Express Notes No 1

 

 

 

EXPRESS NOTES : No 1 : « 10 Notes de Dégustation de STRATHISLA »

Mise à jour -Updates: 23/03/2014

 

 

 STRATHISLA

 

Distillerie de Malt écossaise active depuis 1786 & nom de single-malt.

Strathisla Distillery, Keith, Banffshire AB55 3BS (Région du Speyside, Ecosse, Royaume-Uni).

 

strathisla_distillery_trad

Peut être la meilleure publicité jamais faite au whisky écossais, les toits en pagode de la distillerie STRATHISLA,

sans doute la plus belle distillerie écossaise...et la plus cachée aussi (car on déguste le plus souvent ses whiskies en

effet en tant que composante importante du blended-whisky CHIVAS REGAL)-Photo © Hugh.


En bref : Cette distillerie emblématique de sa région et de l’Ecosse (c’est l'une des plus reproduites du pays avec ses toits en pagode et son jardin très coloré, une véritable image d’Epinal), une des plus anciennes (1786) était autrefois nommée MILTOWN Distillery, et ce jusque dans les années 1870. Le single-malt qu'elle produit constitue la charpente des blended-whiskies de Chivas Brothers ltd, filiale du canadien Seagram, société qui passera plus tard sous le contrôle de Pernod-Ricard. Le 12 ans d’âge faisait partie de la sélection « Heritage » de Chivas. Son conditionnement a été totalement révisé en 2013, la bouteille a perdu sa forme caractéristique, elle est ronde, et son titrage est redescendu à 40 %. Hormis une version brut de fût (en small batch, voire en single-cask) vendue à la distillerie, STRATHISLA ne commercialise depuis de nombreuses années aucune autre version officielle, ce qui est assez frustrant, mais elle autorise, sous licence, la sortie de nombreuses éditions (en fûts uniques millésimés ou en assemblages avec compte d’âge) par la société de négoce Gordon & MacPhail, ce qui en fait des versions en quelque sorte semi-officielles. Parmi les autres (rares) à disposer d'un peu de stock, citons tout de même la société Duncan Taylor, qui se permit le luxe de proposer plusieurs 40 ou 41 ans d’âge deux années de suite (2007, 2008).

 

 

strathisla_12_old_ob_v_43_h

La désormais (depuis 2013) ancienne version du STRATHISLA officiel 12 ans (Photo © Hugh).

 

 

1/-STRATHISLA officiel 12 ans, Edition 2009 (et désormais l'ancienne édition), 43 % :

Un des single-malts les plus complexes du Speyside. Floral, végétal, épicé, mais aussi floral et fruité, il est déjà bien affirmé mais encore en devenir. Légèrement fumé, boisé (cèdre), il a une finale courte, mais du charme. Un peu d’eau fait ressortir ses délicates notes florales. Note confirmée (confirmed score): 87/100

A complex & spicy Speysider. A bit young & short but refined, complex & seductive enough to entertain.

 

 

2/-STRATHISLA semi-officiel 21 ans (Bottled 2006), emb. GORDON & MacPHAIL, Single-Cask (fût N °6119, Refill Sherry Hogshead), non filtré à froid, en exclusivité pour La Maison du Whisky (144 bouteilles), 45 % :

Un STRATHISLA typé, au superbe nez, dévoilant en bouche des notes propres aux versions âgées (végétales, très boisées, épicées, sèches), mais un peu restreint et austère. Des fruits mûrs, un peu d’astringence, et un peu mystère aussi…oubliez l’eau avec celui-là. Note Sous Réserve (score under reserve): 92/100

A classic old STRATHISLA, on the dry side of Sherry. Still complex, spicy & fruity, and I'm glad that the oak is still tamed here.

 

 

3/-STRATHISLA semi-officiel 25 ans (Bottled circa 2006), emb. GORDON & MacPHAIL, 40 % : 

Mon premier STRATHISLA âgé, dégusté en 2006. Extrême, dérangeant par sa typicité, puis époustouflant par son expressivité et sa complexité (à l’époque je n’ai pu détecter que 25 notes aromatiques dans ce whisky!). Copieusement végétal (salade mâche, humus, thé trop infusé) et épicé (piment de Cayenne), il devient peu à peu encore plus complexe, entre autres notes, boisé (cèdre), chocolaté et fruité, sur un lit de camphre plutôt sec et poussiéreux. Un OVNI monstrueux, avec la puissance d’un whisky à 60 % mais titrant….40 %. La version ultérieure à 43 % semble comme « castrée » en comparaison. Inoubliable, et pour vrais connaisseurs…

-Note confirmée (confirmed score): 97/100 à Hors Catégorie (to a « Beyond any Category » special mention)

The most extreme (& remaining good at the same time !) STRATHISLA ever tasted. More than a Sherry monster, a true ancient malt. Clearly on the dry, dusty, leafy, spicy hot (chili pepper) & camphory side, this is very complex and quite an experience, but has also its elegance. For connoisseurs only. Warning : It has nothing to do with the much weaker nowadays 43 % version.

 

 

4/-STRATHISLA semi-officiel 25 ans (bottled 2009), emb. GORDON & MacPHAIL, (Sherry Butts), Edition titrant à 43 % *: A NOTER : La précédente édition du 25 ans titrait 40 % au lieu de 43 %, et ma critique de la version à 40 % concernait une sélection de fûts plus ancienne.

Un joli STRATHISLA, plus moderne que la version à 40 %, au nez supérieur à la bouche. Cette dernière est complexe, relativement typée (camphre, fruits mûrs, épices, cèdre, rancio), mais un peu trop retenue, un peu trop lisse, et à la finale assez courte. Un bon malt en soi, mais souffrant la comparaison avec la version 2006 à 40 %.

Note Sous Réserve (score under reserve): 91,5/100

This one is a much lighter (& restrained) expression than the 2006 one (at 40 % though) but remains a good whisky in itself. It has all the old STRATHISLA house style profile, with typical woody (cedar), spicy (pepper), fruity notes, topped with a hint of camphor, and of course this beautiful mahogany color. It is good but expect a rather short finale.

 

 

5/-STRATHISLA semi-officiel 30 ans (Bottled Circa 2012), emb. GORDON & MacPHAIL, 43 %:

Couleur acajou foncé à reflets rouges. Nez superbe (bois précieux, pruneaux, abricots mûrs, rancio), supérieur à la bouche. Belle attaque en bouche, fidèle au nez, puis plus restreint, avec un boisé menaçant de devenir dominant, mais encore contenu. Elégant et équilibré. Ne pas ajouter d’eau.

-Note sous Réserve (score under reserve): 90/100

This one displays magnificent typical STRATHISLA notes on the nose, a nose which is superior to the palate : Sandal wood, prune, ripe apricot & some rancio. The palate is ok, but again a bit restrained, a bit "oak driven" as well, but still balanced and still delivers elegantly what you expect from an old malt. Don’t add water, or you will destroy it.

 

6/-STRATHISLA semi-officiel 40 ans, Millésimé « 1967 » (Bottled 2008 ?), emb. GORDON & MacPHAIL, 40 % : (Dégusté à l’aveugle-tasted blind).

Débute presque comme un Bourbon, très boisé et épicé, au nez. En bouche, il est complexe, intense et austère, mais aussi très boisé, élégant, tourbé et végétal à la fois (sous-bois & camphre). Notes de fruits confits, de fruits mûrs, de chêne imprégné de fumée. Belle longueur en bouche. Celui-ci passe très bien avec quelques gouttes d’eau, mais pas plus. Sur un fil, « au dessus du précipice » pour le côté boisé. Superbe.

-Note confirmée (confirmed score): 93/100

Starts like a Bourbon whiskey (spicy, woody) but with a smoke twist. Then it gets leafy, but also very fruity, and shows evident signs of age, but is still well balanced. Has more oomph than the 30 y.o. and swims very well if just slightly diluted. The plus here is clearly the presence of peat & smoke layers from deep within the wood.

 

 

7/-STRATHISLA semi-officiel Millésimé « 1964 » (Bottled 2008=44 ans), emb. GORDON & MacPHAIL, 43 % :

De couleur ambrée,à reflets ambrés, voire rougeâtres profonds. Son nez est somptueux, nettement marqué par le Sherry, très complexe, mais aussi très boisé et très sec. La bouche est de la même complexité, avec beaucoup de finesse, enrobée de la même sécheresse boisée. Camphrée, boisée, fumée, mais aussi très épicée (piment de Cayenne, girofle, muscade, etc…), elle est à la limite de se noyer dans le boisé, mais elle reste superbe, car le Sherry donne des notes vineuses qui compensent le boisé très présent. Dilution à éviter. Un beau Speyside, typé et rustique, « borderline », mais encore bien bon.

-Note Sous Réserve (score under reserve): 92/100

Amber color, in deep amber, even reddish reflections. The nose is stunning, sherry driven, very complex, dry & woody. The palate is beautiful as well, and combines a huge presence of wood, spices, smoke, close to be lost in the wood, but is enhanced by some very nice winey notes from the Sherry. A great Speyside malt, typical, austere, but still very good.

 

 

strathisla_49_ans_1960_2009_50

Le splendide millésime "1960" en version à 50 % (Photo : © Hugh).

 

 

8/-STRATHISLA semi-officiel, millésimé « 1960 » (19/01/1960-12/03/2009 = env. 49 ans), emb. GORDON & MacPHAIL* pour La Maison du Whisky, Single-Cask (Cask N° 2548-First Fill SHERRY Hogshead), Limited Edition to 177 bottles, 50 % : Attention : Ne pas confondre avec une autre édition « 1960 », titrant également 50 % mais de référence de fût 2544 (60 bouteilles), et celle embouteillée à 43 %.

Couleur ambrée à reflets acajou à rougeâtres. Là encore un nez somptueux, avec plus de profondeur que tous les STRATHISLA dégustés jusqu’ici…Très beau fruité, boisé, et autres notes typées de la distillerie…Un rien alcooleux. La bouche est tout d’abord très sèche, un peu alcooleuse et vineuse, puis s’adoucit un peu. Complexe (fruits mûrs, très belle qualité de Sherry, notes intenses de gâteau aux noix écrasées), au boisé très fin, camphre, épices (piment, musc, girofle, poivre 5 baies, voire coriandre, etc..). Longue finale très dense et chaude, sur des notes à la fois boisées, épicées, fruitées. Ne pas diluer, mais bien l’aérer. Devient alors assez charmeur. Encore un superbe STRATHISLA. Merci, Mr Urquhart ! Une des perles du Whisky Live Paris 2009.

- Note Sous Réserve (score under reserve) : 96/100

One of the best STRATHISLA I have come across. This one displays a beautiful depth on the nose, with typical notes hidden at first behind an agressive alcoholic hit. Then, if you take time, you will be rewarded. Dry sherry, dry wood, intense walnut cake notes, camphor, chili pepper, musk, clove, coriander, etc…Hot spicy, fruiy, woody finish, yet still well balanced. Water is forbidden, here ! One of the best drams of Whisky Live Paris 2009…

 

 

9/-STRATHISLA semi-officiel Millésimé « 1970 » (Bottled 2010=40 ans), emb. GORDON & MacPHAIL, pour La Maison du Whisky (Dumpy Bottle), Single-Cask (1st Fill Sherry Cask N° 5474), 45 %:

Notice intégrale en français (full tasting note in French here)

Couleur : Ambrée, à reflets rougeoyants. Nez : Capiteux, marqué par le Sherry, mais probablement « un meilleur nez que celui-ci » à cause du verre utilisé lors de la dégustation, un verre trop long et trop fuselé qui pose des problèmes pour capter les plus subtils arômes. Bouche : Très douce par rapport à ce qu’on pouvait s’attendre à trouver dans cette gamme/sélection MDW plutôt sèche ordinairement. Un whisky doux « comme un armagnac » (dixit Alexandre Vingtier, de la Maison du Whisky), avec des fruits mûrs, des pruneaux, abricots, et un léger rancio, du boisé maîtrisé, une certaine « nonchalance » dans l’expression, avec beaucoup d’élégance. Peut être un certain manque de puissance en finale ? Tenue à la dilution : Mauvaise, ce qui est un peu logique, étant donné le type de fûts, alors il faut lui préférer une bonne aération (d’où la note basée sur ce 2 ème critère). Conclusion : Une très joli STRATHISLA, certes loin derrière le millésime « 1960 » de la même maison mis en bouteille en 2009, ici le titrage est plus faible et le style plus léger, presque aérien. Pour les amateurs de douceur et de raffinement. 

-Note Sous Réserve (score under reserve): 92/100

A very sweet and well balanced STRATHISLA, « sweet as an Armagnac » said once French spirit specialist Alexandre Vingtier. Ripe fruit, apricots, prune, soft wood, a bit of rancio is what you get here. An elegant & (a bit) aerial one, lacking of some oomph, but not of refinement.

 

 

ENFIN, CI-DESSOUS, MON PREFERE DE LA LISTE, ici en notice intégrale en français, plus quelques lignes en anglais : (BELOW, MY FAVORITE STRATHISLA of the whole set)

 

strathisla_1957_2007_gmp_50_ans_43_ct

Le plus beau STRATHISLA dégusté à ce jour, sans doute... (Photo:  © C.T.)

 

10/-STRATHISLA semi-officiel millésimé « 1957 » (Dist. 1957-Bott. 2007=50 ans), emb. GORDON & MacPHAIL, gamme « Reserve », First Fill Sherry butt, 43 % :

Notice intégrale en français (full tasting note in French here) :

Couleur : Ambrée, à reflets cuivrés. Nez : Somptueux ! Doux et très délicatement boisé, sans excès. Un vrai miracle. Magnifiques notes fruitées issues de l’élevage en fûts de sherry. Les arômes sont tous harmonieusement fondus entre eux, formant un équilibre véritablement parfait. Envoûtant. Bouche : Douce, délicate, soyeuse. C’est du raffinement à l’état pur. Les notes fruitées sont d’une délicatesse extrême. Les notes boisées, tout aussi complexes (bois précieux, bois de santal, cèdre, eucalyptus) sont d’une discrétion étonnante. A peine une note vineuse vient elle s’immiscer entre le fruit, le bois et les notes végétales (tabac, sous-bois). Quelques épices entrent en jeu (gingembre, poivre 5 baies), mais avec modération. La finale est très longue et aérienne, mais si l’attaque est tellement belle et parfaite qu’elle paraît moins spectaculaire. Peut-être ne lui manque t’il que quelques degrés supplémentaires pour atteindre la perfection, mais, très franchement, on n’en est pas loin ici. Réaction à l’aération : Quelques minutes lui feront le plus grand bien. Tenue à la dilution : Ne pas diluer ce vénérable breuvage ! C’est un ordre (sinon, l’on friserait le crime de lèse-malté !) Conclusion : Sans aucun doute le plus équilibré et le plus complexe (avec le « 1960 » en version 50 %) des STRATHISLA dégustés à ce jour, et certainement un des plus impressionnants par sa sérénité. Un pur bonheur. –Merci beaucoup à Christophe pour ce magnifique sample. Prix estimé à env. 305 €, MdW (en 2008), bien plus maintenant (plus de 500 € en 2014).

-Note confirmée (confirmed score): 97,5/100 & Hors catégorie (to a « Beyond any Category » special mention)

This one is my favorite of them all. Why ? Because it seems to me that here the balance between woody, floral, fruity, leafy-teaish, winey, spicy notes is perfect. Because it’s old age & a perfect cask gave him a wonderful depth that even the « 1960 » vintage can’t completely reach, and the « 1970 » even less. Such delicacy, complexity & refinement is rare to find nowadays, and is even more displayed within a somptuous endless finale, aerial but so expressive…such as Kate Bush’s best records.

 

 

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop