PALMARES 2013

 

 

PALMARES des MEILLEURS WHISKIES de l’ANNEE 2013

 

 

de GREG'S WHISKY GUIDE

 

 

 

GREG'S WHISKY GUIDE AWARDS!

 

 

PRIZE LIST OF THE BEST WHISKIES OF YEAR 2013

 

 

Greg_at_WLP_2013_tastin

 

Votre serviteur au travail (enfin assis) au dernier Salon Whisky Live Paris 2013 (Photo: © Constantin Sarafian).

 

 

 

 

AVERTISSEMENT/Préambule:

 

Voici mon premier PalmarĂšs des « Meilleurs Whiskies de l’AnnĂ©e 2013 Â». Je dois d’emblĂ©e prĂ©venir l’internaute qu’il ne s’agit en rien (en tout cas pour cette premiĂšre annĂ©e) de l’équivalent de celui des Malts Maniacs, de l’IWSC ou encore des WWA de Whisky Magazine, concours tout Ă  fait respectables par ailleurs. Non, car vous ne trouverez pas ici de « bouteilles Ă  4 ou 5 chiffres Â» (traduire trĂšs chĂšres), soit parce que je n’ai pas pu y avoir accĂšs, soit parce que je n’ai pas voulu l’avoir Ă  tout prix (y compris celui d’exploser mon compte en banque via des dĂ©gustations Ă  prix d’or) mais aussi encore car je ne veux pas cautionner une certaine spĂ©culation anticipatrice tant des producteurs que des consommateurs, d’oĂč l’absence par exemple de Karuizawa, Brora, ou Port Ellen officiels rĂ©cents (ce qui ne prĂ©juge en rien de leur qualitĂ©), ni mĂȘme Kavalan, qui pour l'instant (sur trois versions) ne m'a pas encore convaincu.

Dans le mĂȘme esprit, mĂȘme si j’ai le respect pour les mĂ©tiers du whisky en aval de celui-ci (comme le marketing), je me refuse d’utiliser des termes aussi abscons pour moi que « premium Â» ou « ultra-premium Â» et qui ne m’évoquent personnellement que du
jus d’orange industriel (car c'est sur ce genre de bouteilles que j'ai entendu le terme utilisĂ© pour la premiĂšre fois). Je n’ai pas pu attribuer faute de temps et de quantitĂ©s de dĂ©gustations suffisantes certains prix (je tenterais de me rattraper l’an prochain) comme celui de l’ Â« Innovateur de l’annĂ©e Â» ou du « Meilleur Blended-Whisky EuropĂ©en Â» (faute de concurrence suffisante aussi).

Par ailleurs, malgrĂ© tout le respect pour l'exigence de la dĂ©marche et le talent de celui-ci, par dĂ©ontologie, parce qu’il a parrainĂ© le lancement de mon site web, je n’inclurais pas cette annĂ©e dans cette liste un whisky en provenance de chez John Glaser (Compass Box), bien que j’ai aimĂ© plusieurs bouteilles sorties cette annĂ©e, mais je serais certainement amenĂ© Ă  en reparler sous formes de notes de dĂ©gustations, par exemple. Je ne primerais pas non plus la Tasmania distillery, pour qui j’ai pu effectuer de courtes missions d’ambassadeur au Whisky Live Paris. Cela ne veut pas dire que je n’en parlerais pas d’eux ici ou lĂ  (je ne pouvais pas dĂ©cemment censurer leur prĂ©sence Ă  ce salon en 2013, et cela ne m’a pas empĂȘchĂ© d’émettre des rĂ©serves ça ou lĂ  lorsque telle ou telle bouteille de ces sociĂ©tĂ©s ne me paraissait pas extraordinaire-voir le compte-rendu du Whisky Live Paris 2013).

En outre, ce classement non exhaustif n’a pas pu ĂȘtre Ă©tabli en faisant uniquement que des dĂ©gustations Ă  l’aveugle, mais certaines l’ont Ă©tĂ© (comme celle du « Meilleur Bourbon Whiskey de l’AnnĂ©e Â»). PrĂ©cisons Ă©galement que, parce que je suis Ă©galement un artiste (peintre), je me suis donnĂ© le droit de juger du conditionnement (ou « packaging Â») des whiskies, qui constitue un peu de la part du rĂȘve de ceux-ci, au positif (« Meilleur conditionnement de l’annĂ©e Â»), comme au nĂ©gatif (« Pire conditionnement de l’annĂ©e Â»), ce qui est rare, pour dirons nous marquer le coup sur certains abus.

J’espĂšre tout simplement, pour finir, que les plus ouverts d’entre vous y verront d’abord le reflet de mes goĂ»ts parmi les whiskies que j’ai pu dĂ©guster cette annĂ©e, des idĂ©es peut-ĂȘtre de cadeaux de derniĂšre minute, d’achats pour votre collection ou tout simplement d’idĂ©es de prochaines dĂ©gustations privĂ©es ou dans des salons, voire de supports de dĂ©bats entre amateurs.

J'en profite pour remercier ici les amis ou professionnels qui m'ont permis de dĂ©guster au calme quelques uns des merveilles primĂ©es ici (leur modestie et discrĂ©tion m'empĂȘche de les nommer, mais ils se reconnaĂźtront certainement).

 

A NOTER: La mention "H.C." parfois mentionnée aprÚs la note chiffrée signifie "Hors Catégorie", c'est à dire que l'on atteint avec ce whisky, par certains aspects, un niveau exceptionnel, qui confine à l'inclassable, au sublime...

 

WARNING/Foreword:

 

Here’s my first Prize List, the « Greg’s Whisky Guide Awards Â» of year 2013. I straight away have to warn the internet users that this shouldn’t be considered as the equivalent of other Awards such as Malt Maniacs ones, IWSC or Whisky Magazine’s World Whiskies Awards, all these being truly respectable competitions besides. You won’t find here overexpensive bottlings, either, because sometimes I was not able to have access to these, or because I didn’t want to try them at all costs, and then help the speculative spiral about them, that’s why I am sorry but you won’t find any Karuizawa or Brora or Port Ellen listed here (even if some of them are probably splendid whiskies). Besides, because I’m also an artist (painter), I have chosen to give two prizes on an artistic point of view this year, for the best (« Best packaging of the year Â») & for the worst (« Worst packaging of the year Â»), and thus maybe to give to some a signal about certain abuses.

Also, though I have some respect for all whisky businesses around whisky production, such as marketing, I refuse to use here such trendy & abstruse words as « premium Â», or « ultra-premium Â» that only evoke me some industrial orange juice where I heard for the first time these terms used. Because of a lack of time & sufficient tastings, I was not able this year to award some prizes such as « Pioneer of the Year Â» or « Best European Blended-whisky Â», but I hope to give these awards next year for instance.

Besides, nevertheless the respect for his genuine approach & undeniable talent, by business ethics (because he did support publicly my web site launch & approach), I won’t award this year whiskies created by John Glaser (from Compass Box), though I loved some of this year’s bottlings for sure
neither I will talk about the ones from Tasmania distillery, because I occasionally worked for him these last years, but don’t worry, I will review some of these guys excellent whiskies a.s.a.p. Also you can judge of my independancy reading the report about Whisky Live Paris 2013, where at some point I could have been critical as well with professionals I usually like the work. I really hope that the open-minded readers of this prize list will find here some subject of satisfaction, ideas for gifts, or for their own collection as well
or simply a  subject matter to debate about whisky.

And thanks to friends & professionals who helped me discover (and taste in good conditions !) some of the marvels listed & awarded here, I appreciate ! 

 

COMMENT: The letters "H.C." after a score mean "Hors Catégorie" in french, that you can translate by "B.C.", i.e.

"Beyond Any Category". It means that this whisky is exceptional, or, if you prefer, really "out of this world".

 

 

 

PRINCIPALES RECOMPENSES/TOUS PAYS :

(MAIN PRIZES/ALL COUNTRIES)

 

 

*Distillerie de l’ANNEE 2013 avec mention spĂ©ciale pour la

« MaĂźtrise parfaite de la maturation multiple Â» Ă  :

 

(Distillery of the Year 2013-Special Grade for « Multiple Maturation Perfect Mastery Â»)

 

AMRUT distillery

 

Amrut_Logo_small

 

 

 

  A NOTER: Meilleur Score obtenu pour un whisky de cette distillerie depuis quelques annĂ©es:

(Best Rate for an AMRUT bottling)  = 97/100 pour le "Portonova"

 

 

amrut_portonova_oct_2011_62.1

 Photo: Â© GrĂ©goire Sarafian

 

 

 

*Distillerie de la Décennie 2003-2013 avec mention spéciale pour

«  La plus haute qualitĂ© d’élaboration Â» :

 

(Distillery of the Year 2013-Special Grade for « The Highest Craft Quality & Constancy »)

 

YOICHI distillery

 

 

 

Yoichi_distillery_reduced

 La distillerie YOICHI, "so ...japanese!" Photo: Â© Hugh

 

*Prix SPECIAL de la Plus Belle Maturation de l’AnnĂ©e 2013 Ă  :

(Special Prize for the « Best Maturation of the Year 2013 Â») 

 

-KORNOG (GLANN AR MOR distillery) n.a.s. « Taouarc’h Eilvet 13 SC Â», maturation

en fûts de Sauternes (96/100).

 Erratum (28/12/13): NDLR : Sur une information de derniĂšre minute, il semble que cette bouteille soit le fruit d'une maturation intĂ©grale en fĂ»ts de Sauternes et non une double-maturation, donc je me vois contraint de changer le libellĂ© de mon Prix, qui fondamentalement ne change pas grand chose, dans la mesure ou c'est une splendide maturation et c'est cela que je voulais souligner.

 

Korrnog_sauternes_13SC_2013_46

 Photo : Â© GrĂ©goire Sarafian

 

*Prix SPECIAL du « Jeune MaĂźtre de la Tourbe de l’annĂ©e Â» 2013

(Special Prize for the « Young Peat Master of the Year Â» 2013)

 

-KILCHOMAN, pour trois belles mises en bouteille de l'année 2013 :

(KILCHOMAN, for three nice bottlings this year)

« Machir Bay Â», 46 % (91/100) - « 100 % ISLAY Â», 50 % (91/100) - « 2007 Â» Vintage 46 % (91/100)

 

Ex-aequo avec/Ex-aequo with:

 

-KORNOG (GLANN AR MOR distillery)

 

pour toute sa gamme tourbĂ©e nommĂ©e « Kornog Â».

(for all their Peated range called « Kornog Â»)

 

Meilleur BLENDED-WHISKY de l’annĂ©e 2013, catĂ©gorie « Tous Ages, Tous Pays Â» :

(Best All ages & All countries Blended-Whisky of the Year 2013)

 

-BALLANTINE’S 30 ans, 43 % (96/100)

 

 

Ballantines_30_ans_43

 

 

Meilleur BLENDED-MALT de l’annĂ©e 2013, catĂ©gorie « Tous Ages, Tous Pays Â» :

(Best All ages & All countries Blended-Malt Whisky of the Year 2013)

 

- NIKKA « Pure-Malt Â» 25 ans, 43 % (96+/100 & Hors CatĂ©gorie)

 

Nikka_Pure_malt_25_ans_43

 

 

Meilleur SINGLE-MALT de l’annĂ©e 2013, catĂ©gorie « Tous Ages, Tous Pays Â» :

(Best All ages & All countries Single-Malt whisky of the Year 2013)

 

-YOICHI officiel Vintage « 1988 Â» (2013-25 ans), American Virgin Oak Butt, « Heavily Peated Â»,

Single-Cask (Cask 100215) for La MdW, 62 % (97,5/100 & Hors catégorie)

 

Yoichi_1988_cask_100215_62

 

 

 

 Meilleur Non-Malt WHISKY Tous Pays de l’AnnĂ©e 2013

–le palmarùs inclue les Single-grains, Vatted-grains, Bourbons, Rye whiskeys


(Best All ages & All countries Non-Malt whisky of the Year 2013)

 

-PAPPY VAN WINKLE’S « FAMILY RESERVE Â» 23 ans, 47,8 % (95+/100 & Hors catĂ©gorie)

–Kentucky Straight Bourbon, USA

 

pappy_van_winkle_23_ans_47.8

 

Ex-aequo avec (Ex-aequo with):

 

-PORT DUNDAS 35 ans (1978-2013), emb. Douglas Laing, gamme « Director’s Cut Â»,

Single-Cask N°9729, C.S. 59,2 %

-Single-grain, Ecosse (95+/100 & Hors catégorie)

 

port_dundas_35_dl_directors_cut_59.2

 

 

  *Prix Ă  caractĂšre artistique : « Meilleur Conditionnement EsthĂ©tique de l’annĂ©e » 2013 :

(Artistic Prize : Best Packaging of the Year, 2013)

 

warrior series_hp_off

 

-HIGHLAND PARK « Warrior Series Â» (spĂ©cialement/especially : « Ragnvald Â»)

 

 

highland park_ragnvald_twecapture

(Le prix inclue la boßte en bois gravé)

 

*Prix Ă  caractĂšre anti-artistique (Prix Citron) : « Pire conditionnement de l’AnnĂ©e Â» 2013 :

(Anti-artistic Prize : Worst Packaging of the Year, 2013)

 

- GLEN SCOTIA 2013 conditionnement de la nouvelle gamme /new range packaging

 

glen_scotia_new_range_2013

(Mon respect pour l'internaute -et pour mes yeux- m'empĂȘche de mettre une photo plus grande, dĂ©solĂ©)

 

 

 

 

 

MEILLEUR GAIN (RAPPORT QUALITE/PRIX), Tous Pays :

(“Best Value for Money”-All Countries)

 

 

Prix du « Meilleur Rapport QUALITE-PRIX Â» (BLENDED-WHISKY) 2013 :

(Best Value for Money All countries Blended-Whisky of the Year 2013)

 

- NIKKA « From the Barrel Â», 51,4 % (95/100) -Japon

 

nikka_f.t.b._51.4

 

Prix du « Meilleur Rapport QUALITE-PRIX Â» (BLENDED-MALT) 2013 :

(Best Value for Money All countries Blended-Malt Whisky of the Year 2013)

 

-BLUE HANGER 9th Release (Berry Bros & Rudd), 45,6 % (91/100) -Ecosse

 

blue_hanger_bbr_9th_ed_2013

 

Prix du « Meilleur Rapport QUALITE-PRIX Â» (SINGLE-MALT) 2013 :

(Best Value for Money All countries Single-Malt Whisky of the Year 2013)

 

-KORNOG (GLANN AR MOR distillery) n.a.s. « Taouarc’h Eilvet 13 SC Â» , Maturation

en fûts de Sauternes (96/100) -France

 

korrnog_sauternes_2013_46

 

Pour information, parmi les autres single-malt whiskies pressentis pour ĂȘtre rĂ©compensĂ©s dans cette catĂ©gorie, suivaient de prĂšs l'AMRUT "Fusion", l'ABERLOUR Officiel 16 ans "Double-Cask Matured", le CAOL ILA Officiel 12 ans, le LAGAVULIN Officiel 16 ans (suivant les lots), l'ARRAN 14 ans Officiel, le GLENFIDDICH "Malt Master's Edition", le "SMOKIN ISLAY" du nĂ©gociant BLACKADDER, etc...la liste est longue. Vous trouverez certains de ces whiskies dans la LISTE THEMATIQUE proposĂ©e dans le menu haut, premier onglet...

 

 

 

 AUTRES PRIX, PAR PAYS, PROVINCE ou REGION DU MONDE:

 

 

 

WHISKIES ECOSSAIS:

 

 

 

 drapeau_ecossais

 

 

Meilleur BLENDED-WHISKY Ecossais, catĂ©gorie « sans mention d’ñge jeune » 2013 :

(Best Scottish no age statement young Blended-whisky of the Year 2013)

 

-The NAKED GROUSE, 40 % (91/100)

 

Meilleur BLENDED-WHISKY Ecossais, catĂ©gorie « sans mention d’ñge mais ĂągĂ© » 2013 :

(Best Scottish no age statement but old Blended-whisky of the Year 2013)

 

-DEWAR’S « Signature Â», 40 % (96 & H.C./100)

 

Meilleur BLENDED-WHISKY Ecossais, catĂ©gorie « 12 ans d’ñge Â» 2013 :

(Best Scottish 12 years old Blended-whisky of the Year 2013)

 

-DEWAR’S 12 ans « Special Reserve Â», 40 % (93/100)

 

Meilleur BLENDED-WHISKY Ecossais, catĂ©gorie « 18 Ă  30 ans d’ñge » 2013 :

(Best Scottish 18 to 30 years old Blended-whisky of the Year 2013)

MĂ©daille d’Or  (Gold Medal) :

 

1-BALLANTINE’S 30 ans, 43 % (96/100)

 

MĂ©daille d’Argent  (Silver Medal) :

2-CUTTY SARK 25 ans, 45 % (92+/100)

 

MĂ©daille de Bronze (Bronze Medal) :

3-GRANT’S 25 ans, 40 % (92/100)

 

Meilleur BLENDED-MALT Ecossais, catĂ©gorie « tous Ăąges et sans mention d’ñge Â», 2013 :

(Best Scottish all ages Blended-malt whisky of the Year 2013)

 

-BLUE HANGER 9th Release (Berry Bros & Rudd), 45,6 % (91/100)

 

Meilleur SINGLE-MALT Ecossais, CatĂ©gorie « Sans mention d’ñge mais jeune » 2013 :

(Best Scottish no age statement but young Single-malt whisky of the Year 2013)

MĂ©daille d’Or  (Gold Medal) :
 

1-ABERLOUR Officiel « A Bunad’h Â», Batch N°46/2013, 60,4 % (94/100)

 

MĂ©daille d’Argent  (Silver Medal) :

2-DAILUAINE 2000 (12 ans) emb. Silver Seal, Single-Cask (N° 9201), C.S., 56,2 % (93/100)*

(= info de derniÚre minute, il y a bien mention d'ùge, je ne l'avais pas vu, mais c'est trop tard pour refaire la liste, désolé)

 

MĂ©daille de Bronze (Bronze Medal) :

3-BEN NEVIS Officiel « Traditional Â» (Peated), 2013, 46 % (92,5/100)

 

Meilleur SINGLE-MALT Ecossais, CatĂ©gorie « Sans mention d’ñge mais ĂągĂ© » 2013 :

(Best Scottish no age statement but old Single-malt whisky of the Year 2013)

 

-The BALVENIE Officiel « TUN 1401 Â» Batch 8, 50,2 %  (95/100)

 

Meilleur SINGLE-MALT Ecossais, CatĂ©gorie « 10 Ă  16 ans  Â» 2013 

(Best Scottish 10 to 16 years old Single-malt whisky of the Year 2013)

MĂ©daille d’Or  (Gold Medal):

 

 1-BEN NEVIS Officiel millĂ©simĂ© “1998” (bottled 2013-15 ans), Single-Cask N°586,

(P.X. Sherry cask for la MdW), C.S. 54,5 % (95/100)

 

MĂ©daille d’Argent  (Silver Medal):

2-BOWMORE millĂ©simĂ© « 2000 Â» (13 ans) emb SIGNATORY VINTAGE

for« Whisky Live Paris 10th Anniversary Â», C.S. 54,1 % (93/100)

 

MĂ©daille de Bronze (Bronze Medal):

3-ARRAN Officiel 16 ans (Ă©tiqu. 17) « Private Cask Â» (sherry) vintage « 1996 Â»

for la MdW, C.S. 57,2 % (92/100)

 

Meilleur SINGLE-MALT Ecossais, catĂ©gorie « 17 Ă  25 ans Â»  de l’annĂ©e 2013 :

(Best Scottish 17 to 25 years old Single-malt whisky of the Year 2013)

 MĂ©daille d’Or  (Gold Medal) :

 

1-TALISKER Officiel 18 ans, 45,8 % (95-97/100, voire HC, suivant les lots)

 

MĂ©daille d’Argent  (Silver Medal) :

 

2-BEN NEVIS Officiel 29 ans (1984-2013), S.C. N°98/35/14, Oloroso Sherry cask

for la MdW, 55 % (94/100)

 

MĂ©daille de Bronze (Bronze Medal) :

 

3-BOWMORE Officiel 23 ans (1989-2013) and « Port Cask Matured Â», 50.8 % (92,5/100)

 

Ex-aequo avec /ex-aequo with

 

3-HIGHLAND PARK Officiel 21 ans (ex-Global Travel Retail edition), 2012/2013,

47,5 % (92,5/100)

 

 

Mentions spĂ©ciales pour la « Pertinence de la sĂ©lection de fĂ»ts Â» (maison de nĂ©goce) :

(Special prizes for « Great Indie Bottling Cask Selection for year 2013 Â»)

 

MĂ©daille d’Or  (Gold Medal) :

 

1-PORT DUNDAS 35 ans (1978-2013), emb. Douglas Laing, gamme « Director’s Cut Â»,

S.C. N°9729, C.S. 59,2 % -Single-grain, Ecosse (95/100 & H.C.)

 

MĂ©daille d’Argent  (Silver Medal) :

 

2-CAOL ILA 18 ans (distillé en 1994), emb. Douglas Laing, gamme O.M.C., 50 % (92,5/100)

 

MĂ©daille de Bronze (Bronze Medal) :

 

3-BLADNOCH 22 ans (distillé en 1991), emb. Pure Spirit, 47,8 % (Note estimée provisoirement

Ă  92,5/100)

 

Meilleur SINGLE-MALT Ecossais, catĂ©gorie « de plus de 25 ans Â»  de l’annĂ©e 2013 :

(Best Scottish more than 25 years old Single-malt whisky of the Year 2013)

 

-BEN NEVIS  Officiel millĂ©simĂ© « 1984 Â» (bottled 2013-29 ans), Single-Cask N°98/35/14,

(Oloroso Sherry Cask), C.S. 55 % (94/100)

 

Prix du « SINGLE-MALT Ecossais le plus GOURMAND de l’annĂ©e Â» 2013 (S.C. ou non) :

(Best Scottish "Gourmet Single-Malt whisky of the Year 2013")

 

-BEN NEVIS Officiel millĂ©simĂ© “1998” (bottled 2013-15 ans), Single-Cask N°586,

(P.X. Sherry cask for la MdW), C.S. 54,5 % (95/100)

 

Meilleur SINGLE-GRAIN Ecossais, tous Ăąges,  de l’annĂ©e 2013 :

(Best Scottish Single-Grain whisky of the Year 2013-All ages) 

 

-PORT DUNDAS 35 ans (1978-2013), emb. Douglas Laing, gamme « Director’s Cut Â»,

Single-Cask N°9729, C.S. 59,2 % -Single-grain, Ecosse (95+/100 & H.C.)

 

 

 

 

WHISKEYS D'IRLANDE (S):

 

 

 

drapeau_RĂ©publique_d_Irlande_comp          drapeau_irlande_du_nord

 

 

 

 

Meilleur BLENDED-WHISKEY Irlandais, catĂ©gorie « sans mention d’ñge » de tous types pour l’annĂ©e 2013 :

(Best Irish no age statement Blended-Whiskey of all kind, for the Year 2013)

 

-BUSHMILLS « 1608 Â» , 40 % (93-95/100)

 

 

Meilleur BLENDED-WHISKEY Irlandais, catĂ©gorie « 10 Ă  16 ans Â» 2013 :

(Best Irish 10 to 16 years old Blended-Whiskey of the Year 2013)

 

-RED BREAST 12 ans (Midleton distillery), 40 % (92/100)

 

 

Meilleur BLENDED-WHISKEY Irlandais, catĂ©gorie « Plus de 16 ans Â» 2013 :

 (Best Irish More than 16 years old Blended-Whiskey of the Year 2013)

 

-JAMESON 18 ans, (Midleton distillery), 40 % (97/100)

 

Meilleur PURE-POT STILL BLENDED-WHISKEY Irlandais 2013 :

(Best Irish Pure Pot Still Blended-Whiskey of the Year 2013)

 

-RED BREAST 21 ans (Midleton distillery), 1st Edition, 46 % (93/100)

 

 

Meilleur SINGLE-MALT Irlandais de l’annĂ©e 2013, CatĂ©gorie « Moins de 18 ans » :

(Best Irish Less than 18 years old Single-Malt Whiskey of the Year 2013)

 

-CONNEMARA « Cask Strength Â», 57,9 % (95/100)

 

 

 

WHISKIES DES ETATS-UNIS D'AMERIQUE:

 

 

 

drapeau_usa

 

 

 

 

Meilleur « Straight BOURBON Whiskey Â» de l’AnnĂ©e 2013 (Tous Ăąges):

(Best Straight Bourbon Whiskey of the Year 2013-All ages, U.S.A.) 

 

MĂ©daille d’Or  (Gold Medal) :

 

-PAPPY VAN WINKLE’S « FAMILY RESERVE Â» (Buffalo Trace distillery),23 ans, 47,8 %

(95/100 & Hors catégorie)

 

*MENTIONS SPÉCIALES (Special Prizes for) :

 

MĂ©daille d’Argent  (Silver Medal) :

2-BLANTON’S (Buffalo Trace distillery) n.a.s « GOLD EDITION Â», 51.5 (94/100)

 

MĂ©daille de Bronze et Prix SpĂ©cial pour « Le Bourbon Whiskey le plus doux et le plus sexy de l’annĂ©e Â» 2013 :

(Bronze Medal & Special Prize for the "Smoothiest & Sexiest U.S. Bourbon Whiskey of the Year »-U.S.A.):

 

3- FOUR ROSES n.a.s. « Small Batch Â», 45 % (92/100)

 

Meilleur « Straight RYE Whiskey Â» de l’AnnĂ©e 2013 (tous Ăąges) :

(Best Straight Rye Whiskey of the Year 2013-All ages, U.S.A.) 

 

-SAZERAC 18 ans (Buffalo Trace distillery), Kentucky Straight Rye Whiskey, 45 % (92,5/100)

 

 

WHISKIES DU JAPON:

 

drapeau_du_japon

 

 

Meilleur BLENDED-WHISKY Japonais, catĂ©gorie « sans mention d’ñge » 2013

(Best Japanese no age statement Blended-whisky of the Year 2013)

 

-NIKKA « BLENDED-WHISKY Â», 40 % (90/100)

 

Meilleur BLENDED-WHISKY Japonais, catĂ©gorie « de 12 Ă  25 ans d’ñge Â» 2013 : 

(Best Japanese 12 to 25 years old Blended-whisky of the Year 2013)

 

-SUNTORY « HIBIKI Â» 17 ans, 43 %

 

Meilleur BLENDED-MALT Japonais, catĂ©gorie « sans mention d’ñge », 2013 :

(Best Japanese No Age Statement Blended-Malt whisky of the Year 2013)

 

- NIKKA « Pure-Malt Â» (RED), 43 % (95/100)

 

*Meilleur BLENDED-MALT Japonais, catĂ©gorie « de 12 Ă  25 ans d’ñge Â», 2013 :

(Best Japanese 12 to 25 years old Blended-Malt whisky of the Year 2013)

 

- NIKKA « Pure-Malt Â» 25 ans, 43 % (96+/100 & Hors CatĂ©gorie)

 

Meilleur SINGLE-MALT Japonais, CatĂ©gorie « Sans mention d’ñge » 2013 :

(Best Japanese no age statement Single-Malt whisky of the Year 2013)

 

-CHICHIBU « Chidibaru: The Original Quarter Cask Â» (2009-2013), 53,4 % (92/100)

 

Meilleur SINGLE-MALT Japonais, CatĂ©gorie « de 10 Ă  16 ans  Â» 2013 :

(Best Japanese 10 to 16 years old Single-Malt whisky of the Year 2013)

 

-YOICHI officiel 15 ans, 45 % (93/100)

 

Meilleur SINGLE-MALT Japonais, catĂ©gorie « de 17 Ă  30 ans Â»  de l’annĂ©e 2013 :

(Best Japanese 17 to 30 years old Single-Malt whisky of the Year 2013)

 

-YOICHI officiel Vintage « 1988 Â» (2013-25 ans), American Virgin Oak Cask, « Heavily Peated Â»,

Single-Cask for La MdW (Cask 100215), 62 % (97,5-HC)

 

Meilleur Whisky Japonais Ă  Ă©laboration spĂ©ciale, catĂ©gorie « sans mention d'Ăąge »  de l’annĂ©e 2013 :

(Best « Special Process Â» no age statement Japanese Whisky of the Year 2013)

 

- NIKKA « COFFEY-MALT Â» (1998-2013) S.C. N° 100645 (Recharred Hogshead), 57 % (93,5/100)

 

 

WHISKIES D'AUTRES PAYS D'EUROPE:

 

drapeau_union_europeenne

 

 

Meilleur SINGLE-MALT d’Autres Pays d’Europe de l’annĂ©e 2013, CatĂ©gorie « Tous Ages »

(Best Other European Countries All ages Single-Malt whisky of the Year 2013)

 

PENDERYN Â« Sherry Cask », 46 % (91,5/100)-Pays de Galles (Wales)

 

Prix SpĂ©cial pour « Le Whisky EuropĂ©en le plus doux et le plus sexy de l’annĂ©e Â» 2013 :

Special Prize for the « Smoothiest & Sexiest European Whisky of the Year Â»:

 

-MACKMYRA “BRUKS Whisky ” (SINGLE-MALT), 41, 4 % (estimation  Ă  90+/100)

-SuĂšde (Sweden)

 

WHISKIES DE FRANCE:

 

drapeau_france

 

Meilleur BLENDED-WHISKY Français de l’annĂ©e 2013, catĂ©gorie « Tous Ages Â» :

(Best French All ages Blended-whisky of the Year 2013)

 

- BREIZH Whisky, Warenghem distillerie, 42 %

 

Meilleur SINGLE-MALT de l’annĂ©e 2013, CatĂ©gorie « Tous Ages » :

(Best French All ages Single-Malt whisky of the Year 2013)

 

-KORNOG (GLANN AR MOR distillery) n.a.s. « Taouarc’h Eilvet 13 SC Â»,

maturation en fûts de Sauternes (96/100).

 

 

 

WHISKIES DU RESTE DU MONDE:

 

 

drapeau_inde

 

 

 

(Que les autres nations ne s'offusquent pas, comme il n'y a qu'un whisky primé cette année,

j'ai mis directement le drapeau du pays concerné par la récompense)

 

 

 

Meilleur SINGLE-MALT « du Reste du Monde Â», Tous Ăąges, de l'AnnĂ©e 2013 :

 (Best Rest of the World All ages Single-Malt Whisky of the Year 2013)

 

-AMRUT « HERALD Â» (Matured in India & Germany), SC. N°3030, C.S. 58.4 % (94,5/100)

 

 

 

 

Salon du Whisky de Nicolas JulhĂšs


La cave & Ă©picerie Nicolas JulhĂšs tenait l'Ă©dition d’hiver de son SALON du WHISKY le samedi 7 dĂ©cembre au siĂšge, 54-58, rue du faubourg St Denis, Paris 10 Ăšme (l’enseigne possĂšde en effet trois boutiques dans Paris).

Bien qu’on ne prĂ©sente plus cette maison ancienne et familiale, et parce que j’ai dĂ©jĂ  Ă©voquĂ© ici ou lĂ  (et mĂȘme sur ce site-voir la rubrique « Bonnes Adresses Â»), je le ferais trĂšs briĂšvement en rappelant qu’elle propose deux fois par an un Salon du whisky gratuit et des dĂ©gustations du whisky thĂ©matiques ponctuelles tout au long de l’annĂ©e. Le salon est ouvert aux nĂ©ophytes comme aux amateurs de whiskies ou d’autres spiritueux, il a lieu dans une piĂšce dĂ©diĂ©e, en tout cas le temps du salon, qui est une annexe de l’épicerie.

Pour en savoir plus: http://www.julhesparis.fr/

 

 

Facade_cave_Nicolas_Julhes

La facade de la cave principale de Nicolas JulhĂšs, entre deux passants !

 

J’ai aimĂ©:

Comme d’habitude le contact direct avec soit des producteurs soit des ambassadeurs de marques plutĂŽt compĂ©tents (le plus souvent), les possibilitĂ©s de dĂ©gustation (gratuites), et les promotions parfois proposĂ©es durant le salon ou souvent proposĂ©es en boutique durant quelques semaines autour du salon. Des dialogues parfois improbables entre connaisseurs avertis presque blasĂ©s (on l’espĂšre pas trop tout de mĂȘme) et nĂ©ophytes enthousiastes sur les stands (quelqu’un se reconnaĂźtra sans doute dans cette catĂ©gorie-spĂ©ciale dĂ©dicace Ă  A. !). Finalement, l'idĂ©e, au dĂ©part provocatrice,i ly a quelques annĂ©es, d'ajouter aux exposants whisky un stand prĂ©sentant un autre spiritueux devient de plus en plus pertinente (en tout cas tant que l'on reste sur le vieillissement en fĂ»ts de chĂȘne), au fil des annĂ©es, et cette annĂ©e encore elle le fut, avec un joli stand d'Armagnac Ă©voquant par ses notes de pruneaux et de rancio de beaux sherry casks de... whisky.

Je n’ai pas aimĂ©:

Peut ĂȘtre encore plus que d’habitude la trop petite taille du lieu (et le manque d’amĂ©nagements question circulation d’air
et des personnes) par rapport Ă  son audience. Le salon est victime de son succĂšs doublement
d’abord par les habituĂ©s (dont je suis), puis par les nouveaux venus attirĂ©s par le bouche Ă  oreille ou le buzz sur internet
et Ă©videmment la gratuitĂ©. De plus, Ă  l'arrivĂ©e sur le salon, pour prendre un verre de dĂ©gustation, il fallait se rendre (ou plutĂŽt se frayer un chemin) jusqu'au fond de la piĂšce (dĂ©ja bondĂ©e Ă  15h), vraiment pas trĂšs logique. Il faudrait tout de mĂȘme rĂ©flĂ©chir Ă  l’avenir Ă  des changements, Ă©tudier la possibilitĂ© de dĂ©cloisonner les fenĂȘtres, de faire une vĂ©randa avec aĂ©rations qui prolongerait le salon sur la cour, peut ĂȘtre faire payer aux visiteurs juste quelques euros symboliques, que sais-je ? Bref, donner plus de place d'un cĂŽtĂ©, mais aussi rĂ©guler et faciliter les circulations de l'autre. Par voie de consĂ©quence aussi, les whiskies servis Ă©taient sans doute trop chauds pour ĂȘtre vraiment apprĂ©ciĂ©s Ă  leur juste valeur, et c'est dommage (mĂȘme si cela arrive aussi dans d'autres salons, Ă©videmment). Enfin, c'est juste mon avis.

Je n’ai pas pu visiter :

Le stand de la maison Dugas, importatrice notamment des single-malts SPRINGBANK, ainsi qu’entre autres, celui des whiskies Ă  dĂ©guster Ă  l’aveugle (une expĂ©rience proposĂ©e par l’organisateur), le stand JAMESON (ou il me semblait qu'on y faisait surtout des cocktails?), etc...

 

 

busy_day_salon_n._juhles_07.12.13

Un aperçu de l'affluence (peut ĂȘtre record?) au Salon Nicolas JulhĂšs (lĂ  encore difficile de prendre une photo).

 

EN MARGE DU WHISKY:

En marge du Salon du Whisky, Nicolas JulhĂšs, comme Ă  son habitude, a tenu Ă  prĂ©senter un stand "non-whisky", et lĂ  en l’occurrence consacrĂ© Ă  l’Armagnac, avec une approche 100 % artisanale reprĂ©sentĂ©e par le Domaine Aurensan, et par Caroline RozĂšs: Un petit coup de chapeau d’abord pour leur revendication artisanale, symbolisĂ©e par le slogan indiquĂ©  sur la bouteille (un peu, cĂŽtĂ© whisky,  Ă  la maniĂšre de Compass Box ou Bruichladdich), l’application des « trois 0 Â» (0 rĂ©duction, 0 sucre, 0 colorant). Cela n’est pas courant, ni dans l’Armagnac, ni dans le Cognac. Une dĂ©marche d’authenticitĂ© Ă  saluer, proche de celle de Grosperrin/La Gabare (Cognacs de collection).

En dĂ©gustation chez eux :

D’abord un 20 ans d’ñge (lot N°8 Ă  43,6 %) : Un Armagnac au nez aussi beau qu’un Sherry cask (lire...single-malt whisky), une bouche trĂšs gourmande sur les fruits mĂ»rs, pruneau en tĂȘte et joli rancio (estimĂ© Ă  18/20), puis un 30 ans (lot N° 17 Ă  41 %, mis en bouteille en 2012) avec un nez trĂšs fin, une bouche proche de la prĂ©cĂ©dente avec une petite note de noix en plus, un rancio plus prononcĂ© et avec plus de profondeur cĂŽtĂ© boisĂ© et fruitĂ© (estimĂ© Ă  18,5/20). Ensuite un millĂ©sime « 1975 Â» (lot N°50 Ă  41,9 %) un peu plus marquĂ© par des notes de solvant (terme non pĂ©joratif et gĂ©nĂ©rique sur certains types de notes) mais aussi par de belles notes de fruits exotiques, d’orange, d’abricot et divers fruits confits, superbe (estimĂ© Ă  18,5/20). Enfin, deux millĂ©simes d’un autre domaine (Leberon) de la mĂȘme marque, un millĂ©sime « 1989 Â» (lot N°9 Ă  45,6 %), complexe, fruitĂ©, boisĂ© (joli rancio lĂ  encore), mais assez sec et ferme en bouche. D’une belle Ă©lĂ©gance, je l’ai estimĂ© Ă  18,5/20. Dernier de la dĂ©gustation, le millĂ©sime « 1986 Â» (lot N° 8 Ă  45,4 %) lui est davantage marquĂ© par des notes de solvant, plus sec encore et plus classique paradoxalement. Estimation Ă  17,75/20. Une maison Ă  suivre, assurĂ©ment.

 

 

Armagnacs_Domaine_Aurensan_chez_Julhes

Quatre des cinq Armagnacs qui étaient proposés à la dégustation.

 

 

LES PRINCIPAUX STANDS DE WHISKY:

 

-ARDBEG/GLENMORANGIE: Pas de nouveautĂ©, mais la confirmation (heureuse) que le « Corryvreckan Â» d’ARDBEG n’est pas abandonnĂ© comme des rumeurs le laissaient entendre. Par contre, je ne sais si c’était dĂ» Ă  la chaleur, mais le GLENMORANGIE « Signet Â», habituellement grandiose, s’est avĂ©rĂ© lĂ  Ă©pouvantablement boisĂ© (bois neuf), quasi-imbuvable, Ă©trange.

-The BALVENIE: La distillerie artisanale proposait, entre autres, les nouveaux plutĂŽt doux et classiques « Triple-Cask Â» 12 et 16 ans (j’ai prĂ©fĂ©rĂ© le second, avec son joli fruitĂ© acidulĂ©), destinĂ©s au marchĂ© duty-free, le sĂ©ducteur mais unidimensionnel 12 ans d’ñge « First Fill Â» (Single-Barrel) Ă  47,8 %. Je ne sais plus s’ils proposaient le nouveau 17 ans « Double-Wood Â», de qualitĂ©, en tout cas je le recommande. Mais c’est bien le souvenir du splendide « Tun 1401 » (batch 8) dĂ©gustĂ© au live qui survole tout Ă  mon sens chez eux en ce moment.

-GLENFIDDICH: Rien de nouveau, mais deux belles bouteilles en dĂ©gustation, le trĂšs Ă©quilibrĂ© et financiĂšrement accessible « Malt Master’s Edition Â» que je recommande chaudement et le prestigieux 30 ans d’ñge (pas testĂ© le dernier batch).

-The GLENLIVET: La distillerie proposait de dĂ©guster les 3 versions expĂ©rimentales –toutes sans mention d’ñge, non filtrĂ©es Ă  froid et Ă  48,7 %- prĂ©ludant Ă  la nouvelle version sans compte d’ñge Ă  venir en 2014 (voir reportage ci-aprĂšs-en bref personnellement j’ai votĂ© pour la version « Revival Â»), et le classique 18 ans. Je n'ai rien dĂ©gustĂ© lĂ  car je connaissais toutes les versions prĂ©sentĂ©es.

-HUDSON: La micro-distillerie de l’Etat de New York poursuit son bonhomme de chemin avec notamment son « Manhattan Rye Â» trĂšs efficace en cocktail (proposĂ© sur le stand) ou son « Baby Bourbon Â» gourmand. Le gros bĂ©mol toujours, mĂȘme si la qualitĂ© est lĂ , c'est le rapport entre son prix Ă©levĂ© (plus de 60 €) et la bouteille de capacitĂ© de 35 cl seulement.

-ISLE OF JURA: Pour rĂ©sumer, un 10 ans « Legacy Â» lĂ©ger, mais trĂšs Ă©lĂ©gant et parfumĂ©, un 12 ans « Elixir Â» trop caramĂ©lisĂ©, un « Prophecy Â» tourbĂ© et enfin bien Ă©quilibrĂ©, un 21 ans non testĂ© cette fois, et un 30 ans d’ñge que j’estime (2 Ăšme dĂ©gustation) toujours trop vineux Ă  mon goĂ»t, mince de corps, avec un dĂ©sagrĂ©able nez fermier, pas mauvais et pas trop Ă  mon goĂ»t, mais je pense de loin en dessous du 40 ans d’il y a quelques annĂ©es.

 

Facade_Bout_54_Nicolas_Julhes_vitrine_Jura

La partie whisky de la vitrine de la boutique avec une séléction de whiskies dont des Isle of Jura.

 

 

-JAMESON: LĂ  la tendance sur le stand Ă©tait plus pour les cocktails
.Ă  partir de l’entrĂ©e de gamme dont c’est Ă  mon sens le meilleur usage. Par ailleurs, pour ceux qui ne connaissent pas encore, foncez sur le 18 ans d’ñge (chef d’Ɠuvre) et pour un moindre budget les trĂšs doux et fins « Gold Reserve Â» ou « Select Reserve Â».

-LAPHROAIG: Hormis le classique 10 ans d’ñge (bien tourbĂ©, mais un peu rude), le stand proposait, entre autres, le « Triple-Wood Â» (affinage sherry) qui ne me convainc toujours pas, et le « Quarter Cask Â» qui se porte trĂšs bien en 2013 (c’est celui que je recommande dans les prix raisonnables), modĂ©rĂ©ment tourbĂ© et Ă©quilibrĂ©.

-NIKKA: J’y reviendrais par ailleurs (Ă©tant donnĂ© leurs trĂšs belles nouveautĂ©s haut de gamme de l’annĂ©e) mais le groupe japonais se porte mieux que jamais, ici avec des rĂ©fĂ©rences raisonnables en prix et en Ăąge, tant en blended-whiskies qu’en « Pure-Malt Â» (blended-malts) ou en single-malts jeunes (les MIYAGIKYO et YOICHI « Non-Age Â» ou 10 ans d’ñge sont de bonnes introductions Ă  la gamme et aux whiskies japonais en gĂ©nĂ©ral).

-SUNTORY: L’autre grand groupe producteur de whiskies japonais prĂ©sentait lui aussi (hormis le classique blend « Hibiki Â») des versions sans mention d’ñge (signe des temps), dont la version « Puncheon Â» (toutes un peu chĂšres Ă  mon goĂ»t). CĂŽtĂ© single-malts, au-delĂ  du stand/salon, recommandons pour dĂ©couvrir la marque sans grands frais les assez diffĂ©rents HAKUSHU 12 ans (lĂ©gĂšrement fumĂ© et herbacĂ©) et YAMAZAKI 12 ans (trĂšs fruitĂ© –fruits au sirop-et floral).

 

intérieur_cave_Nicolas_Julhes_1

Une vue de la cave Ă  spiritueux non loin de la piĂšce ou se tenait le salon.

 

*Stand Maison DUGAS:

Un stand qui proposait notamment un single-malt de la distillerie SPRINGBANK. Rien pu dĂ©guster cette fois-ci. Mais je connais assez bien les productions de cette distillerie que j’apprĂ©cie. Pour ceux qui ne connaissent pas, je conseille la version « C.V. Â» qui est une bonne introduction Ă  la gamme rĂ©guliĂšre, quasiment non tourbĂ©e et assez minĂ©rale (ou en LONGROW, sa version tourbĂ©e, excellente).

*Stand MAISON DU WHISKY:

Difficilement accessible Ă  l’heure ou je souhaitais m’y rendre tellement il y avait de l’affluence (mais ce n’est pas de leur fait), je n’ai pas pu voir ni dĂ©guster toute l’offre, comportant notamment deux KILCHOMAN (dĂ©jĂ  dĂ©gustĂ©s au Whisky Live), une mise en bouteille de nĂ©goce de Gordon & MacPhail (un LEDAIG je crois-non testĂ©) et deux Signatory Vintage, dont un BUNNAHABHAIN jeune (2002-2013, de 11 ans d’ñge, fĂ»t N°421 Ă  56,8 %) dans la « Cask Strength Collection Â» (issu d’un Sherry Butt) que j'ai pu heureusement dĂ©guster et qui s’est avĂ©rĂ© trĂšs abordable sans ajout d’eau, fruitĂ©, honnĂȘte, d’une belle rondeur et assez fin.

 

*Stand de dĂ©gustation Ă  l’aveugle (Nicolas JulhĂšs):

Une expĂ©rience sur quatre flacons que je n’ai pas eu le temps de tester
.bluffante selon plusieurs visiteurs. "Next time, maybe?".

 

*Stand du négociant Stewart LAING:

Suite Ă  la scission avec son frĂšre Fred, Stewart LAING a rĂ©cupĂ©rĂ© de son cĂŽtĂ© la gamme « The Old Malt Cask Â» (des single-casks rĂ©duits Ă  50 % le plus souvent), dans laquelle Ă©taient prĂ©sentĂ©s un fin mais un peu Ă©teint LAPHROAIG 8 ans mais aussi un splendide CAOL ILA 18 ans (d’une majestueuse finesse et complexitĂ© supĂ©rieure Ă  la version officielle). L’autre gamme prĂ©sentĂ©e, « Douglas of Drumlarig Â» proposait des versions rĂ©duites Ă  46 % de single-malts de diffĂ©rentes rĂ©gions, mais ici presque toutes du Speyside. Citons ici un joli GLENCADAM 8 ans (2004) marquĂ© par les esters, un MORTLACH 14 ans (1998) atypique assez fin, un BENRINNES 12 ans (2002) sur des notes de sherry dĂ©licates, enfin un BALMENACH 10 ans trĂšs bien Ă©quilibrĂ© et assez fumĂ©. A suivre...

 

*Stand du site internet commercial « PURE SPIRIT »:

Autre nouveau stand chez JulhĂšs, celui de RĂ©gis, amateur averti du whisky que les forumeurs connaissent bien, qui proposait une sĂ©lection de single-casks issus de fĂ»ts proposĂ©s Ă  celui-ci par divers nĂ©gociants. Une sĂ©lection ici (je veux dire pour ce Salon) entiĂšrement basĂ©e sur des single-malts issus de fĂ»ts ayant contenu du Bourbon, pour des distilleries plutĂŽt connues (en tout cas pour 2/3 d’entre elles) pour utiliser le plus souvent des fĂ»ts de Sherry (comme par exemple BEN NEVIS). Trois sĂ©lections de qualitĂ©, je dois dire, avec notamment un trĂšs sĂ©duisant, peu Ă©picĂ©, modĂ©rĂ©ment citronnĂ©, non acide et crĂ©meux BLADNOCH 22 ans (1991 Ă  47,8 %) comme on en voit rarement (mon prĂ©fĂ©rĂ© du stand), puis un BEN NEVIS 17 ans (1996 Ă  51 ,6 %) veloutĂ©, sur les fruits au sirop et des herbes de montagne, Ă©tonnant, pour finir enfin sur un bien complexe GLEN KEITH 20 ans (1993 Ă  51,8 %) sur les fruits mĂ»rs de tout ordre, de thĂ©, de laurier, d’herbes et de paraffine, entre autres notes. Un single-malt Ă  l’ancienne comme on les aime. A suivre Ă©galement...

 

 

Le_stand_Pure_Spirit_au_Salon_Julhes_2013

Le stand Pure Spirit, un nouveau venu sur la scÚne du whisky, ou la qualité était au rendez-vous.

 

CONCLUSION:

Le lieu et surtout l’évĂ©nement gardent tout leur intĂ©rĂȘt, c'est sĂ»r (et j'y vais et j'en parle assez souvent pour ne pas ĂȘtre jugĂ© de visiteur ingrat), mais cela devient difficile d’apprĂ©cier les whiskies dans un tel contexte, surtout cette fois-ci je trouve, aussi peut ĂȘtre faudrait il repenser Ă  des alternatives qui ne soient pas trop restrictives tout de mĂȘme pour l’esprit que Nicolas JulhĂšs a toujours souhaitĂ© ĂȘtre celui de ces rencontres, c’est-Ă -dire accessible et dĂ©mocratique, pas facile. CĂŽtĂ© whiskies, quelques belles surprises cĂŽtĂ© nĂ©goce, mais un manque d’audace (dans le bon sens du terme, attention !) manifeste de la part de plusieurs distilleries officielles, certaines se reposant un peu trop sur leurs lauriers (certes parfois superbes), d’autres surfant sur la vague devenue presque obligatoire des versions sans compte d’ñge
.Un regret, enfin, pas de distillerie française. Qui aime bien chĂątie bien ! 

 

Grégoire Sarafian, le 14/12/2013

 

Photos (dont je m’excuse par avance de la faible qualitĂ©, Ă©tant donnĂ© les conditions difficiles...) par votre serviteur.

 

______________________________________________________________________________________________________________

Soirée Dégustation de COGNACS Domaines Abécassis

 

Un article consacré, une fois n'est pas coutume, au COGNAC, et en particulier à une Soirée privée de Dégustation de COGNACS des Domaines Francis Abécassis, soirée qui s'est tenue à la Brasserie Flottes à Paris, le 04/12/2013:

 

AVANT-PROPOS:

Oui, il s’agit de Cognac, pas de whisky ! Du vin distillĂ©, pas de la cĂ©rĂ©ale. Les points communs cependant ? Le type d’alambics, Ă  peu de choses prĂšs, et la maturation en fĂ»ts de chĂȘne. Dans un des onglets du site (menu haut) nommĂ© « En marge Â», Ă  la rubrique du site nommĂ©e « Autres Spiritueux Â», j’ai exprimĂ© dĂšs le dĂ©part mon souhait de traiter, de temps Ă  autre, de « spiritueux susceptibles d’intĂ©resser les amateurs de whisky Â», principalement des alcools vieillis en fĂ»ts. Je considĂšre toujours aujourd'hui qu’au-delĂ  des diffĂ©rences (Ă©videntes ou non) entre ces spiritueux, ce choix est toujours pertinent, et que les amateurs de whiskies, en tout cas les plus ouverts, pourraient trouver leur compte dans cette dĂ©couverte.

 

 

 bandeau1esprit-fr.

 

LA SOIREE :

L’équipe de la maison ABECASSIS (dĂ©sormais menĂ©e par Elodie, la fille de Francis AbĂ©cassis, le fondateur de cette sociĂ©tĂ©) prĂ©sentait 5 produits, dont 4 Cognacs et 1 Vodka produite Ă©galement par eux. L’invitation dĂ©passait le cadre des membres du club et l’attention portĂ©e aux questions tant de la part des nĂ©ophytes que des connaisseurs Ă©taient apprĂ©ciables, de mĂȘme que la transparence sur les mĂ©thodes d’élaboration des Cognacs de la maison. Quelques amuse-gueule Ă©taient proposĂ©s, ainsi que la possibilitĂ© de dĂźner ensuite sur place. Le livret de dĂ©gustation offert Ă©tait bien intĂ©ressant, truffĂ© d'informations et pratique pour la prise de notes.

 

LA DEGUSTATION :

En marge ou plutĂŽt en prĂ©ambule de la dĂ©gustation, il nous a Ă©tĂ© proposĂ© de dĂ©guster, en cocktail (mais on pouvait aussi le dĂ©guster sec) une VODKA BIO nommĂ©e « EQUISSOLIS Â», cuvĂ©e millĂ©simĂ©e 2012, vodka Ă©laborĂ©e Ă  base de blĂ© d’hiver, distillĂ© 5 fois (systĂšme des plateaux), et rĂ©duite Ă  40 %. Je l’ai trouvĂ©e d’une grande finesse et d’une belle minĂ©ralitĂ©, bien qu’assez lĂ©gĂšre. L’excellent cocktail (trĂšs fruitĂ©, trĂšs rafraĂźchissant) qui l’a mettait en valeur comprenait, entre autres ingrĂ©dients, du jus de cranberries et du triple-sec.

 

Les COGNACS:

 

1/ COGNAC ABK6, « VSOP Â», dit « GRAND CRU Â», 40 % :

 

Couleur : Ambre clair Ă  reflets vieil or.

Nez : SĂ©ducteur. Vanille, orange, boisĂ©, pommes au four, Ă©pices douces.

Bouche : EquilibrĂ©e et fine, relativement courte cependant (lĂ  je regrette le titrage Ă  40 %, car quelques degrĂ©s de plus l’auraient mieux mis en valeur). Belles notes trĂšs fines sur l’orange et les fruits confits, puis la vanille.

Conclusion : Belle entrĂ©e en matiĂšre, dĂ©jĂ  expressive, malgrĂ© le titrage traditionnel Ă  40 %, car quelques degrĂ©s de plus l’auraient mieux mis en valeur. Ceci dit la rĂ©duction Ă  40 % fonctionne bien, ici comme dans d’autres versions. En comparaison (toujours difficile) avec un whisky, je dirais qu’il faut imaginer un Speyside apĂ©ritif tel un jeune TAMDHU (le nouveau 10 ans) ou le CARDHU Special Cask Reserve.

 

Estimation de Note chiffrée: 17,5/20 ou 87,5/100

 

abk6 cognac vsop_grand cru

 

 

2/ COGNAC ABK6, « XO Â», dit « FAMILY RESERVE Â», 40 % (Ăąge estimĂ© Ă  30/35 ans environ):

 

Couleur : AmbrĂ©e, Ă  reflets vieil or.

Nez : Un peu alcooleux au premier nez, puis notes de solvant (typiques de nombre de Cognacs artisanaux), puis ce sont les Ă©pices qui s’expriment, avant de finalement laisser parler un peu le fruit. Intriguant !

Bouche : Da maniĂšre surprenante, plus Ă©quilibrĂ©e que le nez et trĂšs gourmande. GĂ©nĂ©reusement fruitĂ©e (orange en sorbet, pĂȘche jaune juteuse avec sa peau, et soupçon de bourgeon de cassis, mais aussi raisins secs et fruits confits variĂ©s), elle fait preuve d’une belle complexitĂ© et profondeur, dispensant Ă©galement des notes florales capiteuses (de lys, entre autres), des notes de cuir, une pointe de rĂ©glisse, de la vanille, et un beau boisĂ©.

Conclusion : Superbe et trĂšs charmeur, mais aussi trĂšs direct et exubĂ©rant sur le fruit, ce Cognac possĂšde certains marqueurs aromatiques susceptibles de beaucoup plaire aux amateurs de blended-whiskeys irlandais, et de Pure Pot Still (ou Single Pot Still) en particulier. L’on n’est pas trĂšs loin du POWER’S 12 ans.

 

Estimation de Note chiffrée: 18,25/20 à davantage ou 91-93/100

 

 

 

cognac-abk6-xo-family-reserve 

 

 

3/ COGNAC LEYRAT, « XO Â», dit « VIEILLE RESERVE Â», 40 % (Ăąge estimĂ© Ă  25 ans environ):

 

Couleur : AmbrĂ©e, Ă  reflets vieil or.

Nez : Sexy, fĂ©minin (ce qui n’est jamais pĂ©joratif pour moi). L’attaque est d’abord boisĂ©e, Ă  peine vĂ©gĂ©tale (thĂ© Ă  la Bergamote), vanillĂ©e, puis aĂ©rienne, sur les fleurs et les fruits, l’orange (en sorbet) en tĂȘte. Une invitation.

Bouche : Somptueuse, complexe et Ă©quilibrĂ©e, elle est d’une grande finesse. Florale (fleurs capiteuses, dont du lys et peut ĂȘtre du jasmin ?), fruitĂ©e (orange en sorbet, pĂȘche jaune en milkshake, pointe de fruits rouges), elle est aussi finement boisĂ©e et lĂ©gĂšrement vanillĂ©e, de belle longueur et en decrescendo sur toutes ces notes, avec une discrĂšte sĂ©cheresse. Elle laisse rĂȘveur.

Conclusion : Splendide d’équilibre, avec un caractĂšre Ă  la fois aĂ©rien et sec, cette version d’un charme fou est d’une Ă©lĂ©gance rare qui n’a rien Ă  envier Ă  de grands whiskies, et mĂȘme si le registre aromatique n’est pas le mĂȘme, je retrouve un peu de ce style chez le single-malt HIGHLAND PARK officiel 21 ans d’ñge
la version Ă  47,5 %.

 

Estimation de Note chiffrée: 18,5/20 voire davantage ou 93-94/100

 

 

cognac_leyrat_xo_vr

 

 

 

4/ COGNAC REVISEUR, « XO Â», 40 % (Ăąge estimĂ© Ă  25 ans environ):

 

Couleur : AmbrĂ©e, Ă  reflets vieil or un peu plus Ă©clatants.

Nez : L'on sent qu’on est dans un autre domaine, ou les marqueurs sont un peu diffĂ©rents, tout en gardant un « tronc commun Â» si j’ose dire. L’attaque est d’abord vive, un peu alcooleuse sinon entĂȘtante, sur les Ă©pices, le boisĂ© et ses tannins, le solvant (pas loin de l’essence de tĂ©rĂ©benthine, voire l'huile de lin), les fruits Ă©tant relĂ©guĂ©s Ă  l’arriĂšre-plan, au nez en tout cas. Moins plaisant, mais typĂ© et authentique, « brut de dĂ©coffrage Â» en quelque sorte.

Bouche : Fort heureusement, les durs esters du nez et l’apparence alcooleuse s’estompent en grande partie en bouche, au profit du fruit, un peu plus tĂ©nu certes que dans les versions prĂ©cĂ©dentes de cette dĂ©gustation, mais aussi et de maniĂšre claire sur les Ă©pices et le bois intense, avec un caractĂšre tannique bien prĂ©sent, mais assez maĂźtrisĂ©. La vanille, les fruits parviennent Ă  se frayer un chemin, mais diffĂ©remment des Cognacs prĂ©cĂ©dents. Je pense que la durĂ©e un peu plus importante que la version prĂ©cĂ©dente d'Ă©levage en fĂ»ts neufs n’y est pas pour rien. Elle a tendance Ă  rendre le profil aromatique un peu plus rigide Ă  mon avis.

Conclusion : Je trouve un peu moins d’équilibre personnellement dans celui-ci, mais son profil gĂ©nĂ©ral diffĂ©rent est Ă  considĂ©rer comme tel (diffĂ©rent) et nul doute qu’il s’agit d’un Cognac de qualitĂ©, par contre il est moins Ă  goĂ»t, tant je suis friand de l’exubĂ©rance ou de l’élĂ©gance fruitĂ©e des prĂ©cĂ©dents. L’on retrouve ce genre de profil trĂšs typĂ© chez d’autres producteurs de Cognac, mais plutĂŽt parmi ceux qui ont une approche artisanale (de non-lissage systĂ©matique de leur production par les additifs, par exemple). Du cĂŽtĂ© de la comparaison Ă©ventuelle avec un whisky, je pense lĂ  plutĂŽt Ă  certains single-grains de nĂ©goce (comme un PORT DUNDAS d'environ 30 ans de chez Duncan Taylor par exemple).

 

Estimation de Note chiffrée: 17,75/20 voire davantage ou 90-91,5/100

 

 

cognac_le_reviseur_xo

 

______________________________________________________________________________________________________________

 

 

QUELQUES DONNEES SUR LES COGNACS DES DOMAINES ABECASSIS:

 

 

bandeau3esprit_paysage

 

 

L’ELABORATION :

La part dĂ©volue au vin dans le Cognac est importante et Ă  ne pas nĂ©gliger. Le raisin destinĂ© au Cognac (ici de variĂ©tĂ© Ugni blanc) est vendangĂ© assez tĂŽt, bien plus que pour faire du vin, ceci afin de conserver suffisamment d’aciditĂ©. Tout le processus de rĂ©colte est automatisĂ©. La premiĂšre distillation du vin donne ce qu’on appelle le brouillis, qui titre entre 28 et 32 % d’alcool par volume (A.B.V.), ensuite a lieu la deuxiĂšme distillation qui donne l’Eau-de-Vie de Cognac Ă  environ 70 % A.B.V.. Un peu comme pour le whisky, il y a coupe (« cut Â» en anglais) et l’on ne garde que le cƓur de chauffe lors de la premiĂšre distillation, donc les tĂȘtes et les queues de distillation sont Ă©liminĂ©es au lieu d’ĂȘtre redistillĂ©s ensuite. La pĂ©riode de distillation a lieu entre novembre et fin mars. Chaque domaine est un terroir diffĂ©rent, d’oĂč les noms diffĂ©rents des trois gammes (« ABK6 Â», « LEYRAT Â», « REVISEUR Â»), mais l’accueil du public et le siĂšge social sont au Domaine Maillard, ou est l’on Ă©labore le Cognac « LEYRAT Â».

 

LA MATURATION :

La maturation met en Ɠuvre des fĂ»ts de chĂȘne du Limousin de 350 litres, et joue sur une combinaison entre fĂ»ts neufs (plus ou moins toastĂ©s) et fĂ»ts rĂ©utilisĂ©s (« de remplissage Â» ou « refill Â»-ce dernier terme est utilisĂ© pour le whisky). La marque LEYRAT utilise des fĂ»ts neufs, mais sur une durĂ©e assez limitĂ©e, tandis que la marque RĂ©viseur en utilise sur une plus longue durĂ©e. La plus ancienne eau de vie prĂ©sente dans les chais de la maison date de 1918. Par ailleurs, la rĂ©duction est exĂ©cutĂ©e de maniĂšre trĂšs lente, et peut avoir lieu Ă©galement avant la maturation (l’alcool est rĂ©duit Ă  68 % avant la mise en fĂ»ts). Cette question de la rĂ©duction est trĂšs importante, (pour le whisky Ă©galement-car hĂ©las elle est trop souvent prĂ©cipitĂ©e...) car elle est garante de qualitĂ© et doit effectivement ĂȘtre faite le plus lentement possible pour ne pas briser l'Ă©quilibre du Cognac. C'est donc, en ce sens, une information trĂšs positive sur le travail de cette maison Ă  mon sens.

L’ñge minimum pour un Cognac est lĂ©galement de deux ans. La version VS du Cognac maison (ici, l’ABK6) est ĂągĂ©e de 2 ans, le VSOP de 4 ans minimum, le XO de 6 ans minimum, l’ Â« EXTRA Â» encore davantage. ConcrĂštement le compte d’ñge, qui ne peut ĂȘtre indiquĂ© sur la bouteille, peut ĂȘtre plus Ă©levĂ©, le XO des marques LEYRAT & REVISEUR Ă©tant par exemple annoncĂ© comme ayant environ 25 ans d’ñge. ABECASSIS commercialise Ă©galement en collaboration avec La Maison du Whisky une version small batch (petit lot) rĂ©duite Ă  42 % du Cognac LEYRAT nommĂ©e « Assemblage N°1 Â», un des rares Cognacs non filtrĂ©s Ă  froid. Pour la question de la quantitĂ© de fĂ»ts mis en Ɠuvre pour une cuvĂ©e, la rĂ©ponse est d’environ 10000 litres, soit habituellement environ 30 fĂ»ts. Par ailleurs, sur les domaines AbĂ©cassis, "21 chais abritent quelques 3000 barriques et 100 tonneaux, tous en chĂȘne du Limousin" indique le livret de dĂ©gustation fourni.

Concernant la question des additifs utilisĂ©s (rappelons que ceux autorisĂ©s dans le Cognac sont le caramel ajoutĂ©, le « saccharose brut Â» et l’« essence de boisĂ© Â»-en rĂ©alitĂ© une infusion aqueuse de bois de chĂȘne, nous prĂ©cise le maĂźtre de chais Christian GuĂ©rin), la rĂ©ponse de la maison ABECASSIS a Ă©tĂ© qu’ils sont trĂšs peu utilisĂ©s, et la plupart du temps uniquement sur des Cognacs jeunes, pas dans les versions XO et « Extra Â». J’ajouterais personnellement que pour ce que j’ai pu en constater, je n’en dĂ©cĂšle pas de trace dans les versions citĂ©es, et s’il y en a dans les versions plus jeunes, il ne semble pas y avoir d’abus car la qualitĂ© est au rendez-vous dĂšs l’entrĂ©e de gamme.

 

Pour en savoir plus, le site officiel des Domaines Abécassis :

http://www.abk6-cognac.fr/

 

____________________________________________________________________________________________________________

 

CONCLUSION :

 

Cette approche qui tend vers l’artisanal et de « laisser parler les fĂ»ts Â», tout en permettant aussi au maĂźtre de chais et assembleur (Christian GuĂ©rin) d’exprimer son talent et sa connaissance pour obtenir tant gourmandise, complexitĂ©, finesse qu’authenticitĂ© et harmonie, mais aussi l’humilitĂ© et le soin apportĂ© Ă  expliquer le travail de la maison sont les donnĂ©es qui m’ont sĂ©duit et donnĂ© l’envie de vous en parler ici.

 

Grégoire Sarafian, le 14/12/2013

 

Photos, compléments d'informations et autres visuels: Domaines Abécassis © sauf autorisations (comme ici...-merci à eux!)

 

 

The GLENLIVET: VOTE pour l' Edition limitée 2014


Le 18 novembre 2013, je fus conviĂ© Ă  une soirĂ©e privĂ©e afin de dĂ©guster trois crĂ©ations (single-malts) de la distillerie The GLENLIVET, puis voter, en compagnie d'une vingtaine de personnes, pour ma version prĂ©fĂ©rĂ©e afin qu'elle devienne peut ĂȘtre la nouvelle "Ă©dition limitĂ©e 2014". Cela se passait au bar "Sherry Butt", Ă  Paris, dans le quartier du Marais:

 

 SoirĂ©e_The_Glenlivet_18.11.13_le_tableau

Le "Sherry Butt", un bar à plusieurs ambiances, et d'étonnants tableaux ce soir là, ici une représentation d'une des créations

soumises à notre vote (Photo : © Sébastien Foulard)

 

Le contexte :

 

Lorsque SĂ©bastien Foulard de l’agence Genepi m’a prĂ©venu de cette soirĂ©e et m’a demandĂ© si j’étais intĂ©ressĂ©, je n’ai pas hĂ©sitĂ© une seconde. La distillerie Ă©cossaise The Glenlivet occupe une place toute particuliĂšre dans mon cƓur, Ă©tant la premiĂšre distillerie dont j’ai dĂ©gustĂ© un (single-malt) whisky, quelque part dans le temps vers l’annĂ©e 1999. C’est aussi « accessoirement Â» la premiĂšre distillerie Ă©cossaise ayant obtenu la licence de distillation, en 1823, et un merveilleux malt apĂ©ritif. Le Glenlivet 12 ans fut aussi mon « welcome dram Â» lors de mon premier voyage aux USA et le 18 ans d’ñge demeure un de mes digestifs favoris, aussi mon attente Ă©tait importante quant Ă  cet Ă©vĂ©nement. Merci donc Ă  SĂ©bastien et Ă  Pernod-Ricard pour cette invitation


 

L’évĂ©nement:

Pernod-Ricard, le groupe propriĂ©taire de la distillerie Ă©cossaise The Glenlivet a rĂ©cemment lancĂ© une opĂ©ration mondiale en vue de choisir une nouvelle Ă©dition limitĂ©e de son single-malt qui devrait sortir au printemps 2014, ce en organisant des consultations de membres de la presse classique, de blogueurs et de membres du club de fidĂ©litĂ© « The Guardians of Glenlivet Â» via des soirĂ©es de dĂ©gustation et de vote. A l’issue de ces consultations, au cours desquelles les participants sont conviĂ©s Ă  dĂ©guster trois crĂ©ations expĂ©rimentales du futur Glenlivet, ceux-ci sont ensuite amenĂ©s Ă  voter pour leur crĂ©ation prĂ©fĂ©rĂ©e, soit en ligne soit sur place, « Ă  l’amĂ©ricaine Â» Ă  l'aide d'un ordinateur Ă©quipĂ© d'un logiciel Ă  cet effet.

 

 

Soirée_the_glenlivet_vue_aérienne_création_1

Une vue "aérienne" de la premiÚre table servant à déguster le "Classic", la premiÚre des trois créations d'Alan Winchester (Photo: © Sébastien Foulard).

 

L’organisateur:

Pernod-Ricard, en prĂ©sence, entre autres personnes, de l’ambassadeur Ken Lindsay (de la division Chivas Brothers du groupe) pour la marque The GLENLIVET. Les trois versions proposĂ©es ce soir ont Ă©tĂ© Ă©laborĂ©s par le cĂ©lĂšbre maĂźtre-distillateur (entre autres fonctions!) Alan Winchester.

 

Le hĂŽte/le lieu:

Le SHERRY BUTT (bar Ă  cocktails et Ă  whisky) situĂ© au 20, Rue Beautreillis (75004 Paris) dans le quartier du Marais. Mi-branchĂ©, mi-cosy, le lieu ouvert uniquement en soirĂ©e a Ă©tĂ© fondĂ© par Amaury et Cathleen, officiant anciennement au Prescription Cocktail Club et au Curio Parlor (plus connu sous le nom de Nikka Bar-qui existe toujours d’ailleurs). Cette sympathique Ă©quipe propose des cocktails avec une touche artisanale et une carte de plus d‘une cinquantaine de whiskies de diffĂ©rents pays.

 

 

Soiree_Glenlivet_18.11.13_salon_Revival

A chaque piÚce, sa version de The GLENLIVET, son ambiance, ici plutÎt cosy (Photo: © Sébastien Foulard, faite avant l'arrivée des convives).

 

Les versions proposĂ©es Ă  la dĂ©gustation :

AprĂšs une mise en bouche (ou plutĂŽt une prĂ©paration du palais en dĂ©gustant une version qui servira de mĂštre-Ă©talon) via la dĂ©gustation de la version d’entrĂ©e de gamme The GLENLIVET 12 ans, 40 %, il nous a Ă©tĂ© proposĂ© de dĂ©guster trois versions diffĂ©rentes, toutes conditionnĂ©es dans de petites bouteilles de 20 cl, chacune dans un espace diffĂ©rent du bar, histoire de changer d’ambiance, et (chose plus contestable), chacune dans un verre diffĂ©rent. La premiĂšre dite « Classic Â», dans un verre tulipe de dĂ©gustation (un magnifique verre conçu pour la marque), la seconde dite « Revival Â», servie dans un verre tumbler de la marque (joli mais peut ĂȘtre pas adaptĂ©), et enfin la troisiĂšme dite « Exotic Â» dans un verre proche d’un tumbler mais un peu plus rond. Nous n’avons donc pas pu comparer sur un plan Ă©gal les trois expressions. Les whiskies Ă©taient accompagnĂ©s d’apprĂ©ciables mises en bouche ou tapas variĂ©es, le tout dans une atmosphĂšre tamisĂ©e et Ă  demi-cosy, Ă  demi-branchĂ©e.

 

Soiree_The_Glenlivet_18.11.13_les_3_creations

Les trois créations proposées à la dégustation ce soir là, avec à gauche, ma préférée, la "REVIVAL" (Photo:© Sébastien Foulard).

 

 

1.« CLASSIC", non filtrĂ© Ă  froid, 48,7 % :

Couleur : Or Ă  Vieil or (les indications de couleurs sont sous rĂ©serve, car la lumiĂšre Ă©tait presque tamisĂ©e).

Nez : Fin et doux. Notes de miel, de sucre glace, de fruits confits variĂ©s, et en guise de fin rouge, du caramel façon carambar.

Bouche : D’entrĂ©e de jeu ce qui frappe, c’est la jeunesse de cette version. C’est court, vif, marquĂ© par les raisins secs, une belle note de crĂšme brĂ»lĂ©e, avec en arriĂšre-plan le caramel (naturel) et un peu de miel. Courte, la bouche rĂ©vĂšle cependant une certaine sensualitĂ©, une finesse inattendue. Quelques annĂ©es de plus lui auraient fait du bien.

Tenue Ă  la dilution : Plus onctueux, rĂ©vĂ©lant une note de figue, mais ne pas trop diluer, car il y a lĂ  peu de corps.

Conclusion : Un peu trop courte en bouche, un peu trop fine, manquant de corps, de profondeur, cette version non dĂ©nuĂ©e de charme n’est cependant pas Ă  la hauteur de l’attente suscitĂ©e. Elle a d’ailleurs recueilli peu de suffrages de la part des confrĂšres prĂ©sents. SuggĂšre une maturation en majeure de fĂ»ts de Bourbon trĂšs (trop) jeunes avec une petite part de fĂ»ts de Sherry (plusieurs remplissages) plus ĂągĂ©s.

Estimation de note chiffrĂ©e : 85,5/100

 

2.« REVIVAL", non filtrĂ© Ă  froid, 48,7 % :

Couleur : Vieil or (les indications de couleurs sont sous rĂ©serve, car la lumiĂšre Ă©tait en partie tamisĂ©e).

Nez : Puissant et presque alcooleux. Le potentiomĂštre est dans le rouge, pas de doute on est bien chez Glenlivet, avec en guise d’amplis Marshall les fĂ»ts de Bourbon de premier remplissage, rĂ©vĂ©lant des tonnes de notes de bonbons anglais, de pĂȘche au sirop, d’ananas, mais aussi
de pommes rouges cuites. Ah, lĂ  on suppose qu’il y a Ă©galement une part de fĂ»ts de Sherry dans l’assemblage. MalgrĂ© l’agressivitĂ© manifeste du nez, il y a une certaine sĂ©duction qui s’exerce vers moi !

Bouche : Bien plus puissante que la premiĂšre version, et mĂȘme clairement un peu alcooleuse sans ajout d’eau, elle est aussi bien plus expressive, et Ă  mon avis plus ĂągĂ©e. Reprenant les notes marquĂ©es par les esters du nez, elle est assez Ă©picĂ©e, elle a plus de charpente, de densitĂ© et de profondeur, en un mot, plus de cohĂ©rence que la premiĂšre version. Du miel, des fruits, des fleurs, avec de la vanille en arriĂšre-plan, mais une vanille qui lorgne vers la glace rhum-raisins. La petite touche de Sherry est un plus, rendant le profil plus complexe lĂ  aussi. Il y a plus de sĂ©duction aussi, mais dĂ©gustĂ©e pure, elle est tout de mĂȘme un peu dĂ©sĂ©quilibrĂ©e. Au nĂ©gatif, donc, elle rappelle en cela la gamme rĂ©guliĂšre des affinages de GLENMORANGIE de l’ Â« Ăšre Diageo Â». Au positif, elle me fait penser un peu Ă  la version 16 ans du The GLENLIVET "NADURRA" (Bourbon).

Tenue Ă  la dilution : Avec un peu d’eau, on obtient le bon Ă©quilibre. C’est gourmand, bien fruitĂ©, dense, un peu boisĂ©, Ă©picĂ©, plus cohĂ©rent. LĂ  tout le caractĂšre de cette version s’exprime sans excĂšs. Elle m’évoque, lĂ   encore, un « NADURRA Â», mais en version affinĂ©e en fĂ»ts de Sherry, en un peu plus civilisĂ©e et moins unidimensionnelle.

Conclusion : Trop excessive pour certains (bien qu’ayant recueilli plus de suffrages que la premiĂšre version), trop classique pour d’autres, cette version n’est pas non plus « l’ultime Glenlivet Â» que l’on pourrait rechercher, mais elle s’en rapproche un peu Ă  mon sens, c’est pourquoi j’ai votĂ© pour elle, en prĂ©cisant qu’elle Ă©tait meilleure lĂ©gĂšrement diluĂ©e. Une version dĂ©finitive Ă  46 % constituerais Ă  mon sens un bon compromis.

Estimation de note chiffrĂ©e : 90,5/100

 

3.« EXOTIC", non filtrĂ© Ă  froid, 48,7 % :

Couleur : Vieil or (les indications de couleurs sont sous rĂ©serve, car l'Ă©clairage Ă©tait tamisĂ©).

Nez : SĂ©duisant, marquĂ© par les esters, des Ă©pices, des fruits confits variĂ©s et quelques fruits exotiques, dont notamment
de la banane flambĂ©e au rhum.

Bouche : Surprise, la bouche est bien moins dans la sĂ©duction que le nez, elle est comme fermĂ©e, et elle le demeurera en partie tout du long, Ă  peine amĂ©liorĂ©e par l’ajout d’eau. La complexitĂ© est lĂ , c’est sĂ»r, et un caractĂšre Ă©picĂ© et boisĂ© clairement (et « technologiquement Â») mis en avant. Cela me gĂȘne quelque peu, mĂȘme si cela apporte des choses par rapport aux deux versions prĂ©cĂ©dentes. Notes de bois brĂ»lĂ© (le brĂ»lage des fĂ»ts pour cette version a dĂ» ĂȘtre important, cela se sent-disons-le, l'on peut dĂ©jĂ  parler de "whisky technologique"), d’épices (poivre noir, gingembre, muscade), de chocolat noir, de vanille en arriĂšre-plan (mais trĂšs discrĂšte), et enfin d’ananas rĂŽti au miel. Demeure assez ferme et sĂšche.

Tenue Ă  la dilution : Difficile de trancher si l’ajout d’eau est un plus ici, car d’un cĂŽtĂ© le caractĂšre manifestement Ă©picĂ© et boisĂ© de cette version est un peu accentuĂ©, mais de l’autre, il assouplit un peu le profil et rĂ©veille un peu les autres saveurs (j’ai cru sentir une note de rĂ©glisse, puis de chocolat noir Ă  l’orange).

Conclusion : Je suis partagĂ© sur cette version, plus que pour la prĂ©cĂ©dente, car je la trouve trop « artificiellement exotique Â». Le Glenlivet 12 ans de la gamme rĂ©guliĂšre l’est bien plus, en rĂ©alitĂ© (et disons-le, cela a Ă©tĂ© d’ailleurs sans doute le meilleur des 4 whiskies dĂ©gustĂ©s lors de cette soirĂ©e !). Non, l’ Â« Exotic Â» n’est pas mauvais, il a des qualitĂ©s, mais il demeure « entre deux eaux Â», et je reproche Ă  ses concepteurs d’avoir surtout recherchĂ© du point de vue du concept marketing et des techniques utilisĂ©es Ă  avoir cherchĂ© Ă  attirer vers le whisky une clientĂšle plus intĂ©ressĂ©e par le rhum. Tout l’indique, Ă  commencer par le nom de cette version. Une version qui a recueilli, ce soir lĂ , pas mal de suffrages


Estimation de note chiffrĂ©e : 86,5/100

 

 

Soiree_The_Glenlivet_18.11.13_le_vote

La fameuse "machine à voter", sollicitée à la fin des dégustations (Photo: © Sébastien Foulard).

 

 

En guise de CONCLUSION, quelques réflexions:

En dĂ©finitive, au-delĂ  de son intĂ©rĂȘt gustatif et participatif, cette dĂ©gustation a Ă©tĂ© significative de l’époque dans laquelle nous vivons : Je m’explique. EmboĂźtant le pas Ă  ARDBEG, Ă  GLENMORANGIE ou encore Ă  The MACALLAN ou HIGHLAND PARK (avec sa gamme des « Warrior Series Â»), Pernod-Ricard, Ă  travers The GLENLIVET essaie de miser Ă  son tour sur la suppression du compte d‘ñge pour un single-malt (car ne nous faisons pas d’illusion, cette prochaine Ă©dition limitĂ©e est sans doute un ballon d’essai pour une version rĂ©guliĂšre sans compte d’ñge). Le pari est risquĂ© mais le marketing est derriĂšre, en soutien, avec des concepts comme ceux que nous avons vu pour ces trois versions. Maintenant du point de vue strict de la dĂ©gustation, je n’ai pas Ă©tĂ© le seul Ă  trouver que toutes les trois peinaient Ă  Ă©galer la gamme rĂ©guliĂšre, Ă  commencer par l’étendard de la distillerie (et du whisky Ă©cossais que dans une certaine mesure) que demeure, pour moi, le 12 ans d’ñge. C’est bon signe dans un sens (rassurant sur la qualitĂ© de la gamme rĂ©guliĂšre), mauvais dans un autre (pas rassurant sur les perspectives et sur l’investissement consenti pour crĂ©er une belle Ă©dition limitĂ©e).

LĂ  encore malheureusement il nous faut redescendre sur terre
nous ne savons pas quel va ĂȘtre le prix de vente de cette version, et Ă  quelle Ă©chelle (combien de bouteilles ?) va-t-elle ĂȘtre diffusĂ©e ? Ces deux facteurs, malheureusement, sont dĂ©terminants. Hormis quelques exceptions (Ă  commencer par la gamme rĂ©guliĂšre de la distillerie), il ne faut pas s’attendre, pour moins de 80 €, Ă  une version exceptionnelle, mĂȘme si rĂ©pĂ©tons-le encore une fois, cette dĂ©gustation pour moi n’a pas Ă©tĂ© nĂ©gative, que je n’ai pas dĂ©gustĂ© de « mauvais  whiskies Â». Non, c’est juste un signe de plus de l’avĂšnement du marketing « mondialisĂ© Â» et du whisky « cocktailable Â» ou « mixo-compatible Â» (je sais, ce sont d’horribles nĂ©ologismes), ici comme ailleurs, et ça on peut tout de mĂȘme le regretter un peu.

Une petite frustration, dans la soirĂ©e (mais je me doute que cela s’y prĂȘtait pas vraiment, cela restait trĂšs cadrĂ©), ne pas avoir pu tester un assemblage d’au moins deux sur les trois whiskies, pour voir, car il me semblait qu’il y avait peut ĂȘtre des compromis aromatiques Ă  trouver, des pistes Ă  suivre
En tout cas une belle soirĂ©e dans un lieu intĂ©ressant, Ă  explorer par ailleurs, et le plaisir de rencontrer de nouveau un ambassadeur de la distillerie, et de dĂ©guster des GLENLIVET en avant-premiĂšre.

 

Grégoire Sarafian, 27/11/2013 (révisé le 02/12/13 & le 03/04/15)

 

 

PS : C'est finalement la version "EXOTIC" qui a été choisie par le plus grand nombre et donc finalisée, commercialisée par la suite.

Whisky Live Paris 2013

 

Compte-rendu de Greg's Whisky Guide sur le salon:

 

"Whisky Live Paris 2013", les 28 et 29 Septembre 2013

(et le 30 Septembre pour les professionnels et la presse)

à la Maison de la Mutualité, Paris

(24, Rue Saint-Victor 75005 Paris)

 

BanniĂšre_off_WLP_2013_comp

 

 

English Summary:

You will find a summary of this whisky festival at the end of the french version of this article


 

Avant-propos:

Voici un compte-rendu résumé du salon, sans notes chiffrées, en attendant des notes plus précises sur

certains de ces whiskies. Mieux vaut tard que jamais... De nombreux stands n'ayant pas pu ĂȘtre visitĂ©s,

il ne s'agit donc pas un reportage exhaustif, mais plutĂŽt d'un survol. 

 

Toutes photos sauf si pas précisé: © Constantin Sarafian, tous droits réservés.

 

 

Vue_géné_WLP_2013_medium

Une vue générale, un peu rapprochée, de la grande salle du 3Úme étage de la Mutualité. Un bel écrin pour ce salon...(Photo: © Constantin Sarafian)

 

J’ai aimĂ©:

-D’avoir enfin de vrais verres de dĂ©gustation (nouveaux verres Ă  pied Glencairn conçus Ă  l’origine pour Nikka, sauf erreur) et non ces horribles verres « no ice Â» absolument dĂ©sastreux de ces derniĂšres annĂ©es.

-Le plaisir de retrouver (ou d’en trouver de nouveaux) les professionnels Ă©cossais & irlandais (en premier lieu) et ceux des autres pays bien entendu, avec leur bonne humeur, leur esprit, et bien sĂ»r
leurs whiskies.

-Le retour des distilleries AMRUT & BEN NEVIS, absentes depuis plusieurs années (BEN NEVIS encore plus).

-L’espace semble t’il mieux agencĂ© que l’an dernier, sur plus de surface que l’an dernier Ă©galement.

-Le petit espace restauration au sous-sol (certes Ă  Ă©toffer peut ĂȘtre?).

 

Je n’ai pas aimĂ©:

-L’augmentation du prix d’entrĂ©e au salon, avec un prix allant de 50 € Ă  140 € la journĂ©e suivant la formule choisie et de 85 € Ă  250 € le week end pour la formule la plus chĂšre (certes avec repas inclus). Le pass "premium", lui, s'est avĂ©rĂ© peu rentable, tout le monde ne jouant pas le jeu (...).

-Les consignes de fouilles des sacs Ă  l’entrĂ©e, l’interdiction des sacoches et sacs divers, mĂȘme si je comprends que ce doit ĂȘtre la consĂ©quence du comportement lamentable de certains visiteurs l’an dernier ayant notamment volĂ© des bouteilles
n’empĂȘche que tout le monde a Ă©tĂ© pĂ©nalisĂ©, il a fallu nĂ©gocier pour garder de quoi garder avec soi ses fiches de notation, ses samples, son appareil photo, etc
(...)

-La chaleur dans les petits espaces réservés aux négociants et aux whiskies du monde (des espaces toujours insuffisants malgré tout).

-L’absence d’HIGHLAND PARK & de LAPHROAIG cette annĂ©e, de grandes distilleries pourtant, sans aucune explication
(mais lĂ  j'imagine que la responsabilitĂ© est plus difficile Ă  dĂ©finir, ces distilleries appartenant Ă  de grands groupes...).

 

Je n’ai pas pu visiter (ni dĂ©guster) :

Un grand nombre de stands (trop longs à lister ici-des officiels, comme des négociants-dont celui en photo ci-dessous), désolé 


 

New_Douglas_Laing_range_WLP_2013

Un aperçu de la nouvelle gamme "Old Particular" du négociant Fred LAING (désormais séparé professionnellement de son frÚre Stewart)

mais les deux conservent le nom DOUGLAS LAING, chacun avec une partie des gammes anciennes, plus de nouvelles (Photo: © Constantin Sarafian).

 

 

J’ai choisi de ne pas visiter volontairement:

-Faute de temps et surtout pour ne pas faire de mĂ©langes et parce que c’est le whisky qui m’intĂ©resse en premier lieu, j’ai prĂ©fĂ©rĂ© ne pas visiter le sous-sol consacrĂ© aux autres spiritueux et aux cocktails. Mais pour l'avoir fait trĂšs partiellement d'autres annĂ©es, sachez que cela n'est pas sans intĂ©rĂȘt mĂȘme pour des amateurs de malts, mais on ne peut pas tout faire, alors il faut faire des choix...

 

 

Mes premiÚres impressions sur les stands et les bouteilles, sans ordre de préférence:

 A Noter : Il est un peu tĂŽt pour tout dĂ©voiler, mais il va sans dire que plusieurs des whiskies listĂ©s ci-dessous

ont toutes les chances de figurer au PalmarĂšs (Awards) 2013 Ă  venir d'ici quelques semaines sur le site...

 

* CÎté BLENDED-WHISKIES :


-Un face Ă  face intĂ©ressant entre le CHIVAS REGAL 25 ans (trĂšs fin, complexe, assez doux et un peu trop lisse) et le GRANT'S 25 ans (plus charpentĂ© et plus typĂ©). J’ai prĂ©fĂ©rĂ© le GRANT’S, mais les deux sont de qualitĂ©.

 

* CÎté SINGLE-MALTS :


-GLENFIDDICH 25 ans "125 Anniversary Edition", S.C. N° 19996, 55,2 % (286 b.) : TrĂšs beau nez, complexe Ă  souhait : Sherry, cuir, fruits, miel, tabac, chocolat
La bouche est vive mais superbe, et avec un peu d’eau quelle longueur en bouche, c’est incroyable
par contre Ă  850 € c’est quelque peu abusif


 

Glenfiddich_25_ans_WLP_2013

Le trÚs réussi mais onéreux 25 ans d'ùge de GLENFIDDICH, un single-cask, pour une fois...(Photo: © Constantin Sarafian)

 


*Chez MIDLETON :

-RED BREAST 15 ans (2013) n.c.f., 46 % : Joli, assez fin, relativement fruitĂ© et floral, mais plus grand chose Ă  voir avec la fantastique premiĂšre version (2005), dommage. Bienheureux sont ceux qui l’ont chez eux !
-RED BREAST 21 ans (2013) n.c.f., 46 % : Assez rĂ©ussi. Un profil aromatique en apparence diffĂ©rent (plus boisĂ©, plus vanillĂ©, fruitĂ© en retrait) des 12 & 15 ans, mais trĂšs bon, lorsqu'on prend le temps de le dĂ©guster, avec un retour subtil du fruitĂ© typique de la distillerie. Le nez est supĂ©rieur Ă  la bouche, malgrĂ© tout. Le prix ? C’est une autre histoire
175 €

*Ailleurs en IRLANDE :


-TULLAMORE DEW n.a.s.(env. 12-13 ans) "Phoenix" (8 ans en Sherry casks), 55 % : Etonnant, un profil trÚs sec, vanillé, marqué par le sherry
mais joli, puissant, à diluer légÚrement.

-CONNEMARA n.a.s. « Bog Oak Â», 2013, Cask Strength, 57,3 % : Une version utilisant divers types de chĂȘne, dont du « chĂȘne de marais Â». TrĂšs tourbĂ©, il est nĂ©anmoins trĂšs lĂ©ger et fin, proche du « Turf Mor Â», avec un joli fruitĂ©, mais peut-ĂȘtre un peu trop tĂ©nu


 

Connemara_Bog_Oak_CS_WLP_2013

Le "Bog Oak" de Connemara (premiĂšre apparition de la distillerie Cooley au salon du whisky) -Photo : Constantin Sarafian.

 

 

*Chez AUCHENTOSHAN :

-« Three Wood Â», 2013 : Une version controversĂ©e mais que j’ai trouvĂ©e assez Ă©quilibrĂ©e et bien fruitĂ©e cette annĂ©e.

-« Virgin Oak Â», 2013 : Certes assez tannique et ferme, mais meilleur avec un peu d’eau, et assez lĂ©ger.
-« Valinch Â», Ă©dition 2012 : Un peu raide, trĂšs ferme, a vraiment besoin d'eau. Meilleur diluĂ©, mais semble quelque peu dĂ©sĂ©quilibrĂ© (la version 2011 est peut ĂȘtre meilleure, Ă  suivre !).

 

* Chez BOWMORE :

Tout d'abord rencontre Ă©mouvante avec Eddie MacAffer, le directeur de la distillerie
nous avons pu deviser ensemble de quelques beaux flacons de la distillerie des dĂ©cennies passĂ©es. Puis deux nouveautĂ©s :

-10 ans "Devil's Cask" (small batch release), 56,9 %: Un nez moderne et au sherry un peu austĂšre et qui tire vers le bacon, dĂ©gustĂ© sec il est un peu retors (pneu et bois brĂ»lĂ©) puis ça se calme avec un peu d’eau, et de jolies notes fruitĂ©es apparaissent en bouche. Elle est un peu mince certes, je suis partagĂ© sur cette version.

-23 ans "Port Cask Matured" (1989), 50,8 % : LĂ , c'est bien meilleur...fin, rond, gourmand (fruits mĂ»rs, fleurs capiteuses, boisĂ© fin), c’est magnifique un peu diluĂ©...mais Ă  525 € c’est assez dissuasif
dommage.

*DerniĂšre minute (addendum du 29/11/13): DĂ©gustĂ© il y a peu grĂące Ă  un ami un Ă©chantillon d'une version de nĂ©goce de BOWMORE destinĂ©e Ă  cĂ©lĂ©brer le 10 Ăšme anniversaire du Whisky Live Paris, il s'agit du BOWMORE 13 ans millĂ©simĂ© "2000" embouteillĂ© en brut de fĂ»t (Cask Strength, Ă  54,1 %) par le nĂ©gociant SIGNATORY VINTAGE. J'ai trouvĂ© cette bouteille remarquable, fruitĂ©e, florale, plus fumĂ©e que tourbĂ©e et issue d'un fĂ»t unique de tout premier ordre. On ne pouvait rĂȘver meilleure sĂ©lection (qui reste abordable, de plus) pour cet anniversaire.

 

 

Bowmore_13_S.V._10th_Anniv_WLP_2013_54.1

 

Le magnifique et archétypal BOWMORE 13 ans de SIGNATORY VINTAGE en hommage à la 10 Úme édition du salon Whisky Live Paris. Un single-cask

mis en bouteille sans filtration à froid et sans colorant, au degré naturel: 54,1 % (Photo: M.d.W./whisky.fr).

 

 

*Chez ARRAN :

-16 ans « Private Cask Â» (Sherry Hogshead), (1996-2012) sĂ©l S.C. Ă  57,2 %, Ă©dition pour la MdW : Atypique par rapport aux versions classiques, mĂȘme par rapport aux prĂ©cĂ©dentes Ă©ditions limitĂ©es Ă©levĂ©es en fĂ»ts de Sherry. Une rencontre avec un trĂšs beau fĂ»t de Sherry, avec des Ă©pices variĂ©es et un cĂŽtĂ© vĂ©gĂ©tal. Excellent!
-"Devil's Bowl" (ass. de 27 fûts, Sherry comme Bourbon), 2013, 53 % : Une trÚs jolie version légÚre & fumée, étonnante. La bouche demeure assez vive sans eau, elle est meilleure diluée.

 

Arran_Sherry_Private_Cask_MdW_57.2

Le superbe Sherry cask pour la MdW, un brut de fût gourmand! (Photo: © Constantin Sarafian)

 

 

*Chez ISLE OF JURA :

-30 ans, Ed. 2013 (« Â« Camas An Staca Â»-du nom du plus gros mĂ©galithe de l’üle), 44 % : Franchement je n’ai pas Ă©tĂ© sĂ©duit. Le nez est confus, fermier, la bouche est trĂšs vineuse (Sherry Oloroso) et manque d’équilibre. C’est trĂšs tĂ©nu, il y a peu de corps, pas assez de complexitĂ©, c’est loin de mes attentes. Je sais que certains ont aimĂ© en revanche...
-« Prophecy Â», (version assez tourbĂ©e), batch de 2013, 46 % : Le dernier lot de cette version, non testĂ©e depuis longtemps, m’a paru, en comparaison, bien meilleur. Ce whisky est par ailleurs bien plus Ă©quilibrĂ© que les premiers lots d’il y a environ 5 ans, sans doute parce qu’il comporte davantage de fĂ»ts plus ĂągĂ©s ou plutĂŽt d’ñge intermĂ©diaire Ă  mon avis (en effet l’assemblage a une base de fĂ»ts de 5 ans, avec une petite part de fĂ»ts de 21 ans d’ñge).

 

* Chez BUFFALO TRACE :

 -BLANTON'S: Hormis la gamme rĂ©guliĂšre, dĂ©jĂ  trĂšs correcte (voire davantage), 3 excellentes bouteilles, dont deux nouvelles Ă©ditions en single-barrel destinĂ©es Ă  La M.d.W. : « Paris Edition (by Day) Â», Ă  50 % et "Paris Edition (by Night)" Ă  60 %. La premiĂšre est trĂšs fruitĂ©e et trĂšs douce, la deuxiĂšme plus charpentĂ©e, plus Ă©picĂ©e et plus ferme. Les deux sont superbes.

-Produit par la mĂȘme distillerie (Buffalo Trace), j’ai aimĂ© le nouvel « Eagle Rare Â» 10 ans, Single-Barrel, 45 %, trĂšs boisĂ© et arrondi par de belles notes d’érable. Le packaging est par ailleurs trĂšs classe...

 

Stand_Blantons_WLP_2013_bottles1

Les trÚs aboutis single-barrel "Paris Edition" de Blanton's (ici à droite en version "Paris by Night", à 60 %)-Photo © Constantin Sarafian).

 

Et chez FOUR ROSES :

-Chez FOUR ROSES, le trĂšs sexy "Small batch" sorti l’an dernier est toujours aussi fin et dĂ©licieux
je vote pour.


*Chez BEN NEVIS:

La distillerie officielle (qui est la propriĂ©tĂ© de Nikka, le groupe japonais) est de retour au salon aprĂšs des annĂ©es d’absence. Elle y prĂ©sentait, en plus du 10 ans d’ñge connu, trois nouveautĂ©s (du moins en France) de qualitĂ© :

-Une version assez tourbĂ©e, un peu Ă  l’ancienne, nommĂ©e "Traditional" (testĂ©e en dernier) Ă  46 % : LĂ©ger et fin, on dirait presque...un Octomore rĂ©duit, incroyable !!! (68 ppm), de qualitĂ©, mais avec peu de prĂ©sence de sherry en revanche, puis deux millĂ©simes : Le "1998", un 15 ans single-cask (N°586, pour la MdW-pas encore sorti)  Ă©levĂ© dans un fĂ»t de Sherry P.X. (Pedro Ximenez) Ă  54,5 %: Quand le meilleur distillat de la distillerie rencontre le type de Sherry le plus riche et le plus onctueux
et bien, c'est l'accord parfait ! Par contre le prix risque d’ĂȘtre assez Ă©levĂ© (Ă  suivre).

Suivait un millĂ©sime "1984", un 26 ans (cask N° 98/35/14-for MdW idem) Ă©levĂ© en Sherry Oloroso, 55 %: TrĂšs joli, sur un registre assez diffĂ©rent, avec de jolies notes de lin (on est pas loin du Miyagikyo « 1990 Â» curieusement, mais en moins fruitĂ© ?) pas mal du tout mais pas facile pour lui de passer aprĂšs le prĂ©cĂ©dent


 

Ben_Nevis_1998_15_cask_586_MdW

Un des grands moments du salon, malgrĂ© son packaging provisoire qui en a arrĂȘtĂ© plus d'un (pas moi!), le BEN NEVIS millĂ©simĂ© "1998",

un single-cask marqué par le Sherry P.X. , édition pour la MdW à 54,5 % -Photo : © Constantin Sarafian.

 

 

*Chez MACKMYRA, la distillerie suédoise :

Deux nouveautĂ©s, dont une, « Vitthund Â», consistait en du New Spirit (de moins de 3 ans) rĂ©duit Ă  46,1 % assez surprenant
Pas mal fait, il augure bien de la qualitĂ© du distillat riche de notes de cafĂ©, de prune, de geniĂšvre
mais j’aurais aimĂ© le dĂ©guster Ă  55 % par exemple, il est peut-ĂȘtre trop rĂ©duit. L’autre version nouvelle pour moi fut le « Solsken Â», un single-malt qui a passĂ© 7 ans dans diffĂ©rents types de fĂ»ts dont du Sherry. Assez joliment fait, il dĂ©voile de belles notes fruitĂ©es et herbacĂ©es, et ce avec Ă©quilibre.

 

*Chez WARENGHEM :

Les français n’étaient pas en reste avec plusieurs stands (Warenghem/Armorik-Domaine des Hautes Glaces-Glen Rozelieures-Bertrand/Uberach-P & M) que je n’ai malheureusement pas tous eu le temps de visiter, mais en tout cas celui d’ARMORIK (distillerie WARENGHEM), oui. La seule nouveautĂ© cette annĂ©e Ă©tait le single-cask (2002-2013) brut de fĂ»t (56,3 %), un 11 ans d’ñge Ă©levĂ© 4 en fĂ»ts de Bourbon et 7 en fĂ»ts de Sherry. Superbe, assez vif, quelque peu tannique, mais dĂ©voilant d’assez jolies notes fruitĂ©es une fois lĂ©gĂšrement diluĂ©. A suivre en version plus ĂągĂ©e encore peut ĂȘtre ?

 

*Chez The BALVENIE:

L'ambassadeur français Damien Anglada nous proposait le nouveau batch pour la France du « Tun 1401 Â», le batch 8 (50,2 %), une petite merveille d’équlibre, que personnellement je prĂ©fĂšre au batch 5 (mais les avis Ă©taient partagĂ©s sur le stand), une version cette fois nettement en mineure de fĂ»ts de Sherry (9 de Bourbon pour 3 de sherry), et contenant des fĂ»ts millĂ©simĂ©s de 1970 Ă  1991. Version pour le marchĂ© europĂ©en et australien. Pour les retardataires (car ces deux versions sont sorties en France depuis quelques mois), Ă©galement, le 12 ans d'Ăąge version "First Fill" du single-barrel, Ă  47,8 % (un joli apĂ©ritif), et le complexe 17 ans d'Ăąge "Double-Wood", Ă  43 %), une belle addition Ă  la gamme.

 

Balvenie_Tun_1401_batch_8

Le trÚs bien équilibré The BALVENIE "Tun 1401" batch 8, à 50,2 % (Photo: © Constantin Sarafian).

 

 

*Sur le stand des « Classic Malts Â» du groupe DIAGEO:

Du monde, comme toujours pour une horizontale et verticale de TALISKER notamment, avec la possibilitĂ© de dĂ©guster non seulement les nouveautĂ©s sans mention d’ñge comme le « Storm Â» (assez vanillĂ© et marquĂ© par le bois brĂ»lĂ© et le caramel naturel- l’ouragan promis s’étant Ă©loignĂ© apparemment !), le « Port Ruighe Â» (assez fruitĂ©, trĂšs correct, loin des notes catastrophiques de certains, mais certes pas de quoi se relever la nuit), mais aussi par exemple un 30 ans d’ñge diffĂ©rent de celui testĂ© l’an dernier, beaucoup plus marin, vĂ©gĂ©tal et austĂšre, peu tourbĂ©/fumĂ© (assez diffĂ©rent des 25 ans d’ñge rĂ©cents), mais loin d’ĂȘtre inintĂ©ressant. Un excellent 25 ans rĂ©duit, dĂ©jĂ  dĂ©gustĂ© par ailleurs, Ă©galement. HĂ©las pas eu le temps d'aller voir les derniers batches des "Distiller's Edition" les plus prestigieux (LAGAVULIN, TALISKER...).

 

*Chez SUNTORY :

Pas le temps de tout tester, mais je n’ai pas rĂ©sistĂ© Ă  dĂ©guster l’édition 2013 du HAKUSHU « Sherry Cask Â» sans mention d’ñge (rĂ©duit Ă  48 %), que j’ai trouvĂ©e bien faite, avec un joli toucher en bouche (trĂšs soyeux), mais je prĂ©fĂšre l’édition 2012, un peu plus charpentĂ©e et boisĂ©e, mais Ă©galement Ă©quilibrĂ©e.

 

hakushu_sherry_cask_2013_b

Trois fleurons de la distillerie HAKUSHU, dont à droite le "Sherry Cask" 2013 (à 48 %) -Photo: © Constantin Sarafian.

 

 

*Chez COMPASS BOX, le négociant-artisan:

Il y avait deux stands, d’un cĂŽtĂ© un stand classique ou Ă©taient prĂ©sentĂ©es les nouveautĂ©s comme le « Delilha’s Â» un assemblage en hommage Ă  un cĂ©lĂšbre bar de Chicago (assez doux, boisĂ© et sans grand relief, il est destinĂ© Ă  ĂȘtre dĂ©gustĂ© en « whisky chaser Â» avec une biĂšre Ă  cĂŽtĂ©-je n'ai pas Ă©tĂ© emballĂ© par cette version personnellement), une superbe version anniversaire du « Peat Monster Â» boostĂ©e par l’apport important de fĂ»ts de Laphroaig. De l’autre, un stand plongĂ© dans une lumiĂšre bleutĂ©e ou l’on Ă©tait invitĂ© Ă  choisir aprĂšs dĂ©gustation entre deux Ă©ditions limitĂ©es nommĂ©es « Experimental Cask Â» (une « Smoke Â», une « Sherry Â») du blended-whisky « Great King Street », ici toutes deux rĂ©duites Ă  43 % mais toujours en 50 cl. J’avoue avoir eu du mal Ă  choisir entre les deux, car ce sont deux jolies alternatives, dans un registre lĂ©ger et subtil, Ă  la premiĂšre Ă©dition « Artist’s blend Â» du « Great King Street Â» (dans lequel j'ai toujours du mal Ă  rentrer), et je les prĂ©fĂšre personnellement Ă  celui-ci.

 

C.Box_Experimental_Casks_WLP_2013

Les deux versions de l'"Experimental Cask" (Ă  gauche la "Sherry" et Ă  droite la "Smoke") de la gamme "Great King Street",

un blend de Compass Box, pour déterminer par vote laquelle était la meilleure pour devenir une version réguliÚre

-Photo: © Constantin Sarafian, légÚrement recadrée parvotre serviteur).

 

*Chez GLENFARCLAS:

Le traditionnel 30 ans d’ñge m’a paru assez vif et herbacĂ©, loin de l’harmonie (peu marquĂ©e par le sherry) du jeune millĂ©sime « 2004 Â» rĂ©duit Ă  46 % avec de belles notes de miel, de cire et de vanille, et "rafraĂźchissant"....

 

*Sur le stand KILCHOMAN:

Tout m’a paru excellent cette annĂ©e
à commencer par le « 100 % Islay Â» (3rd Release-rĂ©duit Ă  50 %-livrĂ©e rouge et or), au nez complexe (fleurs, fruits, artichaut) et belle qualitĂ© de tourbe et Ă  la bouche raffinĂ©e, crĂ©meuse. Une belle nouveautĂ©. Puis le dĂ©jĂ  populaire « Machir Bay Â» (affinĂ© 4 mois dans des fĂ»ts de Sherry-Ă©dition 2013-rĂ©duit Ă  46 %-livrĂ©e bleue et or) presque plus complexe encore, d’une grande finesse, tandis que le millĂ©sime « 2007 Â» (rĂ©duit Ă  46 %-livrĂ©e bleue 2 tons et or) Ă©tait sur un registre encore diffĂ©rent
mais excellent lui aussi.

 

 Kilchoman_new_bottlings_WLP_2013

Les 3 bouteilles  dĂ©gustĂ©es sur le stand KILCHOMAN sur les quatre prĂ©sentes, rien Ă  jeter ! (Photo: © Constantin Sarafian)

 

 

*Sur le stand du négociant/site web "WHISKY ANTIQUE":

DĂ©ception relative au stand Whisky Antique, en fait on y prĂ©sentait ce nĂ©gociant italien nommĂ© SILVER SEAL, qui proposait des jeunes comme des vieux whiskies, mais avec une constante pour presque tous les sherry casks du stand, l’excĂšs manifeste de bois. Le GLENDRONACH 22 ans Ă  52,1 % a sĂ©duit un certain nombre de visiteurs, mais mĂȘme si j’ai aimĂ© certaines notes « Ă  l’ancienne Â», le dĂ©sĂ©quilibre de cette version (soufrĂ©e, boisĂ©e, pleine d’amertume, issu d’un fĂ»t fatiguĂ©) ne m’a guĂšre enchantĂ©. Le MORTLACH 21 ans Ă  56,3 % est un peu mieux mais souffre du mĂȘme problĂšme. Dans un autre style, le BOMWORE 21 ans est fin et lĂ©ger mais provenant d’un fĂ»t tout aussi fatiguĂ©. En rĂ©alitĂ© le seul qui soit rĂ©ussi est le DAILUAINE MillĂ©simĂ© « 2000 Â», un malt Ă  forte personnalitĂ© (et sherry cask) mais de grande qualitĂ©.

 

Dailuaine_2000_Silver_Seal

Le superbe Sherry cask de la distillerie Dailuaine de chez Silver Seal (Photo: © Constantin Sarafian).

 

 

*Chez le négociant BERRY BROS & RUDD :

Lle nouveau BLUE HANGER (9th Release) m'a paru assez diffĂ©rent des Ă©ditions prĂ©cĂ©dentes. Moins marquĂ© par le sherry, plus floral, il fait preuve de beaucoup de dĂ©licatesse. Dans la gamme « Retro Â», le TEANINICH « 1982 Â» (S.C. N°7712), 49,1 % est assez vif, marquĂ© par le malt vert, tandis que le GLENTURRET « 1977 Â» (un 35 ans d’ñge-S.C. N° 25) Ă  47,5 % Ă©tait d’une belle complexitĂ©, au profil particulier (lin, toffee, plantes, paraffine) Ă  l’ancienne.

 

Blue_Hanger_9_Release

La derniÚre édition du blended-malt "Blue Hanger", trÚs différente de la précédente...(Photo: © Constantin Sarafian).

 

 

*Chez diverses distilleries et négociants :

 

Le retour au salon du whisky de la distillerie indienne AMRUT fut l’occasion pour elle de prĂ©senter notamment un single-cask (N°3438 pour la MdW-Bourbon cask) Ă  60 % au nez fantastique et complexe et Ă  la bouche vive mais typique de la distillerie, magnifique avec un trait d’eau (bois de santal, Ă©pices orientales, soupçon de fumĂ©e, fruits confits, dattes), c’est un vrai festival. Les autres bouteilles prĂ©sentĂ©es, que je connaissais dĂ©jĂ , Ă©taient Ă©galement de qualitĂ©.

 

Greg_n_Ashok_Amrut_single_cask_WLP_2013

Votre serviteur avec l'ambassadeur d'AMRUT, Ashok Chokalingam, et le dernier né, un single-cask bien parfumé-(Photo © Constantin Sarafian).

 

L’autre distillerie indienne du salon, Ă  savoir PAUL JOHN, situĂ©e Ă  Goa, prĂ©sentait pour la premiĂšre fois ses whiskies de belle qualitĂ©, mais au profil diffĂ©rent des AMRUT. Je n’ai pas eu le temps de dĂ©guster toute l’offre du stand, mais les deux versions brut de fĂ»t (la « Peated Â» Ă  55,5 % et la « Classic Â» Ă  55,2 %), qui sont superbes et marquĂ©es par un joli fruitĂ© trĂšs fondu (un rien exotique) auquel s’ajoute (pour la version tourbĂ©e) une fine couche tourbĂ©e mais demeurant fruitĂ©e Ă  la LAPHROAIG. A suivre !

 

Greg_at_Paul_John_stand_WLP_2013

Petite révolution au salon, une deuxiÚme distillerie indienne, aux goûts différents de ceux d'AMRUT, mais tout aussi prometteuse!

(Photo: © Constantin Sarafian)

 

Par ailleurs, mĂȘme si pour beaucoup c'est la distillerie taĂŻwanaise KAVALAN qui attirait l'attention (je n'ai pu m'y rendre mais j'avais dĂ©jĂ  dĂ©gustĂ© des single-malts de chez eux auparavant-c'est prometteur mais encore jeune et un peu surfait pour ce que j'ai pu en juger, et trĂšs cher en haut de gamme), l'Ă©tonnement est venu pour moi du stand italien de la distillerie PUNI, qui produit des whiskies quelque peu atypiques, d'abord une eau de vie transparente "vieillie" 3 Ă  6 mois dans des cuves en inox (entre new spirit et eau de vie de fruit) et ce qui est prĂ©sentĂ© comme un single-malt mais est en rĂ©alitĂ© un blended-grains Ă  mon sens, un whisky nommĂ© "Alba" et vieilli entre 6 mois et 3 ans dans des fĂ»ts de chĂȘne ayant contenu prĂ©cĂ©demment du Marsala de Sicile, du Pinot noir du Sud-Tyrol et du Zibibbo de Pantellaria. Le mĂ©lange est composĂ© d'orge, de seigle et de blĂ©, donc ce n'est pas un single-malt, sans parler des composants les plus jeunes qui n'ont pas tous trois ans d'Ăąge (donc en thĂ©orie n'ont pas droit Ă  l'appellation whisky). Cela ne lui enlĂšve rien cĂŽtĂ© qualitĂ©, c'est juste diffĂ©rent. Au final cela donne une belle et lĂ©gĂšre eau de vie fruitĂ©e, sur les agrumes, qui Ă©voque un peu le single-malt californien St GEORGE (ne pas confondre avec la distillerie anglaise qui produit elle le "The English Whisky co", Ă©galement prĂ©sente au salon). A suivre.

 

Puni_Alba_WLP_2013

 

Le groupe Pernod-Ricard prĂ©sentait pour la premiĂšre fois les single-malts « new look Â» de la distillerie TORMORE, Ă  la production rĂ©cemment relancĂ©e. TORMORE est une des 14 distilleries de malt Ă©cossaises actives du groupe. La distillerie proposait un 14 ans d’ñge, lĂ©ger et dĂ©licatement floral, fruitĂ©, et un 16 ans d’ñge en Ă©dition limitĂ©e (1500 bouteilles en version non filtrĂ©e Ă  froid et titrant 48 %), au profil plus original et tout aussi complexe (fleurs, fruits exotiques, chocolat, malt, lait & coco, un rien vĂ©gĂ©tal
). Une distillerie Ă  suivre.

 

 

Tormore_14_et_16_WLP_2013

Les deux nouveaux TORMORE, dans leur joli nouveau packaging, des single-malts trÚs délicats, à suivre ! (Photo: © Constantin Sarafian).

 

Je n’ai pas pu dĂ©guster les KARUIZAWA du stand NUMBER ONE DRINKS, dont le personnel Ă©tait assailli durant tout le salon pour les dĂ©guster (certains millĂ©simes furent Ă©galement proposĂ©s lors d’une masterclass-mais sur le stand l'offre fut vite Ă©puisĂ©e), mais j’ai pu dĂ©guster un des deux nouveaux CHICHIBU, le « The Original Quarter Cask Â», un 4 ans d’ñge (2009-2013, proposĂ© Ă  53,4 %) vieilli dans des fĂ»ts de petite taille nommĂ©s « Chidibaru Â» au Japon, un malt assez vif et joyeux, plein de fruits (coing, pĂȘche, abricot), de fleurs capiteuses (lys, violette) et d’épices. Avec un peu d’eau devient plus facile Ă  apprĂ©cier, et Ă©voque un verger prĂšs d’un jardin trĂšs floral.

 

*Chez NIKKA :

Chez NIKKA, enfin, l’artillerie lourde (si j’ose dire) fut de sortie : CĂŽtĂ© blended-malt (au Japon on appelle ça toujours des « Pure-Malt Â») le nouveau 25 ans « Pure-Malt Â» est d’une beautĂ© et d’un Ă©quilibre Ă©poustouflants
l’impression d’avoir un 40 ans d’ñge en bouche, sublime, mais hĂ©las d’un prix excĂ©dant largement celui du dĂ©jĂ  excellent 21 ans « Taketusru Â» (plus de 800 €). Un peu plus abordables, si j’ose dire, les NIKKA « Coffey Malt Â» (1998 Ă  57 %) et « Coffey Grain Â» (1999 Ă  60 %) furent des rĂ©ussites, tandis que le clou du stand, avec le Nikka 25 ans, fut Ă  mon sens le splendide YOICHI « Heavily Peated Â» millĂ©simĂ© « 1988 Â» (S.C. N° 100215, American New Oak, 62 %), un single-malt de 25 ans d’ñge qui devrait plaire aux amateurs de malts fortement tourbĂ©s mais pas seulement car il est Ă©galement fruitĂ© et floral, et fait montre d’un boisĂ© Ă©quilibrĂ©. De quoi conclure en beautĂ© ma visite au salon, inoubliable une fois encore


 

Yoichi_25_1988_MdW_62

Un des plus beaux "drams" du salon, le single-cask millésimé "1988" de la distillerie YOICHI, puissant et subtil...

(Photo: © Constantin Sarafian, recadrée par votre serviteur autour du verre & de la bouteille).

 

 

Grégoire Sarafian, 27-31/10/2013, Paris. (Addendum sur Kavalan et Puni le 02/11/13)

 

 _________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

ENGLISH SUMMARY:

 

About Whisky Live Paris 2013 festival:

 

It is hard not to be talkative about this event (but I have to be concise and short, sorry) and not to give you a comprehensive idea of this Whisky Fair which is I believe a bit different from many abroad, especially in Europe. Of what I’m hearing from people and friends, the closest event from the « Whisky live Paris Â» should possibly be the “London Whisky Show”, in the way this is a huge show but also requires rather a big entry fee to get in as well, the entry including lots of things instead of other festival of a very low entry price but then a pay-per-dram system, as for instance at the german “Whisky Fair”in Limburg (probably the most important world wide festival, certainly European wide.

Another interesting thing to mention, this year the « Whisky Live Paris Â» was celebrating its ten years of existence! Except this festival, french audience has no other public festival which such an offer, but more and more small festivals that rise up every year or so (much cheaper & more fun sometimes I have to say). But this remains very unique
lucky those who could attend this festival.

 

Vue_large2_salon_Whisky_Live_Paris_2013

A large view of the venue from the biggest room devoted to whiskies. As always, Diageo, Midleton & Nikka's stands were

among the most crowded (Photo: © Constantin Sarafian).

 

To put a long story short, the « Whisky Live Paris Â» this year was located in a famous venue in the old center of Paris, and occupied no less than 3 levels, with whisky tastings, food pairing, spirits tastings, fun interactive experiment room proposed by COMPASS BOX’S always joyful staff (including a risky short film from John Glaser
 !) in order to vote for the latest addition to the “Great King Street” blended-whisky range (2 "Experimental Cask", one peated or the other sherried), but they were also presenting a new one (soft & woody) called “Delilha’s, a tribute to an American bar in Chicago, and the “10 th Anniversary Edition”of blended-malt “The Peat Monster”, always a treat (last year’s batch was really great as well), with a nice additional touch of Laphroaig in there this time (a lovely creamy stuff with a dash of water).

 

Peat_Monster_Anniv_Ed_WLP_2013

The 10th Anniversary Edition of "The Peat Monster" from Compass Box, with a big more "Laphie" in it, delicious

(Photo: © Grégoire Sarafian).

 

Among other attractions (sorry guys, I couldn’t make it for the food pairing proposals) there was an attempt to re-create a warehouse in a special room where indie bottler SIGNATORY VINTAGE was presenting his novelties (I didn’t go there either).

 

Among the highlights & other events to mention was the return (may I say victorious ?) of indian distillery AMRUT in this whisky festival (watch out for the Awards that will be given close to December of this year on my web site
) and the first appearance of another indian distillery called PAUL JOHN, on a complete different profile than AMRUT, but quite satisfying for what I saw (a peated & an unpeated cask strength edition). One to follow. I won't speak here about the taĂŻwanese distillery KAVALAN because I already tried some of their whiskies (not all), but we will have to mention them again later on for sure.

In Europe the surprise came from PUNI, a new distillery from...Italy! Yes, you read well. A whisky made of barley, rye & wheat, whith here 2 expressions, one transparent (almost non aged) somewhere between a new-make and eau-de-vie, and another called "Alba" that is a multiple-maturation (italian & german wines) spirit aged from 6 months to 3 years old, which displays nice light citrus fruit aromas, more like a fruit eau-de-vie than a whisky for the moment, but to follow.

Other highlight was the return of BEN NEVIS here in Whisky Live Paris, with no less than 4 expressions including the amazing n.a.s. peated edition called « Traditional Â», the regular 10 years old, and 2 beautiful single-casks : A refined « 1984 Â» vintage with notes of linen & ripe fruits (a 26 y.o. matured in an Oloroso cask, at 55 %) and a gorgeous P.X. 15 y.o. bottling (vintage « 1998 Â», cask 586, 54,5 %) for the M.d.W.

Among this year’s stars, one won’t forget to mention the very impressive novelties from NIKKA group, including two highlights in my opinion, along with the Ben Nevis and an Arran bottling yet to mention, all these being (for me) easily the best bottlings of the year. These are the 25 y.o. « Pure-malt Â» from NIKKA, an ultra-well balanced dream-dram (no other word comes to my mind) of a very high quality (but alas way too expensive-more than 800 €) and the outstanding « Heavily Peated Â» YOICHI vintage « 1988 Â» (cask 100215, Virgin American Oak, 62 % for la M.d.W.), one of the best world wide 25 y.o. I have come across. Another very interesting bottling (again for La M.d.W.-for those who don’t know it is the biggest whisky & spirits specialized shop in France-both retailer & importer-who organizes this event) is the one from ARRAN called « Private cask Â», a 16 y.o. (1996-2013) superb sherry cask bottled at C.S. ( 57,2 %), full of spices & fruit.

 

 Nikka_25_PM_43_WLP_2013

The stunning new 25 years old blended-malt (still called "Pure-Malt" in Japan) from NIKKA

(Photo: © Constantin Sarafian).

 

Apart from these, there a number of other nice bottlings, but to my humble opinion, none of the same level as the previous ones. For instance the new « 125 th anniversary Â» 25 y.o. bottling from GLENFIDDICH is rather good, for sure a superb single-cask, but not much more regarding its high price (more than 800 €), same thing about the new BOWMORE fully « Port Cask Matured Â» (a 23 y.o. at 50,8 % but I liked it a lot-price a little more than 500 €), and same from several indie bottling tasted, some good but nothing stellar in there (though I have to apologize not to have save time for instance for the newly divided Douglas LAING society, here showing Fred’s new range called « Old Particular Â»-same for other indie bottlers alas not visited this year..).

Last minut tasting: I had the occasion (lately-end of november!) to try a sample from a really remarkable bottling of BOWMORE distillery made by independent bottler SIGNATORY VINTAGE for "Whisky Live Paris 10th Anniversary". It is a 13 years old single-cask bottled at cask strength (54,1 %) and I have to tell you it is one of the best Bourbon barrel casks from BOWMORE that I have come accross these last ten years: Well balanced, fruity, floral, charmingly smoky, floral, fruity (all citrus fruit), a bit of aniseed, at touch of spice, it has everything you can dream of. Hats off for this selection, Thierry, I have to say !

Interesting also to mention as « displaying much satisfaction Â», two Kentucky Bourbon single-barrels from BLANTON’S. These attractive & of a high quality (new exclusive to La Maison du Whisky) bottlings are paying tribute to the city of Paris, under a range named "Paris Edition". The first one is named "...by Day" (at 50 % abv), the other one is at a higher strength "...by Night" (60 %) and they were presented in an amazing "trompe-l'oeil" scenery, as shown below:

 

Blantons_stand_in_WLP_2013

Nothing wrong in Blanton's stand, a nice offer of great Kentucky Bourbon single-barrels with a warm welcome...

(Photo: © Constantin Sarafian)

 

 

Also three pretty nice new KILCHOMAN’s (esp. the « 100 % Islay Â» and the « Machir Bay Â»), an unusual but very efficient & easy-going GLENFARCLAS vintage « 2004 Â» (almost « unsherried Â»), some good french bottlings (for instance the ARMORIK « 2002 Â» from WARENGHEM distillery) and a newcomer from New Zealand called « The New Zealand Whisky Â» (basically indie bottlings of a closed distillery called WILLOWBANK-some interesting profiles there...), the swedish distillery MACKMYRA still doing good almost every bottling that comes here (oh yes), and last, but not least, the very convincing latest bottling of « Tun 1401 Â» , batch 8 for Europe & Australia (this time made of 9 Bourbon casks, 3 Sherry casks only & at 50,2 %) by the The BALVENIE distillery. Probably my favorite batch among the 2nd, the 5th and this one.

 

 WLP_2013_New_Zealand_Whisky_st

The first appearance in a french public festival of NEW ZEALAND WHISKY company, indie bottlings from closed WILLOWBANK distillery

(Photo: © Constantin Sarafian).

 

Conclusion :

What else to say ? The pleasure of meeting some nice guys from the whisky industry and press, such as the rare & prestigious Eddie MacAFFER from BOWMORE, the one and only Richard PATERSON, John GLASER & all the guys from COMPASS BOX, DougMcIVOR from BERRY BROS & RUDD, nice people from ARRAN, AMRUT, the Aussie distilleries, the Indian distilleries, a lot of whisky ambassadors « from the french scene Â», too numerous to mention and the always « D’Artagnan-like Â» & very approachable Dave BROOM !

 

Nice_moment_in_W.L.P._2013

The kind of nice surprise-meeting-moments that makes Whisky Live Paris so unique...here I am between famous whisky writer Dave broom

(on the left) and Eddie MacAffer, the legendary manager of Bowmore distillery (on the right)- Photo: © Constantin Sarafian.

 

 

Grégoire Sarafian, 27-31/10 & 02-04-29-30/11/2013, Paris.

 

Traduction/Translation : Grégoire Sarafian

 

 

 

 

 

Derniers Articles

Free visitor tracking, live stats, counter, conversions for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop