Editorial No 28

 

 RAPPEL/REMINDER (02/05/2018):

Vous trouverez aussi des Notes de Dégustation sur divers whiskies à la rubrique ci-dessous, ajoutées au fur et à mesure...

You will also find Tasting Notes about varied whiskies in the section with a link below, added on a regular basis...

Express Notes No 5 /Tasting Notes

 

 

 

 

EDITORIAL No 28 :"LE WHISKY CANADIEN, CLICHES & REALITES" :

("CANADIAN WHISKY, CLICHES & REALITY")

 

 

Ce sujet est spécialement dédié aux canadiens cités dans l'article, mais aussi à la branche de ma famille qui vit au Canada, en Ontario...

This topic is especially dedicated to the Canadians quoted below, but also to the branch of my family who lives in Ontario, Canada...

 

 

Première mise en ligne: 22/04/2018-Dernière mise à jour: 22/04/2018

First published: 22/04/2018-Latest update: 22/04/2018

 

 

Le Canada est, rappelons-le en préambule, l'un des 5 premiers producteurs de whisky historiquement, avec L'Irlande, La Grande-bretagne (l'Ecosse, plus précisément), les Etats-Unis & le Japon, soit depuis la fin du XVIII ème siècle (officiellement en tout cas, pour les 2 premiers pays cités, voire même les Etats-Unis, sinon l'on peut remonter raisonnablement jusqu'au XV ème siècle, voire avant), soit depuis le XIX ème siècle pour le Japon. En terme de capacité de production, également, le Canada est loin d'être marginal, avec, par exemple, une des 8 plus grandes distilleries, Hiram WALKER & Sons, qui a près de 1,6 million de fûts dormant dans ses chais ! Par ailleurs, le Canada vends ses whiskies dans près de 160 pays dans le monde.

Sa référence la plus connue, le blended whisky CROWN ROYAL, a été le 12 ème whisky le plus vendu au monde en 2016 (tandis qu'en 2015, il vendait 5,3 millions de caisse dans le monde). En Asie et pays de l'ex-URSS, il affiche l'une des 2 plus fortes progressions en volume en 2016. En termes de volume encore, signalons qu'en 2015 la marque BLACK VELVET affichait 2,3 millions de caisses de whisky vendues, suivi par CANADIAN CLUB (1,9 million) & CANADIAN MIST (1,5 million). Mais, encore en 2017, 75 % de la consommation de whisky canadien était faite par...des habitants des Etats-Unis ! Un peuple qui connaît bien le whisky canadien puisqu’il pu en bénéficier (et donc pas seulement du whisky irlandais) durant la Prohibition (1920-1933).

Pendant longtemps, l'on a considéré le whisky canadien comme un parent pauvre de celui des Etats-Unis, mais aussi comme un whisky fade consommé sec, plutôt destiné à faire des cocktails. Je dois dire que jusqu'à il y a environ 3 ou 4 ans, je n'étais pas loin de penser la même chose, encouragé en cela par d'une part le peu de whiskies canadiens disponibles en France (et parce qu'ils étaient de caractère le plus souvent industriel, destinés à l’étagère la plus basse des rayons whisky des hypermarchés), et d'autre part, à cause de l'opinion de nombreux canadiens rencontrés à Paris, considérant eux-mêmes que le whisky de leur pays était médiocre et sans réelle valeur comparé à celui des illustres écossais. J'ai pu découvrir par hasard il y a quelques années deux whiskies d'entrée de gamme assez raffinés qui m'ont surpris par rapport à ces préjugés (il s'agissait du J.P. WISER'S « De luxe », un blended whisky à 40 %, puis un peu plus tard du GOODERHAM & WORTS-voir la critique plus bas), mais le déclic ne s'est pas réellement fait à cette époque là, car sur trop peu d' exemples. Certes j’avais pu aussi déguster en 2002, la version réduite à 43 % du « LOT 40 », un whisky composé à 100 % de seigle (« Rye »), mais franchement je n'y ai rien compris, tellement ce whisky presque sirupeux n'entrait pas dans ma définition de l’époque de ce que devait être le whisky. En d’autres termes, je n'y étais pas préparé. C'est pourquoi j'ai pris le parti de ne pas reporter ici ma note de dégustation de l'époque, qui tient en deux phrases, et se conclut par une note très faible qui me paraît totalement exagérée au vu de la splendide version « Cask Strength » dégustée récemment. J'ajouterais ma critique du « LOT 40 » version réduite dès que possible, je veux dire dès que je l'aurais dégustée, avec toute mon expérience actuelle, après environ 3109 dégustations...

Donc, « faute de combattants », point de bataille. En effet, quasiment rien de l'offre importante en whiskies canadiens n'était disponible alors en France, ni guère beaucoup plus de nos jours, que ce soit chez les cavistes ou dans les salons du whisky français (il n'y a jamais eu par exemple à ma connaissance de zone entière réservée au whisky canadien, mais parfois un ou deux stands de whiskies canadiens, aussi étonnant que cela puisse paraître !).

 

 

edito_28_group_bout_n_samples_canada_1

Petite présentation personnelle de ma très modeste collection de whiskies canadiens & des samples offerts par mon ami George, et quelques livres sur le pays.

 

 

 Pourtant je peux dire aujourd'hui, et déjà un peu plus depuis 2016, ou j’avais pu déguster plusieurs whiskies canadiens de qualité, dans la catégorie « RYE WHISKY », lors de deux salons français, que pour nombre d'entre eux (et la quasi-totalité des productions d'une seule distillerie qui produit plusieurs marques), la qualité est non seulement au rendez-vous, mais en plus le degré de sophistication constaté est littéralement bluffant. Fin 2017 & 2018, rien qu'avec la vingtaine de dégustations faite récemment, y compris de whiskies rares introuvables en France (encore merci George !), « l’affaire était entendue », ou, autrement dit, il fallait devoir « compter avec le Canada » comme pays d’excellence du whisky.

Certains whiskies dégustés m'ont en effet fait penser à la sophistication du whisky japonais (qui lui est postérieur, rappelons-le !) et remettent en cause à mon avis la primauté de l'influence écossaise (en tout cas pas à elle seule) sur la conception des premiers whiskies japonais.

Le whisky canadien, tout comme son voisin nord-américain, s'est beaucoup développé ces dernières années (le plus grand expert du sujet, Davin de Kergommeaux*, dénombre désormais pas moins de 49 distilleries réparties sur tout le pays!), à tel point que ma présentation initiale était devenue obsolète, et comme je souhaiterais être le plus exhaustif possible sur cette offre, j'ai préféré différer le traitement et la publication sur ce sujet dans le menu de gauche de ce site, devenu inutilisable en l'état (idem pour les nouvelles notes de dégustation, tous pays & styles confondus, je le rappelle, accessibles que par le menu du haut) pour refaire le sujet ici.

Le whisky canadien peut prendre diverses formes, que ce soit du blended-whisky, du whisky de malt, voire parfois du whisky de seigle (rye whisky), voire du single malt, mais c'est majoritairement sous la forme du blended-whisky avec des méthodes locales qu'il est produit (le whisky de grain qui le compose, en très large majorité, comprend du seigle malté ou non malté) avec une recette qui va jusqu'à plus de 50 whiskies différents, ou l'utilisation par certaines distilleries à la fois d'alambics de colonne, de double colonne ou de pot still. Les obligations légales sont également différentes, tant de son voisin américain (ici pas d'obligation quant à la composition du moût, qui peut comprendre toutes sortes de céréales) que vis à vis du Scotch. De même, contrairement au whisky écossais (dans sa majorité), les différents composants du whisky (maïs, seigle, orge, blé, etc...) sont souvent vieillis séparément, puis assemblés.

Le whisky canadien diffère de celui des Etats-Unis également par l'importance du seigle (« rye ») entrant dans sa composition depuis ses débuts (qui datent officiellement de 1840-mais au XVIII ème siècle déjà, des colons écossais et irlandais apportèrent avec eux de petits alambics de contrebande et commencèrent à produire... du rhum, puis seulement plus tard du whisky) et pour nombre de ses références, même si le maïs demeure aujourd'hui majoritaire. Cette céréale fut introduite au Canada par les colons hollandais & allemands, et les premiers whiskies canadiens ne furent pas élaborés par des canadiens, des écossais ou des irlandais, mais par des allemands et des anglais ! De quoi surprendre.... Par ailleurs, depuis le XIX ème siècle, il ne faut pas perdre de vue que le whisky canadien est l'un des rares au monde à être majoritairement local, même s'il ne pourra que rarement être considéré comme à 100 %, car l'immense majorité du whisky canadien est toujours vieillie dans des fûts de chêne provenant des Etats-Unis (Kentucky et Missouri) et ayant déjà contenu du Bourbon.

 

 

edito_28_hiram_walker_distillery_detroit_river_p4

 Vue de la distillerie Hiram WALKER & Sons, qui produit toutes les marques cités ci-dessous dont le J.P. WISER'S & le LOT 40, avec à gauche la rivière Détroit. Elle est située à Windsor, en Ontario et est toute proche de la frontière des Etats-Unis (état du Michigan). C'est un gigantesque complexe qui peut produire toutes sortes de whiskies et les élever dans toutes sortes de fûts.

 

 

 

Au Canada, la durée minimum de vieillissement obligatoire est identique à celle de l'Ecosse, soit de 3 ans et un jour, mais il y a la possibilité d'ajouter d'autres composants que du whisky : La loi autorise les fabricants de whiskies canadiens à les aromatiser, à concurrence de 9,09 %, avec n’importe quel vin ou spiritueux, en général ajouté avant la dernière ou unique maturation, ce qui est bien plus qu’un affinage ! L’ajout de caramel est également autorisé, tout comme celui que les écossais ajoutent parfois aussi à leurs whiskies (mais c’est tout ce qu’ils peuvent ajouter, pour ces derniers, sous peine de voir passer leurs produits du statut de « whisky » à « spirit drink »). Heureusement, souvent, comme pour nombre de whiskies dégustés et chroniqués ci-dessous, il n'y a pas ou peu d'additifs.

Autre différence majeure, c'est un organisme d'état, qui organise et vend le whisky aux particuliers, comme en Suède. Mais au Canada ce système est réparti par office régional: Par exemple, pour l'Ontario qui compteplus de 10 distilleries de whisky dont 4 des pus grandes, c'est le L.C.B.O. (« Liquor Control Board of Ontario », ou « Régie des Alcools de l’Ontario ») qui gère les ventes, via des comptoirs ou en ligne.

Ceci est sans doute du aux précautions que souhaite prendre l'état contre l'alcoolisme, et un des effets qui en découlent, le fort taux de suicide, particulièrement élevé dans les pays scandinaves tout comme au Canada, ou, pour le dire autrement, dans nombre de pays ou il fait majoritairement froid et ou il y a peu d'ensoleillement par année. 

Fait moins glorieux, et Dieu sait comme j'aime le Canada (ou j'ai par ailleurs de la famille), donc on ne peut me suspecter d'être de parti pris défavorable en disant cela, il semble, d'après plusieurs sources relayées par divers écrivains du whisky, que le pays (tout comme certains états américains comme l'Indiana), approvisionnerait en whisky de grain de basse qualité de manière anonyme et massive des marques "cheap" de whisky canadien comme américain ou indien –celui pour le marché intérieur, souvent à base de mélasse-et au delà, anonymes ou non, destinées pour beaucoup à alimenter l'offre en whisky et spiritueux à base de whisky dans les grandes surfaces...du monde entier.

Je n'entrerais pas dans le détail des différents procédés de fabrication du whisky canadien & des subtilités de travail des céréales & de approches spécifiques de brassage, de fermentation & autres, c'est trop fastidieux pour un format comme celui des éditoriaux et je l'avoue par certains aspects, trop technique pour moi comme pour le lecteur non spécialisé (voire même spécialisé !), je renvoie donc le lecteur au livre de *Davin de Kergommeaux « CANADIAN WHISKY, The New Portable Expert (Second Edition) », 2017, que je remercie ici pour ses précieuses informations, voir les références de son livre sur le sujet et de son site internet en fin de présentation.

 

 

edito_28_davin_portrait_f_book

Le fort sympathique Davin De Kergommeaux, le meilleur ambassadeur du whisky Canadien en tant qu'écrivain & passionné du whisky de son pays.

 

 

Comme en Irlande et aux Etats-Unis, en revanche, il y a eu et il y a encore, pour des raisons économiques, concentration de la production dans peu de mains, notamment les sociétés HIRAM WALKER, SCHENLEY et SEAGRAM, ce du moins jusqu'aux années 1980 puis 2000 environ, puis, dans une période plus récente, rachat par des groupes internationaux de nombre de ces distilleries (dont DIAGEO), tandis que le phénomène des micro-distilleries (que l'on nomme parfois "boutique distilleries" en anglais) commence à toucher ce pays également.

Les 8 principales distilleries du Canada (en termes de taille et de capacité de production) sont : ALBERTA Distillers, BLACK VELVET, CANADIAN MIST, FORTY CREEK, GIMLI (qui produit le CROWN ROYAL), HIGHWOOD Distillers, HIRAM WALKER & sons et enfin VALLEYFIELD (qui produit, entre autres le SCHENLEY OFC & le SEAGRAM'S VO). A celles-ci s'ajoutent aujourd'hui de nombreuses autres distilleries (dont une majorité de micro-distilleries), pour arriver au total de 49 distilleries réparties sur presque tout le pays.

En ce qui concerne l'offre en whisky canadien en France, hormis les ersatz de whisky évoqués ci-dessus, elle est clairement & anormalement pauvre ! Il existe quelques whiskies disponibles régulièrement ou non (qui se limitent à trois ou quatre références, en général du CROWN ROYAL, parfois du CANADIAN CLUB, depuis 2010 le single-malt GLEN BRETON, et bien sûr pléthore de sous-marques de grandes surfaces, plus parfois quelques autres références au compte-gouttes chez quelques cavistes seulement...dont certaines ci-dessous), mais l'offre est je dois dire extrêmement limitée par rapport à la production canadienne qui est immense...Je regrette par exemple que nous ne trouvions pas en France des whiskies canadiens des distilleries et/ou marques ALBERTA, CANADIAN MIST, FORTY CREEK, HIGHWOOD, etc... et toute la gamme des J.P. WISER'S & LOT40 (je veux parler de la version CASK STRENGTH).

 

 

 

edito_28_4_canadian_whisky_h.r_winners

 Un quatuor de gagnants avec 4 des marques d'Hiram WALKER, et ici semble t'il parmi les plus récompensés récemment.

 

 

 

ENGLISH SUMMARY:

 

Here you will find a summary about the main questions evoked in my original French text (don't worry it's probably 80 % the same), but I think it is a decent foreword before you will read my tasting notes which will be as faithfuly as possible translated in English by mself.

Canada is, we should have to keep that information in mind, one the 5 first historical whisky producing countries, along with Ireland, Scotland (within Great-Britain), the United States of America & Japan, and this, for Canada, since the XVIII th century. In terms of producing capacity, Canada is far from being at the margin of the market, with for instance Hiram WALKER distillery having 1,6 million of casks sleeping in their warehouses! Besides, it sells its whiskies to 160 countries around the world. The most famous worldwide Canadian whisky brand, CROWN ROYAL, was the 12th whisky most sold in the world in 2016, and records mention 5,3 millions of cases sold worldwide in 2015. Amazingly (or not), in 2017, records mention that 75 % of Canadian whisky sales were made in….The United States of America, who knows well its whiskies since the Prohibition episode (1920-1933).

During a long period, non-whisky connoisseurs (& even many of them) thought Canadian whisky was not something they would go for when looking for a great dram to sip in company to impress them, but rather a cocktail base, usually a bland whisky that even many Canadian people met here in France were saying “there is no interest tasting Canadian whisky compared to Scottish one, which is by far superior”, or “don’t bother, it’s only for cocktails”. And I have to admit that I had no reason to think another way because the only Canadian whiskies easily available in France before the late 2000’s were 2 or 3 whiskies, that is to say the regular expression from CROWN ROYAL n.a.s., sometimes CANADIAN CLUB n.a.s. and a bunch of obscure low shelf supermarket (so-called or not) blended whiskies.

 

 

 

edito_28_group_bout_n_samples_canada_4

 Sur cette présentation personnelle, probablement les 2 marques de whisky canadien les plus connues des français, à savoir CROWN ROYAL & CANADIAN CLUB.

 

 

 

Around 10 years ago I had the opportunity to discover by chance a shop selling and organizing sometimes whisky tastings too. I enjoyed for the first time the subtlety of grain policy in a GOODERHAM & WORTS bottling, and also the silkiness of a WISER’S DE LUXE blended whisky, but it wasn’t enough for me to conclude that Canada was a country to consider as producing great whiskies compared to the other ones within the 5 first to create whisky. Why? First off because I wasn’t prepared for some of them (I hated the first time I tried the LOT 40-the one reduced to 43 % abv expression-frankly I didn”t understood Rye whisky at this time, while this year I got blown away by the LOT 40 Cask Strength edition, so I hope in the near future to be able to try again the regular expression of LOT40 to give it another chance, with all my nowadays experience, after having tasted 3109 whiskies or so. Yes simply I didn’t show much enthousiasm for the few ones I were always coming across, such as the regular CROWN ROYAL. Besides, the Canadian whisky offer in France was (and IS still!) disastrously weak, and before say 2016, so it was really hard to have an idea of the abilities of Canadian whisky makers to produce something good, something different, not only made for cocktails and as great as a venerable Scotch whisky.

Around 2016, things changed a bit with other whiskies available in France, little by little (sure, not enough, but giving more space to breathe), in a few shows, though I noticed there was still no specific “Canadian whiskies” area in every show I attended since 2004 (and I did some here) and though not always labeled as Canadian (who said WHISTLEPIG ? I did). I tasted 2 quite nice whiskies and started to search for more and by chance, in 2017, a guy named George KALENIECKI contacted me on social media and proposed very kindly to provide me a significant amount of Canadian whisky samples to help me comprehend the diversity and quality of Canadian Whisky. I am very grateful to him for that, and also to several people of the whisky industry and literature I will be quoting and thanking further on this page, from Davin de KERGOMMEAUX, THE Canadian whisky writer & worldwide specialist, to Don LIVERMORE, a great Master Blender working for several brands within the HIRAM WALKER & Sons whisky portfolio, including J.P. WISER’S or LOT40 whiskies, for instance. Their informations help me “get into the groove” of Canadian whisky, at least a bit.

 

 

edito_28_george_k_w_john_hillret_m.d._fr_forty_creek_red

George KALENIECKI (à gauche/on the left) avec John HILL, Master Distiller à la retraite de la distillerie KITTLING RIDGE qui fait le FORTY CREEK.

 

 

With these 12 samples, added to my 10 tasting notes, I was now ready to understand a bit more Canadian whisky, at least enough to publish my notes and try to present them here to you in a better context. And frankly what I discovered was spectacular. For the majority of them, not only they were quite enjoyable quality whiskies, but for more than half of them, the quality was high and these whiskies remarkably crafted, and for 5 of them their high sophistication & generous & original palette was making them worldwide top class whiskies in my opinion.

 

 

edito_28_group_bout_n_samples_canada_7

Voici 7 des 12 samples reçus en trois fois de la part d'un Canadien qui sait comment faire plaisir et faire honneur aux distilleries de son pays, j'ai nommé George !

 

 

Canadian whisky can be of different kind : Yes blended whisky is the main thing there, but there are more and more distilleries that can propose a single malt or a rye based whisky (whether it will be a 100 % rye or less), or even a mashbill close to a straight bourbon, but if there is a blend of different grains, the main difference with the majority of whiskies distilled around the world and in Scotland in particular is that all the grain will be matured separately, and then mixed together in the end of the process. They can create 50 different recipies and play with different kinds of distillation, from column still to pot still, as well as double column still. They have also less casks use regulations restrictions. In fact it ressembles more than one could think to Japanese whisky.

Another major (if not the main) difference is the right Canadian whisky producers have to add 9,09 % of additives, from favorite fine whiskies from all over the world to fruit syrup or sugary or winey additives, but for the majority of the samples I’ve tried fortunately I didn’t felt there was such things added.

Less impressive, and as much I love Canada, but it’s business some will say, it seems that a huge amount of cheap Canadian whisky, mixed with cheap Scottish, American & Indian “whisky” is used to fill the supermarket blended whiskies (& whisky based, spirits made also of neutral spirit) shelves all over the world. You will recognize them with their price, often under 8-9 £ (= under 16 $ CAN = around 10 €).

About Canadian whisky sales, another difference with almost any other country except Sweden, is that alcohol can only be sold by state shops, which are different according the states. For instance, in Ontario, where more than 10 whisky distilleries are located (& 4 of the 8 biggest ones), it is called L.C.B.O. (« Liquor Control Board of Ontario ») and you can only buy whisky through their branch (shop) or on line.

I won’t enter furthermore in technical productions details and presentation of every whisky producer from Canada, the topic is too vast and I don’t have enough time, room here or even experience to talk about every one, so I’ll rather advise you to have a look on his man’s website or buy his book, as he is “the man in the know” about Canadian whiskies. Who am I talking about? Davin de KERGOMMEAUX, of course, Canadian whisky writer, Malt Maniac member, writing for Whisky Magazine, Whisky Advocate, author of 45 Canadian whisky entries in Dominic ROSKROW’s « 1001 Whiskies You Must Taste Before You Die » book, etc...).

A bit like in the Republic of Ireland, the production in Canada is pretty much concentrated in a few hands & distilleries. Aside of them, many boutique distilleries blossom since a few years. The 8 main distilleries of Canada are (in terms of size & production capacity) : ALBERTA Distillers, BLACK VELVET, CANADIAN MIST, FORTY CREEK, GIMLI (qui produit le CROWN ROYAL), HIGHWOOD Distillers, HIRAM WALKER & sons, and, last but not least, VALLEYFIELD (who produces, between other brands, SCHENLEY OFC & SEAGRAM'S VO).

 

 

 

 edito_28_hiram_walker_distillery_wisers_etc

 Les cuves de fermentation ("washbacks") de la distillerie Hiram WALKER qui produit les whiskies de la marque J.P WISER'S. Attention, non, il n'y a pas d'erreurs de frappe,

ils sont d'une capacité de 190 000 litres et il y en a 39 dans la distillerie !

 

 

 

EN CONCLUSION :

 

Plus récemment, le Canada, à l'instar des Etats-Unis, a vu se développer nombres de nouvelles distilleries de whisky (souvent des micro-distilleries d'ailleurs !), et l'offre est devenue tellement pléthorique, mais le plus souvent limitée au marché local, donc peu accessible y compris à la dégustation, et même parfois par la vente en ligne, c'est pourquoi j'ai préféré me concentrer sur la diffusion de mes notes de dégustation : Je suis parti des plus anciennes, révisées pour l'occasion, pour aller jusqu'aux plus récentes, pour lesquelles le concours des personnes suivantes (en particulier George, pour ses généreux envois de samples), a été déterminant pour mieux me faire comprendre l'importance des whiskies de ces pays.

Et que ce soit pour des précisions sur des whiskies canadiens en particulier ou sur la production de whisky canadien en général, il me faut remercier impérativement les personnes suivantes, pour leur concours exceptionnel, Un très grand MERCI à eux :

More recently, as in the United States, Canada saw a lot of new distilleries open (often boutique distilleries) and the offer now is huge, but alas mostly limited to the local market, in terms of availability to non-North American customers, with still a small offer in France, for instance. So for this special topic, I have collected here my old tasting notes about Canadian whiskies, revised them, sometimes (when it was possible) retried the whiskies before writing, and wrote new ones about 12 samples received in 2017.

Clearly, this number couldn’t exist without the help of the following people (providing useful professional information), and without the samples very kindly offered by a Canadian guy named George, thanks also to social media, who helps people get in contact even from a great distance-there is 6029 km from Oakville, Ontario (where George lives) to Paris, France where I live !

So, yes I want to give a big THANK YOU to the following people, without whom this topic couldn't exist as it is:

 

-George KALENIECKI, amateur canadien de whisky notamment canadien, qu'il sait défendre sur les réseaux sociaux. Il m'a généreusement fourni 12 samples

(a whisky lover from Canada & « Unofficial Global Canadian Whisky Ambassador » on social media-I've decided so! )

-Davin de KERGOMMEAUX, écrivain du whisky & canadien, auteur, en plus de ses propres publications (**voir plus bas), d'articles pour les revues nommées ci-dessous, d'articles pour plusieurs auteurs, membre des Malt Maniacs, etc...

(Canadian whisky writer**, Malt Maniac certified member, writing for Whisky Magazine, Whisky Advocate, author of 45 Canadian whisky entries in Dominic ROSKROW’s « 1001 Whiskies You Must Taste Before You Die » book, etc...)

-Don LIVERMORE, Maître-assembleur pour les marques GOODERHAM & WORTS, J.P. WISER'S, LOT 40, PIKE CREEK, etc...

(Master-blender for Hiram WALKER & Sons brands, part of CORBY Spirits & Wines, owned by PERNOD-RICARD)

-Dave MITTON, ambassadeur principal des marques appartenant à Hiram WALKER & Sons, actionnaire majoritaire de CORBY Spirits & Wines, propriété de PERNOD-RICARD

(Global Brand Ambassador for Hiram WALKER & Sons brands, part of CORBY Spirits & Wines, owned by PERNOD-RICARD)

 

 

 

 

edito_28_don_livermore_dans_ses_chais.

 Don LIVERMORE, le Master Blender d'Hiram WALKER & Sons, dans les chais de la distillerie. Il a récemment reçu des World Whiskies Awards le prix du "Meilleur Rye Whisky Canadien",

mais aussi celui du "Meilleur Blended Whisky Canadien" pour le J.P. WISER'S "Dissertation". Merci à Don pour cette photo.

 

 

 

Pour plus d'information sur ce sujet complexe et très évolutif qu'est le whisky canadien, je me permets de vous conseiller deux sources d'information et de critique très intéressants et de premier ordre, je veux parler du site internet & du livre de l'écrivain du whisky Davin de KERGOMMEAUX, qui fait autorité sur le sujet :

For more documented & yearly revised information about Canadian whisky, please read & see:

 

-« CANADIAN WHISKY, The New Portable Expert (2nd Edition) », 2017, Editions RANDOM HOUSE, sélection « Appetite », 336 pages dont certaines illustrées, ISBN 978-0-14-753075-2 (Prix : Autour de 17 € en VPC)

-Son blog sur le whisky Canadien (Davin’s Canadian whisky blog):

CanadianWhisky.org

 

 

 

edito_28_canadian_whisky_the_portable_expert_cover

 "LE" livre qu'il vous faut pour mieux connaître le whisky canadien.

 

 

 

***

 

 

MES NOTES DE DEGUSTATION:

 

(MY TASTING NOTES, translated after the French text)

 

 

 

-CANADIAN CLUB « CLASSIC » 12 ans, Edition 2011 (Travel retail edition), (“PREMIUM”), 1 litre , 40 %   (BLENDED WHISKY DE LUXE,Ontario, CANADA):

A Noter : A base de Seigle, d’orge ou de blé (et combinant généralement plusieurs céréales), les whiskies de la marque CANADIAN CLUB sont vieillis de 3 à 12 ans en moyenne, utilisentdes fûts neufs brûlés (fortement, semble t’il) qui mettent en avant leur caractère boisé, vanillé, et épicé, avec des nuances différentes des bourbons. Il y a des ajouts de Cognac dans certaines versions, nous informe Dave BROOM (il cite le 10 ans d'âge), et l'on parle d'aromatisation selon plusieurs sources, mais je n'ai pu obtenir d'autres précisions hélas. CANADIAN CLUB est une des marques appartenant à Hiram WALKER & Sons (le plus gros producteur de whisky canadien), qui est actionnaire majoritaire de CORBY Spirits & Wines, propriété de PERNOD-RICARD.

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés. Nez : Assez doux, avec des notes de seigle, de caramel, de miel, de fruits confits. A aérer un peu à l’ouverture, car sinon le profil est fermé et inexpressif.Il y a aussi du caramel ajouté…Bouche : Fine. Des épices, du caramel, puis évolue vers des notes de bois brûlé, de seigle, de fruits confits, d’érable et de bonbons acidulés. Puis hélas plus rien ne se passe, hormis la domination sans partage du bois brûlé, du caramel (ajouté ou pas, je pense que c'est « les deux, mon capitaine »).La finale n’est pas très consistante. Tenue à la dilution : Avec un peu d'eau, il s’est avéré plus intéressant & consistant, d'autant plus à la dégustation au calme. Belles notes de fruits rouges, de d’érable et une pointe de réglisse en prime. Conclusion : Meilleur dès la deuxième dégustation, ce whisky nécessite une certaine aération. Cependant, son caractère aseptisé et probablement davantage destiné aux cocktails plutôt qu'à la dégustation. C’est une version assez frustrante pour le dégustateur, assez fermée (d'ou la note chiffrée un peu dure, peut-être ?) mais aussi évolutive. Indication de Prix : Autour de 25/30 €, mais peu ou pas disponible en France. Note confirmée: 76,5/100

 ENGLISH SUMMARY: Foreword (FW): This is ablended whisky made with rye, barley and corn.The wood is charred (probably heavily) and it is possible that some Cognac is added, as whisky writer Dave BROOM mentions there is some in the 10 y.o. It may also contain other additives, but I can’t confirm it so far. CANADIAN CLUB is a brand owned by Hiram WALKER & Sons, shareholder of CORBY Spirits & Wines, owned by French company PERNOD-RICARD. Tasting Note (TN): Sweet, with notes of added caramel,honey, candied fruit, but on the nose it’s quite closed & flat if you do not give it some time (air). On the palate, it is spicy, with lots of caramel, evolves to burnt wood, rye, candied fruit, Maplewood, a few acidic sweets as well, and then “nothing happens any more”, except a huge domination of caramel (probably added & natural), and the finish is almost non existing. With water, it is a bit more interesting, and better during the next tastings. Some liquorice is now coming through, as well as some maple syrup, and a hint of red fruit. Conclusion: Better after several tastings, this whisky needs nevertheless to breathe a bit. However, its asepticised style makes it so harmful & closed that it is more a cocktail base than a refined whisky to sip neat. A rather frustrating whisky, though I can’t really say it’s bad & may evolve with time. Confirmed rating: 76,5/100

 

 

 

edito_28_canadian_club_12_ans_100cl_2011_40

 Un "Classic" CANADIAN CLUB, parce qu"il faut bien connmencer quelque part !

 

 

 

-« CROWN ROYAL », n.a.s. (10-15 d’âge), Edition 2011 (travel retail edition), 1 litre, 40 %, (BLENDED WHISKY DE LUXE, Manitoba, CANADA) :

 

A Noter : L'on ne présente plus ce whisky qui est probablement le plus connu et le plus vendu en France depuis des décennies, mais disons tout de même quelques mots : Produit aujourd'hui par la distillerie GIMLI, mais existant depuis 1939, il s'agissait à l'origine d'un whisky élaboré par son propriétaire SEAGRAM (de nos jours cette marque appartient à DIAGEO) pour rendre hommage à la Reine d'Angleterre, tout comme à celle du Roi George VI, Par la suite d'autres versions sont apparues, dont une version nommée « Northern Harvest RYE » à 90 % de seigle et titrant 45 % au lieu de 40 %. La version dégustée ci-dessous, est la plus courante : Elaborée à partir d'une levure particulière, elle est majoritairement composée de maïs (« corn »), puis assemblée après un vieillissement d'environ 10 ans avec du seigle (rye »).

Couleur : Vieil or, à reflets dorés, voire ambrés, plutôt suspects (E150a inside !). Nez : Lourd, dense, épicé, très boisé, un rien alcooleux (puis cela se dissipe avec le temps, rassurez-vous), marqué par divers fruits secs & fruits mûrs, puis par un certain rancio, et enfin par le caramel. Bouche : Riche, d'abord dense, miellé, très fondu, puis s'aplatissant considérablement. Notes importantes de boisé avec en sus un certain rancio, un côté oxydatif donc, mais aussi légèrement vineux, évoquant davantage un brandy qu'un whisky, puis quelques fruits rouges discrets, des fruits secs (abricots & raisins secs), quelques épices douces et un pointe de seigle. Milieu de bouche et finale encore plus fondus, mais de manière plus inquiétante, car le caramel ajouté (en dose conséquente, qui se voit aussi à la couleur) prend le contrôle, et hormis une vague note de mélasse et de bois brûlé, il n'y a plus que cela, du caramel ajouté fadasse, aseptisant tout et rendant la finale bien plus courte. *J'ai oublié de préciser que certains lots peuvent être un peu meilleurs (80/100). Tenue à la dilution : Il y a un léger mieux (et un réveil des agrumes au passage, voire une touche de miel), mais cela dure peu. Les glaçons pourraient s'avérer utiles, mais ruineront le peu de complexité qu’il lui reste. Conclusion : Je suis partagé entre le respect dû à l'institution du whisky canadien qu'il représente, avec des plus de 10 ans de vieillissement et probablement un gros travail d'assemblage derrière et une grosse déception devant le gâchis opéré pour le rendre, au final, simplement « industriel », par opposition avec sa présentation dans son élégante carafe et son écrin de velours. Indication de Prix : Autour de 20 € en G.M.S. Note confirmée : *76/100

ENGLISH SUMMARY: Foreword (FW): This is ablended whisky originally create by its owner SEAGRAM as a tribute to Her Majesty the Queen of England, but also to King George VI. This is the best Canadian whisky worldwide sale. Here I am tasting the regular expression, but there are others, such as a 90 % Rye expression called “Northern Harvest Rye” with an abv of 45 % instead of the usual 40 %. TN: The color clearly says “there is E150a inside!” On the nose it is sweet but heavy, a bit heady at the opening (but it gets better with time). It is melted, honeyed, with some of the content probably aged more than 10-15 years old. On the palate it is very woody, with some sourness (oxidization), some rancio (same), a few winey notes, evoking, at this stage, more a brandy, not a whisky. Then it evolves with some tiny red fruit notes, some dried fruit (apricot, raisins), sweet spices and a touch of rye. The problem is that the generous amount of added caramel takes control of everything, then except some treacle & burnt wood notes, nothing comes through. The finish is very short, and flat. With water it gets a bit better, with more honey and new pleasant citrus fruit notes, but this doesn’t last long. You can try it with ice, but it will ruin the tiny complexity that was left. * I forgot to mention that some batches less marked by the E150a can be better & a bit more interesting (up to 80/100). Conclusion: I am a bit torn between showing some respect to the blender’s work here (sure there is some complexity & aged content & a lot of casks and even whiskies involved in the mix) and a huge disappointment towards the waste here of its “industrialization” that contradicts its nice decanter & violet velvet bag packaging. Confirmed rating: *76/100

 

 

 

edito_28_crown_royal_ed_2010_100cl_40.

 CROWN ROYAL, le whisky canadien le plus vendu au monde...mais pas forcément le meilleur, à mon avis.

 

 

 

 

-FORTY CREEK « DOUBLE BARREL RESERVE », n.a.s., Old Edition 2012/Lot 250, 40 % (SINGLE MALT):

A Noter : Les whiskies FORTY CREEK sont produits par la distillerie KITTLING RIDGE fondée en 1992 à Grimbsy, dans l'état de l'Ontario par John HALL, auparavant producteur de vin.

Couleur: Vieil or, à reflets ambrés. Nez: Plutôt fondu, fin, marqué par le caramel brûlé, le bois brûlé, du miel de montagne. Un nez riche et engageant. Bouche: Un peu moins équilibrée que le nez, clairement, et partant un peu dans tous les sens. Demande un certain temps d'aération pour être plus agréable. Plutôt riche, il est marqué par des notes de chocolat suisse, des fruits confits variés, des fruits rouges en arrière-plan, des épices douces, des noix nobles (dont de la noix de pécan), du chocolat et enfin du miel de montagne, assez dense. Le boisé est assez présent, se mêlant à des notes de caramel pour laisser une sensation de brûlé légèrement amer. La finale, plutôt courte, est un peu vineuse et relativement épicée. Tenue à la dilution: Une légère dilution apporte davantage de notes de noix, de chocolat, suisse et aussi belge, et assouplit un peu le boisé. Conclusion: On reste un peu sur sa faim avec ce whisky de qualité, mais qui manque un peu d'équilibre et de direction, perfectible, donc.-Un grand merci à George Kaleniecki pour ce sample ! Prix indicatif: Autour de 95 €, à l'étranger. Note confirmée: 79/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This is a single malt whisky made by the KITTLING RIDGE distilley in Ontario. TN: The nose is malted, with burnt caramel, burnt wood & mountain honey. An engaging & rich nose. On the palate, though, the balance is less convincing, with lots of things going on but no clear direction. It also needs air. Rather rich, with Switzerland chocolate notes, candied varied fruit, dried fruit, a few red fruit in the background as well, some noble walnuts (including pecan nut), chocolate & rather dense mountain honey. The wood is dominating, with burnt wood, melted with caramel notes, leaving a slightly bitter aftertaste. The finish is rather short, a bit winey and mildly spicy. Water brings more chocolate notes (dark & from Switzerland one), nutty notes and softens the wood. Conclusion: A quality whisky, but lacking a bit of balance & direction. A frustrating whisky, but that can be improved in my opinion. Confirmed rating: 79/100

 

 

edito_28_forty_creek_double_barrel_40

 FORTY CREEK "Double Barrel", une référence connue de la distillerie KITTLING RIDGE.

 

 

 

-GLEN BRETON 10 ans d’âge, Distillerie GLENORA (Nouvelle-Ecosse, CANADA) 40 % (SINGLE MALT):

A Noter : Cette jeune distillerie, créée en 1990, présente pour la première fois dans un Salon français, en 2010, ses single-malts, longtemps sujets à controverses concernant l’utilisation du préfixe « Glen » qui, pour l’association écossaise du whisky (S.W.A.) doit être réservée exclusivement aux seuls malts écossais. Un procès de longue haleine ayant été récemment perdu par cette association, la distillerie est donc pour le moment légitimement en droit d’utiliser ce nom. Il s’agit d’une version élevée en fûts de chêne blanc américain.

Couleur : Or clair, à reflets dorés. Nez : Assez rond, peu expressif, plutôt doux, boisé et vanillé. Bouche : Une douceur relative, avec des signes qui trahissent une certaine jeunesse et un impact important du bois. Vanille, épices douces, légère sucrosité. Du bois neuf se fait sentir en finale. Manque d’équilibre. Tenue à la dilution : Certes l’eau apporte un léger sursaut d’intérêt, avec quelques notes florales et fruitées (citron, pommes golden), mais encore trop discrètes. Assez plat. Conclusion : La montagne (enfin, façon de parler) accouche d’une souris. On a envie de dire tout ça pour ça… ? Un whisky assez plat, trop jeune, déjà trop boisé. Indication de Prix : Autour de 50 €, MdW–Dégusté au Whisky Live Paris 2010 - Note Sous Réserve: 76 ?/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This is a10 y.o. single malt from GLENORA Canadian distillery (founded in 1990) located in the Nova Scotia area. It is matured in American oak casks. TN: The nose is rounded, soft and not very expressive, sweet, woody & with some vanilla. On the palate the sweetness is here but not so much, because of it youth and the huge wood extraction. Slightly sugary, but quickly overpowered by some new oak notes. It lacks balance. It swims well, with just a dash of water, but for me the floral & fruity notes (citrus fruit, apples of Golden variety) are still too shy. Rather flat. Conclusion: A lot of noise for something decent but rather flat for a single malt, too young, with too much wood in my opinion. Tasted during Whisky Live Paris 2010. Rating (under reservations): 76?/100

 

 

 eidto_28_glen_breton_10_ans_sm_43.

 Le GLEN BRETON 10 ans de la distillerie GLENORA, qui a mis 10 ans à avoir....le droit de s'appeler "GLEN" ! 

 

 

 

-GLEN BRETON 10 ans d’âge, « ICE WINE Maturation », Distillerie GLENORA (Nouvelle-Ecosse, CANADA) 40 % (SINGLE MALT):

Couleur : Vieil or. Nez & Bouche : Celui-ci est plus vineux, floral (fleurs jaunes), fruité (sorbet citron, voire coing & pommes Golden), et un peu de vanille seulement. Pas mal d’épices, de la sécheresse, ici le bois est encore trop présent. Note pétillante, acidulée, provenant probablement du vin. Tenue à la dilution : Certes l’eau apporte plus de délicatesse dans le fruité, mais elle rend le profil général plus vif, et passablement épicé. Conclusion : Cette version s’avère plus intéressante que l’autre, mais, d’une certaine manière, « on est encore loin du compte ». Indication de prix : Autour de 65 €, MdW – Dégusté au Whisky Live Paris 2010-Note Sous Réserve: 82 ?/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This is a 10 years old (a bit more, as it is finished in Canadian Ice Wine, but I didn’t found more precise information about it) single malt from GLENORA Canadian distillery located in the Nova Scotia area. TN: The nose is more winey than the previous one, with floral (yellow flowers) & fruity notes (lemon sherbet, probably quince as well, and Golden variety apples), and a little vanilla. Lots of spices there, and some dryness, with the oak still too much ahead. Some fizzy note on the palate, a bit acidic, probably coming from the wine finishing. With water, there is more delicacy in the fruity notes, but the overall profile gets then more vivid, with a lot of spices. Conclusion: I think this expression is more interesting than the one without this finishing, but once again, somehow far from the target. Tasted during Whisky Live Paris 2010. Rating (under reservations): 82?/100

 

 

 

edito_28_glen_breton_10_ans_sm_ice_wine_fin_40

 

La version "'Ice Wine barrels", du GLEN BRETON, une des premières au monde avec cet affinage en fûts de vin de glace.

 

 

 

-GOODERHAM & WORTS Ltd, 10 ans d’âge, “Small Batch Hand Crafted”, mis en bouteille en 1998, Bouteille N°12762, 45 % (BLENDED WHISKY-Toronto, Ontario, CANADA):

A Noter : La plus ancienne distillerie du Canada (1832), ou l’une des plus anciennes, produit un blended whisky canadien composé en majorité (82,5 %) de maïs (davantage que la majorité des Bourbons américains), puis de 12,5 % de rye (seigle) distillé en alambics à repasse (seigle), mais aussi d’un peu (5 %) d’orge maltée. Ici, il s’agit de l’ancienne version mise en bouteille en petites quantités (« small batch »). Notons enfin que ce whisky a été élevé en fûts de chêne usager, ayant contenu du bourbon donc auparavant, donc dans la tradition écossaise et non nord-américaine, car ici les fûts ne sont pas neufs. La distillerie appartient au groupe HIRAM WALKER & Sons, et pour simplifier au final, au groupe PERNOD-RICARD.

Couleur : Or clair. Nez : Un nez très élégant et complexe. De fines notes de caramel dur, mais aussi d’épices douces (cannelle, muscade, et un soupçon de girofle), de miel (dont une part de miel de bruyère), de noix nobles (dont la noix de pécan très présente, fraîche, mais aussi caramélisée), sur fond de boisé légèrement brûlé mêlé de notes laiteuses & de céréales de petit déjeuner (muesli). Quelques vagues notes de fruits frais, mais surtout des notes de fruits secs (oranges, abricots, raisins de Corinthe). Plutôt séduisant, ce nez. Bouche : Elle tient les promesses du nez en reprenant fidèlement les notes de caramel, de miel, de noix, d’épices, de fruits secs, de beau boisé, sur un lit lointain de vanille, avec toute la séduction quasi-pâtissière de ses notes de caramel dur mêlées d’une note laiteuse, de noix nobles et de vanille (comme si l’on dégusterait une crème caramel à laquelle on rajouterait un peu de crème anglaise au fur et à mesure). Bel apport de l’orge maltée et du seigle, qui sont très bien intégrées et rendent l’ensemble plus complexe et intéressant. Toucher assez soyeux en bouche. Bel équilibre. L’amertume n’est pas loin, mais l’on reste toujours à la lisière, par ce côté chaleureux et sucré du caramel, du miel et des abricots et raisins secs notamment. Ferait merveille sur une crème glacée à la vanille. Tenue à la dilution : Un peu d’eau rend ce whisky plus soyeux, trop le rend plus doux et un peu aseptisé, attention donc à la dilution. Conclusion : Un whisky assez remarquable, je dois dire, dans sa conception et réalisation, et que j’avais dégusté il y a très longtemps dans une épicerie-caviste, et que j’ai mis longtemps à retrouver, en plus la dernière bouteille disponible d’un ancien lot de 1998. Comme on le verra dans ce sujet, la version dite « Little Trinity » et un peu plus âgée (17 ans) est malgré tout assez différente de celle-ci. Un beau travail d’assemblage et un whisky qui représente bien la douceur, la subtilité et l’intérêt des whiskies canadiens à mon avis. Indication de Prix : 36 à 45 €, dans le passé, chez quelques rares cavistes (partenaires de Dugas/Angostura), comme par exemples les boutiques de la chaîne Le Repaire de Bacchus). Aujourd’hui il n’est pas vendu en France, en tout cas pas par les circuits habituels (voir les sites de vente en ligne anglo-saxons). Note confirmée: 90/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This bottle from the late 1990’s is from probably the oldest Canadian whisky distillery (1832), located in Ontario. The recipe here mixes 82,5 % corn, distilled in column stills, then blended with 12,5 % of rye & 5 % of malted barley, both distilled in pot stills, but all these grains are worked separately. It is small batch produced and matured in casks that help previously one time only bourbon. There are not new oak casks as it is mandatory for American bourbons. This brand belongs to Hiram WALKER & Sons, property of French group PERNOD-RICARD. TN: A very elegant & complex nose: Fine hard natural caramel notes, sweet spices (cinnamon, nutmeg, and a hint of cloves), honey (partly heather honey), noble walnuts (the pecan pie is here very straight forward, in its fresh form but also caramelized). In the background, some burnt wood notes mixed with milky breakfast muesli notes. Add a few vague fresh fruit notes, big dried fruit notes (oranges, apricots, Corinthe sultanas) and you’ll get the picture. On the palate, the nose’s promises are fulfilled, with faithful natural caramel notes, honey, spices, nuts of different kind, with a beautiful balanced woody & vanillic background, and all the seduction of a caramel cream in which, little by little, someone was adding custard in it. Then nice barley notes are coming through, some rye notes as well, honey, dried apricots & sultanas, all melted in a very complex & very appealing mix. It is almost silky on the palate, with a great balance, though sometimes we’re not far from some bitterness. I think this whisky would be gorgeous as well if it was poured on top of a good vanilla ice cream! With water, it gets even more silky, but may tend to asepticise a bit too much the whisky, so please do not dilute it too much. Conclusion: A remarkably conceived & crafted whisky I have to say, that I tasted a long time ago but had only the chance to put my hands on a bottle recently, so, as strange as it sounds it is a review of a 1998 bottling finally made only in 2018…As you will see it later on, this batch & recipy quite differs from nowadays 17 y.o. (called “Trinity”) and me I tend to prefer this old one. This great blending work represent quite well the beauty, the refinement and the interest of Canadian whisky in my opinion. Confirmed rating: 90/100

 

 

 

edito_28_gooderham_n_worts_b.w._45_bott_1998_p2

 Une superbe version du GOODERHAM & WORTS qui fait honneur au whisky canadien.

 

 

 

-GOODERHAM & WORTS « Little Trinity » (3 Grain whisky), 17 ans, 2017, 45 % (BLENDED WHISKY) :

A Noter : Pour cette version, différente du 10 ans d'âge ci-dessus (et embouteillée 19 ans après!), je n'ai pu obtenir d'information sur les proportions exactes, mais je peux vous dire qu'il est composé de maïs (« corn »), de blé (« wheat ») et de seigle (« rye »). Il s'agit en revanche d'un assemblage de fûts de chêne neuf (« Virgin Oak barrels »), de fûts de second remplissage avec un maturation durant 18 ans (« Once used Bourbon barrels »), de fûts de plusieurs remplissages ayant contenu différents whiskies auparavant (« Refill barrels containing several different whiskies before »), d'ex-fûts de Bourbon ayant contenu du seigle (« Rye matured in ex-Bourbon barrels ») et enfin de fûts neufs dans lesquels a vieilli du blé (« Wheat matured in Virgin Oak barrels « ). Le whisky est distillé deux fois (une fois en alambic à colonne, une autre en alambic à repasse). Ici, il s’agit de la nouvelle version mise en bouteille en petites quantités (« small batch »). Il existe aussi une version sans mention d'âge et une version récente nommée « FOUR GRAIN » parue en 2017.

Couleur: Vieil or. Nez: Plus marqué par des notes d'érable que l'ancienne version (voir ma critique d'une mise en bouteille de 1998), au point de ressembler un peu à un Tennessee Whiskey dont les initiales sont J.D. (faut il vous faire un dessin?), il est agréable, mais un peu fermé et monodimensionnel: Assez joliment boisé & épicé, il développe cependant de belles notes de miel et de caramel. Bouche: C'est sensiblement la même histoire, avec ce combo miellé, boisé, épicé et caramélisé assez fondu, et cette note de bois d'érable qui parvient tout de même à se fondre à l'ensemble. Tenue à la dilution: La dilution n'est pas indispensable, mais si vous la souhaitez, menez là avec parcimonie quelques gouttes suffisent), pour accentuer un peu ce joli fondu, mais pas davantage, afin de ne pas mettre trop en avant la légère amertume issue du caramel & du bois brûlés. Conclusion: Un whisky très fin, plutôt bon, mais que je trouve moins convaincant et surtout moins complexe et moins élégant que la version de 1998 (plus jeune), dont la recette était, il est vrai, un peu différente.-Un grand merci à George Kaliniecki pour ce sample ! Prix indicatif: Autour de 80 $ CAN(52 €) au Canada. Note confirmée: 84,5/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This is ablended whisky with a different recipe than the one reviewed above from the same brand, same owner. All I can say if that it mixes 3 different grains in the casks types listed above and is distilled twice, once in a column still and then a second time in a pot still. TN: Maple wood notes are more important than in the 1998 expression above, giving it a profile closer to Tennessee whiskey than the old expression. It is pleasant, nicely woody & spicy, with enjoyable honey & caramel notes, but a bit too one dimensional on the nose. On the palate It’s almost the same, but the maple wood notes are kept more mastered to enter the mix aside to the caramel, honey, wood & spices notes. Adding water is not mandatory there, but if you do add some, don’t add too much if you don’t want your bitter notes coming from burnt wood & burnt caramel come through too much. Conclusion: A refined whisky for sure, but for me less convincing than the 1998 batch (yes it was a different expression), less elegant as well. –A huge thank you to my friend George Kaleniecki for this nice sample. Confirmed rating: 84,5/100

 

 

 

edito_28_gooderham_n_worts_little_trinity_17_ans

Une version plus moderne du GOODERHAM & WORTS, avec laquelle j'ai eu un peu plus de mal, mais qui n'est pas mauvaise.

 

 

 

-J.P. WISER’S “DE LUXE”, n.a.s. (« Quality since 1857 »), Edition du début des années 2000 (estimation), 75 cl, 40 % (BLENDED WHISKY-Toronto, Ontario, CANADA):

A Noter: J.P. WISER'S existe depuis plus de 160 ans (1857). C'est une des marques appartenant à Hiram WALKER & Sons (le plus gros producteur de whisky canadien), qui est actionnaire majoritaire de CORBY Spirits & Wines, propriété de PERNOD-RICARD.Contrairement à d'autres whiskies, les J.P. WISER'S ne sont pas aromatisés. Ils bénéficient en revanche de l'expérience du Master-Distiller Don LIVERMORE, qui est également brasseur diplômé.

Couleur : Or clair. Nez : Suaves notes de maïs à peine grillé. Elégant, il montre un boisé fin, et de belles notes de caramel un rien laiteuses. Bouche : Simple, douce, très fine, un rien épicée (girofle, muscade, poivre gris), vagues notes de bois brûlé et de noix caramélisées, ce avec un équilibre impressionnant. Tenue à la dilution : L’ajout d’un peu d’eau (pas plus sous peine de perte de saveurs importante) dévoile une note de caramel proche de celle des bonbons « Werther’s Original », ma foi plutôt agréable. Conclusion : Un blended whisky supérieur typiquement canadien, d’une grande finesse, qui me fait penser que l’art de l’assemblage japonais si raffiné pourrait bien également (voire davantage ?) trouver ses sources au Canada plutôt qu’en Ecosse…même si l’histoire du whisky (et des marques japonaises) le raconte autrement. En tout cas pour moi ce whisky est la preuve qu’on ne devrait pas sous-estimer ce pays en tant que l’un des 5 pays producteurs historiques du whisky, au XIX ème siècle. Indication de Prix : Acheté 22 € en France en 2014, il est peu répandu en France et difficile à trouver de nos jours.Note confirmée: 87/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This brand, J.P. WISER’S exits since 1857, which makes it one of the very first Canadian whisky brands for sure. It belongs to Hiram WALKER & Sons, a main shareholder of CORBY Spirits & Wine, both under PERNOD-RICARD flag (property). It is ablended whisky made mainly composed of rye, barley and corn. TN: On the nose, smooth quickly cooked/grilled corn notes. Elegant, it shows a refined woody note, beautifully milky caramel notes. On the palate, it’s simple, sweet, with just a little spice bouquet (cloves, nutmeg, grey pepper), some vague burnt wood notes & caramelized nuts, with an impressive balance. With a few drops of water (more may alter the balance), a natural caramel note come through (a note close to “Werther’s original” sweets), a quite enjoyable note. Conclusion: A typical Canadian high quality blended whisky it seems, who’s finesse made me wonder if Japanese whisky’s source (inspiration) wasn’t in Canada rather than in Scotland? Of course whisky history does not tell us so, but it’s intriguing to say the least. Anyway for me this whisky is the evidence that one shouldn’t underestimate this country as one of the 5 historical whisky producers in the XIX th century. Confirmed rating: 87/100

 

 

edito_28_wisers_de_luxe_2014_40_p2

Le J.P. WISER'S "De Luxe", une entrée de gamme déjà impressionnante par son raffinement !

 

 

 

-J.P. WISER’S « LEGACY », n.a.s., supposed 2016 bottling, 45 % (BLENDED WHISKY):

A Noter: J.P. WISER'S est une des marques phares de blended whiskies d'Hiram WALKER & Sons (actionnaire de CORBY Spirits & Wines, rappelons que in fine elle est la propriété de PERNOD-RICARD). Elaboré de manière très sophistique et quelque peu secrète il faut bien le dire, c'est à mon avis la gamme ou marque qui révèle le plus les talents exceptionnels d'assembleurs du Master Blender Don LIVERMORE.

Couleur: Vieil or, à reflets ambrés. Nez: Très fin, différent du « ONE FIFTY » dégusté juste avant la première fois. Davantage de boisé et un boisé noble et complexe : Cèdre, eucalyptus, se mêlant à des notes végétales prononcées mais équilibrées de thé vert, de menthol, puis d'une note proche de la térébenthine. Bouche: Reprend les notes très boisées & très vertes » (végétales) du nez en parvenant miraculeusement à conserver un certain équilibre. Evoque par moments un Rye whiskey, par à la fois un côté fruité/acidulé (certes demeurant ici timide), une note de solvant marquée, et un boisé « vert ». Tenue à la dilution: Bien avec quelques gouttes d'eau, mais ne pas trop en rajouter, pour ne pas le déséquilibrer vers une amertume alors plus présente. Conclusion: Un des J.P. WISER'S les plus boisés & « verts » à la fois, Un des plus radicaux, donc, mais aussi un des plus intéressants.-Un grand merci à George Kaleniecki pour ce sample ! Prix indicatif: 42 $ CAN (soit environ 27 €), au Canada. Note confirmée: 89,5/100

ENGLISH SUMMARY: FW: J.P. WISER'S belong's to Hiram WALKER, which belongs, to put a long story short, to PERNOD-RICARD. For me it's the most representative as well as mysterious & sophisticated range of Don LIVERMORE's exceptional Master Blender's skills. TN: Nice amber reflections on this one’s color. A lot of wood in this one, but a complex & refined wood: Cedar, eucalyptus, are melted with green notes such as green tea, menthol, and a solvent note close to turpentine. On the palate the very woody & very green notes come through, more than anything, but surprisingly (it’s a kind of miracle), it manages to stay balanced, also because other notes are slowly coming through (acidic fruit), another solvent note, and again some green wood, suggesting at times a high rye percentage in the mix. With a few drops of water, it is still great, but do not add more, in order to avoid bitterness. Conclusion: This expression is very different from the ones tasted before from the same brand. One of the most woody & green Canadian whiskies I have come across so far, one of the most radical profile as well, but also one of the most interesting.–A huge thank you to my friend George Kaleniecki for this quite interesting sample. Confirmed rating: 89,5/100

 

 

 

edito_28_j.p.wiser.s_george.s_collection

Une partie de la collection de whiskies canadiens de George KALENIECKI, avec de belles éditions (dont certaines limitées) de J.P. WISER'S.

 

 

 

-J.P. WISER’S « LAST BARRELS » 14 ans, supposed 2016 bottling, 45 % (BLENDED WHISKY) :

A Noter : Il s'agit d'un assemblage de whiskies du millésime 2001 et dont il ne reste plus de fûts disponibles.

Couleur: Vieil or, à reflets dorés, voire ambrés. Nez: Comme une note de solvant, de paraffine à l'attaque. Un nez un peu fermé, et difficile, qui s'ouvre petit à petit, sur de discrètes notes boisées et florales. Bouche: Un whisky à la finale courte mais à la bouche parfumée, avec un profil singulier : La note de cire, voire de paraffine, de solvant un peu plus marquée est heureusement contrebalancée par une belle note de bois d'érable, elle-même teintée de rose, de litchi, bref, des notes florales plutôt exotiques et bienvenues. Les notes habituelles de caramel, de maïs brûlé, de vanille et de boisé sont très en retrait. Tenue à la dilution: Ne pas trop diluer, voire pas du tout. Conclusion: Un étonnant whisky, assez singulier, et au final intéressant, mais peut-être pas pour découvrir pour la première fois le whisky canadien.-Un très grand merci à George Kaleniecki pour ce sample ! Prix indicatif: 65 $ CAN (soit environ 42 €), au Canada. Note confirmée: 86/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This is ablend of rare vintage 2001 whiskies (bottled around year 2016) which do not have successors for now. TN: From gold to amber color, it has some strong solvent & paraffin wax notes on the attack. The nose is a bit closed, but when it opens up, it reveals discrete woody & floral notes. On the palate, it is interesting as well, with these singular strong solvent & paraffin wax notes, that are fortunately well balanced with the arrival of beautiful unexpected notes of maple wood, rose wood, but also lychee, yes, some welcomed exotic notes. The “usual suspects” notes (caramel, burnt corn, burnt wood, vanilla) are kept in the background here. I will say do not dilute too much or not at all. Conclusion: An amazing whisky, a surprise, original and interesting, but maybe not for a newcomer to Canadian whisky. –A huge thank you to my friend George Kaleniecki for this sample. Confirmed rating: 86/100

 

 

 

edito_28_j.p.wiser.s_3_whiskies_ob.

 Une belle photo d'éditions réputées de la marque J.P. WISER'S, avec au centre le 18 ans d'âge que je n'ai pas eu la chance de déguster encore.

 

 

 

-J.P. WISER’S « ONE FIFTY » n.a.s./Old Commemorative Edition (2017), 7827 bottles, 43,4 % (BLENDED WHISKY) :

A Noter : Il s'agit d'un assemblage de whiskies (maïs & seigle) d'environ 17 ans afin de commémorer les 150 de l'indépendance du Canada, et pourquoi 7827 bouteilles ? Parce que ce sont les 7827 semaines qui suivent la déclaration d'indépendance de 1867 !

Couleur: Vieil or. Nez: Superbe, et très fondu, entre un caramel complexe, du maïs & des épices douces, et un délicat boisé. Bouche : D'une grande finesse, elle est très bien assemblée, avec un bel ensemble de notes bien fondues entre elles parmi lesquelles je distingue une élégante et complexe note de caramel, de maïs à peine grillé et caramélisé, des épices douces, avec en termes d'intensité de présence, d'abord de la muscade, puis de la cannelle, et enfin de la girofle. Si vanille il y a, elle est très subtile et fondue dans le caramel, l'ensemble donnant une succulente note pâtissière à ce whisky. Si la finale n'avait pas été un rien trop courte, la note de ce whisky aurait été encore plus élevée. Tenue à la dilution: Le titrage est parfait, aussi ne pas trop diluer. Quelques gouttes d'eau ajoutent encore de la finesse à ce whisky. Conclusion: Un parfait exemple de la sophistication extrême de certains whiskies canadiens, et de leur savoir-faire en matière d'assemblage, qui n'a rien à envier aux distilleries japonaises, auxquelles elles sont, rappelons-le tout de même, antérieures. -Un très grand merci à George Kaleniecki pour ce sample ! Prix indicatif: Autour de 65 $ CAN (soit environ 42 €), au Canada. Note confirmée: 91/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This is a commemorative bottling for the 150 years of Canada as an independant country. It is said that the content is old (approx. 17 y.o.) and that it mixes mainly corn & rye. An interesting information, 7827 bottles only were produced because it is the number of the weeks from the day the country got free until the bottling date, in 2017!  TN: A superb golden color for a superb melted & refined nose, from complex caramel notes, corn & sweet spices, and delicate oak. On the palate, I can tell it is very well blended, with a lot of care & refinement, with beautifully melted together notes. Within this enchanting ensemble, there is a complex & elegant caramel note, barely grilled & caramelized corn, sweet spices (quoted from the most present to the least present in intensity), starting with nutmeg, then cinnamon, then some cloves in the end. If there is some vanilla, it is so subtle that it is melted with the caramel, all these notes giving a succulent pastry note to this whisky. This whisky needs no water as the abv choice is perfect, but if you do want to dilute it, a few drops will be enough. Conclusion: A perfect example of the extreme sophistication of some Canadian whisky & of the master-blenders expertise in what they do, which is as good as the Japanese ones in my opinion, and let’s also remember that the Canadian expertise (& history of whisky) goes back way before the Japanese one…–A huge thank you to my friend George Kaleniecki for this stunning sample. Confirmed rating: 91/100

 

 

 

edito_28_jp_wisers_one_fifty_foodism_pic

Une belle vue du J.P. WISER'S "One Fifty" qui célèbre les 15 ans de l'indépendance du Canada. Merci au blog www.foodism.to pour cette photo.

 

 

 

-J.P. WISER’S « DISSERTATION » n.a.s./RARE CASK Series, supposed 2016 bottling, 46,1 % (BLENDED WHISKY) :

A Noter : Il s'agit d'un assemblage de whiskies élaboré par le maître-distillateur Don LIVERMORE, mais qui s'inspirent de sa soutenance de thèse...d'ou le nom inhabituel, mais aussi (hélas) son caractère unique. J’ai cru comprendre que certains de ses composants étaient très âgés et pas forcément canadiens, mais chut…car la recette complète est secrète.

Couleur: Vieil or, à reflets dorés, voire ambrés. Nez: Impressionnant de complexité, séduisant de par sa finesse. Fines notes de solvant, de paraffine, et de cire, boisé complexe (à peine un peu vert), belles notes de caramel, de chocolat, de miel, de pommes rouges fraîches (ainsi que d'autres fruits plus difficiles à identifier), de noix nobles (noix de pécan, de macadamia), d'épices douces (cannelle, girofle, muscade). C’est très prometteur ! Bouche: Tout aussi magnifique ! Le boisé est important, mais il est au service des autres notes, comme une colonne vertébrale en somme. La bouche reprend les notes pâtissières du nez (caramel, chocolat au lait, noix nobles), les épices douces, le miel, une pointe de cire, mais très vite ce qui frappe le plus maintenant ce sont d'exubérantes notes de fruits & de fleurs que l'on n’attendait pas, épousant les notes boisées : Une belle note de rose mêlée à une note de rhubarbe évoque alors le Rye « LOT 40 » du même producteur, sans doute l’influence du seigle faisant partie du mélange. C'est superbe ! Tenue à la dilution: Quelques gouttes d'eau (pas davantage, svp, car là encore le titrage est parfait !) exaltent le caractère soyeux & sexy de ce whisky, dans une belle harmonie à dominante à la fois boisée, florale & fruitée. Conclusion: Le sentiment d'avoir dégusté un grand whisky canadien, et un grand whisky tout court. Le raffinement du whisky canadien pourrait se résumer à ce seul whisky, auquel on a envie d'accorder au moins la mention « Prix d'Excellence » ! Une dissertation comme celle-là, l'on en réclame d'autres, même si son créateur signale qu'il n'en refera vraisemblablement pas. Une version rare d'ores et déjà « collector », alors si vous en voyez une, n'hésitez pas ! Prix indicatif: Autour de 65 $ CAN (soit environ 42 €), mais épuisé à l'heure ou j'écris ces lignes, vu les distinctions obtenues.....la rançon du succès ! -Un très grand merci à George Kaleniecki pour ce sample ! Note confirmée: 92/100 (et peut-être davantage)

ENGLISH SUMMARY: FW: This is ablended whisky created by Master Blender Don LIVERMORE who recalls there of his PhD and challenged himself to produce something unique, not meant (alas) to be repeated. I heard that some of the component may not be Canadian and of a significant old age, but I can’t say more as the whole recipe is secret! TN: On the nose, impressive complexity and refinement. Refined notes of solvent, paraffin and wax, complex oak (some of it green), beautiful notes of natural caramel, honey, fresh red apples, and other fruit difficult to identify. There are also some nuts (pecan & macadamia, for instance), sweet spices (cinnamon, cloves, nutmeg). Quite a promising nose. On the palate, this is as magnificent as on the nose, with oak in the center, but a beautiful oak and essential as a spinal column, only here to enhance the other notes. The palate is very faithful to the nose, with a pastry sensation (the caramel, but also some milk chocolate, noble walnuts). There are also sweet spices (same as on the nose), honey, a hint of wax, but what strikes me the most now is some unexpected luxuriant floral & fruity notes (rose, rhubarb) that makes it so special, and fit closely to the precious wood notes that are now coming through, maybe the influence of its rye component. This is now a clear reminder of the luxuriant LOT 40 Cask strength, for these last floral & fruity notes in particular. This is superb! A few drops of water (not more please-because the abv choice is once again perfect) will elate the silky & sexy temper of this whisky, in a great woody, floral & fruity harmony. Conclusion: Once finished the tasting of this whisky, tasted several times (God bless you, George!), I had the feeling I had just tasted a great Canadian whisky, and a great whisky, period! If I had to summarize what is Canadian whisky refinement or Excellence in one whisky, I will choose this one. A dissertation like this one, I want more of it! I know its creator said it won’t be repeated, so if you come across a bottle of this, don’t hesitate a second! It is a collector one already and it has been awarded several times this year. Nah, success! –A huge thank you to my friend George Kaleniecki for this awesome & rather impressive sample. Confirmed rating: 92/100 (and probably more)

 

 

edito_28_j.p.wiser.s_dissertation_ob_gp

 La fameuse bouteille anguleuse (plus une carafe, en fait) des J.P. WISER'S. Ici une version récemment primée.

 

 

 

-J.P. WISER’S 35 ans, Edition 2017, 50 % (BLENDED WHISKY):

A Noter : Il s'agit d'un des whiskies canadiens les plus âgés jamais commercialisés (même s'il existe un 40 ans d'âge d'autre marque du groupe), assemblage de whiskies élaboré par le maître-distillateur Don LIVERMORE. La bonne nouvelle c'est qu'étant donné son succès, il y aura une édition 2018 de ce whisky, nous assure t'on !

Couleur: Vieil or, à reflets dorés. Nez: Absolument superbe, riche, complexe, raffiné, avec de belles nuances crémeuses de caramel (je veux dire du plus beau caramel), du miel, d'épices douces et de maïs (cuit au four et préalablement laqué au sirop d'érable), le tout lové dans un boisé modéré et en partie précieux. Un grand moment rien que pour le nez. Bouche: Très fine, elle a moins de puissance aromatique que le nez, certes, mais a tout de même de bien belles choses à nous exprimer: Elle reprend fidèlement les mêmes notes que le nez, avec comme fil rouge cette note exceptionnelle de caramel de qualité, ainsi qu'un joli boisé auquel vient s'ajouter pour la finale une délicate note de poivre noir, qui booste un peu l'ensemble, par ailleurs un peu fermé et tellement délicat que l'on pourrait passer à côté. Un whisky très âgé pour l'Amérique du Nord (rapport au climat et vieillissement plus rapide qu'en Europe), peut-être pas loin de dépasser la limite d'âge (je serais bien curieux de déguster un 25 ans d'âge, par exemple !) mais magnifique. Tenue à la dilution: Quelques gouttes d'eau (vraiment pas davantage, svp), réveillent un peu les saveurs au second plan et le whisky en général, mais aussi ce sublime caramel. Conclusion: Un des plus rares et des plus âgés whiskies canadiens (et mon whisky canadien le plus âgé dégusté à ce jour), et qui mérite le respect. Ceci dit, comme souvent (je veux dire même avec les vieux whiskies écossais), le nez est supérieur à la bouche, c'est vrai, mais tout de même quel beau whisky ! Merci, Don !-Un très grand merci à George Kaliniecki pour ce sample ! Prix indicatif: Autour de 165 $ CAN (106 €)au Canada, mais probablement épuisé au moment ou j'écris ces lignes, vu les distinctions obtenues, mais il y aura sans doute une édition 2018 ! -Un très très grand merci à George Kaleniecki pour ce sample !Note confirmée: 93/100

ENGLISH SUMMARY: FW: Golden color, with golden hues.TN: Absolutely superb, rich, complex, refined, with beautiful shades of creamy caramel (I mean of the most beautiful caramel), honey, sweet spices & oven cooked corn that has been previously lacquered with maple syrup, all these wrapped in a moderate but partly precious wood. A great tasting moment, even just for the nose. On the palate, it has a bit less aromatic power than the nose, a bit closed in the beginning, but it still has so many beautiful things to tell us: Faithful to the nose, with, as a leitmotif, this exceptional quality caramel note, it displays beautiful woody notes, along with a delicate spicy note (black pepper), and among many other notes not easy to identify but that gives the ensemble a lot of charm. Quite an old whisky for Northern America (where temperature is more extreme than in Scotland, and the ageing quicker), almost too old (I wish I could try a 25 years old version of this, just to compare the ageing), but still magnificent and deserving great respect. A few (very few, please!) drops of water may boost a bit the second ground flavors, and the magnificent caramel notes, but it is not mandatory at all to dilute it. Conclusion: One of the rarest & oldest Canadian whisky on the market, and my oldest Canadian whisky tasted so far. However, as often with very old whiskies, from Scotland as well, for instance, the nose will be superior to the palate, and it is also the case here. But, having said that, what a beautiful whisky! Reasonably priced, this one was quickly sold out, but there will probably be a 2018 edition ! –A huge thank you (yes, yes, it would be repeated again and again!) to my friend George Kaleniecki for this rare & delicate sample. Confirmed rating: 93/100

 

 

edito_j.p.wiser.s_35_ans_ob

 L'impressionnant 35 ans d'âge de J.P. WISER'S, largement sous-évalué en termes de prix, mais il ne faut pas le dire !

 

 

 

-LOT 40 « CASK STRENGTH », 12 ans, 100 % RYE whisky, Edition 2017 (First Edition), bouteille 1937/4968, 55 % (RYE WHISKY):

A Noter: LOT 40 est “la” marque emblématique de whisky de seigle appartenant à Hiram WALKER & Sons, actionnaire de CORBY Spirits & Wines, propriété de PERNOD-RICARD. Elaboré à la fois en alambics de type continu (“column still”) et en alambics à repasse (“Pot Still”), il est composé à 100 % de seigle (“rye”).

Couleur: Vieil or, à reflets ambrés, voire orangés. Nez: Impressionnant ! Dense, boisé, épicé, fruité, clairement marqué par le seigle, ici seule céréale utilisée. Demande un peu de temps pour s'ouvrir, mais après quelle récompense... Bouche: Wow ! Puissante, la bouche tient les promesses du nez, voire les dépasse : Gourmande, elle allie un fruité assez exceptionnel (fruits exotiques mûrs-ananas rôti au miel, banane, goyave & papaye, mais aussi grenade, mûres, fraises très mûres, et le plus étonnant, de la rhubarbe très concentrée). Un peu alcooleux de prime abord, entêtant, il est mieux une fois un peu aéré. Fortes notes de seigle, mêlées à de belles notes boisées, végétales, mais aussi de caramel dur (« carambar »). En finale, retour de la note de rhubarbe maintenant teintée d'une touche de rose. Je sais déjà que la note chiffrée va être forte, car c'est un profil qu'on rencontre rarement et un whisky d'une puissance aromatique & d’une beauté rares. Tenue à la dilution: Ne pas trop diluer sous peine d'obtenir de l'amertume, mais quelques gouttes d'eau assouplissent le whisky pour mieux faire briller ses qualités florales & fruitées. Conclusion: Un whisky exceptionnel qui nous emmène vers d'autres territoires, quasi-inconnus, ou vers celui des rhums de collection, des single malts à l'ancienne, tel un BANFF de négoce de plus de 25 ans ou encore un BENRIACH 1976 qui aurait dévié de sa route (de vieillissement) vers l'Irlande. Un chef d'oeuvre ! Bravo, Don !-Un immense merci à George Kaleniecki pour ce sample ! Prix indicatif: Autour de 75 $ CAN (soit environ 50 €), au Canada. Note confirmée: 95/100

ENGLISH SUMMARY: FW: LOT 40 is “THE” emblematic Rye brand in the Hiram WALKER & Sons whisky portfolio. Double distilled in Column stills & then Pot Stills, it is a 100 % Rye whisky. TN: Golden color, with partly orange hues. On the nose, once it opens up (give it a few minutes, you’ll be rewarded), it is impressive! Thick, woody, spicy, fruity, clearly “Rye driven”, what a reward already on the nose. On the palate, it’s Wow! Powerful, it fulfills all the promises of the nose, or even exceed them. Gourmet, the palate combines an exceptional fruitiness (exotic fruit, including roasted & honeyed pineapple, guava, papaya, but also pomegranate, blackberry, ripe strawberry, and, more astonishing, highly concentrated rhubarb). A tad spirity at once, even a bit heady, it is however better with some air. The rye notes are strong, but it is melted in an ensemble where some beautiful woody, green & hard caramel (reminiscent of French “carambar” sweet). The finish see the rhubarb note come through again, but now helped by a hint of rose. At this time of the tasting (even during the first tasting), I knew that the rating was going to very high for this one, because it is an aromatic profile one does not come across often and because it is so powerful & beautiful at the same time. About adding water, I personally do not recommend to add too much water or even not to dilute it, but it is true a few drops do justice to this whisky to sweeten it a bit & excite it’s floral & fruity qualities. Conclusion: An exceptional whisky for sure, the kind that brings us to almost unknown territories (at least for me), or remind me a bit of old rare collector’s rums & old fashioned whiskies (say an over 25 y.o. indie BANFF or a BENRIACH 1976 that would have been changing maturation in the end of its life to be finished in Irish pot still whiskeys casks). A masterpiece, so hats up, Don ! and a huge thank you to my friend George Kaleniecki for this incredibly good & outstanding sample. Confirmed rating: 95/100

 

 

 

edito_28_lot_40_12_ans_cask_strengh_ph_ob_1

Une très belle photo officielle du LOT40 "CASK STRENGTH", déjà épuisé étant donné son succès, avant même les récompenses. Merci à Don pour cette photo.

 

 

 

-MASTERSON'S 10 ans « STRAIGHT RYE WHISKEY », American Oak, 45 % (RYE WHISKY) :

A Noter: MASTERSON’S est une création de la société The OTHER GUYS, membres de la famille SEBASTIANI, célèbres dans l'univers du vin au Canada (et dans la Sonoma Valley en particulier). Cette version 100 % seigle est un hommage à un homme de loi William “Bat” MASTERSON, une personnalité de l'Ouest américain, qui vécut de 1853 à 1921.

Couleur: Vieil or. Nez: Suave, sucré, sur le seigle (mais version davantage miellée qu’épicée). Bouche: En effet, un whisky nettement marqué par le seigle, mais avec une influence forte de notes vanillées & miellées, ainsi qu’une touche d’érable, et peu d’épices en définitive. Plutôt bon, mais assez monolithique au final. Tenue à la dilution: L’eau ramène le profil vers celui d’un whiskey plus typiquement américain, je veux dire du Kentucky, entre Bourbon & Rye. Conclusion: Un bon whisky dans l’absolu, sans aucun doute, mais manquant un peu de punch et de complexité à mon avis, et un peu cher. Sa grande douceur proviendrait d’une part de l’emploi d’une eau très pure, en provenance des glaciers canadiens, et de l’autre, de celui de la production en alambics à repasse, ou pot stills, et non en alambics de distillation continue, comme le plus souvent. Indication de prix : Autour de 90 €, MdW & cavistes partenaires. Note confirmée : 88/100

ENGLISH SUMMARY: FW: MASTERSON’S is a creation of members of SEBASTIANI family, famous wine producers in Canada. A few members of this family, gathered in a society called THE OTHER GUYS created this 100 % Rye whisky in tribute to a famous lawyer named William “Bat” MASTERSON & who lived from 1853 to 1921 in the American West. TN: Smooth, with a sugary side, with quite some rye but more on the fruity side than on the spicy one. On the palate, it is clearly rye driven, but with also some strong notes of vanilla & honey, a touch of maple wood, and not as much spices as expected. Rather good, but a tad monolitithic. Water makes this whisky more “Kentucky friendly”, between a Bourbon and a Rye. Conclusion: A good whisky for sure, but lacking a bit of oomph & complexity in my opinion, and a bit expensive too (90 €). Its great sweetness is said to be partly because the water used to create this whisky & reduce it is supposed to be one of the purest, coming from Canadian glaciers, and on the other hand, partly because it was distilled in pot stills. Confirmed rating: 88/100

 

 

 

edito_28_cns_2017_mastersons_s.r._10

Le MASTERSON'S 10 ans, un whisky de seigle découvert au salon professionnel "Cocktail Spirits" 2016, un lieu indispensable qui m'a bien aidé à découvrir les whiskies d'Amérique du Nord.

A l'arrière-plan l'on distingue Alexandre Vingtier, expert en spiritueux, le tout aussi indispensable pilier du "Bar des Innovations" de ce salon.

 

 

 

 

-PIKE CREEK 10 ans (Edition 2017), 42 % (BLENDED WHISKY):

A Noter: PIKE CREEK est une des marques récentes appartenant à Hiram WALKER & Sons, actionnaire de CORBY Spirits & Wines, propriété de PERNOD-RICARD.Il s'agit d'un whisky distillé deux fois dans des alambics à colonne, puis vieilli dans des fûts de chêne blanc américains de premier remplissage, puis affinés dans des fûts de Rhum (mais auparavant il s’agissait de Porto millésimés).

Notes succintes : Un whisky assez doux, affiné en fûts ayant contenu du rhum. Plutôt léger, il est tout de même bien parfumé et exhale de délicates notes proches du seigle avec juste une touche sucrée supplémentaire, rendant moins austère son profil. Il lui manque juste une dimension supplémentaire. Indication de Prix : 30 à 40 € Note sous réserve estimée à 85/100.

ENGLISH SUMMARY: FW: PIKE CREEK is a recent brand, from Hiram WALKER & Sons portfolio. It is adouble distilled(in column stills)blended whisky, matured once in first fill Bourbon barrels and then finished in rum casks. Note that earlier batches were finished rather in vintage Port casks than in Rum casks. Short TN: A sweet whisky, rather light but good, with nice Rye-like notes, with just an added sugary touch, that makes its profile less austere. It is pleasant for sure, but lacks of another (upper) dimension. Confirmed rating: 85/100

 

 

edito_28_cns_2017_pike_creek_10_red

 Jolie surprise que ce PIKE CREEK affiné en fûts de rhum, découvert également en 2016, au salon "Cocktail Spirits" 2016, à Paris.

 

 

 

-PIKE CREEK 21 ans (Edition 2017), finished in Speyside Single Malt whisky-Bout. 2302/3900, 45 % (BLENDED WHISKY):

Couleur: Vieil or, à reflets dorés. Nez: Fin, crémeux, marqué par de belles notes de caramel (entre fudge & toffee!), avec une trace de fruits rouges à l'arrière-plan. Très agréable. Bouche: Jolie, avec de superbes notes caramélisées de noix nobles (noix de pécan en tête), de vanille Bourbon & de lait à la cannelle. Une bouche assez pâtissière, donc, dont la texture fine laisse à penser que cela manquerait de corps, mais en fait, non, il faut littéralement mâcher le whisky pour s'apercevoir à quel point il est complexe et riche en réalité. Tenue à la dilution: L'ajout d'eau lui fait perdre une partie de sa puissance, mais si l'on en tient à quelques gouttes d'eau, cela ne fera que renforcer le caractère crémeux du whisky et c'est bien. Conclusion: Un très bon whisky canadien avec un je ne sais quoi d'écossais en plus qui le rend, semble t'il (il faut rester prudent sur l'influence de l'affinage), plus gourmand, et on ne va pas s'en plaindre ! Une réussite...-Un très grand merci à George Kaleniecki pour ce sample ! Prix indicatif: Probablement épuisé à l’heure ou je publie ces notes, mais en vente entre 100 et 150 € à sa sortie (soit environ 170 à 230 $ CAN ). Note confirmée: 92/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This one is finished in undisclosed Scottish single malt casks from the Speyside area. TN : Creamy, it delivers beautiful caramel notes, between toffee and fudge, with a trace of red fruit in the background. Very pleasant. On the palate, it is really pretty, with superb caramelized noble walnut notes (such as pecan nut), topped with Bourbon type vanilla & milk with cinnamon. Rather a pastry palate, with a texture I thought wouldn’t be strong enough, but, once you understand you literally have to chew the whisky, you will feel how rich & complex it is. Adding a bit of water will make it lose its strength a bit, but if you stick to just add a few drops of water, this will only accentuate how creamy this whisky is, and it is good. Conclusion: A great Canadian whisky, with a Scottish “je ne sais quoi” touch (I’m staying prudent about the finishing, because it’s hard to notice it), more gourmet than we won’t complain about, not at all! A success. A huge thank you to my friend George Kaleniecki for this dreamy sample. Confirmed rating: 92/100

 

 

 

edito_28_pike_creek_21_ans_capture_obpic

Autre belle surprise parmi les échantillons de George, cette version affinée dans des fûts ayant contenu des single malts du Speyside. Merci à la distillerie pour la photo.

 

 

 

-STALK AND BARREL « BLUE BLEND », n.a.s. (+ 3 ans), Edition 2017, 40 % (BLENDED WHISKY):

A Noter : Il s'agit d'un blended whisky produit par la micro-distillerie STILL WATERS (Ontario), fondée en 2009 par Barry STEIN & Barry BERNSTEIN. La distillerie produit aussi des single malts. Apparemment pour cette version il s'agirait d'un assemblage de whiskies de grain-du maïs (« corn »), de seigle (« rye ») et d'orge (« barley ») non maltée.

Couleur: Or clair. Nez: Fin, boisé, assez alcooleux à la première dégustation, puis demeurant assez fermé et limité, évoquant un single grain jeune plus qu'autre chose. Bouche: Léger, fin, mais avec pas grand chose de saillant, hormis une note de maïs particulière à peine modifiée par une note difficile à définir évoquant éventuellement de l'orge, mais non maltée. S'il y a du single malt là-dedans, je veux bien être la Reine d'Angleterre ! Et s'il y en a vraiment, il n'est pas bon. Je distingue petit à petit une note pâtissière (tarte aux abricots, croissant...), peut être une vague note d'esters ou de solvant, mais je ne peux en être sûr. Finale courte, sur une note un peu artificielle mêlée au maïs, peu agréable. Tenue à la dilution: Légèrement meilleur à la dilution, mais juste avec quelques gouttes d'eau. Conclusion: Je ne sais pas comment a été assemblé ce whisky et quels en sont ses composants réels, mais le résultat est décevant (j'ai lu depuis que certains considèrent cette micro-distillerie comme une des meilleures) et pour l'heure, je ne suis pas du tout convaincu.-Un grand merci à George Kaleniecki pour ce sample ! Prix indicatif: n.c. (disponible en Amérique du Nord, sur place, voire par internet). Note confirmée: 66/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This is ablended whisky created by the STILL WATERS distillery, located in Ontario. This boutique distillery was founded in 2009 by Barry STEIN & Barry BERNSTEIN. They also produce single malts. For this blended whisky it is a mix of corn, rye and unmalted barley. TN: Clear gold color. The nose is woody, with some refinement, but it is also spirity and evokes rather a young single grain rather than anything else. On the palate there isn’t much more things going on, but nothing that particularly stands out, except a certain note I wasn’t able to recognize, close to barley. If there is single malt in there, it is not good. Some pastry notes slowly come through now (apricot pie, French croissants), maybe a vague estery note, but I’m not sure. The finish is short, with an artificial note melted with the corn, and not a pleasant one. A few drops of water will make this a bit more enjoyable, but not more. Conclusion: I don’t know how this whisky was blended, but I’m not convinced so far. I read that some people consider this distillery as one of the best, but for it was a disappointment to try this one. –A huge thank you to my friend George Kaleniecki for this educational though a bit difficult sample. Confirmed rating: 66/100

 

 

 

 

 edito28_stalk_and_barrel_range_1off.

 

Photo officielle de la distillerie de son choix principal ("core range") de whiskies, qui ne se limite donc pas à des blended whiskies.

 

 

 

-STALK AND BARREL « RED BLEND », n.a.s. (+ 3 ans), Edition 2017, 43 % (BLENDED WHISKY):

A Noter : Pour cette version (voir informations principales sur la distillerie ci-dessus), il s'agirait d'un assemblage de whisky de grain-du mais (« corn »), avec une forte proportion de single malt, mais aussi une part significative de seigle (« rye »).

Couleur: Vieil or, à reflets dorés. Nez: Fin, boisé (avec un côté caramélisé), un peu moins alcooleux à la première dégustation que le « BLUE BLEND », il est marqué par une drôle de note mêlant maïs et peut être de la mélasse, du bois brûlé. Là encore également ce whisky semble très jeune et peu complexe, mais un rien plus expressif que le « BLUE BLEND » tout de même. Bouche: Elle est marquée par des esters aromatisés (naturellement ou pas, c’est la question), du maïs et un boisé mi-brûlé, mi-caramélisé, ainsi que par quelques épices douces. Il n'est pas à proprement parler désagréable, mais presque aussi bizarre que la version « BLUE BLEND ». Une immaturité certaine marque ce whisky dont l'équilibre est vraiment pas parfait. Tenue à la dilution: Celui-ci est moins bon à la dilution, qu'il faut oublier sans quoi amertume et note cartonneuse seront au rendez-vous. Conclusion: Une version à peine un peu moins désastreuse que le « BLUE BLEND », mais franchement pas de quoi être enthousiaste. Pour ceux qui souhaitent avoir une vue exhaustive de la production canadienne actuelle, sinon pour les autres, passez votre chemin, car il y a bien mieux ailleurs (et par ailleurs, j'entends chez d'autres distilleries canadiennes, déjà).-Un grand merci à George Kaleniecki pour ce sample ! Prix indicatif: n.c. (disponible en Amérique du Nord, sur place, voire par internet). Note confirmée: 68/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This one is also a corn basedblended whisky, but with a higher proportion of malt & of rye. TN: Woody & caramelized, but with a less spiriy/heady impression. It is dominated by a strange note that could be molasses (treacle) & burnt wood. It is a bit more expressive than the “BLUE BLEND” but still young and simple. On the palate, it’s all about aromatized esters (naturally or not, that is the question), corn & a partly caramelized, partly burnt wood. There are also a few sweet spices. It is not bad, or unpleasant, but a bit weird and immature, with something that makes it unbalanced. If you want to discover other flaws, then add water…You will get bitterness & a cardboard note. Conclusion: A bit less disastrous than the “BLUE BLEND”, but, frankly, there is nothing there to get me enthousiastic. For those you want to have an overall & exhaustive view of today’s Canadian whiskies, go for it, for the others with a more demanding palate, forget it! There is much more interesting whiskies in this country in my opinion.–A huge thank you to my friend George Kaleniecki for this educational & decent sample. Confirmed rating: 68/100

 

 

 

-WHISTLEPIG 10 ans, « STRAIGHT RYE » (100 % Seigle), distillé au Canada (ALBERTA Distillery), élevé et mis en bouteille aux Etats-Unis (Vermont, ETATS-UNIS), 50 % (« 100 PROOF ») (RYE WHISKY):

A Noter : Produit par une obscure société de négoce américaine, mais sélectionné par un grand nom à la retraite du whisky américain (Dave PICKERELL, qui fut Master Distiller chez MAKER'S MARK durant 14 ans), ce fabuleux whisky a été en réalité élaboré et distillé au Canada, au sein de la distillerie ALBERTA, dans l'état du même nom. Seul son vieillissement et sa mise en bouteille sont américains (dans le Vermont, aux Etats-Unis) en réalité, ce qui fait qu’en théorie ce whisky ne devrait pas être chroniqué ici, mais comme la provenance du distillat est sûre de source professionnelle (et annoncée comme Canadienne sur la contre-étiquette), il m’a semblé normal de la mentionner par rapport à une distillerie canadienne réputée qui n’a aucun whisky en vente en France pour se faire connaître et pourrait se sentir lésée par ce produit qui ne mentionne pas d’où il vient précisément.

Couleur: Vieil or, à reflets dorés. Nez: Puissant et expressif, à la rondeur fruitée (fruits rouges) et acidulée provenant du seigle, tout comme les épices, puissantes mais non agressives, elle est séduisante. Le boisé impressionne. Bouche: Riche, et dense, avec un fruité généreux (fruits frais rouges & fruits mûrs variés, fruits secs variés), une structure puissante et de belles notes épicées (girofle, muscade, cannelle), elle est magistrale. Tenue à la dilution: La dilution n'est pas forcément nécessaire, mais avec un peu d'eau, ce whisky de premier ordre deviendra encore plus accessible et suave, sans parler de la possibilité, pour les plus fortunés, de l'utiliser en cocktail (il ferait un « Manhattan » du tonnerre, à mon avis). Conclusion: Un superbe rye comme l'on en voit pas souvent, alliant puissance et douceur, fermeté et fruité, le tout avec un titrage idéal. Oui, il est cher mais très bon.Ce whisky fut l'un de mes coups de coeur de l'année 2016, et confirme pour moi sonstatut de chef d’oeuvre et de prétendant au titre de « Meilleur Rye Whisky », dans un TOP 3 également occupé à mon avis par le LOT 40 12 ans « Cask Strength » & le MICHTER'S « Straight Rye » 10 ans. Indication de Prix : Autour de 110 € en France, LaMdW, cavistes & GMS apparentées « De Luxe ». Note confirmée: 94,5/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This one is produced by an obscure American company, but is associated with a big name of American Whiskey, Dave PICKERELL, who is now retired but worked as a Master Distiller for MAKER’S MARK for 14 years. This fabulous whisky has been distilled in fact not in the U.S. but in Canada, in the heart of ALBERTA distillery, then matured & bottled in Vermont state, in the United States. In theory I shouldn’t review this whisky in that section, but as some professional serious sources states it, and as it is also stated in the back label that it is distilled in Canada, I had to be fair with this distillery, also because they have no product available to represent them in France except this one. TN: Gold color with golden hues. Powerful & full of expression, with a fruity & acidulous roundness (coming from the rye, as well as the spices, but sweet ones, with no agressivity), the nose is seductive. The quality of the wood is impressive as well. On the palate, it is rich, dense, with a generous fruitiness (varied candied fruit, fresh red fruit, ripe fruit, dried fruit), a powerful structure, beautiful spices (cloves, nutmeg, cinnamon). It is a masterful palate. Adding water is not mandatory, but if you do so, this first class whisky will become a bit more accessible & sexy, and we’re not even talking about its mixologic potential, to use it for cocktails (I’m sure it would do a stunning “Manhattan” in my opinion, but a luxury one because of the bottle price tag). Conclusion: A fantastic & uncommon rye that combines power & sweetness, firmness & fruitiness, and with a perfect abv. Yes it is expensive, but it is very good. This whisky was one of my favorite of year 2016 and confirms his masterpiece status & a good candidate for “Best Rye Whisky”, in a TOP 3 where should also enter LOT 40 “CASK STRENGTH” and MICHTER’S 10 y.o. “STRAIGHT RYE”, in my opinion. Confirmed rating: 94,5/100

 

 

 

edito_28_whistlepig_s.r._100pc_50

 Autre splendide découverte du salon "Cocktail Spirits" 2016, un whisky distillé au Canada, mais vieilli et embouteillé aux Etats-Unis.

 

 

 

-YUKON « TWO BREWERS » (Peated), n.a.s., Edition 2017/Batch 3, 43 % (SINGLE MALT) :

A Noter : Ce single-malt est produit par la jeune micro-distillerie YUKON Spirits en 2009, à Whitehorse, dans l'état du Yukon, l'état du Canada le plus situé à l'Ouest. Les fondateurs, Alan HANSEN & Bob BAXTER avaient auparavant créé une brasserie (YUKON Brewing), mais la distillerie est davantage connue de nos jours sous le nom de TWO BREWERS.

Couleur: Or clair, à reflets or pâle. Nez: Un jeune whisky, de toute évidence (de probablement que 3 ans d’âge), bourré d'esters (un peu trop d'ailleurs) et, semble t'il, en plus, vieilli dans des fûts de premier remplissage. Les esters sont très omniprésents, probablement également boostés par la levure de bière utilisée par cette distillerie (contrairement à la levure de distillerie utilisée majoritairement en Ecosse), et donnent des notes de bonbons anglais à la réglisse et des bonbons artificiels acidulés (Haribo inside!) a gogo, des notes de fruits exotiques tirant clairement vers l'acétone, de la poire, de l'ananas et de la banane, avec un côté un peu alcooleux et entêtant. Ce côté marshmallow whisky rappelle un peu l'exubérant mais difficilement supportable rhum DON PAPA, tout de même en mieux, et côté whisky, celui de la distillerie belge THE OWL (qui produit le BELGIAN OWL), mais en bien moins équilibré que ce dernier (bien meilleur). Au positif et comme marqueur canadien, une jolie mais discrète note d'érable, Bouche: En bouche c'est la même chose, les mêmes notes produisant les mêmes effets, mais c'est tout de même un peu plus intéressant. Cela s'équilibre un peu à la longue, et les esters prennent même comme un tournant citronné et légèrement pétillant. Tenue à la dilution: L'eau lui est bénéfique, compensant un peu l'excès de présence des esters, et remettant en selle des notes fruitées et légèrement maltées plus naturelles. Conclusion: Je suis partagé sur ce whisky, à cause de choix de production qui me paraissent un peu trop radicaux & risqués (dont probablement le choix de levures de bière, parfumée ou non), mais d'un autre côté il y a une certaine singularité qui mérite de lui donner sa chance, Il faudrait déguster d'autres versions pour avoir une meilleure idée des capacités de cette jeune distillerie qui est, rappelons-le, avant tout une brasserie. -Un grand merci à George Kaleniecki pour ce sample intéressant! Prix indicatif: n.c. (disponible en Amérique du Nord, sur place, voire par internet). Note confirmée: 82/100

ENGLISH SUMMARY: FW: This whisky is a single malt produced by YUKON Spirits, a young boutique distillery founded in 2009 in Whitehorse, Yukon (the most Westerly Canadian state). The founders, Alan HANSEN & Bob BAXTER have also created a brewery called YUKON Brewing, but the distillery & brewery is more famous nowadays under the name of TWO BREWERS. TN: Pale gold. A young whisky, obviously young (probably only 3 year old), full of esters (a bit too much, I have to say), and matured in first fill Bourbon casks, which increases even more this side. Probably pushed by the use of brewing yeast (instead of distillery yeast, more often used in Scotland, for instance), the esters are too much in the foreground, with notes of liquorice all sorts, acidulous French sweets called “Haribo”, but also exotic fruit, from pear to pineapple to banana, with a heady & spirity side that is not far from pure acetone. The only Canadian touch I feel in fact is a nice but discrete maple wood note. On the palate it is more of the same, but a bit more interesting, the balance is a tad better, the esters turning to a more citrusy note that gets even a bit fizzy. Water helps a bit here to diminish the esters “party” and brings back some fruity & malty notes that sound more natural. Conclusion: I’m a bit torn with this one, because (on the negative side) there are production choices that I found too radical & risky (including probably the choice of brewery yeasts instead of distillery yeast), a side that also evokes the exuberant but barely tolerable DOM PAPA rum, while, on a positive side, there are exuberant notes of citrus fruit that creates something singular & not far from some good Belgian whisky such as BELGIAN OWL single malt (which is much better than this in my opinion). Also as it is a young distillery (which is also and before anything else, a brewery), one should taste other expressions from this distillery before judging it too quickly. –A huge thank you to my friend George Kaleniecki for this interesting sample. Confirmed rating: 82/100

 

 

 

 edito_28_two_brewers_yukon_sm_peated_obp_40

 Une brasserie qui produit également du whisky depuis quelques années.

 

 

 

 

A NOTER, POUR FINIR, UNE CURIOSITE :

 

L'on ne peut pas classer cette boisson dans les whiskies, mais comme il en contient et que cela s'est avéré un de mes coups de coeur spiritueux de ces dernières années, j'ai souhaité en parler ici :

Last but not least, I wanted to review this spirit one can’t call whisky as it is an aromatized whisky base liqueur. But because it is also a favorite of mine, I wanted to write about it here:

 

-« SORTILEGE/version Prestige », Liqueur de whisky canadien (7 ans) au sirop d’érable, 2016, 75 cl, 40,9 % (Spiritueux à base de whisky canadien, Québec, CANADA):

A Noter: Ce spiritueux est fabriqué à partir de whiskies canadiens de 7 ans d'âge vieilli dans des fûts de chêne américain, puis assemblé avec du sirop d'érable de première coulée, considéré comme “le meilleur au monde”, à partir d'une recette dit-on “ancestrale”. Il existe aussi une version à 30 % de ce whisky, sans mention d'âge, mais personnellement je trouve qu'elle fait pâle figure à côté de celle-ci, le titrage n'y est sans doute pas étranger, l'âge peut être aussi.

Couleur : Vieil or, à reflets dorés, voire ambrés. Nez : Chaleureux, marqué par la noix, le caramel brûlé, une puissante note de sirop d’érable apparemment non aseptisé contrairement à ceux souvent disponibles en Europe, un beau boisé (fûts brûlés également), de caramel dur, puis une belle note de café sucré, assez dense, rappelant par exemple la liqueur de café Kalhua. Bouche : La bouche reprend les notes gourmandes du nez, avec densité et longueur en bouche. Au delà de la présence de sirop d’érable de première coulée & de whisky canadien (que j’avoue difficile à identifier ici), il faut souligner que les notes de noix et de liqueur de café sont assez intenses, et très séduisantes, tout comme le toucher en bouche qui me semble davantage onctueux et enveloppant que sirupeux (avec une certaine fluidité), ce qui est plutôt remarquable. Tenue à la dilution : Elle est très bonne, et la liqueur supporte bien les glaçons, mais sur ce dernier point, je trouve que c’est dommage de s’arrêter en si bon chemin, et je pense qu’il devrait être alors tenté en cocktail. Indication de Prix : Si vous n’avez pas la chance comme moi de le trouver par hasard dans une solderie, autour de 45 €, il vous en coûtera probablement plutôt autour de 55/60 €, en vente par correspondance sur internet, sans compter les frais de port. Conclusion : Une très bonne liqueur de whisky, sans doute l’une des meilleures, même si, honnêtement, je me demande ou est le whisky. Enfin, personnellement je préfère de loin cette version à celle réduite à 30 % qui pour moi est davantage encore une base cocktail que celle-ci, que je trouve parfaite pour la déguster pure ou avec un trait d’eau fraîche. Pas de Note chiffrée habituellement chez moi pour les whiskies aromatisés, mais une mention « Très bien, chaudement recommandé ».

ENGLISH SUMMARY: FW: This is a spirit drink classified as a whisky liqueur, a mix of 7 years old (unspecified) Canadian whisky and “First slide” Canadian Maple syrup, from it is said, an “ancestor’s recipe”. There is also a non age statement version of it, bottled at lower strength (30 %), but I think it is weak compared to this one. TN: Gold to amber, with a certain density in the color. The nose is warm, with walnut notes, burnt caramel, a powerful natural maple note (unlike the artificial ones we have I Europe!), beautiful wood (including burnt wood), hard caramel and a beautiful note of coffee liqueur (Kalhua it seems). On the palate, it’s gourmet as the nose, or even more, with depth & intensity. Beyond what is stated (the first quality maple syrup said to be inside, but I’m struggling to identify its specific characteristics myself), what strikes me is these beautiful & intense walnut & coffee liquor notes, and the fact that there are more onctuous that syrupy (in other words more fluid than expected), which is quite remarkable in my opinion. Adding water is not mandatory but can sweeten the liquid, even on ice. But I also feel one should try it in a cocktail too. Price indication: Around 55/60 € (even if I had the chance to find mine for 45 €, in a bargain place, because it is difficult to find it outside Canada). Conclusion: An excellent whisky liquor, probably one of the best, even if, between us, I sometimes wonder “where is the whisky?”. No precise rating (I usually do not give precise ratings for spirit drinks, as you’ll never know the amount of additives/flavouring in these things), but a “Very good, warmly recommended” mention.

 

 

edito_28_sortilege_prestige_c.w.l._7_ans_40.9

 L'étonnante liqueur de whisky au sirop d'érable du Québec, embouteillé à Montréal !

 

 

 

 Santé à tous nos amis Canadiens & parmi eux nos cousins du Québec !

Cheers to all our Canadian friends including our cousins from Québec !

 

 

 

 edito_28_falaise_le_saguenay_1995_50x100_acryl_rec

Grégoire Sarafian: "Falaise (Le Saguenay)", semi-abstractisé, 1995 (50 x 100 cm, acrylique sur toile), suite à mon voyage au Canada en 1995.

 

 

 

 

 

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop