ABERLOUR Diner 06/02/2020 Paris

 

Dîner ABERLOUR 06/02/2020, Le Loft du Pianiste, Paris organisé par Pernod-Ricard :

 

Sujet publié le (first published): 13/03/20 /Mise à jour du (update) : 13/03/2020

 

Photos: Tous droits réservés © Grégoire Sarafian.

Pictures: Copyright © Grégoire Sarafian.

 

 

Le 06 Février dernier j’étais invité à une soirée ABERLOUR organisée par le propriétaire de la célèbre distillerie écossaise de la région du Speyside, la société Pernod-Ricard, au « Loft du Pianiste » (100, Rue de la Folie-Méricourt 75011 Paris). Un dîner organisé pour la presse & les professionnels (dont le distributeur Nicolas, les bartenders du Golden Promise & du Sherry Butt), présentée également comme une soirée pour les amis d’ABERLOUR. Pour l’occasion, la chef Amandine Chaignot (qui dirige le restaurant/bar Pouliche, à Paris, coordonnées :https://www.poulicheparis.com/), après avoir travaillé sous la direction de chefs aussi prestigieux que Jean-François Piège, Eric Frechon ou encore Yannick Alléno) a concocté un menu avec des associations culinaires pour chaque whisky, tandis que la nouvelle ambassadrice de la distillerie, une écossaise, Lucy Miller (je précise sans lien de parenté avec la fameuse ambassadrice Ann Miller!), parfaitement bilingue, était là pour accompagner la dégustation et récolter nos premières impressions (nous étions environ une vingtaine). Je tiens à redire ici un grand merci à Stéphanie Huet, de Pernod-Ricard, pour cette invitation, ainsi que pour le sample offert (de l’« A’Bunadh Batch 56) à l’issue de la soirée. De mon point de vue, ce reportage n’est pas une promotion, étant donné que j’y émets malgré tout des critiques à diverses reprises, et même concernant un ou des whiskies de la même distillerie hors contexte de cette dégustation (voir bonus).

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 1

 Le dîner était sur le thème de la nature, et le décor choisi en conséquence. Au premier plan, l'embouteillage exclusif dégusté ce soir là (voir plus loin).

 

 

ENGLISH Summary :

On February, 6, this year, I was invited by Pernod-Ricard, the French owner of ABERLOUR Scottish single malt distillery from the Speyside area, at a dinner which took place in the « Loft du Pianist », a place rented for the occasion in the 11th district (East) of Paris. This evening was organized for press & professional (big French distributors such as Nicolas or French bartenders such as the Golden Promise, the La Maison du Whisky bar), but we were also told that it was for friends of the distillery (we were around 20 people). For this special event, a famous French chef, Amandine Chaignot, who worked with starred chefs such as Jean-François Piège, Eric Frechon ou encore Yannick Alléno), made us a menu pairing a whisky from the ABERLOUR distilleries with each course. She has recently opened her restaurant in Paris called Pouliche (link here : https://www.poulicheparis.com/). New French Brand Ambassador Lucy Miller (one could think she could be related to famous Chivas brand ambassador Ann Miller, but she isn't) who speaks French fluently too did present us the whiskies tasted that night & was interested to hear our feedback about them. I have to express a big thank you to Stephanie Huet (from Pernod-Ricard PR staff) for this invitation & for the little souvenir of this evening offered to us at the end (a generous sample of the « A’Bunadh » batch 56). This report doesn’t classify for me as a promotion, as I did express several reservations in this report, and in tasting notes of whiskies associated with this distillery.

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 14

La chef Amandine CHAIGNOT (que vous pouvez retrouver au restaurant Pouliche) nous servant elle-même le dessert.

 

 

Voici un résumé de la soirée ainsi que des notes de dégustations en français, puis avec un résumé en anglais, des whiskies dégustés ce soir là, ainsi que d’autres whiskies de la distillerie ABERLOUR, des bouteilles anciennes, échantillons ou bouteilles acquises plus récemment (soit 8 notes de dégustation).

ENGLISH Summary : Here below you will find a summary of this evening as well as my tasting notes about the whiskies tasted or from other batches for the same references plus some others, purchases bottles from my own collection (so 8 tasting notes).

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 4

 Lucy MILLER, la nouvelle ambassadrice (une écossaise) pour la France pour les single malts du groupe Pernod-Ricard.

 

 

 APERITIF :

 

Bouchées de Foie-gras au coing, Scotch quail eggs, sablé aux graines,

Foie-gras bite with quince, Scotch quail eggs, shortbread with varied cereals

 

associé au  whisky (paired with)

 

ABERLOUR 12 ans, « Non chill-filtered » (non filtré à froid), 48 %

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 18.

 

 

 

Bref commentaire sur l’accord culinaire (brief comment on the pairing):

L’accord a bien fonctionné avec ce subtil ABERLOUR, finement épicé & vanillé, répondant au gras du foie-gras et son fruité, de même que pour les autres accords, la panure de l’oeuf (mon premier Scotch egg, d’ailleurs, même si dans ce cas précis il s’agissait d’un œuf de caille et non de poule !).

ENGLISH Summary : The pairing did work perfectly with these 3 pre-starters, the subtly spiced & vanilla flavors from the ABERLOUR were nicely fitting with the fat of the « foie-gras », and the Scotch egg (my first one, by the way) did work well too. Approved.

 

-ABERLOUR officiel 12 ans « NON CHILL FILTERED » (non filtré à froid), Edition 2011, 48 % :

*A noter : La version chroniquée ci-dessous correspond à ma bouteille (première édition de cette version, lancée en 2011), mais les notes sont relativement similaires à la version 2019 ou 2020 dégustée durant la soirée.

Couleur : Vieil or, à reflets or clair. Nez : Complexe et fin, un peu plus expressif après une certaine aération. Note modérée de solvant, de fruits compotés (pommes, poires), de miel et d’épices douces (poivre gris, gingembre). Belle note de chocolat au lait au second plan. Bouche : Belles notes boisées (vanille et épices douces en tête), évoluant vers des notes plus herbacées que maltées, mais aussi miellées, exprimant ensuite une belle note de chocolat au lait. De beaux esters s’affirment un peu en finale, avec de complexes notes de fruits confits. Les épices et la vanille ne sont jamais loin. Trace d’angélique (un plus) en arrière-plan. La filtration douce a bien joué son rôle, donnant une certaine texture grasse au whisky. Avec le temps, le profil devient moins herbacé et épicé, et fait preuve d’une belle et complexe douceur, les saveurs ayant bien fusionné entre elles. Tenue à la dilution : Bonne, mais ne pas trop diluer, car cela raviverait un peu trop les épices & les herbes sèches. Conclusion : Un intéressant ABERLOUR, se rapprochant un peu du profil de l’ancien 15 ans d’âge « Single-Barrel » (American oak ex-Bourbon, pas le Sherry, plus récent) de chez The BALVENIE. Indication de Prix : Autour de 46 €, MdW, Le Comptoir Irlandais, certains cavistes / Note confirmée : 91/100

ENGLISH Summary :

Note: The reviewed bottling below is the first edition (among first batches) of this expression released in 2011, but, of what I remember, these notes are very similar to the 2019 or 2020 version of it tasting during this evening.

Color : Gold, with clear gold reflections. Nose : Complex & refined, a bit more expressive after some airing. Slight solventy note, then stewed fruit (apples, pears), some honey & sweet spices (grey pepper, ginger), with beautiful milk chocolate on the second ground. Palate : Nice oaky notes (vanilla, sweet spices ahead), expressing more herbal than malty notes, but also honeyed, evolving to a beautiful milk chocolate note. Some beautiful esters are coming through for the finish, with some complex candied fruit notes. The sweet spices & the vanilla are not far behind. A trace of angelica (a plus) on the background. The sweet filtration worked well here, preserving a certain oily texture in the whisky. With time, the aromatic profile of this malt becomes less herbal & spicy, and shows a great & complex sweetness, the flavors getting now remarkably well melted together. With water : Great, but only a few drops, please, in order not to revive too much dry herbs & spices. Conclusion : An interesting ABERLOUR, coming close in terms of its profile to the old The BALVENIE 15 yo « Single-Barrel » (the American oak ex-Bourbon one, not the more recent Sherry one). Indication of price : Around 46 € in France (retailers only, not supermarkets). Confirmed rating : 91/100

 

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 28

 

 

 

Première ENTREE (first Starter):

 

Céleri rave rôti puis laqué façon Teriyaki

Roasted celeriac lacquered Teriyaki style

 

associé au  whisky (paired with)

 

ABERLOUR 18 ans, « Double Cask Matured », 43 %

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 8

 

 

Bref commentaire sur l’accord culinaire (brief comment on the pairing):

 

L’une de mes deux associations culinaires préférées de la soirée...le caractère bien malté, épicé et profondément boisé de l’ABERLOUR 18 ans a parfaitement répondu aux notes douces & sucrées, mais aussi végétales, du céleri.

ENGLISH Summary : One of my favorite food pairings of this evening I have to say...The nicely malted, spicy & deeply oaky notes of the ABERLOUR 18 yo perfectly matched with the sweet & sugary, but also green notes of the celeriac.

 

 -ABERLOUR officiel 18 ans « DOUBLE CASK MATURED », Edition 2015, 70 cl, 43 % :

*A noter : La version chroniquée ci-dessous provient de ma bouteille (sortie en 2015) à l’époque sans mention « ‘Double Cask Matured », et en version 70 cl (de nos jours, faute de stock, les bouteilles sont désormais de 50 cl seulement), donc je ne peux garantir que la recette soit la même que celle de la bouteille dégustée lors du dîner, mais ces deux versions m'ont parues proches.

Couleur : Vieil or. Nez : Beaucoup de bois (profil austère, sec), un peu moins avec un certain temps d’aération, et au fur et à mesure de la consommation (pour moi il faut attendre 10 cl de moins pour qu’il s’ouvre). Des épices également (la muscade domine, puis vient un peu de gingembre). Quelques notes fruitées au second plan (fruits secs, dont des raisins et des noix, ce qui suggère immédiatement une composante de fûts de Sherry), des pommes cuites (beaucoup) et du chocolat noir.

Bouche : Le boisé est puissant, le whisky sec, avec des tannins un peu trop fermes (il faut attendre que la bouteille s’oxygène quelque peu pour ouvrir un peu ce profil dur), les fruits cuits (pommes, poires) présents mais un peu trop en retrait à mon goût, et les épices dominantes (muscade, gingembre, cannelle, piment doux). Mais heureusement un peu de chocolat noir & une belle note d’orge maltée viennent adoucir un peu ce profil austère. Avec le temps, le profil austère « se détend » et les qualités de ce single malt se révèlent presque spectaculairement, le fruité se réveille, les épices s’adoucissent, les fruits secs, le chocolat noir se mêlent (belle note de cake aux noix, aux cerises confites et au chocolat noir) et le Xérès devient le centre de la fête...La complexité est encore plus grande, avec de belles notes de miel toutes fleurs, une pointe de laurier et de cerises à l’eau-de-vie. Superbe !

Tenue à la dilution : Excellente, si très peu d’eau est ajouté, et de préférence une fois le whisky plus aéré par de nombreuses dégustations précédentes. Sa singularité (pommes cuites, noix, laurier, cerises, fin boisé, chocolat noir, malt, miel, épices douces) s’y exprime à plein. Conclusion : Un très bel ABERLOUR, mais qui demande du temps (davantage que la plupart des autres versions) pour démontrer toutes ses qualités, d’ou sa double notation chiffrée...

Indication de Prix : Autour de 70 €, les 70 cl à sa sortie (GMS, cavistes), désormais autour du même prix, mais en 50 cl ! (et cavistes seulement semble t’il)/ Note confirmée 87/100 (pour le premier tiers) puis 90/100 (ensuite)

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 29

 

ENGLISH Summary:

Note : The review below comes from my bottle (released in 2015, 70 cl bottle), without the nowadays mention « Double Cask Matured » (bottled recently only in 50 cl, certainly due to old casks shortage), so I’m not sure it is exactly the same recipe as the nowadays one, but it appeared to me they were similar.

Tasting note : Color : Old gold. Nose : A lot of oak, probably dry on the palate, a bit less with some airing, though, an austere profile that gets more affordable after the bottle loses around 10 cl, it then opens up. Some spices for sure (the numeg dominates, then comes some ginger). Some fruity notes manage to express themselves on the background (dried fruit, some walnuts, which suggests some sherry casks involved), a lot of stewed apples, and some dark chocolate.

On the palate, the oak, powerful, dry, struggles to let anything else come through, the tannins are too tight, but this is lowered once the bottle gets emptied of around 10 cl at least...Then stewed apples & pears are coming through (still too shy to my taste), but the spices are still stealing the show (nutmeg, cinnamon, ginger, sweet chilli pepper). Fortunately, some dark chocolate and a beautiful malted barley note are sweetening this rather austère profile. It just needs time. Then this single malt’s qualities are then coming through quite dramatically, spices are sweetened too, varied dried fruit are coming through, while notes of dark chocolate, of a nutty cake & candied cherries wrapped in dark chocolate are rising to help the Sherry become the center of it all...The complexity is even bigger now, with beautiful « all flowers » honey notes, a hint of laurel & again these cherries but this time more « Kirsh sherries ». Superb !

With water : If you add only a few drops of water, and if this one has been aired enough (I mean long time after the neckpour), its singularity & character is better served (stewed apples, laurel, cherries, refined oak, dark chocolate, malted barley, sweet spices). Conclusion : A very good ABERLOUR which requires a lot of time to be fully enjoyed, (more than most of other expressions from the brand), and that is why I give here 2 ratings...

Price tag : Around 70 € (for the 70 cl version) when it came out (in supermarket & retailers shelves), now around the same price, but bottled in 50 cl bottles only & sold only (it seems) in retailing market.

Confirmed rating : 87/100 (for the first 1/3 of the bottle, say around 20 cl), then 90/100 for the rest.

 

 

 

Deuxième ENTREE:

 

Saint Jacques dorées, poireaux au lard, beurre de verjus

Brown scallop, Leeks with smoked bacon, verjuice butter

 

associé au  whisky (paired with)

 

ABERLOUR 21 ans, Single Cask « 2nd Fill American Oak Barrel », 48,1 %

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 9

Désolé pas de photo du plat, tellement nous étions pressés de le déguster, mais une image montrant à gauche un ABERLOUR élevé en partie en fûts de Sherry (le 18 ans)

et l'autre entièrement en fûts de Bourbon (le 21 ans, voir notes de dégustation ci-dessous)

 

 

Bref commentaire sur l’accord culinaire  (brief comment on the pairing):

 

Une révélation, le fait d’associer un whisky élevé en fûts de chêne américain non tourbé avec un fruit de mer (certes modéré en notes très marines). Ici, la vanille, les épices douces et quelques agrumes flattent les Saint Jacques, et s’harmonisent parfaitement avec les poireaux et la manière dont ils sont travaillés et assaisonnés, bien joué Amandine !

ENGLISH Summary : A revelation I have to say, that a Bourbon matured but unsmoked whisky could be paired with seafood & work so well. Here the vanilla, the sweet spices & some citrus fruit notes did compliment well the scallops, and harmonized perfectly with the leeks & the way they were seasoned & cooked. Well done, Amandine !

 

-ABERLOUR officiel 21 ans SINGLE-CASK « 2ND FILL AMERICAN OAK BARREL », CASK number 17769, Limited edition, distilled 10/1998, bottled in 2020 (84 bottles only), non chill filtered, 48,1 % :

*A noter : Cette version très limitée nous a été présentée lors du dîner en avant-première de sa commercialisation officielle, en tant que réservée aux fans de la distillerie, et dans un premier temps, en offre exclusive pour nous.

Couleur : Or clair, limite jaune paille, signe d’une maturation de toute évidence uniquement en fûts ayant contenu du Bourbon de plusieurs remplissages, et...à mon avis sans aucune coloration artificielle, contrairement à la plupart des références de la gamme.

Nez : Je n’aurais jamais reconnu la distillerie en dégustation à l’aveugle avec ce type d’élevage, mais je dois avouer que c’est très plaisant : Belles notes de fruits frais jaunes (coing, cédrat), mais aussi des pommes golden fraîches, quelques fleurs, quelques épices douces (soupçon de gingembre), des herbes fraîches, du miel d’acacia, de la vanille, et voilà, le charme opère !

Bouche : Etonnamment douce malgré le titrage généreux. Il y a là aussi de la rondeur, de belles notes florales, fruitées (reprenant celles du nez), des notes délicatement épicées, vanillées, miellées, quelques épices douces, et très peu de chêne, franchement. Joli.

Tenue à la dilution : Excellente, elle rend l’ensemble crémeux et plus séducteur encore, sur un mode plutôt floral, fruité et vanillé. Conclusion : Un joli & atypique ABERLOUR, bien agréable, mais son prix est bien au dessus de l’estimation que je pourrais en faire, et par ailleurs pemettez-moi de douter que le fût n’ai donné que 84 bouteilles et un titrage aussi bas, Il s’agit probablement d’un « split-cask » avec un négociant ou broker, ou bien d’un embouteillage test avant de laisser l’autre partie du contenu du fût vieillir encore davantage ou être marié avec un autre fût, mais ce ne sont que mes conjectures, pas une « information », donc sous réserves.

Indication de Prix : 375 €, sur place, en primeur pour les participants au dîner, puis peut être ensuite chez les cavistes (?)

Note estimée (sous réserves, donc) à 90/100

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 10

L'ABERLOUR 21 ans, un Single Cask entièrement élevé en fûts ayant contenu du Bourbon de second remplissage, une version inédite.

 

 

ENGLISH Summary :

Note : This very limited edition was presented to us during this dinner, prior to its possible public release, as an exclusive offer for the friends of ABERLOUR.

Tasting Note : Color : Very clear gold, the sign of an obvious maturation only in refill ex-Bourbon casks, and, in my opinion, without any caramel colouring, contrarily to most of the range bottlings. It is declared as non chill filtered.

Nose : I would never guess ths could be an ABERLOUR if I was to try this blind, honestly, with this kind of maturation, but I have to admit this one was very pleasant. Beautiful notes of fresh yellow fruit (quince, citron), but also some fresh golden apples, some flowers, sweet spices (hint of ginger), some fresh herbs, acacia honey, some vanilla, and there you go, the charm operates !

Palate : Amazing sweet despite its generous abv (48%). There is rounded flavours here, beautiful floral notes, fruity (same as on the nose), delicate spicy notes, honey & vanilla, and very few oak, honestly. Pretty ! With water : Excellent, it makes the ensemble creamy & even more seductive, on a flowers, fruit & vanilla.

Conclusion : A lovely & unusual ABERLOUR, very pleasant, but its announced price (375 €) is way over the estimation I could make of it, and, besides, let me doubt here that this single cask gave only 84 bottles & such a low abv at the same time. It is most probably in my opinion a « split cask » with an indie bottler or a broker, or, it could be a « test-bottling » prior to let the rest of the cask content age a bit more, but this sentence is more a guess than an information, mind you, so to be taken with a pinch of salt. Price tag : 375 €, during this evening, as an exclusive offer, then maybe sold elsewhere (retailers?).

Estimated rating (under reservations) : 90/100

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 11

Les détails (dont le numéro de fût et le nombre de bouteilles, faible) de cet ABERLOUR 21 ans dégusté ce soir là en avant-première !

 

 

PLAT Principal (Main Course) :

 

Filet de Canard au genièvre, panais rôtis et jus corsé

Duck fillet with juniper, roasted parsnips & well-seasoned juice

 

associé au  whisky (paired with)

 

ABERLOUR « Casg Annamh », 48 %

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 13

 Le plat principal concoté par Amandine CHAIGNOT, un filet de canard, et son whisky associé, le "Casg Annmah", batch 0003.

 

 

 

Bref commentaire sur l’accord culinaire (brief comment on the pairing):

 

Un accord qui m’a modérément convaincu, car le canard, excellent, de qualité, bien aromatique, s’est imposé pour moi aromatiquement sur le whisky, malgré les beaux esters & les épices de celui-ci (ainsi que ses 48%), au point que je me suis demandé si un A’Bunadh (le whisky suivant dans le menu) n’était pas plus approprié.

ENGLISH Summary : I was a bit less convinced by this pairing I have to say, because for me, the duck, excellent, a good-quality one, with some aromatic strength, did overpower the whisky’s notes (aromatically wise), despite its beautiful esters & spices (& its 48 % abv), to such an extent that I wondered if the « A’Bunadh » (the next whisky paired…) was not a more appropriate choice for this meal.

 

-ABERLOUR officiel n.a.s. « CASG ANNAMH », bottled 10/06/19 (édition pour les cavistes), SMALL BATCH (Batch 0003), Triple matured (ex-Bourbon American Oak casks & Hogsheads, Oloroso Sherry butts), 48 % :

*A noter : Cette version, dont le nom signifie « fût rare » en gaélique (« rare cask » en anglais), a été lancée en 2017 afin de créer (à mon avis) une référence intermédiaire entre les versions très réduites de la gamme régulière et l’A’Bunadh, très demandé, et au titrage bien plus élevé. Une version réservée aux cavistes. A Noter, pour cette version, au-delà du bref commentaire concernant le lot dégusté lors de cette soirée, les notes ci-dessous se réfèrent à une bouteille achetée par mes soins et datant de 2019, mais il s’agit du même lot que celui dégusté lors de la soirée.

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés. Nez : Complexe, marqué par les esters (beaucoup de rondeur perceptible, avec des notes de bonbons acidulés, de bonbons anglais à la réglisse, des notes exotiques aussi (ananas, surtout), de la poire en sorbet, mais aussi bien sûr des notes caractéristiques d’ABERLOUR, de pommes & poires cuites, compotées, avec ici une tendance à une légère aigreur presque saumurée. De la vanille, des épices douces (cannelle, gingembre) complètent le tableau.

Bouche : Même profil qu’au nez, avec une certaine charpente : Les esters sont très présents (ce qui est un peu inhabituel pour la distillerie et suggère une certaine jeunesse, mais aussi certainement une bonne part de fûts d’ex-Bourbon de premier remplissage, même si l’assemblage comporte également des fûts de Sherry). Donc pas mal de notes rondes de bonbons acidulés, des bonbons anglais à la réglisse, de l’ananas, de la poire en sorbet, et toutes sortes de pommes, la marque de fabrique du style ABERLOUR (pommes fraîches de type golden, verte, rouge, à cidre, mais aussi golden compotées, avec ajout de poires mûres), là aussi un côté aigre un rien saumuré (comme chez les jeunes TOMATIN), inhabituel mais qui, fort heureusement, ne déséquilibre pas vraiment l’ensemble. Le palais évolue vers des notes de caramel (presque un peu salé), du malt, du miel, de la vanille, des épices douces (cannelle, gingembre) des fruits secs (raisins, dattes), ainsi que de discrètes notes de chocolat noir & au lait. L’ensemble est plutôt agréable, bien construit, et relativement jeune (à mon avis une dominante de fûts de 6-8 ans d’âge, avec quelques fûts plus âgés).

Tenue à la dilution : Excellente, elle assouplit l’ensemble et le rapproche curieusement d’un Bourbon whiskey léger.

Conclusion : Une jolie référence récente d’ABERLOUR (version lancée en France en 2017), plus facile d’accès que l’« A’Bunadh », mais tout de même assez différente, moins ambitieuse, plus « moderne », mais plutôt agréable. J’ai particulièrement apprécié le batch 0003.

Indication de Prix : Autour de 50 €, cavistes/Note confirmée : 88/100

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 22

 

 

ENGLISH Summary :

Note : The name of this 2017 launched ABERLOUR (for retailers mainly, at least in France) means in gaelic « rare cask ». I bought the same batch of the one tasted at the dinner (the « 0003 ») because I liked it, and so I could do a more detailed review of it, the one you have below :

Tasting notes : Color : Gold, with amber hues.

Nose : Complex, driven by esters (a lot of roundness here one can feel already), with notes of English liquorice all sorts sweets, but also acidulous sweets, exotic notes (mainly pineapple), pear in sherbet, but also some typical ABERLOUR house style notes of stewed apples & pears, but with here a slight sourness which is almost briny. Vanilla, some sweet spices also come through this nose.

On the palate, it is the same as on the nose, but with some more structure : The esters are very present, which is a bit unusual for this distillery’s bottlings, and it suggests some youth, and probably a significant amount of first fill ex-Bourbon casks involved, even if the blending comprise some Sherry casks as well. So this means quite some rounded acidulous sweets notes, some liquorice all sorts sweets as well, some pineapple, and all kinds of apples that are typical of ABERLOUR (fresh golden type apples, green & red apples, but also some cider apples-acidic-and some stewed ones, with some ripe pears added to the mix as well. You still get some sour, acidic, almost briny notes (like in some TOMATIN young expressions). Unusual notes, but, fortunately, do not really disturb its balance. The palate evolves towards almost salted caramel, some honey, vanilla, sweet spices (cinnamon, ginger), some dried fruit (sultanas, dates), and also some discrete dark & milk chocolate notes. The ensemble is relatively well built, rather young (in my opinion probably a majority of 6-8 years old casks, with some older).

With water : Excellent, the water makes it more rounded & makes it at times taste like a light Bourbon whiskey.

Conclusion : At first I thought that this expression was created as a « light A’Bunadh » (in order to lighten the high demand for it & open the offer of a higher abv than usual expression to more people), but it isn’t, because of it now obvious for me different profile. All in all a pretty ABERLOUR expression, launched in France in 2017, mostly for retailers market (opposed to supermarkets), a modern style ABERLOUR, but rather pleasant. I did enjoy that batch No 0003 in particular.

Price indication : Around 50 € in France. Confirmed rating : 88/100

 

 

DESSERT:

 

Galette de noisettes à l’huile d’olive & gâteau zébré au caramel, et noisettes,

servi avec un crémeux de mascarpone et du sirop d’érable

Hazelnut pancake with olive oil & zebra stripped caramel & hazelnut cake,

served with a creamy mascarpone with maple syrup

 

associé au  whisky (paired with)

 

ABERLOUR « A’ Bunadh », Batch 56

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 15

 

 

Bref commentaire sur l’accord culinaire (brief comment on the pairing):

Un dessert sympathique, mais qui ne m’a pas emballé (un peu trop rustique ou simplement frugal peut être?), et pour moi la sucrosité de l’érable et le crémeux du mascarpone ont quelque peu « émoussé » le mordant jeune & très sherry moderne du batch 56 de l’ « A’Bunadh » dégusté ce soir là. Ce sont d’ailleurs à mon avis ces éléments crémeux, sucrés et crémeux qui ont hélas massacré le dernier whisky proposé à la dégustation (l’Aberlour « 1964 » à faible titrage, proposé par l’un des invités mais sans concertation avec la chef), dommage…

ENGLISH Summary : A decent dessert, but honestly I wasn’t much excited by it (maybe because it was a bit too « rustic » or minimal for me) and for me the sugary character of the maple syrup & the creamy dessert cheese did somewhat alter the young & modern sherry Aberlour tasted that evening. This is also probably why the last whisky of the evening (though it wasn’t planned with the chief to have it, it was a gift tasting by one of the guests), an Aberlour « 1964 », with a low abv, came across very flat, murdered by what was before. Too bad...

 

 

-ABERLOUR officiel n.a.s. « A’BUNADH », Batch 56, Bottled 30/05/2016, Oloroso Sherry Butts, 61,2 % :

*A noter : Cette version un peu ancienne (le dernier en date dont j’ai entendu parler est le Batch 64 qui date de 2019) nous a été servie lors du repas, mais aussi en cadeau sous forme d’échantillon d’environ 10 cl, ce qui me permet ici de vous livrer mes notes de dégustation, issues de plusieurs dégustations hors contexte de dîner. Merci à Pernod-Ricard (via Stéphanie Huet) encore pour cela. Les fûts de Sherry (exclusivement de type Oloroso) qui entrent dans la composition de cet assemblage sont d’age variable, de nos jours plutôt âgés entre 5 & 15 ans (mais dans le passé, le compte d’âge pouvait aller jusqu’à 25 ans). C’est une déclaration sous réserve.

Couleur : Ambrée, à reflets acajou.

Nez : Puissant, avec à la fois des côtés séduisants (Sherry très expressif, oxydatif, avec de belles notes fruitées de fruits mûrs & secs, de cerises à l’eau-de-vie, de mûres, de pruneaux, de dattes & de raisins secs, du chocolat noir à l’orange également, avec une suggestion de vanille, mais aussi des olives Kalamata), un rien floral (fleurs capiteuses). Mais ila aussi des côtés plus bruts et difficiles (Sherry relativement jeune de moyenne, bien plus que dans l’un de mes lots préférés, le No 46, hélas), un rien de soufre, un côté très épicé que l’on sent au nez.

Bouche (non diluée) : Puissante et chaude, assez épicée (piment mi-doux, mi-fort, parfois du piment d’Espelette, parfois plus fort, type langue d’oiseau, il y a aussi des notes de gingembre, muscade, cannelle, girofle). Très boisée (avec des notes de bois neuf, un rien poussiéreux), elle est dans l’ensemble malgré tout relativement maîtrisée et suffisamment complexe pour susciter une attention prolongée (même s’il est souvent à la limite du déséquilibre), et dans le fil de nombreux batches du style « moderne » des brut de fût Sherry d’aujourd’hui (pas que chez ABERLOUR, d’ailleurs, mais pas exemple des similarités avec le récent « Sherry Cask/Bodega » d’ARRAN). Ceci étant dit, cet ABERLOUR présente heureusement un profil assez complexe qui reprend les notes fruitées, florales, boisées, épicées du nez, mais avec en plus avec un côté pâtissier (toujours intéressant chez ABERLOUR) du côté du chocolat aromatisé (orange, vanille), bien malté (Ovolmaltine), un côté un peu oriental (dates et raisins de Smyrne sont très présents), et qui peut se boire sans eau, mais bénéficie d’une légère dilution à mon avis.

Tenue à la dilution : Excellente, avec juste quelques gouttes d’eau, elle rend l’ensemble plus facile d’accès, avec moins de notes jeunes (moins de bois fraîchement scié & de poussière), et moins d’agressivité de la part des notes épicées. Je la recommande.

Conclusion : Un ABERLOUR de qualité, et un bon « A’Bunadh », dans la veine moderne (un rien « wood technologique »), mais malgré tout plutôt bien fait, et intéressant concurrent des « Sherry Monster » en single-casks d’autres distilleries de la région du Speyside d’ou il provient également. Je préfère les lots (« batches ») d’avant le numéro 50, personnellement (le N° 46 est pour moi l’un des tous meilleurs, noté 94/100), mais celui-ci remplit son office la tête haute.

Indication de Prix : Autour de 70 €, chez les cavistes français, plus cher au Royaume-Uni, ou il est en quelque sorte rationné (plus de 90 €) Note confirmée : 90/100

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 2

 

 

ENGLISH Summary :

Note : This is not a very recent batch that was served for our dinner (but one from 2016), as we are reaching batch 64 now for 2019, and it was also an around 10 cl gift sample, which helps me provide you my notes below, based on the several tastings, beyond the dinner. Thanks a lot to Pernod-Ricard (through Stéphanie Huet) for that. The Oloroso Sherry casks used for this expression are of varied ages, but were in the past said to be between 5 to 25 years old, but nowadays I was told it goes rather until 15 years old, but this is an under reservation statement.

Tasting note : Color : Amber, with mahogany reflections.

Nose : Poweful, with some seductive sides (an expressive Sherry, with some oxydization, with beautiful fruity notes : Dried fruit, ripe fruit, Kirsch cherries, blackberries, prunes, dates & sultanas, but also some chocolate orange, a suggestion of vanilla, but also Kalamata type olives), a bit floral too. But it also have some downsides : The Sherry is mostly young & raw, obviously younger than in one of my favorite batches, the No 46, with a hint of sulphur, a very spicy style that one can already feel on the nose.

Palate (undiluted) : Powerful & warming, rather hot & spicy (hard to translate & even define in French the level of spiciness, so I’d say maybe half chilli, at times stronger…), with notes of ginger, nutmeg, cinnamon, cloves. Very spicy, the blend is despite everything enough mastered & balanced to be interesting, even if it is on the edge, but I have to say it is in the same vein of many modern Sherry casks cask strength today, and not only about this distillery (It is a bit the same problem in the new ARRAN « Sherry Cask/Bodega »). That said, fortunately, this expression has a quite complex profile which is faithful to the nose with its fruity, floral, oaky & spicy notes, but has also a pastry side which is always interesting in ABERLOUR, providing some flavoured chocolate notes (with orange, vanilla, Ovaltine), and an oriental side as well (dates & Greek sultanas are very present), and all this makes it drinkable without water, even if it benefits of a light dilution in my opinion.

With water : Excellent, with just a few drops of water, it makes the whole experience easier, with less young & feisty notes (less sawdust & less freshly cut oak notes) & less agressivity coming from the spices. I recommend it, but not more than a few drops.

Conclusion : A quality ABERLOUR bottling, in the modern style since a few years now, a bit « wood technological », but despite that rather well crafted, and an interesting rival for the « Sherry Monster » presented by other Speyside distilleries. If you ask me, though, I prefer many batches before the No 50, that were for me more balanced & traditional (the No 46 for me was one of the very best, rated 94/100 in my book), but this one is more than decent...

Price indication : Around 70 € in French market (retailers), but more expensive in the UK, for instance, where there is clearly a more limited allocation (around 90 €).

Confirmed rating : 90/100

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 21

As the light was a bit dark, you can see on that picture the venue, but also the beautiful menu & the A'Bunadh sample offered to us.

 

 

 

Autre ABERLOUR dégusté ce soir là (un cadeau de l’un des invités, Philippe Gosmand, collectionneur) :

(We tasted another ABERLOUR that night, a 25 yo old bottling from 1989, offered by Philippe, one of the guests)

 

 

-ABERLOUR officiel Millésimé « 1964 » (Bottled in 1989, 25 ans), 43 % :

Remarque : Dégusté en toute fin de repas, en tant que surprise, il ne m’a pas été possible d’en faire une analyse vraiment fiable, en raison du contexte non favorable, aussi il ne s’agit que d’une impression superficielle, j’en suis navré :

Brèves notes : Un ABERLOUR à l’ancienne, de bonne réputation, très fin, mais peu expressif ici (je n’ai pu y percevoir que quelques notes végétales et herbacées), et qui a souffert d’avoir succédé à la fois à un brut de fût très typé (l’A’Bunadh) et à un dessert crémeux et sucré (même si modérément), qui a affecté tout de même significativement le palais. Philippe a gentiment proposé ce whisky très subtil à la dégustation pour cette occasion, mais, comme l’organisateur ne le savait pas ou ne s’était pas concerté avec la chef pour le repas, ce whisky a été placé en dernier alors qu’à mon avis il aurait du être placé en premier...Un whisky à déguster seul (sans accompagnement culinaire, en tout cas pour sa première découverte), en prenant le temps. Pas de notes chiffrées (impossible).

ENGLISH Summary :

Brief tasting note : This whisky was kindly brought as a final surprise dram by one of the guests, a French collector called Philippe Gosmand, it was a 25 yo ABERLOUR distilled in 1964 & bottled in 1989, at 43 % abv. As it was not planned by the chef to include it into the menu (she didn’t knew it so she couldn’t choose the right moment to serve it), unfortunately, it didn’t come across at its best, so apologies if my notes are very brief & superficial. This old fashioned ABERLOUR, of good reputation, very sharp & with some OBE, was not very expressive in this context unfortunately (I only could notice some green & herbal notes), because it was served at the end of the dinner, after a dessert with some creamy & sugary notes. And even if these were staying moderate, these notes affected our ability to assess properly another whisky, also because the previous one was a high voltage cask strength whisky with a strong profile. For me this 1964 vintage should have even started the dinner, and be probably tasted alone (no pairing), and with some time to let it open up...No rating (impossible).

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 16

 

 

***

 

BONUS :

 

Autres WHISKIES dégustés récemment de la même distillerie (bouteilles personnelles):

(Other whiskies, my from bottles collection, recently tasted from the same distillery)

 

 

-ABERLOUR officiel n.a.s. « TRIPLE CASK », Bottled in 2019, (ex-Bourbon American Oak casks & Hogsheads, Oloroso Sherry Butts), 40 % :

*A noter : Cette version, lancée en 2017, est réservée au marché des GMS (grandes & moyennes surfaces). La recette (choix du type de fûts, proportion entre ces fûts dans l’assemblage) semble être identique ou du moins très proche de celle de la version dite « CASG ANNAMH », c’est en tout cas ce que l’étiquette décrit (mêmes types de fûts utilisés).

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés.

Nez : Complexe, marqué par les esters (notes de bonbons acidulés, de bonbons anglais à la réglisse, notes exotiques (ananas), de la poire en sorbet, mais aussi bien sûr des notes caractéristiques d’ABERLOUR, de pommes & poires cuites, compotées, avec ici une tendance à une légère aigreur presque saumurée (mais plus modérée que dans le « CASG ANNAMH »). De la vanille, des épices douces (cannelle, gingembre) complètent le tableau.

Bouche : Même profil qu’au nez, avec une belle rondeur, limite un peu aqueuse (titrage faible, filtration à froid), mais bien agréable : Les esters sont assez présents (mêmes notes qu’au nez, autour des bonbons anglais, acidulés, ananas). C’est jeune, cela suggère aussi probablement une bonne part de fûts d’ex-Bourbon de premier remplissage, même si l’assemblage comporte également des fûts de Sherry. Notes de poire en sorbet, et toutes sortes de pommes (pommes fraîches de type golden, verte, rouge, à cidre, mais aussi golden compotées, accompagnées de poires mûres). Certaines de ces pommes ont un goût un côté aigre (saumure) mais restant modéré, puis survient des notes de caramel (presque un peu salé), du malt, du miel, de la vanille, des épices douces (cannelle, gingembre) des fruits secs (raisins de Corinthe, dattes), ainsi que de discrètes notes de chocolat noir & au lait. L’ensemble est assez agréable, équilibré, léger mais aromatique, jeune (à mon avis une dominante de fûts de 6-8 ans d’âge, avec quelques fûts plus âgés).

Tenue à la dilution : Excellente, elle assouplit l’ensemble et le rapproche curieusement d’un Bourbon léger.

Conclusion : Une jolie référence récente d’ABERLOUR (version lancée en France en 2017), accessible à tout le monde (style, prix).

Indication de Prix : Autour de 35 €, cavistes / Note confirmée = 87/100

 

 

 aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 26

 

ENGLISH Summary :

Note : This expression, released in 2017, is aimed for the supermarkets (from medium size to malls) and possibly (not sure) only for France. The « recipe » (or if you prefer, the cask blend choice) seems to be identical or very close to the one for the « CASG ANNAMH » one (same cask types quoted).

Tasting note : Color : Old gold, with amber reflections.

Nose : Complex, ester driven (notes of acidulous sweets, English liquorice all sorts sweets, exotic fruit notes, mainly pineapple, pear sherbet, but also those typical ABERLOUR trademark stewed apples & pears notes, with a slightly sour (almost briny) note (more moderated than in the « CASG ANNAMH », mind you). Some vanilla, some sweet spices (cinnamon, ginger) are completing the screen.

Palate : Same notes as on the nose, with a beautiful roundness, at the edge of being a bit watery (due to both low abv & chill filtration), but very pleasant I have to say. The esters are very present (same notes as on the nose, around these acidulous, liquorice sweets & pineapple notes). This is young, also showing probably a significant amount of first fill ex-Bourbon casks in the mix, even it obviously has some Sherry casks in it as well. Pear sherbet notes & all kind of apples are then quickly coming through (fresh golden style apples, green apples, red apples, some devoted only to make cider, but also some stewed golden apples & ripe pears). Some of these apples have a sour taste (briny), but this stays moderate, then other notes are coming through such as caramel (a bit salted), malt, honey, vanilla, some sweet spices (cinnamon, ginger), some dried fruit as well (sultanas, dates), and also some discrete milk & dark chocolate notes. The whole palate is rather pleasant, well balanced, light & aromartic, young (I will guess a majority of 6 to 8 years old casks, with some older casks added).

With water : Nice reaction to the water, it gives the whisky more suppleness & makes it strangely closer to the profile of a light Bourbon whisky.

Conclusion : A pretty recent nice ABERLOUR expression that is really for everyone (style, price). Price indication : Around 35 € (retailing market) Confirmed rating : 87/100

 

 

-ABERLOUR officiel 16 ans « DOUBLE CASK MATURED », Bottled in 2013 (réf. : LKPF3303 247), (ex-Bourbon American Oak casks & Oloroso Sherry casks), 43 % :

*A noter : Cette version est réservée au marché des GMS (grandes & moyennes surfaces). Il s’agit d’une acquisition personnelle d’un lot de l’année 2013. La référence n’est pas supprimée, mais semble t’il discontinue, et apparaît parfois en version réduite à 40 % au lieu de 43 %, notamment pour le marché nord américain ou anglais, mais parfois aussi en France.

Couleur : Vieil or, à reflets ambrés.

Nez : Le profil de cette version a quelque peu changé ces dernières années, me semble t’il, et même déjà en 2013, avec des notes moins généreusement fruitées, mais plus épicées et plus herbacées...Une note aigre apparaît désormais, comme de la saumure, de pommes acides, voire de cidre, moins agréable. Pour autant, la vanille, le caramel, les épices douces et bien sûr les pommes & poires cuites, bien compotées, sont toujours là, mais plus en retrait qu’avant, ce que je déplore. L’équilibre est déjà un peu compromis au nez.

Bouche : Complexe, elle est un rien florale et boisé, légèrement vanillée, modérément fruitée (pommes golden et rouges & poires cuites, compotées-là aussi moins de générosité et de gourmandise qu’avant dans les fruits), miellée, avec un Sherry discret (caramel dur, pointe de fruits rouges, mais surtout des fruits secs variés), mais avec, hélas, comme au nez, cette note un peu aigre (saumure, pomme à cidre, avec fermentation), davantage de boisé (tannins un peu plus fermes qu’avant, apportant un peu d’amertume) et d’épices (cannelle, muscade, girofle, gingembre), des herbes sèches, et peut être une pointe de chocolat noir en finale. Correct, mais assez frustrant...

Tenue à la dilution : Mieux ! Je suis mitigé sur cette version, mais un peu d’eau ramène au premier plan le profil qu’on apprécie dans cette version dans les meilleurs lots (c’est à dire la pomme cuite, compotée, le caramel et la vanille).

Conclusion : Une version d’ ABERLOUR que j’adorais auparavant (je dois en être à ma 5 ème bouteille au moins depuis plus de 10 ans) pour sa gourmandise, sa versatilité (pour accompagner tout un repas, il n’y avait pas mieux) et son équilibre. Je pense que ce n’est plus le cas aujourd’hui, cette version a été « modernisée », et pas pour le meilleur, même si ce whisky conserve certaines de ses qualités. C’est un autre whisky, et cela me peine...Les meilleurs lots (par exemple de l’année 2007) pouvaient aller, selon mes critères, jusqu’à 94/100, tandis que les bons lots parvenaient souvent à 90, voire 92/100. Là j’ai du répercuter ma déception sur la note chiffrée finale, honorable, mais sans comparaison avec le passé. Gageons qu’il s’agit là d’un problème de lot moins satisfaisant que d’autres (cela peut arriver à toute distillerie), en tout cas je l’espère.

Indication de Prix : Autour de 40 €, GMS / Note confirmée = 82/100

 

 

aberlour_dinner_06.02.20_paris_ 27

 

 

ENGLISH Summary :

Note : This expression is limited to the supermarket shops only (I mean from little/medium ones to big malls), and for long I believe for French market only. It is a bottle from my collection and comes from a 2013 batch. This expression hasn’t been suppressed but seem to be discontinued since a few years, and appears sometimes (especially for the US & UK market) released in reduced to 40 % abv while for France it has always been bottled at 43 % abv.

Tasting note : Color : Old gold, with amber reflections.

Nose : The profile of this whisky has changed these last years in my opinion, and already around 2013, with a less generously fruity profile than before, more spicy, more herbal notes, but also nowadays a sour note (almost like brine) which appears more, close to cider notes, less pleasant. That said, the vanilla, the caramel, the sweet spices & the stewed apples & pears are still there, but less on the front row than before, which I regret. The balance is already not really there on the nose.

Palate : Complex, it is a bit floral & oaky, with hints of vanilla, moderately fruity (golden & red apples, stewed apples & pears, but with less generosity than before), some honey, some discrete Sherry (notes of hard caramel, hint of red fruit, but also some varied dried fruit), and, alas, faithful to the nose, this a bit sour (brine, cider making intended raw or ripe apples, with a fermented side), more wood (oak tannins are tighter than before, bringing some bitterness), and some spices (cinnamon, nutmeg, cloves, ginger), some dried herbs & maybe a hint of dark chocolate for the finish.

With water : Better ! I am pleasantly surprised by it, as water brings back some of the notes we like so much in the best batches of this expression (stewed apples, vanilla, caramel). Decent, but rather frustrating…

Conclusion : An expression I use to adore before (I probably bought 5 bottles during these last 10 years or so) for its gourmet style, its complexity & versatility in food pairing (it could be used for each course in a dinner), and of course its incredible balance. I think this isn’t the case anymore today, this expression seems to have been « modernised », but not for the best, even if it still have some qualities. This is another whisky & it hurts me. I use to recommend it so many times around me. The best batches for me (for instance several from 2007) were fetching, according to my rating criterias, up to 94/100, while the other years (say before 2012) the good batches were rated around 90 to 92/100. Here I had to consider my notes to give a fair final rating, and it is decent, ok, but has nothing to do with the past offers. Let’s think it is a problem of batch variations (a one-off), I guess this can happen to any distillery, I hope so...

Price : Around 40 €, in supermarkets.

Confirmed rating : 82/100

 

 

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop