Express Notes No 5

 

 

 

EXPRESS NOTES No 5 :

 

Sujet publié le : 10/03/2018-Mise à Jour du : 09/05/2018

First published : 10/03/2018-Update : 09/05/2018

 

 

Dans ce nouveau numéro (oui il etait temps que je fasse revivre cette rubrique !), je publierais mes notes de dégustation pour celles qui ne sont pas liées a un sujet précis, donc susceptibles d’être assez variées, concernant donc aussi bien des whiskies de malt, de grain, de type Bourbon, Rye, ou autres, assemblés ou en single-cask, et de tout pays. Le sujet sera augmenté au fur et à mesure sur la base d’une mise en ligne progressive, par petits groupes de notes, sur un mois, voire davantage, avant de changer de numéro (avec ou sans thème/fil conducteur).

Merci donc de consulter cette page régulièrement.

Merci encore aux personnes (particuliers ou professionnels) qui ont pu contribuer à fournir, le cas échéant, des échantillons (même si parfois ces notes de dégustation peuvent provenir également de mes propres acquisitions).

 

In this new number (it was about time i resume this section !) i will publish my tasting notes, the ones that are not especially related to a topic, so that they can be varied and about malt whisky as well as grain whisky, bourbon, rye or else, and from any country, blended or from one single-cask. this edition will be expanded on a regular basis within the following weeks, or maximum a month.

So, please have a look on this page on a regular basis.

Thanks again to the professionals or amateurs contributions for their samples, even if these notes are sometimes coming from my own purchases as well.

 

 

Rappel de mon barême de notation/Reminder of my rating system :

Mon Système de Notation/My Rating System

 

 

 NOTES DE DEGUSTATION PUBLIEES DANS CE NUMERO :

(TASTING NOTES PUBLISHED IN THIS ISSUE)

 

 

-BOWMORE officiel 15 ans « DARKEST » (Sherry cask finished), Edition 2015, 43 % 

-« The GAULDRONS » de DOUGLAS LAING/R.R.M. (Campbeltown), 46,2 %

-JACK DANIEL’S « GENTLEMAN JACK » (Double filtered), Edition 2016, 40 %

-JACK DANIEL’S « Barrel Aged RYE », Edition 2018, 45 %

-JACK DANIEL’S « SINGLE BARREL RYE », Edition 2018, 45 %

-JIM BEAM 12 ans « SIGNATURE CRAFT », 1ère Edition 2013, 43 %

-« PORT ASKAIG » 8 ans, de The SPECIALITY DRINKS Ltd, Edition 2018, 45,8 %

-« TORBA », de The SPECIALITY DRINKS Ltd/« ELEMENTS OF ISLAY », 56,1 %

-TULLAMORE DEW 12 ans « SHERRY CASK FINISH », Travel retail, 46 %

 -WOODFORD RESERVE « RYE », Edition 2018, 45,2 %

 

 

 

 NOTES DE DEGUSTATION A VENIR BIENTOT DANS CE NUMERO :

(TASTING NOTES TO BE PUBLISHED SOON IN THIS ISSUE)

 

 

 

-ARRAN officiel « ORKNEY BERE » (Bere Barley), n.a.s. de 8 ans (2004-2012), 46 %

-GLENFIDDICH officiel/Experimental Series, 01/IPA Cask Finish "Zesty and Hoppy", n.a.s., 2017, 43 %

-GLENLIVET Millésimé « 1978 » (bottled 2010/32 ans), BERRY Bros & RUDD, B.o.s., S.C. (N°13511), 46 %

-The GLENTURRET officiel « TRIPLE WOOD », n.a.s., Edition 2018, 46 %

-The GLENTURRET officiel « SHERRY », n.a.s., Edition 2018, 46 %

-The GLENTURRET officiel « PEATED », n.a.s., Edition 2018, 46 %

-The GLENTURRET officiel 10 ans, Small Batch, Edition 2018, 40 %

-HAZELBURN officiel 10 ans (SPRINGBANK distillery), 1st Edition, 2014, 46 %

-HIGHLAND PARK officiel 10 ans « VIKING SCARS », Edition 2017, 40 %

-KILKERRAN officiel 12 ans (GLENGYLE distillery), 1st Edition, 2106, 46 %

-LONGMORN officiel 15 ans (old bottling 1990-2000’s), 45 %

et peut être d'autres à venir...

 

 

***

 

 

-BOWMORE officiel 15 ans « DARKEST » (Sherry cask finished), Edition 2015*, 43 % (SINGLE MALT/Islay, ECOSSE/Royaume-Uni) :

A Noter : Il s’agit d’une version élevée en fûts de Bourbon durant 12 ans, puis affinée pendant 3 ans dans des fûts ayant contenu du Sherry Oloroso.

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés, voire cuivrés. Nez : Un rien fermé au départ, et légèrement soufré, puis très marqué par le sherry (belles notes de fruits rouges), florales (un rien capiteuses), mais aussi par des notes boisées (bois précieux, en partie du moins), et végétales (tabac, thé noir très infusé, légère note mentholée). Bouche : Complexe et riche, souple et délicate, fragile, même. Attaque gourmande et gouleyante, à moitié grasse, puis vite plus souple et presque aqueuse, et assez fine. Des notes végétales & marines (à peine iodée, légèrement alguée, agrémentée d’une note humide de feuilles de tabac à cigare encore en train de sécher, de thé noir et vert mentholé), se mêlent à des notes florales capiteuses mais demeurant discrètes (pointe de violette, de lilas), des notes fruitées un rien oxydatives issues de la deuxième maturation en fûts de Sherry (groseilles, cerises fraîches, et une part de cerises au marasquin), et une légère note saumurée que vient perturber une note souterraine mais structurante de menthol et une pointe de chocolat noir. Quelques épices discrètes se joignent à la fête, comme du poivre 5 baies, et des baies roses. Très fondue, reprenant les notes du nez, demeurant légère, mais dense, la bouche mêle notes végétales, marines, florales & fruitées, pour s’achever sur une montée en puissance aromatique marquée par une belle fumée de tourbe très élégante qui fait gravir la finale d’un échelon. C’est superbe ! Tenue à la dilution : Entre souplesse et élégance florale & fruitée, notes oxydatives et saumurées, ce BOWMORE tire son épingle du jeu avec beaucoup de charme et de classe. Conclusion : Un BOWMORE de qualité, différent du 15 ans « MARINER » (davantage chocolaté et anisé), dont les mises en bouteille d’il y a 10/15 ans étaient à mon sens un peu trop fermées et austères, et qui semble s’être refait une santé depuis quelque temps (*y compris sur un autre lot récent dégusté de 2017), ce pour notre plus grand plaisir. Mon seul regret, qu’un titrage à 46 % ou 50 % n’ait pas été choisi, pour soutenir un peu plus ce whisky. Enfin, soulignons que le rapport qualité/prix demeure pour le moment assez spectaculaire. Indication de Prix : Autour de 50/55 €, certaines G.M.S. & cavistes. Note confirmée : 92/100

ENGLISH SUMMARY : This BOWMORE is basically matured in Bourbon casks as the regular 12 years old, then is matured three years morein Oloroso Sherry casks. On the nose, this BOWMORE is complex, refined and its notes are melted together in a blend that needs time to express itself. Don’t worry about some slight sulphur notes in the beginning, they will quickly fade and let all the other notes come through. As on the palate, the nose shows the qualities and the contradictions of this expression. The Sherry stand here discretely but proudly, with beautiful heady flowery notes (violet, lilac), complex sweet & sour red fruit (redcurrant, fresh cherries as well as some marasquino cherries), some brine and a thin note of dark chocolate lifted by menthol notes in the background. Other green notes are also coming through, such as black & green tea, tobacco leaves for cigars (taken while they are not completely dried).Add some discrete iodine & seaweed notes, some (partly) precious wood notes and some spices (5 berries pepper, pinkpeppercorn) and of course some smoke, and you will get the picture. You will find all these notes on the palate too, melted in a beautiful complex blend of flavors which remains as astonishly expressive as the body is between light and medium (weightwise). What I find truly remarkable on the palate is how the juicy & a bit acidic/briny fruity notes are lifted on the finish by a beautiful peat smoke note. A few drops of water (not more, please) will enhance the fruity notes & the sherry influence. Conclusion : Ten or fifteen years ago, I was not as enthousiastic as now about this expression, which was in all the batches I had tried often too tight, too woody and spicy, not enough delicate and expressive on the fruity side (contrarily to the « MARINER » expression, which ok remains a bit different, more focused on chocolate & star anise notes). It seems nowadays batches (I have recently tried another one close to this one) are much better and these are good news, though I would have prefered this one to be reduced at a slightly higher abv, say 46 % or 50 %. But as it is, I consider it as a superb BOWMORE and a remarkable single malt, with a spectacular quality/price ratio. Confirmed rating : 92/100

 

 

 

bowmore_15_ans_darkest_2015_43_rd2 

 

 

 

 

-« The GAULDRONS » n.a.s., Edition 2017, du négociant DOUGLAS LAING/collection “Remarkable Regional Malts”, édition limitée, 46,2 % (BLENDED MALT, Campbeltown, ECOSSE/Grande-Bretagne):

A Noter: Il s’agit d’un assemblage de single malts de la region de Campbeltown, donc potentiellement uniquement des distilleries suivantes: GLEN SCOTIA, GLENGYLE (KILKERRAN) et SPRINGBANK. Une édition parue à l’automne 2017 pour célébrer la fête anglo-saxonne “Halloween”.

Couleur : Jaune très clair, pâle, évoquant des fûts de plusieurs remplissages (probablement 3 ou 4). Nez : Assez étonnant et déconcertant de prime abord. Très épicé, fin, herbacé, avec une tourbe cendrée modérément fumée. Notes de menthol au second plan. Bouche : Fine, tout aussi étonnante car centrée sur les épices, et les « épices de Noël » plus précisément (la cannelle et la muscade dominent, mais aussi comme une note un rien anisée, qui, elle évoque les biscuits alsaciens pour Noël), une forte note de pain d’épices, de miel, et une trace de tourbe cendrée (sèche) un peu fumée. Il lui a fallu un peu d’aération pour se livrer un peu davantage, mais le corps est mince et raide, & le spectre aromatique relativement étroit. La finale est courte. Une fois qu’on est habitué à ce style particulier, c’est plutôt plaisant, sans plus. Légère acidité et astringence. Et l’influence de la distillerie SPRINGBANK manque cruellement, comme si elle était infinitésimale dans l’assemblage, visiblement dominé par des fûts de GLEN SCOTIA qui ne sont pas de premier ordre. Dommage. Tenue à la dilution : Un peu mieux, avec plus de souplesse et du coup se livre un peu plus (épices douces, miel, boisé, fruits mûrs-dont des pommes rouges et de la poire mûre). Conclusion : Un whisky correct, mais l’on est loin des plus belles réussites de la superbe gamme « Remarkable Regional Malts ». C’est davantage une curiosité, donc. Indication de Prix : En France autour de 70 €, cavistes et boutiques spécialisées (whisky) seulement. Note confirmée : 80,5/100

ENGLISH SUMMARY : Pale in color, this one suggests several casks fillings & a relatively young age. On the nose, it kind of surprises a little bit at once, with an unexpected aromatic proflle, mainly spicy, a bit herbaceous, and moderate peat smoke. On the background, some mentholated notes are coming through. The palate is as surprising as the nose, because it is thin & a spices festival : I would say even « Christmas Spices » (cinnamon and nutmeg are the main notes, but there is also a light aniseed note, reminding me of French Christmas cakes from the Alsace area). There are also gingerbread notes, honey, and a trace of peat smoke that turns quicky to an ashy & dry smoke note. The body is thin and it took some time to reveal its qualities, despite a rather austere general profile, with, at times a bit of astringency and acidity. The finish is short. This whisky becomes a little better with a few drops of water, and opens up a bit to show other notes such as ripe fruit (pears & red apples), sweet spices and some gentle oak). Conclusion : A decent whisky, designed to be "in a Halloween style", but which is far here from the best expressions from this superb range that is « Remarkable Regional Malts » in my opinion. The SPRINGBANK distillery influence is so weak one can even wonder if there is some in the mix, apparently dominated by GLEN SCOTIA casks, but not the most expressive ones. Too bad. For me it’s more a curiosity than anything else. Confirmed rating : 80,5/100

 

 

 gauldrons_douglas_laing_rgm_46.2

 

 

 

 

-JACK DANIEL’S « GENTLEMAN JACK » (Double filtered), Edition 2016, 40 % (TENNESSEE WHISKEY, Tennessee, Etats-Unis) :

A noter : Il s’agit d’un version alternative du « OLD N°7 », avec une double filtration à travers une couche de 3 mètres de charbon de bois d’érable (donc une de plus que pour le N°7, la version standard), la première filtration ayant lieu avant la mise en fûts, la seconde avant la mise en bouteille. Pour l’anecdote, Jack DANIEL lui-même avait déjà envisagé de procéder ainsi, afin de rendre le whiskey encore plus doux, mais il s’est heurté à des contraintes techniques. C’est seulement en 1988 qu’à pu être lancée cette version que je n’ai découvert moi-même qu’il y a peu de temps.

Couleur : Vieil or. Nez : Comme on pouvait le prévoir, le nez est d’une grande douceur. Au départ il peut présenter un caractère un peu résiné, mais cela se dissipe avec le temps. Jolies notes de bois d’érable, vite mêlées de fruits variés, dont voire de fruits exotiques (papaye) acidulés. Les esters sont puissants, et « à la mode américaine » (produit par le maïs, voire la filtration double, mais non par l’orge). Bouche : D’une grande finesse, elle présente les caractéristiques aromatiques habituelles du « OLD N°7 », mais avec une douceur exceptionnelle : Note de bois d’érable dominante, puis notes suaves de fruits jaunes (pêches, coing), de fruits exotiques (goyave, papaye), d’épices douces (cannelle & poivre 5 baies, surtout, voire girofle & muscade) en quantité très modérée, et d’un soupçon de réglisse, sur un lit discret de vanille et de bois brûlé. Délicieux ! Tenue à la dilution : Comme il s’agit d’une version filtrée deux fois ET réduite à 40 %, il faut prendre garde à ne pas noyer ce délicat whisky, l’affaiblir. Quelques gouttes d’eau peuvent suffire pour ouvrir les arômes et apprécier la délicatesse de l’ érable, notamment. Conclusion : Un très joli whisky apéritif, ou pour les cocktails, pas vraiment idéal pour être consommé sur glace (il est très délicat), contrairement au « OLD N°7 ». Mais qu’on ne s’y trompe pas, s’il s’agit d’une version plus subtile et plus légère du « OLD N°7 », elle démontre tout le savoir faire de la maison JACK DANIEL’S. Indication de Prix : Entre 25 et 35 €/ Note confirmée : 87,5/100

ENGLISH SUMMARY: FW (Foreword): This one is a double (maplewood charcoal) filtered expression, where the "'OLD N°7" is only filtered once. It is made in order to sweeten even more the whiskey and has been launched in 1988, while the original idea came from Jack DANIEL himself, so long time ago, but due to technical problems he had to give up the idea. TN (Tasting Note): As expected, the nose is shows a great sweetness, with beautiful maple wood notes, quickly rejoined by varied fruit notes, even exotic ones such as papaya, with an acidulous moutfeel. Esters are powerful too, but if I may say, "the American way' (coming from the corn, not from the barley). On the palate this significant sweetness is obvious, showing the "OLD N°7"'s qualities, but brought to an exceptional level of sweetness & also to a more than decent complexity: Of course the maple wood notes are  prominent, but there are also some yellow fruit sweet notes (peaches, quince) coming through, then exotic fruit (guava, papaya), moderate amount of sweet spices -mostly cinnamon & 5 berries pepper, and a hint of cloves & nutmeg), and a trace of liquorice. All these notes sit on a bed of discreet vanilla & burn wood. Delicious ! With some water : As it is a double filtered expresssion and as it is bottled at 40 %, one has to be cautious not to drown this delicate whisky. I suggest to add only a few drops of water, in order to open up the flavors and enjoy the maple wood’s delicacy, for instance. Conclusion : Contrarily to the « OLD N°7 », this one is not the ideal companion to ice cubes, but will be a nice aperitive drink, and probably a great base for cocktails. Don’t get me wrong, it is a lighter & more delicate expression than the usual one, but it shows all the JACK DANIEL’S distillery’s expertise. Confirmed rating : 87,5/100

 

 

 

gentleman_jack_j.daniels_40

Eclipsé par le succès du "OLD No 7" (première vente au monde), ce "GENTLEMAN JACK" est pourtant une réussite. Photo © Grégoire Sarafian

 

 

 

 -JACK DANIEL’S « TENNESSEE RYE » (Barrel Aged RYE), Edition 2018, 45 % (TENNESSEE WHISKEY, Tennessee, Etats-Unis) :

A noter : Il s’agit d’un assemblage composé à 70 % de seigle, à 18 % de maïs & enfin à 12 % d’orge. Il s’agit d’une nouveauté 2018 pour son propriétaire BROWN-FORMAN, et qui devrait être réservée aux cavistes. Merci à BROWN-FORMAN & SO-WINE pour la dégustation en avant-première de ce whisky le 19/03/2018 au cours d’une soirée qui mettait en valeur le seigle, via également la dégustation de cocktails dédiés (recette en fin de note) et la présentation du travail de l’artisan boulanger Gontrand Cherrier qui avait préparé des pains pour l’occasion selon différents pourcentages de seigle (jusqu’à 90 % pour l’un d’entre eux!) et recettes.

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés. Nez : Fin, séduisant et marqué par l’érable, très dominateur, puis se recentre très vite sur une note de solvant associée au seigle, un peu entêtante, avant de s’apaiser pour exprimer des notes de fruits rouges & d’épices douces, et un peu de bois précieux. Bouche : Belle attaque sur l’érable, le solvant et le seigle (limite agressive et alcooleuse au début), avant de vite se recentrer davantage sur le seigle, qui parvient à mi-chemin à trouver un équilibre, et se voit accompagné de belles notes de fruits rouges un rien acidulées (fruits des bois, groseilles), des notes d’épices douces (cannelle, girofle, muscade) mêlées à du caramel, ainsi que des notes de bois précieux. Le travail d’assemblage est, je dois, le dire, remarquable. Tenue à la dilution : Bonne, avec quelques gouttes d’eau, mais ne pas diluer davantage. Conclusion : Une belle surprise que cette nouveauté à forte personnalité (présence importante du seigle dans le mélange) que je préfère même, fait rare, à la version « SINGLE-BARREL » dégustée le même soir, alors que pour le « OLD N°7 », c’est le contraire, je lui préfère le « SINGLE-BARREL » alternative de la version classique. Ce « Barrel Aged RYE » est complexe et très expressif, tout en tempérant ses ardeurs « ryesques » si j’ose dire. Indication de Prix : PVC : 24,90 €, cavistes, voire certaines G.M.S./ Note confirmée : 90/ 100

 

 

 

jack daniels rye_2018_45_abv_red

 

 

ENGLISH SUMMARY: FW (Foreword): This one is a novelty, with a rare 70 % rye in the mashbill, then 18 % corn & 12 % barley. I had the opportunity to try this one neat, then in a cocktail (a « Tennessee Mule »-see the recipe below), during a press launch event in Paris, on March, 19 of this year, where French craft-baker Gontrand Cherrier presented 3 different recipes of bread made of rye. Thanks to BROWN-FORMAN, the brand owner & to SO WINE, event organizer agency for the invitation. TN (Tasting Note): Golden color with amber reflections. The nose is refined, seductive, maple wood driven, then evolves to a solvent note related to rye, a note that is a bit heady before it calms down & let red fruit & sweet spices notes come through. There is also a hint of precious wood. On the palate, the attack is nice mixes maple wood, solvent & rye (it’s a bit agressive & spirity at the start, but it quickly finds a balance, focusing on the rye) . There are also notes of acidulous red fruit notes (mixed berries, redcurrant), sweet spices (cinnamon, cloves, nutmeg), melted with caramel & precious wood. The blending work is remarkable here, I have to say. It takes water well, but not much is needed. Conclusion : A pleasant surprise, and, surprisingly, I prefer this version than the « SINGLE-BARREL » one, while for the « OLD N°7 », it’s the contrary. This « Barrel aged RYE » is complex & very expressive, and managed to tame the rye, if I may say. Confirmed rating : 90/100

 

 

 

 jack_daniels_rye_45_cut_sp_recette_cocktail.

La fiche de présentation du whiskey avec la recette du cocktail présenté lors de la soirée du 19/03/2018 (recentrée sur la recette). Merci à BROWN-FORMAN.

 

 

 

-JACK DANIEL’S « SINGLE-BARREL RYE », Edition 2018, 45 % (TENNESSEE WHISKEY, Tennessee, Etats-Unis) :

A noter : Il s’agit d’un assemblage composé à 70 % de seigle, à 18 % de maïs & enfin à 12 % d’orge. En moyenne, chaque lot donne environ 300 bouteilles, et diffère forcément un peu du précédent. Il s’agit d’une nouveauté 2018 pour son propriétaire BROWN-FORMAN, et qui devrait être réservée aux cavistes. Merci à BROWN-FORMAN & SO-WINE pour la dégustation en avant-première de ce whisky le 19/03/2018 au cours d’une soirée qui mettait en valeur le seigle, via également la dégustation de cocktails dédiés (recette en fin de note) et la présentation du travail de l’artisan boulanger Gontrand Cherrier qui avait préparé des pains pour l’occasion selon différents pourcentages de seigle et recettes.

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés. Nez : Puissant, marqué par l’érable, mais encore davantage marqué par une forte note de solvant, puis de seigle, elle est assez entêtante, au point d’être au bord du déséquilibre. En cela, déjà, je constate que la version assemblée est plus tempérée. L’on perçoit bien d’autres notes, au second plan, comme des notes de fruits rouges, quelques épices (plus ou moins douces) et du chêne. Bouche : Attaque plus puissante sur le solvant et le seigle (quelque peu agressive et alcooleuse) que sur le bois d’érable. L’équilibre est fragile. Petit à petit d’autres notes s’expriment, comme un beau fruité (fruits rouges un rien acidulés), et plus d’épices que dans la version assemblée, mais les mêmes (cannelle, girofle, muscade), voire du caramel. Le boisé demeure assez présent, mais non sans une certaine sécheresse. Tenue à la dilution : Correcte, avec quelques gouttes d’eau, mais ne pas diluer davantage. Conclusion : Une étonnante nouvelle version, toute dévolue au seigle, avec une forte personnalité et un léger manque d’équilibre qui me lui fait préférer sa version assemblée (curieusement embouteillée au même titrage?). Un beau whisky tout de même, et qui fait mouche dans un cocktail prestigieux et également très expressif nommé « Vieux Carré » , avec des ingrédients en partie français (recette ci-dessous). Indication de Prix : PVC : 51,50 €, cavistes / Note estimée à 86,5/100

 

 

jack daniels single barrel rye_2018_45_red

 

 

 

ENGLISH SUMMARY: FW (Foreword): This one is a novelty, with a rare 70 % rye in the mashbill, then 18 % corn & 12 % barley. I had the opportunity to try this one neat, then in a cocktail (a “Vieux Carré”-see the recipe below), during a press launch event in Paris, on March, 19 of this year, where French craft-baker Gontrand Cherrier presented 3 different recipes of bread made of rye. Thanks to BROWN-FORMAN, the brand owner & to SO WINE, event organizer agency for the invitation. TN (Tasting Note): Golden color with reddish amber reflections. The nose is very powerful,at first maple wood driven, then very quickly evolving to a strong & heady (if not spirity) solvent & rye note. At this stage it becomes obvious for me that the blended rye expression is significantly more balanced & tempered. Some other notes are then coming through, but on a second ground (red fruit, spices). On the palate, the attack is a bit aggressive & spirity on spices, solvent & rye, but, after a moment, the maple wood comes through. Some beautiful fruity acidulous notes also appear then, more spices than on the blended expression (cinnamon, cloves, nutmeg), and probably some caramel as well. The wood is very upfront, with some dryness. It is nice, but the balance is fragile. It is not the best swimmer, but a few drops may help sweeten it. Conclusion : An amazing new JACK DANIEL’S expression, pretty much devoted to rye glory, with a strong personality, slightly unbalanced, but still a good whisky, and very good in a prestigious & very expressive cocktail called “Vieux Carré” which mixes French famous spirits with it. Personally, I prefer this version to the « SINGLE-BARREL RYE », while for the « OLD N°7 », it’s the contrary. Rating (under reservations): 86,5/100

 

 

 

jack_daniels_single_barrel_rye_45_cut_sp_recette

La fiche de présentation du whiskey avec la recette du cocktail présenté lors de la soirée du 19/03/2018 (recentrée sur la recette). Merci à BROWN-FORMAN.

 

 

 

-JIM BEAM 12 ans « SIGNATURE CRAFT », 1ère Edition 2013, 43 % (BOURBON WHISKEY, Kentucky, Etats-Unis) :

A Noter: Il s’agit d’une édition limitée de petits lots (“small batch”) élaborée par le master distiller actuel (Fred Noe), de la 7 ème génération de la famille Beam. Son vieillissement important pour un whisky américain se distingue également des habituels 2 à 5 ans d’âge des autres whiskeys les plus connus de la gamme, et plus généralement des Bourbons sur le marché.

Couleur : Vieil or, à reflets dorés, voire ambrés. Nez : Assez. Vif, boisé, un peu vert à la première dégustation, puis prenant vraiment de l’ampleur dès la suivante, plus spectaculaire et plus complexe . Il dévoile alors de belles notes de fruits rouges, de fruits exotiques, des notes de seigle, un bel acidulé, de subtiles notes de boisé et de caramel dur avec une certaine noblesse (sans doute dus à l’âge avancé et au brûlage parfait des fûts). Intéressant ! Bouche : A l’ouverture de la bouteille, de jolies notes fruitées et boisées, puis un côté agressif et alcooleux (solvant), qui heureusement disparaît dès la seconde dégustation : Belle attaque, un peu mentholée, avec un retour de bois d’érable un peu inattendu, se poursuivant sur un fruité complexe et assez intéressant (fruits rouges variés, fruits exotiques-goyave, papaye, et même mangue), de belles notes florales très fondues, du caramel dur de toute beauté, du miel de bruyère je crois bien aussi, des noix nobles (pécan, macadamia), des pommes rouges bien mûres, une pointe de cerises se mêlant à du bois de rose et du bois de santal en finale (fabuleuse), ce qui m’a fait (sur la base de plusieurs autres dégustations) augmenter encore la note chiffrée. Tenue à la dilution : Une légère dilution exaltera les qualités de ce whiskey dont le titrage à 43 % a été judicieux. Conclusion : Un whiskey qui a mis un peu de temps à s’ouvrir et s’équilibrer, mais une fois que cela fût fait, quelle merveille ! Un beau compromis entre l’exubérance de certains « Rye whiskeys » et les « Bourbons » purs et durs, tirant peut être profit du meilleur des deux. Chaudement recommandé ! Indication de Prix : Autour de 35/45 €, cavistes, voire certaines G.M.S./ Note confirmée : 92/100

ENGLISH SUMMARY: FW (Foreword): This one is a limited edition, a small batch, selected by current master distiller Fred Noe, from Beam’s family 7th generation. Its long maturation (for an American whiskey-many are just matured 2 to 5 years long) makes him stand aside the core range, but also aside from the current other bourbons brands. TN (Tasting Note): When I opened my bottle, it was a bit closed, spirity and showing a curious resinous note on the nose, but then it got better at each tasting, kind of stabilizing itself at the third tasting. But right from the start the beautiful fruity & woody notes were there, even if they seem to improve each time. Subtle caramel notes did shine through as well, and a certain grandeur. On the palate, once oxygenated a bit, it showed a beautiful slightly mentholated attack, complex fruity & woody notes (varied red fruit, exotic fruit, such as guava & papaya, also even some mango), nice floral notes as well, wonderful hard caramel notes, heather honey (if not mistaken), then evolving to noble nut notes (pecan nut, macadamia nut), ripe red apples, a hint of cherries as well, melted with beautiful rose wood & sandal wood for such a beautiful finish that I had to add one point more to the rating. This JIM BEAM will benefit of a few drops of water, but not more, as the abv for me is just perfect or close. Conclusion: This whiskey took a bit of time to deliver its qualities, but when it did, it was worth the wait! A superb mix of the best of Rye & Bourbon whiskeys it seems, synthetising their exuberance. Warmly recommended! Confirmed rating: 92/100

 

 

 

jim beam_signature_craft_12_yo_43_bp_7_red

 

 

 

 

-« PORT ASKAIG » 8 ans, du négociant The SPECIALITY DRINKS Ltd/Elixir Distillers, Edition 2017, 45,8 % (SINGLE MALT-Islay, ECOSSE/Grande-Bretagne):

A Noter: Il s’agit d’un single malt provenant vraisemblablement de la distillerie CAOL ILA, sans filtration à froid ni coloration.

Couleur : Jaune pâle, comme un whisky de l’île d’Islay issu de fûts de Bourbon ayant connu plusieurs remplissages. Nez : Assez engageant, nous plongeant avec délectation dans la badiane, la tourbe grasse, avec légèreté et finesse. Belles notes d’agrumes, centrées sur les différentes déclinaisons du citron. Quelques notes florales et des notes de bonbon anglais au second plan (esters). Bouche : Fine et gourmande à la fois, avec linéarité et cohérence (elle reprend fidèlement les notes du nez), elle est très accessible et très plaisante à boire. C’est comme un voluptueux bain de badiane et d’agrumes, avec quelques autres notes (esters, notamment) fondues dans l’ensemble, et cette belle tourbe grasse et légère (presque aérienne) à la fois qui est assez fascinante. Un single malt d’un charme certain. Tenue à la dilution : Avec un peu d’eau, le whisky prend encore un peu plus d’assurance, et révèle une belle note proche du sucre d’orge (et évoquant l’orge maltée), mêlée de badiane, et c’est succulent ! Les notes d’agrumes (le citron en tête) deviennent alors presque juteuses. Conclusion : Un très joli jeune mais déjà « bien élevé » CAOL ILA. Une belle addition à la gamme « PORT ASKAIG » que je recommande chaudement également. Indication de Prix : Autour de 50 €, LaMDW & cavistes partenaires. Note confirmée : 90,5/100

ENGLISH SUMMARY : Pale in color,engaging, with a delightful star anise note, oily peat, beautiful & varied citrus fruit notes (with all kinds of lemons), some floral notes as well, and English liquorice allsorts sweets. On the quite refined & gourmet palate, this is very consistent too, with a sensual, very drinkable moutfeel, and basically it’s like a voluptuous oily peat bath where citrus fruit, esters & star anise are endlessly playing together. Some notes are melted and gourmet, but there is some lightness (almost aerial) in it that is quite fasctinating. With a few drops of water, the whisky gets even more expressive and structured and make other notes come through, such as a beautiful note of barley sugar melted with a star anise nose & these notes (plus a now becoming almost juicy complex lemon note) are delicious. Conclusion: An attractive « young but ready » CAOL ILA which is a very welcome new expression from the PORT ASKAIG range, a whole range that I warmly recommend too. Confirmed Rating : 90,5/100

 

 

 port_askaig_8_yo_45.8

 

 

 

-« TORBA », du négociant The SPECIALITY DRINKS Ltd/Elixir Distiller/gamme “Elements of Islay”, Edition 2017 (70ème anniversaire de VELIER), 50 cl, 56,1 % (BLENDED MALT-Islay, ECOSSE/Grande-Bretagne):

A Noter: Il s’agit d’un blended malt très tourbé (comme une variante du “PEAT”) composé de 3 single malts different (non précisés) en édition limitée à 1200 bouteilles exclusive destinée à la Maison du Whisky, France, pour fêter l’anniversaire de la prestigieuse maison VELIER. Un whisky non filtré à froid & non coloré.

Couleur : Jaune très pâle (vin de muscadet clair). Nez : Assez fin, avec de discrètes notes d’agrumes, de la tourbe mi-grasse, mi-sèche, un léger côté médicinal (suggérant une part de fûts de la distillerie LAHPROAIG dans l’assemblage), mais aussi une certaine austérité. Bouche : Fine et sèche, un peu tendue, évoquant clairement une variante du « PEAT », avec un peu plus de puissance, mais pas davantage de corps. Plus tourbée que ce dernier, en effet, en bouche, cette version légèrement réglissée est également peu florale et peu fruitée (un peu aux antipodes de la gamme « PORT ASKAIG »), et peu épicée. La badiane s’y fait rare également. Un whisky de bonne tenue, ceci dit. Tenue à la dilution : L’ajout d’un peu d’eau provoque un léger mieux, avec le réveil de quelques notes (pointe de badiane, mais aussi de gentiane), plus de présence de plantes aromatiques variées, et un caractère un peu plus médicinal. Conclusion : Un whisky tourbé très correct, bien fait, mais sans grande surprise, un peu trop monolithique peut être pour passer dans la catégorie supérieure. Indication de Prix : Autour de 75 €, LaMDW & cavistes affiliés. Note confirmée : 86/100

ENGLISH SUMMARY : Pale in color, this limited edition was conceived last year as a tribute to VELIER’s 70 anniversary. It is a blended malt made of 3 Islay distilleries, but we don’t know which ones. As usual in the « Elements of Islay » range, it is bottled at cask strength in these amazing laboratory-like 50 cl bottles. On the nose, it take some time to open up but when it does, it shows discrete citrus fruit notes, half-oily, half dry peat smoke notes, some medicinal notes (suggesting some LAPHROAIG presence ?). On the palate, it is a bit tense (the relatively high ABV doesn’t help) and sounds like a more powerful (but a bit thin though) variant of the « PEAT » from the same range. Medicinal, not very fruity or floral, with some liquorice and dry peat smoke. Adding some water will help its drinkabiliy, with some notes awakening such as aromatic plants, some star anise, but also some gentian. To conclude, I will say that a pretty decent whisky, but I find it a tad too one-dimensional to be part of the upper category. Confirmed rating : 86/100

 

 

 torba_elements_of_islay_bm_56.1_r

 

 

 

 

-TULLAMORE DEW 12 ans, Bourbon casks (Sherry cask finish), Edition 2015-Travel Retail/1 litre, ncf, 46 % (SINGLE MALT/République d’Irlande) –Source du distillat: COOLEY distillery (désormais également mentionnée comme KILBEGGAN distillery)

A Noter:Il s’agit de la version « Single Malt » du TULLAMORE DEW 12 ans d’âge, à ne pas confondre avec la version « Blended whiskey ».

Couleur: Vieil or, à reflets dorés, voire ambrés. Nez : Après plusieurs aérations salutaires, une note un rien désagréable et très oxydative (saumure mêlée de rancio lié au sherry ?) accompagnée d’une note soufrée, s’est faite plus discrète et a laissé se développer des notes fruitées (fruits mûrs variés, mais surtout des pommes à cidre, avec pas mal d’acidité, des pommes rouges fraîches et des notes de fruits rouges comprenant des cerises au premier plan, et des groseilles au second, ce qui perturbe un peu le nez conduit d’un côté vers l’acidité et de l’autre vers le sucre). Légères notes beurrées également, et aussi peut être des notes végétales. Bouche: En bouche il en va de même, et l’on met un certain temps à s’habituer à ce mélange acide/sucré issu des notes fruitées d’une part, et ce boisé un peu rancioté et mouillé (apportant un rien d’amertume et de côté un peu renfermé, acide, comme de la saumure) contredit par ce fruité franc issu également du sherry, mais pour moi ce whisky s’est amélioré à chaque dégustation. Mais ces notes franches de fruits rouges et de pommes cuites sont rendues plus compliquées à distinguer en raison de la présence de notes d’arachides, de notes de bourgeon de cassis typiques des whiskeys irlandais, d’autant plus (et je l’ai découvert très tard) qu’elles sont agrémentées de notes végétales (thé vert, thé noir, feuilles de menthe non fraîches-un rien terreuses) qui rendent la dégustation compliquée (ce côté mentholé et végétal on ne l’attend pas du tout), mais aussi fascinante. Tenue à la dilution: Un peu d’eau lisse l’ensemble et le rend plus accessible, mais mine de rien, mets aussi en valeur ces notes si particulières à la fois fruitées et mentholées. Elle réveille aussi d’autres notes fruitées (des esters provenant de la première maturation en fûts de bourbon (fruits jaunes, bonbons anglais, fruits exotiques) mais cela reste modéré.

Conclusion: Un whisky au bord du déséquilibre, quelque peu contradictoire et d’une grande complexité qui a eu besoin de beaucoup d’aération pour donner tout son potentiel. Un whiskey très irlandais en tout cas et une version plus complexe que son équivalent en version blended whiskey (que je recommande également), plutôt différent en fin de compte (plus lisse et classique). Recommandé pour les palais curieux et « ouverts ». Prix indicatif: Autour de 45/55 €, boutiques hors taxes (« travel retail ») & certains cavistes. Note confirmée: 87,5/100

ENGLISH SUMMARY : This is the « Single Malt » version of the 12 years old, not to be confused with the« Blended whiskey » one. The color is from gold to amber, and suggest more sherry than in the blended whiskey version. This expression has been difficult to assess and changed a bit since I opened the bottle, it needed quite some air to get approachable and leave some light sulphur & sour notes behind, but when it did, the whisky could really « take off » and me write more developped tasting notes : The nose is complex and displays varied fruity notes (ripe fruit, cider acidic apples, red apples, cherry and redcurrant notes (cherry on the first ground, redcurrant on the second), some sourness as well, and a more surprising buttery note, plus some green notes as well. On the palate, it take some time to get used to a complex and sometimes contradictory aromatic profile : On one hand I get some wet wood, rancio wood & a bit acidic and sour fruity & green notes, and on the other, more fruity, more typical (blackcurrant buds, peanuts plants) and sugary notes of Single Pot Still style of whisky. What is also a bit disturbing is that those fruity notes get some contradiction from some heavy znd complex green notes (black tea, green tea and overiped tea leaves), with a mentholated & almost earthy note I wasn’t expecting at all. With a few drops of water, this whisky gets more approachable and more balanced, with mentholated notes as well as more estery notes (liquorice allsorts, exotic fruit, quince, yellow peaches). Conclusion : A whisky sometimes on the edge, fragile, but very complex and very interesting to analyze. Give it some time & air and it will rewarding (especially for open-minded consumers). Different (less classical) & more complex than the blended whiskey version (which I also recommend). Confirmed rating : 87,5/100

 

 

 

 tullamore_dew_12_ans_sherry_cask_fin_1_litre_t.r._46_r

 

 

 

 

-WOODFORD RESERVE officiel « RYE », Edition 2018, 45,2 % (RYE WHISKEY, Kentucky, Etats-Unis) :

A noter : Il s’agit d’un assemblage composé de 53 % de seigle, 33 % de maïs et 14 % d’orge. Ce n’est pas une nouveauté à proprement parler, mais disons d’un lancement plus important sur le marché français après son lancement l’an dernier. Merci à BROWN-FORMAN & SO-WINE pour la dégustation de ce whisky le 19/03/2018 au cours d’une soirée qui mettait en valeur le seigle, via également la dégustation de cocktails dédiés (recette en fin de note) et la présentation du travail de l’artisan boulanger Gontrand Cherrier qui avait préparé des pains pour l’occasion selon différents pourcentages de seigle et recettes.

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés. Nez : Très fin, très fondu. Les notes de seigle se reconnaissent, mais ne dominent pas l’ensemble, laissant celles de maïs et même d’orge de s’exprimer. Un nez acidulé, épicé, avec une fine note d’érable, de fruits rouges (entre rhubarbe & cassis, voire fruits des bois). Enjôleur. Bouche : Fine, vraiment fine et fondue (beaucoup de liant), avec de belles notes fruitées (fruits rouges divers plus ou moins acidulés, mais aussi des pommes rouges assez mûres), du miel, et de belles notes épicées (cannelle, girofle, muscade) surmontant un boisé délicat, avec une pointe menthe poivrée en finale. Délicieux, mais un peu timide. Tenue à la dilution : Paradoxalement, pour ce whiskey déjà très fondu, la réaction chimique créée par l’ajout d’eau va raviver un peu toute sa palette, et apporter souplesse et suavité en bouche. Conclusion : Un whiskey de qualité, bien fait, qui fera merveille en cocktail (voir ci-dessous la recette du superbe « Manhattan » dégusté ce soir-là, recette telle que préconisée par le producteur) et peut tout à fait s’apprécier sec, en prenant le temps, car il est excellent, même si plus timide que le « Distiller’s Select » et moins expressif que le « Double Oaked », qui semblent tous deux difficiles à détrôner ! Indication de Prix : PVC :Entre 46 & 49 € €/ Note confirmée : 89,5/100

 

 

woodford_reserve_rye_45.2_2017_red

 

 

ENGLISH SUMMARY: FW (Foreword): This core range new expression from last year (but recently relaunched in France) is a made of 53 % rye, 33 % corn and 14 % barley. I had the opportunity to try this one neat, then in a cocktail (a “Manhattan”-see the recipe below), during a press launch event in Paris, on March, 19 of this year, where French craft-baker Gontrand Cherrier presented 3 different recipes of bread made of rye. Thanks to BROWN-FORMAN, the brand owner & to SO WINE, event organizer agency for the invitation. TN (tasting note): The nose is very melted, and while one can recognize the rye presence, it doesn’t dominate the mix, letting corn & barley notes equally come through. It is acidulous, spicy, with a thin maple wood note, but also red fruit (between rhubarb & blackcurrant, mixed berries) notes. On the palate, It is refined and melted, with beautiful fruity notes (varied red fruit, more or less acidulous, but also ripe red apples), honey, beautiful spices (cinnamon, cloves, nutmeg), topping a delicate oak, with a hint of peppermint on the finish. It may seem a bit shy, but it is delicious. Adding water will enhance this melted palette of flavors, bringing more sweetness & suppleness on the palate. Conclusion: A quality whiskey, well made, which will work perfectly in cocktails (see below the recipe of the gorgeous “Manhattan” I had that night-the producer’s own recipe), but is also quite enjoyable neat, taking your time, because it is excellent, even if I found it more shy than the “Distiller’s Select” or the “Double Oaked’” expressions, two core range classics that seem hard to beat ! Confirmed rating: 89,5/100

 

 

 

woodford_reserve_rye_visuel_cut_sp_recette_manhattan_45.2.
 

 La fiche de présentation du whiskey avec la recette du cocktail présenté lors de la soirée du 19/03/2018 (recentrée sur la recette). Merci à BROWN-FORMAN.

 

 

 

A SUIVRE /TO BE CONTINUED....

 

 

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop