées détaillées (Note sous réserve estimée à 96,5/100 ou Appréciation : 19,25/20)

 

-COGNAC LEYRAT, « EXTRA » (50 ans), PETITE CHAMPAGNE & FINS BOIS, en carafe, 43 % : Couleur : Vieil or, à reflets dorés. Nez : Grande finesse, Un peu fermé de prime abord, puis s'ouvre peu à peu (il faut lui donner du temps, comme à toute vieille eau de vie, donc une certaine aération et une température de dégustation pas trop élevée (les conditions de dégustation à cet égard n'ont pas été idéales). Très fin et assez complexe. Notes de rancio en arrière-plan, tannins un peu fermes. Registre différent déjà au nez du "Glory-Extra", qui sera dégusté en parallèle à nouveau lors de cette dégustation. Bouche : Très subtile. D'abord un peu fermée et dense, su un rancio et un boisé un peu ferme, puis  c'est le décollage, sur un coussin d'air, ce Cognac devenant très aérien (l'âge, évidemment). Légère pointe d'amertume en finale, et un fruité délicat et en retrait sur les autres notes. Revient avec le boisé en rétro-olfaction. Conclusion : Une première dégustation prometteuse, mais à confirmer dans de meilleures conditions. On peut cependant constater déjà certaines choses, comme le fait que les notes  fruitées sont visiblement plus discrètes que dans le "GLORY-Extra", plus contenues et un profil peut être plus végétal et boisé que fruité. Un beau flacon (le contenant également, tout comme le "GLORY-Extra" est superbe et unique, ici moins en rondeurs que le précédent, mais élégant, toujours dans une carafe trapue et stylée). Un Cognac âgé, qu'il était temps de mettre en bouteille, et un des plus aériens jamais dégustés. Conclusion : Un remarquable Cognac, d’une qualité susceptible de rivaliser avec des grands single-malts. Très bel assemblage. P.V.C. = 425 € en 2012/ Pas de notes chiffrées détaillées (Note sous réserve estimée à 96/100 & Hors Catégorie ou Appréciation : 19/20)

 

 

ABK6 Cognac Glory Extra

Le Glory-Extra de Leyrat/ABK6 (Photo: ABK6)

 

 

 

Les  COGNACS de la maison FRAPIN:

Une maison qu'on ne présente plus....

 

Pour en savoir plus, voir leur site internet :  http://www.cognac-frapin.com/

 

-COGNAC  FRAPIN, Château de FONTPINOT (A.O.C.- 1er Grand Cru en Cognac), « GRANDE CHAMPAGNE » , X.O. (dont quelques fûts de plus de 20 ans), réduit à 41 % : Couleur : Cuivrée, à reflets dorés, teintés d’éclats cuivrés. Nez : Très fin, relativement puissant (un peu alcooleux, mais moins que les autres Cognac testés ci-dessous) typé Cognac. Fruits mûrs, abricot et orange confits en tête. Séduisant, élégant, semblant augurer d’une certaine gourmandise. Bouche : Gourmande, puis épicée, très fine, puis s’évanouissant délicatement (un peu trop vite, hélas !). Belle qualité fruitée reprenant les notes du nez, la vanille, le boisé et les fruits en tête. Belle complexité, un fondu des saveurs d’une grande élégance. Tenue à la dilution : Ne pas trop diluer, surtout avec les Cognacs comme celui-ci qui titre un volume d’alcool faible comparativement à son âge. Une très légère dilution apporte une touche d’orange et de vanille supplémentaire, rappelant ainsi les soufflés glacés à la mandarine chinois. Conclusion : Un très joli Cognac, tout en subtilité et en finesse plutôt qu’en puissance et en gourmandise, mais d’une excellence manifeste. Une belle maison. Prix environ 50 € les 50 cl en 2004  - Cavistes (Merci au Caviste « Les Petits Bouchons » pour cette dégustation dirigée par Danny de la Maison Dugas  (105, Rue de Cambronne, Paris, 15 ème) / Note sous réserve = 93 ? /100

 

 

Les COGNACS de la maison (famille) PRISSET, viticulteurs-récoltants à Jurignac (16250)*.

-Domaine de la Fond de Bussac (Cognac, Pineau des Charentes, cocktails au Cognac, etc...).

(dégustés ci-dessous au Salon des SAVEURS, Porte de Champerret, 02/06/2012) :

*= Merci à Jean-Marc Bobe pour ces dégustations.

 

Cognac Prisset XO

 

Cognac Prisset "XO" (Photo : Prisset)

 

 

 Pour en savoir plus, voir leur site internet :  http://www.cognac-prisset.fr/

 

-COGNAC Prisset "XO" (33 ans?) "PETITE CHAMPAGNE", en bouteille de 35 cl, 40 % : Couleur : Or. Nez : Un joli nez bien fruité marqué par l’orange, les fruits mûrs ensuite. Assez beau et fin. Bouche : Typique d'un bon Cognac sans addittifs. Fruité subtil, boisé modéré, légères notes florales. Bien fait. Léger manque de puissance et de longueur en bouche du au titrage traditionnel. Conclusion : Une belle incursion dans le haut de gamme de cette maison, à suivre. Autres Notes de Dégustation à Venir. P.V.C. = 37 €/Pas de notes chiffrées détaillées (Note sous réserve = 93/100 ou Appréciation : 18,5/20)

 

-COGNAC Prisset « EXTRA » distillé en 1962 (50 ans d’âge), "PETITE CHAMPAGNE", en carafe de 70 cl, 40 % (non réduit, m'a t'on précisé, à ma demande): Couleur : Vieil or, à reflets dorés, éclatants. Nez : Superbe, riche, dense, magnifiquement équilibré entre belles notes fruitées, évoquant là encore un whiskey "Pure Pot Still" irlandais, et quelques notes florales. Bouche : Il impressionne par son équilibre, sa sérénité, sa richesse fruitée (reprenant l'exubérance du nez) et malgré le titrage faible, possède la matière, recèle de la gourmandise. Longue finale bien satisfaisante. Conclusion : Un très bon Cognac, gourmand, profond, subtil et équilibré, vraiment superbe. P.V.C. = environ 150 €/Pas de notes chiffrées détaillées (Note sous réserve estimée à 96,5/100 ou Appréciation : 19,25/20 & Hors catégorie)

 

 

 

LES RHUMS

 

Les  RHUMS de la maison H.S.E. (Habitation Saint-Etienne, Rhum agricole):

(*Merci à leurs ambassadeurs pour ces dégustations)
 
 
Rhum HSE_XO
 
 
Pour en savoir plus, voir leur site internet :  http://www.rhumhse.com/accueil.html
 

-HSE -Rhum Agricole Extra-vieux, Martinique, « ELEVE SOUS BOIS » (Rhum Blond élevé 12 à 18 mois en foudres de chêne français), 42 %-étiquette verte (PVC= 22 €) : Un rhum léger mais très bien fait, avec de belles notes de canne à sucre, de vanille. Note provisoire estimée à 85/100 ou ***/* ?

-HSE « XO » (assemblage des plus vieux millésimes depuis 1960), 43 %- étiquette gris/brun (PVC= env. 55 €) :Commentaires refaits suite à une erreur de version, désolé! En bref: Un rhum charpenté, de caractère, d'une certaine complexité et d'une grande gourmandise. Boisé un peu plus prononcé que dans les versions plus jeunes, mais pas de désagréable effet de bois neuf ou d'essence de boisé comme chez certains. Equilibré, mais pas aseptisé, j'aime son caractère tantôt rustique, tantôt tropical (fruité). Ici, "ça goûte" authentique ! Un rhum à découvrir sur la durée... (autres notes de dégustation à venir!). Note provisoire estimée à 91/100, voire davantage (ou****)

-HSE Millésimé "2002"en « SINGLE-MALT FINISH » (tourbé), 44 % = 6 ans en fûts de chêne, puis env. 1 an en fûts ayant contenu du whisky "Smokehead" (donc probablement du Laphroaig 8 ans). étiquette écriture verte/blanc (PVC= 75 €) : Un rhum avec affinage en fûts ayant contenu du whisky, tourbé qui plus est, ce qui sur le papier très risqué et rédhibitoire, pourtant c’est réussi, sans doute parce que l’influence du whisky a été amoindrie (temps de passage court dans le fût ou nb remplissages avant affinage). Mais je salue l’équilibre là encore. Joli boisé léger. - Note provisoire estimée à 87/100 ou : ***/*

 

-HSE "SHERRY CASK" Millésimé "2002", 45 % = 6 ans en fûts de chêne, puis affinage dans des fûts de whiskies de chez Ian Mcleod.-étiquette écriture rouge/blanc (PVC = 75 €) : Une initiative risquée mais là encore réussie (sans doute des fûts de second ou troisième remplissage). Vague note soufrée en bouche plus qu’au nez (à voir comment cela évolue sur la durée, avec les aérations successives). Beau fruité qui vient souligner le rhum plus que le contredire. Bien joué ! Note provisoire estimée à 87/100 ou : ***/*, voire plus

 

-HSE Millésimé "1998"/COGNAC N°38, 47,8 % = en fait un élevage plutôt qu'un affinage, de + 10 ans en fûts de Cognac. -étiquette écriture or/bleu (PVC = 83/87 €) : Sans doute la maturation la plus bluffante, un véritable tour de force puisqu’on sent le rhum, mais aussi le Cognac (fruits mûrs, dont pruneau, abricot, cuir, bois noble, orange). Très bien équilibré et peu ou pas alcooleux. Pas de vinosité excessive, peut être un Sherry amoroso plutôt qu’Oloroso, on ne sait pas, mais c’est perceptible mais discret - Note provisoire estimée à 90/100 ou : ****

 

-HSE (bouteille sample d’étape, assemblage non définitif/hors commerce) « SHERRY » (fût ayant contenu du whisky sherry cask) 6 ans d’âge, Sherry Butt, bottled 26/03/12, réduit à 45 % : On entre dans la cour des grands avec cet essai non finalisé. C’est encore plus équilibré que l’autre version (celle mise en bouteille). Pas de vinosité excessive là encore. De la profondeur, de l’équilibre, et une belle douceur boisée presque chocolatée. Poétique. Il ne lui manque que quelques degrés de plus pour s’exprimer pleinement. - Note provisoire estimée à 90/100 ou : ****

-HSE (bouteille sample d’étape, assemblage non définitif/hors commerce) « HIGHLANDS » (fût ayant contenu du whisky des Highlands) 6 ans d’âge, Sherry Butt, bottled 26/03/12, réduit à 45 % : Une version superbe, très bien affinée, équilibrée et assez douce, très facile à boire. Notes d’amandes, d’orge maltée, mais aussi de canne à sucre, d’herbes et de sucres de toutes sortes. Parfaitement équilibré et apaisant. Là aussi quelques degrés de plus (48, 50, 52 % ?) et il serait parfait, plus percutant. - Note provisoire estimée à 90/100 ou : ****

 

 

Les  RHUMS de la maison VELIER (Distilleries diverses, Rhum Demerara & autres):

(à compléter)

 

-PORT MOURANT  Millésimé « 1991 » (env. 20 ans ?), « Full proof », 56 % (Prix  ? €, MdW) : Superbe, assez sec et boisé, nécessite un peu d’eau mais pas trop, typique des bons Port Mourant. On se rapproche des whiskies japonais par l’intensité et le raffinement du boisé. Note provisoire estimée à 90-93/100 ou **** voire plus

-ENMORE (« Old Demerara Rum ») Millésimé « 1995 » (bottled 2010 = 15 ans), Small Batch (8 Casks N° 7104 à 7111), « Full proof », 61,2 %: (118 €, MdW) : Le clou de la soirée. Tannins fermes, mais quelle matière! Le bois dans tous ses états. Le rhum a étroitement épousé le bois mais sans les excès de celui-ci ou alors en périphérie. Si l'on avait à le comparer avec un Single-Malt whisky, j'hésiterais entre un  Highlands (Glen Mohr ?) ou un japonais de la distillerie Yoichi, certes en version un peu atypique, mais pas tant que cela. Beaucoup de noblesse, un vrai chef d’œuvre, buvable même sans dilution, mais à petite dose. Note provisoire estimée à 95-97/100 ou ***** (Autres notes de dégustation à venir)

 
 
 
DIVERSES LIQUEURS :
 
 
LA BENEDICTINE :
(Spiritueux à base de 27 plantes et épices, vieilli en fûts de chêne)
 
 
Un de mes premiers amours en tant qu'autre type de spiritueux passé en fûts, et un des plus complexes aussi jamais dégustés (avec la Chartreuse). Voir son rôle dans la formation de mon goût à la rubrique "Un passionné" de l'onglet "Qui suis-je?".
 
Pour en savoir plus, voir leur site internet :  http://www.benedictinedom.com/lda/
 
 

-BENEDICTINE  Very Fine Dry Liqueur, version « SINGLE-CASK » (Spiritueux à base de 27 plantes et épices, vieilli en fûts de chêne, et dans cette version remis à maturer dans un fût unique plus petit ), Edition limitée *, âge environ + 2 ans, 43 % : (France, FECAMP, Palais de la Bénédictine):

A Noter : Outre la présence de caramel ajouté (E150), ce spiritueux est coloré par une infusion de  safran.

Couleur : Ambre profond, reflets ambre foncé.  Nez : Superbe nez, très complexe, majoritairement marqué par les plantes et épices qui le composent (en 4 préparations distinctes mises à infuser, dont une seule n’est pas doublement distillée – on y ajoute ensuite de la vanille et du zeste de citron, et du miel d’acacia !), dont les dominantes sont : Le thym, la cardamome, la coriandre, la noix de muscade, voire une pointe d’anis. Ensuite, ce qui domine, au-delà du caramel un peu trop « couvrant », c’est la vanille, la réglisse et les agrumes (dont bien sûr le zeste de citron). Bouche : En bouche, on assiste à une succession de notes différentes, qui se dévoilent au fur et à mesure (suivant la même logique que le nez), avec une complexité sans fin. La finale très épaisse en bouche, avec l’impression de contenir beaucoup de sucre, est un peu gachée par le caramel ajouté, et c’est dommage. Tenue à la dilution (eau fraîche) : Bénéfique, car elle allège la sensation sucrée, le rends moins gras, mais par contre elle diminue la complexité de ce divin breuvage. Donc, il nous faut plaider une fois encore la modération à l’intérieur de la modération, j’espère que vous me comprenez ! Tenue à la dilution (glace, presque en long drink) : Relativement bonne, c’est aussi une excellente base pour cocktails ! Elle a tendance à privilégier les herbes aux épices. Conclusion : Une fascinante liqueur qui chasse ici (étiquette et suffixe anglais – SINGLE-CASK ! - laissant entendre un alignement sur le créneau whisky) sur des terres écossaises, mais qui demeure bien française, ma foi. Souvent imitée (pour s’en convaincre, visiter le site et vous serez ébahi par la pyramide des contrefaçons, avec des versions exotiques aux noms parfois cocasses), rarement égalée, elle a aussi des vertus curatives…Recommandé !

Prix env. 28  €, * Edition limitée en vente exclusivement à la boutique du Palais, cf achat en 2006 / Note  confirmée  = 86/100

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop