LAGAVULIN officiel 16 ans (Edition 2011), 43 %

Imprimer
Résumé:

Note confirmée : 96/100

Un des plus grands single-malts d'Ecosse, un des plus grands digestifs de la planète, et sans doute la plus

belle des versions dites d'entrée de gamme (presque une insulte, ici) des single-malts d'Ecosse. Modérément

tourbé, d'une grande complexité et d'une finesse extrême et unique, il propose également l'association culinaire

(avec le Roquefort) la plus puissante dégustée à ce jour. Un must dans toute collection.



A first class delicate & wonderfully & midlly peated, complex single-malt, probably the best "entry level

"single-malt ever. Besides, one of the most explosive food matching in scotch (& in whisky !) history,

when you have it with French « Roquefort » cheese. A must have bottling as well.
Lagavulin_16_ans_OB_MINI
Description du produit

LAGAVULIN officiel 16 ans (Edition 2011), 43 %

 

Catégorie : SINGLE-MALT

 

 

LAGAVULIN_16_ans_Ed_2011_43

 

 

Version: Officielle

Gamme: Edition régulière

Age: 16 ans

Date de distillation: non précisée

Date de mise en bouteille: Circa 2011

Millésime (Vintage): non

Maturation: Sherry casks

Affinage : non

Remplissage : non précisé

Nombre de Fûts : non précisé

Numéro(s) de Fût(s): (assemblage)

Nombre de bouteilles : non précisé

A.B.V. (% d'alcool): 43 %

Filtration (type de): filtré a froid

Coloration (caramel ajouté):oui

Contenant (remarque): Etui carton

Contenant (volume): 70 cl

Fourchette de Prix: 41-60 € (des G.M.S. aux cavistes les plus chers)

 

A Noter :

Il s’agit d’un lot excellent, comme souvent. Mais attention, par le passé, certains lots ont pu être plus faibles en qualité. Par exemple, en 2004-2005,

certaines bouteilles étaient issues d’un assemblage de fûts d’une qualité tellement moyenne, voire médiocres pour certains, que je n’ai pu que leur

attribuer une note de 74/100 (ce qui est une note faible dans mon barème). La rupture de stocks de bons fûts, due à la demande importante, et au peu

de turn-over (l’entrée de gamme si l’on peut dire étant un 16 ans d’âge) peut expliquer cela. En tout cas, je sais de bonne source que c’est la raison

pour laquelle une autre distillerie de malts tourbés a été ajoutée peu après aux « Classic Malts », à savoir CAOL ILA. Depuis heureusement, "le prince d'Islay",

comme on pourrait le surnommer,  à regagné de sa superbe. Je recommande également le 12 ans d'âge en édition brut de fût ainsi que le "Distiller's Edition".

_________________________________________________________________________________________________________________________

Résumé:

Note confirmée : 96/100

Un des plus grands single-malts d'Ecosse, un des plus grands digestifs de la planète, et sans doute la plus

belle des versions dites d'entrée de gamme (presque une insulte, ici) des single-malts d'Ecosse. Modérément

tourbé, d'une grande complexité et d'une finesse extrême et unique, il propose également l'association culinaire

(avec le Roquefort) la plus puissante dégustée à ce jour. Un must dans toute collection.

 

A first class delicate & wonderfully  & midlly peated, complex single-malt, probably the best "entry level

"single-malt ever.  Besides, one of the most explosive food matching in scotch (& in whisky !) history,

when you have it with French « Roquefort » cheese. A must have bottling as well.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________

Description :

Couleur : Vieil or, à reflets dorés, voire ambrés. Légère teinte cuivrée.

Nez : Somptueux, riche, complexe, séducteur. Fines notes de Sherry. Un des whiskies d’Islay dont les notes marines, tourbées et fumées sont le plus étroitement mêlées. Un des plus âgés aussi, et cela influe bien évidemment sur cette complexité. Notes végétales (thé noir Lapsang Souchong), de cuir, de réglisse, avec une touche de gentiane et une pointe d’anis. Un nez des les plus complexes, également.D’un équilibre parfait.

Bouche : D’abord intensément épicée et parfumée (plus que le TALISKER 10 ans actuel), en tout cas à l’ouverture de la bouteille et lors des premières dégustations (un peu moins par la suite-ne laissez pas trop la bouteille entamée si elle en est au dernier tiers, reconditionnez-là dans un contenant plus petit), assez fumée, tourbée, puis plus complexe et davantage charpentée. Notes végétales (tabac hollandais ?, sous-bois, feuilles de thé noir), notes de réglisse, notes de fruits mûrs variés. Devient plus complexe de minute en minute. Notes complexes de bois (dont du bois vert). Pointe d’anis, de cuir, et un profil de plus en plus médicinal et marin au fur et à mesure, tout en gardant une complexité inégalée parmi les distilleries d’Islay opérationnelles, hormis peut-être chez certains BOWMORE lorsqu’ils sont élevés en fûts de sherry. Lors de dégustations ultérieures, ce LAGAVULIN s’est avéré encore plus fin et plus subtil, avec des notes supplémentaires (notes de sucre d’orge, de sucre cristallisé, de thé vert à la menthe, etc…). La finale est persistante, et peut être la plus longue pour un whisky de cet âge, de ce titrage et de cette localisation. Impressionnant.

Tenue à la dilution : Quelques gouttes d’eau (ne pas trop diluer), et la fusion des saveurs s’opère encore davantage. Que de ressources pour ce LAGAVULIN !

Conclusion : Un des whiskies d’Islay les plus prestigieux et les plus accomplis. La distillerie LAGAVULIN est revenue au meilleur de sa forme semble t’il avec cette édition/cuvée 2011, et cela est très encourageant. Un des plus grands whiskies écossais facilement disponibles sur le marché (on le trouve facilement dans le commerce, en G.M.S. = grandes et moyennes surfaces) pour un prix raisonnable compte tenu de son âge et d’autant plus intéressant en terme de rapport qualité/prix. La note chiffrée parle d’elle-même.

Suggestion d’accompagnement culinaire : Au-delà de l’association possible avec un saumon fumé, d’autres poissons ou un carré de chocolat noir, pour moi l’association la plus fascinante (et sans doute la plus explosive gustativement parlant entre un whisky et de la nourriture) de ce LAGAVULIN demeure avec du Roquefort. C’est une expérience extraordinaire si elle est bien conduite (il faut en effet garder en bouche un peu du whisky avant de déguster le Roquefort).


Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop